Skip to main content

Full text of "Catalogue général officiel. Commissariat général"

See other formats




Wê 






& 










•# 

^/■^è 



Library 

of the 

University of Toronto 




s. DUPLICATB 



Digitized by the Internet Archive 

in 2010 with funding from 

University of Ottawa 



http://www.archive.org/details/cataloguegnrOOpari 



1 él/.3(0é^}' 



I 



g^ iUiniôtnc lirs pastre rt ^C6 (Lclf£irapl)fô 

EXPOSITION INTERNATIONALE D'ÉLECTRICITÉ 

PARIS 1881 



r r 



CATALOGUE GEIRAL 

OFFICIEL 



COMMISSARIAT GÉNÉRAL 



PARIS 
A. LAHURE, IMPRIMEUR-EDITEUR 



CONCESSIONNAIRE 
9, RUE DE F L E U R U ?, 






éZ/.3 



U/.3C0é^}' 



RAPPORT 

AU PRÉSIDENT DE LA REPliBLlQLE 



Monsieur le Président, 

Des découvertes importantes et inattendues ont récemment appelé d'une fa- 
çon particulière l'attention publique sur tout ce qui concerne lélectricité ; en 
même temps, l'imiustrie, s'emparaiit de ces conquêtes de la science, a depuis 
quelques années multiplié leurs applications dans toutes lesljranclies; aujouif'- 
d'hui aucune science ne semble devoir, plus que la science électrique, réaliser 
de rapides progrès, résoudre des problèmes intéressant la vie économique des 
nations, et ivmire enfin à toutes nos relations d'inappréciables services. 

L'électricité est restée longtemps un agent capricieux, inconstant, difficile à 
maîtriser, impossilile à utiliser : avant Volta on constatait son ;iclion;onne 
pouvait ni l'expliquer, ni la produire, ni, à plus forte raison, la mesurer. 

La découverte (le la pile et les perfectionnements quecelle-ci a bientôt reçus, 
les travaux d'Ampère et d'Ara^ro sur les courants et leur action magnétique, les 
recherches de Faraday sur l'induction, ont ouvert des voies nouvelles et fé- 
condes dans lesquelles le progrés ne s'est plus arrêté. 

La pile et l'action magnétique des courants ont créé la télégraphie. Le déve- 
loppement de la télégraphie a dégagé les phénomènes électriques des obscurités 
qui les entouraient C'est, en eflet, sur les cables sous marins qu'il a été pos- 
sible d'étudier et de découvrir les lois suivant lesquelles l'action électrique se 
développe et se propage. 

L'électricité est une force. A mesure qu'on a appris à la connaître, on l'a 
rencontrée partout, tantôt cause, tantôt effet, dans les phénomènes [ihysiques, 
chimiques, mécaniques et organiques. On a aujourd'hui différents moyens de 
la produire. On la mesure et on l'applique aux usages les plus divers. Elle a 
cette propriété particulière que ses effets peuvent se transmettre par des con- 
ducteurs métalliques plus facilement et plus loin que ne peuvent le faire ceux 
de la vapeur par les intermédiaires mécaniques. 

Elle ne se borne plus à envoyer à distance des sigu^.s télégraphiques ; elle 
reproduit les sons et la parole elle-même. Elle contribu ?à la sécurité dp l'ex- 
ploitation des chemins de fer ; l'agriculture et la marine lui doivent des indi- 
cations météorologiques de plus en plus utiles; elle éclaire les rues, les places 
publiques, les magasins, les ateliers. Elle devient pour les arts et l'industrie 
un auxiliaire universel. 

Les savants et les industrielb cherchent aujourd'hui, dans tous les pay.-, du 

6079 



.1 tXl'OSlTlON D'ELlilCHUClTE. 

moiulo, ;\ perroclioniier les moyens de produire et d'utiliser la force nouvelle. 
Les résultats obtenus sont déjà considérables et nombreux, mais souvent en- 
core insuCfisants ou incomplets. 11 y aurait grand intérêt à préciser l'état de la 
scieuce électrique et de ses applications, à rapprocher et à comparer les pro- 
cédés de recherches, afin d'imprimer aux efforts faits de toutes parts une direc- 
tion qui les facilite et assure leur succès. 

Les expositions internationales et les congrès scientifiques qui les complè- 
tent si utilement ont permis de montrer les applications pratiques à côté de la 
théorie. C'est ce qui nous conduit à vous proposer de réunir un congrès inter- 
national d'électriciens et d'autoriser sinmltanément une exposition internatio- 
nale d'électricité, qui sera, pour ainsi dire, le laboratoire du congrès. Cette 
exposition comprendra tout ce qui concerne l'électricité : elle réunira les 
appareils de toute nature et de toute provenance servant à la faire naître, à la 
pi'opager et à l'utiliser. 

Le congrès convoqué par le Gouvernement français appellera à Paris les élec- 
triciens les plus illustres. Ces représentants delà science merveilleuse qui vient 
à jieiue de révéler l'immensité de ses ressources et qui déconcerte l'esprit par 
ses surprises incessantes, discuteront les résultats acquis et les idées nouvelle- 
ment émises; ils grouperont etcoordonneront leursl'orces afin d'utiliser sûrement 
les observations faites dans chaque contrée et de s'aider mutuellement dans 
leurs investigations futures, 

• Les nations étrangères conviées par la France saisiront avec empressement 
cette occasion de codifier, pour ainsi dire, la science électrique, et d'en son- 
der les profondeurs. Elles sauront gré au Gouvernement de la République fran- 
çaise de s'être fait le promoteur d'une manifestation scientifique dont l'oppor- 
tuiiité ne parait pas contestaiile, et qui aura pour corollaire l'exposition in- 
ternationale d'électricité. 

Le congrès doit être l'œuvre du Gouvernement, car lui seul peut donner à 
l'entreprise le caractère d'indépendance ((ui est la condition essentielle du 
succès. Quant à l'exposition, elle sera facilemiMif organisée par l'initiative pri- 
vée. Le patronage et le concours bienveillant de l'État lui seront toutefois 
assui'és et le palais des Champs-Elysées S(!ra mis gratuitemeui à la disposition- 
de ses organisateurs. 

L'action du Gouvernement se complétera par l'intermédiaire d'un commis- 
saire général qui aura à la fois la mission d'assurer, sous notre direction, le 
fonctionnement du congrès et de surveiller les services généraux de l'expo- 
sition. 

Le Gouvernement désignera les membres français du congrès : la science 
officielle, l'industrie, les sociétés savantes de Paris et des départements y au- 
ront leurs représentants. Si la présidence d'un congrès appartient par tradition 
nu pays où la réunion a lieu, la moitié des vice-présidences sera, par contre, 
jéseï vée aux invités de la France. 

L'exposition internationale d'électricité sera ouverte le 1" août 1881 et close 
le ih novenfijrc suivant. 

Les travaux du congrès international des électriciens commenceroiit le 15 sep- 
U'AnUïv. 1881. 

Le département dont relève le service des télégraphes est le plus directe- 
ment iiitéres.>5é dans la question. Son personnel prend une grande part à tout 
re qui concerne l'électricité; il en étudie les diverses découvertes et en pré- 
pare les applications. H e&t en i elalion avec tous les électriciens des divers 
pays. La télégiaphie elle-même recueillera un grand profit de l'exposition et 
du co!i-i("'s ; elle pourra y puiser de larges améliorations. 



ilAlM'OHT AU PIU;SII>ENT DE l.\ REPURLIOUi:. 5 

% 
ll'osUlaiis collo peiist'o (iiie j'ai lait piëparor leprojol (h^ di'ciêl ci-joiiil c! j'ai 
riiomiour do le soimiottre à votre haute appiohaliou. 

Veuillez ai^réer, Mousieur le Président, l'assurance de mon respectueux dé- 
vouement. 

Le Ministre des postes et des télégraphes. 

Ad. Cochery. 



Le Président de la République française, 

Sur le rapport du Ministre des postes et des télégraphes. 

Décrète : 

Art. l*^ — Un congrès international des électriciens sera ouvert à Paris le 
15 septend)rt» ISSj, sous la pi-ésidence du Ministre des postes et des télé- 
graphes. 

Art. 2. — Trois vice-présidents seront choisis parmi les membres français 
et trois parmi les membres étrangers du congrès. 

Art. 3. — Les ministres du gouvernement de la République française et 
les ministres des gouvernements étrangers qui participeront au congrès interna- 
tional sont membres de droit du congrès. 

Art. i. — Le palais des Champs-Elysées sera mis gratuitement à la disposi- 
tion de la commission privée autorisée par le Gouvernement à organiser, à ses 
frais, risques et périls, une exposition internationale d'électricité du 1"'' août 
au lo novembre 1881. 

Art. 5. — L'exposition inlernationale d'électricité est placée sous le patro- 
nage de l'État. 

Art. 6. — Le règlement de l'exposition internationale d'électricité sera 
soumis à l'approbation du Gouvernement, qui nommera le commissaire •gé- 
néral. 

Art. 7. — Le Ministre des postes et des télégraphes, le Ministre des 
affaires étrangères et le Ministre des travaux publics sont chargés, chacun m 
ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret. 

Fait à Paris, le 25 octobre 1880. 

Jules Grévï, 
Par le Président de la République : 

Le Ministre des postes et des télégraphes. 

Ad. Cochery. 

Le Ministre des affaires étrangères, 

B. Saixt-Hilaire. 
Le Ministre des travaux publics, 

Sadi Carnot. 



Par décret en date du 24 octobre 1880, rendu sur la proposition du Ministre 
des postes et des télégraphes, M. Georges Berger, ancien directeur général des 
sections étrangères à l'Exposition universelle de 1878, commissaire général de 
l'Exposition de Melbourne a été nommé commissaire général du congrès inter- 
national des électriciens et de l'Exposition internationale d'électricité. 



RÈGLEMENT GÉNÉRAL 



I. — Dispositions générales. 

Article premier. L'Exposition internationale d'électricité, autorisée par décret 
du 23 octobre 1880, sera ouverte à Paris dans le palais des Champs-Elysées, 
du 1^' août 1881 au 15 novembre 1881. 

Art. 2. Une Commission, nommée par décz'et du 26 novembre 1880, et placée 
sous la présidence du Ministre des Postes et des Télégraphes, sera consultée 
sur les mesures relatives à l'organisation générale de l'Exposition internatio- 
nale d'électricité. 

Art. 5. Los fonds nécessaires à l'organisation et au fonctionnement de l'Expo- 
sition seront fournis au moyen des subventions que l'État pourrait accorder, 
et par une associalioii de garantie dont les membres souscripteurs se sont inter- 
dit tout partage de bénéfices après remboursement de leurs vijrsements avec 
intérêts de 4 p. OiO. 

Lors de la liquidation des comptes de l'Exposition, après défalcation des 
remboursements dus aux souscripteurs du capital de garantie, les bénéfices 
acquis seront laissés à la disposition de l'État, qui, sur les propositions de la 
Commission d'organisation, on fera profiter des œuvres scientifiques d'intérêt 
public. 

Art 4. Vn Comité technique et un Comité des finances seront constitués. Le 
Comité technique sera composé de membres de la Commission d'organisation 
auxquels un arrêté ministériel pourra adjoindre des personnes étrangères à 
cette Commission. — Le Comité de Finances sera composé de membres de la 
Commission d'organisation et de membres de l'Association de garantie. 

Art. 5. Le Commissaire général, nommé par décret du 2i octobre 1880, est 
chargé d'exécuter, sous la haute autorité du Ministre des Postes et des Télégra- 
phes, les décisions prises. Le Commissaire général a la direction du personnel 
administratif. 

Art. 6. Le Commissaire général ou, en son absence, le secrétaire du Commis- 
sariat général, assiste de droit aux séances de la Commission d'organisat'on et 
des Comités, avec voix consultative. 

Art. 7. Les pays étranj;ers qui auront adhéré à l'Exposition internationale 
d'électricité seront invités à désigner des Commissaires spéciaux. Ces derniers 
orrespondront directement a vec le Commissaire général français. 



RÈGLEMENT GÉNÉRAL. 



II. — Admission. — Classification. 



Art. 8. Les demandes d'admission étrangères et françaises, rédigées autant 
que possible suivant le modèle annexé au présent règlement, devront être par- 
venues au Commissaire général à Paris, le 51 mars 1881, au plus tard. 

Art. 9. Le Comité technique sera appelé à statuer en dernier ressort sur les 
demandes tranç;ùses d'admission. 

Art. 10. Le Commissaire général notifiera, avant le 15 mai 1881, aux expo- 
sants l'avis de leur admission ainsi que l'étendue et la localisation de l'espace 
accordé à chacun d'eux. 

Art. 11. Les Commissaires étrangers auront la faculté de demander et de re- 
cevoir en bloc les espaces nécessaires aux installations de leurs nationaux. 

Les demandes cumulatives des Commissaires étrangers devront être parve- 
nues au Commissaire général avant le 31 mars 1881. Les plans généraux d'in- 
stallation des locaux accordés à la suite de ces demandes cumulatives devront 
être soumis à l'approbation du Commissaire général. 

Art. 12. Les exposants étrangers appartenant à des pays qui n'auront pas 
nommé de Commissaires spéciaux pourront correspondre directement avec le 
Commissaire général français. 

Art. 15. Des formules imprimées de demandes d'admission sont tenues à la 
disposition des intéressés : 

Au Ministère des Postes et des Télégraphes, rue de Grenelle-Saint-Germain, 101; 

Au siège du Commissariat gpuéral, palais des Champs-Elysées, porte n° IV ; 

Aux sièges des Chambres de commîrce et des Sociétés savantes de Paris et des 
départements. 

Art. 14. Les principaux objets admis à être présentés sont compris dans l'é- 
numération suivante : 

Appareils servant à la production et à la transmission de l'électricité. 

Aimants naturels et artificiels. — îioussoles. 

Appareils servant à l'étude de l'électricité. 

Applications de l'électricité : à la télégraphie et à la transmission des sons ; 

— à la production delà chaleur; — à l'éclairage et à la production de la lu- 
mière ; — au service des phares et des signnux ; — aux appareils avertisseurs ; 

— aux mines, aux chemins de fer et à la navigation; — à l'art militaire ; — 
aux beaux -arts ; — à la galvanoplastie, à l'électro-chimie et aux arts chimi- 
ques, — à la production et à la transmission de la foi ce motrice; — aux 
arts -mécaniques et à l'horlogerie ; — à la médecine et à la chirurgie; — 
à l'astronomie, à la météorologie et à la géodésie; — à l'agriculture; — aux 
appareils enregistreurs; — au fonctionnement des appareils industriels di- 
vers ; — aux usages domestiques. 

Paratonnerres. 

Collections rétrospectives d'appareils concernant les études primitives et les 
applicntions les plus anciennes de l'électricité. 

Colle(;tions bibliographiques d'ouvrages concernant la science et l'industrie 
électriques. 

Akt. 15. Les objets admis à être exposés seront reçus dans l'enceinte du 
Palais des Champs-Elysées à partir du l*"' juillet 1881. 

Les caisses contenant ces objets devront porter des adresses et des étiquettes 
spéciales fournies par le Commissariat général. 



r.ATALOCUE D'KLECTIUCITi; 



Installation. 



Art. 16. Les exposants n'auront aucun loyer à payer pour l'occupation des 
emplacements qui ieui" auront élé attribués. 

.\rt. 17. L'Administration prend à sa charge la mise en état et la décoration 
générale des locaux du Palais des Champs-Elysées. 

Les exposants devront pourvoir, à leurs frais, à l'installation et à la décora- 
tion de leurs emplacements respectifs. 

Les plans de ces installations et les dessins de ces décorations devront être 
soumis à l'approbation du Commissaire général. 

Art. 18. La force motrice sera fournie à prix débattu aux exposants qui en 
feront la demande. 

La force motrice pourra être fournie gratuitement pendant les expériences 
nécessaires aux travaux du Congrès international des électriciens organisé par 
l'Etat, à l'époque de l'Exposition. 



IV. — Entrée»«. 

Art. 19. Les locaux de l'Exposition seront ouverts au public tous les jours, 
de 8 heures et demie du matin à heures du soir, et de 8 heures à 1 1 heures 
du soir. 

Art. 20. Des cartes d'entrée gratuites, permanentes et essentiellement per- 
sonnelles, seront misesà la disposition des membres de la Commission d'organi- 
sation, du Comité technique et du Comité des finances ; des membres de l'associa- 
tion de garantie; des Commissaires étrangers; des membres du Congrès interna- 
tional des électriciens ; des agents du Commissariat général; des.exposants et 
des agents de ceux-ci dont la présence aura été reconnue indispensable. 

Art. 21. La perception des prix d'entrée, fixés ainsi qu'il est dit à l'article 22 
ci-après, sera faite au moyen de billets d'entrée d'une valeur de 50 centimes 
chacun. 

Art. 22. Les prix ordinaires d'entrée sont fixés ainsi qu'il suit : 

1" Pendant lef; jours de la aemaine : 

fr. c. 

Matin et journée, de 10 heures à 6 heures du soir 1 00 

Soir, de 8 heures à 1 1 heures 1 50 

2" Le dimanche : 

fr. c. 

De 10 heures du matin à heures du soir 50 

De 8 heures à 1 1 heures du soir 1 00 



■W. — Police et Morveillance. — Entretien. 

Art. 23. Une surveillance rigoureuse contre le vol sera organisée par les 
agents du Commissariat général, avec le concours de la police. 
Les précautions les plus minutieuses seront prises contre le feu. 



l',i:r.LKMEN"T C.RNKRAI,. 9 

Toutefois rAdmiiiisti-ation ne sera pas responsable des perles occasionnées par 
le vol ou par l'incendie. 

Art. '24. Les objets exposés ne pourront être retirés avant la clôture de 
l'Exposition, sans une autorisation spéciale du Commissaire général. 

Aucun objet exposé ne pourra être dessiné ou photographié sans l'autorisa- 
tion écrite de l'exposant, visée par le Commissaire général. 

Art. 25. Les exposants devront pourvoir par eux-mêmes à l'entretien et au 
nettoyage de leurs installations. 

Aai. 26. Un local spécial sera mis à la disposition des exposants qui vou- 
dront faire le dépôt de leurs caisses vides pendant toute la durée de l'Expo- 
sition. 

Les déposants auront à payer un droit de 6 francs par métré cube. 

Toute caisse d'un cubage inférieur à 1 mètre cube payera le prix fixé pour 
\ mètre. 

Les frais de restauration et de remise en état des caisses vides seront à la 
charge des déposants. 

Art. 27. Les exposants français ou étrangers jouiront des garanties qu'assure 
la loi du2ô mai 1868 aux auteurs, soit des inventions susceptibles d'être bre 
vetées. soit des modèles et dessins de fabrique qui pourront être déposés aux 
conseils des prud'hommes. 

11 leur suffira de déposer à la préfecture de la Seine, dans le premier mois 
au plus tard de l'ouverture de l'Exposition, une demande de certificat de ga- 
rantie pour l'objet exposé. 

Ce certificat, n'exigeant le payement d'aucune taxe, sera valable à dater du 
jour de l'admission jusqu'à la fin du troisième mois qui suivra la clôture de 
l'Exposition. 

\I. — Catalogne. — Récompenses. 

Art. 28. Un catalogue général de l'Exposition sera dressé par les soins du 
Commissariat général et par voie d'entreprise et d'adjudication. 

L'entrepreneur du Catalogue général pouria s'entendre directement avec les 
exposants officiellement inscrits pour l'insertion des réclames, avis et vignettes 
concernant les objets de leur commerce ou de leur industrie. 

Art. 29. Des diplômes de mérite et des médailles de diverses classes seront 
accordés sur la proposition d'un Jury dont la composition sera déterminée 
ultérieurement. 

Art. 50. Toutes les communications relatives à l'Exposition internationale 
d'électricité doivent être envoyées affranchies, à l'adresse du Commissaire géné- 
ral de l'Exposition internationale d'électricité, au Palais des Champs-Elysées, 
porte w" IV, à Paru. 

Vu et approuvé le présent Règ-leraent, délibéré dans la Commission d'organisation, le *> dé- 
cembre 1880. 

Le Ministre des Postes et des Télégraphes, 

Ad. COGHERY. 
Le Commissaire général, 
Georges Berger. 



RENSEIGNEMENTS 



L'indication dos dilTérenles classes de l'Exposition est donnée page il et 
suivantes. 



Les emplacements des produits exposés sont désignés à la suite de chaque 
nomenclature par les signes conventionnels du tableau ci-dessous : 



S. Salle. 

N. Nef. 

BC. Bas côté. 

BC. n. Bas côté Nord. 

BC.s. Bas côté Sud. 

BC. e. Bas côté Est. 

ne. 0. Bas côté Ouest. 

E/i. 0. Escalier Nord-Ouest. 

En. e. Escalier Nord-Est. 

En. Escalier Nord. 

FM. Pavillon du Ministère des Postes et des Télégraphes. 

PV. Pavillon de la Ville de Paris. 

P. Ponrloui- du premier étage. 



Les plans du rez-de-chaussée et du premier étage du Palais de l'Industrie se 
trouvent à la suite de la Table des MATn:REs et serviron); à compléter chacune 
des indications d'emplacemenl. 



1. Les plans qui accompagnent le cntalogue ont été dressés par les soins de l'éditeur. 
L'Administration décline toute responsabilité à leur égard. 



MINISTÈRE DES POSTES ET DES TÉLÉGRAPHES 



EXPOSITION INTERNATIONALE D'ELECTRICITE 

PARIS 1881 



^ ^ 



CATALOGUE GENERAL 



OFFICIEL 



FRANCE 
GROUPE I 

PRODUCTION DE L'ÉLECTRICITÉ. 



CLASSE \. 

KLECTRICITÉ STATIQUE. 

1. Biloret et Mora, l^arh, 95 et 95, 
boulevard Richard-Lenoir — Ma- 
chine électrique de Ramsden et ac- 
cessoires. S. 9. 

2. Breguet, Paris, 59, quai de VHor- 
loge. — Machine rheostatique de G, 
Planté. — Condensateurs électrosta- 
tiques. 

N., S. G., S. 7, S. 8, S. 19, S. 15, B. C. .s., 
P.V., S. 18. 

3. Carpentier (J.-A.-M.-L.), succes- 
seur de Ruhmkorff, Paris, 15, rue 
Champollioïi. — Machines électriques 
et accessoires. — Machines de Holtz. 
— Appareils de cours. S. 15, S. C. 

4. Carré (Edmond), Paris, 19, rue 
de l'Estrapade et 4, rue des Irlan- 
dais. — Machine diélectrique de 
M. F. Carré. S. 12. 

5. Carré (Ferdinand), Paris, 48, 
rue de Reuilly.— Machine d'induc- 
tion statique s'amorçant automali- 
queraentjdile machine diélectrique. 

S. 12. 



6. Courtot, Parif', 7.5, rue Caumar- 
tin. — Appareils d'électricité sta- 
tique, et accessoires. S. 15. 

7. Deffez (Louis-François), Paris, 
54, rue Saint-Séverin. — Machine 
électrique de Ramsden et accessoi- 
res pour collèges et lycées. — Ma- 
chine électrique plus petite, pour 
écoles primaires, supérieures t't pro- 
fessionnelles. — Machine pneumati- 
que pour les phénomèni'S de l'élec- 
tricité dans le vide; grand et petit 
modèle. S. 11. 

8. Ducretet (E.) et C% Paris, 75, 
rue des Feuillantines. — Macliines de 
Holtz, de Toëpler. — Machine pour 
l'application de l'électricité statique 
à la thérapeutique. S. 15. 

9. Humblot (Pierre-Césaire) Paris- 
Grenelle, rue Saint-Charles, 77. — 
Machine électrique à plateau con- 
densateur. P. M. 

10. Legras (François - Théodore ) , 
Saint-Uenis, 81, avenue de Paris. — 
Bouieilles de Leyde. P. M. 

11. Luizard (Léon), Paris, 21, rue 
dWrcole. — Machine électrique sta- 



12 



EXPOSITION DKI,ECTRir,ITI-:. 



tique. — Machines de Hollz. S. IT». 
12. Noé I (lliarles-Françoisj, Paris, 
9, rue Laromiiiuière. — Machinos 
électriques de Ramsden et de Hollz. 
— Machines diélectriques, système 
F. Carré, n"^ 4. 2 et , batterie de 
neuf bocaux. — Brûle-fils. — Perce- 
verre Xoé. — Tabouret isolant. — 
Condensateur d'Œpinus. S. 15. 

14. Planté (Gaston). Paris, r»6, rue 
des Tournelles. — Machine rhéosta- 
tique. N. 

15. Solignac et C'" Société d'études 
et constructions électriques, Paris, 
208, rue Saint-Maur. — Machine 
statique à plateaux multiples et à 
frottement de mercure. S. 12. 



CLASSE 2. 

PILES ET ACCESSOIRES. 



le. Aunay (Alfred!)'), Paris, 5, 
cité Gaillard. — Interrupteur-aver- 
tisseur (de pile). — Emploi simul- 
tané d'une pile par plusieurs iîls té- 
légraphiques : suppression du cou- 
rant de toute ligne à la terre. — In- 
dication automatique et nominale de 
la ligne interrompue. P. 

17. Ballat. Paris, 3, rue Saint-Far- 
(jeau. — Charbons pour piles. — Piles 
Leclanché. — Piles de Bunsen. — Piè- 
ces tournées et percées. S. 17. 

18. Barbier (Ernest-François), Pa- 
ris, 9, rue Fromentin. — Piles Le- 
clanché : anciens éléments à vases 
poreux; éléments actuels à plaques 
agglomérées mobiles pour télégra- 
phie, téléphonie, sonneries, signaux 
et horlogerie électriques, médecine, 
inflammation d'amorces, de torpil- 
les et de mines. — Modèle spécial 
adopté par la marine française. — 
Sonneries d'essais pour les piles. 

S. 16. 

19. Barbier (.Mathurin), Paris, 6, 
rue des Qualité- Vents. — Vases poreux 
et verreries servant à la télégraphie. 

S. 17. 

20. Barluet et C", Paris, 61, rue 
(lu Faubourg-Poissonnière et à Mon- 



tereau (Seine-et-Marne). — Cylindres 
et diaphragmes pour piles. S. 16 

21. Barrai (Charles), Paris, rue 
Larrey. — Pile à auge mécanique 
(au bichromate.) P. 

22. Baudet (Cloris), Paris, 90, rue 
Saint-Victor. — Piles électriques; 
pour batterie électrique. S. 10. 

23. Beaufîls ( Magloire- François ) , 
Paris, 4, boulevard Saint-André'. — 
Piles électriques (agglomérés dépo- 
larisateurs.) P. M. 



24. Billaudot, Paris 



99. 



de la 



Sorbonne. — Produits chimiques, 
anodes, piles et accessoires. S. 17. 

25. Biloret et Mora, Paris, 9,") et 
95, boulevard Richard-Lenoir . — 
Piles de tous systèmes. S. 9. 

26. Bizot (Joseph), Aix en Pro- 
vence. — Pile de longue durée (sys- 
tème Callaud), à tube d'emmagasi- 
nage; entretien et alimentation fa- 
ciles; applicable à l'horlogerie élec- 
trique. P. M. 

27. Blouzon (Edme), Paris, 30, rue 
Notre-Dame de Nazareth. — Char- 
bons pour piles. P. 

28. Bourdin (C), Paris, 13, ave- 
nue de la République. ^- Pile indus- 
trielle, sans entretien ni usure, à 
effet constant, se renouvelant à l'aide 
du sel marin et de la chaux. S. 10. 

29. Breguet, Paris, 39, quai de 
l'Horloge, — Piles de différents mo- 
dèles de Daniell, de Meidinger, de 
Callaud, de Trouvé, de Marié-Davy, 
de Bimsen, au bichromate de po- 
tasse, de Leclanché, de Niaudel. — 
Piles à courants secondaires de G. 
Planté. — Piles thermo-électriques 
de Noé. Ac(-essoires. 

N.,P. V.,S.15, S. C.,S. 19.S. 7, S. 8, 
S. 18, B. C. .s. 

30. Brewer (frères), Paris, 45, rue 
S^- André -des- Arts. — Piles de 
Bunsen. Vases de verre et de grès. 
— Vases poreux et accessoires. 

S. 9. 

31. Callaud (A. et fils). Nantes, 26, 
rue du Rocage. — Pile (modèle Cal- 
laud) adoptée par l'administration té- 
légraphique; modèle américain. 

S. 17. 



32. Carré (Ferdinand), iV/r/.N% 48, nie 
ile Reiiilly. — Pilo au sulfate de cui- 
vre avec diaphragme en papier par- 
chemin (brevet 1807). Charbons ar- 
tificiels phis solides et plus conduc- 
teurs que les charbons de cornue. 
^ S. 12. 

34. Chapuis (F.), Parité, 17, nœ de 
lourmel — Pile à bascule. — Pile 
fermée — Pile secondaire. S. 17. 

35. ChutauX,Lcr«//o/s-/Vr/r«,i, />/(/(•(• 
du Marche. — Piles électriques spé- 
ciales à la télégraphie, à la sonnerie, 
à l'horlogerie et généralement à tout 
circuit lésistant. ^- *J- 

36. C* des Chemins de fer de Pa- 
ris à Lyon et à la Méditerranée, 

Pari>i, 88,r»c' S'-La^are. — Piles em- 
ployées pour les postes el appareils 
de la Compagnie (systèmes Leclan- 
ché et Meidinger). N- 

38. Delaurier (E.), Paris, 77, rue 
Daguerre. — Nouvelle pile hydro- 
électrique. — Nouvelle pile Ihermo- 
electrique. — Nouvelle pile secon- 
daire de Ritter. S. 11. 

39. Deleuil (Jean-Adrien), Parix, 42, 
rue des Fourneaux. — Piles de Hun- 
sen à coin central. S. 1.). 

40. D3sruelles et Bourdoncle (.1.), 

Paris, 8 bis, avenue Percier, 8 his, 
— Piles sèches électriques de tous 
genres et de tous modèles. - Piles 
secondaires à lames de plomb ren- 
dues sèches par le procédé Desruel- 
les.-- Matières diverses appliquées 
au chargement de ces piles. S. 10. 

41. Digney (frères), Parts, 6 et S,rue 
■ des Poitevins. — Piles et accessoi- 
res. ^- Cl- 

42. Douce et C'% Paris, 116, rue de 
Rivoli. — Pile, nouveau système. 

8. 15. 

43. Dubos, Paris, M, avenue de la 
Motte-Piquet. — Appareil thermo- 
électrique. 1j- C. n. 

44. Engel (A.), 72, Paris, 72, rue 
de Seine. — Commutateur iuverseur 
automatique pour la formation rapi- 
de des piles secondaires. S. 11. 

46. Féraud (Vincent-Marie), Paris, 
121, rued-Aléùa. — Pile dynamo - 



.uNCt:. 1"> 

électrique, à courant constant. — 
Appareils accessoires. P- 

47. Frionet Thierré,Pflrw, 50, rue 
du Pxoi-de-Sicilc. — Vases poreux. 
— P)Ocaux en verre. S. 14 

48. Gaiffe (Ladislas-Adolphc), Paris, 
40, rue S^-André-des-Arts. — Pile se 
dépolarisant par l'oxygène de l'air. 
Piles diverses pour laboratoires. 

S. 9, S. 15, P. 

49. Gaulard (Lucien), Paris, 6^, rue 
JSoUet. — Pile thermo-électrique. 

S. 17. 

50. Girard (Fré jus), Paris, SO,ruedes 
liatiçinolles. Pince double pour piles. 

51. Goderel. Paris, 172, avenue 
d'Kijldu. — Charbons pour piles et 
plaques poiu' sonneries électiiques. 

S. M. 

52. Guérot (Hippolyte), Paris, hl, 
rue Daguerre, — Pile électrique 
(système Delaurier). 8. 17 

53. Hubin (F.), Pans, 14, rue de Tu- 
renne. — Zinc laminé pour piles 
électriques. B. C. o. 

54. Jablochkoff (P.), Paris, 52, rue 
de Naples. — Piles électriques fonc- 
tionnant à température élevée. N. 

55. Jourdan (Théophile), Marseille, 
40, rue Tliiers. — Pile électri(|ue, 
dite pile Jouidan, pour souneries et 
télégraphes. — Pile électrique por- 
tative, pour la télégraphie militaire 
en campagne. P- 

56. Legras (Fr.-Th.), Saint-Denis, 
81, avenue de Paris. — Vases pour 
piles de toutes formes. P. M. 

57. Létrange (L.) etC", Paris, 1 , rue 
des VieiUes-IIaudrieltes. -^ Cyimdres 
de zincjpour pile. — lîondellespour 
pile Volta. N. 

58. L'Hôte (Armand), Paris, 7, rue 
Marqfoij. — Charbons pour piles 
Bunsen et autres. S. 10. 

59. Loiseau (Edouard), Pa/7's, 55, rue 
de Seine. — Sel excitateur cliromi- 
■que permellaut de faire à froid et 
instantanément une dissolution aci- 
dulée propre à charger les pihîs au 
bichromate dépotasse. S. 10. 

60. Maiche (Louis), Paris, 5, rue 
Louis-le-Grand. — Pile L. Mai(;he à 
reconstitution indéfinie, pile rem- 



KXl'USniON ICELECTRICITIÎ. 



plaçant les accumulaleurs pour la 
lumière éleclriquc, la for ce motrice, 
elc. — Pile télégraphique L. Maiche, 
A dépolarisa lion spontanée indéfinie. 

61. Mangenot, Paris, -44 rue d'Ulni. 
Piles au chloruie de plomb fondu. 

S. î). 

62. Mathieu {h.-A.), Paris, '20, rue de 
Saint07ige. — Piles spéciales à l'hor- 
logerie, piles médicales. — S. 10. 

63. Michaels{L-l\), Paris, 4 0, avenue 
de lapera. — Vase poreux pour acide 
azotique. — Pile portative. — Élé- 
ments de pile à tension et quantité 
combinées. — Piles à urine, h sels 
divers. S. 12. 

65. Ministère de l'Agriculture et 
du Commerce (Conservatoire na- 
tional des arts et métiers), Paris, 
292, rue Saint-Martin. — Pile à sul- 
fate de cuivre de A.-C. Becquerel, 
1829 (forme de tube en U).— Pile à 
sulfate de cuivre deBecquerel. — Pile 
thermo-électrique à sulfure de cui- 
vre de M. Ed. Becquerel. — Pile 
thermo-électrique à alliage de cad- 
mium de M. Kd. Becquerel.— Grand 
couple secondaire de M. Gaston 
Planté (1860). S. 20. 

66. Ministère des Postss et des 
Télégraphes, Paris, 101, rue de 
Grenelle. — Piles. P. M. 

67. Mors, Paris, 4 bis, rue Saint- 
Martin. — Pile P. Prudhornme; pile 
Camacho; pile L. Mors. N. S. G. 

68. Noé (Charles -François.), Paris, 
9, rue Laromiquière. — Piles de Mel- 
loni. ■ S. 15. 

69. Pia (Joseph), 54, boulerard de 
Belleville. — Nouvel appareil servant 
à transvaser les acides sans contact 
avec l'air. P- 

70. Planté (Gaston), Paris, 56, rue 
des Tournelles. — Couples et bat- 
teries secondaires. N. 

71. Reynier (Emile), Paris, 5, rue 
Bcnouville. — Pile électrique éner- 
gique, constante et inodore. — Pro- 
duits à lélat liquide et à l'état sec, 
pour alimenter la pile. — Vases 
poreux et accessoires diver;-. '^. 12. 



74. Sainte (Aman), Paris, 25, rue du 
Château- d'Eau. Entrée, 22, rue 
Taylor. — Collection d'amiantes 
naturels pour piles sèches. S. 1 2. 

75. Samson (Félix), Parîs, 39, ai^eyiwc 
Duquesne. — Elément de pile à tige 
de fer émaillé, emploi économique 
du fer isolé par l'émaillage. P. M. 

76. Serrin (V.), Paris, 1, boulevard 
Saint-Martin. — Vide-tourie Serrin. 

S. 17. 

77. Société (( La force et la lu- 
mière )), Paris, 5, avenue de V Opéra. 
— Pile Keynier agencée. Divers mo- 
dèles de piles. Produits et sous-pro- 
duits de la pile. Pile secondaire Faure 
agencée. Divers modèles. Commuta- 
teur Planté (modèle industriel). 

B. C. o.,S. 17. 

78. Société universelle d'électri- 
cité Tommasi(Tommasi,^/irecf eu/), 
11, rue de Provence, Paris. — Piles 
électriques diverses. Piles secon- 
daires. B. C. o, S. 16. 

79. Thiers (Rodolphe), Pam, 91, rue 
des Feuillantines. — Pile sèche dite 
pile à alumuiium (système Lacas- 
sagne et Thiers). Pile liydroplati- 
nique. — Ceinture électromédicale, 
dite pile Yolta. P. 

80. Tournade (Flippolyle) Fondettrs 
{Indre-et-Loire). — Cylindres et 
crayons en zinc pour piles de divers 
systèmes français et étrangers. S. 9 

81. Trouvé (Gustave), Pam, 14, rue 
Vivienne. — Piles de tous systèmes. 
Pile Trouvé hermétique, humide, à 
courant constant et continu, porta- 
tive pour la médecine et la cliirur- 
gie. Piles secondaires, piles chirur- 
gicales. IN, S. 9, S. 4. 

82. Ville de Paris (Breguet, cons- 
liucteur), Paris, 59, quai de l'Hor-' 
loge). — Piles Uaniell (modèle 
Trouvé modifié). Piles Leclanché. ÎN. 

33. Warnon (Victor-Jules,) Pans, 25. 
27, rue de la Folie-Mericourt. — 
Piles perfectionnées par le pôle con- 
densateur, à grande force électro- 
motrice. S. 17. 

84. Weill (Michel), Paris, 135, boule- 
rard drSébasfopol. — Pile secondai- 



FRANCE. 



15 



re, destinée à des applicafions élec- 
tromédicales. Modèles des appareils 
pouvant servir à ces applications, 
ainsi qu'à remplacer les piles du 
mèaie genre actuellement en usage. 
S. 17 



CLASSE 5. 

MACHINES MAG.\ÉTO-ÉLECTRIQUES ET PYN \- 
MO-ÉLECTRIQCES. 

86. Baudet (Cloris), Paris. 90, rue 
Sal/it-Victor. Machines dynamo- 
électriques. S. 10. 

87. Bigeon Paris, 7o, ruedela Tombc- 
hsoire. — Machines magnéto-élec- 
triques. S. 16. 

88. Biloret et Mora, Paris, 97) et 
95, bouleranl Richard-Letwir. — 
Machine dynamo-électrique. S. t). 

89. Bonrdin (C), Paris, 15, avenue 
de la République. — Machine d'in- 
duction à fil triple, à grosseur illi- 
mitée sur un même noyau. S. 10. 

90. Breguet, Paris, 59, quai de 
rHorloge. — Machines magnéto- 
électriques et dynamo- électriques 
pour les laboratoires et pour l'in- 
dustrie (svstémes Gramme et autres). 

N. P.V., S. l5, S. 19, S. C, S. 7, S. 8, 
S. 18, 15. C, .s. 

91. Cance (Alexis), Paris, 28, rue 
Sedaine. — Machine dynamo-élec- 
trique. X. 

92. Carré (FerdinanH), Paris, 48, rue 
de Reuilly. — Machmes magnéto- 
électriques et dynamo-électriques 
avec dispositions nouvelles. 

N., S. 12. 

93. Ghameroy (Hippolyte),3/a«so/is- 
Laffitte (Seine-et Oise). — Machine 
dynamo-électrique compensatrice. 

S. 14. 
95. Clerc, Paris, SQ, avenue des Ter- 
7ies. — Machine dynamo-électrique 
(système Lambotte' et Lachaussée). 
— Machine dynamo-électrique, sys- 
tème Kremenesky. B. C. s., S."l. 

9G. Compagnie générale d'éclai- 
rage électrique, Paris, 12, avenue 



de l'Opéra. — Machine Gramme à 
courants alternatils. — Machine 
magnéto-électrique (Iramme, modi- 
fiée (lar M. .laniin, ciiiq types prin- 
cip.iux. — Modèles divers de la 
lampe électrique de M. Jamin. — 
Une machine Gramme en fonction 
avec rechan^;es, actionnant de 50 à 
<)0 lampes par un moteur à gaz 
de 25 chevaux. — Participation à 
l'éclairage de l'Exposition. 
B. C. s., S. 2, S. 5, S. 3, S. 6, e.. 
N. o. 

97. Compagnie parisienne d'é- 
clairage par l'électricité (an- 
cienne Alliance). Paris, 'ib, rue 
Dtifrénay. — Machines dynamo et 
inagnéto-électrique, pour "lumière, 
transmission de force motrice, gal- 
vanoplastie, etc. Système de l'Al- 
liance et Wilde. B. C. s., S. 14. 

100. Delaurier (E.), Paris, 77, rue 
Daguerre. — .Machine magnéto-élec- 
trique dePixii perfectionnée, cà cou- 
rant direct, pour galvanoplastie prin- 
cipalement. Même système à cou- 
rant intermittent pour lumière élec- 
trique et transport de la force 
motrice. S. 11. 

101. Dubos (Charles), Paris, 41, ave- 
nue de La Motte-Piquet. — Machine 
magnéto- électrique. — Machine 
dynamo-électrique pour la produc- 
tion de la lumière électrique. 

B.C., n. 

102. Gaiffe (Ladislas-Adolphe), Pa- 
ris, 40, rue Saint- And ré-des- Arts. — 
Machines magnéto -électriques et 
dynamo-électriques. S. 9, S. 15, P. 

103. Gérard (A.), Paris, 8, passage 
Coltin. — M.ichine dynamo-électri- 
que à 24 foyers et à 12 foyers. 

B. C.,s.,S. 10. 

104. Giraud (F.), Clichy,i9, rue de 
Paris. — Machine magnéto-électri- 
que à lumière (système J. Van Mal- 
deren modifié). " >'. 

105. Gire (Emile), Paris, 4, rue de 
la G allé. — Moteur électro-dynami- 
que pouvant marcher avec : 1 ou 
6 électro-aimants et de 5 ou 50 élé- 
ments de Bunsen. B. C, n. 



EXl'USmUA IlÉLEClUlCllL. 



106. Hardy. Hayet et Liignereux, 

successeuis . Parix, 6, avenue L<i 
Motte-Piquet. — Mac.hiuosinagnéto- 
ùloclriqiios. S. C. 

107. Huetz (Ali)hoiise), Parh, 18, 
rue Daiiville. — Machines dynamo- 
éleclriqUL's (système Huetz). P. 

110. Meritens (de), Paris, Ai, rue 
Buiirsault. — Machines adoptées 
pour l'éclairage des phares. — Ma- 
chines magnéto-électriques pour 
l'éclairage général. — Machines 
(petit modèle) Ivpes d'ateliers. 

^ .N.,S. 9.,P. M. 

111. Mignon et Rouart, Parix, 
137, boulevard Voltaire. — Maclii- 
nes magnéto-électriques Gramme. 

ïi. C. .S'., S. IS. 

112. Pilleux et Quesnot, à l'Ita- 
lienne, près Beauvais [Oise). — 
Machine dynamo-électrique à hélice 
induite sans âme de fer et envelop- 
pant l'inducteur mobile. S. 12. 

113. Radiguet et fils, Paris, 15, 
boulevard des Filles-du-Calvaire. — 
Modèles en réduction pour la dé- 
monstration : machines magnéto- 
électriques mues par petites machi- 
nes à vapeur. !*>• G., n. 

llS.Sautter (L.uLemonnieretC , 

Paris, 20, avenue de Suffren. — 
Machines électriques de Giannne à 
courants continus pour la télégra- 
phie optique, l'éclairage par foyers 
puissants, moyens ou petits. — Ma- 
chine Gramine"locomobile à lumière. 
— Machine Gramme à courant con- 
tinus auto-excitatrice donnant 10 
foyers. — Machines à courants alter- 
natifs (système Jablochkoff). 

N.,B. C. s., S. 10. 

116. Siemens frères, Pans, S, rue 
picot. — Machines dynamo-électri- 
ques pouvant alimenter un ou plu- 
sieurs foyers. — Machines dynamo- 
électri(iues à courants continus et 
à coulants alternalifs. 

N., B. C. s., B. C. e., S. 15. 

Ii7. Société Générale d'électricité 

(procédés Jablochkoff), Pans, 01, 
avenue de ViUiers. — Machines dy- 



namo-électriques (système Jabloch 
kofC). i\., B. C. s., S. B. 

118. Société Gramme, Paris, 15, 
rite Drouot. — Machines Gramme 
pour tous usagt's : démonstrations, 
télégraphie, lumière, galvanoplas- 
t^ie, transmissions de force motrice, 
électro-chimie, etc. N. 

119. Société Lyonnaise de con- 
structions mécaniques et de 
lumière électrique, Paris, 19, rue 
de Grammont. — Système Lonlin : 
petite machine dynamo-électrique 
de laboratoire à courant direct. — 
Machine dynamo-électrique à pi- 
gnons à courant direct et continu 
pour arc voltaïquc. — Machine 
dynamo-électrique à lumière à cou- 
rants alternatifs (fractionnement 
dans la production des courants).— 
Machine magnéto-électrique à pi- 
gnon (fractionnement dans la pro- 
duction des courants). 

Système Bertin : Machine dynamo- 
électrique à anneau denté pouvant 
à volonté servir à des emplois diffé- 
rents dans l'application d'un cou- 
rant direct et continu. — Machine 
dynamo-électrique à anneau denté 
pour courants alternatifs (fraction- 
noment dans la production des 
courants). — Machine magnéto-élec- 
trique à anneau denté (fractionne- 
ment dans la production des cou- 
rants). N.,B. G., s., S. J9. 

120. Trouvé (G.), Paris, 14, rue 
Vivienne. — Machines magnéto-élec- 
triques et dvnamo-électriques. 

N., S. 9, S. 4. 



GROIJPE 11. 

TKANSMISSION PAR L'ELECTRICITE 
CLASSE 4. 

CABLES, FILS ET ACCESSOIRES. 
PARATOKNERRES. 

122. Alaœagny et Oriol, Saint- 
rjiamond [Loire). — Fils isolés 



KIU.NCE. 



pourlelt'i;i"apliit\ ^imiioiios, tt'léplio- 
nie, reoouvtM'ts on tressage de soie. 
coton, laine, etc. — Fils de enivre 
recouverts de soie, etc. — Câbles 
sons plomb pour lélégrapbie, télé- 
phonie, hnnièreet antres usages. P. 

123. Barbier (E.-F.), Poria, 9, rue 
Fromentin. — Câbles et lils isolés 
(s\sténie Barbier et Lartigne). S. 16. 

124. Beaufils (M. -P.), Paris, 4, boule- 
vard Saint-André. — Paratonnerres 
à métal fusible. P. M. 

125. Biloret et Mora. Parût, l>5 et 
95, buulerard liiihard-Lenoir, — 
Fils et câbles télégraphiques; poin- 
tes de paratoiuierres. S. 9. 

126. Boileau, père. Paris^ il, rue 
de .S'èi'/v's. — .Modèle de poteau 
ou obélisque télégraphi(|ne en fonte 
par assises à jour. iN. 

127. Boivin (Arsène), Pans, 16, rue 
de l'Abbaye. — Paratonnerres mo- 
dèles divers. S. 15, S. 2, B. G. e. 

128. Bonis Mme), Paris, 18, vue 
Montmartre. — Fils pour appareils 
électriques; cuivre garanti de haute 
conductibilité, isolé de soie, de 
coton, de gutta-percha ; enduits de 
toutes sortes ; câbles souterrains, fils 
et cordons spéciaux pour téléphones, 
fils de toutes résistances. S. 16. 

129. Borrel (Aniédée-PJiilippe), élève 
et successeur de J. Wagner ne- 
veu , Par in , Al , rue des Petits-Cha nip.s.. 
— Paratonnerres. S. 19, P. V. 

130. Breguet, Paris, 59, quai de 
l'Horloge. — Fils conducteurs de 
toutes dimensions pour télégraphie, 
téléphonie, lumière électrique, fils 
de fer et de cuivre, isolés ou nus. — 
Fils de terre pour la télégraphie. — 
Isolateurs en porcelaine, de tous 
mod'èles. 

N.,P.V.,S. i5,S. C, S. 19. S. 7, S. 8. 

131.Callaud (A.), et fils, Nantes, 
^&,rue du Bocage. — Paratonnerres à 
tige démontable (système Callaud 
adopté par le ministère de la guerre 
pour les poudrières de l'Etat) ; acces- 
soires. Paratonnerres pour la marine. 
S. 17. 

132.Carue(Ph.-J.-B.).Pam,269, rwe 
Saint-Denis. — Contes, cordages et 
câblesenfildefer, laiton, cuivre, etc., 
pour paratonnerres, signaux, télé- 
phonie, lumière électrique, etc. S.15. 



133. Ghappée (Armand), Le .)/</».»• 
[Sartlie). — Tuyaux et raccords em- 
ployés pour rétablissement des li- 
gnes télégraphiques et pneumati- 
ques. Divers systèmes de joints. N. 

134. Chariot et C'% Paris, 25, rue 
Saint-Ambroise. — Fils et câbles 
isolés au caoutchouc pour lumière 
électrique : fils isolés à la gutta pour 
tous appareils électriques. S. 14. 

135. Chauvin et Marin-Darbel. Pa- 
ris, 25, rue du Banquier. — Machine 
de 60 tonnes pour essayer les câbles. 
.Machine de 700 kilôgr. (système 
Chevefy) et machine de 1H)00 kilogr. 
pour les fils mèlalliqueset autres. N. 

136. Collin(Armand, FVançois),P«m 
118, rue Mont)nartre. — Paraton- 
nerres pleins, creux, de marine, para- 
tonnerre-girouettes. Câbles, sup- 
ports, colliers, conducteurs rigides et 
raccords à vis,perdfluide, etc. Pointes 
de platine et df cuivre rouge. 
Pointes multiples. S. 19, N. P.'v. 

137. Compagnie anonyme des 
forges de Châtillon et Com- 
mentry. Paris, 4, rue Char ras. — 
Fils de fer et fils d'acier pour trans- 
missions télégraphiques et télépho- 
niques. S. 15. 

138. Deleuil (Jean-Adrien), Pan'.s, 42, 
rtie des Fourneaux. — Pointes de 
paratonnerres. S. 15. 

139. Dopfeld(.Iean-Nicolas), Paris, 
h1,ruedes Tournelles. — Fils de cui- 
vre, rosette, haute conductibilité 
pour la télégraphie, la téléphonie et 
autres emplois, de 1/10 de millimè- 
tre de diamètre et au-dessus. S. 15. 

140. Douce et C'% Paris, 116, rue 
de Rivoli. Articles pour paratonner- 
res; fils conducteurs, câbles. S. 15. 

141 .Fontenilles (Victor), Par/s, 58, 
boulevard Haussmann. — Câbles, fils 
et accessoires, paratonnerres. S. 15. 

142 Frion et Thierré, Paris, 50, 
rue du Boi-de-Sicile. — Isolateurs 
en porcelaine, poulies, bagues et 
boutons de sonnettes. S. 14. 

143. Hache (Ad.) et Pépin-Lehal- 
leur, Vierzon {Cher). — Isolateurs 
de porcelaine. S 16. 

144. Hardy Hayet et Lignereux, 
successeurs, Paris, 6, avenue La 
Motte-Piquet. — Paratonnerres. S. C. 

145. Hodel (Jean-Henri), Bordeaux, 

2 



18 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



57, rue Fondaudi-gr. — Fil com- 
pensé galvanisé. — Fil compensé 
inattaquable par la rouille. S. iO. 

146. Hubin (F.), Paris, 14, rue de 
Turenne. — Tubes en plomb de 
grandes longueurs pour câbles élec- 
triques souteiTains. N. 

147. Hunebelle (Jules), /Vi/7s,2,n/e 
de Solférino. — Nouveau système 
de rail composé pour chemins de fer, 
contenant intérieurement un câble 
pour la télégraphie électrique. P. 

148. Jarriant, l'arix, hS, rue Pierre- 
Charron. — Paratonnerres. S. 10. 

149. Lagarde (Joseph), Paris, 15, 
rue de Serres. — Isolateur à simple 
cloche, en porcelaine. — Isolateur 
en porcelaine avec cloche préserva- 
trice en fonte malléable. — Isolateur 
(petit modèle) en porcelaine, tube 
coudé en porcelaine pour les boîtes 
de coupure pour l'entrée des fils 
aériens dans les bureaux télégraphi- 
ques et les boîtes de coupure. P. M. 

150. Laveissiere (J.-J.) et fils, Pa- 
ris, 58, rue de la Verrerie. - — Fils 
de cuivre de haute conductibilité de 
toutes dimensions et par grandes 
longueurs, avec les éléments néces- 
saires pour essayer sur place la con- 
ductibilité des fils exposés. — Plomb 
en tuyaux de grandes longueurs pour 
enveloppe de fils oude câbles. IN. 

151. Legras (Fr.-Th.), Saint-Denis, 
81, avenue de Paris. — Embase 
pour paratonnerre, isolateurs pour 
fils électriques. P- M. 

152. Lenczewski (Ladislas), Pa- 
ris, 25, rue de la Montagne- Sainte- 
Geneviève. — Paratonnerres. S. 15, P. 

153. Létrange (L.) et C'S Paris, 
1, rue des Vieilles-Haudriettes. — 
Tuyaux de plomb pour enveloppes 
de câbles électriques. — Fil de 
cuivre rouge pour conducteurs. N. 

154. Lichtenfelder (Guillaume), 
Paris, 45, avenue de la Grande-Ar- 
mée. — Poteaux de tôle, simples et 
accouplés. — Paratonnerres pour 
les campagnes. N. 

155. Mangenot, Paris, 48, rue 
d'Ulm. — Echantillons de câbles lé- 
ger, de câbles sur bobine, de câbles 
sur carte. S. 9. 

|56. Ménier, Paris, 7, rue du 



Théâtre. — Câbles télégraphiques 
souterrains et sous-marins. S. G. 

157. Menusier (Ernest), Versailles, 
16, r?te Montbauron. — Fil nu 
inoxydable, accumulateur sans ré- 
sistance, contre la déperdition du 
fluide. — Paratonnerre pour meules 
et granges. S. B. 

158. Ministère des Postes et des 
Télégraphes, Paris, 101, rue de 
Grenelle. — Matériel de lignes télé- 
graphiques aériennes, souterraines 
et sous-marines. P. M. 

159. Mors, Paris, 4 his, rue Saint- 
Martin. — Paratonnerres et acces- 
soires. — Paratonnerres tubulaires. 

N., ^. G. 

160. Mouchel(J. 0.), Paris, 10, rue 
Commines. — Fils électriques de 
haute conductibilité. Fils de résis- 
tance, cuivre et maillechort. S. 16. 

161. Oeschgei*, Mesdach et C'% 
Pans, 28, rue Saint-Paul.— Fils de 
cuivre rouge de haute conductibi- 
lité, zincs tournéspour piles. S. 16. 

162. Papin, Paris, 51, boulevard 
Montparnasse. — Ghatnbre en fonte 
s'adaptaiit aux câbles télégraphiques 
et aux tubes des lignes souterraines. 

— Poteaux télégraphiques métalli- 
ques. N. 

163. Paris (E.), au Bourget {Seine). 

— Isolateurs métalliques à scelle- 
ment vitreux. — Tuyaux de fonte 
érnaillée pour télégraphie souter- 
raine. — Crochets émaillés pour té- 
légraphes. S. 12. 

164. Parod (Ernest-Ulysse), au Ples- 
sis-Trévise, par Villiers-sur-Marne 
[Seine-et-Oise). 

Canalisation de V électricité. — 
Consistant en un condensateur dont 
les armatures servent de lames con- 
ductrices et s'étendent du lieu de 
production du fluide aux points ex- 
trêmes où ce fluide doit être utilisé. 

L'électricité est ainsi placée dans 
des conducteurs qui sont, comme les 
conduits d'eau et de gaz, de vérita- 
bles réservoirs ayant une tension 
uniforme d'une extrémité à l'autre, 
et de même que ces fluides elle peut 
être transmise aussi loin que l'on 
veut, même à plusieurs centaines de 
kilomètres e( distribuée à chacu^^ 



FRANCE. 



en telle (ju;intité et pour tel usage 
qui pourra lui convenir : force mo- 
trice, liiniière, chaleur, électro- 
chimie, télégraphie, etc. 

L'électricité s'échappe directe- 
ment dans les fils de prise à travers 
un diaphragme ou bloc matériel au 
degré voulu de médiocre conducti- 
bilité dont la fonction auaiogue à 
celle des jauges employées pour les 
prises d'eau, est de modérer liiiten- 
sité des courants de sortie et d'éviter 
la détérioration des fils de prise. 

Chacune des armatures conduc- 
trices en métal peut étie doublée 
d'une deuxième armature constituée 
en toute substance perméable à l'é- 
lectricité, liquides, sels et oxydes 
métalliques, minium, résine, etc., 
formant une sorte d'épongé qui se 
sature dans toute la masse du lluide 
amené par les armatures conductri- 
ces. Cette deuxième armature qui 
augmente considérablement la ca- 
pacité électrique des réservoirs con- 
ducteurs et constitue un véritable 
volant d'électricité ou accumulateur, 
restitue aux prises, à l'instant voulu, 
le fluide qu'elle a accumulé pen- 
dant les int Tniittences de la distri- 
bution et leur fournit des courants 
d'intensité absolument constante et 
uniforme. B. C, o. 

165. Perin-Grados, Pari^, 106, bou- 
levard Richard-Lenoir. — Paraton- 
nerres et leurs accessoires. — Orne- 
ments en zinc et plomb pour la déco- 
ration des embases de paratonnerres, 
girouettes, roses des vents, etc S. 10. 

166. Preisch (P.), Paris, 82, boule- 
vard Richard-Lenoir. — Tendeur 
isolant pour (ils télégraphiques. S. 16 

167. Rattier et C% Paris, 4, rue 
dWboukir. — Câbles électriques 
souterrains et sous-marins isolés à 
la gutta-percha et au caoutchouc. — 
Câbles pour lumière électrique, télé- 
phone, torpilles et télégrahie mili- 
taire. — Fils pour sonneries élec- 
triques. — Fournisseurs des gou- 
vernements français et étrangers et 
des chemins de fer. S. C, 

1 68. Schneider et C°. — Houillères, 
forge>, aciéries et ateliers de con- 
structions, Paris., 56, rue de Pro- 
vence, et au Creuiot {Saône-et-Loire}, 
— Fils télégraphiques en acier. S. 15 



169. Société anonyme de câbles 
électriques (système Rerthoud, Bo- 
rel et C'), Paris, 55, boulevard 
Haussmanu. — Une presse hydrau- 
lique pour la fabrication des câbles 
électriques avec ses (chaudières et sa 
pompe de compression. — Conden- 
sateurs électriques. — Câbles sou- 
terrains pour télégraphie, télé- 
phonie, lumière et transmission de 
la force. — Câbles sous-marins. — 
Moteurs électriques. B. C. s., S. C. 

170. Société anonyme des hauts- 
fourneaux, fonderies et forges 
de Franche-Comté, Paris, 116, 
avenue Daumesnil — Fils de fer té- 
légraphiques galvanisés ; fils de fer 
galvanisés pour armatures de câbles 
sous-marins et souterrains et para- 
tonnerres, consoles, crochets, ten- 
deurs, vis galvanisées, isolateurs 
scellés avec armatures, poteaux mé- 
talliques, paratonnerres. S C. 

171. Société anonyme k Le Nic- 
kel )), Paris, 58» rue de la Chaus- 
sée-dWntin. — Fils conducteurs. — 
Pointes de paratonnerres. S. 15. 

i72. Société parisienne de fon- 
derie et laminage, (Martin, direc- 
teur), Parw, 1 1 , rue duChcmiii-Verl. 
Usine hydraulique à Beron-la-Mulo- 
tière. — Fils cuivre rosette à haute 
conductibilité. — Lacets métalliques, 
rosette, pour enveloppe des fils télé- 
graphiques souterrains. — Cuivre 
rouge fin (concession française des 
mines du Var). S. 15. 

173. Taille (de la), Orléans. — 
Poteaux de fer T et I à 50 fils. — 
Poteaux de fer T et X pour lignes 
secondaires, de 1 à 8 fils. P. M. 

— Taverdon (A.-L.), Paris, 56, rue 
de l'Arbalète. — Joints flexibles 
pour canalisateurs télégraphiques 
ou pneumatiques. N. 

174. The india rubbsr gutta-per- 
cha and telegraph works G" Li. 
mited, Persan-Beaumont {Seine-et- 
Oise). — Câbles télégraphiques et 
téléphoniques. — Câbles sous ru- 
ban, tresse ou plomb. — Câbles ar- 
més de fils de fer. — Câbles pour 
lumière électrique. — Fils conduc- 
teurs et pour bobines; caoutchouc 
durci pour isolement. S. C. 

175. Vid©coq (Félix- Auguste), Rw 



iO 



KXI'OSITION DKI.KCTHICITK 



illllo 



yles (Einr). — Kils de li 
condiiclihililé pour appareils élec- 
tiifjuos fi câbles léléiïraphiques. 

S. 10. 

176. Ville de Paris (Jarriant, con- 
structeur, /'rt/-/s, 08, rue Pierre- 
Charron). — Modèle en relief de 
riiôtel Carnavalet, portant applica- 
tion du système de protection des 
édifices contre la foudre, adopté par 
la Comnussion munici})ale. \\ V. 

177. Weiller (A.) el Montefiore- 
Levi, AiHjoulème [Charente). — 
Fils de bronze phosphoreux pour 
transmissions télégraphiques, télé- 
phoniques et pour machines élec- 
triques. — Fils de cuivre pur. P. 

GROCPK m. 

ÉLECTROMÉTRIE. 



CLASSE 5. 

APPAREH^S SERVANT AUX MESURES ÉI-EC- 
TRIQDES. 

178. Bigeon, Paris, 17), rue de la 

Tonibe-Issoire. — Galvanomètres di- 
vers; galvanomètre différentiel à ré- 
irlai^e pour mesurer les forts cou- 
rants. S. 16. 

179. Breguet, Paris, 59, quai de 
niorloye. — Appareils concernant 
les mesures électriques. Galvano- 
mètres à suspension et à réflexion. 
Systèmes asiatiques différentiels. Gal- 
vanomètre M. Deprez. Caisses de 
résistances. Condensateurs de pré- 
cision. Electromètre capillaire de 
G. Lippmann. Khéostats de Wheal- 
stoue, de Pouillet, de Poggendorf, 
de Ed. Becquerel. Pont de Wheat- 
stone. 

N., P.V., S. ir.,S.C.,S.19, s. 7, s. 8. 

180. Carpentier (.I.-A.-M.-L.), suc- 
cesseur de lUihnikorff, Paris, 15, 
rv.e ChampolUon. — Electromètres- 
Galvanométres. Boussoles. Electro- 
dynamomètre. — Electromèlies Mas- 
cart. Galvanomètre et mesureur 
d'énergie Deprez. Indicateur de vi- 
tesse Deprez. S. lo, S. C. 

181. Delanrier (E.), Paris, 11, rue 
Daguerre. — Appareil pour mesurer 
la quantité d'électricité. — Galvano- 
mètre pour une étude spéciale su 



la direction de raigiiille aimantée. 
S. 11. 

182. Drschiens (Joseph-Fugéne), 
l'aiis, ['27), boulevard Saint-Michel. 

— Galvanomètres. — Caisses de ré- 
sistances. S. C. 

183. Digney (frères), Paris, 6 et 8, 
rue (les Poitevins. — Galvanomètres. 

— Caisses de résistances. S. C. 

184. Ducretet et C% Paris, 75, 
rue des Feuillantines. — Electromè- 
tres divers. — Galvanomètres. — 
Electro-dynamomètres. - Mesure des 
résistances. S. 15. 

185. Dumoulin - Froment Paris, 
85, rue Notre -Dame-des-Champs. 

— Rhéostats de divers types. — 
Compas pour mesurer le diamètre 
des fils conducteurs , dont l'un 
donne le centième et l'autre le 
millième de millimètre. S. 15. 

186. Estienne, Paris, 152, boule- 
vard de Vaugirard. — Galvanomètre. 

P. M. 

187. Gaiffe ( Ladislas - Adolphe ) . 
Paris, 40, rue Saint-André-des-Arts. 

— Galvanomètres de Thomson à sus- 
pension bifilaire. — Galvanomètres 
d'intensité et de force électro-mo- 
trice. — Caisses de résistances, ponts 
de Wheatsione, voltamètres. 

S. 9, S. 13, P. 

188. Hardy. Hayet et Lignereux, 
succe.'-seurs, Paris, 0, avenue La 
Motte-Piquet. — Galvanomètres. S. C. 

189. Jacquez (Ernest), Paris, 26, 
rue Bertrand. — Appareil pour me- 
surer l'iniensité de la foudre par le 
mouvement d'une hélice de zinc, 
sous l'influence de la chaleur pro- 
duite par la déchargcélecirique.}*. M. 

190. Legras (François -Théodore), 
Saint-Denis, 81, avenue de Paris. — 
— Electromètres, — Voltamètres. 

P. M. 

191. Leguay (E.), Paris, 79 et 81, 
rue de la Toinbe-Issoire. — Instru- 
ments de mesures électriques, appa- 
reils de résistances réglés à 1/1 OUO 
près. — Pont de Wheatstone. — Ba- 
lance de comparaison. — Galvano- 
mètres, appareils de démonstration 
pour les cours et appareils de me- 
sures usuelles. — Etalons divers. 

S. 15. 

192. Lenczewski (Ladislas) et C% 



FRANCE. 



Paris, To, rue Mùntagnc-Sainte-Ge- 
neviève. — Appareil Melloni : galva- 
nomètres avec piles thermo-éleclri- 
ques. S. 1Ô, P. 

193. Marcillac (Paul-Antoine-Marie), 
Parla, 10. pasaage Bosquet. — 
Rhéostats circulaires. — Boîtes de 
résistances. P. M. 

194. Mercadier (E.). F*arig, 65, rue 
lie Bourgogne. — Electro-diapasons 
pour essais de piles et autres usa- 
ges. — Installation d'appareils pour 
les mesures électriques. P. M. 

195. Ministère de l'Agriculture 
et du Commerce (Conservatoire 
national des Arts et Métiers), Pnm, 
■292, rue Saint- Martin. — Boussole 
des sinus de Pouillet, construite 
par M. Brunner. — Boussole des tan- 
gentes de Pouillet, construite par 
M. Brunnei-. — Actinométre élec- 
tro-chimique de M. A.-Kd. Becquerel, 
1841 (appareil original). — Rhéos- 
tat à colonne liquide, de M. Ed. Bec- 
querel. — Balance électro-magnéti- 
que de Becquerel, construite par 
M. Blanchi. — Thermomètre électri- 
que de -M. Ed. de Becquerel. — 
Pvromèlre thermo -électrique de 
M"^. Ed. Becquerel. S. 50. 

196. Ministère de la Marine et 
des Colonies, Paris. — Indicateur 
d intensité Jacquemier. — Rhéostat 
de Géraudo. N. 

197. Ministère des Postes et des 
Télégraphes, Paris, 101, rue de 
Grenelle. — Instruments de mesure 
électrique. P. M. 

198. Noé (Charles-François), Paris, 
9, rue Laromiguière. — Galvanomè- 
tres. S. 15. 

199. Postel-Vinay, Paris, 58, rue 
Vaneau. — Appareils pour les me- 
sures électriques : boîtes de résis- 
tances et galvanomètres à miroir. 
Compas de marine. S. C 

200. Solignac et C«. Société d'é- 
tudes et constructions électriques, 
Pans, 208, rue Saint-Maur. — In- 
dicateurs pour courants à lumière. 

— Rhéostats à charbons. — Galva- 
nomètre avec remise au zéro. — 
Galvanomètre de grande sensibilité. 

— Sonnerie galvanométrique. — 
Téléphone galvanométrique. S. 12. 



201. Trouvé (G.), Paris, 14, rue 
Vivieane. — Galvanomètres, volta- 
mètres, appareils de résistances ou 
rhéostats. N., S. 9, S. 15, S. 4. 

GROUPE IV. 

APPLICATIONS DE L'ÉLECTRICITÉ. 



CLASSE 6. 

ikli'graphie, signaux. 

202. Aboilard (Louis), Pans, 101, 
ruedeCourcelles. — Boutons d'appel, 
sonneries électriques. — Pédales 
pour salles à manger, contacts de 
sûreté pour portes et ouvertures de 
coffres-forts, avertisseur d'incendie. 

— Tableaux indicateurs. S. 15. 

203. Achard (Auguste), directeur de 
la Société Nouvelle de l'Embrayage 
par Télectricité. — Paris, 60, rue de 
Provence. — Freins électriques et 
accessoires, raccords électriques, 
etc., appliqués à titre d'essai sur des 
voitures des chemins de fer de l'Etat 

B. C, e. 

204. Arlincourt (Ludovic d'). — 
Paris, 157, avenue d'Eylau. — R-î- 
lais d'appareils quelconques. — 
Bêlais doubles de translation avec 
décharge. — Appareils imprimeurs 
et autographiques. S. 14. 

205. Baillehache (E. de). Pans. Ô4, 
rue Ampère. — Types d appareils 
imprimeurs à 26, 28, 40 divisions 
(système de Baillehache). P. 

206. Barrière (L.) et G«, Paris, 22, 
rue Saint-Sabin. — Vis cylindriques. 

— Bornes en cuivre. — Serre-fils 
et toutes pièces détachées néces- 
saires à la construction des appa- 
reils télégraphiques et télépho- 
niques. S. 15. 

207. Baudot (J.-M.-E.), Paris, 181, 
rue de Vaugirard. — Appareils im- 
primeurs à trasmission multiple. 

P. M. 

208. Bigeon, Paris, 73, rue de la 
Tombe-Issoire. — Manipulateurs à 
claviers. — Appareils imprimeurs. 

S. 16. 

209. Biloret et Mora, Paris, 95 
et 95, boulevard Richard-Lenoir. — 
Appareils télégraphiques. — Son- 



EXPOSITION D'ELECTRICITE. 



norics électriques et tableaiix indi- 
cateurs. S. 9. 

210. Biron (Edouard), Pans, 237, 
riw Saint-Martin. — Cloches, son- 
neites, timbres et grelots servant 
aux horloges et appareils électriques. 

S. 14. 

211. Blanc (François), Grenoble. — 
Sonnerie par inversion de courant. 

P. M. 

212. Boivin (Arsène), Paris^ 16, rwe 
(le rAbbaye. — Soimeries électri- 
ques. — Thermomètres électriques 
avec appareil avertisseur à signaux 
d'alarme en cas d'incendie. — 
Contrôleurs de rondes. — Appareil 
indicateur pour palais de justice. — 
Boutons à touches nuiltiples, forme 
montre. — lableaux indicateurs à 
échappement (cent numéros dans un 
espace de 25 centimètres carrés). 

— Avertisseurs divers pour théâtres- 

S. 2, S. 15,6. C. e. 

213. Borrel (Amédée- Philippe) , 
élève et successeur de J. Wagner 
neveu, Paris, 47, rue des Petits- 
Champs. — Avertisseurs d'incendie. 

— Signaux et sonneries. S. 11), P. V. 

214. Breguet, Paris, 59, quai de 
rUorlogc. — Télégraphes Breguet, 
Morse et autres accessoires de la té- 
légraphie. Signaux électriques pour 
chemms de ter, système Begnault, 
Tyer, Lartigue, Leopolder, etc. 
Postes télégraphiques duplex, mo- 
dèles à pont de Wheatslone, modèle 
différentiel, modèle ordinaire. Son- 
neries tableaux indicateurs, etc., 
pour installations particulières. 
N.,P.V.,S. 15, S.C. S. 19, S. 7, S. 8. 

215. Gacheleux (A. -F.), Paris, 6, riie 
des Vieilles-Haiidriettes. — Télégraphe 
à cadran icproduisant les signaux de 
l'appareil Français. — Télégraphe 
imprimant à l'eMcre, au moyen du 
tireligne, avec sonnerie. P. M. 

216. Canson et Montgolfier, So- 
ciété anonyme des papeteries de 
Vidalon, Annonay {Ardèche). — Pa- 
pier-bande pour appareils télégra- 
phiques. S. 15. 

217. Garpentier (J.-A.-M.-L.), suc- 
cesseur de Piuhmkorff, Paris, 15, 
rue Champollion. — Appareils télé- 
graphiques imprimeurs, système 
Baudot. — Appareils multiples, ap- 
pa*^eils simples. S. 15, S. C. 



218. Cazésus (Germain), Paris, 92, 
rve de Miromesnil. — Appareils et 
sonneries électriques. — Appareils 
imprimeurs à cadran. — Appareils 
autographiques. — Relais de trans- 
lation et relais de décharge des 
lignes. S. 14. 

219. Céfrey (Edmond), au Havre 
186, boulevard de Strasbourg. — Ta- 
bleaux indicateursà action constante 
à 8, 16 et 52 numéros. S. 14. 

220. Ghambrier (Alph.-Edouard), 
Charleville {Ardennes). — Télégra- 
phes imprimeur à indications, à ma- 
nipulation indépendante. S. 14. 

221. Ghameroy (Hippolyte), Mai- 
sons-Laffitte (Seine-et-Oise). — Ré- 
cepteurs électro - photographiques, 
relais, galvanomètres. S. 14. 

222. Ghapart eiSeng, Paris, 3, im- 
passe Btottière . — Appareil indi- 
quant aux gares l'arrivée d'un train 
ainsi que la position du signal. Ap- 
pareil indiquant l'état des feux des 
signaux de chemins de fer, des pha- 
res et des sémaphores. P. 

223 Ghaudron (Léon), Paris, 229, 
boidevard Saint-Germain. — Appa- 
reils pour sonneries et signaux élec- 
triques. S. 15. 

224. D" Ghoné, 157, rue de Paris, 
les Lilas {Seine). — Signaux électri- 
ques pour chemins de fer, pour tenir 
en communication aussi constante 
que possible les gares et les trains 
en marche. P. 

225.Ghutaux (T.), Levallois-Perret, 
i, place du Marché. — Télégraphie 
domestique, sonnerie, générateur 
d'électricité placé dans le bouton de 
transmission. S. 9. 

226. Gcllin(Armand-Francois), Pans, 
118, rue Montmartre. — Contrôleurs 
d'alarme et récepteurs à sonnerie 
(système Opéra) à un seul fil. Con- 
trôleurs d'alarme automatiques par 
l'élévation de la température. Con- 
trôleurs d'alarme à simple contact 
(système à plusieurs fils du Palais 
de l'Industrie) . Carillon d'alarme 
avec sonneries répétiteurs (système 
Opéra) et carillon d'appel à volonté. 
Sonneries d'appartements et acces- 
soires. 

Alarmes pour incendies. Système 
d'alarme dans la colonne Candélabre 
B' 1876. — Svstéme avec cadran 



FRANCE. 



'23 



horaire signalaim'instant de ^alarme 
BM877. 

SurYtnllance des écluses, du ni- 
veau des eaux. Système maxiina et 
mininia B« 187^2/ S. 19, P. V., N. 

227. Combettes (Léonce de), Paris-, 
9'2. rue de Bondy. — Télégraphes à 
aiguilles tournantes. — Télégraphes 
signaux Morse. — Télégraphes impri- 
meurs, pour chemins de fer, châ- 
teaux, usines, etc. S. B. 

228. Compagnie des Chemins de 
fer de l'Est (M. Jacqmin, direc- 
teur), Paris, yare de Strasbourg. 
— Contrôleur de rondes (système 
Xapoli). >'. 

229. Compagpiie ^es Chemins de 
fer du Nord, Paris., \h,riie deDiin- 
kerque. — Appareils électriques di- 
vers des gares. — Signaux électriques 
divers, matériel télégraphique. N. 

230. Compagnie des Chemins de 
fer de l'Ouest. Paria, 110, ?M(? 
Saint-Lazare. M. Delaitre, 1)"^ G*'. — 
Commutateurs électriques avec leurs 
sonneries pour aiguille manœuvrée 
à distance et pour signaux à 1 et à 5 
transmissions. — Guérites et appa- 
reils pour postes de cantonnement, 
avec indicateurs électriques (sys- 
tème Regnault) pour lignes à 2 voies 
et à voie unique, timbres ou cloches 
électriques (Système Regnault). N. 

231. Compagnie des Chemins de 
fer de Paris à Lyon et à la Médi- 
terranée, Paris, 88, rue Saint- 
Lazare. — Postes télégraphiques, 
systèmes Breguet, Morse imprimant, 
Block-système Tyer avec sémaphore 
et indicateurs Jousselin. — Indica- 
teurs Jousselin avec transmetteurs 
pour bifurcations et postes Saxby et 
de manœuvres. Appareils avertis- 
seurs de passage à niveau. — Appa- 
reils à cloches Leopolder pour sec- 
tions à voie unique. — Contrôleur 
électrique de vitesse des trains, (sys- 
tèmes Jousselin etGarnier), avec ses 
pédales. — Disque complet avec 
sonnerie et photoscope électriques. 
— Appareils de communication élec- 
trique des trains (systèmes Prud- 
hoiiime, Picard et Jousselin). N. 

332. Compagpie di| Cli^min de 
fer da Paris à Orléans, 1, place 
Walhubert. — Appareils à cloches 
pour signaler la marche des trains. 



— Sémaphores pour l'application 
du block-système. — Poste télégra- 
phique de station. Installation de 
poste téléphonique. Système de 
rappel des postes intermédiaires, 
appareil divers. N. 

233. Crespin (Arthur), Paris, 25 
avenue Pannentier. — Enregistreur 
du passage des trains dans les tubes 
pneumatiques. Gonnnande automa- 
tique et sans choc des manœuvres 
d'arrivée des trains pneumatiques 
entrant à grande vitesse dans les ap- 
pareils de réception. S. C. 

234. Crosse, Paris, ù,ruedes Vosges. 

— Sonneries, tableaux indicateurs, 
boutons et pièces détachées. S. 15. 

235. Debayeux (A.), Paris, Al, rue 
des Blancs-ManteaiLv. — Indicateurs 
télégraphiques. — Tableaux et son- 
neries électriques. S. 15. 

236. Delahaye (Victor), Courbevoie. 
5, rue d'Aboukir. — Un perforateui 
perfectionné pour le télégrap-he au- 
tomatique Wheatstone. S. 15. 

237. Deschiens (Joseph-Eugène), 
Paris, 125, boulevard Saint-Michel. 
— Télégraphes et signaux pour cibles 
de tir. S. G. 

238. Desruelles et Bourdoncle, 
8 bis, avenue Percier. — Télégraphe 
magnéto-électrique, imprimant les 
dépèches, actionné par un nombre 
d'éléments inférieur à celui employé 
pour les appareils ordinaires. S. 10. 

239 Digney (frères), Paris, 6 et 8, 
rue des Poitevins. — Récepteurs im- 
primeurs et contrôleurs à lettres di- 
vers, avec leurs transmetteurs. — 
Série de récepteurs Morse, Digney 
écrivant à l'encre de tous genres. — 
Paratonnerres relais divers. — Si- 
gnaux et sonneries de chemins de fer. 
S. C. 

240. Dorizon, Paris, 58, rueSaint- 
Sabin, allée verte, w"^. — Pièces dé- 
tachées pour la télégraphie et la té- 
léphonie, bornes, serre-fils, presses 
à charbons, p irte-timbres, trem- 
bleurs, aiguilles, contre-poids. — 
Electro-Aimants pour sonnettes. Vis 
cylindriques et pièces tournées mé- 
talliques. S. 16. 

241. Douce et C'*', Pari?., 116, rue 
de Rivoli. — Sonneries, tableaux in- 
dicateurs à réglage, boutons d'appel, 
poires et presselles pour salleà man- 



2î 



EXl'USlTlOiN D'ELECÏIUGITE. 



gev, tirages pour portes d'entrées, 
pour lit et salle de bain, contacts 
de sûreté pour portes, croisées ou 
l'ortres-forts, interrupteurs et com- 
mutateurs. Pédales. Gâche élec- 
trique. Avertisseur d'incendie. 

S. ib. 

242. Ducousso (frères), Paris, 82, 
rue Vaneau. — Commutateur à en- 
clanchcMient pour chemins de fer à 
double ou simple voie. — Modèle de 
son applicationpourune ligne à dou- 
ble voie (block-system). P. 

243. Dumoulin -Froment, Paris, 
So, rue jSutre -Da)i>e-des-Cham])S. 

— Appareil Hughes de divers types. 

— Appaieil aiitographique de Casel- 
li. — Télémètre électrique de M. Le 
Goarant de Tromelin pour le service 
des torpilles sous-marines. S. 15. 

245. Estienne, Paris, 152, boule- 
vard de Vaugirard. — Houet pour 
appareil télégraphique , à partie 
centrale élastique, s'emboîtant au 
lieu de se visser. P. M. 

246. Fontenilles (Victor), Paris, 
oS, boulevard Haussmann. — Sonne- 
ries pour appartements ; cloches 
électriques pour châteaux, hôtels, 
etc. — Avertisseurs. — Télégraphie 
domestique. S. -15. 

247. Gaiffe (Ladislas-Adolphej, Pa- 
ris, 40, rueSaint-.hidrë-des-Arts. — 
Sonnettes électriques. — Télégraphie 
civile et militaire. S. 9, S. 15, P. 

248. Gautier (E.), Paris, AS, rue de 
ii')iiversit(\ — Sonneries électri- 
ques. — Paratonnerres. — Nouveau 
système d'avertisseur pour réser- 
voirs indiquant le trop plein et le 
vide. S. 11. 

249. Gautret (Pierre-Théophile), 
Paris, 10, rue de Grenelle. — Quatre 
roues des types pour appareils télé- 
graphiques imprimeurs Hughes et 
haudot, reproductions oblenues par 
la galvanoplastie. P, M. 

250. Geoffroy (Victor). Montreuil- 
sous-Bois, \b, rue des Gatines. — Ap- 
pareil avertis.seur automatique. 

S. 1}., B. C. n. 

251. Germain (P.). Clermont-Fer- 
rand. — Matériel de lignes et bu- 
reaux télégraphiques. — Pile. — Ta- 



bleaux des courbes. — Boîte à dépê- 
ches en volcanite. P. M. 

252. Gits (S.). Paris, 59, rue de la 
Roquette. — Tirages de sonneries 
électiiques. P. 

253. Gras (Jules). Paris, 41, rue 
Bellechasse. — Parleurs-avertisseurs 
militaires avec transformation ins- 
tantanée des communications fonc- 
tionnant à volonté en translation ou 
non à l'aide des courants continus 
ou des courants intermittents ; ré- 
sistances variables ; appels perma- 
nents ; contrôleurs constants de 
l'état de la ligne, etc. P. M. 

254. Grassi et Beux. Grenoble, au 
télégraphe. — Rappel-sonnerie élec- 
trique non aimanté, par inversion 
de courants, destiné à faire rentrer 
un poste télégraphique dans le cir- 
cuit. — Télégraphie des chemins de 
fer : appareil en service à la gare 
de Moiran (Isère) depuis 1879. — 
Télégraphie de l'Etat. P. M. 

255.Gravollet (Edouard). Paris, 58, 
boulevard Beaumarchais. — Papier- 
bande de toutes qualités et largeurs 
pour appareils télégraphiques. 

S. 16. 

256. Gressier (Edmond), Paris. 5, 
de Lyon. — Appareil à pétards 
pour signaux de chemin de fer, 
avec avertisseur électrique. P. 

257. Guerin (Emile). Paris, 5, rue 
Montmorency. — Sonnerie électri- 
que avec piles. — Tableau indicateur. 

S. 9, S. 11, S. 16. 

258. Guggemos (Marins). Amiens, 
75, rue Saint-Fuscien. — Appareil 
de correspondance à touche à un 
seul fil, se contrôlant lui-même, 
pouvant servir à tout échange d'in- 
dications convenues et assurant à 
distance les commandements relatifs 
aux appareils d'enclanchement (sys- 
tème Saxby et Farmer) appliqués à 
la manœuvre des aiguilles. S. G. 

259. Hardy. Hayet et Lignereux, 
successeurs, Paris, 6, avenue La 
Motle-Piquet. — Télégraphes octu- 
ples, télégi-aphe autographique, té- 
légraphe imprimeur Hayet, sonne- 
ries et tableaux d'appartement, son- 
neries, rappels, parleurs, anémo- 
mètre. S. C. 



FRANCE. 



260. Hequet Paris, 103. rue de 
Grenelle. — Electro-aimants à cu- 
lasse coupée et mobile. — Relais 
de translations à décharge mécani- 
que et muni des électro-aimants 
spécifiés ci-dessus. P. M. 

261. Herz (C). Paris. — Télégra- 
phe de quartier, service particulier 
et municipal (systèmes américains). 

>. 

262. Jacquemier (Ra(ml). Par/s, 
l"22, avenue de ^ellilly. — Télé- 
graphe imprimeur. N. 

263.Jarriant. Parts, 58, rue Pierre- 
Charron. — Signaux et sonneries 
électriques. S. 8, S. 10. 

264. Joly (Alphonse). Paris, 19,n/e 
du Cherche-Midi. — Récepteurs. — 
Relais à double réglage par un seul 
axe. — Télégraphe optique de jour 
et de nuit. — Avertisseur électrique 
contre les incendies indiquant lui- 
même les dérangements de son mé- 
canisme. — .Alàt de signaux à répé- 
titeur et à sonnerie pour chemin de 
1er, pour les temps brumeux. F. 

265. Jordery (Claude). Paris, 26, 
rue Montait/ne. — Télégraphe élec- 
trique écrivant. Appareil de démon- 
stration pour la transmission rapide 
des dépêches en écriture courante. 

P. M. 

266. Lapointe (G.). Paris, 9, rue 
Saint-Sebastien. — Pièces tour- 
nées, assemblées ou détachées, vis 
cylindriques, bornes, serre-fils, etc., 
pour la télégraphie, téléphonie et 
microphonie, servant à la fabrica- 
tion de ces pièces. S. 15. 

267. Lartigue. Paris, &0, rue delà 
Tour. — Modèles et pièces d'ap- 
pareils appliqués à l'exploitation des 
chemins de fer; commutateur à mer- 
cure. Déclic électrique. — Chrono- 
graphe. — Appareils divers. S. 14. 

268. Leblanc (H.), etLoiseau (A.). 

Paris, 57, rue Fontaine-au-Roi. — 
Protecteur électrique automatique 
de passage à niveau. — Block-sys- 
tem. — Pédales. — (Modèles des 
appareils fonctionnant sur le réseau 
de l'Etat, ligne de Tours à Château- 
roux.) X. 

269. Lenczewski (Ladislas) et O'', 



Paris, 25, rue de la Montaç/ne-SainU'- 
Geneviève. — Connnutateurs, sonne- 
ries électriques simples, à voyants 
et à relais. S. 13, P. 

270. Letourneau (Edouard), Pa- 
ris, ô7, arenue Montaigne. — Para- 
tonnerres système Bertsch à pointes 
multiples et à boite en foute. — 
Paratonnerres à pointes multiples et 
à lame de gutta-pei'clia (modèles de 
l'Administration des postes et des té- 
légraphes). S. 15. 

271. Létrange (L.) et C''\ Paris, i, 
rue des Vieilles-Haudriettes. — Tim- 
bres emboutis de bronze malléable 
de toutes dimensions. N. 

273. Maiche (Louis) et C'% Société 
de l'Electrophone, Paris, 5, rue 
Louis-le-Grand. — Système télégra- 
phique imprimeur L. Maiche, fonc- 
tionnant à grandes distances par la 
condensation de très faibles courants. 

P. 

274. Mandroux (L.-V.). Paris, 71, 
rue Caumartin. — Relais polarisé 
pourtransmissions sous-marines. — 
Déclanchement mécanique de la dé- 
tente de l'appareil Huches (en col- 
laboration avec M. Paul Terra). P. M. 

275. Mangenot. Paris, 48, rue 
d'Ulm. — Télégraphe de campagne, 
poste imprimeur, télégraphe sous- 
marin, giberne électrique. — Appli- 
cation des courants d'induction. 

S. 9. 

276. Marcillac (Paul-Autoine-Ma- 
rie). Paris, 19. passage Bosquet. — 
Relai différentiel. P. M. 

277. Menusier (Ernest). Versailles- 
16, rue Montbanzon. — Transmis, 
sion de dépèches entre les trains en 
marche et les gares; transmission 
entre les navires en mer et la terre- 
ferme; stations télégraphiques sur 
mer; sonde marine électrique. S.B. 

278. IVIeyer (Bernard). Paris, boule- 
vard Saint-Denis, 1. — Appareils 
télégraphiques. — Transmissions 
multiples par le même fil, système 
à récepteurs indépendants et uni- 
formes. — Transmissions multiples 
par le même fil entre plusieurs villes. 

P. M. 



26 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



279. Michaels (J.-P.), Paris, 45, 
ovcuiic (le rOpe'm. — Carillon 
L'ioclriqiio. S. 12. 

280. Mildé (Charles) fils. — Paris, 
7), nie (le Monceau. — Sonneiies 
et signaux électri(|ues pour appar- 
tement et chemin de fer. — Bou- 
tons de sonnettes avertisseurs des 
incendies (système Gaulne et Mildé/. 

S. 14. 

281. Ministère de la Guerre. — 
Paria. Une voiture-poste de télé- 
graphie militaire nouveau modèle. 
— Un chariot télégraphique. IN. 

282. Ministère de la Marine et 
des Colonies Paris. — Télémètre 
de Tromeliii. Indicateur électrique 
de Gérando. Répétiteur, rhéostat et 
loch électrique Garnier. Transmet- 
teur d'ordres Létard. Télémètre et 
enregistreur anémomètrique Jacque- 
mier. X. 

283. Ministère des Postes et des 
Télégraphes. Paris, 101, rue de 
lirenelle . — Systèmes télégraphi- 
ques à signau.v tugitifs (appareils 
alphabétiques et à signaux conveii- 
tionneb). — Systèmes télégraphiques 
à signaux persistants. (Appareils à 
signaux conventionnels, appareils 
imprimeurs.) Appareils à composi- 
tion préalable et à transmission au- 
tomatique . Systèmes permettant 
l'échange simultané de plusieurs 
dépèches par un même fd. (Trans- 
mission duplex. Transmission mul- 
tiple.) Appareils servant aux trans- 
missions sous-marines. Appareils 
autographiques. Appareils acces- 
soires en usage dans les bureaux 
télégraphiques. — Ecole supérieure 
de télégraphie : organisation et tra- 
vaux de l'école, appareils d étude 
et de recherches du laboratoire. — 
Appareils divers exposés par des 
agents du service télégraphique. 

P. M. 

284. Mirand (fils). Paris, 57, rue 
Galande. — Sonnettes électroma- 
gnétiques. S. 11. 

285. Monti (Ch.). Paris, 127, rue 
Oherkamj)f. — Claviers en ivoire et 
celluloïd pour la télégraphie. P. 

286. Mors. Paris, A bis, rue Saint- 
Martin. — Sonneries électriques. 
Tableaux indicateurs. Electro-séma- 
phores, Tesse, Lartigue et Prud- 



homme. Appareils de sécurité poul- 
ies tirs. Appareils indicateurs pour 
enclanchemenls Saxby et Farmer. 
Répétiteur de séniapiiore Tesse et 
Lartigue. Appareils de protection 
pour passage à niveau. N., S. C. 

287. Nacfer (.1.), Amiens. — Trans- 
metteur Morse circulaire à manette 
centrale. P. M. 

288. Napoli (D.), Paris, 98, Fau- 
boiirg-Puissonnière. — r Contrôleur 
de ronde de nuit. N. 

289. Netter (J.),et Pilard frères, Pa- 
ris, 62, rue de la Voûte. — Un appa- 
reil avertisseur de trains de chemin 
de fer, par M. Jules Netter. — Un 
disque électrique pour chemins de 
fer par MM. Pilard frères. S. 16. 

290. Noé (Charles-François), Paris, 
9, rue Laromigidère. — Télégraphe 
à cadran el télégraphe Morse pour 
la démonstration. S. 13, 

291. Noël (D'-Léopold), Noyers-Saint- 
Martin {Oise). — Télégraphe typo- 
graphique à transmissions multiples 
et duplex, par un distributeur non- 
synchronique mais à courants alter- 
natifs faisant navette d'un poste à 
l'autre. S. 11. 

292. Olsen (Arthur), La Rochelle. 
— Appareil indicateur destiné à 
faire connaître les postés d'où par- 
tent les appels de nuit utilisé con- 
curemment avec un parleur ordi- 
naire. P. M. 

293. Passaquay (René), Mâcon. — 
Système de transmission électro- 
autographique rapide (système An- 
dré). S. 17. 

294. Pelletier (A.-L.), Paris, 78, 
rue de Home. — Types de sonneries 
comprises dans la série de la ville 
de Paris. Tableaux indicateurs pour 
hôtel meublé de 4 étages de 6 cham- 
bres chacun, avec tableau répétiteur 
pour contrôler le service des gar- 
çons. Appareils de luxe. Accessoires. 
Tableaux indicateurs à déclanche- 
ment par secteurs divisés donnant 
des appels simples ou multiples 
(systèmes au moyen desquels on fait 
savoir non seulement quelle est la 
pièce où se fait l'appel, mais encore 
quel est le but dudit appel). Elec- 
trophone ou trompette électrique. 

S. 15. 



FRANCE. 



27 



296. Postel-ViBay (A.), Paris, 08, 
rue Vaneau. — Appareils de télé- 
graphie, récepteurs et manipula- 
teurs des systèmes Hujihes, Vheats- 
tone. Morse,' à cadran, etc. Appareils 
à signaux pour l'application du 
block-system aux chemins de fer. 
Isolateurs. S. C. 

297. Rault et Ghassan, Paris, 6'2, 
rue Bonaparte. — Poste Morse por- 
tatif à ancrage automatique et ré- 
glage à noyau mobile. — Appareil 
Morse à àncrat:e automatique et 
réglage à noyau mobile. P. M. 

300. Rouvier (Joseph-Ântoine-Char- 
les), Mmes, '21, rue de Sauve. — 
Un appareil télégraphique impri- 
meur. (Modilications de l'appareil 
Hughes permettant d'utiliser les 
deux sens du courant.) P. M. 

302. Sambourg. JSeuilly, 51, ave- 
nue de Neuilli/. — Hélais sans rè- 
glage. • P. M. 

303. Sauvajon (Joseph), Tounion 
(Ardèche). — Tableau représentant 
un appareil automatique électrique 
de protection des trains en marc!.e. 
Block-system français. P. M. 

304. Sazérat (Jean) et Lorel 
(Emile), Brest. — Communication 
électrique automatique pour la sécu- 
rité des trains en marche dans tous 
les sens, et leur relation avec les 
gares correspondantes(projet).P. M. 

305. Sieur (Jules-Xavier-Eugène) , 
Paris, 08, boulevard Saint- Marcel. 

— Divers systèmes de double ti ans- 
mission télégraphique dans le même 
sens et en sens inverse. P. M. 

306. Société universelle d'élec- 
tricité Tommasi (Tommasi, di- 
recteur), 11, rue de Provence, Paris. 

— Appareils télégraphiques. S. 16. 

307. Solignac et C*S Société 
d'études et constructions électriques, 
Paris, 208, l'ue Saint-Maur. — Son- 
neries électriques, boutons et ta- 
bleaux indicateurs. S. 13. 

308. Terrai (Paul), Paris, 46, rue 
de l'Ouest. — Appareil Hughes dis- 



posé pour transmission duplex, mé- 
caniquement et électriquement. P. M. 

309. Trouvé (G.), Paris, 14, rue 
Viviennr. — Télégraphe militaire 
portatif, système Trouvé. 

N., S. 9, S. 15, S. 4. 

310. Vauzelle et fils, Paris, 146, 
rue Saiiit-Maur. — Matériel et outils 
servant à la construction des lignes 
télégraphiques. Zincs et charbons 
pour piles. Poteaux de fer. S. 15. 

311. Ville de Paris. — Cartes du 
réseau télégraphique municif>al de 
Paris. — Photographie du Poste 
central télégraphique de la Préfec- 
ture de la Seine. P. V. 

312. Ville de Paris (Préfecture de 
Police). — (Régiment des sapeurs- 
pompiers). — Matériel télégraphi- 
que : 1" d'un poste central; 2» d'un 
poste-vigie. — Cartes du réseau gé- 
néral d'incendie et des établisse- 
ments publics et privés qui y sont re- 
liés. — Avertisseurs d'incendie sy- 
stème G. Petit. — 1" Type d'un éta- 
blissement public ; 2° type des par- 
ticuliers(Breguet, constructeur). P.V. 

— Laboratoire Municipal. — Eu- 

diomèlre analyseur des gaz. — Pho- 
tographie microscopique : appareil 
horizontal sans oculaire; appareil 
vertical avec oculaire. Eclairage par 
la lumière électrique (Dubosq con- 
structeur). Appareil spectroscopi- 
que : nouvelle disposition pour uti- 
liser l'étincelle (Dubosq, construc- 
teur'i . Appareil electrolytique pour la 
recherche du cuivre dans les ali- 
ments. — Machine à mercure pour 
faire le vide dans les tubes servant 
à l'analyse spéciale des gaz (Alver- 
gniat, constructeur). P. V. 

313. Willot, Paris, 57, rue de Bou- 
lainvilliers. — Un type de manipula- 
teur à courants inversés et com- 
pensés pour appareil multiple. — 
Appareils multiples disposés pour 
la correspondance entre plusieurs 
villes par un seul conducteur. — 
Appareil multiple produisant tous 
les signaux Morse dans le sens lon- 
gitudinal de la bande. P. M. 



L\ Position d'electiucite. 



CLASSE 7. 



ItLtl'HOMi:. MICROPHOME, PUOTOPHO.ME. 

314. Aboilard (Louis), Paris, 161. 
rue de CourceUes. — Téléphones. 
.Microphone .\boilaid pouvant li'ans- 
rnetlre la parole audelà de 500 kilo- 
mètres. S. io. 

315. Bigeon, Paris, 75, rue de la 
Toinhi'-hssuire. — Microphones, té- 
léphones nouveaux. S. 16. 

31G. D Boudet de Paris, /V/r/.s, 4, 
rue de l'Islij. — Microphones. Postes 
micro-téléphoni(jues i)our transmis- 
sion de la voix à £,nande distance. 

S. 9, P. 

317. Bourseul. Cahors. — Un élec- 
Irophone. P. M. 

318. B reguet. Paris, 59, quai de 
l'Horlagr. — Téléphones et micro- 
phones système Bell, Ader, Crossley, 
Blake, Gower, téléphone à liquide 
de G. Salet, etc., appareils Ader 
servant aux auditions téléphoniques 
de l'Opéra et du Théâtre Français. 

.\., P. V.,S. 15,S. 19, S.C.,S. 7, S. 8. 

319. Combettes (Léonce de), Paris, 
92, rue de Bondij. — Electrophones 
Ader ; téléphones. S. C. 

320. Compagnie des chemins de 
fer de Paris à Lyon et à la Médi- 
terranée, Paris, 88, rue Saint- 
Lazare. — Application du téléphone 
dans les grandes gares de chemins 
de fer. Téléphone portatif pour le 
réglage des signaux à distance. X. 

321. Gourtot (C), Paris, 75, rue 

Caumarlin. — Téléphones el postes 
téléphoniques. — Téléphones-mi- 
roirs el microphones. S. 15. 

322. Crosse, /Vim, 5, rue des Vo^- 
(jei. — Téléphones. S. 15. 

323. Deschiens, Paris, l'J5, boule- 
vard Saint-Michel. — Microtélépho- 
nes. S. C. 

324. Ducretet (E.) et C'', Paris, 75, 
me des Feuillantines. — Poste télé- 
phonique E. Ducretet. S. 15. 

326. Gaiffe (Ladislas-Adolplie), Pa- 
ris, 40, rue Saint- André-dc^- Arts . — 



Microphones, téléphones, avertisseur 

électrique pour photo-télégraphie. 

S. 9, S. 15, P. 

327. GirardïFréjus), Paris, 80, me 
des Baticjnolles. — Aurophone, Ins- 
truments chantant. S. B. 

328. Herz (C.\ Paris. — Différents 
systèmes de téléphonie à grande dis- 
tance (systèmes du D'"Cornelius Herz). 

— Con joncteur téléphonique automa- 
tique (système Ledru). B. C. e. 

329. Lapointe, Paris, 9, rue Saint- 
Sébastien. — Pièces tournées pour 
téléphonie et microphonie. S. 15. 

330. Lenczewski (Ladislas) et C*% 
Paris. 25, rue Montagne-Sainte-Ge- 
neviève. — Téléphones (systèmes Go- 
vver et Gower Bell), transmetteurs 
microphones (système C. Ader), 
récepteurs téléphones (svstémes G. 
Ader). ' S. 15, P. 

331. Maiche (Louis) et C'*, Société 
de l'Electrophone, Paris, 3, rue 
Louis-le-Grand. — Electrophone L. 
Maiche. Transmetteurs et récepteurs 
de la parole à grandes distances par 
fils aériens, par câbles sous-ma- 
rins avec suppression de l'induction 
des lignes voisines. P. 

332. Mangenot, Paris, 48, rue 
dilm. — Téléphone parleur. S. 9. 

333. Mercadier (E.), Paris, 65, rue 
de Bourgogne. — Appareils radio- 
phoniques. 1'. M. 

334. Mildé, Paris, 5, rue Monceau. 

— Microphone Senlecq. S. 14. 

335. Ministère des Postes et des 

Télégraphes, Paris, 1 01 , rue de G ve- 
nelle. — Appareils servant à transmet- 
trelaparole. P. M. 

336. Mors, Paris, 4 bis, rue Saint- 
Martin. — Téléphone à faisceau mé- 
tallique. >'., S. G. 

337. Postel-Vinay, f^aris, 58, rue 
Vaneau. — Télèpliones Gower et 
appareils Ader. S. C. 

338. Regnard, Paris, '■2%, rue Char 
lot. — Microphones Blacke de dif- 
férentes formes, avec sonnerie d'ap- 
pel, télé[)hon('s. S. 15. 

339. Société générale des télépho- 
nes, Paris, Qiy^ruedes Petits-Champs. 



irn.NCE. 



29 



— I.aitigue, tliroclour , Ader 
et Breguet constructeur, PonV, 59, 
quai de l'Uorîocje. — App.n-eils télé- 
phoniques du système Ader, desti- 
nés à l'aire entendre au palais de 
l'Industrie les représentations de 
l'Opéra national et du Théâtre Fran- 
çais. S. T., S. 8. 

340. Société générale des télépho- 
nes. Paris. Gt). rue det; l'ctits-Chainps. 

— Spécimen d'un bureau télépho- 
nique central. — Téléphones et mi- 
crophones de divers types. — 
Electro-motographe. — Modèles et 
appareils de démonstration. — Ap- 
pareils accessoires de l'exploitation 
téléphonique. — Plans et dessins. 

S. C, N.,P. 

341. Solignac et C", Société d'é- 
tudes et constructions électriques, 
Paris, 208, rue Saint-Maur. — 
Postes téléphoniques sans comnm- 
tateurs; chanteurs téléphoniques, 
téléphone à plaque vibrante magné- 
tique. S. 1-'. 

342. Trouvé (G. ) Paris, 14, rue 
Virienne. — Téléphones exception- 
nels à réglage de précision, en aca- 
jou, bois durci, avec aimants puis- 
sants, portant 45 à 50 kilog. leur 
poids. Microphones variés, postes 
micro-téléphoniques. 

>'., S. 9, S. 15. S. 4. 

343. 'Walcker.Pa?7's, 42. rue Roche- 
chuuart. — Cabme sourde à l'usage 
des transmissions téléphoniques. V. 

CLASSE 8. 

LUMIÈRE ÉLECTRIQUE. 

344. Albaret (Auguste), Liancourt- 
Rantignij {Oi?e). — Appareil élec- 
trique pour l'éclairage des travaux 
agricoles, chantiers de construction, 
ports, opérations militaires, etc. X. 

345. Arnould (Ernest). Paris, 11, rue 
d'Enghien. — Régulateur de la lu- 
mière électrique. Modèles d'appa- 
leils pour allumer et éteindre à 
toutes distances. Biii-juet allumant 
directement les bougies. S. 14. 

346. Avoiron et Clément, Paris, 
56, boulevard Voltaire. — Appareils 
pour éclairage électrique. — Lampes 
de tous styles, modèles pour tous les 
systèmes d'éclairage électrique.S.U. 



347. Baillehache (E. de). Paris, 
54. rue Ampère. — Types de lampes 
él(>cliiqiies à foyer invariable. P. 

348. Ballat, Paris, 5. rue Saint- 
Fargeau. — Crayons de 5 millimè- 
tres et au-dessus. — Charbons as- 
sortis. S. 17. 

349. Barbedienne(F.). Paris, 50, 
rue du Faubourg- Poisso7i7iière. — 
Bronzes d'art appareillés pour l'é- 
clairage électrique. S. 5. 

350. Barcellos (Olympio de). Pa- 
ns, 117. boulevard Richard-Lenoir. 
— Accumulateurs automatiques. — 
Purificateur. — Lampes ordinaires 
spéciales au système. — Pile élec- 
trique. S. 12. 

351. Baudet (Cloris), Pa/v's, 90, rwe 
S(tint-Vict(jr. — Lampes et lumière 
électrique. — Régulateur et lumière 
par la pile impolarisable. S. 10. 

353. Beau (H. ) et Bertrand Taillet, 

Paris, 220, rue Saint-Denis. — 
■ Suspensions, lustres, appliques, lan- 
terne de vestibule pour éclairage 
électrique. S. 5. 

354. Bernard (Julien), [*aris, 1, rue 
Larreij \ place Monge). — Photomètre 
servant à mesurer la force de péné- 
tration de la lumière électrique et 
autres, ainsi que la valeur des rayons 
colorés et calorifiques. P. 

355. Biloret et Mora, Paris, 95 
et 95, boulevard Richard-Lenoir. — 
Régulateuis photo-électriques. S. 9. 

356. Blouzon (Ednie), Paris, 50, 
rue Notre-Dame de Nazareth. — 
Crayons en graphitepour lumière. P. 

357. Bourdin (G.). Paris. 15, ave- 
nue de la République. — Lampe 
électrique mixte à incandescence et 
à arc voltaïque. S. 10. 

358. Desruelles (L.) et Bourdon- 

cle (J.), 8 bis, avenue Percier. — 
Emploi de l'électricité pour la pro- 
duction d'une lumière facile à gra- 
duer et divisible à l'infini. S. 10. 

359. Breguet, Paris, 59, quai de 
l'Horloge. — Machines magnéto- 
électriques et dynamo-éleclriques 
(système Gramme) et autres piles 
Bunsen. — Lampes régulateurs de 
Serrin, de Halle, de Martin. — Ac- 
cessoires pour les installations d'é- 



50 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



clairage électrique. — Installations 
d'usines et de photographes. 
N., P. V., S. 15, S. 19, S. C.,S.7,S.8. 

360. Gance (Alexis), Paris, 28, rue 
St'daine. — Lampes électriques. N. 

361. Carré (l^dinond), Paris, 10, 
rue de i'Estrapade, et 4, rue des 
Irlandais. — Charbons artificiels 
pour lumière électi'ique et autres 
applications de l'électricité. — Ré- 
gulateurs pour la lumière électri- 
que. S. \2. 

362. Carré (Ferdinand), Paris, 48, 
rue de licniUy. — l'.égulateurs à so- 
lénoïde pivotant et équilibré ayant 
sensiblement la môme puissance 
avec les courants alternatifs qu'avec, 
les courants continus. — Charbons 
artificiels fabriqués à la filière 
(brevet du 15 janvier 1876). — 
Charbons creux. — Charbons métal- 
lisés (brevet 1867). N., S. 12. 

363. Chertemps (Alexandre-Denis), 
Paris, 11 bis, passage Saint-Sébas- 
tien. — Lampe régulateur à solé- 
noïde pour lumière électrique don- 
nant de 550 à 400 becs carcel avec 
deux chevaux et demi de force mo- 
trice, et une consommation de 20 à 
22 centimes de crayons à l'heure. 

S. 15, B. C. n. 

364. Chollet et Rézard.oncle et ne- 
veu, Lyon, 10, rue Belle-Cordière. 
— Commutateurs avertisseurs auto- 
matiques permettant de prolonger 
indéfiniment l'éclairage électrique 
sans extinction. — Railumage spon- 
tané.— Avertisseurs et bougies élec- 
triques. S. 12. 

365. Clémandot (Louis), ingénieur 
civil, /V///.S, 18, rue Bruchant.— 
Lanternes pour la diffusion de la 
lumière électrique. S. 11. 

366. Clerc (Louis), Paris, 86, ave- 
nue des Ternes. — Lampes Soleil 
(système Clei'c et Bureau), de forme 
et de puissance variables. — Lam- 
pes Soleil (système Clerc et Bureau) 
pour mines, à durée très longue, à 
incandescence. — Lampes numies 
d'étouffeurs. — Commutateur auto- 
matique. — Avertisseurs. — Rhéos- 
tats. — Régulateur d'intensité. — 
Fiéallumeur à la main, automatique. 

S. 1,B. C. I. 



367. Compagnie des chemins de 
fer du Nord, Paris, 18, rue de Dun- 
kerque. — Lampes électriques. N. 

368. Compagnie des chemins de 
fer de Paris à Lyon et à la 
Méditerranée, Paris, SS, rue 
Saint-Lazare. — Régulateurs (sys- 
tème Lonlin et de Mersanne) em- 
ployés dans les gares de Paris et de 
Marseille. ^'. 

369. Compagnie générale d'éclai- 
rage électrique, Paris, 12, ave- 
nue de rOpéra. — Matériel d'éclai- 
rage électrique. — Machines Gram- 
me à courants alternatifs. — Appa- 
reils Jamin de différents modèles. 
— Appareils spéciaux de manipu- 
lation ou de suspension employés 
pour l'éclairage électrique. — Des- 
sins d'installations faites ou en cours 
d'exécution. — Lampe électrique 
basée sur l'incandescence d'un 
crayon de charbon, système Werder- 
mann (dispositif Napoli.) — Eclai- 
rage d'une salle de théâtre et d'une 
salle à manger au moyen des Lampes 
Werdermann. — Eclairage du salon 
de M. le Président de la République 
au moyen de 8 lampes électriques à 
incandescence, système Reynier, 
fonctionnant à l'air libre, modèle 
suspendu (1878). 

B. C. .•<.. S. 5, S. 6, S. 5, e. N.O., S. 2. 

370. Compagnie parisienne d'é- 
clairage par Télectricité (an- 
cienne Alliance). Paris, 25, rue 
Dufrénoy. — Brûleur Wilde. — Ap- 
pareils divers pour éclairage d'ap- 
partements et d'usines. 

B.C. s, S. 14. 

371. Dandigny, Paris, 16, place 
de la Chapelle. — Appareil diviseur 
de la lumière électrique, basé sur la 
persistance des impressions lumi- 
neuses sur la rétine. — Spécimen 
d'un candélabre électrique disposé 
pour l'allumage successif de toutes 
les bougies du circuit. — Modèle 
d'un appareil répartiteur de la lu- 
mière des grands foyers. S. 12. 

372. Debrun et Law, Bordeaux, 
6, quai Louis XVIII. — Bougie élec- 
trique inextinguible Debrun. — Ré- 
gulateurs électriques. — Appareils 
spéciaux pour la construction des 
appareils de lumière électrique, ^ 



FRANCE. 



Instruments pour pose, installation 
et vérification des circuits à lu- 
mière. N., B. C. .<. 

373. Dehérâin (P. -P.)- professeur 
au Muséum dliistoire naturelle et à 
l'Ecole d'agriculture de Grignon. 
Paris, i. rue ir.ir'jenson. — Expé- 
riences relatives A l'inlluence de la 
lumière électrique sur le dévelop- 
pement des végêtiiuî. (Serre cons- 
truite par M. Sohier.) N. 

374. Delaurier (E.), Paris, 77, 
rue Daguerre, — Nouvel appareil 
pour la productidn de la lumière 
électrique sans combustion des char- 
bons. S. 11. 

375. Délaye (V.), Paris, dO, rue 
iVArmaille. — Lampe électrique 
(système Délaye) désignée sous le 
nom de lumière solaire. S. 17. 

376. Douhet (Cte de), Paris, 68, 
avenue Marceau. — Un ou plusieurs 
appareils de diffusion et d'étincelle 
électrique (arc voltaïque ) ayant 
la propriété d'élargir et de teinter la 
lumière tout en la projetant en 
traînées lumineuses à partir du 
pied des appareils. S. 12. 

377. Dubos (Charles), Paris, 41, 
avenue La Motte-Piquet. — Plusieurs 
systèmes de régulateurs et brûleurs 
pour la lumière électrique. — Lampe 
à charbon circulaire. — Lampe à 
incandescence. B. C, 7i. 

378. Duboscq (J.-A.), Paris, 21, 
rue de rOdéon. — Régulateurs de 
lumière électrique (systèmes Fou- 
cault, Duboscq, Carré, Crompton) 
pour Tinduslrie. Lanternes pour 
projection dans les cours publics. — 
Appareils pour produire au théâtre 
tous les effets scéniques par la lu- 
mière électrique. S. 15. 

379. Duchesne-Fournet, LeBreuil- 
en-Auge {Calvados). — Tableau 
représentant le plan de la blanchis- 
serie Duchesne-Fournet, éclairée 
par onze lampes à incandescence 
Reynier. — En ^élévation. — Vue 
d'ensemble. — Tableau explicatif. 

S. 22. 

^Q, Zu^el (A.), Paris, 1%, rue 



de Seine. — Allumeur et extincteur 
automatique (système ^taigret) fonc- 
tionnant au moyen de pressions suc- 
cessives exercées sur un même bou- 
ton électrique. S. 11. 

381. Gagneau et C'% Paris, 115, 
rue Lafayette. — Une suspension de 
salle à manger à 24 bougies cire et 
un foyer central électrique (système 
Werdermann). S. 5. 

382. Gaiffe (Ladislas- Adolphe), 
Paris, 40, rue Saint- André-des- Arts. 

— Régulateur photo-électrique; ap- 
pareils fixes et portatifs pour l'allu- 
mage du gaz par l'électricité. 

S. 9, S. 15, P. 

383. Gaulard (Lucien), Paris, 65, 
rue Nollet. — Lampe électrique. 

S. 17. 

384. Gérard (A.), Paris, 8, pas- 
sage Cottin. — Lampes électriques. 

— Veilleur automatique. S. 16. 

385. Giraud, Clichy, 19, rue de 
Paris. — Régulateurs Duboscq. — 

-^ N. 



Régulateurs Suisse. 



387. Goderel (Eugène), Paris, 172, 
avenue d'Eijlau. — Charbons pour 
lumière électrique. S. il. 

388. Guichard (P.) Paris, 221, rue 
Lafayette. — Garnitures métalliques 
ornementées pour prévenir les acci- 
dents résultant du bris ou de la 
chute des globes de lampes élec- 
triques et pouvant servir d'enseignes 
de jour oU de nuit. — Supports de 
lampes électriques (pour installa- 
tions urgentes ou temporaires) mu- 
nis de contacts et de poulies per- 
mettant la manœuvre des lampes, 
même en marche. S. 12., P. 

389. Herz (C), Pans. —Lampe à 
incandescence à foyers variables sur 
un même circuit (système A. Noail- 
lon). — Appareils réflecteurs (sys- 
tème Balestrieri). \. 

390. Hurtu et Hautin, Paris, 54, 
rue Saint-Maur.— Appareil porte- 
charbons pour lumière électrique. X. 

391. Jarriant, Paris, 58, rue 
Pierre-Charron. — Pile spéciale pour 
la lumière, s. 8, S. iO. 



7,2 I-:\ POSITION D 

393. Henry Lepaute fils, 7V/r/s, 6, 
riir Ldfaiirttc. — Appareil de phare 
électiu|ue pour Calais (voir l'expo- 
silioii du ministère des travaux pu- 
blics.) P. V., S. 11). 

394. Lenczewski (Ladislas) et G'", 
Paris, 25, rue Montagne -Hainte- 
Geneviève. — Lampes électriques 
(systrme Ueynier). S. 15, P. 

395. L'Hôte (Armand), Paris, 7, 
rue Marqfoij. — Charbons pour 
lampes électriques. S. 10. 

396. Liébert (A.), Paris, 6, rue de 
Londres. — Appareil spécial pour 
diffuser la lumière par la double 
réfle.vion, afin de la rendre propre 
aux opérations photographiques spé- 
cialement appliquées aux portraits. 

— Exécution pratique et démons- 
tration pendant l'exposition. S. il. 

397. Manufacture Nationale des 

Gobelins. (C. Decaux, sous-direc- 
teur des Teintures.) Paris, avenue 
des Gobelins. — Expériences sur 
la solidité des couleurs sous l'ac- 
tion de la lumière électrique. N. 

399. Méritons (de), Paris, 44, rue 
Ihjiir^anlt.— WègiûaiQurs de phares. 

— Lunqjes d'ateliers. — Brûleurs de 
divers systèmes. X., S. 9. 

400. Michaels, (J.-P.), Paris, 45, 
avenue de iOpéra. — Charbon sec- 
tionné pour lumière électrique. — 
Appareil à rotation continue. — 
Régulateur et diviseur du courant 
électrique. S. \'i. 

401. Mignon et Rouart, Paris, 
\7)1. houirvard Voltaire. — Crayons 
Cauduin pour la lumière élec- 
trique. N., S. 12, S. 18. 

402. Mildé, Paris, 5, rue Monceau. 

— Lampes électriques. S. 14, S. 2 

403. Ministère de la Guerre. — 

Paris. .Machines diverses pour la 
production de la lumière électrique. 

— Disperseur variable. P. 

404. Ministère des Travaux pu- 
blics service, central des phares, 



i:lectriciti^:. 

k Paris, 45, avenue du Trocadéro. 
— Trois appareils optiques et une 
lanterne pour phares éclairés par 
r électricité. Ces trois appareils re- 
présentent les types de ceux qui vont 
être employés dans les 46 phai'es 
électi'iques de grand atterrage pro- 
jetés sur les côtes de France. Ils 
font connaître trois des huit carac- 
tères nouveaux adoptés pour ces 
phares, savoir : un feu scintillant à 
groupes de 2 éclats blancs; un feu 
scintillant à groupes de 4 éclats 
blancs; un feu scintillante groupes 
de 5 éclats blancs et 1 éclat rouge. 
Ils sont destinés aux nouveaux pha- 
res électriques de Dunkerque, Ca- 
lais et Gris-Nez. La lumière est pro- 
duite par des machines magnéto- 
électriques de M. de Méritens et des 
régulateurs de M. Serrin. La lan- 
terne vitrée placée au centre du pa- 
lais de l'Exposition est à mon- 
tants inclinés; elle a 5'", 50 de dia- 
mètre. 

Ces différents appareils ont été 
établis d'après les projets de M. E. Al- 
lard, inspecteur général des Ponts 
et Chaussées, directeur du service 
central des phares et balises, (voir 
le mémoire sur les phares élec- 
triques exposé sous le n° 915, ci- 
après). Ils ont été "construits, le 
premier par MM. Sautter, Lemon- 
nier et C'*" ; le second par MM. Henry- 
Lepaute fils; le troisième, ainsi que 
la lanterne dans laquelle il est placé, 
jjar MM. Barbier et Fenestre. N. 

405. Mors, Paris, khis, rue Saint- 
Martin. — Régulateur électrique 
nouveau (système Mors.) N. S. C. 

406. Napoli (D.), Paris, 98, rue 
du Faubourg-Poissonnière. — Photo- 
mètre rotatif. — Charbons artificiels 
pour lumière électrique. N. 

407. Paris (E.). au Bourget {Seiyie). 

— Lanternes rondes, ovoïdes; globes 
soleils ; globes en émail, et en cristal 
dépoli ou gravé. S. 12. 

408. Petit (Pierre), Paris, 27, 29 
et 51, place Cadet. — Linographies- 

— Portraits.»— Paysages. — Repro- 
ductions photographiques obtenues 
à l'aide de la lumière électrique. P. 



FRANCE. 



409. Pilleux al Quesnct. à 17;^- 
lienne, prh Beauvaia [Oisr). — Lam- 
pes à arc voltaï(|ue fixe obtenu par 
rintroduction d'une pointe de char- 
bon entre deux électrodes mélalli- 
ques. S. ['l 

410. Portevin (llip|iolyte) , Reims 
{Marne). — Plans et coupes d'usi- 
nes (filature, tissage mécanique, 
lavage de laines) éclairées par l'élec- 
tricité. S. C. 

411. Postel-Vinay. Pom. 58, rue 
Vaneaii. — l'a-ynlat-ours pour lu- 
mière électiique. >^. •'• 

412. Puvilland frères, (Jules et An- 
dré). I*ari^, 'J5, rue Oudinot. — 
Lampe régulateur électrique à dou- 
bles charbons annulaires. S. 11. 

413. Rageot (Léon), Paris, 26, rue 
yolre-Dame de Nazareth. — Un ap- 
pareil prismatique pour atténuer 
l'intensité de la lumière électrique. 

P. 

414. Ranvier (Jules^, Paris, 116, 
rue de Turenne. — Statues, sla- 
tuetles et torchères, ornements en 
zinc d'art, destinés à porter des 
appareils à lumière électrique. N. 

415. Regnard, Paris, 28, rue Char- 
lot. — llégulaleur de lumière pour 
charbons de grande durée avec avan- 
cement automatique par vis, ou par 
filetage du charbon. 8. 15. 

416. Reynier (Emile), Paris, o, 
rue Béiwuville. — Lampe à incan- 
descence à l'air libre, modèle 1878. 
— Lampe à incandescence à l'air 
libre, modèle 1881. — Lampe à in- 
candescence en vase clos, modèle 
1881. — Allumeur automatique, ta- 
bleau de charbons métallisés. S. il. 

420. SautterfL.), Lemonnieret C'% 

Paris, 2l), avenue de Suffren. 

Travaux publics. — Phare électri- 
que, feu fix»; à laisi:eau lumineux 
vertical. — Phare électrique tour- 
nant (voir l'exposition du ministère 
des travaux publics). — Lampes élec- 



trique s de Gramme poui- phares. 
Marines militaire et marchinde 

— Ensemble d'appareils photo-élec- 
triques pour canots à vapeur. — Avi- 
sos cuirassés, défenses sous-marines. 

— Projecteurs du colonel Maiigin. 
--I.airqies spéciales. — Dispositions 
d'a|)[)areils de signaux pour télégra- 
phie optique. 

Armée de terre. — Appareils photo- 
électriques mobiles, types de forts 
d'arrél ; type de campagne (voir l'ex- 
position du ministère de la guerre). 

— Piojecteur du colonel Mangin. — 
Lampes spéciales. 

Eclair a(je (Appareils d']. — Ports, 
chantiers, ateliers, lissages, filatu- 
res, teintureries. — Lampes Granuiie. 

— Lanternes. — Eclairage sans om- 
bi'es. — Crayons él« étriqués nus et 
cuivrés, garnis; modes d'installa- 
tion des foyers. — Photomètres. 

B. C. s., >., S. 10. 

421. Serrin (V.), Paris, \, boule- 
vard Saint -Martin. — Régulât eu i' 
automatique de la lumière électrique 
Serrin ; type en usage dans les pha- 
res; applications diverses; coumiu- 
tateurs. .\, 

422. Siemens (frères). Pans, 8, 
rue Picot. — Lanipes pendulums. — 
Lainpes différentielles. — Trois ma- 
chines dynamo-électriques alimen- 
tant respectivement : un lustre de 
6 foyers ; 10 lampes différentielles; 
2 lainpes pendulums. 

X. 15., Ce, B. C. s', S. lo. 

423. Société anor/me d s Hauts- 
Fourneaux et Fonderies >. u "Val 
d'Osne, Paris, 58, boulevard Vol- 
taire. — Candélabres torchères, cui- 
vrage adhérent par le procédé elec- 
tio-chimique de MM. Gauduin, Mi- 
gnon et Rouart. X. 

424. Société générale d'Électri- 
cilé (procédés .lablot hkolf), 01, ave- 
nue de Villiers. — Charln.n électri- 
que. — Bougies .labloclikoff. — Brû- 
leurs divers. — Lampes à incan- 
descence de kaolin (système Ja- 
blochkoff). — Condensaleurs. — Ap- 
pareillage électri'|ue. — Chandeliers. 
— Conunulateurs automaticpies. — 
Divers types de suspension. — Mo- 
dèles divers. N., B. G. s., S. B. 



EXPOSITION D'ELEGTIlIcm:. 



425. Scciéié Gramme, /'a/ /.s, 15, 
nie Droiioi. — Macliines à courant 1 
continu. — Macliines à coiiranls al- 
terin.tifs. — Machines aulo-excilalii- 
ccs. — Régulateurs de lumière. — 
Accessoires divers pour réclairago. 

426. Société u la Force et la Lu- 
mière », l'aris, 5, avenue de l'O- 
péici. — Lampe Ucynier en vase clos 
(modèle 4881). — Lampe Reynier à 
l'air libre (modèle 1881). — Hivers 
modèlesdplani])es.r).{^. o., S. 7, S. 4. 

427. Société Lyonnaise de con- 
struciions mécaniques et de lu- 
mière électrique, Paris, 11), l'iie 
(le Grnmmont. 

Système de Mersatine. — Régula- 
teurs iiorizontaux et verticaux, à 
charbons proportionnés à la durée 
de l'éclairage, permettant la divi- 
sion de la lumière électrique. — 
Régulateurs verticaux du même sys- 
tème, avec mise au point à la main 
poui- phares. — Boîtes de sûreté as- 
surant l'indépendance et le rallu- 
mage automatique de chacun des 
foyers mis dans un même courant, 
pouvant s'adapter à tous systèmes de 
brîilcurs. 

Système Bertin. — Régulateur sim- 
ple <à mouvements indépendants. — 
Réflecteur-soleil à charbons multi- 
ples et indépendants. 

Système Boulard. — Réflecteur à 
échelons, liépartition uniforme de 
la lumière sans éclat blessant. 

N.,B. C.S.. S. 19. 
423. Société Parisienne de Fon- 
derie et Laminage (M. E. Martin, 
directeni), Paris, \l, rue du Chemin- 
Vert. — l'iaqué argent pour élairage. 
S. 15. 

429. Société universelle d'Elec- 
tricité Tommasi. — (lominasi, di- 
recteur), Paris, il, rue de Pro- 
vence. — Lampes électriques. 

R. C..s.,S. 16. 

430. Solignaç et C'" , Société 
d études et censtructionsélectriques, 
hiris, 208, rue Saint-Maiir. — 
l'iègiihleur de Solignaç et C'°. — 
Aiqnireils pour le réglage des lampes 
à distance. S. 12. 

431. Suisse (François), Paris, 25, 
rue des Grands-Avyustins. — RéiiU- 
lateurs : ordinaires, type d'atelier, 



double crèinailli'ie ; poiii-Ia marine ; 
pour projection; plusieurs sur le 
même courant. — Lampe de phares. 
— Iièflecteurs de tous genres. — 
Commutateurs divers. S. 12. 

432. Susse (frères), Paris, ^\, place 
de la Bourse. — Candélabres de 
cheminée et lampadaires appareillés 
pt)ur l'éclairage électrique. S. 4. 

434. Thiers (Rodolphe), Paris, 91, 
ru>uL.<Fcnillantines.—Làm\)eY>hoio- 
éleclrique (système Laocassagne et 
Tliiers) , appliquée, dès 1854, à 
l'éclairage' des vastes espaces. — 
Un dessin encadré de la première 
lampe, dite à curseurs magnétiques, 
créée en juin 1854. — Un dessin du 
régulateur électro-métrique, créé en 
1854. P. 

435. Trouillet (Auguste), Paris, 
112, boulevard Sébastopol. — Lam- 
pes électriques Jamin, à 5 et à 4 
jjougies construites pour la compa- 
gnie générale d'éclairage électrique. 

S. 12. 

CLASSE 9. 

MOTEURS ÉLECTRIQUES, TRANSPORl DES 
FORCES. 

437. Baudet (Gloris), Paris, 90, rue 
Saint-Victor. — Moteurs dynamo- 
électriques. S. 10. 

439. Bigeon, Paris, 75, rue de 
la Tombe Issoire. — Moteurs élec- 
triques. S. 16. 

440. Biloret et Mora, Paris, 95 et 
95, boulevard Bichard-Lenoir. — 
Moteurs électriques. S. 9. 

441. Bourdin (G.), Paris, 45, ave- 
nue de la Bépublique — Modèle de 
moteur électrique. S. 10. 

442. Breguet, Paris, 59, quai de 
r Horloge. — Moteurs électriques de 
Gramme. — Série d'appareils de 
rotation de M. A. Breguet, servant à 
l'étude des moteurs. — Appareil 
signalant les numéros des chevaux 
gagnant aux courses de Longchamp 
el de Chantilly. 

\.,P.V.,S. 15, S.C.,S.49,S.7, S.8, 

B. C. s., S. 18. 



FRANCE. 



4A3. Cance uflexisi, Paris, t>8. rue 
Sedaine. — Moteurs électriques. N. 

444. Ghameroy (Ilippolyte), Mai- 
sons- La fftUe [Seine-et-Oise). — Mo- 
teur électiique. S. 14. 

445. Chrétien (J.), Paris, 87. rue 
de Monceau. — Projet de chemin de 
fer élecliique de la Madeleine à la 
Bastille. S. '22. 

446. Chntaux (T.), Levallois-Perret, 
1, jtldcc lin Marché. — Moteurs élec- 
triques. S. 9. 

450. Dandigny, Paris, i^, place de 
la Chapelle. — Roue à raihvay Dan- 
digny, fonctionnant au moyen d'un 
acciunulatCLir électrique. S. 1:2. 

451. Delaurier (E.), Paris, 11, rue 
Daguerre. — Nouveau moteur élec- 
trique. — Appareil pour transformer 
des mouvements circulaires alterna- 
tifs en circulaires continus et pour 
redresser les courants électriques. 

S. 11. 

452. Desruelles (L.) et Bourdoncle 

(J.), Paris, S bis. Avenue Percier. — 
Nouveau moteur dynamo-magnéto- 
électrique, applicable à la tradition 
des véhicules et à tous autres emplois 
industriels. S. 10. 

453. Dubos (Charles), Paris, 41, 
avenue de La Motte-IHquet. — Mo- 
teurs électriques basés sur l'attrac- 
tion et la répulsion simultanées des 
électro-aimants. B. G. n. 

454. Ducretet (E.) et Ç' ", Paris, 75, 
rue des Feuillantines. — Moteur élec- 
trique réversible de E. Ducretet. 

S. 13. 

455. Dumoulin-Froment, Paris, 

Sô, rue I\'otre-Dame-des-Champs. 

— Moteurs électriques de divers 
types. S. 15. 

457. Félix (Clément), Sermaize 
{Marne). — Labourage électrique. 

— Machine à battre. — Chemin de 
fer avec locomotive électrique. — 
Appareils de travail dans les raines. 

— Exploitation des forêts. — Ap- 
pareils divers. B. C. n.,B.G. s. 



458. Flogny (E.-F.-L.), Paris, 81, 
rue Lemercicr. — Moteur électrique. 

P 

459. Gautier (Pierre), Montforl- 
rAmaurij {Seine-et-Oise) . — Moteur 
électrique. S. 15. 

460. Geneste. Herscher et C , 

A"!, rue du Chemin-Vert. — Trans- 
poi't de la force motrice à distance 
et division du travail (applications 
aux établissemeiils publics). Venti- 
lation des salles d'audition télépho- 
nique de l'Exposition. Appareils 
avertisseurs et de sûreté. Ventila- 
teurs mus par l'électricité. S. 7, N. 

461. — Gire (Emile), Paris, A, rue 
de la Galle. — Voiture électro-dyna- 
mique pour route ordinaire. B. C. n. 

462. Greil (Paul-Gustave), Vincennes, 
au vieux Fort. — Moteur éleclrique, 
dit moteur électrique rationnel, don- 
nant d'emblée le mouvement circu- 
laire continu ; force motrice produite 
par l'action réciproque d'un nombre 
égal d'éleclro-aimanls fixes et mo- 
biles, de pôles inverses, sans magné- 
tisme rémanent. N. 



. Guichard (P.), Paris, 221, rue 
Lafayette. — Moteurs magnéto-élec- 
triques Marcel Deprez divisant com- 
plètement la force motrice à dis- 
lance, avec indépendance de chaque 
moteur, et permettant l'éclairage en 
dérivation sur un seul circuit. N.,P. 

484. Herz (G.), Paris. — Trans- 
port et distribution des forces par 
l'énergie électrique (système G. Ga- 

banellasj. N. 

465. Huetz (Alphonse), Paris, 18, 
rue Banville. — Moteur électrique. 

P. 

466. Hurtu et Hautin, Paris, 54, 
rue Saint-Maur. — Consti-uction de 
moteurs électriques destinés à faire 
fonctionner des machines à coudre 
et des appareils n'exigeant pas une 
très grande force. — Construction 
de toutes machines de précision 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



pour la fabrication d'appareils d'é- 
leclricité cl de lélc^raphie. M. 

467. Journaux (J.), I*ans, 56, rue 
des Crvennes, 57, rue du Bac et 
84, boulevard de Schastopol. — Mo- 
teurs électriques actionnant des ma- 
ciiines à coudre. N. 

468. Juzan (Georges), Bordeaux, 
ô'i, rue Porte Dijeaux. — Voitures 
à trois et quatre roues marchant 
par le moteur électrique Trouvé et 
par d'aulres moteurs. 15. C. c. 

469. Larmanjat (Jean), Paris, 18, 
rue Chauveau-Lagarde. — Un mo- 
teur électrique pour machines- 
outils. 13. Ci. n. 

471. IVIerilens (de), Paris, 44, rue 
Boursault, — Moteurs électriques. 

— Transport de forces. X., S. 9. 

472. Michaels (J.-P.), Paris, 45, 
avenue de l'Opéra. — .Moteurs ma- 
f^nétoélectrique à solénoïdes. S. 12. 

473. Minisîère de l'Agriculture 
eî du Commerce (Conservatoire 
national des Arts et Métiers), Paris, 
292, rue Saint-Martin. — Collection 
d'éleclro-moteurs donnée par M. G . 
Froment. S. 20. 

474. Moncomb.'.e (Emile), Paris, 9, 
galerie Vivienne. — Moteur élec- 
trique s'adaptant à diverses ma- 
chines. X. 

475. Olivier, Paris, 10, rue des 
Fdles-du-Calvaire. — Machine à cou- 
dre électrique. l*. C. n. 

476. Puvilland frères (.Iules et .\n- 
dré), Paris, HT), rue Oudinot. — Mo- 
teur éle(;triqne. S. 11. 

477. Fegnard, Paris, 28, rue Char- 
lot. — .Moteurs électriques pour pe- 
tites forces fonctionnant pai' piles ou 
par tous courants électriques. S. 15. 

479. Sautter (L.) Lemonnier et 

C'\ !*aris, 2G, avenue de Suffren. 

— .Moteurs électriques. 

.\., S. 10, B.C. s. 

480. Siemens frères, Paris, 8, rue 
Picot. — .Machines actionnant une 



pompe Greindl et machinesdiverses. 

— Ascenseui- électrique. — Chemin 
de fer aérien pour transport «le 
dépêches. ^ — Tramway dectrique 
faisant le servic(^ du enlrelePalaisde 
l'induslrieetla place de la Concorde. 

\..|{. C. 8., S. 15, B. C. r. 

481. Société anonyme des Câbles 
Electriques (système Berthoud, Bo- 
rel et L''), Paris, 53, boulevard 
Haussmann. — Moteurs électriques. 

B. C. n., S. n. 

482. Société Gramme, Paris, 15, 
rue Drouot. — Moteur électrique 
Granmie. — Machines diverses ser- 
vant au transport des forces mo- 
trices. N. 

483. Société la Force et la Lu- 
mière, Paris, 5, avenue de l'Opéra. 

— Machine Xiaudet. — Bivers mo- 
teurs électriques actionnés par des 
piles secondaires. — Applications 
diverses. B. C. o., S. 8, S. 4. 

484. Société Lyonnaise de Con- 
structions mécaniques et de 
Lumière électrique, Paris, 19, 
rue de Gramrnont. — Petits moteurs 
dynamo-électriques à pignon. 

B.C. s.,-\., S. 19. 

485. Suc, Paris, 50, boulevard de la 
Vdletle. — Tramway de promenade 
mû par lélectricité. — Modèle ré- 
duit de chemin de fer d'usine mû 
par rélcclricilé. B. (^ s. 

486. Taverdon (A.-L.). Paris, 5(>, 
rue de l Arbalète. — Perforateur 
pour galerie de mine fonctionnant 
par le iliamanl noir, transmission 
électrique. — Appareils d'e.\traction 
des calcaires, marbres, etc. — Ap- 
pareils pour lavage et dépeçage par 
la transmission élecirique. N. 

487. Tissaniier (Gaston), Paris, 19, 
avenue de l'Opéra. — Modèle d'aé- 
rostat dirigeable muni d'une hélice 
de propulsion, aclioimée par un 
moteur électi iquc. 

Cet aérostat mesure 5 mètres et 
demi de longueur et 1 métie 50 
ccntimèties de diamètre au milieu. 
Il a un volume de 2 mètres cubes 
200 litres. C'est un modèle au 
dixième de grandeur d'exécution. 

Ce petit modèle a une force 



FHANCK. 



asionliounolle libre de 2 kilo- 
grainines. Gonflé d'hydrogène pur 
il enlève doux piles secondaires de 
M. Gaston Planlè (accumulalenr- 
élei'lri(|ue) pesant 700 grammes 
chacune et son moteur électrique 
pesant avec l'hélice de propulsion 
550 grammes. Ce moteur a èlè cons- 
truit avec beaucoup d'habileté par 
M. G. Trouvé. — L'aérostat dans 
ces conditions a une vitesse propre 
de 2 mètres à la seconde. — Avec, 
trois coupl?s Pluité pesant 500 
grammes chacun, il dépasse 5 mètres 
de vitesse. — Avec un seul couple 
le petit aérostat a une vitesse beau- 
coup moindre, mais il peut alors 
fonclionncr pendant 'i5 minutes 
sans interiuption. 1*. 

488. Trouvé (G.), Paris, li, rue 
Vivienue. — .Moteurs électriques 
Trouvé, réversibles pour bateaux de 
protnenade, vélocipèdes, tours d'a- 
matrur, tours de dentiste, jimets 
scienlitiques. S. 9, N., S. i. 

CLASSE iO. 

ÉLECTniCITK MÉDICALE. 

489. Arnould (Krnest), Paris, 57, 
rue d'EiigItien. — Appareil pour la 
cautérisation des plaies et pour 
l'application des pointes defeu.S.ii. 

490. Barda (Dasile), docteur, Paris, 
iU, rue Blanche. — Baignoire élec- 
trique (système Barda) luca lisant le 
courant électrique sur les parties 
voulues du corp.:;. S. 9 . 

491. Bilorel et Mora, Paris, 95 et 
95, boulevard Ricliard-Lenoir. — 
Appareils électro-médicaux. S. 10. 

493. Boudât de Paris, docteur, 
Paris, 4, rue d'Isly. — Appareil pour 
l'électrisation pai' la décharge du 
condensateur. — Excitateurs spéciaux 
pour la localisation des courants 
galvaniques.— Myophones. — Sphyg- 
mophones, etc.; applications à laphy- 
siologie et à la clinique médicale. 

S.9,P. 

494. Dasruelles (L.) et Bourdoncle 
(J.), Paris, 8 bis, avenue Percier. 
— Appareils électro-médicaux à 
courants induits ou directs agissant 



au moyen de piles sèches et por- 
tatives. S. 10. 

495. Breguet, Paris, 59, quai de 
rUurhige. — Appareils d'étude pour 
les sciences biologiques, modèles du 
D'' Marey. — Cylindres enregistreurs 
à rouage. — Chronogi'aphes à dia- 
pason et autres piles secondaires de 
W Planté pour cautères. 

S. 15, S. C, N., M. C. s., S. 19, S. 7, 
S. 18, P. V. 

49G. Brewer (frères), Par/s. 45, rue 
Sa/ni-Andrc'-dcs-Arts. — Appareils 
électro-médicaux à courantconstanl 
du D' Oninuis (brevetés s. g. d. g.). 
Piles portatives de 10 à 42 élé- 
ments. Appareil de cabinet de 60 
éléments grand modèle avec collec- 
teur vertical, galvanomètre et ac- 
cessoires. Accessoires (tam ons di- 
vers, fils, etc.) n S. 9. 

497. Bunon, Paris, 27, rue Vieille- 
d- -Temple. — Tours de bras, col- 
liei's, jarretières tliei-mo-èleclriques 
conlie les douleurs et affectio..s 
nerveuses. Electru-aimant souple en 
filigrane. B.C..'?. 

498. C'îariin (Charles), Paris. 11 
rtie du Chàteaudun. S. 9. 

499. Combetîes (Léonce de), Paris, 
92,rue de Bondi/. — Appai'eilséloctro- 
mèdicaux. S. B. 

501 . Dubos (Charles), Paris, A\, ave- 
nue La Motte-Piqiiel. — Appareil 

<■ électro-médical de poche. Aj)pareil 
galvano-èlectrique à courants conti- 
nus. B. C.w. 

502. Ducretet (E.) et C, Paris, 
(5, rue des Feuillantines. — Elec- 
tricité médicale. S. 15. 

503. Encausse el Canesie, Paris, 
57, rue Rochechouart. — Electricité 
médicale par les gradualeurs En- 
causse et Canesie. S. 9. 

504. Feuquières. (Jules), Paris, 
89, rue de Sèvres. — Electro-théra- 
peutique générale ; médicaments 
produits par l'électricité. iN'otice sur 
rélectricité. S. 17. 

505. Fonîanié (Jean-Joseph), Paris, 
221 à 207, rue de Bercy. — Fau- 
teuils pour malades à électriser. S. 9. 

508. Gaiffe (Ladislas - Adolphe), 
Paris, 40, rue Saint- André-des- Arts. 



58 



i:\posrriON dklectricith 



— Appareils volta-faradiques et 
magnélo-faradiqiies , l)alteiies gal- 
vaniques à courant coiitimi ; iiiler- 
rupleur automatique; appareils de 
mesure: collecteurs. S.9,S.15,P. 

507. Cuérin (Emile), Paris, 5, rue 
Monlmoreuci). — Appareil pour bain 
élecfru-médical, cautères électri- 
ques. S. 1),S. H,S. 16. 

508. Le Brun ( Jcan-Hippohle) , 
Paris, 5t:{ et 54, j-î/e Pastourelle. — 
Bijoutej'ie électrique contre la mi- 
graine, les douleurs névralgiques, 
les l'iiumalismes et toutes les affec- 
tions nerveu.ses. S. B. 

509. Mangenot, Paris, 48, rue 
d llm. — Appareil Argenton nikclé ; 
pochette médicale. Appareil médical 
avec rhéostat. Pile Onimus Mange- 
not. PileOnimus-électrolyse. Uselro- 
tome de Jardin et Mollez, pile 
gai vano- caustique. Cautères éîec- 
tri(jues. S. 9. 

510. Gré et Ghagnoleau, Bordeaux, 
56, rue du Palais de Justice. — Ap- 
plications de la galvanoplastie à la 
conservation des préparations ana- 
tomiques. S. H. 

511. Osselin (Eugène -Adolphe), 
As7iières (Seiiie). — Bagues, Brace- 
lets, colliers, ceintures, chaînes, 
épingles à cheveux, brassards, 
cuissards, bandages, bas, peignes, 
semelles, plaques électro-magné- 
tiques, etc., etc. S. B. 

512. Planté (Gaston), Paris, 56, rue 
des TourneUes. — Appareil palvano- 
caustiquc à courant secondaire. N- 

513. Pulvermacher (J. L.), Paris, 
39, rue Saint-Marc. — Appareils 
électro médicaux, piles à haute 
tension électrique. — Electrodes. — 
Dosomèlre électrolytique. — Rhéos- 
tat de po( lie. — Batterie de poche 
à fonction instantanée. S. 9. 

514. Seure {D' Jules)', Saint-Ger- 
main-en-Laye. — Pile tubulaire por- 
tative à courant constant pour usage 
médical. S. 9, S. 22; 

515. Trouvé (G.), Paris, \\, rue Vi- 
vienne. — Spécialité d'appareils 
électro-médicaux. Piles Trouvé, por- 
tatives, hermétiques, humides, pour 
la médecine et la chirurgie. — 



Explorateur électrique, polyscopes 
électriques, moteurs et aimants puis- 
sants, téléphones, microphones. 

N., S. 4, .S 9. 

516. Vert (Camille-Xavier), Paris, 
'■li^, passage Bouchardy. — Galvano- 
cautère et polyscope éle( trique, 
alimentés par une pile universelle 
graduée à soulèvement automatique. 
— Cautères divers en platine. — 
Réflecteurs électriques pour la 
bouche. — Instruments divers. P. 

517. Vigoureux (B.), et Andri- 

veau ((i.), Paris, 5, rue Campagne- 
Première. — Instrument pour le 
service électro-thèrapique de la 
Salpétrière (service de M. le profes- 
seur Charcot). S. 9 



CLASSE H. 

KLECTRO-CHIMIE. 

519. Billaudct, Paris, 22, rue de .a 
Sorbonne. — Produits chimiques 
pour la production de l'électricité 
et pour la galvanoplastie. S. il. 

520. Biloret et Mora, Paris, 93 et 
95, boulevard Pàehard-Lenoir. — 
Appareils pour la galvanoplastie. 

S. 10. 

521* Bcur'reaux (L.) et fils, Paris, 
27, rue Monsieur-le-Prince. — Dé- 
pôt électro-chimique du nickel de 
toute épaisseur. Reproduction de 
gravures en nickel. P. 

522. Bregust, Paris, 39, quai de 
r Horloge. — Mai hints dynamo-élec- 
triques de Gramme et autres, piles 
pour la galvanoplastie. 

N ,S.C.,S.'15,B.C. s.,S.7,S.8,S. 18, 
S 19, P. V. 

523. Christofle et C'% Paris, 56, 
rue de Bondy. — A|)parcils servant 
au dépôt galvanique de l'or, de l'ar- 
gent, du cuivre, du nickel, etc, — 
des alliages de bronze, or vert, or 
rouge etc. — Incrustation et damas- 
quinage galvaniques. Galvanoplastie 
massive et ronde-bosse. — Dépôts 
galvaniques appliqués à la statuaire 
monumentale à la décoration. — 
Reproduction d'objets d'art anciens 
par la galvanoplastie. N- 



FRANGE. 



524. Gkutaux(T.), Lcvallois-Perret, 
1, ficce du Marché. — Nouvel appa- 
reil pour la galvanoplastie. S. 9. 

525. Coltens (père et fils), Paris, 52, 
rue Mvujfetarii. — Cuve servant à 
la reproduction des gravures en taille 
douce par un procédé électro-chimi- 
que. — Produits de l'opération, S. 17 

526. Ccurtot, Parh, Ib, rue Cau- 
)nariin. — Appareils galvanoplas- 
liques. S. 15. 

527. Dalifcl ^A.) et C''% PorU, 172, 
(juai Jenunapes. — Dorure et ar- 
iienture de la fonte malléable et de 
l'acier coulé. N. 

528. Delagarde (P.), Paris, 24, rv,j 
VieiUe-du-Temple. — Appareils pour 
galvanoplastie. — Appareils clas- 
seurs-galvaniques. — Applicatior.3 
industrielles. B ("..•*. 

529. Delaurîer (E.|. Pari>i, 11. rue 
Daguerre. — Appareil pour Tétude 
des éléments chimiques. Appareil 
pour la régénération des piles et 
pour la fabrication des produits chi- 
miques. S. 11. 

530. Demilly ^Pierre), Sèvres, 15, 
Grande-Rue. — Céramique bronzée, 
argentée et dorée par la galvanoplas- 
tie. — Pile de Daniell. — Terre cuite 
préparée pour la galvanoplastie. 

D. C. .s. 
— Drault, Paris, 102, boulevard 
Richard-Lenoir. — Bijouterie, or- 
fèvrerie, dorée, argentée et nickelée 
par la galvanoplastie. S. B. 

532. Feuquières {].), Paris, S9, rue 
de Sèvres. — Or, platine, argent, fer, 
nickel, cuivre, étain, tungstène, etc., 
etc. Alliages divers, réduits par l'é- 
lectro-chimie. S. 17. 

533. Fclie ;Jeune), Paris, 204, rue 
Saiiït-Maur. — Stores, toiles métalli- 
ques, système Guichard, galvanisés à 
la pile et à la machine Gramme, 
bains de toutes dimensions. P. 

534. Prenais (Armand), Paris, 11, 
boulevard Richard-Lenoir. — Do- 
rure et argenture électro-chimique. 

S. 17. 

535. Gaiffe (Ladislas-Adolphe), 
Paris, 40, rue Saint- André-<lcs- Arts. 
— Objets divers nickelés etcobaltés. 

S. <), lô, P. 



536. Garnier (Henri), Paris, 15 bis, 
rue Morère, — Aciérages de planches 
gravées. Nickelage, planches photo- 
gravées à l'aide de la lumière élec- 
trique recouvertes de fer et de 
nickel. S. 10. 

537. Grenet (frères), Pans, \\\,rue 
du Temple. — Bains de nickelage à 
l'électricité et produits nickelés. N. 

539. Leclère (Jean-Eugène), Paris, 
5S, rue Bonaparte. — Gravures pho- 
to galvaniques. — Application et in- 
crustation des métaux par l'ôlectri- 
cité. — Doublage galvanique des gla- 
ces argentées. S. II. 

540. Lionnet (C), Paris, 5, rucDe- 
belleyme. — Bains, piles, moules, etc. 
pour la galvanophastie. Objets de 
métal obtenus par les procédés éiec- 
tro-chimi(iues. S. 17. 

341. Mallié (G.) et Gérard, Paris, 
ioG, Boulevard Packard Lenoir. — 
Bain de Nickelure. Produits et appa- 
reils pour la galvanoplastie du 
nickel. S. 15. 

542.Maîitelet (ll.)et Joly (\\.),Paris, 
15, rue de C Abbé Grégoire. — Clichés 
typographiques. P. 

543. Ménagé (J.), Paris, 22, rue 
Gambey. — Objets dorés à la pile. — 
Cuves de nickelage. B.C. 

544. Mérî'ens (de), Paris, 44, rue 
Boursault. — Machine magnéto-élec- 
trique pour la galvanoplastie. 

N. S. 9. 

545. Mignon et Rouart, Paris, 157, 
boulevard Voltaire. — Objets cuivrés, 
étamés, plombés etc., par les pro- 
cédés Gauduin, Mignon et Bouart. 

N. S. 18. 

546. Moncomble (Emile), Paris, 
9, rue Vivienne. — Dorure, argen- 
ture et nickelage par l'électricité, 
plumes métalliques galvanisées. N. 

547. Pérille(J.), Paris, 98, avenue 
de Clichy. — Application du nickel 
par les machines Gramme sur diver- 
ses pièces de coutellerie, outils et 
tire-bouchons articles de sa fabrica- 
tion. N. 

551. Henaudot et Magniny, Paris, 
S7, faubourg Saint-Denis. — Gui- 



40 



EXPOSITION D'ELECTIilCITE. 



vrago voltaïque à épaisseur voulue 
sur toutes matières. — Meubles, 
cadns, statues, cuivrés dorés et 
arg^'utés par l'éloclricité. S. 17. 
S52 Rose (Viclor), Paria, 55. boide- 
vard des Capucines. — Clidiês gal- 
vanoplasliqut's, dessins industriels 
d'appareils électriques. K. 

553. Sautter (L.), Lemonnier et 
C''', Paris, !2C, arenne de Suffren. 
.Machines dynamo-électriques pour 
la galvanoplastie. 

N.,S. 10, r.. C.s. 

554. Siemens (frères), Paris, 8, rî/e 
}*icot. — Machines dynamo-chimi- 
ques avec bains de galvanoplastie. 

N., S. 13, B.C. s., B.C. e. 

555. Sociéîé anonyme des hauts 
fourneaux et fonieries du Val- 
d'Osne. Paris, 58, boulevard Vol- 
taire. — Fonte d'art et d'ornement; 
candélabres, torchères, vases, sta- 
tues, etc. — Cuivrage adhérent par 
le procédé électro-chimique de 
MM. Gauduin, Mignon el Rouart. N. 

556. Société Gramme, Paris, 15, 
rueDrouot. — Machines Gramme dis- 
posées spécialement pour la galvano- 
])lastie et la réduction des métaux. 

N. 
557 Société lyonnaise de con- 
structions mécaniques ei de lu- 
mière électrique, l'aris, 19, rue 
Grammont. — Machines dynamo- 
électriques à pignon et à pôles mobi- 
les pour galvanoplastie el tous em- 
plois d é ectro-chimie. 

B.C..s.,.\.,S. 19. 

558. Société des Usines électro- 
métallurgiques d'Auteuil. Paris, 
52, avenue de Versailles. — Produits 
galvanoplastiques;repio(luclions gal- 
vaniques. — Pièces de fer et de fonte 
cuivrées par les moyens galvaniques. 

559. Stoesser (Auguste), Pam, 122, 
boulevard Sainl-Germain. — Repro- 
duction de textes et de gravures pai' 
de nouveaux procédés d'impression 
typographique au moyen d'une pile 
à auge (système Stoes'ser). S. 17. 

— Taverdsn (A. S.),I*aris, 7>(j, rue de 
l'Arbalète. — Mélallisalion des dia- 
mants noirs et au très corps durs appli- 
qués à la confection des scies, mè- 



ches, fraises, limes et outils divers. 

560. Weil (Frédéric), Pam, 13, rue 
des Petites-Ecuries. — Procédés pour 
cuivrer avec adhérence, étamer, nic- 
kcler, argenter, zingtier, bronzer et 
colorer en toutes nuances le fer, la 
fonte et tous les métaux et pour do- 
ser exactement et rapidement le cui- 
vre, le fer, l'antimoine et le sucre. 
S. 17. 

CLASSE 12. 

INSTRUMENTS DE PRÉCISION, ÉLECTIÎO-AIMANTS 
ET AIMANTS, BOCSSOLES, HORLOGERIE 
ÉLF.CTRIQUE. 

562. Armengauiatné (Charles-Eu- 
gène), Paris, 45, rue Saint-Sébas- 
tien. — Modèles destinés à l'Ensei- 
gnement des phénomènes électri- 
ques, de leurs applications indus- 
trielles, ainsi que de leur théorie. 
S. 11. 

564. Barbier (Ernest- Çrançois), 
Paris, 9, rue Fromentin. — Horlo- 
ges électriques système Leclanché 
etJNapoli : conîactà mercure dans 
un milieu réducteur. Relais portant 
le même contact, récepteurs appro- 
priés. Système Schweizer et Leclan- 
ché à remontoir et à transmetteur 
électrique. S. 10. 

565. Barrière (L.) et C'% Paris, 22, 
rue Saint-Sabin. — Vis pour instru- 
ments de précision. S. 15. 

566. Benoit (A.), Cluses {Haute-Sa- 
voie). — Dessins d'appareils élec- 
triques appliqués à l'horlogerie mue 
par l'électricité. S. 19. 

567. Biloreî et Mora, Pans, 93 et 
95, boulevard Richard-Lenoir. — 
Electro-aimants — Bobines d'induc- 
tion. — Aimants artificiels. S. 10. 

568. Bisson (Ernest), Paris, 59, 
Boulevard Bourdon. — Boussole élec- 
trique insensible à l'action du fer. 
Hydrobathéographe. Enregistreur 
automatique fonctionnant dans les 
deux sens à l'ai ie d'un seul fils. 
Electro-aimants. S. 14. 

569. Bizot (Joseph), Aix-en-Pro- 
vence. — Pendules électriques con- 
struites en bois simples ou a répé- 
tition — Minuterie à cannes sans 



eiigreiiaiios ni pignons — Balancier 
moteur — Compensateur électrique, 
sonnerie indépendante. 1*. M. 

570. Blondeau (Jules), Paris, 29, 
Avcnitnr Orléans. — Pendule réglée 
par la remise à l'heure. — Réveil 
électrique s'appliquant aux pendu- 
les d'appartements. S. 11. 

572. Bontemps (Charles). Pari:^, 
lOr., rite de Grenelle. — Chronogra- 
phepourla recherche des dérange- 
ments dans les tubes pneumatiques. 
Appareil pour la démonstration des 
lois (récoulement des tluides. P. .M. 

573. Borrel (Amédée-Philippe) . 
élève et successeur de J. Wagner, 

Paris, 47, ri(c des Petits-Champs. 
— Régulateurs, distributeurs, hor- 
loges, cadrans, réceptem s. Appareils 
électriques de réglaiic des horloges 
pour l'unification de l'heure dans 
les villes. S. 19. 

574. Bourdin(C.), Paris, lô, avenue 
de la République. — Electro-ai- 
mants à plaques à fil plat. S. 10. 

576. Breguet, Paris. ."'J, quai de 
l'Horloge. — Aimants Jamin et ai- 
mants ordinaires. Anéniomèlres et 
girouettes à indications graphiques. 
Enregistreurs pour les observations 
astronomiques et pour la mesure 
des longitudes. Chronographes di- 
vers. Compteurs. Dynamomètres en- 
registreurs. Appareils d'induction. 
Electro-aimants de grande puissance 
pour le triage mécanique. Horloge- 
rie électrique (pavillon de îa Ville 
de Paris). 

X., S. C, S. 15., B. C. s., S. 7.. S. S. 
S. 18., S. 19., P. Y. 

577. Cacheleux (A.F.), Paris, Q,rue 
des Vieilles-Haudriettes. — Pendule 
électrique indiquant les départs des 
trains atmosphériques. P. M. 

578. Gance (Alexis), Paris, 28, rue 
Sedaine. — Bobines électro-magné- 
tiques. N. 

579. Caron (Charles), Paris, 189, 



FRANCE. 41 

rueSaint-Maur. — Pendule électri- 
que mystérieuse. S. B. 

580. Carpentier (.I.A.M.L) (suce, 
de Ruhinkorf), Paris, 15, rue Cham- 
pollion. — Chronographes et enre- 
gistreurs Déprez. Synclironisme 
Déprez. — Moteurs et inaciiines 
magneto-éleclri(|ues Déprez. Perfo- 
rateur enregistreur J. Carpentier. 

S. 15., S. C. 

581. Carré (Ferdinand), Paris, AS, 
ruede Ixeuillij. — Aimants en alliage 
défunte. S. 12. N. 

583. Chambrier (A.-E ), Charleville 
[Ardennes). — Electro-aimants de 
différents systèmes. S. 14. 

584. Charrière et G"''. AUevard 
{Isère). — Aciers spalhiques pour 
aimants de grande puissance. Ai- 
mants forgés ass>mblés et trempés, 
pour machines magnéto -électriques 
appareils lélégraphiq'ies, télépho- 
nes de tous modèles, etc. N. 

586. Ghutaux (T.), Levallois-Perret, 
\, place du Marché. — Electro-ai- 
mants avec leurs armatures spéciales 
pour moteurs électriques et appa- 
reils divers. S. 9. 

587. Gollège de France (Labora- 
toire de M. Marey). — Disposition 
de l'expérience destinée à analyser 
une décharge de torpille : inscrip- 
tion des flux successifs; détermi- 
nation de leur retard. S. 20. 

588 . GoIIin (Armand-François) , 
Paris, 118, rue Montmartre. — 
Systèmes divers d'unification de 
l'heure. Systèmes, par avance, arrêt 
de la roue d'échappement. Brevet 

■ de 186G. — Pour l'emploi des lignes 
télégraphiques commutateurs, B^ 
1870. — Réglage à la seconde, B* 
1877; — de centre horaire à syn- 
chronisme, B' 1879. — Signal de 
l'Observatoire, B» 1879; — par 
l'avance et le retard, B' 1879. — 
(2') Avance et retard par cône, B' 

1880. — Compteur cadran électrique 
avec remise à midi par inversion de 
courant, B' 1880. Systèmes mixtes 
à deux électros l'un pour corriger 
l'avance, l'autre le retard, déclan- 
chement de l'échappement B* de 

1881. — 2*^ mixte à satellite avec 



EXPOSITION D'ELECTRICITi: 



deux électros ou un seul pour rorri- 

^er l'avance et le relard, B'de 1881. 

S. id, N. 

589. Combettes (Léonce de), Paris, 
92, rue de Bondij. — Eleclro-ai- 
manls, Ijoussoles, horloges à ré- 
cepteurs dlieure éieclrique. — Mo- 
teurs électriques de plusieurs systè- 
mes, elc, aveitisseurs d'incendie, 
Iherniouiétre niaxirna, miiiima. Bo- 
bines de HulmikoilT. Tubes de 
Geissler. — Machines électri(|iies. 
S. B. 

590. Compagnie des chemins de 
fer de l'Est (j9C(|min, directeur), 
Parift, Gare de Strasbourg. — Appa- 
reil donnant le dia;:ramnie des at- 
tractions d'un aimant. Pendule élec- 
trique à l'emouio r, sonnerie et ré- 
pétitien. Photomètre rotatif, (pré- 
sentés par M. Napoli, agt. de la C'*.). 
Pendule éieclrique à remontoir (pré- 
sentée par M. Barbey, agt. delaC'^). 

N. 

591. Ccmpagnie des c^^emins de 
fer ce Paris à Lyon et à la 
Méditerranée, Paris, 88, rue Saint- 
Lazare. — Horlogerie électrique, 
r.emise à l'heure (syst. Garnier), 
employé dans les gares. N. 

593. Dalifcl (A.) et C'", Paris, 172, 
quai Jemmapes. — Acier à niniants. 
— .Aimants. — Pièces détachées de 
mav.' nés électriques en fer et acier 
forgé, en fonte malléable et en acier 
moulé. N. 

594. Debrun (E.) et Law (A.) Bor- 
deaux, 0, quai Louis XVI IL — Baro- 
mètre amplificateur (système De- 
brun). N., B. G. s. 

594 bis. De la Roche (Charles), Pa- 
)7s,50, avenue Diiquesne. — Pendules 
électriques. — Manomètres électri- 
ques de sûreté pour la transmission 
à distance, des pressions des ma- 
chines à vapeur. — Appareils hydro 
et électro-pneumatiques (système 
Cari Mayrhofer. inventeur di's hor- 
loges pneumatiques). S. 10, S. 19. 

595. Deleuil (Jean-Adrien), Paris, 42, 
rue des Fourneaux. — Chi'onogra- 
phe pour mesurer la vitesse des 
projectiles. Balance à commutateur 
automatique. S. 13. 



596. Denis (Ferdinand), (raison 
sociale : Denis Fouillel). Villefran- 
che {Rhône) , 71, rue Nationale. — 
Bégulateur électrique avec ou sans 
sonnerie. L'échappement ou impul- 
sion s'opère sais frottement. Le 
balancier, ainsi isidô de toute résis- 
tance variable, imprime aux aiguil- 
les qu'il commande, une marclie 
invari;ible, quelle que soit d'ailleurs 
rirrégularité de la pile. I'. 

597. Deschiens (Joseph-Eugène), 
Paris, 125, boulevard Saint-Michel. 

— Pendules et horloges électriques, 
compteurs de secondes. Chronogra- 
phe. S. C. 

598. Dsshayes (Ch.), Paris, 21,/v/e 
de Saintonge. — Horlogerie etjouets 
scientifiques. P. 

599.Dhamelincourt (Paul), Hevde- 
bouville, près Louviers (Eure). 

— Thermométrographe averàsseur 
électrique "composé de 2 parties 
distinctes : le thermométrographe 
et l'avertisseur. I'. 

600. Dienst (Jules), Paris, 15 i, rue 
du Bac. — Aimants naturels et arti- 
ficiels. S. Ik 

601. Dubcscq (J.A.), Paris, 'ii, rue 
de rOdéon. — Chronographe à vi- 
tesse variable, inscrivant la seconde, 
le 1/100 et le l/IOOO de seconde. 
Electro-diapason à poids variait 
d'une octave (système Mercîidicr). 
Electro-diapason inscrivant en pro- 
jection les mouvements vibratoires, 
parallèles et rectangulaires. 

S. 15, S. l'P. 

602. Ducretet et C'^ Paris, 7.^, 
rue des Feuillantines. — Electro- 
aimants pour le diaiujignétisme. — 
Boussoles pour l'étude du magné- 
tisme. Bobines de Ruhmkorff. S. 15. 

603. Dumoulin-Froment, Paris, 
85, rue Notre-Dame des Champs. 

— Compas pour mesurer le dia- 
mètre des fils de communication 
électrique. Dessin de la première 
réalisation de l'unification de 
l'heure. S. 15. 

604. École d'Horlogerie de Paris, 

Paris, 99, faubourg du Temple. — 



Pendults 
tricité. 



% 
iicbronisées 



FRANCE. 



par 1 Élec- 
S. 19. 



605. Estienne. Pflr/>, 152, boulevard 
de Vatigirard. — Galvanonièlre- 
Rappel, sans rég^lago : 1» permettant 
l'appel simultané, indépendant, par 
sonnerie et récepleui", sans angmen- 
ter la lésistance de la ligne; 2» ré- 
solvant également le problème du 
rappel d'un seul des deux postes, 
en déiivation sur un lil. P. .M. 

607. Gaiffe ( Ladislas- Adolphe) , 
Paris, 40, rue Soiut-André-des-Aits. 
— Boliines et machines d'induction 
de démonstialion. Appareils pour 
l'induction dans les circuits ouverts, 
dans les annants en vibration. Ai- 
mants. S. 9, S. 15, P. 



608. C&llet 

Graiid'rue. 
trique. 



Victor), Brest, 45, 

- Réveil-malin élec- 

P. 



609. Garnier (Paul), Paris, Ù et \G, 
rue Taiibout. — llorlQgt'set cadrans 
électi'iqut s. — Unification de 1 heure. 
Remiï-e à l'heuie des pendules et 
horloges par l'électricité. Synchi-o- 
nisalion. Appareils électriques di- 
vers. S. 19. 

610. Gary, Paris,, 22, rue Sainte- 
Eugénie. — Horloge électrique. 

$. 14. 

611. Girard (Fréjus), Paris, 80, rue 
des Batignolles. — Pendule de 
voyage à j éveil électrique, avec 
timbre d'appel fonctionnant à l'aide 
d'une pile. S. B. 

612. Giraud. Clichy (Seine), 19, rue 

de Paris. — iMachines de cabi- 
net de physique donnant difiérenls 
courants et servant à la galvano- 
plastie. N. 

613. Gonîard (P.), Monthéliard 
[Doubs). — Nouveau système de mise 
à l'heure et d'interrupteur, appli- 
cable à toutes les pendules et aux ré- 
gulateurs d'observations. S. 19. 

614. GrcEguénaint, Paris, 11, rue 
Neuve-Saint' Merri. — Chapes di- 
verses en pierres fines et autres 
pour boussoles et galvanomètres. 



Pierres diverses de toutes formes 
pour instruments de précision. 

S. H. 

615. Guébhard (Adrien), ^hniilhj- 
sur-seine, 12 rue de Chartres. — 
Réalii-ation expérimentale de lignes 
équipotonliolles planes au moyen 
des anneaux de Nobili. S. 22. 

616. Guérin i^Emile), Paris, 5, rue 
Montmorency. — Appareils divers 
de démonstration électro-médical. 

1 



S. 9. S. 



S. 1<) 



617. Guichard (S.) et €'% Paris, 8, 
rue de Rocroy. — Hydromètres 
avec indicateuis électriijVies. Mano- 
mètres. Thermomètres. Parcmètres 
pour monuments publics avec indi- 
cateurs électrique. Barométios en- 
registreurs avec indicateurs élec- 
triques. P. 

618. Hardy, Hayet et Lignereux, 

successeuj'S, Paris, 0, avenue de La 
Motte-Piquet. — Baromètre eiuegis- 
treur. Horlogerie électrique. Bous- 
soles Duchomin. S. G. 

619. Kempel (0.) et C'% PflW^^ 55, 
quai des Grands- Augustins. — Ma- 
chines et appareils accessoires pour 
l'enseignement de l'électricité sta- 
tique. S. ,5. 

620. Jacquemier (Raoul), Paris, 
122, avenue de Ncuilly. — Indica- 
teur d'intensité. — Intégromètre. — 
Régulateur électrique pour machi- 
nes marines. — Télémètre. — Ciné- 
momètre. — Enregistreur anémo- 
métrique. .\. 

621. Jamain (Louis), Paris, ôO, rue 
d^ HauteviUe . — Tubes lumineux 
de Geissler, de Plucker, de llillorf et 
de Becquerel; instruments en verre. 

S. 11. 

622. Lagarde (Joseph), Paris, 15, 
rue de Sèvres. — Boussole des sinus 
à zéro mobile. — Condensateur avec 
un nouveau diélectrique. P. M. 

626. Lattuada (J.), Villeneuve-Ia- 
Garenne, 11, quai d'Asnières. — 
«Calendriers perpétuels automatiques 
mus par l'électricité. S. 19. 



u 



E\I'0>FTION D'ÉLECTlUCITi;. 



627. LeGoar»- t de Tromelin (G), 

L')i icnt (.M;ijor''ù géjii'ralc). — Lo(;h 
élcclii(jiie avt'c compteur, l'oiiclion- 
naiil sans ferme-circuit étanche et 
par dilTéi-encf de résistance exté- 
rieure de la pile. Cet appareil per- 
met de connaître sans relèvements 
les dianii'ties des cercles de giralioii 
d'un navire. N. 

628. Leguay (E.), Paris, 79-81, 
rue de la Tumbe-hsoire. — Enrou- 
lage de boiiines et fournituie de fils 
pour tous les apt^ariils électricjues; 
résislancts el nombre de tours me- 
surés exactement. — Electro- ai- 
mants. — Bobines d'induction. — 
Etalons de résistance isolés ou mon- 
té? en série. S. IT» 

629. Lemoine (A.), Paris, 7, rue 
Blanche. — iV-ndnles électiiques : à 
réaction atmospbérique (dite Papi- 
lionome). — A commutation pai- 
l'écliappcment. — A étoile commu- 
tatrice (dite A^téronome). — Son- 
nerie électrique sans ressort (dite 
Chassevent). S. 11. 

630. Lenczewski (Ladislas) et C", 
Paris, 25, rue Moutagne-Sainte-Gc- 
neviève. — Aimanls. — Pendules 
électiiques (système Schvveizer et 
Leclaucbè). S IT), P. 

631. Henry Lepaute fils, Paris, 6, 
rue Ldfdiji'tle. — Systèmes divers 
d'uiiificaiion de l'beure (voir au pa- 
villon de la ville de Paris). — Ap- 
pareil avertisseur et contrôleur au- 
touuitique du niveau des eaux. 

b. 19, N. 

632. Loiseau (Acbillej, Paris, 57, 
rue Funiaine-au-lioi, el 29, rue de 
liichelieu. — Appareils électriques 
destinés à rin>lruclion et à l'amu- 
senieut : bobines, piles. — AUu- 
moirs automatiques. — Télégraplies; 
sonnei-ies. — Moteuis électriques. 
— Pendule électrique. S. I). 

633. Loiseau, Paris, 57, rue Fun- 
taine-aU'lioi, et Guichard, Paris, 
221, rue Lafayetie. — Collection 
complète d'appareils électriques des- 
tinés à l'instruction et à l'amuse- 
ment. — Piles. — Bobines; allu- 
moirs automatiques ; sonneries ; 
télégraphes, toiles métalliciues gal- 
vanisées (procédés Guichard). S. B. 



634. Luizard (Léon), Paris, 21, 
rue il' Aréole. — Machine électrique 
statique modèle classique. — Ma- 
chine électrique pour l'électrothé- 
rapie statique. — Machine de Ilollz 
à quatre plateaux, pierre d'aimant 
naturel montée. — G;ilvanométre, 
télégraphe. S. IT». 

636. Mathieu (L.-A.), Paris, 20, 
rue (le Saiiitorifjr. — Horlogerie 
éleclri(pie. ' S. 10. 

638. Mercadier (E.), Paris, 65, 
rue (le Bourgogne. — Chronograplies 
électriques enregistrcuis. P. M. 

639. Merifens (de), Paris, 4i, rue 
Boursauli. — Aimants permanents. 

N.. S. 9. 

640. Mildé (Charles, fils), Paris, '5, 
rue (le Monceau. — Régulateurs élec- 
triques. — Régulateur ordinaire à 
contact par qumze secondes. — Ré- 
gulateur à sonneries. — Différents 
modèles de récepteurs. S. 14. 

641. Ministère de l'Instruction 
publique et des Beaux-Arts (Ob 

servatoiie de Besançon, M. St-Loup, 
directeur,. — Anèmogi-aiihe élec- 
trique. — Disposition de remise à 
l'heure. S. 20. 

642. Ministère de l'Instruction 
publique et des Beaux- Arts (Ob- 
servatoire de Marseille). — Appareils 
électro-magnétiques de M. Lœwy. 

S. 20. 

643. Ministère de l'Instruction 
publique et dey Eeaux-Arts (Ob- 
seivatoirede Paris). — Ap|iai'eil chro- 
nographique employé dans la déter- 
mination des longitudes. — Appa- 
reil de la vitesse de lu lumière de 
M. Cornu. — Appareil de M. Wolf 
pour la détermination des équations 
personnelles dans les observations 
de passages. — Dessin de l'appareil 
de réglage électrique des pendules 
et de distribution de l'heure, établi 
à l'Observatoire par M. Wolf. — 
Document relatif à l'envoi télégra- 
phique de l'heure aux postes. — 
Micromètre à fils éclairés par l'élec- 
tricitè par M. Wolf. S. 20. 



644. Ministère de la Marine, 
et des Colonies. Pari^. — Appareil 
balistique .Marcel Deproz, Sebert et 
Lelard. — Cbronoj^q-aphes. — Accé- 
lêrogrnphes. — Vêlocomètres. — 
Balances inanomélriques, projecliles 
enregistreurs, cible disjoneirice, 
interrupteurs et enregistreurs. Inlé- 
gromètre et cinémomètre Jacqne- 
mier. — Appareil du commandant 
Trêves pour l'étude du magnétisme. 

645. Mors, Partfi, 4 bis, nie Saint- 
Martin. — Electro-aimant tubulaire 
de Camacho. S. (1., S. C. 

646. Napoli (D.), Paris, 98, fau- 
bourg Poissonnière. — Pendule élec- 
trique à sonnerie et à répétition. X. 

647. Nadot (J.-B. Victor), Dijon, 5, 
rempart de la Miséricorde. — ine 
table d'Ampère. — Appareil servant 
à démontrer l'action des courants 
sur les courants. — Aimant rotateur 
d'Ampère. — Une roue de Barldw. 

S. ir.. 

648. Noé (Cbarles-François), Paris, 
9, rue Laromiguière. — Appareils 
dŒrsted et de Clarke. — Aiguilles 
d'inclinaison et de déclinaison. — 
Bobines d'induction. — Macbine 
pour la chute des corps de M. Bour- 
iouze. — Plan incliné à sonnerie. 
— Tubes él incelants. — Appareil 
de Foucault pour transformer la 
force magnétique en chaleur. — 
Œuf De de la Piive. — Accessoires 
des bobines. — Appareil pour dé- 
montrer le rayonnement dans le vide 
de M. Opdenberg. S. 1.' 

649. Noël (Victor-Alfred), Paris, 
165, rue Saint-Denis. — Horloge en- 
registrant la vitesse des trains et 
l'heure du passage sur un point dé- 
terminé et pouvant unifier Iheure 
de la li-ne. S. H. 

650. Patry ( Stanislas - Auguste ) , 
Paris, V2, rue du Bouloi. — Horlo- 
gerie électrique (svslème PatrvK 

S. 19. 

651. Puvilland (frères), Paris, 23, 
rue Oudinot. — Pendule électrique. 

S, 11. 

652. Bedier et C'% Paris, 8, cour 



FRANCE. 4.-1 

des Pctitex-Ecuries. — Horloges et 
pendules synchronisées électrique- 
ment. P. V. 

653. Regnard. Paris, 28, rue 
Chariot. — Aimants, faisceau d'ai- 
mants. S. 15. 

657. Sainte (Aman), Paris, 25, rue 
du Château -d'Eau. Entrée : rue 
Taylor , 22. — Un compteur de 
tours, mesureur de vitesse, appli- 
cable aux machines Grannne et au- 
tres appareils. — lu in'licateur 
mécanique du niveau d'eau contenu 
dans les chaudières avec transmis- 
sion électrique. S. 12. 

658. Sebert (H.), Paris, 17, bou- 
levard de Courcelles. — Appareils 
balistiques : chronographe, véloci- 
mètres, pi'ojecliles enregistreurs, 
interrupteurs électriques, cible dis- 
jonctrice. .\. 

659. Seguy [S'""- Hector et fils), 

Paris, bù, rue Monsieur-le-Prince. 

— Tubes lumineux de Geissler, de 
lliltorf, de Plucker, de De la Rive, 
de llollz, de Becquerel, de Crookes. 

— Thermomètre électrique avertis- 
seur. S. il. 

660. Séligmann-Lui, Paris. — 
Galvanomètre asiatique à réflexion. 

— Pont de Wheatstonc. — Clefs et 
shunt. P. M. 

6S1. Société anonyme « Le Nic- 
kel '', Paris, 58, rue de la Chau^i- 
sée-d'Antin. — Aimant en nickel. — 
Boussole à aiguille e;i nickel. — Sels 
de nickel. — Anodes. S. 13. 

662. Société nouvelle de3 Forges 
et Chantiers de la Mâdi erranée. 

iJouët-Pastré, admiui-tralcur délé- 
gué). Paris, 28, rue N.-D. des Vic- 
toires. — Torpilles (système Mac 
Evoy), installation com|)lète de dix 
torpilles commandées par un seul 
fil (téléphones, table de manipula- 
tion, etc.). — Torpille portée, ma- 
nœuvrée en duplex. — Torpiile dor- 
mante avec ferme-circuit électro- 
automatique. — Galvanomètre de 
torpilleur avec cadran lumineux 
(service de nuit). — Galvanomètre 
portatif avec batterie. S. 1 1 . 



4G 



EXI'OSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



663. Solignac et C'« , Soci.Hé 
d'étiulcsetconsti'uctions électriques, 
Paris, !208 , l'ue Sainl-Maur. — 
Bobines d'aimantation. S. 12. 

665. Trouvé (Gustave), Paris, li, 
rue Vivicnae. — Electro- aimants 
et aimants puissants, portant 45 à 
50 fois leur poids. A'., S. 4, S. 9. 

666. Ville de Paris (K'^giment des 
sapeurs-pompiers). — Horloge enre- 
gistrant les appels d'incendie, avec 
remise à l'heure (système Breguet) 
intercalée sans interruption sur la 
ligne. P. V. 

667. Ville de Paris (réglage et re- 
mise à l'heure des horloges par l'é- 
lectricité. 

Sifiichronisation. — M. Breguet : 
Centre horaire, type de la ville. — 
Pièces détachées. — Pendule 1/2 se- 
conde. — Poste distributeur à l'Ob- 
servatoire (dessin). — M. Borrel : 
Horloge de clocher, synchronisée. 

Réç/laçie automatique. — Système 
de MM. iiédier et G. l'resca, appliqué 
par M. Henry Lepaute. 

Remise à l'heure par rectification 
de la position des aiguilles. — Sys- 
lènies de MM. Breguet, CoUin et ¥é- 
non-Paul Garnier. 

Remise à l'heure par le réglage à 
/ a yance.-^ Dispositions de MM. Col- 
lin, Borrel, Radier et G. Trosca. 

Requise à l'heure par désemhraijage 
du rouage. — Système de M. Fenon, 
appliijué par M. Paul Garnier. — 
Système de MM. Rédier et G. Tresca. 

— Pendule à deux rouages. 

Remise à l'heure mixte. — M. Col- 
lin : Par l'arrêt en cas d'avance; 
par désembraya^e ou par rectifica- 
tion de la position des aiguilles en 
cas de retard. 

Emprunt des lignes du réseau té- 
légraphique pour la remise à l'heure, 
horlo^^e synchronisi-e faisant fonc- 
tion de centre horaire (M. Borrel). 

— Boites de relais pour six lignes 
(M. Breguet). — Horloges avec re- 
mise à l'heure et commutateurs 



spéciaux (système Madeleine), M. Le- 
paute. 

Le mémi^ modifié, M. Collin (sys- 
tèmes de MM. Fénon-Paul Garnier 
et Borrel).~ P. V. 



CLASSE lo. 

APPAREILS DIVERS. 



668. Aboilard (Louis), Paris, 161, 
rue de Courcelles. — Gâche électri- 
que pour porte cochère. S. 15. 

669. Académie d'aérostation mé- 
téDrolagique, Paris, 29, rue de la 
Chapelle. — Partie basse d'un bal- 
lon et d'un filet. — Une nacelle pa- 
rée pour le départ, comprenant : 
corde d'ancre, ancre, cône-ancre, 
couronne de sauvetage, panier à pi- 
geons, ainsi que les différents appa- 
reils pour observations: Baromètre, 
thermomètre maxirna et minima, 
hygromètre, boussole ordinaire, 
boussole aérostatique Vincent, etc., 
etc. Plus une série d'appareils élec- 
triques qui ont servi dans différen!es 
ascensions : Pile secondaire de M. G. 
Planté. — Moteur Trouvé. — Télé- 
graphe militaire Trouvé. — Régu- 
lateur Serrin avec réflecteur. — Dif- 
férents téléphones. — Obturateur 
électrique pour la photographie. — 
Électroscope à feuilles d'or, etc.. 
etc. S. B, 

671. Barbier (E.-F.), Pans, 9, rue 
Fromentin. — AUumoir électrique 
pour le gaz. S. 16. 

672. Barbier (Pascal), Paris, 52, 
avenue de la Grande-Armée. — Nou- 
veaux conducteurs électriques aver- 
tisseurs d'incendie. — Boite d'alar- 
me électrique. P. M. 

673. Bardillon, Paris, 185, rue 
d'Alésia. — Compteur électrique 
indiquant l'emploi du temps d'une 
voiture. P- 

674. Barrai (Charles), Paris, 1, rue 
Larrey. — Appareil avertisseur d'in- 
cendie, consistant en deux fils iso- 



FRANCE. 



lés par la guttU, ot réunis au con- 
tact de la llauimo par une soudure 
métallique provenant de la réduc- 
tion d'un sel métallique. — Lampe 
à allunioir électrique fixe. P. 

675, Baudet (Cloris), Pam, 90, rue 
Saint-Victor. — Appareil photogra- 
phique spécial. S. 10. 

676. Baudet (Cyrille), Paris, 20, rue 
Favart. — l'iauo électrique à sons 
continus. — Piano mécanique élec- 
trique. S. r». 

678. Bédollière (de la), Paris, 20, 
rue de Nuvatin. — Appareil for- 
mant un circuit à une tecnpéralure 
donnée, pouvant servir d'avertisseur 
d'incendie, arrêter ou mettre eu mar- 
che un système quelconque, etc. N. 

679. Bellet (Louis P.), Paris, 53, 
avenue de Suint-Ouen. — Crayon 
voilaïcpie. — Appareil électro-gra- 
phique permettant de reproduire 
instantanément l'écriture, le dessin, 
les cai'tes et plans. — Application 
à la litliographie et à la panicono- 
graphie. S. 1 i. 

680. Bernard (Julien), Paris, 1, rue 
Larreij. — Un indicateur téléauto- 
graphique destiné à transmettre à 
distance les indications minima et 
maxiïua de cadrans ou de tiges 
divisées et graduées. P. 

681. Billaudat (Louis), BeUevue 
(Seine et-Oise), 5, rue Léonie. — 
Surveillant électrique des veilleurs 
de nuit et sa sonnerie d'alarme. 

S. 17. 

682. Biloret eî Mora, Paris, 93 et 
95, boulevard Richard-Lenoir. — 
Tubes de Geissler. S. 9. 

684. Boivin (Arsène) , Pam, 16,rMe 
de r Abbaye. — Cible électrique expé- 
rimentée par la Société nationale de 
tir des communes de France. — 
Tableau indicateur de 25 numéros 
dans un espace de 12 centimètres 
carrés. S. 15. S. 2, B. G. e. 

685. Bonneau (Henri), La Rochelle. 



— .Appareil servant à l'observation 
continue et à l'enregistrement de la 
direction et de la vitesse des cou- 
rants, parliculièreiuMitdes courants 
marins à une profondeur quelcon- 
que. S. 20. 

68S. Bourdin (.1.), Paris, 25, rue 
D.'scoinbes. — Pt?tit modèle de bateau 
destiné à poser les câbles sous- 
marins; machine à poser les câbles 
souterrains. N. 

687. D3sruelles(L.) et Bourdancle 

(J.), 8 bis, avenue Percier. — Allu- 
meurs électriques à gaz. — Allu- 
moirs électriques d'appartement. — 
Système d'allomage électrique auto- 
matique pour théâtres et pour maga- 
sins. — Modèle de navires dont tous 
les services sont faits électrique- 
ment au moyen de piles sèches. 

S. 10. 

689. Bre^uet Paris, 39, quai de 
rilorloge. — Exploseiirs dits coups 
de poing et ainorc^is pour mines. 

— Indicateurs du niveau de Peau 
dans les cuves pour sucreries et 
autres industries. — Avertisseurs 
d'incendie pour les villes. 

N., P. M., S. C, S. 18, S. 13, S. 19, 
S. 7, 15. G. s., S. 8. 

690. Brin frères, Paris, 40, rue de 
Passij. — Appareil servant à pro- 
duire l'ozone par l'éleclrisation de 
l'oxygène à l'état naissant. B. G. <?, 

691. Gahen, Paris, 14, rw, Cloche- 
Perce. — Allumoirs et lampes élec- 
triques. — Microscopes électriques. 

S. B. 

692. Caron (Charles), Paris, 189, 
rue Saiat'Maur. — Balançoire auto- 
matique marchant par l'électricité. 

S. B. 

694. Ghabrier (François) jeune, 
Paris, 63, rue de M aube âge. — Allu- 
mage électrique pour fc^Li-^r.'^'^u de 
cuisine et appareil d'éclairage au 
gaz. S. 4. 

694 bis. Ghangy (de), Levallois-Per- 
ret. — Lampes électriques. P. 



EXPOSITION D'ELECTRICITi;. 



696. Ghapuis (François), Paris, 17, 
rue Loiinnel. — Tuo-moiiche électri- 
que. — liobiiiet autoinalique élec- 
trique. — Entoinioir indicateur des 
fûts pleins. Avertis, d'inoiid. S. 17. 

697. Charpentier (Aniédée),Pa?7,s, 7, 
riieGarancicre. — Averlisseur d'in- 
cendie par fils métalliques servant 
de fils conducteurs pour soiniettes 
électriques. — Nouvelle disposition 
donnant aux cordons de sonnettes la 
projiiiélé d'être avertisseurs d'in- 
cendie. Appareil indiquant d'une 
façon précise la ternpérattu'e existant 
au sein des matières accumulées, 
telles que : charbons, foins, graines 
chiffons, etc. — Appareil pour 
étuves et serres. P. 

698. Ghenot aîné, Paris, 10, rue 
David. — Un électro-trieuse de mi- 
nerais, avec son excitateur électro- 
magnétique fonctionnant automati- 
quement. I>. (1. n., P 

700. Christone et G'% /Vm.s, 56, 
rue de Bondtj. — Machine à graver 
électro -magnétique. — Machine à 
reproduii-e les dessins à réserve, 
soit en surface, soit sur forme ronde- 
bosse. — Collection d'objets gravés 
à la machine électro-magnétique. 

I\. 

702. Gollin Aimand-François), 
Paria, 118, rue Montmartre. ~ Gi- 
rouette électrique (système Bisson). 
— Indicateur des niveaux d'eau à 
un seul (il, inveision do courant. — 
Récepteur à double fonction d'avant 
et d'arrière, suivant le sens du cou- 
rant. — Marégraphes et fluviogra- 
phes quotidiens ou hebdomadaires. 

S. 19, N., P. V. 

703. Gombeîtes i Léonce de), Pa- 
ris, 92, rue de Bondy. — Jouets 
scicnlifiquos. — Chomin de fer 
électrique. S. B. 

704. G^mpagnie des chemins c'e 
fer ce Paris à Lyon et à la Mé- 
diterranée, Paris, tS8, rue Saint- 
Lazare. — Sonneries, avei-lisseurs 



divers. — Hydroslatimètre électii- 
que (système'Jousselin). A". 

705. Compagnie française du 
Gellulo'id, Paris, H, rue Bailly. 
Malière première isolante. — Boites 
de sonnerie, boutons, vases à pile. 
— Echantillons divers d'applica- 
tions. S. 10. 

706. Gourtot, Paris, 75, rue Cau- 
martin. — Régulateur à eau, sys- 
tème Tessiè du Motay. S. IT). 

708. Dalmas (Albert de), ChâteiiK 
de Seyre, commune de Seijre (Hautr 
Garonne). — Appareil électj-iquedit : 
Electro-phyUoxericide. P. 

711. Bebayeux (A.), Paris, Ai, rue 
des Blancs-Manteaux. — Machine à 
voter.pour les grandes assemblées. 

S. i:.. 

7î2. Delamotte (Georges), Pam, b. 
rue de Tivoli. — Indicateur de ni- 
veau à cadran et àsonnerie variable, 
avec enregistreur, pour sucreries. 

A. 

712 bis. De la Roche (Charles), Pa- 
ris,dQ , avenue Duqiiesne . — Appareils 
hydro et électro-pnenmali(|ues pour 
horloges et autres niéc;mismes. — 
Appareils hydro-électriques de sû- 
reté contre la rupture des conduites 
d'eau, incendies, etc. — SystèmeCarl 
Mayrhofer, de Vienne, inventeur des 
horloges pneumatiques. 

S. -19, S. 10. 

713. Delaurier (E.), Paris, 11. rue 
Dayuerre. — Appareil pour détruire 
le grisou des mines de houille au 
fur et à mesure de sa production. 

S. H. 

714. Deschiens, Paris, 12'', boule- 
vard Saint-Michel. — Compteurs de 
tours à distance. — Indicateurs de 
niveau. S. C. 

715. Dronier (l'.j, Paris, BelleviUe, 
6."), rue des Fêles. — Allumoir élec- 
trique. Il'- 

716. Druelle (Prudent), Courcelles, 
{commune de Fonsomme). Aisne. — 



Avertisseur thermo-électrique appli- 
qué priueipalemcut aux appareils 
divers de lindustrie suerière et de 
la fabrication de l'alcool; peut ser- 
vir d'avertisseur d'incendie dans les 
maisons. 1'. 

717. Dubos (Charles), /'a/jV, il, 
avenue La Motle-Vlquct. — Une 
sphère terrestre en fer doux pou- 
vant s'aimanter dans toute sa super- 
ficie, r». ('.., //. 

718. Electricien (L.) (Laboratoire de 
V)Pari^, l>. nie du Renard. Lampe 
universelle Bouliguine, — Commu- 
tateur Ladiguine. — Moteur et piles 
de l'aérostat électrique de M.Gaston 
Tissandier. — Régulateur de cou- 
rant Hospitalier. — Allunioirs élec- 
triques Banque et Maigret. — 
Accumulateurs électriques et appa- 
reils accessoires de chargement. — 
Lampes à incandescence, etc. .^. 16. 

719. Eliaers (A. E.), Parts, 188, 
boulevard Voltaire. — Applications 
de moteurs électriques (système 
Trouvé) à des meubles : bibliothè- 
ques, chaises, fauteuils, etc. S. 5. 

720. Estienne, Pam, 152, boulevard 
de Vaugirard. — Indicateur dési- 
gnant lequel a appelé de deux pos- 
tes en dérivation sur un fil. P. M. 

721. Felber (Charles), Paris, 163, 
boulevard Haiissmann. — Voitures 
de maître avec applications diverses 
d'électricité. 15. C. ,". 

722. Fossey (Jean), Paris, 15, rue 
TJiévenot. — Cartons de bureaux, 
s'ouvrant et se fermant par l'élec- 
tricité, p. 

723. Frémond (Alphonse), Pam, 5, 
avenue Piapp. — Couveuses et cou- 
veuses-éleveuses, sans tiroirs et à 
tiroirs, munies d'un régulateur élec- 
trique de température. — Eleveuses 
rnunies d'appareils électriques aver- 
tisseurs. ]j. (;. 0. 

724. Gaiffe (Ladislas-Adolphe), Pa- 
ris, 40, rue Saint-André-des-Arts. — 
Fils de platine pour amorces élec- 
triques. S. 9, S. 15, P. 

725. Gallet (Victor), Paris, 66, bou- 
levard Magenta. — Coffres-forts à 
sonneries électriques. S. 10. 



SCE. M 

726. Gary, Paris, '■12, rue Sainte Eu- 
génie. — Calendrier marchante dis- 
lance. — Calendrier avec récepteur 
donnant les heures et les dates. 

S. 14. 

727. Geoffroy (Victor), Montrenil- 
sous-bois, 15, 7'ue des Gatines. — 
Appareil électrique destiné au trans- 
bordement des (lépêi'hes dans les 
trains rapides. — Tir pour armes 
de salon avec cible électrique. 

P.. C. ??.. S. n. 

728. Gérard et Germot, ingénieurs 
civils. Paris, 27, rue du Bac. — 
Système athmodynamique et ther- 
momètrie industrielle annonçant la 
présence du feu et de l'eau dans les 
navires, avertisseur des incendies. 

P. 

729. Germain (P.), Clermont-Fer- 
rand. — Pyromètre. — Préventifs 
électriques contre la gelée. P. M. 

730. Gire (Emile), Paris, 4, rue de 
la Gaîté. — Bouilleur électrique. 

15. C. n. 

731. Godfray (J. W.), Paris, 55, 
galerie y ivienne. — Plume électri- 
que d'Edison pour la reproduction 
autographique instantanée. .^. 11. 

732. Gorde(A.), Paris, 24, rue Pi- 
galle. — Jouets électriques. S. B. 

733. Grin -Camille), Paris, 55, rur 
du Commerce. — Photostat-hélio- 
crone, anoculoscope. P. 

734. Grivolas fils, Avignon, 59, rue 
Calade. — Fluviomètre, appareil 
indiquant et enregistrant en centi- 
mètres à toutes distances, les varia 
tions du niveau des cours d'eau et 
réservoirs ; composé d'un flotteur, 
d'un récepteur muni d'un cadran et 
d'un enregistreur, et d'un seul fil 
de ligne. S. 15. 

735. Guichard et C'% Pans, 8, rue 
de Rocroij. — Manomètres, hydro- 
mètres e[ baromètres pour monu- 
ments éclairés par l'électricité. P. 

736. Guichard (P.), Paris, '221, rue 
Lafayette. — Clavier à contacts élec- 
triques reproduisant l'exécution à 
distance sur d'autres instruments 
ou sur timbres. S. 5. 

738.Guiter,Pa/7S, 19, rue Lafayette. 
— Billard muni de marques élec- 
triques système P. Guichard. S. 5, 



50 



EXPOSITION D'ELECTRICITE. 



739. Hardy. Hayet ot Lignereux, 

succossoiirs, — Paris, 6, avenue La 
Mûtle-Piquet. — Règulalcur de tom- 
pôralure. Machine à tarer les anémo- 
mètres et les hydro-rliéomètres. 

S. G. 

740. Kenry (Paul), Paris, 21, pas- 
sage (les Favorites. — Meules d'émeri 
pour biseauter les bougies d'éclai- 
rage électrique. — Maciiinesàmeu- 
1er et lapidaires pour fabricants 
d'appareils électriques et télépho- 
niques. B. C. n. 

741. Houlmann frères, Paris, 41, 
honJevanl du Temple. — Oiseaux 
chanteurs mus par l'électricité. 

S. B. 

742. Humblot (P.-C), Paris,ll,rite 
Saint-Charles, el Terrai (Henri), 49, 
boulevard de Grenelle. — Appareil 
de démonstration pour la transmis- 
sion électrique double en pont. Les 
piles sont remplacées par des 
souffleries ; des robinets servent de 
rhéostats ; la ligne est une conduite 
d'air et l'atmosphère représente la 
terre comme réservoir commun. 

P. M. 

743. Hutchinson et C''% Paris, 1, 
rue dllaiiteville. — Caoutchouc, 
gutta-percha, etc., appliqués à la 
télégraphie. S. 16. 

744. Jarriant, Pai-is, hS, rue Pierre- 
Charron. — Contrôleurs de rondes. 
— Monte-plats, moule-charges. As- 
censeur. — Appareil pneumatique à 
déclanchement électrique. S. 10. 

745. Jean (Jean), Vésinet, 24, rue 
Ernest André., Appareil électrique 
avertisseur fonctionnant dans l'i au. 

S. 11. 

747. Kern (Emile), Paris, o, rue 
Gérando. — Compteurs à eau de 
Kennedy. — Appareils de fontai- 
nerie de la C'^ Glenfield pour la 
Société d'électricité. N. 

748. Labiscarre (Jean), Paris, 103, 
rue Vercingétorix. — Bouée de sau- 
vetage dite balise avec avertisseur 
électrique (système Boivin ) pour 
communiquer avec le sémaphore. P. 

749. Lacanau (Alexis), 6' rasse (.1/- 
pes-Maritimes). — Avertisseur élec- 
trique d'incendie. P. M. 



750. De Lagréné, ingénieur en chef 
des ponts et chaussées (Mantes), Çha- 
bert, Ingénieurordinaire, Moquery 
Ingénieur ordinaire,' Gollin, Cons- 
tructeur. — Fluviographe électrique 
avertisseur, système Ch. Mocquery 
destiné à enregistrer à toutes 
distances les variations du niveau 
des cours d'eau et à avertir les 
barragistes des manœuvres qu'ils 
ont à faire. S. 19. 

752. Le Chippey, Paris, 64, fau- 
hour g Saint-Martin. — Jeu d'adresse 
dit jeu de la comète. — Jeu nou- 
veau dit jeu de cinq clous. Porte- 
plumes et porte-crayons aimantés et 
à boussoles. S. B. 

753. Legras (François -Théodore), 
Saint-Denis, %{, avenue de Paris. — 
Manches d'excitateur. — Pieds de 
tabouret. — Œufs électriques. — Tim- 
bres cristal pour sonnerie électri- 
que. — Verre vert clair isolant 
spécial pour articles servant à l'é- 
lectricité, tels que bocaux de toutes 

. grandeurs pourbatteriesélectriques, 

en général tous les appareils en 

verre blanc ou de couleur servant 

pour physique, chimie, électricité. 

(>. M. 

754. Létard (H.), garde d'artillerie, 
Par/.s, 14, boulevard ^loiL-nd. — In- 
dicateur d'ordre à synchronisme 
électrique pour les navires. Appa- 
reils balistiques. xN. 

755. Le Tellier et Vestraet, Paris, 
47, rue Tirrbigo. — Caoutchouc 
durci. — Disques pour machines 
électriques. — Cuves pour galvano- 
plastie. — Vases, gobelets pour pi- 
les. — Plats. — Isolateurs. —Bor- 
nes à contre-écrou. — Rondelles 
pour collecteurs. — Feuilles. — 
Boudins. — Robinets; — Enton- 
noirs et tous articles pour l'électri- 
cité. S. 16. 

756. Levavasseur et Ouachée, 
Paris, 154, rue de Rivoli, (au Para- 
dis des Enfants.) — Jouets se rap- 
portant ;\ l'électricité Ou en déri- 
vant. ^^- B. 

757. Malleron (F.), Paris, 85, rue 
de Rivoli. — Nouveau système de 
londage électrique. — Application 



FRANGE. 



51 



des vibrations électriques aux ins- 
truments de musique : orgues, pia- 
nos et harmoniums. P. 

758. Matthey (J.), Parh, 78, rue 
Saint-Martin. — Peinture lumineuse 
applicable sur verre, bois et tous 
métaux visible dans l'obscurité. P. 

759. Menusier (Ernest), Versailles, 
16, rue Montbauron. — Allume-gaz 
électrique instantané pour magasins, 
établissements publics et compa- 
gnies de gaz. — Chaussures électri- 
ques contre douleurs, humidité et 
froid. — Préservation des viandes 
de boucherie en temps de chaleur 
et d'orage. — Serrurerie électro- 
magnétique. S. 15. 

760. Mildé, Paris, 3, rue Monceau. 
— Machines à voter, système de 
Gaulne et Mildé. — Métronome élec- 
trique. S. 14, S. 2. 

76 1 . Ministère de la Guerre. Paris. 
Engins et appareils pour la mise du 
feu par l'électricité. — Amorces, ou- 
tillage. — Aérostation militaire. — 
Cinémomètre à déclancheur électri- 
que. — Electro-dynamomètres. — 
Appareil automatique projecteur de 
lest ou de gaz. N. 

762. Ministère de la Marine et 
des Colonies, Paris. — Régula- 
teur électrique Jacquemier pour ma- 
chines marines. Embrayeur électri- 
que Trêves. — Ferme circuit de 
E. Bédolliére. N. 

764. Mirand (fils), Paris, 57, rue 
Galande. — Pointeur électro-masjné- 
tique à train différentiel du docteur 
Noël. — Enregistreur isochrone à 
signal électro-magnétique de Mi- 
rand. — Brachytotype du docteur 
Noël. — Microscope à platine chauf- 
fante à réglage électro- magnétique 
de Mirand. S. il. 

765. Montclar (J.-M.-A.), Paris, 2, 
boulevard de Strasbourg. — Boite à 
lettres dite le Facteur électrique, 
permettant aux locataires de rece- 
voir leurs lettres sans intermédiai- 
res. — Guichets de sûreté pour por- 
tes d'habitation. P. 

766. Montenat (Gaspard-Alfred), 
Paris, 51, Faubourg-du-Temple. — 
Jouets électriques et nouveaux mo- 



dèles de jouets fonctionnant par la 
force attractive ou répulsive des ai- 
mants. S. YL 

767. Mors, Paris, i bis, rue Saint- 
Martin. — Métronome électrique 
pour théâtres. S. 2, S. C, N. 

768. Mouchère (fds) , Angoulênie 
{Charente). — Appareil électrique de 
dévidage et pesage automatique. — 
Machine pelotonneuse destinée à des- 
servir l'appareil. N. 

769. Mourlot (Ernest), Paris-Au- 
teuil. — Nouveau produit isolant dit 
gutta-perv^'ia française, remplaçant 
le caoutcliGic durci et la gutta dans 
les usages électriques. P. 

770. Naudin et Schneider, Mon- 

treuil-sous-Bois {Seine). — Désinfec- 
tion des alcools, mauvais goûts par 
l'hydrogénation et l'oxydation des 
flegmes de toutes natures au moyen 
de Vclectrohjse. S. 14. 

772. Parent (Georges), Paris, 19, 
rue Debelleyme. — Jouets mus par 
l'électricité. — Bateaux, chemins de 
fer, animaux, jouets aimantés, etc. 

— Sonnerie électrique. S. B. 

774. Petit (G.), Paris, 91, rweB/o- 
met. — Avertisseurs électriques (ap- 
pareils destinés à appeler des se- 
cours en cas d'incendie.) P. M., P.V. 

775. Piat (A.), Paris, 85, rueSaint- 
Maur. — Hàveuse (système Chenot), 
mue par l'électricité. B. C.s. 

776. Planté (G.), Paris, 56, rue des 
Tournelles. — Allumoir électrique à 
courant secondaire. N. 

777. Raffard (N.-J.) , Paris, 16, 
rue Vivienne. — Avertisseur électri- 
que de réchauffement des tourillons. 

— Extincteur automatique des incen- 
dies. P.,B. G. 0. 

780. Rouiller et Arnoult, Gam- 
bais-lès-Eoudan (Seine-et-Oise). — 
Hydro-incubateurs de 50 à 200 œufs 
à " température permanente (chauf- 
fage électrique). — Eleveuses hydro- 
mères, contenant de 40 à 200 pous- 
sins, chauffées par le même procédé. 

— Lampes électriques à mirer les 
œufs. B. C. 0. 

782. Société Générale pour la fa- 



52 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



brication de la Dynamite, (Pioiix 
(L.), administrateui', dirocleur gé- 
néral), l'aris, 17, rue d\[nmale. — 
.Mise à feu des mines par l'électii- 
cité au moyen de divers appareils à 
friction et. du coup-do-poing Bre- 
guet. S. H. 

783. Société Nationale du Tir 
des communes de France et 
d'Algérie (l)uqucsne, Alfred, diicc- 
leiiij, Paris, 16, rue de la Sor- 
bonne. — Matéiiel mobile Duqucsne 
pour le tir à courte portée (muni 
d'une cible électrique, système Boi- 
vin.) ]>. C. ('. 

784. Société Universelle d'Elec- 
tricité Tommasi (Tommasi, direc- 
teur), Paris, 11, rue de Provence. 
— Divers appareils électriques. 

B. C. u., S. 16. 

785. Solignac et C'% Société 
d'études et constructions électriques, 
Paris, 208, rue Saint-Maiir. — 
Commutateurs à mercure. — Jeux 
d'orgue à mercure. — Boîte de sûreté. 

S. dt>. 

786. Trêves (Aug.), capitaine de 
vaisseau. — Appareils divers pour 
l'étude du magnétisme. — Em- 
brayeur électrique. — Signal ho- 
raii-e. — Application de la lélépho 
nie. — Modèles de Torpilles. N. 

787. Trouvé ((luslave), Parii^, 1 i, 
rue Virienne. — Appareils spéciaux 
pour bains électriques à courant in- 
duit, à courant constant et continu, 
localisés ou généraux, sans baignoire 
spéciale. — Bateau électrique. 

S. <J, N. 

788. Vaillant (A.), Leclerc (A.), 

et Gourdon (P.), J'aris, 108, «re- 
7iue de Villiers. — Peseur automa- 
tique. B. (]. s. 

789. Vavin (Chailesj, Paris, 15, 
avenue de Messine. — Trieurs ma- 
gnéto-mécaniques servant à séparer 
les matières attirables à l'aimant de 
celles qui ne le sont pas. — La ré- 
aimantation n'est jamais nécessaire, 
il n'existe aucun point morl ou neu- 
tre sur les bagues. N. 

790. Wolff (C), Pans, 105, bou- 
levard liichard-Lenoir. — Machines 
à inllanmiation électrique (système 



Bornbai-dt). — Manomètres, thermo- 
mètres, pyiomètres à signal électri- 
que. — hiflammateurs électriques et 
accessoires. P. 

GROUPE V. 

MÉCANIQUE GÉNÉRALE. 



CLASSE 14. 

GKi^ÉRATEURS, MOTEURS A VAPEUR, A GAZ ET 

HYDRAULIQUES, ET TRArsSMlSSlONS AI'PLl- 

CABIES AUX INDUSTRIES ÉLECTRIQUES. 

791. Alexander (William), Neuilly, 
7, rue Delaizcrnont. — Calorifuges 
Alexander. Revêtement des tuyaux 
de vapeur servant à la force mo- 
trice. 1). C. s. 

792. Bâcle (D.), Paris, 46, rue du 
Bac. — Pédale magique pour ma- 
chines à coudre, fonctionnant à l'aide 
des pieds ou d'un moteur électrique. 

793. Bariquand et fils, Paris, 127, 
l'ue Oberkampf. — Couso-brodeurs, 
machines à festonner, machines à 
coudre. — Petites machines à fraiser 
applicables à la fabrication des or- 
ganes d'appareils de précision. X. 

795. Bessand et C'', Paris, 2, rue 
du Pont-Neuf. — Machines à coudre 
fonctionnant à l'aide de machines 
Gramme construites par M. Bre- 
guet. ^ X". 

796. Blouzon(Edine), Paris, 50, rue 
Notre-Dame de Nazareth. — Graisse 
pour machines. P. 

797. Boulet (.1.) et C", Paris, 144, 
faubourç] Poissonnière. — Une ma- 
chine à vapeur demi-fixe, à deux cy- 
lindres (Compound) et condensation, 
chaudière à foyer amovible. B.C.. s. 

798. Bourgeois (Florentin-Louis), 
Paris, 7, rue Bourel. — Graisseurs 
universels pour conduites de vapeur 
à goutte d'huile visible. — Graisseurs 
à chute d'huile visible pour cylindre 
à condensation. — Graisseurs à 
cbule d'buile visible de 7 formats 
depuis 10 grammes jusqu'à 1/2 kilo- 
giamme avec une série de 500 mo- 
dèles et pour tous systèmes de ma- 
chines électriques. P. 



FRANCE. 



799. Buss (\\.-\.) Paris, 1, rue 
Desiiir, et 40, avenue de Suffren. 

— ïachymètre (vertical) (indica- 
teur do vitesse) pour toutes les 
machines fixes. — Tachymètre 
^horizontal) (indicateur de vitesse) 
pour toutes les machines mobiles. 
Ces instruments sont mis en mouve- 
ments par l'intermédiaire de poulies 
ou d'engrenages, et Us indiquent 
dune manière' continue, sur un ca- 
dran divisé muni d'une aiguille, les 
nombres de tours ou les vitesses 
angulaires auxquelles, un arbre 
quelconque marche, au moment de 
la lecture. — Tachymètre pourvu 
d'une sonnerie qui commence à 
fonctionner au moment où une vi- 
tesse déterminée est dépassée et 
cesse dès que la vitesse normale est 
rétablie. — Tachygraphes (enregis- 
treurs de vitesse). — Compte-tours 
automatiques. — Régulateurs-cosi- 
nus pour machines motrices. 

P., II. C. s. 

800. Ghaligny et Guyot-Sionnest, 

Pari.<!, oi, rue Philippe-de-dirard. 

— Machine demi-lixe Compound, 
type de 55 à 55 chevaux, fonction- 
nant à condensation et à échappe- 
ment libre. Puissance utile inaxima : 
67 chevaux-vapeur. Distribution par 
de simples tiroirs à coquille. 

i;. C. .S-. 

801. Collet et C'% Paris, 20, rue de 
Grammont. — Chaudière à vapeur, 
inexplosible, 5:2 mètres carrés de 
surface de chauffe pouvant s'in- 
staller dans toutes maisons habitées 
suivant la loi d'avril 1880 (3'' caté- 
gorie). I>. C. s. 

802. Compagnie des chemins de 
fer de l'Est, (Jacqmin, directeur), 
Paris, gare de Strasbourg . — Wagon 
d'expériences pour l'étude simulta- 
née des efforts développés sur la 
barre d'attelage et du travail de la 
vapeur dans les cylindres dune lo- 
comotive en marche (présenté par 
M. Regray, ingénieur en chef). — 
Frein électrique monté sur un châs- 
sis de voiture. — Régulateur de vi- 
tesse (présenté par M. Napoli, agent 
de la Compagnie). .\. 



803. Compagnie française des 

Moteurs à gaz, Paris, 15, avenue 
de rOpcra. — .Moteurs à gaz hori- 
zontaux (système Otto), de 1/2, 1 che- 



val, 2, 4, b. 



12, 20, 25 et 



50 chevaux représentant ensemble 
200 chevaux-vapeur. !>. C- s. 

804. Cordier aine et lîls, Paris, 
98. rue du Chemin-Vert. — Chemi- 
née en briques et fourneaux des 
chaudières de la force motrice de 
l'Exposition. — Modèle de fourneau 
fumivore. — Dessins de cheminées, 

li. C. s. 

805. Dandigny, Paris, 10, place 
de la Chapelle. — Roue vapeur, sys- 
tème Dandigny, actionnant;! grande 
vitesse et sans intermédiaire de 
mouvement une machine dynamo- 
électrique. '^- 12. 

806. Debié (E. )» ingénieur civil, 
Paris, 55, quai des Grands-Augus- 
tins. — Machine à découper des rou- 
leaux de papier par bandes pour 
appareils électriques. — Etudes et • 
entreprises de toutes installations 
concernant la fabrication du papier. 

X., R, C. n. 

808. Domange Lemière et Ç'% 

successeur de E. Scellos. Paris. 
74, Boidevard Voltaire. — Cour- 
roies en cuir pour transmissions, 
servant aux moteurs de l'exposition. 
P., R. C. s. 

809. Domont (G.) etC", Pm-is, 124, 
boulevard Magenta. — Lubroléine. 
Huiles minérales américaines de la 
maison Weston et Fisk de New- York, 
spéciales pour cylindres, machines, 
broches, machines à coudre, etc. 

— Graisseurs pour cylindres, trans- 
missions, etc. — Produits d'amian- 
the, sous toutes les formes. 

P., R. C. .?. 

810. Donnay (Ch.), successeur de 
Facy fils, Paris, 25, rue de l'Atlas, 

— Machines à fraiser diverses pour 
travaux de précision. N. 

811. Dubois et C'S Paris, 70, rue 
de Rivoli. — Huiles spéciales inoxy- 
dantes pour appareils électriques et 
instruments de précision, P. 



54 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



812. Dumont (L.-F.), Paris, 55, rue 
Sedaine. — Pompes destinées au ser- 
vice de la force motrice. B. C. s. 

813. Farcot (Emmanuel-Denis), Pa- 
ris, 255, faubourg Saint-Martin. 
— Dynamomètre servant à mesurer 
le travail de toute machine mue par 
courroie et à évaluer le rendement 
des machines productives de l'élec- 
tricité. — Lampe centrifuge et petit 
ventilateur mus par l'électricité. 

lî. C. s. 

814. Farcot (Joseph), Saint-Ouen 
{Seine). — Machine à quatre tiroirs 
Farcot, genre Corliss perfectionné, 
à condensation. Puissance 60 à 
120 chevaux; consommation de va- 
peur 7 kil. et pour les grands mo- 
teurs 6 kil. B. C. s. 

815. Ferry et Millet, Paris, l, 
rue Méhul. — Un métier (modèle 
suisse) à broder à fil continu. Appa- 
reil électrique avertissant de la rup- 
ture de l'un des fils des 200 ai- 
guilles. Arrêt instantané après un, 
deux ou trois avertissements de rup- 
ture. Compteur électrique du nom- 
bre de points utiles faits par l'ou- 
vrière dans une journée, dans une 
semaine, dans un dessin. — Un mé- 
tier à broder au point de chainette 
avec quatre aiguilles travaillant si- 
multanément. Appareil électrique 
interrompant le travail aussitôt la 
rupture d'un des fils à broder. N. 

816. Gaget, Gauthier et C' , Paris, 
25, rue de Chazelles. — Conduites 
d'eau nécessaires à l'alimentation 
des machines et des services d'in- 
cendie de l'exposition d'électricité. 

B. C. s. 

817. Geneste, Herscher et G^% 

Paris, 42, rue du Chemin vert. — 
Transports de force motrice à dis- 
tance et division du travail. Ventila- 
teurs mus par l'électricité. (Appli- 
cation aux établissements publics.) 
Ventilation des salles d'audition té- 
léphonique de l'Exposition. Appa- 
reils avertisseurs et de sûreté. 

B. C. 0., S. 7, B. C. e., 

819. Goerger (Auguste) , Paris, 
45, boulevard de Strasbourg. — 
Huiles t'I graisses de naphte pour 



les moteurs à vapeur de l'Exposition* 

P- 

820. Guichard et C", Paris, 8, rue 
de Rocroy. — Appareil destiné à 
mesurerle volume del'eau entraînée 
mécaniquement par la vapeur (sys- 
tème Brocq). P. 

821. Hamelle-Fleutelot et C% Pfl- 
ris, 74, quai Jemmacs. — Huile, 
valvoline, amianthe, matières di- 
verses destinées au service de la 
force motrice et d'éclairage de l'ex 
position d'électricité. — Produits 
d'amianthe manufacturé ( carton , 
fils, tissus, cordes, fibres). — Hui- 
les valvolines pour cylindres, tiroirs 
et graissage en général. P. 

822. Hartwig van Biema, Paris, 
45, boulevard de Strasbourg. — 
Courroie en coton, inaltérable à 
l'air, au froid, au feu ; de résis- 
tance uniforme dans toute son 
étendue. P. 

823. Hochgesand (Jean), Paris, 
200 et 202, quai de Jemmapes. — 
Graisseurs pour machines à vapeur 
s'adaptant sur les cylindres, les boî- 
tes ou les prises de vapeur ; fonc- 
tionnant d'une façon continue sans 
condensations, à haute et à basse 
pression, permettant un réglage de 
débit absolu et facile; 6 grandeurs. 

P. 

824. HumblotetDufort (H.), Paris, 
77, rue Saint- Charles. — Un moteur 
hydraulique (genre turbine) appli- 
qué à la mise en marche des appa- 
reils télégraphiques. 

Ce moteur est appliqué à l'appareil 
Hughes pour la transmission des dé- 
pêches dans les bureaux du Ministère 
des postes et télégraphes. Les avan- 
tages qui en résultent sont une mar- 
che assurée, parfaitement régulière, 
et la suppression des poids et de 
leurs mobiles, ce qui rend ledit 
appareil moins coûteux, évite une 
grande fatigue aux employés et leur 
permet de produire un travail utile 
plus considérable. 

M. H. Dufort, seul constructeur 
dudit moteur, l'applique également 
à actionner divers genres d'appa- 
reils ne réclamant qu'une petite 
force, une grande régularité et une 



FRANCE. 



docilité parraite, tels que les ma- 
chines à coudre, etc. P. M. 

825. Huré (P.), Paris, 8, rue Fon- 
taine-aii-Iioi. — Machine à repro- 
duire, tailler et alTûtor les fraises 
de toutes tonnes, servant aussi à fa- 
çonner mécaniquement les petites 
pièces des appareils électriques. — 
Machines à fraiser, universelles. — 
Le Français, nouveau mandrin uni- 
versel à serrage concentrique. — 
Fraises déformes diverses. — Outils 
de précision. >". 

826. Hurtu et Hautin. Paris, 54, 
l'iie Saint-Maur. — Construction de 
machines-outils de précision. — 
Fraiseuses verticales et horizontales. 
— Tours. — Machines diverses. — 
Fraises de toutes formes. — Mèches 
à spires. — Palmers perfectionnés. 
Grattoirs à main. — Outils destinés 
à la fabrication d'appareils d'élec- 
tricité et de télégraphie. — Fabrique 
de machines à coudre. A. 

827. Ivernois (comte d'j, Paris, 4, 
rue d'Anjou Saint-Hoiioré. — Moteurs 
à gaz produisant eux-mêmes le gaz 
qui les fait fonctionner. B. C. s. 

828. Julien (E.) et C', Paris, 155, 

boulevard de la Villette. — Nouveau 
moteur à vapeur (système Julien), 
sans échappement de vapeur, sans 
alimentation, mise en train et ar- 
rêt instantanés, chauffage faculta- 
tif au gaz ou au charbon. B. C. s. 

829. Kaleski (Selig), Paris, 26, rue 
Sainte Croix de la Bretonnerie. — 
Gravure sur cristaux, par un tour à 
moteur électrique. B. C. ><. 

830. Kern (E.), Paris, 15, rue Gé- 
rando. — Compteur d'eau Kennedy. 

— Ap'pareils de fontainerie de la 
C'*^ Glenfield pour l'Exposition. N. 

831 (bis). Légat, Paris, 42, rue de 
Châlons. Détenteur de pression de 
vapeur. Robinet sans presse-étoupe- 
purgeur. B. es. 

831. Lethuillier et Pinel, Piouen. 

— Flotteurs-indicateurs magnéti- 
ques et appareils de sûreté divers 
pour chaudière à vapeur. — Ro- 
binets à garniture d'amianthe 
pour prise et conduite de vapeur 
(service de la force motrice à 
l'Exposition). P. 



832. Lévy (F.). Paris, 58, rue de la 
Piqquette. — Charbons (fosses Ham- 
bourg et Poirier) pour le service de 
la force motrice. B. C. s. 

833. Liebermann (,!.), — Paris, iS, 
boulevard du Temple. — Courroies 
niélalliques sans joints ni coutures 
inextensibles, de largeurs diverses, 
pour transmissions de force. 

P., B. C..S-. 

834. Magniat (L.) et C", Paris, 
4 et 6, rue de Nantes. — Mastic 
paille-liège, pour enveloppe de chau- 
dières et conduites de vapeur. — 
Joints métalliques pour vapeur, eau 
et gaz. B. C. 8. 

835. Michel [Ch.-].), Paris, \%,bou- 
lerard Vauyirard. — Uu compteur 
d'eau (système Frager) placé sur les 
générateurs de .M. E. Stein, ingénieur 
des établissements de Naeyer et C'% 
de Villebroeck (Belgique)." B. C. .s. 

836. Migniot et C*-, Paris, 15, rue 
de Londres. — Charbons destinés 
au Syndicat général chargé de l'éclai- 
rage public et de la force motrice 
à l'Exposition. ]». 

837. Mignon, Rouart et Deli- 

nières, Paris, 66, quai Jemmapes. 
— Conduites de vapeui' destinées à 
alimenter les moteurs. — Tubes en 
fer soudés par recouvrement. B.C. .s. 

838. Moseley (David) et fds, Paris, 
5, cité Magenta et 55 bis, boulevard 
Magenta. — Nouvelles courroies 
pour machines et transmissions. — 
La Simplex. p. 

339. Mouchère fils, Angoulême. — 
Appareil de dévidage et de pesage 
automatique du fil de laine. — Ma- 
chines pelotonneuses, fonctionnant 
avec l'aide de l'électricité. N. 

840. MuUer (Ph.) et Roux (Ch.), 
Paris, 158, rue Amelot. — Moteur à 
vapeur de 17 chevaux nominaux, 
18 chevaux effectifs, système Tangye 
vertical. — Moteur à gaz de pétrole 
avec carburateur Muller automati- 
que, force d'un homme. — Carbu- 
rateur alpha Muller à contrepoids, 
force : 12 becs. B. C. s. 

841. Napoli {\).), Paris, 98, faubourg 
Poissonnière. — Dynamomètre ma- 
gnétique. — Régulateur électrique 
de vitesse. N. 



EXPOSITION It'KLKCTIlICIÏE. 



842. Olry et Grandemange, Paris, 
85. rue Saint-Maiir. — Moteur à 
Yjipeur de "Ih clievaiix. 11. <1. s. 

843. Placide Peltereau le Jeune, 
frère et fils Château- Henault {In- 
dre-et-Loire}. — Courroies de Iraiis- 
uiission dont l'une Ibiictioiine sur 
la niacliiiie exposée par la maison 
J. Farcot. P. 15. C. s. 

344. Perrières, Paris, 20, rue Mon- 
tessutj. — Travaux de massifs de mo- 
teurs et de transmission pour l'Expo- 
sition. 1j. C. .s. 

845. Piat (Albert), Paris, 85 et 87, 
rue Saiat-Maur. — Tiaiismissions 
générales de l'Exposition. — Paliers 
graisseurs à mèche métallique. — 
Embrayage à courroie, système 
P. Farcot, spécialement applicable 
aux appareils produisant la lumière 
électrique. D. C. .<. 

846. Pilter (Th.), Paris, 24, rue Ali- 
bert. — Locomobile de 20 chevaux 
(système Compound). — Machine 
locomobile combinée avec machine. 
Gramme du type à 4 foyers. 

n. C. .S-. 
848. Radiguet (C.-A.), Paris, 20, 
rue du Tage. — Application de l'élec- 
tricité aux métiers, casse-Iils et dé- 
brayeurs électriques. — llévélateurs 
électriques, de mailles coulées, ai- 
guilles chargées, coupures et trous 
inaperçus pendant le travail. — 
Contacts de chutes, pour métiers à 
platines horizontales et verticales, 
arrêts pour moulinage et croise- 
ment des fils de couleur, bobines 
et bobinoirs, etc. S. 10. 

849 Raffard (iN.-J.), Paris, iQ, rue 
Vivienne. — Balance dynamométri- 
que pour mesurer le travail des mo- 
teurs électriques. I'. 15. C. o. 

850. Rikkers, Saint-Denis {Seine). 
— Machines à vapeur hxes, portati- 
ves et locomobiles. B. C. s. 

851. Rous (Edmond), Pari.s,42, rue 
Desrartes. — Robinets graisseurs à 
graissage continu pour tiroirs et 
cylindres de machiniîs à vapeur. — 
Couvercles pour bielles. — Godets 
pour poulies folles. B. C. s. 

852 Sautter(E.),LemonnieretC'% 

Paria^ 20, aienuede Suffrcn. — Di- 



verses dispositions de machines de 
Gramme connnaudées directement 
par des moteurs Brotherhood. — 
Moteur hydraulique Mégy à grande 
vitesse disposé pour commander une 
machine électrique. — Dynamomètre 
Mégy enregistrant d'une manière 
continue le travail transmis. 

>., S. 10, B. C .s. 

853. Siemens (frères), Paris, 8, rue 
Picot. — Chaudière à vapeur (sys- 
tème Collet et C'). — Machine ro- 
tative (système Morin). B.C. .s. 

854. Simon (L.), représentant de la 
Société des mines d'Aniche, Paris, 
146, rue de Lafayette. — Charbon 
destiné au Syndicat général chargé 
de l'éclaii'age et de la fourniture de 
la force motrice à l'Exposition. 

B. C, .s. 

855. Société anonyme de con- 
structions mécaniques d'Anzin 
(Etablissements de Quillacq), Anzin 
(Nord). — Moteur à vapeur de 40 
chevaux. B. C. .s. 

856. Société centrale de construc- 
tructions de machines (adminis- 
trateurs-directeurs : MM. Weyher et 
Piichemond), Pawfin, 50, route d'Au- 
bervilliers [Seine). Machine à vapeur 
fixe, sans chaudière, système Com- 
pound perfectionné, de la force de 
150 chevaux. B. C. s. 

857. Société des Huiles minéra- 
les russes, Bagosine (V.-J.) et C''\ 
Paris 11, rue de la Tour-des-Dames. 
— Huiles minérales absolument 
pures pour le graissage des instru- 
ments de précision, l'horlogerie, les 
appareils électriques, les machines 
à vapeur, les transmissions et les 
applications industrielles. P. 

858. Société des Moteurs à gaz, 
système Ravel. Ravel, ingénieur, 
15, rue Bréda. — Ce moteur exploité 
par la Société des Moteurs à gaz fran- 
çais, sedistingue par son extrême sim- 
plicité. 11 agit sans compression et 
l'arbre moteur reçoit du piston une 
impulsion utile à chacjue tour. Une 
des conséquences de celte disposi- 
tion est d'obtenir une grande régu- 
larité dans la marche ; aussi ce mo- 
teur peut-il être adopte avec avan- 
tage lorsqu'il s'agit d'actionner des 



innchiiies pour lesquelles il est indis- 
pensable d'avoir une allure con- 
stante, /es )n(ichine)i ihjnamo-éJectri- 
ques à lumière, par exemple. 

B. C. s. 

859. Suc {\.), Paris, 50, boulevard 
de la VUlette. — Appareil de levage 
avec avertisseur électrique pour le 
service descombustibles des moteurs 
de l'Exposition mû par le système 
Morin. B. (ù. s. 

— Taverdon (A. L.), Paris, 56, rue 
de l'Aibdlete. — Moteurs à grande 
vitesse fonctionnant par l'eau, la va- 
peur et l'air comprimé, actionnant 
des mailiines dynamo-électriques. 

861. Temple iFèlix du), Cherbourg, 
:!. rue du Chamjhde-Mars. — Locomo- 
liile de 4 à 6 chevaux de force, du 
poids de 550 kilogrammes, de 54 
^•entimètres carrés, 1"',40 de hau- 
teur. B. C. s. 

862. Tuquet (Jules), Paris, 19, rue 
de Crimée. — Deux luachines à plis- 
ser accouplées à deux machines à 
piquer (système Tuquet) mues par 
les moteurs électriques Deprez, 
exposées par M. Guichard, ingé- 
nieur civil. X. 

863. Varrall, Elwell el Middleton, 

f'aris, 1, avenue Trudaiae. — Ma- 
rhineà vapeur à grande vitesse avec 
régulateur pour machines dynamo- 
électriques. — Machine à vnpeiir 
sans condensation, à détente va- 
«iable à la main et par régulateur. 



GROUPE YI. 

BIBLIOGRAPHIE, HISTOIRE. 

CLASSE 15. 

cjoi.lections bibliographiques d'ouvrages 

CONCERKAMT LA SCIE.NCE ET l'iXDUSTRIE 

Électriques, plans, cartes, etc., etc. 

864. Anselme (André), Bône [Algé- 
rie). — Plan d'un appareil télégra- 
phique. — description dudit ap- 
pareil, p. M. 

865. Armengaud aine (Charles-Eu- 



gène), Pam, 45, rue Saint-Sébastien. 
— Maïuiel des applications de l'élec- 
tricité à l'éclairage électrique. S. 11. 

866. Armengaud jeune (Jules), Pa- 
ris, '25. boulerardde Strasbourg. — 
Brochures relatives à l'éleclricité: té- 
léphonie, photophonie. — Installa- 
tions et exploitations des lignes té- 
léphoniques. — Etude analityque des 
brevets d'invention concernant l'é- 
lectricité. S. 20. 

867. Arthuis (D^ A.), Paris, 11, rue 
Mogador. — Trois dessins représen- 
tant les principales applications de 
l'électricité statique au traitement 
des maladies. — Un livre : Traitement 
des maladies nerveuses, des affections 
rhumatismales et des maladies chro- 
niques, par l'électricité statique. — 
Une brochure : L'électricité statique 
et l'hystérie. S. 20. 

868. Association française pour 
l'avancement des sciences, Pa- 
ris, 76, rue de Pa'nnes. — 8 vol. 

S. 20. 

869. Baillière (J.P.. et fils), Paris, 
19, rue Haiitefeuille, 15 volumes 
divers sur l'électricité par MM. Gor- 
don, De la Rive, Duchenne (de Bou- 
logne), Tripier, Cvon, Remak Scou- 
tetten, etc. " S. 20. 

870. Baudry (J.), Paris : 15, rue 
des Saints-Pères. — A.Niaiidet. Trai- 
té élémentaire de la pile électrique. 
— Téléphones et phonographes. — 
Machines électriques à courants con 
tinus. Machines Gramme et congénè- 



res, avec 25 gravures. 



H. Fon- 



taine. Eclairage à l'électricité. Ren- 
seignements pratiques. — Gloesener: 
Traité général d'électricité. S. 20. 

872. Beau (Nicolas), Paris, 68, rue 
de Babylone. — Plan en relief du 
réseau télégraphique de Paris. P. M. 

873. Bertrand (Amédée (docteur). 

— Paris, 21, faubourg Montmartre. 

— La phthisie pulmonaire et les 
maladies chroniques de l'appareil 
respiratoire, considérées au point 
de vue de leur nature et de leur 
guérison. — Traitei»:ent physique 
par les courants électriques. Un vol. 
in-8". S. 20. 

874. Bizot (Joseph), Aix en Pro- 



58 



EXPOSITION D'ÉLECIRICITE. 



vence. — (Projets). Description som- 
maire avec figures. — Siipression des 
pilosdanslesbureaiixmiiiiicipaux. — 
Impression mécanique de l'appareil 
Morse. — Système de ti-ansmissions 
muHiples et simultanées par l'appa- 
reil Morse sur un même fil. P. M. 

875. Blondlot (René), Nancy, 8,^ 
quai Claude-le-Lorrain, et Pa?7s,' 
0, rue de Tournon. — Recherches 
expérimentales sur la polarisation 
Yoltaïque. S. 20. 

876. Borel (Jean h*énéc-Louis), Pa- 
ris, G, avenue Carnot. — Etude du 
télégraphe Hughes, cours théorique 
et pratique, 1 vol. in-12 (texte). — 
Atlas de l'étude du télégraphe Hu- 
ghes, \ vol. in-i2, xxvii planches, 
207 figures. P. M. 

877. Breguet (Antoine), Par h, 4, me 

Perrault. — Lamachinede Gramme. 

— Conférence sur les courants et les 
aimanis. — Conférence sur l'énergie 
électrique. — Théorie de la machi- 
ne Gramme. S. 20. 

878. Breguet, Paria, 59, qiiai de 
rHorloge. — Manuel de télégraphie 
électrique (plusieurs éditions). S. 20. 

879. Brisse (Charles), Paris, 1'^, rue 
Dnifert-Rochereau. — Journal de 
physique théorique et appliquée, fon- 
dé VarJ.Ch. d'Almeida. S. 20. 

880. Calandre Jean-Pierre), Vin- 
crnnrs, o, rue PaumesniL — Dessin 
d un moteur à air comprimé par 
l'explosion de la poudre enflammée, 
au moven de l'étincelle électrique. 

S. 22. 

881. Casalonga. Paris, \h,rue des 
Halles. — La Chronique industrie. 

— Technologique hehdomadaiie il- 
lustrée (4« année). S. 20. 

882. Dubos (Ch.), Paris, ii, avenue 
de La Motte-Piquet. — Brevets, let- 
tres et plans objets de ses inven- 
tions rétrospectives. B. C. o. 

883. Ducrot Paris, 54, rue des 
Saints-Pères. — Blavier: Nouveau 
traité de télégraphie électrique 
Bonssac : Précis de télégraphie élec- 
trique et des connaissances ma- 
thématiques, physiques et chimi- 
ques indispensables pour la télé- 



graphie. — Pu Moncel : Exposé des 
applications de l'électricité. — Gar- 
nault : Leçons élémentaires d'électri- 
cité par Sjiow-Ilaris de la Société 
royale de Londres, annotées et tra- 
duites par M. Garnault. — Miège: 
Guide pratique de télégraphie élec- 
trique. — TernonL- Manuel pratique 
de télégraphie sous-marine. 5 bro- 
chures par Ternant. (A. L), directeur 
de l'Eastern telegraph. Le Siphon en- 
registreur, ou syphon recorder de 
sir W. Thomson, pour l'échange des 
signaux électriques par les longs câ- 
bles sous-marins. 1 brochure in-8 
avec figures et planches. Réparation 
des câbles sous-marins. Une brochure 
in-8 avec figures et planches. Epreu- 
ves électriques pratiques des câbles 
sous-marins. Une brochure in 8, avec 
figures. S. 20. 

884. Dunod (Pierre-Charles), Pans 
49, quai des Augustins. — Annales 
télégraphiques, annéesl858à 1865. 
1874 à 1881. — Blavier: Grandeurs 
électriques. — Bontemps : systèmes 
télégraphiques. — Boutan et d'Almei- 
da: Physique. — Moutier: Traité de 
physique. — Beynaud: Mérnoire sur 
les phares. S. 20. 

885. L'Electricien, Paris, 25, ave- 
nue de l'Opéra. — V Électricien, 
revue générale d'électricité. — Pu- 
blication bi-mensuelle. — Comité 
de rédaction : MM. E. Mercadier. 
C.-M. Gabriel, A. Niaudet, D-- de 
Cyon, Gaston Tissandier. — Secré- 
taire de la rédaction: : M.-E. Hospi- 
talier. — Rédaction : 25, avenue de 
l'Opéra. — Administration : P. Mas- 
son, 120, boulevard Saint-Germain, 
Paris. — Collection du journal. 

S. 20. 

886. Estienne, Paris, 152, boulevard 
de Vaugirard. — Etude sur les trans- 
missions télégraphiques. — Création 
de l'unité dans les mots; le papiei 
compteur appliqué à leur numéra- 
tion, signal spécial scindant les dé- 
pêches en séries de cinq unités. 

P. M. 

887. Firmin-Didot et C'% Pans, 56, 
rue Jacob. — Becquerel (Edm.), La 
lumière, ses causes et ses effets. — 
Becquerel père, Traité d'électi'icité 



FRANCE. 



5'J 



et de magnétisme. — Des forces phy- 
sico-chimiques. — Traite de physi 
que dans ses rapports avec la chimie 
et les sciences naturelles. — Eléments 
d'êlectro-chiniie. — Becquerel père 
et E. Becquerel. Traité d'électri- 
cité et de magnétisme. — Résumé 
de l'histoire de l'électricité et du 
magnétisme. S. 20. 

888. Fontaine (llippolyte), Paris, 15, 
r}ie Drouot. — L'éclairage à l'élec- 
tricité, renseignements pratiques, 
deuxième édition. S. 20. 

889. Germer Baillière et C'% Pam. 
d08, boulcrard Saint-Gcrmoin. — Li- 
vres scientifiques traitant d'électri- 
cité. Collection de la Beinie scientifi- 
que de la France et de Vétranger. 

S. 20. 

890. Gerspach (Ed.), Paris, 5, rue 
de Valois. Histoire administrative du 
télégraphe aérien en France. — 
\ vol. Paris, 1861. S. 20. 

891. Hachette et C'% Paris, 79. 
boulevard Saint-Germain. — Livres 
et publications scientifiques. S. 20. 

892. Hospitalier (E.),PflWs, 23, rue 
d'Arcole. — Les principales applica- 
tions de l'électricité. S. 20. 

893. Houzeau (Louis-François), Pa- 
ris, 11, rue Bousselet. — Guide pra- 
tique de télégraphie. — Emploi de 
l'appareil Morse. — Service de l'ap- 
pareil à cadran. — Recherche des 
dérangements. A*"- édition 1880, aug- 
mentée d'un appendice sur les piles 
et d'un supplément sur le nouveau 
modèle des récepteurs Morse. S. 20. 

894. Ikelmer (Alfred), Paris, 47, 
rue des Francs-Bourgeois. — Globes 
terrestres de toutes dimensions avec 
mdicalion du réseau des câbles sous- 
marins français et étrangers. S. 20. 

895. Jacquez (Ernest), Paris, 26, 
rue Bertrand. — Dictionnaire alle- 
mand-français et français-allemand 
de technologie électrique. S. 20. 

896. Jobert (Claude-Alphonse), Pa- 
ris, 10, rue des Croisades. — Tableaux, 
représentant l'un, un indicateur des 
tremblements de terre, et des per- 
turbations magnétiques (cet appa- 
reil est installé au Chili) ; l'autre, 
une pile thermo-solaire. S. 22. 

898. Journal : (( La Lumière élec- 



trique », Paris, M , rue Vivienne. — 
« La Lumière électrique » journal 
universel d'électricité paraissant 
deux fois par semaine, les mercredi 
et samedi. — Directeur scientifique, 
M. du Moncel. S. 20. 

899. La Revue scientifique de 
la France et de l'étranger. — 
MM. Antoine Breguet et Charles 
Richet, directeurs. — Collection du 
journal. S. 20. 

900. Lartigue, Paris, 60, rue de la 
Tour. — Dessins d'appareils appli- 
qués à l'exploitation des chemins 
de fer. S. 14. 

902. Leguay (E.), Paris, 79 et 81 
rue de la Tombe-Issoire. — Etudes 
et dessins de machines, d'appareils 
et d'instruments concernant l'élec- 
tricité. Catalogues gravés ou auto- 
graphiés d'appareils électriques, té- 
légraphie, etc. Brevets d'invention, 
dessins et gravures pour publica- 
tions scientifiques. S. 20. 

904. Le Tuai (Albert), Paris, 23 bis, 
avenue de La Motte-Piquet. — Une 
étude du télégraphe automatique 
Wheatstone en 2 volumes, i" texte 
(1 vol. in-8''). 2° atlas de 48 plan- 
ches. P. M. 

905. Liepmann, Paris, 16, rue du 
CroissaM. — Collection du journal 
« l'Electricité «, années 1876-78-79- 
80-81. S. 20. 

906. Marcillac (Paul-Antoine-Ma- 
rie), Paris, 19, passage Bosquet. — 
« Lettres sur l'électricité », par 
l'abbé Nollet. 2 vol. P. M. 

907. Masson (G.), Pans, 120, bou- 
levard Saint-Germain. — L'Electri- 
cien, revue générale d'Electricité. 
— La Nature, revue des sciences, 
divers ouvrages sur l'électricité. 

S. 20. 

908. Mercadier (E.), Paris, 65, rue 
de Bourgogne. — Leçons sur les 
piles et les courants électriques. 
Notions élémentaires de télégraphie 
optique. Traité élémentaire de télé- 
graphie électrique. S. 20. 

909. Ministère de la Marine et 
des Colonies. Paris. — Mémoires 
sur l'Electricité Trêves. N. 

910. Ministère de l'Instruction 
publique et des Beaux-Arts (Bu- 



«0 



EXPOSITin.N D'KLKCÏUICITK. 



reau central météorologique), Pa- 
ris, 60, rue de Grenelle. — Bul- 
letin international du Bureau cen- 
tral météorologi((ue de France, 6 
vol. in-4". — Cartes des communes 
et des poris qui reçoivent les dépê- 
ches du bureau central météorologi- 
que de France. — Carte des stations 
((ont les observations sont envoyées 
cbaque jour par le télégraphe au 
bureau central météorologique de 
France. S. 2(1. 

911. Ministère de l'Instruction 
publique et des Beaux Arts. (Oh- 
.servatoire du Puy-de-Dôme). — M. 
Alluard. Directeur, Clcrmont-Fer- 
i-and. — Plan d'ensemble de l'Ob- 
servatoire du Puy-de-Dôme avec 
coui-bes de niveau. — Vue d'en- 
semble avec paratoimerres dont les 
conducteurs ne plongent que dans 
une couche de terre toujours 
humide. — Plan du rez-de-chaussée 
de la maison d'habitation. — Coupe 
verticale du Pavillon de la météoro- 
logie. S. 20. 

912. Ministère des Postes et des 
Télégraphes, /Vn'/.s% 101. rue de 
Crénelle. — Caries du réseau fran- 
çais. — Plans et documents divers. 
— Livres français concernant la té- 
légra|)hie. P. M. 

913. Ministère des Travaux pu- 
blics, service central des phares. 
Pu ris j i7)^,arenue du Trocadéro. — 
Mémoire sur les phares électriques, 
comprenant le programme de l'é- 
clairage électrique des côtes de 
France, complété par des signaux 
sonores à vapeur, par M. F. AUard 
inspecteur général des ponts et 
chaussées, directeur du service cen- 
tral des phares et balises, publié 
par ordre de .M. le ministre des tra- 
vaux publics. ln-4°, avec planches. 
liMpriuicriCiNalionale, 1881. S. 20. 

914. Montagu (.\uguste), Paris, 
107, rue de r Université. — Aiman- 
tation universelle. Appareil électro- 
magnétique des planètes. Force di- 
rectrice de l'aiguille amiantée. Syn- 
thèse générale des phénomènes 
biologiques. — Un vol. grand in-8". 

P. M. 

915. Niaudet , Paris, G, rue de 
Sriiir. — Traité de la pile électri- 
i|ue. Le même traduit (mi anglais et 



en allemand. Téléphones et phono- 
graphes. Machines magnéto-élec- 
triques. S. 20. 

916. Pelletier (Â.-L.), Paris, 75, 
)'ue de Home. — I^a pose et l'entre- 
tien des sonneries électriques mises 
à la portée de tout le monde ou 
Manuel descriptif de tous les appa- 
reils constitutifs de la sonnerie 
électrique, accompagné de nom- 
breuses gravures sur bois interca- 
lées dans le texte et reproduisant 
tous les appareils et les croquis de 
poses les plus en usage par A.-L. Pel- 
letier et Taupin d'Auge. S. 15. 

917. Planté (Gaston), Par/.s-, 56, rue 
des Tournelles. — Recherches sur 
Fèlectricité, Paris, Fourneau, 1870. 

S. 20. 

918. Poyet (Louis), Paris, 5, rue 
de Provence. — Cadre contenant 
des épreuves de gravures sur bois 
représentant divers appareils élec- 
triques et industriels. S. 22. 

919. Rothschild (J.), Paris, 15, rue 
des Saints-Pères. — Découvertes et 
inventions dans les sciences et dans 
l'industrie, par Henri de Parville : 
18 années ; tome 18'', avec 255 vi- 
gnettes, 5 fr. — Le Télégraphe ter- 
restre sous-marin et pneumatique 
par Paul Laurencin. Un volume avec 
150 gravures. 5 fr. 50. S. 20. 

920. Rousseau (Rodolphe), Paris, 
229, rue Saint-Honoré. — Traité 
théorique et pratique de la corres- 
pondance par lettres, missives et 
télégrammes et des i-apports parti- 
culiers avec les administrations des 
postes et des télégraphes (1 v. in-8°). 

S. 20. 

921. Sautter (L), Lemonnier et 
C'S Paris, 26, avenue de Suffren. — 
Notes diverses sur les emplois de la 
lumière électrique à l'éclairage in- 
dustriel et aux usages militaires. 
Album de photographies. — Ouvrage 
de M. L. Sautter sur les phares len- 
ticulaires. S. 20. 

922. Sébert (11.) Lt-Colonel d'ar- 
tillerie, Paris, 17, boulevard de 
Coureelles. — Mémoires scienti- 
fiques et militaires, 1 vol. Nou- 
veaux appareils balistiques, 1 vol. 
in-8" avec atlas. N. 

923. Senlecq, Ardres [Pas-de-Calais) 
brochures in-8 et 5 exemplaires 



du " Sciontific American " (ia-8l, Ii' 
tout avoc plans d'appareils, traitant 
du "Télet'troscope", a]ipareil des- 
tiné à transmettre télégraphique- 
ment au moyen du sélénium les 
images d'une chamlire noire. (In- 
venté par l'auteur dés le commen- 
cement do 1877.) S. 20. 
924.Seure D'' {hûes),Snint-Ger»iain- 
en-Laije. — Reciierches sur les pro- 
priétés électriques du coUodion 
simple desséché, suivies de réflexions 
sur la nature de l'électricité sta- 
tique. S. 20. 

925. Société française de physi- 
que, Park, i i, rue de Rrune^. — 
Bulletin des Séances de la Société. 
(1875-1881.) 8 vol. in-8. S. 20. 

926. Société de Statistique de 
Paris. — (Loua (Toussaint) délégué), 
Paris, 110, rue de l'Université. — 
Un tablean de cartes et diagrammes 
relatifs à la statistique du mouvoœent 
télégraphique depuis 1851. S. iii. 

927. Société générale d'électri- 
cité (procédés Jablochkoffi, Pari!<, 
1 , avenue de Villiers. — Plans d'in- 
stallations. -X. 

928. Société générale pour la fa- 
brication de la dynamite (L. lioux, 
administrateur-directeur général), 
Paris, 17, rue d'Ainnale. — Notice 
sur l'électricité. Ouvrages sur la 
dynamite traitant des applications 
de l'électricité. S. 11. 

929. Taille (de la), Orléans. — Des- 
sins d'ouvrages en fer T pour lignes 
télégraphiques. Plans d'une gué- 
l'ite d'arrêt et de raccordement pour 
96 fils aériens et 49 souterrains. 
Potelets avec semelle en fer T pour 
i2 fils. P. M. 

930. Terquem (Em.), Paris, 15, 
boulevard Saint-Martin. — Ouvra- 
ges techniques américains sur Té- 
lectricité. Bibliothèque tournante et 
autres objets d'utilité pratique aux 
bibliothécaires et bibliophiles. S. 20. 

931. Thiers (Rodolphe), Paris, 91, 
rue des Feuillantines. — Mémoire 
manuscrit sur le système Lacassagne 
et Thiers, appliqué à l'éclairage 
électrique des vastes espaces et sur la 
divisibilité des courants électriques 
provenant d'un générateur unique. 

S. 20. 



932. Viard (Jules), instituteur, Rv 
ches-!'iir-Marne. — Mémoire sur l'é- 
leclricité. Détermination de la na- 
ture de l'électricité et sa définition. 
Théorie de la formation des orages. 
Explication de la foudre. Identité 
absolue de l'électricité et du magné- 
tisme prouvée par les phénomént> 
de la boussole. — Preuve de liden- 
tité absolue entre l'électricité et le 
magnétisme. — Explications des 
phénomènes observés dans la bous- 
sole. .S. 2(1. 

CL\SSE 16. 

COLLECTIOiNS RÉTROSPECTIVES d'aPPAKE1I.> 
COXCER>A.NT LES ÉTUDES PRIMITIVES ET 
LES APPLICATIONS LES PLUS ANCIEJ<.M:s 

i»E l'Électricité. 

933. Breguet (Antoine), Paris, i, 
rue Perrault. — Autographesd'Ara- 
^0, de Faradav, de Melloni, d'Ampère. 

S. js. 

934. Breguet Paris, 59, quai 
de rHorloge. — Appareil primi- 
tif pour la répétition des signaux 
de disques de chemins de fer. An- 
cien compteur à eau à indication- 
magnétiques . Télégraphe impri- 
meur d'Arlincourt (i"' modèle, i 
Cinq télégraphes anciens à une. 
deux et trois aiguilles. Première 

i bobine d'induction de MM. Bre- 

' guet et Massoii, dite bobine Buhin- 

korff. Première bougie électrique 

de M. .lablochkoff. S. 18. 

935. Collège de France, Galerie di- 
physique. — Table d'Ampère ponr la 
vérification des lois élémentaires de 
l'éleclro-dynamique. Machine élec- 
tro-magnétique de Pixii, construite 
en 1852 (premier modèle). Diapason 
électrique employé par Regnault 
pour les expériences relatives à la 
vitesse du son. Couple thermo-élec- 
trique de Regnault, expériences sur 
la détermination des températures 
par les courants thermo-électriques i. 

S. IN. 

936. Compagnie des Chemins de 
Paris à Lyon et à la Méditer 
ranée, Paris, 88, rue Saint-La- 
zare. — Etudes sur les appareils 
télégraphiques imprimant. Poteaux 
métalliques. Applications des tubes 



62 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ 



Geissler à l'éclairage des signaux 
fixes. Application do la bobine de 
Ruhmkorff à rallumage des becs de 
gaz dans les campaniles. N. 

937. Dumoulin - Froment , — 
Paris, 85, rue Notre -Dame -des- 
Champs. — Collection rétrospec- 
tive de rElectromoteur construit 
par fx. Froment, de 18M à 1848. 
(Voir l'exposition du ministàre de 
l'Agriculture et du Commerce). 

S. 18. 

938 Duneau (E.), Pans, 49, ave- 
nue Marceau. — Un portrait de 
physicien du XV1I« siècle avec la 
légende : Lumen hinc agamsolo sale 
JE LV. MDCXXVI. S. 20. 

939. Gramme (Zénobe), Paris, 65, 
rue Oberkampf. — Machine ma- 
gnéto-électrique Gramme, modèle 
présenté à l'Académie des sciences 
en juillet 1871. Régulateur de lu- 
mière électrique système Gramme. 

S. 18. 

940. Ministère de T Agriculture 
et du Commerce (Conservatoire 
national des Arts et Métiers), Paris, 
292, 7-ue Saint-Martin. — Pile à sul- 
fate de cuivre, A.-C. Becquerel, 
1829 (Corme de tube en U). — Pile 
à sulfate de cuivre de Becquerel. 
— Pile à potasse de Becquerel. — 
Pile thermo-électrique à sulfure de 
cuivre de M. Kd. Becquerel. — Pile 
thermo-électrique à alliage de cad- 
mium de M. Ed. Becquerel. — Grand 
couple secondaire de M. Gaston 
Planté, 1860. — Boussole des sinus, 
de Pouillet, construite par M. Brun- 
ner. — Boussole des tangentes de 
Pouillet, construite par M. Brunner. 



— Actinomètre électro-chimique 
de M. Ed. Becquerel, 1841 (appareil 
original). — Rhéostat à colonne 
liquide de M. Ed. Becquerel. — Ba- 
lance électro-magnétique de M. Ed. 
Becquerel, construite parM. Blanchi. 

— Thermomètre électrique de Bec- 
querel. — Pyromètre thermo-élec- 
trique de M. Ed. Becquerel. — 
Collection d'électro - moteurs de 
M. G. Froment. — Appareil pour le 
dégagement de l'électricité par 
pression, A.-G. Becquerel, (1825, 
appareil original). — Formation 
électro-chimique des substances 
minérales cristallisées. Appareil 
simple, A.-C. Becquerel, 1828. — 
Appareil électro-capillaire. Tube 
avec fissure, A.-C. Becquerel, 1866. 
Appareil de M. Ed. Becquerel avec 
électro-aimant pour le magnétisme 
de l'oxygène. — Tubes de M. Ed. 
Becquerel avec corps phosphores- 
cents éclairés par les décharges élec- 
triques. S. 20. 

941. Ministère de la Marine et 
des Colonies, Paris. — Modèles de 
Torpilles et de signal horaire du 
Commandant Trêves. N. 

942, Ministère des Postes et des 
Télégraphes, Paris,- i()\, rue de 
Grenelle. — Appareils divers. S. 18. 

943 Société française de Physique 

Paris, 44, rue de Remies. — Deux 
mémoires manuscrits d'Ampère sur 
l'électrodynamique (2 cahiers in-f»). 

S. 18. 

943 bis. Tripier (D-" A.), Paris, 4:, rue 
de Hanovre. — Pile de Ciniselli. 

S. 18. 



ALLEMAGNE (EMPIRE D') 



!<0T\. — Lorsqu'aucune indication de place n'est portée à la suite de la mention des objets 
exposés, c'est que ces objets se trouvent au rez-de-cliaussée de la nel' principale du Palais. 

GROUPE I 

PxIODUCTION DE L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 1. 

ÉLECTRICITÉ STATIQUE. 

944. Kôniglisch Sâchsisches Po- 
lytechnikum, Dresden. — Petite 
machine statique de Toepler, pour 
laboratoires. — Modèles de machines 
analogues dont un de machine à 
double effet. 

945. Toepler (D'' A.), professor am 
KôniglichenPolytechnikum, à Dres- 
den. — Machines statiques à 60 et 
à 20 disques dont une à potentiel 
plus élevé et à amorçage automa- 
tique (M. Leuner, constructeur). 

946. Voss (J. Robert), Mechaniker, 
Berlin N. 0. — Machines statiques 
à disques tournants et à amorçage 
automatique, d'après Pi. Voss. Ma- 
chine statique de Holtz à disque 
tournant: 

947. Wilk (August), Mechaniker, 
Dapnstadt. — Machine statique 
puissante à amorçage automatique 
à manivelle ou à pédale. 

CLASSE 2. 

TJLES ET ACCESSOIRES. 

948. Direction der Thûringischen 
Eisenbahn Gesellschaft, Erfiirt. 
— Divers couples électriques Daniell, 
r>unsen, Meidino-er, Leclanché. 

949. Dœrffel(Paul), Hof-Optiker und 
Mechaniker, Berlin N. W. — 
Divers modèles de piles thermo-élec- 
triques (système Noë), réchauds à 
l'esprit-de-vin, ou à bec Bunsen. 

950. Gerzabeck, Zeller et Cie, 
Fabrik galvanischer, Kohlen, Sont 
hofen ini Allgàu in Batjern. — 
Plaques de charbon de différentes 
grandeurs; prismes pour couples 



électriques Bunsen et Leclanché ; 
cylindres de charbon de différentes 
grandeurs. 

951. Keiser & Schmidt, Telegra- 
phenbau-Anstalt imd Fabrik physi- 
kalischer Apparale, Berlin. Repré- 
sentant à Paris, M. J. Hackenhroch, 
50, boulevard du Temple. — Piles ; 
couples électriques ; plaques et 
cylindres de charbon artiliciel et 
naturel. 

952. Kônigliche Akademie Physi- 
kalisches Kabinet Professor D-^ ilit- 
torf. Miinster, Westphalien. — Pile 
électrique de 200 couples, pour 
l'étude des décharges électriques 
dans les gaz raréfiés, construite par 
M. le D'- Hittorf. 

953. Lessing (Albert), D^ Fabrikbe- 
sitzer, Mirnherg. — Charbon en 
plaques, prismes et cylindres pour 
piles, couple électriques, spéciale- 
ment de cliarbon zinc et de charbon- 
manganèse-zinc. 

954. Meidinger (D-- H), Professor, 
Karlsi^uhe in Baden. — Couple élec- 
trique Meidinger. — Pile composée 
de 21 couples, applicable à l'élec- 
tricité médicale. 

955. Beichs-Postamt, Berlin. — 
Pile électrique (type de l'adminis- 
tration allemande). 

956. Siemens et Halske, Berlin.— 
Pile Siemens, à diaphragme en pâte 
de papier. 

CLASSE 3. 

MACHIiSES MAGNÉTO-ÉLECTRIQDES ET DYNAMO- 
ÉLECTRIQDES. 

957. Bodien (Cari), Mechaniker- 
gehùlfe, Hambourg. — Machine 
dynamo-électrique à manivelle. 



64 



EXI'OSITIO.N D'ÉLECÏRICITK. 



958. Greb W. et C , Fahiikanton 

t^lcklriscliei' Appai'aU', Frankfuvl a, 
Main. — Machiiie-Granime à courant 
continu, pour éclairage, modèle 
moyen. 

959. Gurlt (W.], Tclegrapliabcnbau- 
Anstall, Beiiin S. W. — Magné- 
to-inducleuis à aimants horizontaux 
et vei'ticanx. 

960. Heilmann - Ducommun et 
Steinlen aleluMs Ihiconnnim) Ma- 
schinenfabrikantcn, Midliaiisen, El- 
.s-a.ss. — Machines dynamo-électri- 
ques Gramme; tvpes d'atelier, 

1!. G. .-<. 

961. Horn (Wilhelm), Fabrikant. 
Berlin S. — Machine dynamo-élec- 
liique. 

962. Naglo (Gebrùder),Fabrikanten, 
Berlin S. 0. — Machine dynamo- 
électrique. 

963. Siemens et Halske, Berlin. 
Machines magnéto-électriques et 

dynamo-électriques à courant con- 
tinu et à courants alternatifs, desti- 
nées à Tusage des laboratoires 
scientifiques et des industries, à 
l'éclairage électrique, à la transmis- 
sion de force à distance (traction 
électrique), à l'électrochimie (mé- 
tallurgie, galvanoplastie), à la télé- 
graphie, au service des signaux de 
chemins de fer. B. C. s. 

GROUPE II 

TRANSMISSION P.\R L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 4. 

CABLES, FILS ET ACCESSOIRES. PARATON- 
i>ERRES. 

964. Felten et Guilleaume Carisj 
werk, Miilhcim a liliein; représen- 
tants (I Paris, .1. .lacquot et Cassoii, 
30, rue des Bourdonnais. — Fils de 
fer et d'acier galvanisés et non gal- 
vanisés pour télégraphes et télé- 
phones; — câbles souterrains et 
sous-marins; — fils isolés employés 
pour l'installation des postes télégra- 
phiques, — câbles pour torpilles ; 
câbles à immerger pour mines sous- 
marines, — cordes à paratonnerre 
et accessoii-es. 

965. Reichs-Postamt, Berlin. — 
Modèle de jonction des fils télégra- 



ohiques aériens aux fils souterrains. 

— Isolateurs et accessoires. — Ap- 
pareil à éprouver la solidité des fils 
télégraphiques. — Paratonnerres 
destjnés à être attachés aux poteaux. 

— Échantillons de fils de fer et de 
leurs jonctions. 

966. Siemens et Halske, Berlin. 
Matériel pour la construction de 
lignes télégraphiques aériennes , 
souterraines et sous-marines; iso- 
lateurs, fils isolés au moyen de 
gutta-perclia et de caoutchouc ; 
câbles; câbles téléphoniques aériens 
et accessoires; paratonnerres sans 
induction nuisible; outils. 

— Weber, D'. L. Privât docentan 
der Universitàt Kiel. — Collei - 
tion de pointes de paratonnerres et 
autres objets frappés par la foudre. 
Province de Schleswig-Iiolstein. 

GROUPE m 

ÉLECTROMÉTRIE 



GLASSE 5. 

APPAREILS SERVANT AUX MESURES Él/ËC- 
TRIQUES. 

967. Erdmagnetisches Observa- 
toriam und physikalisches Insti- 
tut der Universitàt, Gôtlingen. — 
Boussole des tangentes, construite 
par le D'" Meyerstein, à fil enroulé 
autour d'un ellipsoïde de révolution. 

968. Gurlt (W). Telegraphenbau- 
Anslalt, Berlin S. VV. — Pont de 
Wheatstone. 

969. Keiser & Schmidt, Tele- 
graphenbau-Anstalt und Fabrik gal- 
vanischer Apparate, Berlin. Repré- 
sentant à Paris, M. J. Ilackenhroch, 
50, boulevard du Temple. — Gal- 
vanomètre pour éprouver les pa- 
ratonnerres. — Galvanomètre des 
tangentes. — Pont de Wheatstone. 

970. Kohlrausch, Professor D"^ F.^ 
et mechanische Werkslatt von 
Eugen Hartmann, Wûrzburij. — 
Lunette pour observer les déviations 
sur une échelle de verre. — Galva- 
nomètre à miroir. — Appareil d'in- 
duction. — Pont de Wheatslone- 
Kirshhoff en forme de cylindre avec 
téléphone et vases à fluides pour 
déterminer la résistance des élcc- 



ALLEMAGNE. 



«5 



Irolyles. — Magnétométre à suspen- 
sion bifilaire. 

971. Kôniglich-Sâchsisches Po- 
lytechnikum, Dresden. — Electro- 
mètre des sinus à oscillations amor- 
ties. — Magnétomètre à oscillations 
amorties, employé dans les cours 
publics. 

972. Naglo Gebrûder,Fabrikanten, 
Berlin S. 0. — Galvanomètre pou- 
vant fonctionner comme galvano- 
mètre dt'S sinus, et comme galvano- 
mètre diffèretitiel. 

973. Physikalisches Kabinet der 
technischen Hochschule. Berlin. 

— Appareil pour mesurer la résis- 
tance des liquides, d'après A. Paal- 
zow. 

974. Reichs-Postamt. Berlin. — 
Voiture munie d'appareils servant à 
mesurer l'état électrique des câbles 
télégraphiques. — Disposition d'un 
poste muni des mêmes appareils 
pour le même usage. (Types de l'ad- 
ministration allemande). 

975. Siemens et Halske, Berlin. 
Boussoles des sinus et des tan- 
gentes ; galvanomètres asiatiques, 
apériodiques, différentiels ; élec- 
tro-dynamomètres servant, au mesu- 
rage de courants exceptionnellement 
faibles (courants téléphoniques) . 
ainsi que de courants très forts 
(courants produits par les machines 
dynamo -électriques) ; étalons de 
l'unité Siemens. Etalons de résis- 
tances gradués en unités Siemens ; 
ponts de Wheatstone; condensateurs; 
appareil thermo-électrique pour le 
mesurage des températures; chro- 
nographe enregistrant par l'étincelle 
électrique; photomètre à sélénium. 

976. Wiedemann (D*^ Gustav), 
Professor an der Universitât, Leipzig. 

— Galvanomètre à miroir (système 
Wiedemami, 1855). 

GROUPE IV 

APPLICATIO>î DE L'ÉLECTRICITÉ 

CLASSE 6. 

TÉLÉGRAPHIE, SIG.NACX. 

977.Cuypers (Wilhelm), Fabrik fein- 
ster Knochenôle, Pieschen bei Dres- 



den. — Huile et encre bleue pour 
les appareils télégraphiques. 

978. Direction der Altona-Kieler 
Eisenbabn-Gesellschaft. Altona. 

— Appareil électro-sémaphorique 
pour les gares de chemins de fer 
(système de MM.Tellkampf et Walter). 

979. Gurlt (W.), Berlin. — Appareil 
Morse. — Appareils écrivant à grande 
vitesse et à grande distance, de Jaite. 

— Commutateur automatique. — 
Appareil à cadran de Kramer. — 
Avertisseur d'incendie, etc. 

980. Kaiserliche Général-Direc- 
tion der Eisenbahnen in Elsass- 
Lothringen, Strasbnrg ij Ehass. — 
Comnmtateur à pied desservant deux 
lignes tèlégraplii(jues par le même 
appareil Morse, construit dans les 
ateliers Siemens et Halske. — Signal 
à dèclanchement électrique. — - Di- 
vers appareils électriques applica- 
bles au service des chemins de fer. 

— Appareils construits dans les ate- 
liers de la Direction. 

! 981. Keiser et Schmidt, Berlin. N. 
j Johannisstrasse, "10. — Appareils télé- 
graphiques pour l'usage domestique. 

[ 882 . Kônigliche Eisenbahn-Direc 
tion, Berlin. — Compteur mécani- 
que des blocages enlevés à cause 
des devancements de trains. Modèle 
d'un système de communication 
entre les voyageurs d'un train et le 
mécanicien- conducteur ; construc- 
tion d'après M. Zwez. 

983. Kônigliche Eisenbahn-Di- 
rection, Elberfeld. — Appareil de 
block-system à liaison automatique 
avec les signaux optiques (construit 
dans les ateliers de la direction). 

984. Kônigliche Eisenbahn-Direc- 
tion,Frankfurt a' Main [Saclisenhau- 
sen). — Appareils Morse modifiés 
en vue de leur application au block- 
system. — Disposition pour assurer 
la dépendance des manœuvres des 
signaux optiques et des aiguilles 
(système Lobbecke). — Appareils à 
signaux électro-acoustiques contrô- 
lant automatiquement l'entrée des 
trains dans les gares. 

985. Kônigliche Eisenbahn-Di- 
rection, Hannover. — Appareil pour 
contrôler la manœuvre des aiguilles 



60 



EXPOSiTIOK D'ELECTRICITE. 



de garage des cliemins de fer (con- 
slriiit dans les ateliers Siemens et 
llalske). 

986. Milchsack (U.i et C'\ Papier- 
tnbrikanten, Beryisch-Gladbach bei 
hôlnal Rh. — Échantillons de bandes 
(le papier pour appareils télégra- 
iiliiiiues. 

987. Naglo, Gebrûder, Fabrikan- 
ten, Berlin S. 0. — Installation com- 
plète d'un télégraphe avertisseur 
flincendie. — Appareils télégra- 
j)liiques (types de l'administration 
des postes allemandes et des admi- 
nistrations des chemins de fer d'É- 
tat de Prusse). 

988. Reichs-Postamt, Berlin. — 
Modèles d'appareils télégraphiques 
employés dans les postes télégra- 
l)hiques allemands. — Poste à cou- 
lant continu. — Transmission Du- 
plex (système Fuchs, etc.). 

989. Siemens et Halske, Berlin. 
Appareils du système Morse et de 

systèmes analogues pour lignes 
aériennes, sous - marines, souter- 
laines; manipulateurs ordinaires et 
automatiques; récepteurs; relais, 
^'alvanoscopes ; accessoires. Appa- 
leils imprimeurs Hughes et autres 
pour applications spéciales. Appa- 
reils à cadran magnéto-électriques. 
Appareils de sécurité pour les che- 
mins de fer : sonneries, inducteurs 
magnéto -électriques ; mécanismes 
l»our la transmission de signaux de 
secours; manipulateurs et récepteurs 
automatiques; accessoires. Appareils 
deblock-system appliqués aux séma- 
phores, réglant la circulation des 
trains entre les stations et aux sé- 
iuaphores d'entrée des gares. Appa- 
reils à déclanchement électrique. 
390. Wittwer, Beyensbur'g AUVet- 
zer, VfronLen. — Sonnerie pour 
l'appel respectif des stations d'un 
Tuéme circuit. 

' CLASSE 7. 

TÛ.KPUOME, MICROPHOME, PUOTOPHOJdE- 

991. Kaiserliche Général-Direc- 
tion der Eisenbahnen in Elsass- 
Lothringen, Stranburg if t'/.s«ss — 
r.omnnitaleur pour jwstfs téléphoni- 
•lues. construit dans le^ atéîiéfs de 



Fexposant d'après MM. Ilieronymi et 
Haas. 

992. Kôniglich-Sâchsisches Poly- 
technikum , Dreulea. — Appa- 
reils d'appel à diapasons (système 
Toepler). 

993. Naglo, Gebrttder, Fabrikan- 
ton, Berlin S. 0. — Téléphones à 
faisceau magnétique et trompettes 
d'appel. 

994. Reichs-Postamt, Berlin. — 
Indicateur combiné avec un commu- 
tateur à l'usage des bureaux télé- 
phoniques centraux. Téléphones et 
accessoires à l'usage des postes extrê- 
mes et des postes inloi-mèdiaires, 

995. Siemens et Halske, Berlin. 
Téléphones système Bell, con- 
struction Siemens. Installation d'un 
bureau central reliant plusieurs 
stations d'un réseau téléphonique. 
Appareils avertisseurs magnéto-élec- 
triques. Téléphones électro-dyna- 
miques. 

CLASSE 8. 

LUMIÈRE ÉLECTRIQUE. 

996. Greb (W.) et C% Fabrikanten 
elektrischer Apparate, Frankfurt aj 
Main. — Deux foyers électriques 
intercalés dans le même circuit, 
donnant des flammes puissantes par 
un courant continu assez faible. 

997. Heilmann, Ducommun et 
Steinlen (ateliers Ducommun). Ma- 
schinen fabrikanten, Mûlhausen ij 
Elmf'S. — Quatre foyers électriques 
contribuant à l'éclairage général. 

998. Horn (Wilhem), Fabrikant, 
Berlin S- — Lampe électrique (sys- 
tème Horn;. 

999. Kaiserliche Général-Direc- 
tion der Eisenbahnen in Elsass- 

.Lothringen, S,trasbur(j i'/ Elsass. — 
Laihpe électrique à lumière d'inten- 
sité variable (construite dans les 
ateliers de la Direction). 

1000. Keiser et Schmidt. Telegra- 
phenbau-Anstalt und Fabrik physi- 
kalischer Apparate, Ber/m N. Repré- 
sentait à Paris, M. J. Uackenbroch, 
50, boulerard du Temple. — Lampe 
électrique (système Pulcher). 

1001. Lessing(Albrecht) D% Fabrik- 
besitzer, Mmberg. — Bougies de 
charbon pour lampes électriques. 



ALLE^IAG^E. 



6? 



1002. Naglo. Gebrtider. Fnbrikaii- 
ttMi, Berlin S. 0. — Lainpos ôloc- 
l rit] nos à rt'llectour isystèino iNaglo). 

1003. Physikalisches Kabinet der 
technischen Hochschule, Ber- 
lin. — Apparoil ])aiir examiiior et 
étudier la lumièif éloctri(Hie (svs- 
tomo A. Paaizow cl W . Yogel). 

I004.Schône.G.HugoSohii,KIem- 
piier iiiid Damprinetalldrùckerei , 
Dresden. — Divers réflecteurs ))a- 
raboliqiies et un prisme pour les 
foyers électriques. 

1005. Siemens et Halske, Berlin. 
Eclairage électrique à foyer 

unique et à lumière divisée, à cou- 
rant continu et à courants alterna- 
tifs ; machines magnéto-électriques 
et dynamo-électriqties, système de 
Hefner-Alteneck. Machine dynamo- 
électrique à armature Siemens, mo- 
dèle 1880. Régulateurs pendulum ; 
lampes différentielles; projecteurs; 
accessoires. 

CLASSE 9. 

MOTEURS ÉLECTRIQUES, TRANSPORT 
DES FORCES. 

1006. Heilmann, Ducommun et 
Steinlen (ateliers Ducommun) , 
Maschiiienfabrikanten, Mûlhausen i 
Elsass. — Transmission de force, 
servant à mettre en mouvement 
10 machines-outils constituant un 
petit atelier pour travaux de préci- 
sion. B. C. s. 

1007. Siemens et Halske, Berlin. 
Applications de la transmission 

électrique de la force à distance ; 
marteau électrique ; perceuse élec- 
trique; wagon du chemin de fer 
électrique de Lichterfelde. 

CLASSE 10. 

ÉLECTRICITÉ MÉDICALE. 

1008. Dôrffel (Paul), Hof-Optiker 
und Mechaniker, Berlin iV. W. — 
Electro-aimant de M. le professeur 
Hirschberg pour retirer des yeux 
les petits éclats de fer. 

1009. Gauernack et Reinboth, Me- 
chaniker; Specielgeschâft elektro- 
medieinischer Apparate, Dresden. 
— Piles à courant constant et appa- 



reils d'induction , à l'usage de 
rélectrothéra])ie. 

1010. Instrumenten und Banda- 
gen Cabinet der Kôniglichen 
Universitàt, Berlin. — Explora- 
teur électrique. 

1011. Keiser et Schmidt, Telegra- 
phenbau-Anstalt und Fabrik physi- 
kalischer Apparate, Berlin N. Be- 
présenlant à Paris, M. J. llackcn- 
hroch, 50, boulevard du Temple. — 
Appareils d'induction et appareil 
complet d'électro-lhérapieavec inter- 
rupteur automatique. 

1012 Kôniglich-Sâchsisches Po- 
lytechnikum, Dresden. — Appareil 
d'induction à lames vibrantes pour 
l'électro-physiologie (système Toe- 
pler). 

1013. Michael (rKmed. J.), Prakti- 
sclier Arzt, Harnhurg. — Psychro- 
plios, appareil d'éclairage pour 
médecins et dentistes, basé sur la 
piiosphorescence produite par l'é- 
lectricité induclive. 

1014. Physiologisches Institut 
der Kôniglichen Universitàt 
Berlin, ProfessorD'^E. du Bois-Rey- 
mond, Berlin. — Appareils cons- 
truits par MM. Plalli, Schmidt et 
Ilânsch, Pfeil, Krûger, Rallzar et 
Schmidt, d'après du Bois Reymond, 
A. Christiani et IL Kronecker. 

1015. Physiologisches, Institut 
der Universitàt Rostock,,;P,ro- 
fessor Di- Herrmann Aubert, llm^ck. 
—Conimutafeur de pile d'après L.Mat- 
thiesen. Electrodes impolarisablës 
pour l'examen de l'électrotonus d'a- 
près Aubert. — - Système d'attache 
pour conducteurs assurant un con- 
tact parfait (appareils construits par 
M. Westien). 

lOie. Stôhrer D-^ et Sohn, Mechani- 
ker, Lei/;^/^. — Appareils électro- 
médicaux, d'induction, à courant 
constant et de galvano-caustique. 

CLASSE H. 

ÉLECTRO-CHIMIE. 

1017. Kônigliche Akademie zu 
Mttnster, Physikalisches Kabi- 
net. Professor W Wilhelra flittorf, 
Munster (Westphalen) .—Divers appa- 
reils pour l'électrolyse consti-uits 
par Hittorff. 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



1018. Minister der ôffentlichen 
Arbeiten, Berlin, Kôiiiglich Preus- 
sisches und Hcrzoglich -Braun- 
sclnvcigisches Communion Htit- 
tenamt, Ockcr. — Collection des 
matériaux bruts et des matériaux 
employés dans l'atelierêleclrolytique 
de Ocker. 

1019. Norddeutsche Affinerie, 
Actiengesellschaft, Ilamhurg . — 
Produits de l'industrie électroly- 
tique. Spécimen de cuivre, d'or et 
d'argent à l'état de pureté chimique. 
Plaques laminées et iil étiré de cui- 
vre électrolytique sans soudure. Pro- 
duits accessoires. 

L'atelier électrolytique des usines 
de la Société ''■ Norddeusche Affine- 
rie ", à Hambourg, est établi depuis 
1875. 

On y retire, par la voie de l'élec- 
trolyse des ci^vres bruts contenant 
de l'argent et de l'or, du cuivre 
d'une pureté presque absolue en 
séparant en même temps la teneur 
totale en métal précieux. 

La production annuelle s'élève à 
550 tonnes de cuivre. Le courant 
électrique est fourni par six ma- 
chines Gramme. On obtient de plus, 
par un procédé électrolytique nou- 
veau, de l'or fin d'un titre de 
iOOO 0/00 (en 1880 Ks 1200) qu'on 
relire de l'or allié à toute sorte 
d'autres métaux. 
02 3. Siemens et Halske, Berlin. 

— Machines dynamo- électriques 
destinées aux procédés chimiques, 
à la galvanoplastie et à la métallur- 
gie. 

CLASSE 12. 

INSTRUMENT DE PRÉCISION, ÉLECTRO-AIMANTS 

BOUS.SOLES, HORLOGERIE ÉLECTRIQUE. 

1021. Raphaël (Max), Glimmerwa- 
renfabrikant, Breslau. — Roses des 
vents peintes sur mica pour bous- 
soles à liquides. Plaques de mica 
pour roses transparentes de bous- 
soles. 

1022. Siemens et Halske, Be/ /m. 

— llurloge électrique. 



CLASSE 13. 

APPAREILS DIVERS. 

1023. Eisenmann (Raphaël), Sprit 
fabricant de o/G (esprit) extra fin, 
Berlin. 0. — Modèle d'un appareil 
à purifier les alcools à l'aide de 
l'oxygène à l'état actif; échantillons 
d'alcools purifiés par ce procédé. 

1024. Erdmagnetisches Observa- 
torium und Fhysikalisches Insti- 
tut der Universitàt, (lôttingen. — 
Observatoire magnétique transpor- 
table, construit par le D'' Meyerstein. 

1025. Geissler, D^ IL Nachfolger : 
Franz Millier. Institut fur chemi- 
sche und physikalische Apparate, 
Bonn aj Bhein. — Collection de 
tubes électriques; tubes Geissler; 
tubes Crookes pour expériences sur 
l'état radiant. Machine pneumatique 
à mercure (système Geissler). 

1023. Heinemann (A.), Bremerha- 
ven. — Modèle et dessin d'un appa- 
reil électrique pour mesurer les 
profondeurs de la mer. 

1027. Kaiserliches Torpedo-tech- 
nisches Laboratorium, Kiel. — 
Télémètre électrique construit par 
Siemens et llalske en 1870. 

1028. Keiser et Schmidt, Telegra- 
pheubau-Anstalt und Fabrik physi- 
kalischer Apparate," Berlin. Be- 
présentant à Paris, M. J. Ilacken- 
hroch, 30, boulevard du. Temple. — 
Appareil fournissant des étincelles 
avec interrupteur à mercure. Ap- 
pareil donnant les spectres d'étin- 
celles. Télégraphes domestiques. 

1029. Klinkerfuss, D^W. Professor 
und Director der Sternwarte, Gôt- 
tingen. — Allumeur galvano-hydro- 
statique des becs de gaz. — Météoro- 
graphe. 

1030. Konigliche- Akademie zu 
MUnster, physikalisches Kabi- 
net. Professor D^ Wilhelm Uittorff, 
Munster in Westphalen. — Tubes de 
verre pour étudier les qualités de la 
lumière de l'électrode négative. 

1031. Konigliche Eisenbahn-Di- 
rection, Elberfeld. — Contrôleur 
de la vitesse d'un train, à contact 
spécial (système Wiesenthal et C''). 

1032. Konigliche Eisenbahn-Di- 
rection, Hannover. — Appareil d'é- 
preuve ayant servi en 1877 à Gun- 



ALLEMAGNE. 



69 



tershaiisen, à des essais de freins 
continus. 

1033. Kôniglich-Sâchsiches Po- 
lytechnikum. Dresden. — Appareil 
enregistrant automatiquement les 
variations passagères et élastiques 
qui se produisent dans les dimen- 
sions des corps solides, construit 
par Lenner d'après le professeur 
D^ Frankel. 

1 034. Mathematisch - physikali- 
sches Institut der Universitât zu 
Marburg, Professor D"^ Franz Meldc, 
Mavhurg. — Appareil électro-acous- 
tique pour démontrer l'existence 
simultanée de deux ondes indépen- 
dantes, d'après Melde. Electro-mo- 
nocliord de Melde. 

1035. Minister dér ôffentlichen 
Arbeiten, Berlin. — Appareils télé- 
graphiques disposés pour le service 
des mines ; leur emploi. Lampe de 
sûreté Mugeler. Boussoles de mines. 
Indicateur électrique des niveaux 
d'eau. Machine électro-dynamique 
pour faire sauter des rochers, etc. 

1036. Mûller(Carl HeinvichFlorenz) 
Fabrik electrischer Glasinstrumente, 
Hamhurg. — Collection de tubes 
électriques. Collection des appareils 
Crookes. 

1037. Raphaël (Max), Glimmerwaa- 
ren fabrikant, Bredau. — Objets de 
mica pour diverses industries élec- 
triques. 

1038. Reichs Postamt, Berlin. — 
Zeitball à détachement électrique 
construit par MM. Bamberg. 

1039. René C, Consul, Pianoforte- 
fabrikant, Stettin. — Tables d'har- 
monie de bois préparé à l'aide de 
l'oxygène ozone; échantillons de 
bois naturel et préparé. 

1040. Siemens et Hedske, Berlin. — 
Télémètre magnéto-électrique. Indi- 
cateurs de niveau d'eau. Avertis- 
seur à prévision pour la manœuvre 
du gouvernail à bord des vaisseaux; 
Machines pour la sépai'alion des ma- 
tières (minérales) magnétiques et 
diamagnéliques. Chronographes à 
étincelle. 

1041 . Stôhrer D^et Sohn. Mechani- 
ker, Leipzig. — Appareil de projec- 
tion applicable dans les écoles pri- 



maires, et accessoires pour expé- 
riences électriques. 

1042. Tribout (Joseph), Metz. — 
Charrue construite spécialemen- 
pour la pose d'un câble télégraphi- 
que en campagne. 

1043. Wiedemann(D'Gustav), Pro- 
fesser der Universitât, Leipzig. — 
Appareils pour étudier les relations 
entre le magnétisme et la torsion. 
(1859-1860.) 

GROUPE V 

MÉCANIQUE GÉNÉR.\LE 

CLASSE 14. 
générateurs; moteurs a vapeur, a gaz 

ET HÏDRAULIQUES ET TRAiSSMISSlONS APr 
PLICABI.ES AUX INDUSTRIES ÉLECTRIQUES. 

1 044. Gasmotorenfabrik zu Deutz, 
Actien - Gesellschaft , Deutz hei 
Coin ajm Bhein. — Moteurs à gaz à 
un et à deux cylindres, d'une force 
effective de 8 à 50 chevaux. B. C. s. 

1 045 . Siemens et Halske , Berlin. — 
Machine à vapeur rotative (système 
Dolgorouki), commandant directe- 
ment une machine dynamo-élec- 
trique. B. C. s. 

GROUPE YI 

BIBLIOGRAPHIE, HISTOIRE 

CLASSE 15. 

COLLECTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oUVRAGES 
CONCERNAiNT LA SCIENCE ET l'inDUSTRIE 
ÉLECTRIQUES, PLANS, CARTES, ETC., ETC. 

1046. Barth (Johann Ambrosius), 
Verlagsbuchhandlung, Leipng. — 
« Poggendorff s Annalen nebst Bei- 
blâttern», 7 volumes: « Annalen der 
Pliysik », 3 vol. « Beiblâtter là lY » 
(1877 à 1880) (publiés par l'expo- 
sant). S. 20. 

1047. Bischkopf (M.), Verlagsbuch- 
handlung, Wiesbaden. — Weiden- 
bach : « Compendium der elektri- 
schen Télégraphie » (publié par 
l'exposant). 

1048. Baensch (Wilhelm), Verlags- 
buchhandlung, Berlin. — 4 ouvrages 
de Ludewig intitulés : « Die elec- 
trische Messkunde » ; « Der Beichs- 



70 



EXPOSITION DTXECTRICITE. 



telegraphisl « ; « Bcr Bau von Tele- 
praplu'iilinien » et « Das Telegra- 
plu'iiivclil •) (iiublii'spnr l'exposant). 

1049. Clemens (l)'Thcodor),Fra7?/i;- 
furt-a/Main. — Clemens : « Heihvir- 
kungeii der Electricilât und deron er- 
folgreiche methodische Anwendung 
in vtnscliiedenon Krankheiten ». 

1050. Gostenoble (Ilerm.), Verlags- 
bnchhandUing, Ie))a. — Ferrini : 
(( Tocliiiologio dei' Electricilât » 
(publié |ar rexposant). 

1051 . Direction des medicinisch- 
chirurgischen Friedrich - Wil- 
helm Instituts, Berlin. — 4 ou- 
vrages sur l'électricité, de M. ^Yin- 
kler, professeur à l'Université de 
Leipzig, de M. Kessler, médecin à 
Breslau, et d'autres savants alle- 
mands; publiés en 1653, ilU, 1745, 
1746 et 1750. 

1052. Du Mont-Schauberg (M.), 
Bucliliandlung, Kubi. — Scbellen : 
« Die magnet und dynamo -elec- 
triscben Mascbinen » (publié par 
l'exposant). 

053.Electro-technischerVerein, 
Berlin. — Zeitschrift des Electro- 
techniscben Vereins. — 1880-1881. 

— 3 volumes. — Mémoire sur l'acti- 
vité de la Société électro-technique. 

1054. Erdmagnetisches Observa- 
torium und physikalisches In- 
stitut der Universitât, Gôttingen. 

— Plusieurs ouvrages de Gauss, 
Weber, Schering et Bleck; photogra- 
phies des instruments de l'Obser- 
vatoire de Gauss et photographies 

des lignes télégraphiques con- 
^struites par Gauss et Weber en 
1833. 

1055. Fleischmann (Emaniiel), 
Frankfurl-ajMain. — Essai sur la na- 
ture, les effets et les causes de Té- 
iectricité, etc., de M. F. II. Winkler, 
professeur à l'Université de Leipzig. 

— Traduit de l'allemand, 1748. 

1056. Friedlânder (R.) & Sohn, 
Verlag^sbuchhandlung, Berlin. — 
C.hristiani : « Electricitât » (publié 
])ai' l'exposant). 

1057. General - Direction der 
Grossherzoglich - Badischen 
Staats Eisenbahnen, Karlsruhe 
in Baden. — Collection d(; dessins 



intitulée : « Telegi'aph; — Sammlung 
vonConstructionen ans dem Gebiete 
des Telegraphen-und Signalvvesens 
der Eisenbahnen », 1872-1881. 
1058. Hâpke (1)'' L.), ordentlicher 
Lehrer an der Bealschule, Bremen. 

— llàpke : « Physiographie der 
Gewitter »• 

1059.Hirschwald(Âugust),Verlags- 
buchhandlung,Ber/m. — 4 ouvrages 
traitant de l'électricité, 5 volumes 
(publiés par l'exposant). 

1060. Kastner (Frédéric), me de la 
Nuée-Bleue^ 2, à Strasbourg {Alsace). 

— Théorie des vibrations et consi- 
dérations sur l'électricité (analyse 
de l'électricité). Description du 
pyrophone et du lustre chanta\it 
électriques, instruments de uiusiqiie 
de son invention. Photographies, 
brochures et morceaux de musique 
concernant ces instruments. 

1061. Kern's (J. U.), Verlag (Max 
Mûller), Breslau. — Ganter : « Auf- 
gaben ans dem Gebiete der Telegra- 
phen-Technik » et « Der, techniscl^e 
Telegraphendienst » (publié par l'ex- 
posant). 

1062. Kitzinger (W.), Yerlagsbuch- 
handlung, Stuttgart. — Fischer- 
Treuenfeld : « Kriegs-Telegraphi^,)^, 
et « Feuer-Telegraphie «(publiés piar 
l'exposant). 

1063. Laupp (II.), Buchhandlung, 
Titbingen. — Bruns : « Die Galvarto^ 
kaustichen Apparate « ; Zech : « Die 
Physik in der Electro-Thérapie >» 
(publiés par l'exposant). . , , , 

1064. Meidinger (D-- H.), Professer, 
Karlsruhe in Baden. — Un volume 
intitulé : « Die magnet-elektrische 
Maschine ». 

1065. Meyer (Garl Gustav Prior), 
Verlagsbuchhandlung, //annover.' — 
Merling : « Telegraphen-Technik » 
(publié par l'exposant). 

1066. Minister der offentlichen 
Arbeiten, Berlin. — Un volume 
contenant : la description du réseau 
télégraphique dans les houillères 
de Sarrebrûck. 

1067. Mittler (E. S.) & Sohn, KÔ- 
nigliche llofbuchhandlung, Berlin. 

— Buohliollz : ' « Kriegs-Telegra- 



ALLEMAGNE. 



7i 



plue <> et u Feld -Télégraphie » (pu- 
bliés par l'exposant). 

1068. Oldenbourg (R.), Verlags- 
buL'hliamllimg. Munchen. — 7 ou- 
vrages et journaux traitant de l'élec- 
tricité, etc., 24 volumes (publiés par 
l'exposant). 

1069. Peiser (^yolf.), Verlag, Ber- 
li». — Uother : « Der telegraphen- 
bau » (publié par l'exposant). 

1070. Physiologisches Institut 
der Kôniglichen Universitât zu 
Berlin, l'rotessor D'E. du liois-lley- 
mond, Berlin. — 5 ouvrages de 
E. Du Rois-Reymond intitulés : 
« Untorsuchungenûber thierische 
Elektricitât », — « Gesammelte 
Abhandlungen zur allgemeinen Mus- 
kel-und Nervenphysik », — et « Dr. 
Cari Sachs' Untersuchungen am 
Zitteraal Gymr.otus eleclricus,nach 
seincni Fode bearbeitet von Emil 
du Bois-Reymond. Mit zwei Abhand- 
lungen von Gustav Fritseh ». — Ou- 
vrage de A. Christiani : « Ueber 
irreciproke Leitung elektrischer 
Strôine ». 

1071. Reichs Postamt, Berlin. — 
(1 Zeitschrift des Deutsch-Oesterreicli- 
ischen Telegraphen-Vereins, redi- 
girt von D"" PÏi. Brix », volumes I-XVl. 
« Beschreibung der in der Roichs, 
telegraphen -Verwaltung gebrâuch- 
lichen Apparate », « Die Geschichte 
imd Entwickelung des elektrischen 
Fernsprechwesens » . — Une carte re- 
présentant l'augmentation des postes 
télégraphiques de 1872 jusqu'au- 
jourd'hui; un plan représentant gra- 
phiquement le mouvement des télé- 
grammes, etc. 

1072. Schmidt (Cari Gustav), Post- 
secretair, Chemnitz-. — Description 
et dessins des appareils pour la tra- 
duction des signaux télégraphiques 
en écriture ordinaire, etc. 

1073 Schmitt D^ (Eduard) Profes- 
sor an der technischen Hochschule, 
Darmstadl. — Un ouvrage intitulé : 
« Eisenbahnbau. — Bas Signahve- 
sen. » 

1074. Siemens et Halske— Berlin. 
Publications. — Dessins. — Des- 
criptions. — Plans. — Diagrammes. 

-1075. Springer (Julius), Yerlags- 
buchhandlung, Berlin. — 24 ou- 



vrages et journaux traitant de l'élec- 
tricité, etc.; 27 volumes (publiés 
par l'exposant). 

1076. StôhrerD &SohnMechaniker, 
Leipzig. — Photogrammes représen- 
tant deux caries géographiques des 
zones du pôle boréal et du pôle aus- 
tral avec le méridien magnétique : 
une carte des inclinaisons et une 
carte des déclinaisons. 

1077. Teubner (B. G.), Vcrlags- 
buchhandlung. Leipzig. — 2 ou- 
vrages traitant de l'électricité, et.-.; 
2 volumes (publiés par l'exposant). 

1078. Vieweg(Friodrich)Sohn,Ter- 
lagsbuchhandlung, Braunschweig. 
— 4 ouvrages traitant de l'électri- 
cité, etc.; 6 volumes (publiés par 
l'exposant). 

1079. Voigt (Bernhard FriedricliK 
Verlagsbuchhandlung, Weimar. — 
Deux ouvrages traitant de l'élec! ri- 
cité, etc.; 5 volumes (publiés .pyr 
l'exposant). 

1080. Weber (J.-J.), Verlagsbuch- 
handlung, Leipziij. — Galle : « Kate- 
chismus der eltk!i'ischen Télégra- 
phie » (publié par l'exposant). . 

— Weber. D"^ L. Privatdoçent an 
der Universitât, Kiel. — Plusieuis; 
brochures contenant : divers traités 
intitulés (Berichte, etc.). 

1081. Winkelmann & Sôhne, Ver- 
lagsbuchhandlung. Berlin. — Bo- 
loff : « Der Electromagnetismus » 
(publié par l'exposant). 

CLASSE 10. 

COLLECTIONS RÉTROSPECTIVES d'aPPAREII.S 
CONCERNANT LES ÉTUDES PRIMITIVES VV 
LES APPLICATIONS LES PLUS ANCIENKES. 

DE l'Électricité. 

1082.Dellmann(J.),Ôberingenieur. 
Osnahriick. — Electroinétre poui- 
mesurer l'électricité atmosphérique, 
F. Dellmann et employé en 1851- 
1870 (voir : ^^Programm des Gym- 
nasiuras in Ivreuznach, 1882 ", 
Annalen " tome 55, 
306, tome 86 années 1852, 
pag 524, etc. 

1083. Direction der Thûring- 
schen Eisenbahn-Gesellschaft, 
Erfurt. — Dessin de la première 
';onstruction des sonneries éleclri- 



72 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



ques pour le service des chemins de 
t'or, iiivenlé en d840 par Leonhardt. 

— Plusieurs appareils télégraphi- 
ques employés au service des che- 
mins de ier; inventés en 1845, 18-46, 
1847, 1849, etc., par Leonhardt et 
par Hier. 

1084. Erdmagnetisches Observa- 
torium und physikalisches Ins- 
titut der Universitât, (iôtt/ufien. — 
tlectro-dynamométre, inventé par 
Weber en 18iC et employé pour dé- 
montrer la loi fondamentale électro- 
dvnamique. 

1 085.Kôniglich-SâchsischesPoIy- 
technikum, Dresden. — Plusieurs 
anciens appareils à cadran. — Far- 
dely. 1845; Stôhrer, 1846; von 
Pelchrezim. 1848; transmetteur de 
signaux acoustiques; sonneries di- 
verses: horloge électrique. — Stôh- 
rer; le premier appareil écrivant 
à l'encre John. etc. 

1086. Kohlrausch (IK Friedrich), 
Professoran der Universitât, Wiirz- 
burg. — Balance de torsion élec- 
trique; condensateur; électromètre 
des sinus. — Instruments originaux 
employés par P»udoli>h Kohlrausch. 

1087. IWathematisch- Physikali- 
sches Institut der Universitât 
zu Marburg. ProlVssor D^ Franz 
.Mcide, Marburg. — Electro-aimant 
d'une force attiactive remarquable, 
inventé en 1851 par lioniershausen. 

1088. Minister der ôffentlichen 
Arbeiten, Berlin. — Trois bous- 
S(di's de mines, construites en J541, 
ail commencement du dix-huiliéme 
siècle et de nos jours. 

1089. Physikalisches Kabinet der 
Grossherzoglich-Badischen Po- 
lytechnischen Schule, Piolessor 
IK L. Solmke, liarlsrulie ij Baden. 

— l'.obines de résistance, Eisenlohr. 

1090. Reichs Postamt, Berlin. — 
Modèle de la piemière machine élec- 
li ique de Otto von Guericke. — Un 
œuf électrique construit au com- 
mencement du dix-huitième siècle 
(cet appareil appartient au prince 
de Pless). — Copies exactes des ap- 
pareils télégraphiques les plus an- 
ciens de Sommering, Gauss et Weber, 
Steinlieil. — Collection des appa- 



reils à cadran les plus anciens de 
Leonhardt. Siemens, Kramer. — Ap- 
pareil à double style de Stôhrer et 
de Siemens avec accessoires. — 
Premier télégraphe imprimeur de 
Siemens. — Collection des appareils 
Morse à style et écrivant à l'encre. 

— Appareil à cadran et magnéto- 
électrique de Siemens. — Trans- 
metteuis rapides à l'aide de bandes 
de papier perforés et à l'aide de 
types arrangés en règles métalliques. 

— Appareils écrivants polarisés. — 
Manipulateur à transmission rapide 
écrivant à boîte (Dosenschriftgeber). 

— Collection des relais ordinaires 
et polarisés. — Appareil de transla- 
tion de .laite pour le service avec des 
appareils Hughes. — Collection de 
manipulateurs, galvanoscopes et gal- 
vanomètres, paratonnerres et com- 
mutateurs. — Appareil magnéto- 
électrique, dynamo-électrique, d'in- 
duction. — Couples électriques. — 
La première machine pour revêtir 
les lîls télégraphiques d'une couche 
homogène de gutta-percha, construite 
par Siemens. — Collection des isola- 
teurs à cloche et accessoires, etc. — 
Copie du téléphone Reis. 

1091. Sénats- Commission fUr 
Reichs -und auswârtige Ange- 
legenheiten, Bremen. — Télé- 
graphe à aiguille; — modèle d'un 
télégraphe à aiguille; — anneaux 
en porcelaine ; — vases électriques; 

— échantillon du fil de fer employé 
à la construction des premières lignes 
télégraphiques en 1846. 

1092. Siemens et Halske, Berlin. 

— Pi-emier modèle (1846) de l'ap- 
pareil à cadran électro-magnétique 
système Siemens. — Pi-emier mo- 
dèle (1856) de l'appareil à cadran 
magnéto-électrique, système Siemens 
(Armature Siemens). — Première 
exécution de la presse à vis cons- 
truite en 1 847 pour la fabrication de 
fils isolés par une enveloppe cylin- 
drique de gutta-percha sans cou- 
ture; échaniillons de fils isolés pro- 
duits par ladite presse. 

Première exécution de la machine 
dynamo-électrique (armature Sie- 
mens) de 1866. Premier modèle de 
la machine dynamo-électrique à 



I 



ALLEMAGNE. 



73 



armature cylindrique de 1872. 
Première exécution de la locomotive 
électrique basée sur le principe de 
la transmission électrique des forces 
à distance. 

Première exécution d'une lampe 
à courant dérivé (1875) exposée à 
Vienne en 1875. 

Loch électrique. — (Voir aussi 
l'exposition rétrospective de l'admi- 



nistration centrale des Postes de 
l'Empire d'Allemagne. 
1093. Wiedemann (D' Guslav), Pro- 
fesser an der Universitât, Leipzig. — 
Appareils pour étudier l'endosmose 
électrique et l'électrolyse des solu- 
tions. — Galvanomètre à miroir pour 
étudier la conductibilité calorifique 
des métaux. — Inventions de l'expo- 
sant de 1852, 1856 et! 855. 



AMÉRiaUE DU NORD (ÉTATS-UNIS) 

Nolfi. Lorsqu'aucune imiicatioii de place n'est portée à la suite de la mention des objets 
exptisés, c'est que ces objets se trouvent au rez-de-chaussée de la nef principale. 



GROUPE I 

'RODUCTION DE L'ÉLECTRIGITK 



CLASSE I. 

ÉLECTRICITÉ STATIQUE. 

1094. Edison (Thomas A.), Menlo- 
Park. — lloiiteilles de fvoyde et 
condensateurs dans lesquelles le 
vide a été fait. Appareils destinés à 
mettre en évidence la force élhé- 
rique. S. 23 et 24. 

CLASSE 2. 

PILES ET ACCESSOIRES. 

1095. Edison (Thomas A.) Menlo- 
Park. — Pile à craie. — Pile à gra- 
vité. S. 25 et 2i. 

1096. EIdreîîge (J. Morgan), Phila- 
delphie. — Pile électrique. 

1097. Electro-Dynamic Company 
(M. W'" W. Griscom, représentant), 
Philadelphie, 2009, Pine street. — 
Piles électriques. 

1098. Partz (August), Philadelphie, 
et à Paris, 20, avenue Victoria. — 
Nouvelle pile électrique à unliquide. 
— Nouvelle pile électrique à deux 
liquides. — Nouvelle pile thermo- 
électrique. — Accumulateur vol- 
taïque. 

1099. Schmanser(D'^ Théodore), i/- 
legheny Cily. — Pile disposée en vue 
des applicaiions médicales. 

1100. United States Signal Office, 
Washington. D. C. — Piles élec- 
triques. 

CLASSE 5. 

MACHINES MAGNÉTO-ÉLECTRIQUES ET DY- 
r'~i >AM0 -ÉLECTRIQUES. 

— Dion (Charles) Montre'al {province de 
Québec, Canada). — Deux nouvelles 
bobines, dont une est en forme de 
spiralerégulière comme lefilet d'une 
vis, et l'autre est en forme de spi- 
rale elliptique pouvant s'adapter à 
toute arm.ature mobile, ou noyau 
plus ou moins aplati. 

1101. Edison (Thomas A.), Menlo- 



Pwk. — Machine dynamo-électri- 
que et machine à vapeur établies 
sur le même bâtis. — Machine 
dynamo-électrique reposant sur un 
principe nouveau. — Petite machine 
dynamo-électiique. B. C. s. 

1102. Hirsh (Joseph M.). Chicago. 
— Machine dynamo-électrique. 

1103. Kellogg (Milo G.), Chicago, 
'l'iOJiin :4e Street. — Machine dyna- 
moélectrique. 

1104. Standard Electric Light C», 
New-York, 211, Centre street. — 
Générateur d'électricité. 

1105. United States Electric 
Lighting Company, New-York, 
12(1, Broadway. — Machines ma- 
gnéto électriques. 

1106. Weston Electric Light C% 
Newark. — Machines dynamo-élec- 
triques. 

1107. White House Mills, //oosac. 
N.~Y. — Machine dyiiamo-éleclrique, 
disque radial d'Arago. 

GROUPE II 

TRANSMISSION PAR LÉLECTRICITÉ 
CLASSE 4. 

CABLES, FILS ET ACCESSOIRES, 
PARATONNERRES. 

1108. Dodson (WilsonP.),P/n/r/r/e/- 
phie, et Ege (Alexandre 11.), Me- 
chanicsburg, Petin. — Petit modèle 
démontrant la pose aérienne des fils 
télégraphiques et la pose souter- 
raine des autres conducteurs. 

1109. Edison (Thomas A.), Menlo- 
Park. — Spécimens de tuyaux et 
boîtes de service, employés dans le 
système Edison. S. 25 et 24. 

1110. Hirsh (Joseph M.), à Chicago. 
Fils et câbles sans induction. 

1111. Hoosac Tunnel Tri-Nitro- 
glycerine Works (North Adamz). 
— Fusées et câbles isolés. 

1112. Partz (August) , à Philadelphie, 



et à Paris, 20, avenue Victoria. Pro- 
jet d'un nouveau système de conduc- 
teurs souterrtiins. 
1113. Philips (^Yilliàm J.), à Phila- 
delphie, 2U8, W. Washiyigton Sq. 
Câble souterrain. 

GROUPE in 

ÉLECTROMÉTRIE. 



■ .CLASSE 5.- 

APPAREILS SERVANT AUX MESURES 
ÉLECTRIQUES. 

1114. Edison (Thomas A.), Menlo- 
Park.— Appareils pour mesurer la 
résistance des lampes. Appareils 
pour mesurer l'énergie consommée 
dans les lampes. Rhéostat pour les 
conrants forts. Thermo-galvanomé- 
tre. Rhéostat à charbon. Dynamo- 
mètre. Régulateur des. courants 
(fluid-bridge). Photomètre. Weber- 
mètre. S. 23 et 24 

GROUPE IV 

APPLICATIONS DE LÉLECTRICITÉ 

. CLASSE 6, 

TÉLÉGRAPHIE, SIGNAUX. 

1115. Bailey (J. F.) et Puskas 

(Théodore), à Paris. — Disques 
électriques combinés et block-system 
pour chemins de fer (système Sykes). 

1116. Bell (Alexander Graham), 
Washington, Tainter (Summer), 
Washington, et Williams (Charles 
jeune), Boston. — Appareils télé- 
graphiques. 

1117. Gonnolly bros andMcTighe, 
Washington. — Bureau central télé- 
phonique automatique. 

1118. Cumming (George), Neiu-York, 
505, East 19//i. street. — Mani- 
pulateur télégraphique à contact 
périphérique. 

1119. Edison (Thomas A.) a Menlo- 
Park N. J. — Relais à charbon. 
Relais à motographe. Relais à pres- 
sion. Relais à expansion. Système 
télégraphique imprimeur pour li- 
gnes particulières. Système télégra- 
phique imprimeur pour la cote de la 
bourse. Système automatique auto- 
graphique'. Deux systèmes de télégra- 



AMÉRIQllE DU NORD. 75 

phie domestique. Système quadru- 
plex de télégraphie. Deux systèmeé de 
télégraphie duplex. Système de té- 
légraphie chimique à lettres Morse. 
Système de télégraphie chimique, à 
caractères romains. S. 25 et 2f4" 

1120. Electro Graphie Manufac- 
turing C", à New-York, '2, DiitcJi 
Street. — Appareils pour la produc- 
tion et la transmission de l'électri- 
cité, appliqués à la télégraphie. 

1121. Gray(Elisha),r> Highland-Park. 

— Télégraphe électro-acoustique' 
comprenant le système multiple bu 
harmonique ; combinaison d'un' 
Morse-téléphonique avec d'autres 
appareils pour la transmission élec- 
trique des sons musicaux et autres. 

1122. Philips (Willicim J.), à Phi- 
ladeJphie, 208, W. Washington Sq. 

— Télégraphes iinpi'imeurs. Télé-^ 
graphes de quartiers. Signal d'a- 
larme. Appareil luuni de ressorts 
de fenêtres et de portes. 

1123. Pond Indicator Company. 
New-York et Paris, 41, rue de la 
Victoire. — Indicateur électrique 
visuel de Chester H. Pond et trans- 
metteur électrique de J. U. Mac- 
kensie, pour signaux instantanés 
sur un seul fil et dans un circuit de 
mille stations ou plus, à l'usage des 
télégraphes , téléphones , signaux 
d'incendies, appels en cas de vols, 
indicateurs d'hôtels, etc. 

1 124. Hubbard (Charles W.), à Bos- 
ton. — Indicateur électrique pour, 
hôtels. 

1 124 bis. 'Western Electric Manu- 
facturing C", Chicago (Latimer 
Clark, Muirhead and C", agents, Lon- 
tlres). — Appareils pour grands et 
petits bureaux centraux téléphoni- 
ques. 

1 125. White House Mills, Hoosaf. 
N . Y. — Machine dynamoélectrique 
appliquée à, la télégraphie. 

CLASSE 7 

TÉLÉPHONIE, MICROPHONIE, 

PHOTOPHONIE. ■ * - 

1 12G. Bell (Alexander Graham) Tain- 
ter (Sumner) , IFas/; /«(/ton, Wil- 
liams (Charles jeune), Boston. — 
Appareils téléphoniques et radio- 
phoniques. 

1127. Dolbear (A.' Emmerson), à 



EXPOSITION D'ELECTRICITE 



Sômei'ville. — Système électro-télé- 
phonique. Téléphone et parleur 
comhinés. Application du téléphone 
aux reluis et aux parleurs. Roto- 
phone. 

1128. Edison (Thomas A.) à Menlo- 
Park. — Téléjjliones. Système mo- 
tographe. Système à comhinaison. 
Système musical. Téléphonographe. 
Répétiteur téléphonique. Commuta- 
teur téléphonique. Microtasimétre. 
Odoroscope. S. !2o et 24. 

1129. Hirsh (Joseph M.), Chicago. — 
Téléphone. 

1130. Serrell (Edw. W. J"'), New- 
York {actuellement à Lyon) . — Per- 
fectionnement du photophone. 

CLASSE 8. 

LUMIÈRE ÉLECTRIQUE. 

1131. Bail (Clinton M.), Troy, New- 
York. — Lampes électriques à in- 
candescence et à arc voltaïque, 
régulateur électrique. 

1131bis. Chavet (V™), Pam.— Char- 
bons électriques et charbons de piles 

1132. Edison (Thomas A.), Menlo- 
Park. — Lampes à incandescence; pro- 
cédés de fabrication de ces lampes. 
Chandeliers à trois lampes, à deux 
lampes, à une lampe. Appliques 
articulées ou rigides pour lampes. 
Régulateurs de courant. Compteurs 
de la consommation de lumière. Spé- 
cimens de bambou et d'autres ma- 
tières carbonisées, etc. S. 25 et 24. 

1133. Hirsh (Joseph "SI.), Chicago. — 
Lampes électiiques. 

1134. Kellogg,(MiloC.), 220, Kmz/e 
Street Chicago. — Lampes à arc vol- 
taïque. 

1135. Partz {Xngusl), Philadelphie et 
Parii^, 20, avenue Victoria. — Lam- 
pe électrique nouvelle Dessin d'une 
lampe électrique du système Werder- 
mann à remplacement continu des 
charbons — Plan d'un nouveau 
mode d'éclairage des rues et des 
places publiques. 

1136. Standard Electric LightC^ 
21 1 , Centre Street, New-York. — Lam- 
pes à arc voltaïque. 

1 137.UnitedStatesElectric Light- 
ing C% New-York, 120, Broadway. 
— Lampes électriques et appareils 
divers pour éclairage électrique. 



1137 t/.s. Valider Weyde (Henry), 
New-York. — Photographies pro- 
duites par l'appareil spécial Vander- 
Weyde pour diffuser la lumière par 
la double réflexiou afin de la rendre 
propre aux opérations photo graph. 

1138. Weston Electric Light G% 
Newark N. J.. — Lampes électri- 
ques; commutateurs; interrupteurs; 
chandeliers et autres appareils pour 
l'installation des foyers électriques. 

1139. WhiteHouse Mills, Hoosac, 
New-York. — Lampe à arc voltaïque 
(système Rail). 

CLASSE 9. 

MOTEURS ÉLECTRIQUES, TRANSPORT 
DES FORCES, 

1140. Edison (Thomas A.), Menlo- 
Park. — Moteurs électriques, pompe, 
machine à coudre, éventail domes- 
tique. S. 25 et 24. 

1141. Electro-Dynamic C°. 2009, 
Philadelphie, Pine street. — Moteurs 
électriques. C. R. Heap, agent. 

1142. Hirsh (Joseph M.), Chicago. — 
Moteurs électriques. 

1143. Weston Electric Light G". 
Newark. — Moteurs électriques. 

1 144. White House Mills, Eoomc. 
N.-Y. — Appareils pour le Iransport 
des forces. 

CLASSE 11. 

ÉLECTRO-CHIMIE. 

1145. Hirsh (Joseph M.), Chicago. 
— Gravure photo-électrique. 

114G. Edison (Thomas A.), à Menlo- 
Park. — Régulateur Webermètre à 
miroir. Compteur de la consomma- 
lion de l'électricité par les dépôts 
galvaniques. S. 25 et 2i. 

1147. Photo -Relevo Company, 
New-York et Paris, 55 avemie de 
l'Opéra. — Spécimens de photogra- 
phie en relief et de bas-reliefs en 
bronze, argent et platine, obtenus 
par l'action de la lumière et de 
l'électricité. 

CLASSE 12. 

INSTRUMENTS DE PRÉCISION, ÉLECTRO-AIMANTS 
ET AIMANTS , BOUSSOLES, HORLOGERIE 
ikECTRIQUE. 

1148. Edison (Thomas), à Menlo- 



AMÉUIQUE 

Park — Régulateur Webermètre 

à miroir. S. 2Ô et '2 i. 

1149. Partz {Xugusl.) Philadelpliie. 

— Nouvel appareil d'iuduction élec- 
tricpie. 

1150 United States Signal Office , 
à Washingtond.C. — Appareils élec- 
triques actuellement eu usage dans 
l'armée des Etats-Unis. Anémomètre 
et girouette avec un douhle enregis- 
treur automatique de Gibbons et un 
dispositif de contacts extérieurs et 
intérieurs du système Eccard. Baro- 
mètre enregistrant automatique- 
ment à distance (système Eccard). 
Anémoscope d'Eccard. Anémomètre 
enregistreur d'Eccard. Baromètre 
enregistreur de Gibbons. Raccords 
des câbles à lumière (système 
Swift). 

CLASSE 15. 

APPAREILS DIVERS. 

1151. Bonwill (W. G. A.) Philadel- 
phie. — Maillets électromagnétiques 
pour remplir les dents, couper les 
marbres, etc. 

1152.Edison(TbomasA.)3/en/o-PflrA-. 

— Plume électrique et presse pour 
faire des duplicata. Trieur magné- 
tique Allumeur de cigares. Son- 
nette à motographe. Motographe 
magnétique. S. 25 et 24. 

1 153. ElectricPurifierC, 17, 3/oore 
Street, New-Y'ork. — Purificateur 
électrique de la recoupe. 

1154. Hasse (Robert), Indianapolis. 
' — Appareils allumeurs et extinc- 
teurs pour le gaz. 

1155. Partz (August), Philadelphie, 
et 20, avenue Victoria, Paris. — Plan 
d'un appareil destiné à séparer l'or 
et l'argent des minerais parle moyeu 
de l'électricité. 

1 15G. Serrel (Edw. jeune) à New-lfork 
et à Lyon. — Machine électrique 
pour la filature automatique de la 
soie. Arrêt électrique automatique. 

GROUPE V 

MÉCANIQUE GÉiNÉRALE 

CLASSE 14. 

GÉ^•ÉRATEURS, MOTEURS A VAPEUR, A GAZ 
ET HYDRAULIQUES ET TRANSMISSIONS Aï- 



DU NORD. 



77 



PLICABLES AUX INDUSTRIES ELECTRIQUE". 

1157. Andrieu (Pierre) ,51, rue de la 
Butte-Chaumont, Paris, entrepreneur 
de la commission des Etats-Unis. — 
Locomobile. 

1158. Edison (Thomas A.), Menlo- 
Park. — Machine à vapeur (système 
Armington), avec machine dynamo- 
électrique et chaudière (système 
Babcock-Wilcox). B. C. s. 

1159 Mason Volney W. et G», 
Providence, R. J. — Modèle d'une 
griffe à friction pour actionner des 
machines électriques. 

GROUPE VI 

BIBLIOGRAPHIE, HISTOIRE 



CLASSE 15. 

COLLECTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oUVRAGES 
CONCERNANT LA SCIENCE ET l'iNDUSTRIE 
ÉLECTRIQUES, PLANS, CARTES, ETC., ETC. 

lieO. Edison (Thomas A.), Menlo- 
Park. — Pholographo-livres, cartes, 
patents, etc. S. 25 et 24. 

1161. Bureau des Brevets des 
Etats-Unis d'Amérique, Washing- 
ton. — Spécifications imprimées 
des brevets relatifs à l'électricité. 

1162. Michels (John), New-York. — 
Science : publication mensuelle de 
revues scientifiques. 

1163. Smithsonian Institution, 
Washincjton D. C. — Publications 
(( Smithsonian » relatives à l'élec- 
tricité. 

CLASSE 16. 

COLLECTIONS RÉTROSPECTIVES d'aPPAREILS 
CONCERNANT LES ÉTUDES PRIMITIVES ET 
LES APPLICATIONS LES PLUS ANCIENNES 

DE l'Électricité. 

1164. Edison (Thomas A.), Menlo- 
l'ark. — Plusieurs appareils de dé- 
monstration relatifs aux méthodes 
servant à augmenter et diminuer la 
résistance d'un circuit fermé, par 
le contact à charbon. Ces appareils 
montrent les phases par lesquelles 
a passé le transmetteur téléphonique 
Edison. S. 25 et 24. 



AUTRICHE (EMPIRE D') 



KOTA. — Toute l'exposition de l'einpire d'Autriche se trouve au rez-de-chaussée 
dans la nef principale. 



GROUPE I 

PRODUCTION DE L'ÉLECTRICITÉ 
CLASSE 1 

ÉLECTRICnÉ STATIQUE. 

1165.D''Mach (E.), professeur à l'U- 
niversité de Prague {Bohême). — 
Appareils pour l'étude des déchar- 
ges électriques. — Etudes sur les 
ondes produites par l'étincelle. 

CLASSE 2 

PILES ET ACCESSOIRES 

il 66. Administration du chemin 
de fer de l'Impératrice Elisa- 
beth, Vienne [Autriche). —Uémenl 
de pile d'une l'orme nouvelle. 

1 16ebis Administration du chemin 
de fer de Buschtehrad, à Prague 
{Bohême). — Six éléments galva- 
niques. 

1167 Granfeld (A.-E.), Commissaire 
des Télégraphes, Vienne {Autriche). 
— Piles portatives pour le service 
militaire. —Piles à courant constant 
et de longue durée. 

1168. Rebiceck (Gustave), Pragiie 
{Bohême). — Piles thermo-électri- 
ques. 

CLASSE 3 

Machines mag.néto-éi-ectiuques et dynamo- 
électriques 

1169. Gûlcher (R.-J.), ingénieur mé- 
canicien, Biala (Ga/Zc/e). — MachiuQ 
dynamo-électrique. 

1170. Krammer (Guillaume), em- 
ployé du chemin de fer, Klagenfurt 
(Carinthie). — Appareil dynamo- 
électrique. 



1171. Piette (Louis) et Krizik (Fran- 
çois), ingénieurs, Pilsen {Bohême). 
— Machine dynamo-électrique. 

GROUPE II 

TRAIN SMISSION PAR L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 4 

cables, fils et accessoires; 
pakatonjnerres 

1172. Administration du chemin 
de fer de Buschtehrad, à Prague 
(Bo/jeme),-— Paratonnerre. 

1172bis.Zenger(K.W.), professeur à 
l'école polytechnique slave de Pm^Me 
{Bohême). — Appareils pour démon- 
trer l'effet des paratonnerres à con- 
ducteurs symétriques et à pointes 
ovoïdes. 

GROUPE m 

ÉLEGTROMÉTRIE 

CLASSE 6 

TÉLÉGRAPmE ET SIGNAUX. 

1173. Administration du chemin 
de fer de Buschtehrad, à Prague 
[Bohême). — Appareil automatique 
pour donner des signaux. 

GROUPE IV 

APPLICATIONS DE L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 6 

TÉLÉGRAPHIE, SIGNAUX. 

1173his. Administration du che- 
min de fer de l'Impératrice Eli- 



AITRIGUE. 



79 



sabeth. Vienne (Autriche). — Appa- 
reil automatique pour la produc- 
tion de signaux électriques au moyen 
de cloclies. — Système de relai pour 
la transmission automatique de si- 
gnaux télégraphiques à courant con- 
tinu. 

1 1 74. Administration de la Société 
autrichienne J. R. P. des che- 
mins de fer de Vl^taU Vienne {Au- 
triche). — Appareils électriques : 
Barrière de passage à niveau ; signal 
d'arrêt; cloche de signal des garde- 
lignes ; correspondance sur le fil 
des signaux ; avertisseur de la 
marche des trains; appareil d'enre- 
gistrement ; communication entre 
Les voitures d'un train et indicateur 
des stations. 

1175. Administration du chemin 
de fer du Prince Héritier Ro- 
dolphe, Vienne (Autriche). — Plan 
d'un appareil électrique complet j 
servant à la protection des convois 
dans l'intérieur des gares. 

1176. Granfeld (A.-E.), Commissaire 
des Télégraphes, Vienne (Autriche). 
— Appareil auxiliaire pour la télé- 
graphie multiple i^Hughes-Perfecter). 

1 177. Ministère I. R. du Commer- 
ce, Administration des Télégraphes, 
Vienne (Autriche). — Appareils de 
systèmes divers employés dans le ser- 
vice télégraphique. 

1 178. Ministère I. R. de la Guerre, 

a. Bureau des Télégraphes de l'Elat- 
"Major, Vienne (Autriche). — Voi- 
ture formant une station télégra- 
phique de campagne. — Fourgon 
chargé du matériel et des outils 
employés dans la construction des 
lignes- télégraphiques de campagne. 

1 179. Schâffler (Otto), ingénieurélec- 
tricien. Vienne [Autriche). — Appa- 
reils télégraphiques de plusieurs 
systèmes pour la correspondance or- 
dinaire et multiple. — Appareil mul- 
tiple imprimeur. — Appareils pour 
le service des chemins de fer et 
pour le contrôle de la marche des 
trains. 

1 180. Tschinkel (Alfred-Albert), Pa- 
ris, 60, boulevard de Magenta. — 
Appareils de sûreté pour changement 
de voie (système électrique). 



CLASSE 7 



TELÏPHOME, MICROPHOKIE. 

1181. Administration du chemin 
de fer de LembergàCzernôwitz, 

Lemberg (Galicie). — Stations télé- 
phoniques. 

1182. Kôrner (Charles), employé des 
Télégraphes, Vienne (Autriche). — 
Microphone et membrane chantante. 

1183. D'Ochorowicz (Julien), mem- 
bre de l'Université, Lemberg (Gali- 
cie). — Téléphones avec micropho- 
nes. 

11 84. Schâffler (Otto), ingénieur élec- 
tricien. Vienne (Autriche). — Télé- 
phones de systèmes divers avec les 
accessoires d'une station complète. 

CLASSE 8 

LDMIÈRE ÉLECTRIQUE. 

1185. Egger (B.), ingénieur-électri- 
cien. Vienne (Autriche). — Régula- 
teurs pour la production de la lu- 
mière électrique. — Lampes élec- 
triques. 

1186. Gûlpher(R.-.I.), ingénieur-mé- 
canicien, Biala (Galicie). — Grands 
régulateurs pour lumière électrique. 

1 187. Piette iLouis) et Krizik (Fran- 
çois), ingénieurs, Pilsen (Bohême). 
— Lampes électriques. 

CLASSE 40 

ÉLECTRICITÉ MÉDICALE. 

1188. Silberling (Henri), mécani- 
cien. Vienne (Autriche). — Appareils 
d'induction de diverses grandeurs 
avec leurs .piles galvaniques pour 
l'usage médical. 

CLASSE 12 

INSTRDMEKTSDE PRÉCISION, ÉLECTRO-AIMANTS 
ET AIMANTS, BO.USSOLES, HORLOGERIE 
ÉLECTRIQUE. 

1189. Cappilleri (Sigismond), ingé- 
nieur, Vienne (Autriche). — Cosino- 
sinométre, instrument électroma- 
gnétique servant à la mesure des 
distances et aux nivellements. 

1190. Egger (B.), ingénieur-électri- 
cien, Vienne (Autriche). — Horloges 
électriques. 



80 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



1191. Geba (Joseph), horloger, Lai- 
hach {Ciwniole). — Horloge de con- 
trôle électrique. 

1192. D'Mach(E.), professeur à rUni- 
versilé de Prague {Bohême). Chronos- 
cope électrique à diapason; contrô- 
leur optique. 

1193. Schâffler (Otto), ingénieur- 
électricien, Vienne {Autriche). — Ap- 
pareils météorologiques enregis- 
treurs. — Pendule électrique à se- 
condes. — Horloges électriques se- 
condaires. 

1194. D"" von Waltenhofen, profes- 
seur à l'école polytechnique alle- 
mande, Prague {Bohême). — Deux 
balances électro-magnétiques pour 
essayer la trempe de l'acier et pour 
l'étude de la capacité magnétique 
des cylindres de fer doux, creux et 
pleins. 

CLASSE 13 

APPAREILS DIVERS. 

1195. Egger (B.), ingénieur-électri- 
cien, Vienne {Autriche). — Avertis- 
seurs d'incendie. 

1196- Geba (Joseph), horloger, Lai- 
bach {Carniole) . — Système de con- 
tacts électriques pour protection 
contre le vol. 

1197. Ministère I.R. de la Guerre. 
b. Comité teclmique et administra- 
tif. Vienne {Autriche). — Appareils 
électriques pour faire sauter les 
mines; échantillons de boutefeu et 
d'autres appareils accessoires. 

1198. DM. Puluj, membre de l'Uni- 
versité, Vienne {Autriche). — Lampe 
phosphorescente. — Radiomètre 



électrique à ailes phosphores- 
centes. — Radiomètre électrique 
avec un disque phosphorescent. — 
Radiomètre électrique avec deux 
disques phosphorescents. — Radio- 
mètre électrique à ailes demi- 
cylindriques. — Radiomètre élec- 
trique avec un cylindre tournant en 
verre. — Appareil électrique pour 
reproduire la phosphorescence par 
la chaleur. — Appareil pour faire 
voir que les décharges électriques 
dans le vide sont empêchées par 
l'électricité statique des parois. 

1199. Schâffler (Otto), ingenieur- 
céletricien, Vienne {Autriche). — 
Avertisseurs d'incendie. — Appareil 
pour indiquer et enregistrer le ni- 
veau variable d'un liquide. 

1200. D-'L. Pfaundler, professeur à 
l'Université d'Innsbruck{Tyrol). — 
Appareils pour la détermination de 
la chaleur spécifique des liquides 
par le courant électrique. 



GROUPE YI 

BIBLIOGRAPHIE, HISTOIRE 



CLASSE 15 

COLLECTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oOVRAGES 
COA'CERNANT LA SCIENCE ET l'iNDUSTRIE 
ÉLECTRIQUES. 

1201. I.R. Ministère de la Guerre. 

b. Comité technique et administra- 
tif, Vienne {Autriche). — Collection 
de mémoires et d'instructions élec- 
tro-techniques. 



BELGiaUE (ROYAUME DE) 

NOT.V — Lorsqu'aucuiie iudicaliuii dv place n'est portoe à la suite de la mention des nliioi? 
exposés, c'est que ces objets se trouvent au rez-de cliaussée de la nef princiiuile. 



GROIPE I 

PKODICTION DE L'ÉLECTRICITÉ. 



CLASSE 1. 

ÉLECTRICITÉ STATIQUE. 

1202. Brand (Joseph), ingénieur- 
opticien, à Bruxelles, ô"2, rue de la 
Madeleine. — Modèle de machine 
fiarré, destiné à l'enseignement. 

1203. Closset(Emile^ constructeur, 
à Bruxelles, 4, passaije des l'osles. 

— Tableau diviseur de M. Melsens, 
membre de l'Académie royale des 
sciences. 

CLASSE 2. 

PILES ET ACCESSOIRES. 

1204. Administration des Télé- 
graphes de l'Etat. M. Delarge (F.), 
ingénieur en chef, directeur, à 
Bruxelles, gare du Nord. Modèles 
des piles employés : pile Daniell, 
pile Leclanché, pile llulaurier, pile 
Minotto. 

1205. Brand (Joseph), ingénieur- 
opticien à Bruxelles, 52, rue de la 
Madeleine. — Modèle de pile, destiné 
à l'enseignement. 

1206. De Vos (Mme Vve Charles), 
constructeur-mécanicien, à Bruxel- 
les, 4, rue des Croisades. — Elé- 
ments de pile. 

1207. Giesbers (Jean-Martin;, ingè- 
niem, à Bruxelles, 5, rue de la Bonté. 

— Pile économique. 

1208. Gloesener (Mlle Antoniai. 
Manufacture d'appareils électriques, 
à Liège, 70 bis, avenue d'Avroy. — 
Hle thermo- électrique, système 
Gloesener. 



1209. Moarlou (Charles) et C*», n- 
dustriels, à Bruxelles, 61, rue de 
Huijsbroeck. — Fabrication spéciale 
de zincs pour piles Leclanché, Da- 
niell, Meidinger, Bunsen, etc. Fa- 
brication spéciale de charbon de 
cornue pour piles électriques de 
tous systèmes, etc. 

1210. Planche (Edouard, fllsj. indus- 
triel, à Bruxelles, 100, rue de Molen- 
beek. — Cires pour piles. 

1211. Somzée (Léon), ingénieur ho- 
noraire des Mines, à Bruxelles, 217. 
rue Boyale. — Nouveau système de 
pile, d'un très petit volume, suscep- 
tible de produire pendant longtemps 
un courant intense. 



CLASSE ô. 

ÎUCHLNES MAG^ÉTO-ÉLECTRIOIES ET 
DViXAMO-ÉLECTRIQLES. 

1212. Compagnie générale belge 
de lumière électrique, à Bruxel- 
les, 9, rue de ligne. — Machines 
dynamo-électriques, système Lucas, 
système Kremeneski. Machines dv- 
namo-électriques, inventées et con- 
struites par M. Lachaussée de Liège. 

1213. Gloesener (Mlle Antonia). 
Manufacture d'à ppareils électriques, 
à Liège, 70 bis, avenue d'Avroy. 

— Modèles de machines dynamo- 
électriques et magnéto-électriques, 
inventées par M. Gloesener. 

1214. Jaspar (Joseph), constructeur- 
mécanicien à Liège, i2, ruejonfosse. 

— Machines dfynamo-électriques,. 
système Gramme. 

6 



82 



EXPOSITION D'KLECTUICITE. 



GROLPE II 

TRANSMISSION PAR L'ÉLECTRICITÉ 
CLASSE 4. 

CABLES, FILS ET ACCESSOIRES", 
PARATONNERRES. 

1215. Administration des Télé- 
graphes de l'Etat. M.Delarge (F.), 
ingénieur en chef, directeur, à 
Bruxelles, gare du Nord. — Echan- 
tillons de poteaux de préparations 
diverses. Fils de fer et d'acier galva- 
nisés. Isolateurs et accessoires. 
Types de lignes souterraines. Boîte 
d'épreuve de câbles. Outils divers : 
tarière Marshall modifiée, double 
bêche, appareil grimpeur, etc. 

1216. Gassart de Fernelmont{Max) , 

constructeur, à Gembloux. — Maté- 
riel en fer galvanisé pour lignes 
télégraphiques et téléphoniques. 

1217. Closset (Emile), constructeur, 
à Bruxelles, A, passage des Postes. 
— Maquette du monument élevé à 
Laeken à la mémoire du roi Léo- 
pold 1", avec la représentation du 
système de paratonnerre Melsens. 
Paratonnerres, système Melsens. 

1219. Dawans (A.) et Orban, (H.), 

maîtres de forges et de tréfilerie, 
à Liège, rue Grélry. — Conducteurs 
électriques en fer et en acier galva- 
nisés et non galvanisés. 

1220. De ruisseaux (Léon et Fer- 
dinand, frères), fabricants de por- 
celaine et de produits réfractaires, 
à Baudour, près de Mons. — Types 
d'isolateurs employés par tous les 
gouvernements de l'Europe. Appli- 
cations diverses de la porcelaine à 
la télégraphie. 

1221. De Vos (MmeVve Charles), mé- 
canicien-constructeur, à Bruxelles, 
A, rue des Croisades. — Paraton- 
nerres. 

1222. Flechet (Lambert) et C'«, in- 
dustri(!ls, à Liège , 51 , rue 



Lairesse. — Poteaux télégraphiques 
c\\ fer. Ferrures pour lignes télégra- 
phiques, 

1223. Gloesener (Mlle Ântonia). 
Manufacîture d'appareils électrique*, 
à Liège, 70 feis, avenue d'Avroy. — 
Modèles de paratonnerre à pointes 
multiples, inventé par M. Gloesener. 

1224. Jaspar (Joseph), constructeur- 
mécanicien, à Liège, 12, rue Jon- 
fosse. — Cadre renfermant des 
pointes et des accessoires divers de 
paratonnerres. Plans de paraton- 
nerres. 

1225. Jowa (Jean-François), indus- 
triel, à Liège, 149, rue Grétry, — 
Rouleaux de fil de fer galvanisé. 
Collection de ferrures pour lignes 
télégraphiques. Cabine démontable 
en fer et en tôle galvanisée et ondu- 
lée, destinée à servir de bureau ou 
d'abri le long des lignes télégra- 
phiques. Deux poteaux en fonte et 
ter galvanisés. 

1226. Martiny (J. L.) et C'«, fabi'i- 
cants de caoutchouc, à Bruxelles^ 
127, boulevard du Hainaut. — Iso- 
lateurs et autres objets en ébonite. 

1227. Montéfiore-Lévi (Georges), 

ingénieur civil. Fonderie et tréfi- 
lerie d'Anderlecht , à Bruxelles, 415, 
chaussée de Mons. Bronze phospho- 
reux en fils, pour téléphones, télé- 
graphes et machines électriques, 
rièces diverses pour appareils élec- 
triques. 

1228. Pavoux (Eugène) et C»^, fabri- 
cants de caoutchouc, à Bimxelles, 
iA et \Q, rue Delaunoy. — Isolateurs 
et autres objets en caoutchouc, 
souple et durci. 

1229. Sacré (Edmond), mécanicien, 
à Bruxelles, 23, rue de Ruysbroeck. 
— Modèles de paratonnerres et 
pièces détachées de paratonnerres. 

1230. Société anonyme de Grive 
gnée. M. Fréson, directeur-gérant, 
à Grivegnée,près de Liège. — Fils de 
fer et d'acier pour lignes télé^^ra- 
phiques et téléphoniques. Pièces 
diverses. 

1231. Van Huile (Frédéric), ingé- 
nieur-constructeur , à Bruxelles , 



LELGIOUE. 



78, chaussée^' Amers. — Paraton- 
nerres. 

1232. Ville de Gand. — Paraton- 
nerres : sy^térae adopté pour les 
édifices publics. 

1233.Waelpat (0.), constructeur de 
paratonnerres, à Gand, 19, rue des 
Rémouleurs. — Paratonnerres. 

GROUPE m 

ÊLECTROMÉTRIE 



CL\SSE 0. 
Appareils sertam auî mescres 

ÉLECTKlQrES. 

1 234. Administration des Télégra- 
phes de l'Etat. M.Delarge F. j, ingé- 
nieur en chef. direc[eur, à Brujcelles, 
gare du y'ord. — Galvanoraélres et 
rhéostats employés pour les essais 
des lignes et des piles. 

1235. Compagnie internationale 

des téléphones. Ateliors de Dru- 
xelles. >1. Golendorf. directeur, à 
Bruxelles, '24, rue des Douze Apôtres. 
— Rhéostats. Pont de Wheatstone, 
comprenant un galvanomètre, une 
clef d'inversion de courant et un 
manipulateur double. Galvanomètre 
des tangentes. Galvanomètre diffé- 
rentiel. Galvanomètre vertical. 
1236. De Vos MmeVve Charles, con- 
structeur-mécanicien, à BriuellesA, 
me des Croisades. — Galvanomètres 
divers. 

1237. Gloesener (MlleAntonia). Ma- 
nufacture d'appareils électriques, à 
Liège. 70 bis, avenue d'Avroy. — 
Appareils de résistance, système 
Gloesener. Appareils d'expériences. 
Galvanomètres, etc. 

1238. Schubart t Théodore i, ingé- 
nieur-mécanicien, à Gand, '21, rue 
du Marais. — Electromètre de Kohl- 
rausch. Condensateur de Kohlrausch. 
Balance de torsion. Electroscope à 
pile sèche. Boussole des sinus et des 
tangentes. Boussole de Weber. Gal- 
vanomètre vertical. Electro-d na- 
momètre de >Veber. 



GROUPE IV 

.U'PUCATIOS DE LÉLECTRICITE 
CLÂS.^E 6. 



5239. Administration des Télégra- 
phes de l'Etat. M. Delarge, F. '.ingé- 
nieur eu chef, directeur, à Bnurelles. 
gare du yard. — Appareils impri- 
meurs Hughes installés en duplex. 
PiécepteurMorse installé en duplex. 
Trois postes pourvus de récepteurs 
Morse, de divers systèmes et de l'ap- 
pareil de rappel Daussin. Ces postes 
comprennent les appareils acces- 
soires usités dans les bureaux télé- 
graphiques belges : com.mutateurs. 
transpositeurs, sonneries pendantes, 
relais translateui-s Siemens, parleur 
de communication directe, parleui 
récepteur, boussoles à sonnerie, 
etc. Appareil Hughes translateur, 
sonnerie à courants renversés. Pa- 
rafoudre pour cable à sept fils. Poste 
télégraphique pour petits bureaux : 
table aiiiiùire et appareils. 

1240. Bartelotis (Victor). â Bruj:eUes. 
1, rue du Persil. — Commutateur 
susceptible d'être manceuvré à dis- 
tani^e. 

1241. Brand Joseph .ingénieur-op- 
ticien, à Bruxelles, 52, rue de la 
Madeleine. — Modèle de télégraphe 
pour re«sei_nen.ent. 

1242. Brasseur Léon et De Jaer 

> Octave , à Bruxelles. '2i<. rue du Con- 
grès. — Appareils télégraphiques à 
transmission simultanée. 

1243. Castado G.), constructeur 

d'appareils électriques, à Bru.reUe^, 
•M. rue de la Madeleine. — Sonne- 
ries électriques et accessoires. 

1244. Cerpeaux J.i, mécanicien- 
constructeur, à Bruxelles. bS. boule- 
vard du yord. — Nouveau signal 
électrique. 

1 245 . Charle Léopold .constructeur 
d'appareils électriques, à Bruxelles. 
ÔC». rue d'Arenberg. — Sonneries 
électriques et appareils divei'S. 



EXPOSITION D'ELtaRICllI 



1246. Closset (Emile), ingénieur, à 
Brii.relles, 4, passage des Postes. — 
Thermomètre avertisseur d'incen- 
die. Appareil avertisseur contre le 
vol. 

1247. Compagnie internationale 
des téléphones. Ateliers de Bru- 
xelles. iM. Gotendorl' , directeur, 
à Bruxelles , 24 , rue des Douze- 
Apôtres. — Appareils Morse. Par- 
leurs. Sonneries de divers systèmes. 
Commutateurs. Rhéostats de bu- 
reau. 

1248. Compagnie des télégra- 
phistes de campagne. M. Malevé. 
capitaine commandant du génie, à 
Bruxelles, — Voiture porte-câble. 
Brouette de transport. Camion porte- 
bobines. Appareils Buckholtz avec 
téléphones. Commutateur suisse. 
Eléments Leclanché. Boîte pour piles. 
Poste militaire. Joints pour câbles. 

1249. DeNaeyer et C'^ , fabricants 
de papier, à Willehroeck (Brahant). 

— Bandes de papier pour appareils 
léjégraphiques. 

1 250 . De Vos (Mme Vve Charles) . con- 
structeur-mécanicien, à Bruxelles. 
A. rue des Croisades. — Appareil 
Morse. Appareil Morse destiné à la 
télégraphie militaire. Relais trans- 
lateurs. Parleur. Sonneries. Commu- 
tateurs. Avertisseur d'incendie. Boîtes 
de secours. 

1251. Dupont (Charles), h Bruxelles, 
07, rue Neuve. — Avertisseur d'in- 
cendie, 

1252. Gloesener (Mlle Antonia). 
Manufature d'appareils électriques, 
à Liège, 70 bis, avenue d'Avroy. — 
Télégraphes de démonstration, à 
aiguilles, à cadran, à clavier, à let- 
tres. Télégraphe sous-marin. Télé- 
graphe à doubles molettes. Transla- 
teurs divers. Relais. Commutateurs. 
Sonneries. Avertisseurs. Manipula- 
teurs. 

1253. Hauman-Devos (Désiré), con- 
structeur, à Bruxelles. 01, rue du 
Nord. — Avertisseur d'incendie, 
>onneries électriques, etc. 

1254. Leduc (Frédéricj. ingénieur 
des Mines, à Bru.relles, 39, rue 
(lillon. — Appareil signaleur per- 



mettant de donner un nombre indé- 
terminé d'ndications, au moyen 
d'un seul fil de ligne, et d'une seule 
paire de bobines. Appareil signaleur 
modifié, avec mise au repos auto- 
matique. Manipulateur à clavier. 
Manipulateur automatique. 

1255. Loppens (Aimé), horloger, à 
Gosselies [Hainaut). — Paraf'oudre 
poui' lignes télégraphiques. Aver- 
tisseurs d'incendie construits en 
1868. Sonneries d'alarme à déclen- 
chement électrique. 

1256.Muller (Evrard), fabricant d'ap- 
pareils électriques, à Bruxelles, 
42, rue d'Arenherg. — Appareil 
avertisseur d'incendie. 

1 257. 01inetfils,fabricantsde papier, 
à Bruxelles, 66, rue de l'Étuve. — 
Bandes de papier pour appareils 
télégraphiques. 

1258. Planche (Edouard, fils), à 
Bruxelles, 100, rue de Molenheeh. 
— Encres oléiques pour usages té- 
légraphiques. 

1259. Raikem (Eugène), construc- 
teur, à Bruxelles, 53, rue Frère- 
Orhan. - Sonneries électriques et 
appareils divers. 

1260. Richez et C'«, mécaniciens, 
à Bruxelles, 26, rue d'Argent. — 
Appareil Morse. Commutateurs. Son- 
neries électriques, etc. 

1261. Vanderbiste( Edmond), opti- 
cien, à Bruxelles, 68, rue de la 
Montagne. — Sonneries électriques. 

1262. Van Huile (Frédéric), ingé- 
nieur-constructeur, à Bruxelles, 
78, chaussée d'Anvers. — Appareils 
télégraphiques. Sonneries électri- 
ques, etc. 

1263. Ville de Gand.— Réseau télé- 
graphique destiné au service d'in- 
cendie : tableau descriptif, carte 
de la ville avec indication du réseau 
et de l'emplacement des postes, 
appareils en usage. 

1264.Welsch (Jacques-Alfred), com- 
mandant des pompiers, à Gand, 
5, rue du Bas-Eseaut. — Avertisseur 
automatique d'incendie, indiquant 
l'heure à laquelle a été donnée 
lalarme au poste chargé d'amener 
les secours. 



BELGIQUE. 



CUSSE 7. 



TKLÉPHOME. MICROPHO.ME. PHOTOPHOME. 

1265. Bède (Emile), ingénieur, à 
Dni.relles, 41, rue du Marteau. — 
Postes téléphoniques complets. 

1266. Berge (Henri), député, pro- 
fesseur à l'Université de Bruxelles, 
122, rue de la Ponte, à Bruxellcii. 
— Table téléphonique chantante : 
appareil de démonstration pour 
l'étude de la transmission du son, 
remplaçant le condensateur chan- 
tant. 

1267. Brasseur [Léon^i et De Jaer 
(Octave), à Bruxelles. 28. rue du 
Congrès. — Commutateur destiné à 
assurer le secret des communica- 
tions téléphoniques. 

1268. Compagnie internationale 
des téléphones . Ateliers de 
Bruxelles. M Gotendorf, direc- 
teur, à Bruxelles, 2i, rue des Douze- 
Apôtres. — Appareils téléphoniques 
divers. 

1269. Courtois (Bichard) , con- 
structeur d'appareils électriques, à 
Liège, 45, rue Monulphe. — Poste 
téléphonique complet. 

1270. De Locht-Labye (Léon), ingé- 
nieur honoraire des Mines, à Liège. 
47, rue Mont-Saint-Martin. — Postes 
téléphoniques fonctionnant à l'aide 
du pantéléphone L. de Locht. Aver- 
tisseurs téléphoniques. BC. s., P. 

1 27 1 .De Vos (.Mme Vve Charles] .con- 
structeur-mécanicien , à Bruxelles, 
4, rue des Croisades. — Téléphones 
divers. 

1272. Gérard ^.\ntoine-Joseph), hor- 
loger, à Liège, 5, place Saint- 
Lambert. — Téléphones et micro- 
phones. 

1273. Leduc (Frédéric), ingénieur des 
Mines, à Bruxelles, 51), rue Gillon. 
--Commutateur électrique automa- 
tique, destiné spécialement à la télé- 
phonie. 

1274. Libin (François), employé aux 
Télégraphes de l'Etat, à Gand, 82, 
rue des Champs. — Poste télépho- 



nique complet , comprenant un 
microphone , un téléphone , un 
avertisseur et une sonnerie vibra- 
toire. 

1275. lVIartiny(J. L.) et C*», fabri- 
cants de caoutchouc, à Bruxelles, 
127, boulevard du Hainaut. — Télé- 
phones en caoutchouc durci. 

1277. Muller (Evrard), fabricant 
d'ap[>art'ils éhctriques, à Bruxelles, 
42, )■//(' d'Arenhrrg. — Microphones. 

1278. Société anonyme Janus, fa- 
brication de machines de précision, 
à Bruxelles, 14, rue des Croisades. 

— Trois postes téléphoniques com- 
plets (Systèmes Edison et Blake). 
Connniilateur pour bureau télépho- 
nique central, etc. 

1279. Van Huile (Frédéric), ingé- 
nieur-constructeur, à Bruxelles, 78, 
chaussée d'Anvers. — Appareils lélé- 
phoniquL'S. 

1280. Ville de Gand. — Service télé- 
phonique : tableau descriptif; carte 
de la ville, ave(; l'indication du ré- 
seau ; appareils en usage. 

1281.Wery (Alexis), mécanicien-con- 
structeur, à Liège, 58, rue de V Uni- 
versité. — Appareils téléphoniques 
et appareils magnéto-électriques. 

CLASSE 8. 

LUMIÈRE ÉLECTRIQUE. 

1282. Compagnie générale belge 
de lumière électrique, IxBruxelle^, 
'.I , rue de Ligne. — Lampes-soleil 
de divers modèles. — Lanternes 
destinées à étouffer le bruit des 
foyers. BC.s.,S. I. 

1283. Dupont (J.), photographe, à 
Bruxelles, 67, rue Neuve. — Photo- 
graphies faites à la lumière élec- 
trique , par le procédé Yan der 
Weyde. 

1 284.Gérard(Antoine-Joseph),horlo - 
ger, à Liège, Déplace Saint- Lambert. 

— Modèles de lampes électriques. 
1285.Jaspar (Joseph), constructeur - 

mécanicien, à Liège, 12, rue Jon- 
fosse. — Régulateur électriqut» 
Jaspar. Modèles de candélabres. 

BC. s.. S. 15. 



EXPOSITION D'KLECTmCITi: 



1286. Somzée (Léon), ingénieur ho- 
noraire des Mines, à Bruxelles, 217, 
rue Royale. — Lampe électrique 
mixte, à incandescence et arc vol- 
taïque. 

CLASSE 9. 

MOTETjps Électriques; transport de 

FORCES. 

1287.De Geyter (Georges), docteur 
en sciences, à Mouscron, 25, rue de 
Menin. — Moteur électrique à ai- 
mantation multipolaire, comportant 
une forme perfectionnée d'électio- 
ainiants. 

1288. Gérard (Antoine-Joseph), hor- 
loger, à Liège, 5, place Saint-Lam- 
bert. — Générateur électrique. Trois 

modèles de moteurs électriques. 

1289. Giesbers (Jean-Martin), à 
Bruxelles, 5, rue de la Bonté. — 
Moteurs électriques. 

1290. Gloesener (Mlle Ântonia). Ma- 
nufacture d'appareils électriques, à 
Liège, 70 bis, avenue dWvroy. — 
Différents modèles d'appareils élec- 
tro-moteurs et de machines de ro- 
tation imaginés par M. Gloesener 
de 1850 à 1847. 

1291. MuUer (Evrard), fabricant 
d'appareils électriques, à Bruxelles, 
42, rue d'Arenberg. — Moteur élec- 
tiique. 

1292. Vanderbiste (Edmond), oiiti- 
cien,à Bruxelles, 68, rue de la Mon- 
tagne. — Moteur électrique. 

CLASSE 10. 

ÉLFXTRICrrÉ MÉDICALE. 

1293. Gloesener (Mlle Antonia), con- 
structeur d'appareils électriques, à 
Liège', 70 bis, avenue d'Avroy. — 
Appareils électro-médicaux, système 
Gloesener. 

CLASSE 11. 

ÉLECTRO-CHIMIE. 



1294. Compagnie des Bronzes. 

M. Fourcault (F.), directeur-gérant, 
à Bruxelles, 22, rue d'Assaut. — 
Vases, bustes, statuettes, torchères, 
appareils d'éclairage dorés, argentés. 



nickelés par voie électro-chimique. 

1 295. De Wilde (Prosper), professeur 
de chimie à l'Université cle Bruxelles, 
42, rue Traversière, â Bruxelles. 
— Appareil ozoniseur , à tubes 
concentriques emboîtés, produisant 
abondamment l'ozone par l'interven- 
tion de l'effluve électrique. Tube 
construit sur le même principe, ser- 
vant à soumettre à l'effluve les gaz 
ou mélanges gazeux. 

1296. Dupont et Alker, industriels, 
à Ilaeren, près de Bruxelles. — Objets 
et œuvres d'art obtenus par la gal- 
vanoplastie. 

1297.Evely (L.-A.-P.-J.),à Bruxelles, 
10, rue Cantersteen. — Cadre conte- 
nant des planches en cuivre obtenues 
par moulage galvanique; trois de 
ces planches sont recouvertes d'un 
dépôt de fer par voie électro- chi- 
mique. 

1298. Fondu(J.-B.),à VUvorde. — 

Meuble garni de pièces nickelées par 

la galvanoplastie. 
1299.Lecherf (Gustave), fabricant de 

bronzes, k Bruxelles, 88, rue Haute. 

— Garnitures de portes nickelées 

par la galvanoplastie. 

1300. Maire (Jules), fabricant de 
pièces d'horlogerie, à Bruxelles, 5, 
place du Palais de Justice. — Objets 
nickelés par la galvanoplastie. 

1301. Neujean (Alexandre), ingé- 
nieur, et Delaite (Emile), indus- 
triel, à Liège, 52, rue Hors-Château. 
— Appareils et produits chimiques 
spéciaux pour la galvanoplastie, la 
dorure, le nickclage, etc. Produits 
divers obtenus par les procédés 
brevetés de M. A. Neujean. 

1302. Vandevelde (Félix), fabricant 
de bronzes, à Bruxelles, 12, place 
du Grand-Sablon. — Flambeaux, en- 
criers, etc., argentés par la galva- 
noplastie. 

CLASSE 12. 

INSTRUMENTS DE rRÉCISIOIf , ÉLECTRO-AIMANTS 
ET AIMANTS , BOUSSOLES ; HORLOGERIE 
ÉLECTRIQUE. 

1303. Administration des Télégra- 
phes de l'Etat. M. Delarge (F. 



BELGIQUE. 



87 



ingénieur en chet, directeur, à 
Bruxelles, gare du Nord. — Horloges 
électriques : système Bouckaerf , 
système Thomas, système Gloesener, 
Uégnlatenr portatif. 

1 304.Brand (Joseph) , ingénieur-opti- 
cien, à Bruxelles, 5:2, rue de la Ma- 
deleine. — Boussole. 

1305. Dehennault-Bouillet (Flo- 
rent) , fabricant d'instiuments de 
précision, à Fontaine-l'Éiêque, 8, 
rue de Marchienneg. — Boussole à 
suspension et à lunette centrale. 

1306. Delsaulx (J.), professeur au 
collège de la Compagnie de Jésus, 
à Louvain. — Appareil de Babbago 
et Herschell, relatif à l'induction 
dans les masses. Appareil de M. Ber- 
lin pour la rotation électro-dyna- 
mique des liquides. Appareil réali- 
sant l'induction magnéto-électrique, 
système à rotation rapide des aimants 
inducteurs. 

1307. Desguin (Pierre), ingénieur, 
à Bruxelles, 32, rue des Croisades. 
— Horloges électriques Thomas. 

1308. Gérard (Antoine- Joseph), hor- 
loger, à Liège, 5, place Saint-Lam- 
bert. — Pendule électrique. 

1309. Gloesener (Mlle Antonia). Ma- 
nufacture d'appareils électriques, à 
Liège, 70 bis, avenue d'Avroy. — 
Chronographe à cylindre tournant, 
à pendule, à barre tombante. Mul- 
tiplicateurs. Enregistreurs unique, 
double, triple, quadruple. Distribu- 
teur du courant électrique. Appareil 
pour enregistrer automatiquement 
la déclinaison et l'inclinaison, ainsi 
que leurs variations diurnes. Élec- 
tro-aimants et armatures aimantées 
à renversement alternatif du cou- 
rant, système Gloesener. Boussoles 
électro-magnétiques , électro-dyna- 
miques. Modèle de boussole marine 
à l'abri des influences métalliques 
des navires , système Gloesener. 
Régulateurs électriques. Commu- 
tateurs électriques. Horloges élec- 
triques et magnéto-électriques. Pen- 
dules électriques diverses, système 
Gloesener. 

1310. Le Boulengé (Paul-Emile), 



lieutenant- colonel d'artillerie, à 
Liège, 27, Thier de la Fontaine. — 
Chronographe Le Boulengé, servant 
à mesurer la vitesse des projectiles, 
avec les accessoires nécessaires aux 
différents genres d'installations ba- 
listiques. — Clepsydre électrique, 
servant à mesurer la durée de la 
trajectoire des projectiles, la durée 
decombustiondesfuséesàtemps, etc. 

1311. Loppens (Aimé), horloger, à 
Gosselies. — Horloge destinée à faire 
tinter des sonneries électriques ser- 
vant de réveille-matin. 

1312. Observatoire royal de 

Bruxelles. M. Houzeau, directeur. — 
Méléorographe et télémétéorographe 
de M. Van Uysselberghe. Projet de 
télèmétéorographie internationale.— 
Le méléorographe sert à graver sur 
— métal, au moyen d'un seul burin 
mù par un seul électro-aimant, les 
fluctuations de six éléments météo- 
rologiques, savoir : 1° la tempéra- 
ture de l'air; 2° l'humidité de l'air; 
0° la quantité d'eau tombée sous 
forme de pluie ou de neige; 4" la 
direction du vent ; 5° la pression 
barométrique et 6° la vitesse moyenne 
du vent. — Le télémétéorographe 
reproduit instantanément cette gra- 
vure à des distances qui peuvent 
atteindre plusieurs centaines de 
kilomètres. — Le projet de télèmé- 
téorographie internationale consis- 
terait à relier les principaux ins- 
tituts météorologiques de l'Europe, 
lesquels seraient en communication 
avec un certain nombre de postes, 
dont les observations s'enregistre- 
raient simultanément dans chacun 
des instituts. On pourrait ainsi em- 
brasser l'ensemble des mouvements 
de l'atmosphère sur la surface en- 
tière de l'Europe. Pendant la durée 
de l'Exposition, le Palais dos Champs- 
Elysées est relié à l'Observatoire de 
Bruxelles, et le télémétéorographe 
enregistre à Paris les observations 
de la capitale de la Belgique. 

1313. Schubart (Théodore), ingé- 
nieur-mécanicien, à Gand, 27, rue 
du Marais. — Méléorographe de 
M. Van Rysselberglie. Boussole d'in- 
clinaison. Appareil pour mesurer 



EXPOSITION ij'i<;i;ECTni(.rn; 



riiuluction kM-restre. Appareil pour 
démontrer les actions réciproques 
des courants sur les courants et sur 
les aimants. 
1314.UniversitélibredeBruxelles. 
M. Uousseau, professeur de physique. 

— Enregistreur électrique de M. 
Rousseau. 

1315. Vanden Kerchove(Prosper), 
constructeur, à Ga7id,\Sù, Couplage. 

— Ap{)licalion de l'électricité à un 
appareil servant à estimer des lon- 
gueurs avec «ne grande préci- 
sion, en mesures métriques ou en 
pieds anglais et fractions de pieds 
anglais. 

1316. Ville de Gand. — Horloges 
électriques, tableau descriptif, carte 
de la Ville avec l'indication des cir- 
cuits et l'emplacement des horloges, 
appareils anciens, appareils en usage. 

— Gand est la première ville qui ait 
établi un service public d'horloges 
électriques. 

CLASSE 15. 

APPAREILS DIVERS. 

1317. Bordiau (G.), architecte, 
à Bruxelles , 08 , rue Joseph II. — 
Thermomètre transmettant l'indica- 
tion de la température d'un point à 
un autre, construit par M. Glosset, 
ingénieur, à Bruxelles. 

1318. Brasseur (Lécn), et De Jaer 
(Octave), à Bruxelles, :28, rue du 
Congrès. — Bouée éclairante. Aver- 
tisseur d'incendie. Avertisseur de 
grisou. 

1319. Compagnie générale belge 
de lumière électrique, à Briixelles, 
y, rue de Ligne. — Appareils divers 
servant à l'éclairage électrique ou à 
la transmission de l'électricité: aver- 
tisseur d'intensité; avertisseur d'ex- 
tinction; commutateur automatique 
à distance; galvanomètre à sonnerie, 
régulateur d'intensité; four électri- 
(pie. 

1320. Courtois (Richard), construc- 
teur, à Liège, 45, rue Monulphe. — 
Collection d'aUumeurs électriques. 

1321.Donny (F.), professeur à l'Uni- 
versité de Gand, rue Neuve-Saint- 
IHerre, à Gand.— Appareil pour re- 
chercher le cuivre dans le pain. 



Disposition |)our rechercher les poi- 
sons métalliques dans les cas d'em- 
poisonnement. Thermomètre à ré- 
gulateur électrique à déversement. 

1322. Geesbergen (Jean), construc- 
teur-mécanicien, à Bruxelles, 62, rue 
de Bodeghem. — Serrure électrique 
se manœuvrant à distance. 

13232Gérard (Antoine-Joseph), hor- 
loger, à Liège, 5, place Saint-Laru- 
hert. — Plumes électriques, 

1324.Gloesener (Mlle Antonia). Ma- 
nufacture d'appareils électriques à 
Liège, 70 Us, avenue d'Avroy. — 
Appareils électriques divers, système 
Gloesener. Pan-électro-magnéticum. 
système Gloesener. 

1325. Hubert (H), et Durant (11.), 
ingénieurs, à Mons, 4, rue de la Réu- 
nion. — Caisse contenant une pile 
électrique. Deux lampes de mine 
modifiées, de manière que le rail li- 
mage puisse être faitdans les travaux, 
sans qu'il soit nécessaire d'ouvrir 
la lanqie. 

1326. Musée royal de l'Industrie à 
Bruxelles. M. Gauthy, directeur. — 
Appareil photogi-aphique à obtura 
leur électrique. 

1327.SchmoeIe(W E.), négociant, et 
Mois (A.), directeur de la Compa- 
gnie belge du téléphone Bell, à An- 
vers. — Orgue électrique. Pianist.i 
électrique. 

1328 Somzée (Léon), ingénieur hono- 
raire des Mines, à Bruxelles, 217. 
rue Royale. — Appareil avertisseur 
du grisou, basé sur le principe de 
• l'osmose. Lampe de bouilleur trans- 
formée eii lampe avertissante. Ap- 
pareil indicateur des proportions du 
grisou, basé sur l'absorption de la 
chaleur par les gaz. 

1329. Université libre de Bru- 
xelles. M. Rousseau, professeur 
de physique. — Commutateur mul- 
tiple de M. Rousseau. 

1330. Vanderbiste (Edmond), opli- 
cien, à Bruxelles, 6S, rue de la Mon- 
tagne. — Tableau indicateur des 
vents. Thermoscope électrique. 
Commutateur automatique destiné 
à enflammer simultanément deux 
mines. 



BELGIQUE. 



GROUPE V 

MÉCANIQUE GÉNÉRALE 
CLASSE IL 

GÉSÉRATEDRS, MOTECIiS A VAPEUR, A GAZ 
ET HYDRAULIQUES, ET TRAiNSMISSIONS AP- 
PLICABLES. AUX INDUSTRIES ÉLECTRIQUES. 

1331. Béer (frères), constructeurs de 
machiues, à Jemeppe,près de Liège. 

— Machine à vapeur avec chaudière 
verticale, de la force de cinq che- 
vaux. BC. s. 

1332. Cail Halot et C'» , construc- 
teurs de machines, à Molenbeek-Saint- 
Jean {Bru.relles). — Machine à va- 
peur de 40 à 50 chevaux, à détente 
mue par le régulateur. H(l. s. 

1333. Carels (Alphonse et Gustave 
frères), constructeurs de machines 
fixes et de locomotives, à Gand. 

— Machine Sulzer compound de 180 
chevaux indiqués sur les pistons, 
à marche très douce, grande régu- 
larité et dépense de vapeur très ré- 
duite. BC. s 

1334. De Naeyeret C*«, construc- 
teurs de chaudières à vapeur, à Wil- 
lebroeck {Anvers). — Cinq chaudières 
multitubulaires, inexplosibles et éco- 
nomiques d'une surface de chauffe 
totale de 760 mètres carrés, fournis- 
sant la vapeur pour le service géné- 
ral de la force motrice de l'expo- 
sition. Une chaudière de 66 mètres 
carrés de surface de chauffe avec 
demi-maçonnerie permettant de voir 
la disposition des tubes. BC. s. 

1335. De Ville Châtel et 0'% à 

Bruxelles, rue de Birmingham. — 
Machine à vapeur de 25 chevaux à cy- 
lindre renversé et à détente variable 
par le régulateur. BC. s. 

1336. Fétu (Ant.) et Deliége cons- 
tructeurs, à Liège, 48, quai de Long- 
doz. — Deux moteurs à gaz, système 
Otto, l'un de 8 chevaux, l'autre de 
4 chevaux de force. 

1337. Montéfiore-Lévi (Georges), 

ingénieur civil. Fonderie et tréfile- 



rie d'Anderlecht , à Bru.relles, 415, 
chaussée de Mous. — Pièces diverses 
en bronze phosphoreux pour Ma- 
chines. Coussinets en métal Monte- 
fiore. 

1338. Versé-Spelmans, Ant. Bri- 
chot et C'' , industriels, à Bruxelles, 
54, rue de la Prévoyance. Succur- 
sale à Paris, 10, rue de Chabrol. — 
Courroies de transmission pour ma- 
chines électriques. BC. s. 

GROUPE VI 

BIBLIOGRAPHIE, HISTOIRE 



CLASSE 15. 

COLLECTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oUVRAGES 
CONCERNANT LA SCIENCE ET l'iNDDSTRIE 
ÉLECTRIQUES, PLANS, CARTES, ETC., ETC. 

1339. Académie royale dessciences 
des lettres et des beaux-arts de 
Belgique. M. Liagre, secrétaire per- 
pétuel. — Bulletins de l'Académie, 
2*" série : Notes sur l'électricité, le 
galvanisme et le magnétisme, par 
M. Bultinck. Tome Xll. — Sur l'ori- 
gine de l'èleclricité dans les piles, 
par M. Martens. Tome Xlll. — Sur 
l'électricité médicale par M. Bul- 
tinck. — Sur la direction du cou- 
rant électrique, par M. Zantedeschi 
Tome XIV. — Sur une modification 
de la machine électrique de Nairne, 
par M. Pérard. Tome XXVIII. — 
Note sur une nouvelle boussole élec- 
tro-magnétique ; son importance 
dans les observations magnétiques 
par M. Gloesener. — Sur les para- 
tonnerres, par M. Melsens. Tomes 
XXXVlll et XXXIX. — Développement 
de l'électricité statique par M. 
Spring. Tome XLl. — De l'application 
du rhé-électromètre ou paratonnerre 
des télégraphes, par M. Melensens. 
Tome XLllI. — Paratonnerres établis 
sur l'hôtel de ville de Bruxelles, par 
M. Melsens. Tome XLIV. — Sur les 
paratonnerres, par M. Melsens. Tome 
XLVI. — Mémoires : Notes sur les 
expériences de Wheatstone concer. 



EXPOSITION IfKLECTRICITÉ. 



liant la tolégraphie classique par , 
M. A. Ouelelet. Tome VII. — Sur le I 
coup de foudre de la gare d'An- 
vers, par M. Melsens. Tome XXVl. — 
Statistique des coups de foudre qui 
ont frappé des paratonnerres ou 
des édifices, etc., par M. Duprez. 
Tome XXXI. — Mémoires couron- 
nés : l'électricité statique et la ten- 
sion d'un liquide, par M. Yan der 
Mensbrugghe. Tome XI. S. 20. 

1340. Administration des Télégra- 
phes de l'Etat. M. De large {¥.), 
ingénieur en chef, directeur, à Bni- 
xellesi, gare du Nord. — Album du 
mobilier. Collection des cahiers 
des charges. Dessins d'appareils. 
Cartes du réseau télégraphique. Pu- 
blications et règlements adminis- 
tratifs. S. 20. 

1341. Annales des Travaux Pu- 
blics de Belgique , publiées par 
une Commission de fonctionnaires 
sous le patronage du gouvernement. 
Bruxelles , années 1845-1881. — 
Sur l'emploi de la boussole dans les 
mines, par M. Quetelet. Année 1845. 

— Description d'une boussole de 
mineur à niveau constant, par M. 
Lambert. Année 1 846. — Notice sur la 
télégraphie physique en général et, 
en particulier, sur le télégraphe- 
presse -piano -électro -magnétique, 
parM. Napoléon Barthel. Année 1848. 

— Notice sur les appareils à cadran 
et à lettres de M. Lippens, par 
M. Vinchent. Années 1852-1855. — 
Des appareils télégraphiques en 
1855, dans le service des lignes 
télégraphiques et à l'exposition uni- 
verselle de Paris, par M. Vinchent. 
Années 1855-1856. — ■ Situation des 
lignes télégraphiques belges en 
1859, en 1861, en 1862, en 1865, en 
1864 et 1865, en 1866, par M. Vin- 
chent. Années 1859-1866. S. 20. 

1342. Banneux (Joseph), ingénieur 
en chef des ;Télégraphes de l'État, 
à Bruxelles, gare du Nord. — Rap- 
port sur l'établissement de la ligne 
souterraine de Halle à Berlin. Bru- 
xelles, 1877. S. 20. 

1343. Barlet (Alphonse), ingénieur 
en chef aux chemins <le fer de l'Etat, 
à Bruxelles, 11, avenue de la Heine. 



— Rapport sur les appareils et les 
procédés de chauffage et d'éclairage 
à l'exposition de Paris de 1878. 
Bruxelles, 1880, Paris, 1881. S. 20. 

1344. Bastings (Alexandre), docteur 
en médecine, à Bruxelles, 1, rue 
Josaphat. — De la phtisie pulmo- 
naire. Bruxelles, 1865. Traduc- 
tion néerlandaise par le D"" Van An- 
roy. Traduction allemande parle 
D"" Silbermann. — De la faiblesse, 
des maladies qu'elle engendre et de 
leur traitement rationnel. Bruxelles, 
1875. — Guérison d'un cas grave de 
phtisie par électrisalion méthodique 
des muscles de la respiration. Bru- 
xelles, 1879. — Exposé succinct de 
l'emploi méthodique de l'électri- 
cité, comme traitement curatif et 
rationel de la faiblesse et de la plu- 
part des maladies chroniques. S. 20. 

1345. Bède (Emile), ingénieur, à 
Bruxelles, 14, rue du Marteau. — 
Résumé du cours de physique pro- 
fessé à l'Université de Liège. Paris et 
Liège, 1875. — De l'état actuel de 
la physique. Liège, 1859. — Étude sur 
l'éclairage électrique en collabora- 
tion avec M. H. de Backer. Bruxelles, 
1879 — L'ingénieur conseil. Bru- 
xelles et Paris, années 1878-1880. — 
Des communications téléphoniques 
Bruxelles, 1880. — La téléphonie : 
histoire, description et application 
des téléphones, Bruxelles, 1880. 

S. 20. 

1346. Blas(C.), professeur à l'Univer- 
sité de Louvain, 88, rue de Tirle- 
mont, à Louvain. — Application de 
l'électrolyse à l'analyse chimique, 
avec un essai d'une méthode géné- 
rale d'analyse électrolytique. Lou- 
vain, 1881. 

1347. Brasseur (Léon), à Bauxelles, 
48, rue du Congrès. — Notice sur 
les appareils télégraphiques à trans- 
mission en duplex, sans condensa- 
teurs. Bruxelles, 1878. S. 20. 

1348.Buels (Edouard), fonctionnaire 
des Télégraphes deVEial^'aBru relies, 
160, rue de Cologne. — Etudes des 
dérangements de l'appareil Hughes. 
Bruxelles, 1881. S. 20. 

1349. Daussin, employé delà Com- 
pagnie du Nord, à Lille. — Notice 



liEI.GIQUK. 

théorique et pratique sur l'appareil 
de rappel télégraphique Daussin. 
l>inant, 1875. S. ÎÎO. 

1350. De Backer (Hector), ingé- 
nieur, et Desguin(r.), ingénieur à 
Unt.rdh's. — Rapporteur la lumière 
électrique. Congrès international du 
commerce et de Tindustrie. Bru- 
xelles. 1880. S. 20. 

1351. Delarge (F.), ingénieur en 
chef, directeur des Télégraphes de 
l'État, à Bnirelles, gare dit Nord. — 
Notice sur le matériel des lignes télé- 
graphiques belges. Bruxelles, 1868. 
— Rapportsur les systèmes de tubes 
pneumatiques employés en Angle- 
terre pour le transport des dépêches 
télégraphiques à courtes distances. 
Bruxelles, 1875. — Note sur le télé 
phone. Bruxelles, 1877. — Des appa- 
reils télégraphiques à grande vitesse. 
Bruxelles, 1878. — Note sur le 
téléphone appliqué dans le voisinage 
des iicrnes télégraphiques ordinaires. 
Bruxelles, 1879. S. 20. 

1352. De Locht-Labye (Léon), ingé- 
nieur honoraire des Mines, à Licçje. 
47, rue Mont-Saint-Martin. — Les 
progrès de la télégraphie. — Les 
progrès de la téléphonie, ses appli- 
cations pratiques. — Mémoire sur 
l'octroi des concessions de télépho- 
nie locale. Liège 1880. — La télé- 
phonie, sa théorie et ses applica- 
tions. — Le pantéléphone de Locht. 

S. 20. 

1353. Desguin (Pierre i, ingénieur, 
à Bruxelles, 52, rue des Croisades. 
— La machine de Ruhmkorff. Le 
moteur Deprez. La lampe -soleil. 
Bruxelles, 1872, 1879, 1881. S. 20. 

1354. Despret (Victor), ingénieur, à 
Bruxelles, 107, rue Belliard. — Des 
applications de l'éleclricité aux arts 
et à l'industrie. Bruxelles. 1859. 
Mémoire couronné au concours uni- 
versitaire de 18.56-57. S. 20. 

1355.Devivier (A. J. A.), professeur 
de physique à l'Université de Lou- 
vain, 95, rue de Namur, à Louvain. 
— Magnétisme et électricité. Cours 
autographié. S. 20. 

135G. Docq (feu M. Adrien Joseph), 
professeur de physique à l'Univer- 
sité de Louvain." — Examen des 



théories relatives à la nature des 
agents physiques. Rotterdam, 1865. 
Bibliothèque de l'Université de Lou- 
vain. S. 20. 

1357. Dupont(Henry-Firmin) .conseil- 
ler au Conseil des mines, à Bruxel- 
les, 2, rue Galilée. — De l'évalua- 
tion des frais d'installation et d'en- 
tretien des lignes et des appareils 
télégraphiques de l'État belge. S. 20. 

1358. Evrard (F.), ingénieur des 
Télégraphes de l'Etat, à Bruxelles^ 
gare du Nord. — Télégraphie élec- 
trique. Origine et développement 
du réseau belge. Bruxelles, 1881. 
— Notice sur l'emploi des poteaux 
métalliques dans les lignes télégra- 
phiques. Bruxelles, 1875. — La 
télégraphie et quelques applications 
de l'électricité. Liège, 1880. S. 20. 

1359.Evrard(F.),ingénieur des Télé- 
graphes de l'Etat, et Davreux (P.), 
ingénieur au Musée royal de l'in- 
dustrie, à Bruxelles. — De l'emploi 
de l'électricité dans l'industrie. 
Bruxelles, 1880. — Rapport sur le 
transport à distance de la force mo- 
trice par l'électricité (Congrès du 
commerce et l'industrie). Bruxelles, 
1880. S. 20. 

1360. Gérard (Antoine-Joseph), hor- 
loger, à Liège, 5, place Saint-Lam- 
bert. — Plans et photographies d'ap- 
pareils électriques. S. 20. 

1361. Gibbs (John), inspecteur, chef 
de service des Télégraphes de l'État, 

à Bruxelles, gare du Nord. — Ren- 
seignements sur la télégraphie en 
Angleterre, Bruxelles, 1804. S. 20. 
1362.Gloesener (feu M.), professeur 
à l'Université de Liège, membre de 
l'Académie royale de Belgique. — 
Dissertatio inauguralis physica de 
identitale fluidi electrici et magne- 
tici deducta ex theoria a clarissimo 
Ampère proposita. Leodii, 1825. — 
Oratio de vera scientias physicas 
excolendi methodo et vera illarum 
studii fine. Lovanii, 1827. — Notice 
sur deux petits appareils propres à 
changer la direction des courants 
électriques. Liège, 1842. — Dis- 
cours prononcé à l'occasion de la 
réouverture solenelle des cours des 
l'université de Liège. Liège, 1847, 



92 



EXPOSITION D'ÉLECTllICm;. 



— Recherches sur la télégraphie 
électrique. Liège, 1855. — Analyse 
sommaire du mémoire de l'auteur 
sur la télégraphie électrique. — 
Analyse du mémoire sur un chro- 
noscôpe nouveau présenté au nom 
de l'auteur par M. Despretz. — Té- 
légraphe à aiguille perfectionné. — 
De l'importance du principe du 
renversement alternatif du courant 
dans les électro-aimants. Liège, 
1868. — Note sur une nouvelle 
méthode d'enregistrement automa- 
tique, au moyen de l'électricité, de 
la déclinaison et de l'inclinaison 
magnétiques et de leurs variations 
diverses. — Note sur un paraton- 
nerre foudroyé à Wetteren. — Note 
sur une boussole magnétique ou 
électro - magnétique , son j impor- 
tance dans les observations ma- 
gnétiques et surtout dans celles 
faites sur la mer. — Sur le télé- 
graphe enregistreur de M. Van 
Rysselberghe. — Sur un nouveau 
procédé pour soustraire les bousso- 
les marines à l'influence du fer et 
de l'acier, qui entrent dans la con- 
struction et le chargement des navi- 
res. — Divers rapports sur des mé- 
moires présentés à l'Académie. — 
Traité général des applications de 
l'électricité. Paris et Liège, !■'« par- 
tie. — Études sur l'électro-dyna- 
mique et sur l'électro-magnélisme. 
Bibliothèque de Mlle A. Gloese- 
ner. S. 20. 

1363. Gody (J.), architecte au minis- 
tère di's Travaux Publics, à Bru- 
xelles. — Rapport sur les appareils 
de précision à l'Exposition univer- 
selle de Paris de 1878. Bruxelles, 
1880. S. 20. 

1364. Harzé (Emile), ingénieur des 
Mines, à Bruxelles, 7G, rue de Trêves. 
— Photographie d'un télégraphe à 
signaux contrôlés, pour mines, che- 
mins de fer, etc. S. 20. 

1365. Hochsteyn (L), membre de 
la Société de géographie de Belgique, 
à Bruxelles, rue de Liedeherke ,) . — 
Diclionnaire européen comprenant 
la nomenclature des bureaux pos- 
taux et télégraphiques, stations de 
chemin de fer, etc. Bruxelles, 1881 . 

S. 20. 



1366. Lancaster (Albert), météoro- 
logiste inspecteur â l'Observatoire 
royal de Bruxelles, 129, rue Royale 
Sainte-Marie, à Bruxelles. — Discus- 
sion des observatora-orages faites en 
Belgique pendant l'année 1878. 
Etudes des orages en Belgique. S. 20. 

1367. Louyet (feu M.).— Recherches 
expérimentales sur le zingage vol- 
taïque du fer, — Notice sur un non- 
veau mode de dosage de métaux 
par voie humide et courant vol- 
taïque. (Bibliothèque de M. Roni- 
melaere.) S. 2(1. 

1368. Le Téléphone, organe spécial 
des entreprises téléphoniques en Bel- , 

gique et à l'étranger. Administra- 
tion : 1 , ruedu Peuplier, à Bruxelles. 
S. 21). 

1369. Mazeman (Gustave), à Bru- 
xelles, 25, rue Traversière. — Ma- 
nuel de télégraphie Hughes. Bruges, 
1881. S. 20. 

1371. Mourlon (Charles), construc- 
teur électricien, n/e(/efi»?/s&roec/i,61. 
à Bruxelles. — Guide pratique avec 
catalogue illustré et notice biblio- 
graphique sur les applications gé- 
nérales de l'électricité. Bruxelles, 
1881. — Notice sur l'emploi des j 
différents modèles de, la pile Leclan- ' m 
ché. Bruxelles, 1881. S. 20. 1 

1372. Musée royal de l'Industrie, 
à Bruxelles. M. Gauthy, directeur. — 
Bulletin du musée. Années 18-il- 
1 881 , Bruxelles. — Vibrateur galva- 
nique, par M. Lippens, année 1842- 

— Notice sur le zingage voltaïque 
du fer et autres métaux, par M. Lou- 
yet. Années 1845, 1844 et 1847. — 
Note sur un régualteur élecrtique 
par M. Jules Duboscq. Année 1851. 

— Nouvelle pile électrique par 
M. Charles Devos Année 1870. — 
Encreur pour appareil Morse sys- 
tème De Vos, par M. Gibbs. Aimée 
1878. Le moteur électrique Deprez, 
par M. Desguin. Année 1879. S. 20. 

1373. Navez(Auguste), lieutenant-co- 
lonel d'artillerie en retraite, à Bruxel- 
les, 1 44 , chaussée d'Haeckt. — Applica- 
tion de l'électricité à la mesure de la 
vitessedesprojectiles. Paris. 1855.— 
Instruction avec allas sur l'appareil 
électro-balistique Navez. Paris, 1850. 

— Rapport sur des expériences de 



r.ELGIQBE. 



05 



tir faites au nlbyen d'un appareil 
électro-balistique système Navez. 
Rruxelles, Liège et Paris 1851, 
lî<5!2, 1859. — Notes et mémoires sur 
un nouveau système de chronomè- 
trie électro-balistique. S. '20, 

1374. Navez (Auiruste et Navez 
(Louis filsi, à Briuellc!^, 1 ii, chaus- 
sée d'Haecht. — Application de la bo- 
bine de Ruhmkorff au téléphone 

— Notes et discussions sur la théorie 
du téléphone. S. t?lt 

1375. Petit (Louis), lieutenant de 
vaisseau, à Anvers, 2b, rueJordocn.-<. 

— Mémoire sur les phares à lumière 
électrique. Bruxelles, 1880. S. 2(1. 

1376. Quetelet (feu M. Adolphe), 
èecrétaire perpétuel de l'Académie 
royale de Belgique.— Recherches sur 
l'intensité magnétique de différents 
lieux de l'Allemagne et des Pays-Bas. 
Bruxelles, 1850. — Recherches sur 
l'intensité magnétique en Suisse et 
en Italie. Bruxelles, 1831. — Re- 
cherches sur les degrés successifs 
de force magnétique qu'une aiguille 
d'acier reçoit pendant les frictions 
multiples qui servent à l'aimanter. 

— Sur le magnétisme terrestre en 
Italie. Bruxelles, 1840. — Notes di- 
verses sur l'électricité de l'air et 
le magnétisme. — Notes sur la dé- 
clinaison, l'inclinaison et la force 
de l'aiguille magnétique à Bruxelles 
et sur la variation de ces trois élé- 
ments. — Sur la phvsique du globe. 
Bruxelles, 1861. 

Bibliothèque de Mme Vve E. Que- 
telet. S. 20. 
1377. Quetelet (feu M. Ernest), astro- 
nome à l'Observatoire royal de 
Bruxelles. — Recherches sur les 
mouvements de l'aiguille aimantée à 
Bruxelles. — Des observatoires du 
nord de l'Allemagne et de la Hol- 
lande et du magnétisme terrestre. 
— Notes sur la détermination de la 
déclinaison et de l'inclinaison ma- 
gnétiques à Bruxelles. 

Bibliothèque de Mme Vve E. Que- 
telet. S. 20. 
1378. Rau (Edouard , ingénieur, à 
Bruxelles, 75, rue d'Arlon. — Notices 
sur les signaux électro-optiques pour 
chemins de fer, dits Block-system 
^Siemens et Halske' . Bruxelles, i 874 , 



1875. — Indicateur de vitesse, sys- 
tème Pétri , Siemens et Halske. 
Bruxelles, 1879. — Notices sur l'é- 
clairage électrique. Bruxelles, 1877. 
1880. — Notice sur les appareils 
Morse, destinés au service des che- 
mins de fer. Bruxelles, 1876. — 
Nouveau transmetteur pour appareil 
Morse. — Manœuvre des excentriques 
et des signaux locaux, comparaison 
entre les systèmes Saxby-Farmer et 
Siemens-Ilalske. S. 20- 

1379. Revue universelle des mi- 
nes, de la métallurgie, des tra- 
vaux publics, des sciences et 
des arts appliqués à l'industrie. 

Rédacteur en chef : M. de Cuyper 
(Charles), professeur à l'Univer- 
sité de Liège. Propriétaire : No- 
blet (A.), ingénieur civil. Liège, Pa- 
ris, années 1857-1881. — Emploi du 
collodion comme corps isolant dans 
l'électricité dynamique, par M. Body. 
— Machine magnéto-électrique de 
M. Van Malderen, par M. Dwelshau- 
wers. Année 1863. Exploitation des 
Mines; creusement des puits et ga- 
leries : amorçage électrique , ma- 
chines électriques appareils d'in- 
duction, fils conducteurs, amorces 
électriques; travaux exécutés par 
l'emploi simultané de la dynamite, 
de l'électricité et des perforatrices 
par M. Habets. Année 1874. — 31a- 
cbine dynamo-électrique et régula- 
teur de lumière électrique de Siemens 
et Halske. Note sur une méthode d'é- 
lectrolyse l'appliquée au dosage de 
certains métaux et sur la batterie ther- 
mo électrique de Clamond, par M. Loi- 
seau. Année 1875. — Note sur un 
nouveau régulateur photo-électrique 
automatique et à point lumineux fixe, 
par M. Jaspar. — Dosage électrique 
dn manganèse, du nickel, du zinc et 
du plomb, par M, Riche. Année 1877. 
— Note sur la machine Gramme, par 
M. Bernimolin. Année 1878. — Rap- 
port sur un appareil électricpie cons- 
truit par MM. Striedinger et Doerflin- 
ger, pour faire sauter simultané- 
ment plusieurs milliers de mines, par 
M.Perard. — Note sur une application 
de la machine Gramme comme moteur 
électrique, par M. Jaspar. — Note sur 
un système de répartition de la lu- 



94 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



mière électrique, paiM.Jaspar. — L'é- 
clairage électrique, par M. de Backer 
Année 1879. — Expériences sur 
le développement du magnétisme in- 
duit par la terre dans le fer laminé 
nerveux, par M. Perard, Année 
1881 S. 26. 

1380. Rousseau (E.), professeur de 
physique à l'Université de Bruxelles 
et à l'Ecole militaire, à Bruxelles, 59, 
rue du Conseil. — Cours de physique 
professé l'École militaire, section des 
armes spéciales. Bruxelles, 1877. 

S. 20. 

1381. Samuel (P.) élève d» l'Ecole 
du génie civil, Gand. — Notice sur un 
appareil enregistreur des signaux du 
galvanomètre à miroir. Bruxelles, 
1881. S. 20. 

1 382 .Société scientifique de Brux- 
elles. R. P. Carbonnellesecrétaire,2 7, 
rue des Ursulines, h Bruxelles. — An- 
nales delà Société. Bruxelles, années 
1875-1880. — Sur certaines consé- 
quences de lafornmle électro-dyna- 
mique d'Ampère, par M. Gilbert. 
Année 1875-1876. —Sur la détermi- 
nation analytique de la charge dans 
une bouteille de Leyde, par le 
II. P. Delsaulx. — Sur la démonrsta- 
tion de l'équaton AY= A -n? dans la 
théorie du potentiel par le R. P. 
Delsaulx. Année 1877-1878. — Sur 
une propriété des surfaces du second 
degré dans la théorie de l'électricité 
statique, par le B. P. Delsaulx. Année 
1878-1879. — Sur la loi de force de 
M. Clausius entre courants élémen- 
taires, par le R. P. Delsaulx. Année 
1879-1880. Revue des questions 
scientifiques. Bruxelles , Louvain, 
Paris, années 1877-1881 : Phéno- 
mènes thermiques et électriques , 
par M. Witz. — Thermo-chimie et 
mécanique chimique, par M. Witz. 
Année 1878. — Les courants secon- 
daires, parle R. P. Van Tricht Année 
1879. — Les mouvements molécu- 
laires, parle R. P. Thiron. — Trans- 
mission de la force motrice à dis- 
tance. Année 1880. S. 20. 

1 383. Somzée(Léon), ingénieur hono- 
raire des Mines, à Bruxelles, 217, 
rue Royale. — Dessins d'un appareil 
d'éclairage électrique. Dessin d'un 



appareil avertisseur du grisou dans 
les mines. S. 20. 

1384.Staes (Eugène), kTermonde. — 
Dessin d'un nouveau système de 
signaux avertisseurs automatiques 
pour chemin de 4^^- S. 20. 

1385.Strens (feu M. Louis), fonction- 
naire aux télégraphes de l'Etat. — 
La télégraphie électrique mise à la 
portée de tout le monde. — Bruxel- 
les, 1855. 
Bibliothèque de M. Strens. S. 20. 

1386.'Valerius(lI.) professeur à l'U- 
niversité de Gand, 2, rue du Gouver- 
nement, à Gand. — Les phénomènes 
de la nature, leurs lois et leurs 
applications aux arts et à l'industrie 
d'après le docteur Zimmerman. 
Tome 1. Electricité, magnétism et 
galvanisme. Paris, Bruxelles, 1858. 
— Notice sur un nouveau chronos- 
cope électrique. — Dangers de l'ap- 
plication de l'électricité au traite- 
ment des affections nerveuses. Gand, 
1855. — Rapport sur la question 
mise au concours en 1852 : Démon- 
trer par des faits la valeur de l'élec- 
tricité dans le traitement des mala- 
dies. (Société de Médecine de Gand, 
1852). — Mémoires sur l'emploi de 
l'électricité en médecine. Gand, 
1852, 1855. — Effet singulier du 
courant électrique (Académie rovale 
de Belgique, Bulletin, 1877). S. "20. 

1 387. Van Gœthem Reallier et C'% i 

5, rue des Moutons, à Bruxelles. — - 
Plan d'une machine électrique. S. 20. 

1388. VanHoIsbeck (feu M.;Henri), 
docteur en médecine. — Compen- 
dium d'électricité médicale. Paris, 
Bruxelles, 1860. 

Bibliothèque de l'Université de 
Louvain. S. 20. 

1 389. Van Mullem f Eugène) , percep- 
teur des télégraphes de l'Etat, à 
Saint-Nicolas. — Manuel de télégra- 
phie électrique. Gand 1879. S. 20. 

1390. Van Noorbeeck (Edouard), 
fonctionnaire du ministère des Tra- 
vaux Publics, à Bruxelles, 52, rue 
de Mérode. — Plan d'un nouveau 
systènie de communication au moyen 
de rèleclricité. S. 20. 



Bibliographie rétrospective 

/. Manuscrits 

1391. Devivier (A. G, A.), professeur 
de physique à IT'iiivorsité de Lou- 
vain, 95, rue de Namur, à Louvain. 
— Tractalus de eleetricitate. Sehas- 
li;inus Malacord Slabuleeusis. 1784. 

1392. Martens. professeur à rUuiver- 
sitè de Louvain. — Corpus naturale 
et tractalus de electricitale. Lovanii, 
1795. 

1393. Université de Louvain. 
M.Reusens, bibliothécaire. — Cours 
professés à l'Université de Louvain 
pendant les années 1758, 1740, 
1744, 1768 et 1777. 

II. Livres imprimés. 

1394. Université de Louvain. 
M. Reusens bibliothécaire. — F'e- 
regrinns (Petrus). De magnete, 
seu rota perpetui motus, libellus. 
Augsburgi, 1558. — Taisnierius 
(Joannes) Opusculura perpétua me- 
moria dignissimum, de natura nia- 
^netis et ejus effectibus. Coioniœ. 
1562. — Gilbertus (Guilielmus). 
De magnete, raagneticisque corpo- 
ribus et de magno magnete tellure : 
physiologia nova, plurimis et argu- 
mentis et experimentis demonstrata. 
Londini, 1600. — Gilbertus (Guiliel- 
mus). De magnete, magneticisque 
corporibus, vi ejus attraclivaetmedi- 
■cinali proprietate. Tractatus novus, 
illustratus perWolffg. Lochmannum. 
Francofurti, 1629. — Cabeus (M- 
colaus). Philosophiamagnetica. Fer- 
rari8e,1629. — Kircher(Athanasius). 
Ars magnesia. Herbipoli, 1651, — 
4}ilbcrlus (Guilielmus). Tractatus 
sive physiologia nova de magnete ma- 
gneticisque corporibus. Omnianunc 
-diligenter recognita. Studio D. Wolf- 
gangi Lochmans. Sedini, 1655. — 
Kircherus (Athanasius), Magnes sive 
de arte magnetica opus tripartitum. 
Romae, 1641. — Kircherus (Athana- 
sius). Magnes sive de arte magne- 
tica opus tripartitum. Colonia Agrip- 
piufe, 1645. — Leotaudus (Yincen- 
tius). Magnetologia. Lugduni, 1668. 

— J. C. H. (M. D.) Magne tologia cu- 
riosa. Das ist grûendtliche Abhand- 
lung des Magnelhs. Mavntz, 1690. 

— Fay (Garolus de Cis'ternai du) 
Versuche und Abhandlungen von 



l!i:LG10rE. 95 

der Fleclricilât derer Côerper in 
den Jahren 1755 bis 1757. Erfurth, 
1745. — Louis. Observations sur 
l'électricité. Paris 1747. — Faure 
(GiambattistaV Congellure fisiche in- 
torno aile cagioni de fenomeni 
osservatiinRomanellamachinaellet- 
trica. Allillustrissimo signore G. 
CoUicola. Roma, 1747. — Jallabert. 
Expériences sur l'électricité avec 
quelques conjectures sur la cause 
de ses effets. Paris, 1749. — Winck- 
1er (.loh. Ilenr.) Meuwe naluur- 
kundige ontdekkingen, aangaande 
de eigenschappen, werkingen, en o- 
orzaaken der Electriciteit of uitlok- 
kings kragt. Amsterdam, 1751. — 
Waitz (J. \iX Verhandeling over de 
electriciteit. Amsterdam, 1751. — 
Semeyns (Meindert). Kortbondige re- 
deneering over de gesteltheid van 
den aardkloot van binnen, beloogt 
uil de magneetische werkinge. S'Gra- 
venhage, 1760. — follet (M. l'abbé). 
Essai sur l'électricité des corps. 
Paris, 1765. — Rrugmannus (Ant.). 
Teutamina philosophica de materia 
magnetica ejusque actione in fer- 
rum et magnetem. Francquerae, 
1765. — Raver (Fulgentius). Dis- 
sertatio experimentalis de elec- 
tricitatis theoria et usu. Viennae et 
Lipsiœ, 1767. — Reccaria (J. B.) 
Expérimenta, atque observationes, 
quibus eleclricitas vindex late con- 
stituitur, atque explicatur. Augustse 
ïaurinorum, 1769, — Nollet (H. 
At.). Vergleichung der Wierkungen 
des Donners mit den Wierkungen 
der Electricitaet. Prag. 1769. — 
Priestley (Joseph). De geschiedenis 
en tegenwoordige staat der electrici- 
teit. Amsterdam, 1772 1775. — Fran- 
klin. Œuvres traduites de l'anglais, 
par Barbeu Dubourg. Paris, 1775. 
— Franklin (Benjamin). Experiments 
and observations on electricitymade 
atPhiladelphia in America. London, 
1774. — Zallinger (Franz). Abhand- 
lung von der Electricitaet des in 
Tyrol gefundenen Turmalins. Inns- 
bruck, 1779. — Mahon. Principes 
d'électricité. Londres, 1781. — Do- 
novan. Essay on tlie origin, progress 
and présent State of galvanism. Du- 
blin, 1816. — Hansteen (Christo- 
pherj. Unlersuchungen ueber den 



'.•G 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



magnetismus der Erde. Uebersetzt 
voii P. Treschow Ilanson. Christia- 
nia, 1819. — Roesling (Christian, Li- 
brechl). DerGalvanismus.Ulm, 1824. 
— Ampère (André-Marie). Théorie 
des phénomènes électro-dynami- 
ques, uniquement déduite de l'expé- 
rience. Paris, 1826. 

CLASSE 16. 

COLLECTIONS RÉTROSPECTIVES d'aPPAREILS 
CONCERNANT LES ÉTUDES PRIMITIVES ET 
LES APPLICATIONS LES PLUS ANCIENNES 
DE L'ÉLECTRICITÉ. 

1395. Administration des Télégra- 
phes de l'Etat. M. Delarge (F.), ingé- 
nieur en chef, directeur, à Bruxelles, 
gare du Nord. — Anciens appareils 
qui ont été en usage à l'administra- 
tion : appareil "Wheatstone à deux 
aiguilles ; appareil ^Vheatstone à 
une aiguille ; appareil Foy et Bre- 
guet; appareil Lippens à manivelle; 
appareil Lippens à clavier ; appa- 
reil Gloesener; appareil Wheatstone 
à clavier; appareil Morse à poids ; 
appareil Morse à pointe sèche ; ap- 
pareil Morse à molette. 
1396.Brand (Joseph), ingénieur-opti- 
cien, à Bruxelles, 32, rue de la Ma- 
deleine. — Machine électrique de 
Nairne, datant des premières années 
du XIX*' siècle. 
1397. Delsaulx( J . ), professeur au col- 
lège de la compagnie de Jésus, à Lou- 
rain. — Télégraphe à cadran. Moteur 
électrique. Appareil d'induction. 
1398. D'Hoy (Charles), photographe 
à Gand, rue des Champs. — Régu- 
lateur pour lumière électrique con- 
struit en 1855 par l'exposant. 
1399. Gloesener (Mlle Antonia). Ma- 
nufacture d'appareils électriques, à 
Liège, 1^ bis, ave nue d'Avroy. — Collec- 
tion d'afipareils inventéset construits 
par feu M. Gloesener pour servir aux 
démonstrations du cours de physique 
((u'il professait à l'Université de 
Liège. 
1400. Lippens (Polydore), ancien 
constructeur d'appareils télégraphi- 
ques, ô Eecloo [Flandre orientale). — 
Appareils télégraphiques à clavier et 
à cadran. Accessoires d'appareils. 
Locomotive électrique construite en 
4840. 



1401 .Maison des Joséphites,à Mel- 
le-lez-Gand. — Appareil d'induction 
de Clarke. Appareil de Joule. Télégra- 
phe à cadran. 

1402. Musée royal de l'industrie,;» 
Bruxelles. M. Gauthy, directeur. — 
Télégraphes à cadrans de Lippens. 

1403. Observatoire royal de 
Bruxelles. M. Houzeau(J.C.), direc- 
teur. — Batterie Wollaston, spécimen 
ayant servi à Ampère pour la déter- 
mination des lois des courants. Ap- 
pareil de Faraday, envoyé par ce sa- 
vant à l'observatoire de Bruxelles, 
pour la répétition des expériences 
sur le diamagnétisme. 

1404. Université de Louvain. 
M. Devivier, professeur de physique. 
— Collection de piles : piles à co- 
lonnes, piles à un liquide, piles 
sèches, piles à deux liquides, pilo 
thermo-électrique de iNobili. Machine 
électrique à cylindre en verre noir. 
Machine électrique du système Yan 
Marum. Batterie composée de six 
jarres. Appareil de Watkins pour 
dèmonti^er l'action des courants sur 
uu aimant. Galvanomètre multipli- 
cateur pour expériences publiques. 
Galvanomètre à deux aiguilles. Gal- 
nomètre a quatre aiguilles. Appareil 
de Ritchie. Appareils pour démon- 
trer les lois des courants sur les 
courants et sur les aimants. Télé- 
graphe de démonstration. Manipu- 
lateur et récepteur d'un télégraphe 
à cadran. Manipulateur et récep- 
teur d'un télégraphe électrique, sys- J 
téme Morse, modifié par feu M. le I 
professeur Gloesener, d'après le prin- 
cipe du renversemnt des courants. 
Divers modèles de bobines d'indu- 
ction. Machine magnéto-électrique 
dePixii. Machine magnèo électrtique 

de Clarke. 
1405.Valérius(H.), professeur à l'U- 
niversité de Gand, 2,rue du Gouverne- 
ment, à Gand. — Machine électrique 
dtHoltz, modèle que l'inventeur a cé- 
dé à l'Université de Gand lors de son 
retour de Londres , où il s'était 
rendu pour donner à l'Institut royal j 
un aperçu de son importante in- 
vention. 



à 



DANEMARK (ROYAUME DE) 



GROUPE I 



PRODUCTION DE L'ELECIKICITE 



CLASSE 5. 

MaCHI.NES M.VG.NtTO-tLECTRIQUES ET L>Y>AMO- 
ÉLF.CTR1Q0ES. 

1407. JUrgensen (Ghristoplicr l'e- 
ter), à Copenhague. — [lepréseiUé par 
M. Gudinaii, à Paris, 55, avenue de la 
Grande-Année. — Machine dynamo- 
électrique. i\. 

GRODPE IV 

APPLICATIO.XS DE L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 6. 

TÉLÉGIUPUIE, SIGNAUX. 

1408. Lund 'C.-F.), àCopenhague. — 
Sonneries électriques. 

1409. Direction des Télégraphes 
d'Etat, à Copenhague. — Modèle 



de coiislruclion des lignes télégra- 
phiques aériennes en Danemark. 

CLASSE 15. 

APPAREILS DIVERS. 

1410. Lund (G. -F.), à Copenhague. — 
Appareil autograpliique à courants 
inversés. 

GROUPE VI 

BI[JL1UGR.\I>HIE,1HIST0IRE 



CLASSE 16. 

COLLECTIONS RÉTROSPECTIVES d'aPPAREILS 
CO.>CER>Ai\T LES ÉTUDES PRIMITIVES ET 
LES APPLICATIONS LES PLUS ANCIENNES 

DE l'Électricité. 

1411. Direction des Télégraphes 
d'Etat, à Copenhague. — Buste de 
H. C. ijersted. Boussole employée 
par H. C. Oersted dans toutes ses 
expériences sur les phénomènes 
iondaïueutaux de l'électro-magné- 
tisme. ., ,; -^r. :: S. 48. 



ESPAGNE (ROYAUME D') 

KuTA. Toute l'exposition du royaume d'Espagne se trouve dans la nef. 



GROUPE IV 

APPLICATION DE L'ÉLECTHICITÉ 



CLASSE 6. 

TÉLÉGRAPHIE, SIGNAUX. 

1412. Bonnet (Henri), à Cadix, rue 
Rosario Cepeda, 15. — Appareils 
de transmission rapide à double 
point. Poste télégraphique portatif 
avec pile dans un étui. 

1413. Cazorla (Alexis), à Madrid, 
me Escalinata, 45. — Cible élec- 
trique. 

1414. Direction Générale des 
Postes et des Télégraphes, à 
Madrid.— Poste télégraphique en 
service dans les bureaux d'Espagne. 
— Dessins représentant les outils et 
le matériel des lignes télégraphiques 
espagnoles. 

1415. Echenique (Florencio), sous- 
directeur de section des Télégraphes 
à iVadr/J.— Appareil de poche pour 
servir de poste intermédiaire. Appa- 
reils de poche pouvant fonctionner 
isolément comme poste-tètc de ligne, 
ou ensemble comme translateur. 
Un marteau-omnibus d'acier com- 
prenant : tournevis, deux clefs, 
filière, lime, couteau et scie. — 
Moufles pour tendre les fils télégra- 
phiques, fonctionnant sans ressort. 
Mâchoire à tendre le fil de fer^ 
Tambour sur sa brouette pour le 
déroulement des fils. 

1416. Orduna y Munoz (Charles), 
à Madrid. liollo'-l, et à l'aris, 4, rue 
Perrault chez M. Dreguet. — Télé- 
graphe duplex sans condensateur. — 
Appareils divers. — Télégraphe 
duplex pour l'armée. 



1417. Ferez Blancas, Directeur de 

Section des Télégraphes, à Séville. — 
Appareil électro-automatique aver- 
tisseur des crues des fleuves. Appa- 
reil de télégraphie militaire. 

1418. Piedras y Macho (Victor), 
Employé des Télégraphes, à Villa- 
garcia, Pontevedra. — Poste inter- 
médiaire (système Morse). 

1419. Tende (Alexandre) GrandHôtel 
de Londres, San- Sébastian, Giiipuz- 
coa. — Tableau indicateur pour 
sonnerie électrique. 

CLASSE 7. 

TÉLÉPHONIE, MICROPHONIE, 
PHOTOPHONIE. 

1420. Bonnet (Henri), à Cadix, rue 
Rosario Cepeda, 15. — Deux postes 
téléphoniques avec transmetteur 
microphonique. 

1421. Fernandez Janer (Jean), 
Ingénieur civil, à Coruna. — Micro- 
phones, dont un simple et un 
multiple. 

1422. Soriano y Ferrer, Employé 
des Télégraphes, à Alcudia [Raléa- 
res). — Téléphones. 

CLASSE 8. 

LUMIÈRE ÉLECTRIQUE. 

1423. SocietadEspanoladeElec- 
tricitad à Rarcelone, Ramhla del 
Cenlro, 9. — Machine Gramme, 
lampes électriques. 



1424. La Orden (Louis i et Bonnet 
(Henri 1, à CadLv, rue Murguid-, !Î6. 
— Modèle d"un appareil électrique 
pour l'éclairage automatique d'une 
balise au port de Cadix. 



ESPAGNE. 99 

GROIPE VI 

BIBLIOGRAPHIE, HISTOIRE 



CLASSE lt>. 

I.\sTRUME>TS DE PRÉCISION; ÉLECTRO-AI- 
MA.Mb. ; AIMA.NTS ; BOUSSOLES; HORLOGERIE 

tLECTRIQUE. 

1425. Gazorla {Alexis) ,d Madrid , rue 
Escalinato, lô. — Theiinonièlre 
phono-électrique pour signaler les 
incendies. Thermomètre avertisseur 
pour appareils d'incubation. Baro- 
mètre électrique avertisseur. 

CLASSE 15. 

APPAREILS DIVERS. 

1426. Gazorla {Alexis), hMadrid, rue 
Escalinata, 15. — Toise électrique 
pour mesurer la hauteur du corps 
humain. 

1427. Nicolau y Montaner (Adol- 
phe ). et KervasAusmendi (Julianj, 
à Barcelone, rue Aribau, 8. — Ser- 
rure électrique de sûreté avec pile 
et sonnerie. 

1428. Vigil (Primitivo),à Madrid,— 
Filière Biitannia. 



CLASSE 15. 

COLLECTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oUVRAGES 
CONCER.NAM LA SCIEMCE ET l'iNDUSTRIE 
ÉLECTRIQIES, PLANS, CARTES, ETC. 

B. Agi! y Maestro et D. de 

rtazar, ingénieurs en chef des 
mines, Madrid. — Historia, des- 
cripcion y critica de los sistemas 
empleados en el alumbrado de las 
excavaciones subterraneas. 

1430. Galante (Joseph) , inspecteu 
des télégraphes. Chef du district de 
Séville, à Séville. — Manual de me- 
diciones electricas, un vol. in-S" avec 
planches. 

1431. Ordunay Munoz (Charles), 
à Madrid, Rollo, 2, et à Paris, chez 
M. Breguet, A, rue Perrault. — Mé- 
moire sur les appareils duplex et 
quadruplex. 

1432. Ferez Blanca (François), Di- 
recteur de section des télégraphes, 
à Séville. — Manual de Telegrafia 
practica, deux vol. iii-S" avec plan- 
ches. 

1433. Roig y Terres, à Barcelone, 
rue Fontanella, 28. — Cronica cien- 
tifica (Collection du journal). 

1434. Suavez Saavedra (Antonino). 
Directeur dé section des télégraphes, 
à Barcelone. — Tratads de Tele- 
grafia, cinq volumes; Historia uni- 
versai de la Telegrafia, l""^ vol. 



GRANDE BRETAGNE & IRLANDE (ROYAUME UNI DE) 



NdiA. Lorsqu'aiicuiiL' iiulica ion 
exposés, c'est que ces objets ; 



'(■mplacciiieiit n'est portée à la suite de la luentioii des objels 
trouvent au rez-de-chaussée de la net principale du l'alais. 



GROUPE I 

PRODUCTION DE L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 1. 

ÉLECTRICITÉ STATIQUE. 

1435. Apps (Alfred), Londres, 435, 
Strand — Bobine d'induction, don- 
nant dans l'air une étincelle de trois 
pieds et demi. 

CLASSE 2. 

PILES ET ACCESSOIBES. 

1436. Bourne (Joseph), and Son, 
près Derhy, Denby Potterij Works. — 
Vases de grès pour piles. 

1437. Coxeter and Son, Londres, 
25 et 24, Grafton Street East, Tot- 
tenham Court Road. — Petits élé- 
ments de piles d'une grande force 
électro-motrice, donnan' des cou- 
rants constants et de longue durée. 

— Piles simples et à combinaisons. 

— Pile (dite Triple). 

1438. Fahrig (F. E.), Southamptou. 

— Carbone pur de toutes formes, 
pour éléments de piles, taillé méca- 

liquementou à la maiu. 

1439. Latimer Clark, Muirhead 
and C", Londres, S. W. 29, Regencij 
Street, Westminster [agent à Paris, 
J. Ayhnerji, rue de Naples). — Piles 
Daniellet autres (système Muirhead). 

— Piles à manganèse de Howell. — 
Pile à chlorure d'argent de Warren 
de la Rue, avec accessoires pour 
l'usage médical. — Piles Minotto, 
à liquides superposés, au bichro- 
mate, etc. 

1440. Paterson (Edward), Londres, 
7(), LittleUrilain, Aldersçjate Street. — 
Piles électricpies de divers systèmes. 



1441. Sabine (Robert), Londres, 
[Agent à Paris, J. Aylmer, 4, rue de 
Naples). ■ — Éléments de piles, for- 
més de deux plaques de sélénium 
baignant dans de l'eau. 

1442. The Scientific Toy C\ Lon- 
dres , Sun Works, Kirkwood Road, 
Peckham. — Piles électriques, in- 
structions pour leur foiiclionneuient 
(appareils destinés à l'instruction 
récréative de la jeunesse). 

1443. Stifi (James) and Sons, Lon- 
dres, London Potlery, Lambeth. 

— Vases poreux et vases de grés, 
cylindriques ou rectangulaires, pour 
éléments de pile. 

CLASSE 3. 

MACHINES MAONÉTO-ÉLECTRIQUES ET DYiNAMO- 
ÉLECTRIQUES. 

1444. Angio- American Brush 
Electric Light Corporation Li- 
mited, Londres, 74, Hatton Garden. 

— Machines dynamo - électriques 
pour la lumière électrique, la gal- 
vanoplastie et la transmission de la 
force. 

1445. Blakey Emmott and C", 
Halifax. — Machines électriques 
divei'ses. 

1446. British Electric Light C° 
Limited, Londres, Heddon Street, 
Rtgent Street — Machmes Gramme 
dynamo-électriques de divers types 
nouveaux, donnant des courants 
variables au besoin. — Machines 
dynamoélectriques pour la galvano- 
plastie. — Divers accessoires em- 
ployés dans le fonctionnement des 
machines électriques. 



r.RANDK BRETAGNE ET IRLANDE. 



101 



1447. CoxeterandSon,Lo»(/res, '25 
('/ *2i. Graftoii Strrrt East, Ïo/Zc/?- 
ham Court fioa*/.— Machine dyiianio- 
éleotriqiie appropriée à la luinière 
olei'triqiie. — Même machine ser- 
vant de moleur. 

1448. Crompton (R.-E.) and C°, 
Londres, Maniiion HoK.^e Building-^. 
— Machines dynanio-électriqnes, 
système Bûrgin. 

1449. Henley (W. T.), Londres, 
E.C. Drapers Gn/v/e/^s. — Machines 
dynamo-électriqnes. 

1451. Latimer Clark Muirhead 

and C", Londres, S. W. 29, Reç/enci/ 
Street, Westminster {agent à Paris, 
J. Aijlmer, 4, rue de Naples). — Ma- 
chine électro-magnétique du docteur 
Hopkinson, à courants continus. — 
Même machine à couranls alterna- 
tifs, — Machine dynamo-électrique 
de Andrews. 

GROUPE II 

TRANSMISSION PAR L'ÉLECTRICITÉ 

CLASSE 4. 

CABLES, FILS ET ACCESSOIRES, 
PARATONNERRES. 

1452. Bourne (Joseph) and Sons, 
près Derby, Denby Pottery Works. — 
Isolateurs divers en grès. 

1453. Henley (W. -T. ),LoHJre.s,£:.-C., 
Drapers gardens. — Echantillons de 
câbles fabriqués avant 1879. 

1454. India Rubber Gutta Percha 
et Telegraph Works C". Limi- 
ted, Londres, SHvertoim. — Divers 
échantillons de câbles sous-maj-ins, 
câbles télégraphiques, fils isolés. 

1455. Johnson (Richard) and Ne- 
phew, Manchester, Bradford Iron 
icorks. — IN» 00, B. AY. G., fer galva- 
nisé pour armatures de câbles, u" 8, 
fil galvanisé de faible résistance. 
Toron de trois fils galvanisés du 
n° 16. 

1456 Latimer Clark Muirhead 

and C", Londres, S. W. 29, Regency 



Street, Westminster {agent à Paris, 
J Aylmer, 4, rue de Naples). — Câble 
électrique à enveloppe isolante de 
nigritc (système Frild^. — Câbles 
pour lumière électrique et pour 
téléphones. — Câbles disposés en 
vue d'éviter les effets d'induction 
(système Muirhead). — Paraton- 
nerres. 

1457. Newall (R.-S.) and C", Lon- 
dres, lôO, S/?-fl»f/.— Echantillons de 
câbles sous-marins. — Conducteurs 
de cuivre pour lumière électrique. 

— Paratonnerres. 

1458. Paterson (Edward), Londres, 
70, Little Britain, Aldersgate street. 

— Paratonnerres. 

1459. Reid (brothers), Londres, 12, 
}yharf Road. — Conducteurs pour 
empêcher l'induction sur les circuits 
téléphoniques. Isolateurs (système 
Criiihton) avec cône pour arrêter le 
fil."^ 

1460. RustlessandGeneralIronC 

(The) , Londres, 5, Queen street Place, 
Cannon street.. — Tuyaux de fer 
inoxydables pour la pose des lignes 
télégraphiques souterraines. — Po- 
teaux télégraphiques de fer. 

1461. Siemens isrothers, and C% 

Limited, Londres. — Câhles sous- 
marins, souterrains et aériens. — 
Fils isolés et nus. — Modèle de na- 
vires servant à la pose de câbles 
sous-marins et autres. — Câbles pour 
lumière électrique, etc. — Isola- 
teurs, etc. 

1462. Stiff (James) and Sons, Lor 

dres, London Pottery. Lamheth. — 
Isolateurs divers de grès. 

1463. Submarine Telegraph C\ 

Londres, 2, Throgmoiton Avenue et 
h Paris, 4o, rue Cambon. — Echan- 
tillons des divers câbles posés par 
la Compagnie entre l'Angleterre et 
le continent européen. — Echantil- 
lons de câbles cassés par les ancres 
des navires ou par loxydation des 
armatures. 

1464. Telegraph Construction et 
Maintenance C^ Limited, Lon- 
dres, 58, OUI Broad street. — Echan- 
tillons de câbles sous-marins po^é- 



102 



EXPOSITION D'KLECTIUCITK. 



par la Cie dansles diverses inors du 
^lobe depuis 1857 jusqu'à 1881. 
1465. Whitecross Wire and Iron 
Company, Limitej, Warringfon. 
— Fils lélégrapliiques fabriqués par 
des procédés sjjéciaux of par de noAi- 
velles machines. — Petits fils d'at- 
tache. — Fils homogènes pour arma- 
tures de câbles sous-marins. 

GROUPE m 

ÉLECTROMÉTRIE 



CLASSE 5. 

APPAREILS SERVANT AUX MESURES 
ÉLECTRIQUES. 

14G6. Ayrton(W. E.) andPerry (J.), 
68, Sloane street Londoii. — Galva- 
nomètre portatif et « dead-beat » 
pour la mesuie des courants in- 
tenses. 

1467. Blakey Emmott and C«, 

Ualifac. — Galvanomètres divers. 

1468. Goxeter and-Son, Londres, 23 
et 2i, Gr af ton Street, East^Tottenham 
Court Road. — Galvanomètre verti- 
cal disposé pour permettre la lec- 
ture rapide dos déviations causées 
par les courants alternatifs. 

1469. Elliott (brothers), Londres. 
Af/ent à Paris, J. Ayhner, rue de 
îiaples,^. — Galvanomètres; caisses 
de résistance et condensateurs pour 
essais et signaux électriques. — Mi- 
cromètres pour la mesure des fils. 

1470. India Rubber Gutta Percha 
et Telegraph Works C', Limited, 
Londres, SHvertown. — Galvano- 
mètres asiatiques àmiroir de Thom- 
son, galvanomèires astaliques por- 
tatifs, galvanomètres des tangentes 
pour mesures électriques. — Cais- 
ses de résistance, forme ordinaire 
et circulaire, avec pont de Whcat- 
stone. — Appareils complets pour 
essayer les torpilles. Manipulateurs 
et condensateurs. 

1471. Latimer Clark Muirhead 

îftid C°, Londres S. W., '29, Regency 
srtreet, Westminster {agent à Paris^ 
J. Aylmer, i, rue de Naples. — Gal- 
vanomètres asiatiques à miroirs de 



Thomson, — Caisses de résistance. 

— Condensateurs, étalons, manipu- 
lateurs, commutateurs. — Etalons 
de résistances. — Galvanomètre des 
tangentes de Schwendier. 

1472. Paterson (Edward), Londres, 
76, Little Britain, Aider sgate street. 

— Appareil de MM. Ayrton et Perry 
pour mesurer les courants dynamo- 
électriques. — Photomètres. 

1473. Sabel (Max), Londres, '2, Cole- 
man street Buildings. — Papier el 
feuilles d'étain pur pour la fabrica- 
tion des condensateurs. 

1474. Sabine (Robert), Lonr/re.s(fl^e»i 
à Paris, J. Aylmer, 4, rue de Naples) 

— Galvanomètre asiatique avec lam- 
pe et échelle. — Modification du 
pont de Wheatstone. 

1475. Thomson (Sir William), G/fls- 
gow-University . — Electromètre ab- 
solu et électromètre à cadran (con- 
struits par White). 



GROUPE IV 

APPLICATIONS DE L'ÉLECTRICITÉ 

CLASSE 6-. 

TÉLÉGRAPHIE, SIGNAUX. 

1476. Blakey Emmott and C",k Ha- 
lifax. — Appareils télégraphiques à 
une aiguille. — Appareil télégra- 
phique à sonnerie de Warburton et 
Crossley. — Sonneries d'appel. — 
Divers relais et autres appareils. 

1478. Bright (E. B.), à Londres, Ab, 
Gerrard street. — Divers appareils 
de télégraphie et leurs accessoires. 

1479. Elliott Brothers, à Londres. 
Agent à Paris, J. Aghnrr, rue dr 
ISaplcs, A. — Manipulateurs et com- 
mutateurs pour la télégraphie. 

1480. Exchange Telegraph C" Li 
mited, à Londres, E. C, 17 and IS, 
CornJull. — Appareils télégraphi- 
ques imprimeurs et récepteurs pour 
les dépêches de bourse. 

1481. Foxcroft (William Morti- 
mcr), à Londres, 54, Compton street 
Clerkenivell. — Boîtes pour appareils 



I 



i 



GRANDE r.RETACNE ET lULANHE. 



105 



télégiaphiqiios à aiguille (modèle 
adopté par le gouvernement britan- 
nique et le Midland Haihvayi. — 
lioifes pour appareils de Block-svs- 
teni. 

1482. India Rubber Gutta-P3rcha 
and Telegraph Works G", Limi- 
ted, à Londres. Si/vertown. — Appa- 
reils pour le « block » System, appa- 
reils à aiguilles, à répétition. — Indi- 
cateur de train (système Walker) et 
autres instruments pour signaux de 
chemins de fer. — À|'pareils Morse, 
parleurs, manipulateurs, télégraphe 
ABC de Wheatstone. — Appareils 
télégraphiques à miroir. 

1483 Latimer Clark, Muirhead 
and C", Londres, à Regenaj street. ''29, 
Westmhister {agent à Paris, J. Agi- 
mer, A, rue de Naples). — Appareils 
télégraphiques pour chemins de fer. 

— Appareils Morse, parleurs, relais. 

— Appareils duplex (système Muir- 
head et système Muirhead et Win- 
ter). — Appareil quadruplex. — 
Appareils de télégraphie sous-marin : 
galvanomètres, manipulateurs, com- 
mutateurs. 

1484. O'Lawlor iLouis de B.l, à 
Londres, il, Wharton Road, West 
Kensington Park. — Avertisseur 
d'incendie basé sur les correspon- 
dances téléphoniques. 

1485. Paterson (Edward), à Lon- 
dres, 76, Little Britain, Aldersgate 
Street. — Signaux électriques pour 
mines, hôtels et fabriques. 

1486. Reid (Thomas), à Dundee, m, 
Saint-Andrews street. — Avertisseur 
d'incendie pour maisons et navires. 

1487. Adininistration[de s télégra- 
phes . de la Grande - Bretagne 
(Post-Office I, à Londres. — Appareils 
divers employés par l'Administration 
Britannique. — Appareil parleur à 
inversion de courant. Le manipu- 
lateur émet des courants en sens in- 
verse, selon qu'il est abaissé ou 
non, ces courants actionnent un 
relais polarisé, qui fait fonctionner 
un parleur disposé en circuit local. 

— Appareil automatique et à grande 
vitesse de Wheatstone transmettant 
170 mots, et au delà par minute; la 
dépêche est préalablement perforée 
sur une bande de papier. — Relais 



pour l'appareil automatique et à 
grande vitesse de ^Vheatstone. Ce 
relais sert avec l'appareil Wheats- 
tone pour la translation sur les lon- 
gues lignes. Il est placé à une station 
intermédiaire entre les deux tètes de 
lignes. — Divers modèles de para- 
tonnerres. — Commutateur Umschai- 
ter. — Appareil complet pour les 
essais de ligne. — Machine à numé- 
roter les feuilles à dépèches. — Ap- 
pareils modernes pour signaler la 
marche des trains (système l'reece), 
adoptés par le chemin de fer « London 
and South Western )) et autres. — 
Divers appareils pour le foncflonne- 
ment des tubes pneumatiques. — 
Cartouches ou boites à dépèches pour 
les tubes. — Echantillons des tubes. 

— Echantillon de tube après vingt- 
cinq ans de service. — Modèle des 
joints des tubes. — Vanne pneuma- 
tique à double action pour travail 
continu. — Vanne pneumatique à 
action simple pour travail intermit- 
tent. — Appareil du « block System » 
pour signaler le départ et l'arrivée 
des cartouches. — Indicateur pour 
station de tète de ligne, pour signa- 
ler automatiquement l'arrivée de la 
cartouche à la sl;ation d'arrivée. — 
Indicateur pour station intermé- 
diaire. — Appareil automatique 
placé à une station intermédiaire 
d'un tube pneumatique. La durée 
de l'émission électrique peut être 
réglée à volonté au moyen de la vis 
de réglage qui agit comme régula- 
teur pour l'admission de l'air au 
cylindre. — Perforateur pneuma- 
tique pour la préparation préalable 
des bandes pour l'appareil automa- 
tique de Wheatstone. — Indicateur 
du niveau d'eau dans un réservoir. 

— Le transmetteur envoie des cou- 
rants renversés, selon que le flotteur 
monte ou descend par suite du 
changement du niveau d'eau. Le 
récepteur est actionné par une ar- 
mature polarisée qui fait fonction- 
ner l'un ou l'autre de deux mouve- 
ments d'échappement, selon que le 
transmetteur envoie des courants 
positifs ou négatifs. ^Montre (système 
Crookes) dont la marche régulière 
n'est pas influencée par le voisinage 
des électro-aimants. 



IXPnsiTION D'KLECTUICITK 



1488. Sabine (Rol)crt), à Londres 
[agoni à l'arifi, J. Aijimor, h, me de 
^llj)l('ii). — Appareils lélégrnphiqucs 
aiitoiiiatiqucs duplex et à i^randiî 
vitesse do Whealstone. — Manipu- 
lateurs, caisses de résistances, per- 
forateurs et accessoires pour l'ap- 
pareil automatique de Wheatstone. 

1489. Sax (.Iulius), à Low/resJ 08, 
Great Rnssell atreet, Bloomabiny. — 
Sonneries électriques pour maisons, 
hôtels, bureaux, etc. — Indicateurs 
{)Our stations téléphoniques. — In- 
dicateui' de niveau d'eau pour réser- 
voirs. 

1490. Saxby et Farmer, à Lo?2rfres, 
Bruxelles et Creil. — Appareils de 
sécurité et signaux pour chemins 
de fer. — Signaux télégraphiques 
(syslôme des enclanchemenls réu- 
nis; brevet Hodgson). 

1491. Siemens brothers and C", 
Limited, à Loiidrea. — Télégraphes. 
Signaux électriques pour chemins 
de fer. 

— S. Pagnoletti (Ch. Ernest), à 
hnndrcii, ihe Poplarf. Aherdeen Place, 
Mocda W/'ll. — Appareil électrique 
pour la manœuvre de signaux de 
chemin de fer. — Avertisseur élec- 
trique d'incendie. 

CLASSE 7. 

TKLÉPHOME, MICIîOPHOME, THOTOPHOIME. 

1492. Blakey Emmott and C% ù Ha- 

lifax. — Transmetteur téléphonique 
de Ciossley. — Sonnerie magnéto- 
électi"i(jue pour ce téléphone. 

1493. Gooke (Conrad-William), à 
Londres, Victoria street, 5, West- 
minster cliamber s. — Appel télépho- 
ni(iue (système Cook(>). 

1494. Foxcroft (William Mortimer), 
à Londres, 54, Comptuu street, Cler- 
kenweli. — Boîtes pour les téléphoner- 
Gower-Dell (modèle adopté par le 
gouvenieiiKMil Biitai inique). 

^495 . The Gower-Bell Téléphone 
C" Limited, à Londres, 9, Great 
Winchester street. — Téléphones 
Gowei'-Dell articulant à haute voix 
(modèle adopté par l'administration 
des télégraphes du gouvernement 
Ihilaimique). 

1496. Johnson ( Hichard ) and 
nephevr ii Manchester, Brudford Iron 



Works. — Fil galvanisé spécial n" 1 1 . 
pour téléphone, fil galvanisé d'une 
grande résistance à la traction, pour 
téléphone.. 

1497. Latimer Clark, Muirhead j 
and C", à Londres, Reyency street '■ 
Westminster {agent à Paris J. Ayl- '-■ 
mer, 4 , me de Naples) . — Transmet- 
teurs microphoniques, récepteurs 
téléphoniques (système Pony Crown) . 

— Divers appareils pour services 
léléplioniques. 

1498. O'Lawlor (Louis de B.), à 
Londres, M, Wharton Road, West 
Kensington I^ark. — Dispositions 
téléphoniques en vue d'un usage 
public. — Système à l'aide duquel 
tous les téléphones étant embrochés 
sur un même circuit, deux postes 
quelconques peuvent entrer en cor- 
respondance secrète. 

1499. Paterson (Edward), à Londres, 
76, Little Britain, Aldersgale street. 

— Transmetteurs microphoniques. 

— Téléphones. — Installations télé- 
phoniques complètes pour services 
publics et privés. S. 20. 

1500. The ScientificToyC», à Lor?- 
dres, Sun Works, Kirkwood Road, 
Peckham. — Galvanophone ou chan- 
teur électrique, reproduisant les 
sons musicaux ; ceux-ci sont très ren- 
forcés par l'appareil et produisent 
des effets très curieux. 

1501. Wollaston (James), à Lonr/res, 
28, Saint-Petersbiirg Place, Bays- 
vjater. — Téléphones portatifs arti- 
culant à haute voix pour la marine 
et pour l'armée (modèle adopté par 
l'administration militaire du gouver- 
neinent Britannique) . 

CLASSE 8. 

I,UMÙ;iiE KLKCTIIIQUE. 

1502. Anglo - American Brush 
Electric Light corporation Li- 
mited, à Londres. 74, llatton gar- 
den. — riégulaleui's de lumière élec- 
trique (système Brush) ; lampes k 
incandescence (système Lane-Fox); 
appareils d'éclairage électrique. 

B. C..s.,R. C. e.,S. 22. 

1503. Ayrton (W. E.)etPerry (J), 
à Londres, 68, Sloane street. — Pho- 
tomètre de dispersion servant à la 



GRA>^DE BRETAGNE ET IRLANDE. 



105 



mesiiro de l'intonsité des foyers de 
lumière électrique les plus intenses. 

1504. Bright {E.B.], h Londres, A^, 
Gerrard street. — Divers appareils 
pour la lumière électrique. 

S. 17., B. C. s. 

1505. British Electric Light G°. à 
Londres, llcddon street. Rrijeat street. 

— Divers types de lampes électri- 
ques. — Lampes h arc voltaïque, 
lampes à incandescence, lampes à 
incandescence et à haute résistance 
brûlant dans le vide. — Divers ap- 
pareils employés pour le fonction- 
nement des lampes électriques. 

1506. Gohné Sigismond), à Lonrfms. 

— Régulateur de lumière électri- 
que. — Char])ons pour lampes. 

1507. Grompton (R.-E.) and G°, à 

Londres, Mansion Honse Buildings. 

— Lampes électriques, système 
Grompton. — Foyer et lampes à main 
pour usage dans les mines, système 
Swan. — Caisses de résistance. 

1508. Fahrig V.-E.], Southampton. 

— Charbon pur pour la lumière 
électrique, taillé mécaniquement ou 
à la main. 

1509. Fyfe i James), Londres, b"!, 
Queen Victoria Street. — Lampes à 
ai'c voltaïque de Pilsen (brevet Piette 
et Krizik) . — Lampe à incandescence 
de Joël. — Machines dynamo-élec- 
triques de Schuckert et lampes à 
arc voltaïque pour locomotives. 

1510. Hedges {Killingirorth), à Lon- 
dres, '2b. Queen Annes Gâte. West- 
minster. — Lampes électriques à ô 
charbons (système Hedges) brûlant 
16 heures; disposition différentielle 
pour lîrûler en série. — Lampe 
étoile à 2 charbons avec morceaux 
de chaux pour renforcer la lumière. 

— Commutateur ne donnant pas d'é- 
tincelles. — Avertisseur d'extinction 
de lumière. — Commutateur adopté 
dans les docks de Liverpool. — 
Photographies de rinsfallation de 
l'éclairage électrique dans les docks 
de Liverpool. 

1512. Latimer, Glark, Muirhead 

and G", à Londres S. W. 29, Regency 
street Westminster, [agent à Paris, 
J. Aylmer^ 4, rue de Naples). — 



Phare électrique à occultations et 
autres signaux. — Lampe électrique 
de Andre^vs. — Lampe électrique 
de Clutcly à plateau, lampes électri- 
ques de Muirhead et de Werdermann, 
modèles de lustres et d'appliques. 

1513. The scientific Toy G", à Lo?2- 
dfcs^ Sun ]}o)-l,s. Kirkwood lioad, 
Peckham. — Lampe él(>clrique mi- 
niature brûlant automatiquement 
pendant deux heures. 

1514. Siemens Brothers and G" Li- 
mited, Londres. — Machines, lampes 
et appareils accessoires relatifs à 
l'éclairage électrique. 

1515. Swan (J. W.) Newcastle-on- 
Tyne. — Lampe à incandescence. Le 
globe dans lequel le vide a été fait 
contient une libre de carbone de 
forme circulaire destinée à être tra- 
versée par le courant électrique. 

B. C. e., S. D., S. 21. 

CLASSE 9. 

MOTErRS KLECTRIQDES, TRANSPOnT 
DES FORCES. 

1516. British Electric Light Q, 

Londres, Heddon street, Regentstreet. 
— Moteurs électriques et machines 
pour la transmission de la force au 
moyen de l'électricité. B. C. .s. 

1517. Latimer Glark, Muirhead 
and G", à Londres, 29, Regency 
street, Westminster {agent à Paris, 
J. Aylmer, 4, rue de Naples). — 
Grue électrique du docteur Hopkin- 
son. 

CLASSE 10. 

ÉLECTRICITÉ MÉDICALE. 

1518. Garratt (B. C), Londres, IG, 
Finsbury Square. — Instruments 
de thérapeutique fondés sur le ma- 
gnétisme. 

1519. Pulvermacher (J. h.) Londres, 
194, Régent street. — Pile médicale 
à chaîne et à haute tension avec 
éléments renouvelables. — Bande 
électroscopique à chaîne. — Diverses 
formes d'électrodes. 

1520. Rudge (J. A.), Bath, 1, New 
Rond street Place. — Brosse magné- 
iro-électrique rotative pour l'usage 
médical; le frottement sur la peau 
produit le courant. Pompe à air 
électro-magnétique. 



106 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



CLASSE 11. 

Él.ECritO-CHIMIE. 

1521. Anglo - American Brush 
Electric Light corporation (Li- 
mited) Loudrcii, 74, Hatlon garden. 
— Machine dynamo-électrique pour 
la galvanoplastie. B. C. c 

1522. Sabine (Robert), Londres 
{Agent à Paris. J. Aylmer,k, rue de 
Naples). — Appareil pour étudier les 
mouvements produits sur les surfa- 
ces du mercure par l'action électro- 
chimique. 

CLASSE 12. 

INSTRUMENTS DE PRÉCISmN 

ÉLECTRO-AIMANTS ET AIMANTS 

BOUSSOLES, HORLOGERIE ÉLECTRIQIE. 

1523. Ayrton (W. E.) and Perry ;j.j, 
68, Sloane street. — Appareil pour 
mesurer l'intermittence ou les varia- 
tions rapides des courants produits 
par les machines dynamo ou magnéto- 
électriques. 

1 524. Gooke (Conrad-William) , Lon- 
dres, Victoria street 5, ]festmins~ 
ter chambers. — Galvanomètre ser- 
vant à mettre en évidence le courant 
qui traverse l'intérieur d'un élément 
pile (système Cooke). 

1525. Henley (W. T.) Londres E.C. 
Drapers Gnrdens. — Aimant. 

1526. The Scientific Toy G , Lon- 
dres, Sun Works, Kiricwood Road, 
Peckham. — BoLines, électro-aimants 
et divers autres organes pour la 
construction des appareils électri- 
ques simples. 

1527. Thomson (Sir William) Glas- 
gow University. — Boussole de 
marine perfectionnée, avec miroir 
azimutal solaire et stellaire, avec ha- 
bitacle contenant des tables de cor- 
rection pour les diverses erreurs. 

1528. Whitley (John) and G" Lon- 
dres, 7, PouUry ; et à Paris, 8, place 
Vendôme. — Pendule électrique. 

CLASSE d 3. 

APPAREILS DIVERS. 

1529. Brisht{V.B.) Londres, 45,Ger- 
rard Street. — Avertisseur d'incen- 



die employé à Londres et à Liver- 
pool. — Appareil pour désélectriser 
la laine, le crin, la soie, etc., pen- 
dant leur {Tréparation dans les ate- 
liers. 

1530. India Rubber Gutta Percha 
and Telegraph Works G% Li- 
mited, Londres, Silrertoivn. — Ap- 
pareils pour l'explosion des tor- 
pilles. — Appareils de sûreté pour 
les fenêtres. — Anémomètre de Hall 
pour les mines; indicateur du niveau 
de l'eau. 

1531. Latimer Glark Muirhead 

and G°. Londres, Regency strcel. 
Westminster {agent à Paris,}. Ayl- 
mer, 4, rue de Inaptes). — Indica- 
teur électrique de grisou (système 
Liveing). 

1532. Sabine (Robert). Londres, 
{Agent à Paris. J. Aylnier, A, rue de 
Naples). — Appareil pour démontrer 
les ondes électriques dans les câbles. 

— Appareil pour mesurer électrique- 
ment les plus petits intervalles de 
temps. — Commutateur pour 4 cir- 
cuits. 

— The Dowson Economie Gas 
Gompany Limited. Londres, o, 
Great Queen St. Westminster. — 
Appareil pour produire à bon mar- 
ché le gaz, pour les moteurs à gaz 
qui actioiment les machines dynamo- 
électriques. 

1533. The Scientific Toy G^ Lon- 
dres. Sun l^o/7i:s, Kirkwood Road. 
Peckham. — Caisses d'appareils élec- 
triques pour expériences récréa- 
tives. Jouets électriques, etc. 

1534. Webb (Browne Wolsey), Lon- 
dres N. W, 22, Harrington Square. 

— Spécimens d'un contrôleur élec- 
trique et automatique enregistrant 
chaque somme reçue par les Cais- 
siers, et prévenant toute fraude; 
Disposés pour francs et centimes, 
dollars et cents, livres sterling et 
shillings. 

1535. Ayrton (W.) and Perry (J.), 

Londres, 08, Sloane street. — Ap- 
pareil pour mesurer l'énergie daiis 
une lampe électrique ou dans un 
moteur électrique. 



(.I\A>-1>E BRETAGNE ET IRLANDE. 



m 



GROIPE V 

MÉCAMOrE GÉXÉR.\LE 

CLASSE 14. 

GÉXtlLVTELRS, MOTEURS A VAPHUR, A GAZ 
ET HYDRAL'LIQDES, ET TRA.\>MrSSIO>S AP- 
PLICABLES Allï 1>DUSTRIES KLECTRIQCES. 

1536. Ayrton W. and Perry ,1.1, 
Lonil res .ii)S , Sloone .-^trcct . — Dyiianio- 
niètre destiné à inosurer en Ibrco 
de chevanx-vapeur le travail des ma- 
chines stTvant à la production de la 
lumière électrique. 

1537. Brotherhoodi Peter) à Londres, 
{agent à Paris, H. Chapman, 10, 
rue LaffUte). — Machine à 5 cylin- 
dres commandant deux générateurs 
Gramme C. T. Machine à ô cylin- 
dres commandant un générateur 
Brush, type n" 5. Machine à 3 cylin- 
dres comuiandant deux générateurs 
Siemens, type D. 

1538. Grompton R. E. and G , 
Londres, Mansion Uouse buildings. 

— Machine à vapeur système Com- 
pound de 14 chevaux de force. 

n. G. s. 

1 540 . Ransomes ,Head & Jef f eries . 
Orwell Works Ipsicich et Londres, 
9, Gracechnrch Street. — Machine à 
vapeur mi-fixe de 10 chevaux de 
force. Cette machine est du même 
type que celle qui sert pour l'éclai- 
rage électrique sur les Thames-Em- 
barkment, à Londres. — Machine 
à vapeur verticale, type H ^6 che- 
vaux de force;, avec régulateur à 
détente automatique. Cette machine 
est du type employé sur les bateaux 
à vapeur. B. C. .s. 

1541. Robey and G°, Lincoln. — Mo- 
teurs demi-fixes etiocomobiles (systè- 
me Robey), avec régulateur équili- 
bré : un de 40 chevaux normaux ou 
de 60 chevaux effectifs ; un de 2o nor- 
maux et de 57 effectifs; un de 20 nor- 
mauxetr)Oeffectifs;unde 16 normaux 
et 24 effectifs ; un de 12 normaux et 
18 effectifs; un de la même force; 
un de 14 normaux et 21 effectifs. 

B. G. s. 

1542. Smith (FrederickJ.) à Taunton. 

— Un modèle de dynamomètre pour 
montrer et enregistrer le travail 
produit à tout instant par les machi- 
nes dynamo-électriques et par d'au- 
tres machines. 



1543. Thomson Sterne and G" Li- 
mited, Gldsffoir et Londres, 1(1. 
]'ictoria Chambres. — Moteur à gaz 
(système Clerk). Cette machine est 
particulièrement applicable à la 
commande des appareils dynamo- 
électriques, i). C. .•<. 

1544. Wallis and Steevens, Ba- 
singstokc — Nor/h Ilanls Iron Works. 

— Moteur à vapeur demi-fixe muni 
d'un régulateur d'un nouveau sys- 
tème permettant de varier et de fixer 
la vitesse à volonté pendant la marche. 

GROITE VI 

niBLIOGRAI'HIE, HISTOIRE 

CLASSE 15. 

COLLECTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oUVRAGES 
CONCERNANT LA SCIENCE ET l'iNDUSTRIE 
ÉLECTRIQUES, PLANS, CARTES, ETC., ETC. 

1545. Gassell, Petter, Galpin and 

G", Londres. E. C. « La Belle Saurage» , 
Yard, Liidgatc Ilill. — Science for ail, 
volumes I, II et III et livraisons 
mensuelles 57 à 41. S. 20. 

1546. Emmott (William Thomas), 
Manchester, 14, St. Ann s square. — 
Collection du journal Design and 
Works. S. 20. 

1547. Clark (Latimer) Londres, 6 
Westminster Chambers Victoria street. 

— Collection bibliographique d'ou- 
vrages concernant la science et l'in- 
dustrie électriques. S. 20. 

1548. Macmillan and G", Londres. 
29 et 50, Bedford street, Covent Gar- 
den. — Livrestraitant de l'électricité. 

S. 20. 

1549. Newall (B. S.) and C', Londres, 
l7jO,Strand. — Livres et brochures. 

S. 20. 

1550. Society of Telegraph Engi- 
neers and Electricians, Londres; 
secrétaire pour la France,/. Aylmer, 
4, rue de Naples, à Paris. — Cata- 
logue de livres rares traitant de l'é- 
lectricité, du magnétisme et de la té- 
légraphie qui forment la collection 
léguée à la Société par M. Bonalds. 

S. 20. 
CLASSE 16. 

COLLECTIONS RÉTROSPECTIVES d'aPPAREILS 
CONCERNANT LES ÉTUDES PRIMITIVES ET 
LES APPLICATIONS LES PLCS ANCIENNES 

DE l'Électricité. 

1551. Gooke (Conrad William). Lo«- 



108 



EXI'OSITION D'KLnCTRICITi; 



(ires, 5, Weafininster chombrra, Vic- 
toria Street. — Éclianlilloiis d'ins- 
triimonts lélégcapliiquos anciens. — 
Hélais polarisé deWIioatstone. — An- 
ciens manipnlaleurs pour signaux 
télégraphiques. — Boussole ancienne 
chinoise. — Boussole anglaise an- 
cienne. S. 18. 
1552. King's Collège (l'administra- 
lion de). Londra^. — Instruments 
ayant appartenu à feu sir Charles 
^Vheatslone et lui ayant servi dans 
ses expériences sur l'électricité. 

Le premier rhéostat de Wheats- 
tone. — Aiguille pour indiquer si 
un conducteur est au centre de son 
isolant. — Hhéostat donné par Fara- 
day à Wheatstone. — Le premier 
pont construit par ^Yheatstone. — 
Deux autres ponts plus simples que 
le précédent. 

Le premier perforateur fait par 
Wheatstone avec touches d'ivoire. 

— Un perforateur de construction 
plus récente. 

Une collection de 13 apparei s 
télégraphiques électro-magnétiques 
et à cadran, système ^Yheatstone. — 
Thermomètre électrique, boîle en 
cuivre. — Indicateur électrique d'in- 
cendie, à mercure. — Télégraphe 
imprimant une double rangée de 
points sur une bande. — Télégra- 
phe imprimant une double rangée 
de points sur une bande métallique. 

— Télégraphe à six électro-aimants 
imprimant une double rangée de 
points. — Récepteur télégraphique 
alphabétique avec cadran à mouve- 
ment rotatif. — Sonnerie d'appel. 

— Récepteur télégraphique alpha- 
béliiiue et avec aiguille, cadran 
en mica. — Récepteur alphabétique 
(caisse noire). — Clironographe com- 
plet. — Premier relais de Wheatsto- 
ne. — Relais dans une caisse. — 
Premier manipulateur à inversion de 
courant — Trois autres manipula- 
teurs. — Manipulateur inverseur à 
disposition automatique poui- faire 
des émissions 1res rapides. — Trans- 
metteur rapide de points et de traits. 

— Pi'emier miroir rotatif de Wheat- 
stone avec appareil à étincelle. — 
Transmetteur alphabétique à touches 
d'ivoire. — Récepteui- (original) du 
télégraphe Wheatstone à cinq aiguil- 



les, avec manipulateur. —Deux glo- 
bes pour pi'oduire l'éieclricité par 
frottement (frottement de la main 
siu' le globe). — Globe vertical pour 
pi'odnire l'électiicité par frottement. 

— Globe vertical pour produire l'é- 
lectricité par frottement, avec 2 frot- 
teurs et une poulie (date : 1775). 

— Deux voltamètres électriques de 
Wheatstone. — Première machine 
dynamo-électrique de Wheatstone. 

— Trois moteurs électro-magnéti- 
ques. — Phantiscope électrique. — 
Appareil télégraphique à une seule 
aiguille (date 1846). — Dessins ori- 
ginaux par Wheatstone de son projet 
de fabrication et de pose pour un 
câble sous-marin à établir entre la 
France et l'Angleterre (Douvres et 
Calais). — Vieux modèle de pont de 
Wheatstone divisé. — Elément à gaz 
de Grove. — Pile à eau. —Télégra- 
phe imprimeur. — Vieux modèle 
de ligne télégraphique souterraine 
pour chemin de fer. S. 18. 

1553. Administration des télégra- 
phes de la Grande-Bretagne 
(Post-Office), à Londres. — Appareils- 
télégraphiques d'intérêt historique : 

1. 1816. — Télégraphe électrique 
à deux cadrans de Ronalds; la lettre 
était désignée par une petite balle de 
moelle de sureau repoussée par u» 
courant provenant de la décharge 
d'une bouteille de Leyde. 

2. 1857. — ' Première ligne télé- 
graphique souterraine posée par 
Cooke et Wheatstone entre Euston et 
Camden. 

5. 1857. — Télégraphe à cinq 
aiguilles de Cooke et Wheastone,. 
connu sous le nom de « Ilatchment 
lélégraph » il a fonctionné entre 
Paddington et West Drayton. 

A. 1858. — Télégraphe à quatre ai- 
guilles de Cooke et Wheatstone fondé 
sur la suppression des lettres c. q. 
j. u. et z. peu usitées dans la langue 
anglaise (a été employé sur la ligne 
de chemin de fer de Londres à 
Blackwall,enl840). 

5. 1842. Télégraphe à deux ai- 
guilles de Cooke et Wheatstone (cet 
appareil est prêté par MM. Reid frères; 
il a fonctionné à Slough en 1842). 

6. 1850. — Appareil à deux ai- 
guilles de Cooke et Wheatstone; fa- 



( 



(IRA-NDE bUETAG.NE ET lllLA.NUE. 



loa 



brique pour le service de la Cliambre 
des coniniuues. 

7. 1802. — Forme nioderue d'uu 
appareil à deux aiguilles icoiubiué 
par .MM. Edwiu et Latimer Clark) 
doul on se sert encore sur quelques 
lignes de clieuiin de fer. 

8. 18iG. — .\ppareil à une seule 
aiguille de Cooke et Wheatstone. 

9. 1869. — Paonne moderne d'un 
appareil à simple aiguille fonction- 
nant avec l'alphabet Morse de la 
confédération germanique. 

10. J845. — Télégraphe de Bain ; 
l'alphabet est fourni par le mou- 
vement de deux slvles. 

i 1. 1846. — Télégiaphe à feuille 
d'or de Highton. Une petite feuille 
d'or se déplace à droite ou à gau-^Iie 
suivant le sens du courant, les com- 
binaisons de ces mouvements for- 
ment l'alphabet. 

I !2. 1 848. — Télégraphe à aiguille 
de Highton, employé par « the Bri- 
tishand li-ish.MagneticTelegraphC".)) 

15. 1 85^. — .\ulre petit télégraphe 
à aiguille de Highton. 

14. 184>!. — Appareil magnéto- 
électrique de Henley à deux aiguilles 
employé pai- « the British and hish 
3Iagnetic Telegraph G"^. » 

15. 1848. — Appareil magnéto- 
électrique de Henley à une aiguille 
employé par « the British and Irish 
magnelic Telegraph G". » 

16. Séries de bobines et d'aiguilles 
employées avec l'appareil à aiguille 
de Gooke et Wheatslone. — a. 1846. 

— Forme primitive avec longues 
bobines et aiguilles à aimantées. 

— b. 1848. — Petite aiguille de 
Holmes permettant un travail beau- 
coup plus rapide. — c. 1851. — 
Aiguille de Clark. — d. 1866. — 
Aiguille induite de Varley. — e. 
Aiguille de Brittan indérnagnétisa- 
ble. — /'. Aiguille induite de Spa- 
gnoletti. 

17. 1880. — Parleur à mera- 
orane métallique destinée à con- 
vertir un télégraphe optique en un 
téléifraphe acoustique. 

18. 1878. — Cadran acoustique 
de i\eale. 

19. 1855. — Sonnerie à relais 
de Bright employée par « the British 
and Irish Magnétic Telegraph C". » 



L'alphabet est formé par les sons 
ililferents de deux timbres dont les 
maiteaux sont actionnés par des 
électro-aimants. 

!20. 1840. — Appareil alphabé- 
ticjue et à cadran de Cooke et 
Wlieatstone. 

'Jl. 1840. — Appareil différent du 
précédent par l'usage d'une aiguille. 

2-2. 1858. — Foime moderne de 
l'appareil alphabétique. 

^2ù. Collections de manipulateurs : 
a. 1852. — Manipulateur à simple 
ressort employé avec le télégraphe 
chimique de Bain. — t. 1854. — 
.Manipulateur pour envoyer un cou- 
rant renversé après chaque émission 
principale. — c. 1854. — Manipu- 
lateur à roue de Varley. — d. 1870. 
— Manipulateur de Stroh. 

24. Collection de relais : a. Re- 
lais d'Andrews (1868). — b. Relais 
de Whitehouse, (1858). — c. Relais 
horizontal de Varley (1856). — 
d. Relais de Stroh (18'70). — e. Re- 
lais à noyau de fer doux. — f. Re- 
lais vertical de Varley. — g. Relais 
duplex de Preece (1855). 

25. (1850) Télégraphe chimique 
de Bain. 

26. (1846) .Machine magnéto-élec- 
tiique « Thunder-pump ». 

27. (1846) Sonnerie d'appel à 
marteau excentrique. 

28. Divers échantillons de joints 
pour les fils de fer de ligne télégra- 
phique : 

Joint de Cooke et Wheatstone 
(1841). 

Joint de Reid (1844). 

Joint de Clark dit « Britannia 
joint. » (1851). 

29. 1845. — Modèle ancien de 
caisse de résistance pour essais 
électriques. 

50. Appareils pour signaler la 
marche des trains sur les chemins 
de fer. 

1845. — Premier modèle d'appa- 
reil pour contrôler la marche des 
trains, inventé par Cooke et ayant 
servi sur le chemin de fer de Norfolk. 

1854. — Appareil pour le « block 
System », modèle Clark, adopté par 
le chemin de fer London and North 
Western. 

1862. — Appareil à signal sema- 



ilO 



EXPOSITION D'ÉLECTRIClTli 



phoriqne do Preece, modèle adopté 
par le chemin de fer London and 
South NVestern. 

51. Collection de paratonnerres 
de divers modèles dont on s'est 
servi sur les lignes Anglaises à di- 
verses époques. 

52. Iliverses formes d'isolateurs 
emplovés sur les lignes Anglaises. 

S. -18. 

1554. Royal Institution of Gr2at 

Britain, à Londres. — Collection 

d'appareils historiques relatifs à 

l'électricité. 

Appareils originaux dont s'est 
servi Faraday pour ses expériences 
sur l'électricité. 

1 . — Aimant formé parla décharge 
électrique d'une surface de 70 pieds 
carrés (14 novembre 1870). 

2. — Appareil original avec lequel 
Faraday a obtenu la première étin- 
celle électro-magnétique. — (1851). 

5. — Appareil original de Faraday 
pour produire l'induction magnéto- 
électrique au moyen d'un aimant 
permanent. — (1851^. 



4. — Des hélices et autres acces- 
soires dont Faraday s'est servi pour 
ses expériences sur l'induction. 

5. Divers appareils dont Faraday 
se servait pour opérer la conden- 
sation et la liquéfaction des gaz. 

— (1845)._ 

6. — Tiges en verre faites par 
Faraday pour servir à ses expériences 
sur l'action des aimants sur la 
lumière polarisée. 

7. Tubes en verre construits par 
Faraday pour démontrer la nature 
magnétique ou diamagnétique des 
gaz. — 1850). 

8 . — Rectangle rotatif de Faraday 
servant à constater l'effet inducteur 
delà terre. — (1854). S. 18. 

1 555. Submarine Telegraph Com- 
pany, à Londres, 2, Throgmorton 
avenue, et à Paris, 45, rue Ùambon. 

— Echantillons du premier câble, 
sans armature, isolé de gutta-per- 
cha, posé entre Douvres et Calais 
en 4851. — Premier câble avec ar- 
mature posé entre Douvres et Os- 
tende en 1857. 



HONGRIE IROYÂUMB DE) 



GROUPE m 

ÉLECTROMÉTRIE 



CLASSE i± 



CLASSE 5. 

APPAREILS SERVAM AUX MESURES 
ÉLECTRIQUES. 

1558. D'Frôhlich (,!.), à Budapest. 
JJniversié. — Electro- dynamomè- 
tre s-phérique et asiatique. S. 20. 



!>STRCMEMS DE PRECISION, ELECTRO-AI- 
MANT ET AIMAKTS, BOUSSOLE, HORLOGE- 
RIE ÉLECTRIQUE. 

1564. Antolik (Charles), à Arad (Hon- 
grie). Diagrammes d'étincelles élec- 
triques. S. 22. 



ITALIE (ROYAUME D') 



Nota. Tous les appareils du royaume d"Ualie se trouvent dans la nef. sauf ceux delà classe Ki 
qui sont placés dans la salle 18 du musée rétrospectif. 



GROUPE 1 

PRODUCTIOiN DE L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 4. 

liLECXraCITÉ STATIQUE. 

1565. Fautrier (Pierre), ingénieur, 
Venise. — Electro-moteur du type 
Holtz avec un nouveau système pour 
la suspension des disques, construit 
en métal, ébonite et verre, avec 
deux condensateurs indépendants, 
pouvant fonctionner avec les con- 
ducteurs horizontaux, verticaux ou 
inclinés. Longueur de l'étincelle : 
m. 0,25. 

1566. Fornioni (Geiso), Milan. — 
Machine électrique à bandes de pa- 
pier. 

CLASSE 2. 

PILES ET ACCESSOIRES. 

1567. Arrighini (Ange), mécanicien. 
Milan. — Pile Greuet. 

1568. CadenazzK Anselme), fabricant 
de verreries, Mantoue. — Verres 
pour pile. 

1569. Ginori (Manufacture), Docda, 
prè.< de Florence. — Petits vases 
pour piles. 

1570. Mugna (Jean), ingénieur pro- 
fesseur de physique à l'Institut R. 
technique, Forli. — Nouvelle pile 
électrique. 

1571. Pacinotti (Antoine), proies- 
seur de physi(juc à l'Université, 
de Caçjliari . — Disques et cou- 
ples pour la production de l'élec- 
tricité par frottement moléculaire. 

1572. Ponci (Louis), professeur, di- 
recteur de l'Institut technique, à 
Cùme. — Pile électrique à colonne et 



à circulation liquide. — Couple élec- 
trique pour télégraphe et sonne- 
ries. — Pile électrique. 

1573. Riatti (Vincent), professeur à 
l'histitut R. technique, Forli. — 
Huit éléments d'une pile nouvelle à 
courant constant sans dépolarisa- 
tion. 

1574. Richard (Société céramique). 
Milan. — Petits vases pour piles. 

CLASSE ô. 

MACHINES MAGNÉTO-ÉLECTRIQUES 
ET DÏNAMO-ÉLECTRIQUES. 

1575. Arrighini (Ange), mécanicien. 
Milan. — Machine d'induction. 

1576. Donaggio, professeur (Ormis- 
da). Bénévent. — Interrupteur-régu- 
lateur électro-magnétique fonction- 
nant par l'action répulsive des pôles 
homonymes. — Le même interrup- 
teur-régulateur transformé en ma- 
chine d'induction électro- magné- 
tique avec pile au biciu'oinate. 

1577. Golfarelli (Innocent), profes- 
seur, directeur de l'établissement 
Galileo, Florence. — Machine dy- 
namo-électrique. 

1578. Pacinotti (Antoine), profes- 
seur de physique à l'Université, 
Cagliari. — Petite machine électro- 
magnétique à électro-aimant trans- 
versal en forme d'anne;m (exécutée 
en 1860, décrite et publiée en 1864). 

— Petit appareil magnéto-électrique 
à électro-aimant transversal à pelote. 

— Machine magnéto-électrique, avec 
volant électro-magnétique trans- 
versal. 



ITALIE. 

1579. Scarpa JJoseph) et Baldo 
(Léandro^i. Trevise. — Bobine d'in- 
duction modifiée. 

GROUPE II 

TRAISSMISSION PAR L'ÉLECTRICITÉ 



115 



I 



CLASSE 4. 

CABLES, FILS ET ACCESSOIRES, 
PARATONNERRES. 

ISSO.Battocchi (Jean-Baptiste), mé- 
canicien. Vérone. — Groupe de six 
pointes en cuivre pur nikeiées. — 
Barre de fer creuse en trois parties 
ayant en tout une longueur de 6 mè- 
tres. — Tourelle en tuf avec cou- 
verture en pierre. — Conducteur en 
cuivre pur à 5 fils. — Disque dé- 
chargeur en cuivre. — Isolateur en 
porcelaine avec supports en fer. — 
Tuile avec saillies pour y fixer les 
supporls des isolateurs. 

1581. Brignola (Joseph), mécanicien 
des chemins de fer romains, Naples. 
— Paratonnerre. 

1582. Gastelli (Basile), Provezzc 
[Brescia) . Interrupteur-déchargeur 
pour câbles télégraphiques : trois 
modèles divers. 

1533. Fautrier (Pierre) ingénieur, 
Venise. — Interrupteur pour les 
câbles des lignes télégraphiques 
(système Richter). — Paratonnerre 
pour poteaux télégraphiques (sys- 
tème Richter). 

1584. Ginori (Manufacture), Doccia, 
près (le Florence. — Collection d'iso- 
lateurs et d'autres objets en porce- 
laine à l'usage de la télégraphie. 

1585. Manni ( François) , Duhino {Son- 
drio). — Quatre morceaux de fil de 
fer galvanisé (n"^ 6-8-11-15) pour 
la télégrapliie, soudés par un nou- 
veau procédé. — Ce procédé de 
soudure offre l'avantage d'aug- 
menter la résistance des fils à la 
rupture en diminuant leur résis- 
tance électrique. 

1586. Richard (Société céramique), 
Milan. — Isolateurs. 



GROUPE m 

ÉLECTROMÉTRIE 
CLASSE 5. 

ArrAREILS SERVANT AUX MESURES 
ÉLECTRIQUES. 



1587. Bandieri (Joseph), prépara- 
teur mécanicien de l'Université de 
Naples. — Éleclromètre de M. le 
Prof. Palmieri. — Cet instrument 
très sensible se prête également bien 
à toutes les recherches relatives à 
l'électricité. 

1588. Golfarelli (Innocent), profes- 
seur, directeur de l'établissement 
Galileo. Florence. — Rhéostat de 
Siemens. — Électromètre de Thom- 
son. — Voltamètre de Poggendorff, 
modifié. — Galvanomètres de We- 
ber, de Magnus, de Wiedemann, et 
de Golfarelli. 

1589. Pierucci (Mariano), ingénieur 
mécanicien constructeur, Pise. — 
Interrupteur galvanique de M. lo 
Prof. Félici, destiné à fermer ou à 
interrompre un circuit électrique 
pendant un intervalle de temps très 
court, mais exactement appréciable. 
— Appareil pour la graduation du 
galvanomètre, applicable à l'ap- 
pareil de iMelloni pour la chaleur 
rayonnante, 

GROUPE IV 

APPLICmONS DE L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 6. 

TÉLÉGRAPHIE, SIGNAUX. 

1590. Brune (Edmond), Ferrure.— 
Appareil électro-magnétique de son 
invention, applicable aux sonneries 
et au service télégraphique (avec 
dessin), 

1591. Cardarelli (Fidèle), ingénieur 
de l'administration des télégraphes 
de l'État. Florence. — Manipulateur 
spécial pour les câbles sous-marins 
et pour les lignes télégraphiques 
aériennes. — Table pour faciliter 
le calcul de quelques formules 
électriques. 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



1592. Caselli (Jean), professeur à 
Sienne. — Nouveau paiilélégraphe 
Caselli. 

1593. Castelli (Basile), Provezze 
[Brescia). — Manipulateur spécial, 
système Castelli, pour la transmis- 
sion télégraphique simultanée, en 
sens contraire, sur un seul fil. — 
Manipulateur neutralisateur. 

1594. Gerosa (Edouard et Emile), 
Milan. — Groupe complet d'appa- 
reils télégraphiques employés par 
l'administration italienne des télé- 
graphes. — Id. id. : employés par 
l'administration française. 

1595. Golfarelli (Innocent), profes- 
seur, directeur de l'établissement 
Galileo. Florence. — Appareil Morse 

avec accessoires. — Déchargeur té- 
légraphique Golfarelli. — Trans- 
metteur télégraphique Castelli. — 
Deux grands appareils télégraphi- 
ques automatiques imprimeurs de 
M. Roos. (Voir ces appareils dans le 
matériel exposé par la direction des 
télégraphes français.) 

1596. Siccardi (comte Emile), Tu- 
j-in, — Nouveau manipulateur semi- 
automatique pour employer l'appa- 
reil Morse dans la télégraphie. -— 
Nouveau manipulateur pour la té- 
légraphie sous-marine à grandes 
distances, en y employant les appa- 
reils de S. W. Thomson, le Miroir 
et le syphon-Recorder. 

1597. Somma ti di Mombello 
(Jules), employé à la Direction géné- 
rale des Télégraphes. Rome. — 
Transmetteur de décharge du sys- 
tème Morse pour câbles sous-marins 
et longues lignes aériennes. 

CLASSE 7. 

TÉLÉPHONIE, MICROPHONIE, PHOTOPHONIE. 

1598. De Rossi (Michel-Etienne), 
professeur, à Rome. — Protosismo- 
graphe, microsismographe et micro- 
phone sismique. 

1599. Fautrier (Pierre), ingénieur, 
à Venise. — Nouveau système de télé- 
phone. 

1600. Fornioni(Celse), à Milan. — 
Photo-ttilégraphc. 

1601. Goïran (A.), professeur de 



physique au lycée royal de Vérone. 
— Microsismographe à indications 
continues. 

1602. Marcucci (Dominique), à Li- 
vourne. — Couple téléphonique 
avec avertisseur à sonnerie, fonc- 
tionnant à l'aide des courants in- 
duits par l'aimant même du télé- 
phone. 

1603. Mugna (Jean), ingénieur, pro- 
fesseur de physique à l'Institut R. 
Technique, à Forli. — Appareil mi- 
crophonique pour étudier et prévoir 
les tremblements de terre. 

1604. Nigra (Joseph), à Turin.— 
Nouveau téléphone Nigra, fonction- 
nant sans pile, avec plusieurs appli- 
cations. 

1605. Racagni (Charles-Félix), colo- 
nel et Guglielmini (Emile- Antoine), 
Vérone. — Télégraphe, téléphone de 
campagne et application du télé- 
phone à la télégraphie. 

CLASSE 8. 

LUMIÈRE ÉLECTRIQUE. 

1606. Golfarelli (Innocent), profes- 
seur, directeur de l'établissement 
Galileo, à Florence. — Trois modè- 
les de lampe électrique. 

1607. Turchini (Raphaël), à Flo- 
rence. — Appareil régulateur pour 
la lumière électrique. 

CLASSE 10. 

ÉLECTRICITÉ MÉDICALE. 

1608. Arrighini (Ange), mécani- 
cien, à Milan. — Pile électrique à 
courant continu pour l'électricité 
médicale. 

1609. Barzanô (Louis), chirurgien, 
inventeur, et Baldinelli (Ferdi- 
nand), constructeur, à Milan. — Bat- 
terie galvanique. 

1610. Caselli (Azzio), professeur, à 
Reggio [Emilia). — Trachéotome gal- 
vano-caustique. 

1611. De Renzi (Henri), professeur, 
à Gènes. — Tableaux graphiques re 
latifs à l'application de l'électrothé- 
rapie au traitement de la fièvre pa- 
ludéenne. 

1612. Labus (Charles), médecin, 



J 



inventeur, et Baldinelli (Ferdi- 
nand), constructeur, à Milan. — • 
Mannequin pour les exercitations 
laryngoscopiques. 

1613. Mucci (Dominique), médecinà 
Corteinaggiore (Plaisance). — Étui 
en peau contenant un appareil gal- 
vano-caustique. — Voltamètre mé- 
dical. — Planche représentant des 
varices guéries par l'électricité. 

1614. Rossetti (François), directeur 
de l'Institut de physique de .l'Uni- 
versité Royale de Padoue. — Cou- 
ples thermo-électriques pour la 
détermination de la température 
superficielle des différentes parties 
d'un corps (à l'usage des médecins 
et des physiologistes). [18G7]. 

1615. Schivardi (Plinius), médecin, 
inventeur, et Baldinelli (Ferdi- 
nand), constructeur, à Milan. — 
Grand appareil Volta-Faradique. — 
Galvanomètre type. 

CLASSE 11. 

ÉLECTRO-CUIHIE. 

1616. Antonini (Daniel-Ange), Bo- 
logne. — Ueproductions galvano- 
plastiques en cuivre. — Sainte-Cé- 
cile ; has-relief d'après Donatello. — 
Antinous; buste antique. 

16 17. Etablissement de TEtatpour 
la fabrication des cartes-valeurs, 
Turin. — Reproduction en cuivre 
(galvanoplastie) du diplôme de pré- 
sident honoraire, présenté par le 
club Alpin italien à S. M. Victor 
Emmanuel 11. 

Reproduction en cuivre (galvanoplastie) 
du diplôme présenté par le club 
Alpin, italien à S. M. llumbert I". 

1618. Institut Royal topogra- 
phique militaire, Florence. — 
Relief du mont Etna en galvanoplas- 
tie. — Relief du mont Vésuve en gal- 
vanoplastie. — Huit gravures photo- 
graphiques sur cuivre de planches 
topographiques. — Deux gravures 
photographiques de reproductions 
artistiques. 

1619. Joli (Benoit), Rome.— Repro- 
duction en galvanoplastie de mé- 
dailles antiques. 

1620.Movio (Latino), Milan: l". Pot 



1T.\LIE it5 

à l'eau avec cuvette et autres 
objets en fer ciselé. — 2. Poinçon 
on acier obtenu par la galvanoplas- 
tie. 

CLASSE 12. 

INSTRUMENTS DE PRÉCISION, ÉLECTRO-AlMAiMS 
ET AIMA-NTS, BOUSSOLE, HORLOGERIE ÉLEC- 
TRIQUE. 

1621. Gavignato (Joseph), mécani- 
cien de l'observatoire astronomique. 
Padoue. — Chronographe électriqu*' 
de Fuess, de Rorlin, inodifié par 
l'exposant, de façon à recevoir tiois 
séries de signaux indépendants au 
lieu de deux, avec addition d'une 
troisième pointe écrivante. 

1622. Gecchi (le père Philippe), di 
recteur de l'observatoire Ximenien. 
Florence. — Electro-aimant recti- 
ligne ayant deux grosses masses 
polaires et une seule bobine entre 
ces masses. Le contact est applique 
parallèlement à l'axe de l'électro- 
aimant. — Système électro-magné- 
tique Cecchi avec électro-aimant cy- 
lindrique, pouvant tourner libre- 
ment dans sa bobine, et fonctionnant 
comme contact. 

1623. Erede (Joseph), professeur di- 
recteur de l'Institut technique 
à Florence. — Théodolite avec 
application de l'électricité pour 
enregistrer les angles. 

1624. Ganelli (Ernest), Crémone. — 
Montre à contact électrique. — Pen- 
dule avec réveil à contact électrique. 
— Pendule avec réveil électrique. 

1625. Gerosa (Edouard et Emile), 
Milan. — Horloges électriques et 
appareils divers. 

1626. Golfarelli (Innocent), profes- 
seur directeur de l'établissement 
Galileo, Florence. — Chronoscope 
de Hipp et Wheatstone. — Horloge 
électrique sans engrenages. 

1627. Suter (Jacques), Catane. — 
Horloge régulateur de précision à 
moteur électrique avec compteur 
électrique. 

CLASSE 13. 

APPAREILS DIVERS. 

1628. Cabinet de physique de 
l'Université de Naples. — Bato- 



116 



EXPOSITION D'ELECTRICITE. 



rhéomètre du profosseiir Julien 
Giordano, ou Sphéronièti e à contact 
électrique pour mesurer les pe- 
tites épaisseurs. — Explorateur ther- 
mo-électrique pour l'étude de la 
conductibilité tliermique des corps 
cristallisés. 

1629. Cabinet de physique de 
l'Université de Turin. — Quel- 
(|ues instruments qui ont servi à 
des recherches électrostatiques de 
M. le professeur Govi. — Conducteur 
cylindrique vertical isolé en trois 
parties, dont on peut enlever celle 
du milieu, pour démontrer toutes 
les propositions relatives à l'induc- 
tion électrostatique. — Deux électro- 
scopes destinés à montrer la distri- 
l)ution de l'action électrique dans 
les bons et dans les mauvais con- 
ducteurs. — Bouteilles de Leyde à col 
capillaire pour étudier le change- 
ment de niveau des liquides con- 
tenus dans ces bouteilles quand on 
les charge. 

1630. Golfarelli (Innocent), profes- 
seur, directeur de l'établissement 
(jalileo, Florence. — Grand hydro- 
métrographe Golfarelli. — Machine 
sténographique Lamonica. 

1631. Manuelli (Jacques), professeur 
de physique au Lycée et à l'Institut 
technique de Reggio (Emilia). — Con- 
trôleur électrique indiquant le mo- 
ment précis de l'accomplissement 
d'un certain travail; l'enregistre- 
ment a lieu par un nouveau procédé 
électro-magnétique, sans y employer 
de papier. 

1532. Rossetti (François), directeur 
de l'Institut de physique de l'Uni- 
versité Royale de Padoue. — Appa- 
reil Rossetti pour obtenir les images 
électriques lumineuses au moyen 
des décharges de la machine de 
Ilollz ou des bobines de Ruhni- 
korff (1872). — Appareils qui ont 
servi à M. Rossetti pour déterminer 
la quantité de travail utilisé par les 
électro-moteurs de lloltz et pour 
établir les lois des coiu'ants qu'ils 
produisent (1874). 



GROCPE VI 

BIBLIUGri.VPHlE, HISTOIRE 

CLASSE 15. 

COLLF.CTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oUVRAGES 
CONCERNANT LA SCV'^'yCE ET l'iNDUSTRIE 
ÉLECTRIQUES, PLANS, CARTES, ETC. 

Il sera publié à part un Catalogue de 
la collection bibliographique exposée 
par l'Italie. 

CLASSE IG. 
Collections rétrospectives d'appareils 
concernant les études primitives et 

les applications les PLUS ANCIENNES DE 

l'Électricité. 

1633. Cabinet de physique du 
Musée de Florence.^ instruments 
de Nobili. — (a). Plaques co- 
lorées par les procédés de la 
métallochromie. — Appareil d'im- 
mersion. — Appareil pour les cou- 
rants croisés. — Rosace colorée sur 
plaque métallique. — (6). Thermo- 
électricité. — Pile à couronne, 
pile en boite, pile à lunette, pile 
à miroir, pile à rayons, pile pour 
thermoscope, pile linéaire avec 
mouvement micromètrique. — (c). 
Electro-magnétisme, globe électro- 
magnétique. — {(l). Induction. — 
Appareil à l'aide duquel a été obte- 
nue la première étincelle. — Elec- 
tro-aimants à double effet. 

1634. Cabinet des anciens instru- 
ments d'astronomie et de physi- 
que du musée de Florence. — Ins- 
truments de Galilée et de l'Académie 
du Cimente. — Pierre d'aimant armée 
par Galilée en 1607. — Pierre d'ai- 
mant de l'Académie du Cimento. — 
Instruments de Xobili. — Galvano- 
mètre comparable. — Magnétoscope 
à deux aiguilles asiatiques. — Le 
premier galvanomètre à aiguilles 
asiatiques présenté par Nobili à la 
Société italienne en 1826. — Appareil 
pour montrer la répulsion qu'exer- 
cent les unes sur les autres les 
parties successives d'un même cou- 
rant. — Echelle chromatique obte- 
nue par les procédés de la métallo- 
chromie. — Pile thermo-électrique 



zinc-cuivre. — Xouf tubes de diffé- 
rentes substances pour en étudier 
l'iniluence sur l'aimantation galva- 
nique du fer doux. — Photogra- 
phies. — Machine électrique à 
cylindre de velours. — Gros aimant 
naturel armé, du poids de 2000 
kilogr. environ. — Autre aimant 
de forme sphérique du poids de 
651 kil. 

1635. Cabinet de physique de 
l'Université de Gêuea. — .Appareils 
du professeur M. A. Bancalari, pour 
les expériences sur le diamagné- 
tisme des gaz. 

1636. Institut de Milan. — Repro- 
ductions photographiques des in- 
struments qui ont servi aux re- 
cherches de Yolta sur l'électricité, 
disposés suivant l'ordre chronolo- 
gique des recherches pour les- 
quelles ils ont été employés. — 
Machine électrique montée sur djes 
supports en bois grillé ou roussi 
(1771). — Machine électrique de 
>'airne avec conducteurs de petit 
diamètre d'après les idées de Volta 
(1778). — Deux batteries de Leyde, 
dont les jarres ont les parois très 
minces. — Bouteilles de Leyde de 
poche d'après Cavallo. — Deux au- 
tres batteries à parois très minces 
dont l'une de 16 jarres, l'autre de 
12, plus petites. — Jarre dont l'ar- 
mure extérieure est eu plusieurs 
parties séparées. Le conducteur de 
l'armure intérieure se termine en 
plateau. — Jarres dont les armures 
extérieures et intérieures se compo- 
sent de parties de diverses gran- 
deurs, les extérieures isolées, les in- 
térieures communiquant entre elles. 

— Cylindre en verre couvert de cire 
à cacheter sur la moitié de sa lon- 
gueur, et muni de bouts en cuivre. 

— Electrophore avec gâteau de cire 
à cacheter fort mince (1775). — 
Electrophore dont le gâteau est fait 
avec trois parties de térébenthine, 
deux de colophane et une de cire, 
avec un peu de minium (1775). — 
Electrophore portatif dont l'étui 
contient de petites bouteilles de 
Leyde que l'on peut charger avec 
l'électrophore. — Pistolets de Volta. 
Celui en cuivre est de la première 



ITALIE. H7 

forme, l'autre, en verre, de la der- 
nière (1776). — Lampe à hydrogène 
qu'on allume avec l'électrophore 
(1777). — Eudiomètre (1777). — 
Appareil destiné à l'étude des atmo- 
sphères électriques. — Système isolé 
de conducteurs et de demi-conduc- 
teurs pour y étudier la distribution 
de l'électricité. — Appareils pour 
l'élude de la capacité des conduc- 
teurs. — Instruments pour étudier 
la loi suivant laquelle les actions 
électriques varient avec la distance. 

— Condensateurs dont les disques 
ont été vernis avec différentes sub- 
stances (1780-1781). — Condensa- 
teur destiné à la démonstration de 
l'électricité développée par l'èvapo- 
ration. — Electrométres de Henley, 
de Bennet et de Cavallo rendue 
comparables. — Appareil ayant 
servi à Volta pour recueillir et ren- 
dre sensibles les moindres traces 
d'électricité. — Wicro-électroscope 
(1780). — Electromètre à pailles 
(1786). — Verre ayant servi à Volta 
pour obtenir l'électricité développée 
par les actions chimiques. — .Spin- 
téromètre ayant ?ervi à rendre 
comparables' les électromètres. — 
Electromètre atmosphérique porta- 
tif. — Balance électrique pour l'é- 
tude de la variation des actions 
électriques avec la distance. — 
Mortier électrique en cire, modelé 
par Volta lui-même. — Appareil pour 
expliquer la formation de la grêle. 

— Accessoires pour obtenir la lu- 
mJère électrique dans le vide. — 
Dévidoir électrique pour montrer 
que la tension diminue quand la sur- 
face libre des corps électrisés s'ac- 
croît et vice versa. — Couples de 
substances hétérogènes ayant servi 
aux premières recherches relatives 
à la cause des phénomènes galvani- 
ques (1791). — Electromètre con- 
densateur que Volta employa pour 
démontrer que le contact des con- 
ducteurs hétérogènes donne nais- 
sance à de l'électricité. — Disques 
de cuivre et de zinc avec manches 
isolants pour étudier l'électrisation 
par le contact. — Lames de même 
nature destinées aux études ana- 
logues sur la grenouille. — Lames 
hétérogènes pour prouver leur effi- 



118 



EXPOSITION D'ELECTRICITE. 



(^cité dans la production dos con- 
tractions musculaires. — Doubles 
couples électriques se neutralisant 
réciproquement. — Doubles couples 
électriques dont les actions s'a- 
joutent. — Cuve à mercure pour 
obtenir les contractions de la gre- 
nouille avec un seul métal. — Pile 
à colonne de 100 couples zinc-cuivre, 
enfermée daiTs un étui (1799). — 
Pile à couronne (1800). — Deux 
piles à colonne de 100 couples cha- 
cune enfermées dans deux étuis. — 
Pile à auges en verre. — Petite pile 
à auges avec deux tubes recourbés 
pour analyses chimiques. — Pile à 
chapelet (de Volta). — Petite pile à 
un seul métal et deux liquides. — 
Petits plateaux en os qui ont servi à 
la construction d'une pile à trois li- 
quides (1804). — Pile à colonne de 
40 couples zinc-cuivre séparés par 
des rondelles de papier trempées 
dans du miel. — Emporte-pièces 
ayant servi à Volta pour découper 
les disques de papier, de drap, etc. 
pour ses piles. — Restes de piles à 
colonne, de piles à auges, et de piles 
à couronne, etc. — Restes de piles 
composées de substances organi- 
ques animales et végétales. — Pile 
secondaire de Piitter formée de pla- 
ques d'un seul métal plongées dans 
une solution saline. — Appareil 
destiné à démontrer le développe- 
ment de l'électricité par le contact 
d'un acide et d'un alcali. — Appa- 
reil ayant pour objet de montrer la 
décomposition du sel dans l'eau qui 
n'en contient que des traces. — 
Appareil qui a servi à Volta pour 
répéter l'expéiience de la décompo- 
sition de l'eau, découverte par Ni- 
cholson (1800). — Récipients pour la 
décomposition des liquides. — Deux 
tubes courbés pour soumettre à l'ac- 
tion du courant deux solutions dif- 
féientes. — Essais de piles sèches 
exécutés par Volta avant Hachette, 
de Luc et Zamboni. — Autre» essais 
de piles sèches, disques de papier 
couvert d'étain d'un côté et de cui- 
vre de l'autre. — Petit mortier que 
Volta employait pour pulvériser le 
charbon destiné à la préparation de 
ses piles sèches. — Autres ustensi- 
les, outils et menus objets ayant 



servi à Volta dans ses recherches 
sur l'électricité. 

1637. Cabinet de Physique de 
rUniversiié deModène. — Anciens 
appareils électriques du professeur 
Etienne Marianini ; — Galvanomètre 
à fds croisés. — Appareil pouvant 
servir comme magnétomètre ou 
comme rhéélectrométre. — Six pe- 
tits cylindres d'acier. — Note auto- 
graphe d'Etienne Marianini. — Six 
essais d'électro-métallochromie. — 
Quelques essais d'électrographie. — 
Petite batterie de Leyde. — Petit 
électrométre condensateur. 

1638. Cabinet de Physique de 
l'Université de Pise. — Appareil de 
Matteucci pour déterminer les lignes 
de niveau électrique sur un disque 
conducteur qui tourne en présence 
d'un aimant. 

1639. Cabinet de Physique de M 
l'Université de Turin. — Moteur M 
électro-magnétique de Botlo. — Ma- ^ 
chine électro-magnétique de Botto. — 

Pile thermo-électrique de 120 couples 
(fer-platine) du même, ayant servi à 
la décomposition de l'eau en 1852. 

1640. Institut de Physique de 
rUniversité de Padoiie. — Instru- 
ments de Salvatore dal Negro(1768- 
1839j. Bélier électro-magnétique. — 
Moteur électro-magnétique à pen- 
dule. — Electrométre. — Instruments 
d'Antoine Magrini. Appareil télé- il 
graphique construit en 4857. -1 

1641. Cabinet de Physique de l'U- 
niversité de Pavie. — Instruments 
de Joseph Belli (1791-4860). Du- 
plicateur électrique à induction. — 
Appareil pour l'étude de la force 
électromotrice de contact. — Ins- 
truments d'Alexandre Volta (1745- 
1827). Spintéromètre. — Electro- 
mètre à cadran et électromètres à 
pailles de diverses sensibilités. — 
Electrophore- condensateur à dis- 
ques de bois, de soie, de marbre et j 
de différents métaux. — Appareil m 
pour la réciprocité de l'induction 1 
électrique. — Pistolet. — Eudio- 
mètre. — Appareil pour l'électricité 
atmosphérique. — Disques de dif- 



ITALIE. 



119 



férents métaux. — Pile àcouroiiue. 

— Pile à colonne. 

1642. Cabinet de Physique du Ly- 
cée de Véro)ie. — Instruments de 
Joseph Zamboni (1776-18-iG). — 
Plusieurs modèles de piles sèches. 

— Petite pile sèche dans son étui, 
portant la date du 15 juillet 1812. 

— Un appareil mis en mouvement 
par des piles sèches. Zamboni avait 
donné le nom de Mouvement perpé- 
tuelà cet instrument, dont il croyait 
la force motrice indétinie, mais 
il ne tarda pas à reconnaître que la 
pile sèche finissait par s'épuiser, 
comme toutes les autres piles, dont 
elle ne diffère que par le peu d'hu- 
midité qu'elle contient. — Tous ces 
instruments ont été construits par 
Zamboni lui-même, f ,:>^i* '• •'^ 

Î643~Lycée Spallanzani de Reg- 
gio {Emiliaj. — Instruments de No- 
bili. — Le premier Aimant étince- 
lant construit par Nobili. — Petit 
nécessaire de Nobili pour les expé- 
riences électro-dynamiques. — Gal- 
vanomètres simples construits par 
Nobili. — Appareil ayant servi à la 
production des premiers essais de 
métallochromie. — Deux plaques 
métalliques colorées par les procé- 
dés métallochromiques. — Plusieurs 
piles thermo-électriques, avec les 
premiers couples d'essai. — Grande 



pile thermo-électrique montée, avec 
miroir condenseur. 

1644. Cabinet de Physique du Ly- 
cée Volta de Come. — Instruments 
ayant appartenu et servi à Alexandre 
Volta (1745-1827). — Pile à cou- 
ronne composée de 12 petits verres 
et de deux autres plus grands, con- 
tenus dans une boîte. — Douze pla- 
ques rectangulaires en zinc et au- 
tant en cuivre (15'"'" sur 40'"'") pour 
la pile à couronne. — Eleclrophore. 
— Condensateur. — Pistolet de 
Volta, tout en verre. — Briquet à 
gaz hydrogène, qui s'allume à l'aide 
d'une étincelle électrique. — Eu- 
diomètre en cristal avec pied en 
cuivre. — Electromètre à brins de 
paille. — Pile à colonne de 73 cou- 
ples (diamètre 30'"'") sur un pied en 
bois avec quatre tiges métalliques 
vernies. — Douze plaques circu- 
laires bi-métalliques. — Plaques 
carrées bi-métalliques. 

1645. Institut de Physique de l'U- 
niversité Royale de Padoue. — 
Boussole à cadran appartenant à 
l'Institut de physique de l'Université 
Royale de Padoue. Elle porte la date 
de 1 597et a servi, peut-être, à Galilée, 
qui donna des leçons à l'Université 
de Padoue de 1592 à 1610.— Ancien 
aimant naturel armé ayant proba- 
blement appartenu à Galilée. 



JAPON (EMPIRE DU) 



GROUPE I 

rRODUCTION DE L'ÉLECTRICITÉ 

CLASSE 2 

PILES ET ACCESSOIRES. 

1G46. Ministère des Travaux pu- 
bUies, affkninistration des télé- 
graphes, à Tokio. — Vases de 
porcelaine. — Vases poreux. — 
Vases carrés et circulaires d'étoffe 
laquée. N. 



GROUPE II 

TRANSMISSION^ PAR L'ÉLECTRICITÉ 



CABLES, PILES 



CLASSE 4 

ET ACCESSOIRES. 
NERRES. 



I 



1G47. Ministère des Travaux pu- 
blics, administration des télé- 
graphes, à Tokio. — Isolateurs 
avec tige et écrou. — Isolateurs à 
entrave sans fers. N. 



NORVÈGE (ROYAUME DE) 

SOlk. — Toute rexposition du royaume do Norvège se trouve au rez-de-cliaussée du palais 



GROUPE II 

TRANSMISSION PAR LÉLECTRICITÉ 



CLASSE 4. 

CABLES. FII.S ET ACCESSOIRES. PABATO.V 

NERRES. 

1648. Le Directeur en chef des 
télégraphes de Norvège, Chris- 
tiania. — Ligaluros pour raccorder 
les câbles sous-raarins et les lignes 
terrestres. — Tuyaux de fonte pour 
proléger les câbles au point d'atter- 
rissage. — Coupe d'un poteau per- 
foré par le pic noir et vert. 

GROUPE IV 

APPLICATIONS DE L'ÉLECTRICITÉ. 



CLASSE 6. 

TÉLÉGRAPHIE, SIGNAUX. 

1649.01sen(ChristianHolbergGran), 
Christiania, Bogstadveien, n° 57. — 
Appareils télégraphiques imprimant 
automatiquement. — Perforateur. 
— Appareils Duplex. 

CLASSE 7. 

TÉLÉPHO.ME, WICROPHOME, PHOTOPHONIE. 

1650. Lysgârd (Anna Louise Keil- 
hau), employée de télégraphe. Bor- 
ôen. — Appareil automatique trans- 
lateur pour lignes téléphoniques. 

1651. Ottesen (Hans Realf), Brijn, 
prés de Christiania. — Téléphones. 



CLASSE 10. 

ÉLECTRICITÉ MÉDICALE. 

1652.Steger (A.), opticien et méca- 
nicien, Kirkegaden, Christiania. — 
Appareils électriques. 

CLASSE 11. 

ÉLECTRO-CHIMIE. 

1653. Petersen (P.), chef de la sec- 
tion de photographie et de galvano- 
plastie de l'institut topographique, 
Christiania. — Reproductions gal- 
vanoplastiques. 

1654. Tostrup(J.), Christiania — 
Reproductions galvanoplastiques en 
cuivre et en argent. 

CLASSE 12. 

INSTRUMENTS DE PRÉCISION, ÉLECTRO-AI- 
MANTS ET AIMANTS, BOUSSOLES, HORLO- 
GERIE ÉLECTRIQUE. 

1655. Bjerknes (D' C. A.), profes- 
seur à l'Université de Christiania, 
Christiania, ISordahl Bruns Gade, 
71° 5. — Appareils servant à démon- 
trer des phénomènes fondamentairx 
d'électricité et de magnétisme par 
leurs analogues en hydrodynamique. 

1656. Godager (Hans), opticien et 
mécanicien, Throndhjem, Nordre 
Gade, 2. — Collection de boussoles 
maritimes. 

1657. Le Ministère de la marine 
de Norvège, Christiania. — Bous- 
soles (Admiralty standard compass) ; 
grande boussole pour les monitors; 
boussole ordinaire; boussole à li- 



122 



EXPOSITION D'ELECTRICITE. 



quide; boussole à liquide pour ca- 
nots (nouveau système). 

1658. Pihl (Oleuf. A. L.) , Christiania. 
— Appareil pour déterminer l'at- 
traction entre deux corps magné- 
tiques à courte distance. 

CLASSE 15. 

APPAREILS DIVERS. 

1659. Le Ministère de la marine 

de Norvège, Christiania. — Ap- 
pareils pour torpilles électriques et 
électro-automatiques : Table de ma- 
nipulation, modèle Silwertown, mo- 
difiée, avec indicateurs pour sept 
torpilles électro-automatiques; télé- 
mètre électrique de Siemens etllalske 
avec appareils viseurs pour deux 
postes extérieurs; appareil pour l'in- 
flammation de torpilles électriques; 
appareils télégraphiques Morse, fa- 
briqués par Erikson à Stockholm; 
téléphones de Siemens et Ilalske; 
coffre d'outils pour les postes et 
pour les embarcations porte -tor- 
pilles. 

GROUPE VI 

BIBLIOGRAPHIE, HISTOIRE 



CLASSE 15. 

COLLECTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oUVRAGES 
CONCERNA.^' LA SCIENCE ET l'iNDUSTRIE 
ÉLECTRIQUES, PLANS, CARTES, ETC., ETC. 

1660. Andersen (0. M.), ingénieur 
en chef de la ville de Christiania, 
Christiania. — Carte du réseau té- 
légraphique et téléphonique de la 
ville de Christiania pour le service 
de l'administration télégraphique de 
l'Etat, de la police et de la surveil- 
lance contre les incendies. 

1661. Bibliothèque de l'Université 
de Christiania, Christiania. — 
Arndtsen (A.) : Jagttagelser over den 
magneliske Krafts Retning og Styrke 
paa en Reise langs Norges Kyster fra 
Christianssand til Varangerfjorden, 
se trouvant en « Forhandiinger i Vi- 
denskabsselskabet », 1862, pag. 15- 
25. — Magnetische Untersuchungen 
angestellt mit dem Diamagnetometer 
des Hrn Prof. Weber, se trouvant en 
« Annalen der Physik und Chcmie 



vonJ.C. Poggendorff )),1858,vol.l4, 
pag. 587-611. — Elektrothérapi, 
Christiania, 1872. — Optegnelser, ,w 
vedkommende Elektrothérapien. — J 
Physik, Christiania, 1853. — Ueber * 
den galvanischen Leitungswieder- 
stand der Metalle bei verschiedenen 
Temperaturen, se trouvant en « An- 
nalen der Physik und Chemie von 
J. C. Poggendorff, 1858, vol. 14, 
pag. 1-58. — Ueber den Leitungs- 
wiederstand des Nickels, se trouvant 
en « Annalen der Physik und Chemie 
vonJ. C. Poggendorff )), 1858, vol. 15, 
pag. 148-155. — Christie (II) : Lœre- 
bog i Physik. — « Nogle diamagne- 
tiske Forsôg », se trouvant en « Nyt j 
Magasin for Naturvidenskaberne », 1 
10, pag. 159-191. — Einige dia- 1 
magnetiske Yersuche, se trouvant I 
en « Annalen der Physik und Chemie " 
von J. C. Poggendorff », 1858, vol. 13, 
pag. 577-612. — Getz (K) : Magne- 
tiske Jagttagelser i Sommeren 1870, 
Christiania, 1871. — Hansteen (Chr) : 
Das magnetiske System der Erde. 
— Den magnetiske Inclinations For- 
andring i den nordlige tempererte 
Zone; Kjôbenhavn, 1855. — "Den 
magnetiske Inclinations Forandrin- 
ger i den nordlige og sydlige Halv- 
kugle. Kjôbenhavn, 1857. — 1° En 
daglig og aarlig Période i den ma- 
gnetiske Krafts Retning og Styrke, 
udledet af Jagttagelser paa Christia- 
nias Observatorium. — 2"Lufttrykket 
ved Havets Overflade. — Untersu- 
chungen liber den Magnetismus der 
Erde, Christiania, 1819. — Magne- 
tiske Jagttagelser af Hansteen, Se- 
gelcke, Keilhau og Boeck m. pi. 
berei*nede og meddelte af Chr. Han- 
steen, se trouvant en « Magasin for 
Naturvidenskaberne, 9, pag. 54. — 
Observations de l'inclinaison magné- 
tique, faites pendant les années 1855 
à 1864 à l'Observatoire de Christia- 
nia. — Om de magnetiske Krœfters 
Styrke og Retning i Christiania og 
disse Elemenlers Forandringer i de 
sidste 40 til 100 aar,se trouvant en 
« Forhandiinger i Videnskabssel- 
skabet », 1863, pag. 157-418.— Ora 

en periodisk Forandring af H ^ aar 

i den horizontale Del af den magne- 
tiske Intonsitet, i hvilken Epocherne 



NORVÈGE- 



125 



for Maximum af Inteiisiteten faldt 
sammen med Epocherne for Mini- 
mum af Inclinationen og af Solplet- 
torne, se trouvant en « Forhandlin- 
ger i Videuskabsselskabot », 1859, 
pag. 108-114. — Om Jordmagnetis- 
mens Periodicitet. se trouvant en 
« Forhandlinger i Vidonskabssel- 
skabet », 1858, pag. 210-^211. — 
Resultate magnetischer, astronomis- 
cher und méféorologischer Beobach- 
tungen auf einer Reise nach dem 
ôstlichen Sibirien in den Jahren, 
1828-50, Christiania, 1865. = 
Henriohsen (S.) : Om Svovlsyrens 
galvaniske Ledningsevne og demies 
Afhœngighed af Temporaturen, se 
trouvant en « Forhandlinger i Yi- 
denskabsselskabet », 1878, n" 15. 

— Langberg (Chr.) : Jagttagelser 
ovor den raagnetiske Intensitet paa 
forskjellige Steder af Europa, se 
trouvant en « \yt Magasin for Natur- 
videnskaberne », 5 pag., 271-299. 

— Magnetiske Jagttagelser paa en 
Reise i Christianssand Stift i Som- 
meren 1848, se trouvant en « Nyt 
Magasin for Naturviden^aberne », 
%, pag. 56-87. — Lund : Anvisning 
til at forfœrdige og opstille den 
Tholardske Lyn-og Hagelafleder, se 
trouvant en « Magasin for Naturvi- 
denskaberne », 9, pag. 156-154. — 
Lund (G.) : Den elektriske Telegraph 
isœr med Hensyntildens Anvendelse 
for Krigsbrug, Christiania, 1874. — 
Maschraann : Galvaniske Forsôg og 
deraf dragende Slutninger, se trou- 
vant en « Magasin for Naturviden- 
skaberne, 2, pag. 56-54. — Mohn : 
Om den magnetiske Déclination i 



Christiania fra 1842-1862, se trou- 
vant en « Forhandlinger i Videns- 
kabsselskabet », 1805, pag. 67-79. 
— Pihl (0.) : On Magnets. Chris- 
tiania, 1878. — Schiotz (0. E.) : 
Lœrebog i Physik. — Sinding 
(E. A. H.) : Magnetiske Undersôgel- 
ser foretagne i 1868, Christiania, 
1870. 

1662. Le directeur en chef des té- 
légraphes de l'Etat de Norvège, 
Christiania. — Carte du réseau télé- 
graphique de Norwège. 

1663. Hansen(D.), ingénieur en chef 
de la ville de Bergen, Bergen « Ho- 
vedbrandstationen ». — Carte des 
lignes télégraphiques et télépho- 
niques de Bergen, 1881. 

1664. Mohn (H.), professeur à l'Uni- 
versité de Christiania, Christiania, 
Nordahl Bruuns Gade, 8. — Carte 
des églises foudroyées en Norvège. 

1665. Schôyen (A.), directeur de 
l'Ecole polytechnique de Thrond- 
hjem, Throndhjem. — Carte des 
lignes télégraphiques et téléphoni- 
ques de Throndhjem, en 1881. 

CLASSE 16. 

COLLECTIONS RÉTROSPECTIVES d'aPPAREILS 
CO->CER>ANT LES ÉTUDES PRIMITIVES ET 
LES APPLICATIONS LES PLUS ANCIENNES 

DE l'Électricité. 

1666. Observatoire astronomique 
de Christiania, à Christiania. — 
Appareils et instruments ayant servi 
au professeur Hansteen pendant ses 
recherches et ses voyages pour l'é- 
tude du magnétisme terrestre. 



PAYS-BAS (ROYAUME DES) 



NOTA. — Toute l'exposition du royaume des Pays-Bas se trouve au rez-de-chaussée du palais. 



GROUPE m 

ÉLECTROMÉTRIE 

CLASSE 5. 

APPAREILS SERVANT AUX MESDRE8 
ÉLECTRIQUES. 

Menges (G. L. R. E.) La Haye. — 
Electro-dyuamomètre portatif pour 
la mesure des courants idtenses 
(courants de machines dynamo-élec- 
triques et magnéto-électriques) sans 
mercure ni ressort. 

GROUPE IV 

aPPLlCATlON DE l'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE G. 

TÉLÉGRAPHIE, SIGNAUX. 

1667. M. A. Mills, Amsterdam.— 

Encre télégraphique bleue et noire. 

1668.Ghristiaan Mirandolle, i^o^ 

terdam. — Matière pour conserver 
le bois. — Poteaux télégraphiques 
préparés partiellement à la créosote. 

CLASSE 7. 

TÉLÉPHONIE, MICROPHONIE, 
PHOTOPHOME, 

1669. Nicolaas van Wetteren, 

Ilaarlem. — Barreaux aimantés pour 
téléphones. 

CLASSE 8. 

LUMIÈRE ÉLECTRIQUE, 

1670. Albert Maryt, mécanicien à 



l'atelier de construction des armes 
d'artillerie, à Belft. — Régulateurs 
fonctionnant à volonté sous l'action 
de courants alternatifs ou de cou- 
rants continus, pouvant brûler plu- 
sieurs heures, propres à l'éclairage 
des phares. Lampe d'usine. 

CLASSE 12. 

INSTRUMENTS DE PRÉCISION, ÉLECTRO-AIMANTS 
ET AIMANTS, BOUSSOLES, HORLOGERIE 
ÉLECTRIQUE. 

1671. Croon et C°, Amsterdam. — 
Pendules électriques. Indicateur élec- 
trique pour ventes publiques. 

1672. D'' P.J. Kaiser, vérificateur 
des instruments nautiques de la ma- 
rine néerlandaise, à Le«V/ew. — Com- 
pas de relèvement, étalon régle- 
mentaire, avec habitacle. — Compas 
de route avec deux roses, l'une avec 
pivot ordinaire en acier, l'autre avec 
pivot globulifère en bronze d'alumi- 
nium. — Balance magnétique con- 
struite selon l'idée primitive de 
M. le prof. F. j; Stamkart. — Elec- 
tre pour aimanter les aiguilles 
d'acier des roses toutes montées. 
— Une torpille semi-sphérique 
contenant un avertisseur dyna- 
mo-électrique du D"^ P. J. Kaiser, 
indiquant l'approche d'un cuirassé. 
(Consulter la copie des rapports 
détaillés de la Commission chargée 
de l'examen de cet instrument). — 
Avertisseur dynamo- électrique sans 
torpille avec les appareils pour 
régler et vérifier l'instrument. 

1673. H. OUand, [/frec/if.— Boussole 



PAYS-BAS. 



125 



d'intensité du f>rof. F. J. Stamkart. 
Instrumont destiné à déterminer l'in- 
tensité horizontale du magnétisme 
à bord d'un vaisseau, par l'obser- 
vation de l'angle de deux aiguilles 
de boussole tournant sur pivots pla- 
cés, l'un au-dessus de l'autre. 

1674. Nicolas van Wetteren, 
Haarlem. — Aimants pour produire 
un mouvement rotatif. Aiguilles 
adoptées par la marine néerlandaise. 
Barreaux aimantés pour neutraliser 
l'effet du fer des navires sur les bous- 
soles. 

CLASSE 13. 

APPAREU.S DIVERS. 

1675. Maurice de Léon et G , 

à Rolterdam. — Jouet magnétique. 

GROLPE V 

MÉCANIQUE GÉNÉRALi: 

CLASSE 14. 

GÉ.NÉRATEURS, MOTEURS A VAPEUR, A GAZ ET 
HYDRAULIQUES, ET TRANSMISSIO.NS APPLI- 
CABLES AUX INDUSTRIES ÉLECTRIQUES. 

1676. W. H. Jacobs, ingénieur- 
constructeur, Haarlem. — Machine 
à vapeur rotative, brevetée d'une 
construction supérieure; la disposi- 
tion des guides du piston étant telle, 
que le travail de friction est réduit 
à son minimum. Les guides et le 
piston ont de grandes surfaces, pour 
éviter une usure rapide en fonction- 
nant à haute vélocité, 

GROUPE VI 

BIBLIOGRAPHIE, HISTOIRE 
CLASSE 15. 

COLLECTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oUVRAGES 
CONCERNANT LA SCIENCE ET l'iNDUSTRIE 
ÉLECTRIQUES, PLANS, CARTES, ETC., ETC. 

1677. Administration des télégra- 
phes de l'Etat des Pays-Bas, La 

Haye. — Rapport sur la situation 
des télégraphes (1877-1879), 1 vo- 
lume. — Description d'installation 
et d'appareils, 1 volume et atlas. 
— Description d'appareils et ma- 



nuels d'instruction, 6 volumes. — 
Carte du réseau télégraphique néer- 
landais 1880. 

1678. V. C. Dyckmeulen, comman- 
dant des pompiers à Amsterdam. 
— Cartes du réseau télégraphique, 
réunissant les diverses stations de 
pompiers et les sonnettes d'alarme. 

1679. Johannes Bosscha, directeur 
de l'École polytechnique, Delft. — 
Collection de mémoires de Martinus 
van Marum, contenant la desci-iption 
de la grande machine électrique du 
musée de Teyler et le rapport des 
expériences qui ont été faites avec 
cet instrument (Harlem, 1785-1795). 
Mémoire de J. U. Deiman et A. Paets 
van Trooslwijk contenant la descrip- 
tion de la machine électrique avec 
laquelle ils découvrirent la décom- 
position de l'eau par l'électricité. 
(Amsterdam, 1789). 

1680. Société néerlandaise du té- 
léphone Bell, Amsterdam. — Plan 
du réseau téléphonique à Amster- 
dam. 

1681. J.J. van Kerkwijk, mem- 
bre des états généraux, conseiller du 
Gouvernement pour la télégraphie, 
La Haye. — Histoire de la télé- 
graphie électro-magnétique dans les 
Pays-Bas, mémoire couronné, mis an 
concours par la Société baltave de 
philosophie expérimentale à Rotter- 
dam. 

1682. J. F. F. Steenbergen, libraire 
(physicien), Amsterdam. — Cinq 
livres sur l'électricité. Cuthberson, 
appareils électriques. Amsterdam, 
1784, 5 volumes. Cavallo, mémoir»'. 
sur l'électricité, Utrecht, 1780. Dei- 
man, description d'une machine 
électrique, Amsterdam, 1789, 

1683. Cabinet de physique de la 
Fondation Teyler, Haarlem. — 
Description d'une très grande ma- 
chine électrique placée dans le 
musée de Teyler, à Haarlem, et des 
expériences faites au moyen de cette 
machine, par Martinus van Marum, 
iF en philosophie et médecine. A 
Haarlem, chez Jean Enschedé et 
fils et Jean van Walré, 1785. — Suite 
des expériences faites au moyen de 
la machine électrique de Teyler par 



126 



EXl'OSlTlOiN D'ELECTRICITE. 



Marlinus van Marum, D"^ en philoso- 
phie et médecine. A llaarlem chez 
Jean Enschedé et lils et Jean van 
Wah'é, 1787. — Deuxième suite des 
expériences faites |)ar cette machine. 
A Haarlem chez Jean-Jacques Beets, 
1795. 

CLASSE i(}. 

COLLECTIONS RÉTROSPECTIVES d'aPPAREILS 

concernant les études primitives et 
les applications les plus anciennes dk 
l'Électricité. 

1684. Cabinet de physique de la 
fondation Teyler, Haarlem. — 
Grande machine électrique construite 
en 1785 et améliorée dans les an- 
nées suivantes par Cuthberson, à 
Amsterdam. Cette machine, système 
van Marum, porte deux disques pa- 
rallèles de i'",62 de diamètre. Bat- 
terie électrique de vingt-cinq bou- 
teilles présentant 12"', 6 carrés de 
surface garnie. C'est avec quatre bat- 
teries de cette surface, chargées par 
le moyen de ladite machine électrique 
que Martinus van Marum a produit 
les effets mentionnés, entre autres 
par Daguin dans son Traité de phy- 
sique, 1. 11, 1249, 52, 55 et 58, et dont 
la description détaillée se trouve dans 
les trois traités exposés dans la 
classe bibliographique. Electromètre 



ou balance électrique de Brook. Elec- 
tromètre de Ilenley. Electromètre à 
cadian. Electromètre de Lane. Ces 
quatre électromètres construits par 
Cuthberson, ont servi à Martinus 
van Marum pour mesurer la charge 
de ses conducteurs et de ses batteries. 
— Electromètre construit par Adams 
à Londres, dans lequel les deux 
systèmes, celui de Brook et de Hen- 
ley, se trouvent réunis. — Excitateur 
dont van Maium s'est servi pour étu- 
dier la trace lumineuse que le pas- 
sage de l'étincelle électrique laisse 
sur la surface de quelques sub- 
stances. Grand aimant naturel armé : 
Cet aimant qui a un volume de 20.7 
de M^ porte un poids de 85 kilo- 
grammes (poids du portant et du 
plateau 20,2 kilogrammes). — Ai- 
mant naturel armé, dont l'arma- 
ture ornée dans un style antique porte 
en caractères russes, l'inscription 
suivante : pierre pesant 12 livres, 
soulevant 1 poud 20 livres. (Le pond 
contient 40 livres et la livre russe 
équivaut à peu prés à un demi-kilo- 
gramme). — Aimant artificiel, con- 
struit en 1877 par MM. van Wetteren 
frères, à Haarlem. — Aimant composé 
de sept lamelles pesant 45,6 kilo- 
grammes et portant un poids de 285 
kilogrammes (poids du portant et du 
plateau 17,4 kilogrammes). 



RUSSIE (EMPIRE DE] 



UOTA. — Lorsqu'aucune indication d'emplacement n'est portée à la suite de la mention des 
objets exposés, c'est que ces objets se trouvent au rez-de-chaussée de la nef principale . 



GROUPE I 

PRODUCTION DE L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 1. 

ÉLECTRICITÉ STATIQUE. 

1685. Borgmann (Jean), professeur 
(Privât -Doceiit) à rUiiiversité de 
Saint-Pétersbourg. — Appareil pour 
la démonstration des lois de la con- 
densation électrique, exécuté par 
Frantzenn au cabinet de physique 
de l'Université de Saint-Pétershourg. 

CLASSE 2. 

PILES ET ACCESSOIRES. 

1686. Département des télégra- 
phes. — Eléments Meïdinger, grand 
et petit modèles, modifiés et em- 
ployés en Russie. 

1687. Tichomirow (Basile), chef 
datelier de M. Eropkine et Cie, rue 
Koziù<kij, Moscou. — Eléments galva- 
niques d'une construction spéciale. 

1688. Wassiliew(Dimitri), à la^fa- 
brique Jablochkoff, canal Ohvodnoy, 
88, Saint-Pétersbourg. — Appareil 
pour le chargement et le décharge- 
ment des piles galvaniques. — Cet 
appareil peut servir également pour 
le transvasement des acides, des 
alcalis et en général de tous les acides 
qui sont sans action sur le caout- 
chouc. — Le transvasement s'opère 
soit d'un côté, soit de l'autre, selon 
le sens du mouvement de rotation 
de la manivelle. 

CLASSE 3. 

MACHI>ES MAG.NÉTO-ÉLECTRIQUES ET DTNAMO- 
ÉLECTRIQCES. 

1689. Gravier, Kuksz Luedtke e 
Grether, rue Leszno, 25, Varsovie. 



— Usine de six machines dynamo- 
électriques de 4 chevaux chacune, 
à frotteurs graphités, paliers sans 
graisseurs et galvanomètres pour 
le service des machines. — Deux 
distributeurs avec commutateurs 
doubles à o2 directions chaque. 

— Un transformateur de courants à 
commutation électro -magnétique. 

— Deux niveleurs, ou appareils pour 
fixer la quantité de courant qui doit 
traverser un récepteur donné. — 
Une machine dynamo-électrique à 
courants continus et à commutation 
électro-magnétique, frotteurs gra- 
phités et paliers sans graissage. 

Distribution de l'électricité compre- 
nant six machines dynamo -élec- 
triques de 4 chevaux " chacune, à 
frotteurs graphités et paliers sans 
graisseurs. — Galvanomètres pour 
le service des machines. 

Deux distributeurs à commuta- 
teurs doubles pour trente-cinq di- 
rections chacun. 

Un transformateur de courant à 
commutation électro - magnétique, 
appareil qui a pour but de transfor- 
mer un courant donné en courant de 
quantité ou en courant de tension, 
continu ou alternatif, en faisant va- 
rier les deux facteurs E et I du pro- 
duit El. 

Quatorze lampes à arc voltaïque. 

— Déclanchement électro -magné- 
tique différentiel. 

Deux niveleurs, appareils à résis- 
tances variables à la main pour fixer 
la quantité de courant qui doit tra- 
verser un récepteur donné. — Ap- 
plications diverses du courant élec- 
trique. 



128 



EXPOSITION D'ELECTRICITE. 



Une machine dynamo-éleclrique à 
courants continus ou alternatifs sans 
frotlours, paliers sans graissage. 

Une machine dynamo-électrique à 
conunutalion électro-magnétique. 

Un mémoire imprimé sur la dis- 
tribution de l'électricité à domicile 
pour toutes espèces d'application, 
comprenant les matières suivantes : 

Description du matériel de pro- 
duction, des procédés de distribu- 
tion à employer dans une ville, des 
moyens de régulation des courants 
suivant les circonstances et des ap- 
pareils employés dans ce but : 

Régulateur iV émission, récipient 
de distribution, courant et fil de re- 
tour; régulateurs de consommations; 
régulateur de courant pour un seul 
récepteur ou régulateur rhéornétri- 
que, de la transformation des cou- 
rants en courants de tension ou de 
quantité, continus ou alternatifs, en 
faisant varier les deux facteurs E et I 
du produit El et description d'une 
lampe à arc voltaïque avec régula- 
teur rhéométrique. N.,B. C. s. 
1 690. Latchinow(Dmitri), professeur 
à l'Institut du corps forestier de 
Saint-Pétersbourg. — Deux dessins : 
a, machine dynamo-électrique sans 
fer. — b, dynamomètre optique. 

1691. ïVIiiiistère de la marine. — 

Grand appareil électrique de guerre, 
composé de deux machines dynamo- 
électriques de Siemens, mues par 
un moteur rotatoire de Graaf et 
Schneider, le tout installé sur un so- 
cle commun en fonte. — Les aimants 
inducteurs des deux machines dy- 
namo-électriques reposent sur des 
barres de laiton qui, en empêchant 
leur contact immédiat avec le métal 
du socle, augmentent le rendement 
de ces machines. — Un commuta- 
teur inventé par M. Tvérilinow, 
lieutenant de marine, permet d'ac- 
cumuler les pouvoirs des deux ma- 
chines, qui dans ce cas, produisent 
une lumière équivalant à 14 000 
bougies. — Lanternes, fanaux et ac- 
cessoires divers. — Appareil pour 
chaloupes de guerre. 

1692. Ministère de la marine, à 
Cronatadt. — Deux tableaux : dia- 
grammes de la combinaison parallèle 



des machines dynamo-électriques 
d'après la méthode de M. Tvôritinovs'. 
1693. Tvéritinow (Eugène), lieute- 
nant de mai'ine, Cronstadt {Russie), 
àV Ecole des torpilles. — Réunion des 
machines dynamo-électriques avec 
leur moteur, au moyen d'un arbre 
flexible, évitant l'emploi d'un bâti- 
commun aux deux machines, mé- 
thode proposée par l'exposant. 

GROUPE II 

TRANSMISSION PAR L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 4. 

CABLES, FILS ET ACCESSOIRES. PARATONiN ERRES. 

1694. Département des télégra- 
phes, Saint-Pétersbourg . — Para- 
tonnerre de Kirkoff, modifié par 
Tiedeman en 1871. — Paratonnerre 
inventé par Tiedeman en 1872. — Pa- 
ratonnerre du mécanicien Derévian- 
kine (1872), avec signal audiphone, 
rétablissant par lui-même le fonc- 
tionnement de la ligne télégraphique 
interrompue par la foudre. — Para- 
tonnerre inventé par Palwow en 1 874. 

— Paratonnerre de Tiedeman à vis, à 
pointes et à fils d'argent, proposé en 
1875, pour les stations télégraphi- 
ques. — Paratonnerre de Tiedeman 
(1875), pour les poteaux à câbles, 
avec un étui en caoutchouc destiné 
au point de jonction des lignes sou- 
terraines et aériennes. — Paraton- 
nerre électro-magnétique du baron 
Guervart, inventé en 4876. — Para- 
tonnerre inventé par le mécanicien 
Nyberg, en 1877, se composant de 
cinq lames en cuivre et d'une tringle. 

— Paratonnerre inventé par le méca- 
nicien Zwirgsdé en 1875, et perfec- 
lionnéen 1881. — Commutateur uni- 
versel avec paratonnerre pour les 
appareils télégraphiques, 1860; ce 
commutateur comprend 4 commuta- 
teurs ; 1 ° pour le galvanoscope; 2° pour 
la pile ; 3" pour les stations intermé- 
diaires et ¥ pour la translation. Jus- 
qu'à l'année 1860, ces quatre com- 
mutateurs étaient placés séparément 
sur les tables d'apareils. Commuta- 
teur inventé en 1877, par M. Ivanow; 



il sert à intft)duiro proniplement 
l'appareil d'un circiiit dans un autre. 
Isolateur à double isolation, in- 
troduit en Russie, en 1801 ; deux 
modèles : un o^rand et un petit. — 
Le même isolateur d'une autre con- 
struction, introduit en Ilussie en 
1870. — Isolateur à double isolation 
avec tète taillée à 8 facettes,^ des- 
tiné à être vissé dans une console, 
proposé par M. Dolgowo Sabourovs', 
en iSTtî. — Isolateur à double iso- 
lation, d'une invention récente, in- 
troduit en Russie, en J87ô. Deux 
modèles, un grand et un petit. — 
Isolateur à crochet de fer, muni 
d'une planchette-abri en fer servant 
aie préserver contre les coups de 
pierres, par M. Krauskopf. — Isola- 
teur à étaux servant à supporter 
un anneau de fil de réserve, inventé 
par le mécanicien Langue. — Spé- 
cimens de fils télégraphiques et de 
crochets pour isolateurs, fabriqués 
à l'usine de Lwow, à Saint-Péters- 
bourg. — Console pour l'isolateur 
à tète taillée à 8 facettes, proposé 
par M. Dolgowo Sabourow en 1872. 

— Crochet en fer avec isolateur à 
étau pour poteau contrôleur, servant 
à poser les anneaux du fil de réserve. 

— Crochets en fer actuellement en 
usage. — Etau servant à introduire 
un appareil télégraphique dans un 
point quelconque du circuit. — 
Etau de Poggendorff proposé par 
M. Nyberg mécanicien, pour réunir 
les lignes aux fils des bureaux. — 
Etau servant à réunir les fils con- 
ducteurs en cas de rupture, proposé 
en 187-4. — Le même muni d'une 
seule vis. — Etau linéaire à clef 
d'une nouvelle construction. — 
Etau double pour régler la tension 
du fil. — Etau pour le service de sur- 
veillance. — Spécimens de torsades 
soudées de 2,4 et 5 millimètres. — 
Spécimens de fil d'acier, fabriqués 
par Hobrecker à Riga : A, fil d'acier 
de 6 millimètres. — R, fil d'acier 
de 5 millimètres. — C, fil d'acier de 
4 millimètres. — D, fil d'acier de 
5 millimètres. — E, fild'acierde25/4 
millimètres. — F, fil d'acier de 2 1/4 
millimètres. — Cables souterrains 
insérés dans des tubes de verre, 
proposés en 1856 par M. Jacobi 



RlSsiE. 129 

(de l'Académie Impériale des Scien- 
ces) ayant servi à la ligne du télé- 
graphe électro-magnétique qui fai- 
sait communiquer le Palais d'hiver 
avec r Etat-major. — Spécimens de 
câbles fabriqués dans les ateliers du 
Ministère de la Marine, à Cronstadt, 
et destinés au service des mines et 
des fortifications côtiéres. — Spéci- 
mens de deux fils conducteurs exé- 
cutés d'après le projet de M. Jacobi, 
académicien, en 18iG. — Spécimen 
de deux fils conducteurs insérés dans 
un tube de verre, exécutés d'après 
le projet de M. Jacobi en 1847. 
Tube-chaînette servant au passage 
des câbles dans les parties mobiles 
des ponts de la Néwa. — Modèle 
d'un poteau double adapté aux tour- 
nants angulaires de la ligne (sur 
les points où il y aurait obstacle à 
placer des contreforts), inventé par 
M. Pétrow. mécanicien. — Sacoche 
de mécanicien avec assortiment 
d'instruments. — Sacoche en cuir 
contenant un assortiment des outils 
et instruments nécessaires aux mé- 
caniciens des Télégraphes. — Caisse 
d'instruments pour un bureau télé- 
graphique. — Sacoche de surveil- 
lant avec instruments. — Matériel 
des mâts et poteaux, servant à l'in- 
stallation des lignes au passage des 
rivières. — Tente appropriée d'après 
le projet du baron Guervart, pour les 
employés du télégraphe pendant la 
construction et la remonte des li- 
gnes. — Mât de M. Tiedeman. — 
Photographie de fils conducteurs 
recouverts de glace, entre Saint- 
Pétersbourg et Moscou, au mois de 
février 1868. Cette photographie est 
exécutée à mi-grandeur naturelle. 



GROUPE III 

ÉLECTROMÉTRIE 

CLASSE 5. 

APPAREILS SERVAM AUX 
MESURES ÉLECTRIQUES. 

1695. Lermontow (Vladimir), pré- 
parateur à l'Université de Saint-Pé- 
tersbourg, à Saint-Petershoury. — 
Galvanoscope à réflexion, construit 



150 



KXPOsrriON d'électuiciti;. 



sur los indicalions de M. Lcrmontow, 
par M. Fraiilzeiine, au cabinel de 
physique de l'Université. 

Lampe porte-éclielle pour ledit 
galvanoscope, exécutée par M. Spring. 

l'ont de Wlieatstone pour des ré- 
sistances peu considérables. 

Galvanoscope magnétomètre de 
M. Yander-Fliet. 

Commutateur de Pohl (en bois pa- 
raffiné). 

1696. Slouguinoff (Nicolas), mem- 
bre de la Société de pliysiquede Pais- 
sie, à Saint-l*ctersbuury, rue Veden- 
skaia, n" 14. — Compensateur pour 
mesurer les forces éleclro-motrices, 
construit d'après les indications de 
l'auteur au cabinet de physique de 
l'Université de Saint-Pétersbourg. 

1697. Stoletow, professeur à l'Uni- 
versité, Moscou. — Condensateur 
électrique absolu, combiné en vue 
de la détermination du rapport des 
unités électrostatiques et électro- 

■ magnétiques. — Dessin et photogra- 
phie. 

1698. Tichomirow (Bazile), chef 
d'atelier de M. Eropkine, à Moscou, 
rue Kozitsky. — Galvanoscope hémi- 
sphérique. 

GROUPE IV 

APPLICATIONS DE L'KLEGTRICITÉ 



CLASSE 6. 

TiaÉGRAPHIE, SIGNAUX. 

1699. Département des Télégra- 
phes. — Manipulateur destiné à 
faire fonctionner des appareils à cou- 
rant constant, inventé en 1871 par 

. M. Dércviankine, mécanicien. Diffé- 
rentes pièces de l'appareil Hughes, 
inventées en Russie : chariot et le- 
vier adaptés à la transmission auto- 
matique des signes, inventés en 1874 
par M. Kesberg. mécanicien. 

Régulateur inventé en 1870 par 
Kraiewsky, mécanicien, employé 
actuellement dans toute l'Europe. 
Roue des types pour l'appareil 
'Hughes, exclusivement employée en 
Russie, portant eu outre des lettres 
Jlalines,les lettres russes. 



Petit mécanisme appliqué à l'ap- 
pareil Hughes pour le mouvement 
de la bande de papier, inventé en 
1860 par M Keiupte, mécanicien. 

1700. Dereviankine(Jean), mécani- 
cien en chef de l'arrondissement 
télégraphique de Saint-Pétersbourg 

à Saint-Pétersbourg. Ligowka Wbl. 
— Appareil télégraphique portatif. 
Petit appareil de poche pour té- 
légraphier à l'ouïe, sans bande de 
papier. 

CLASSE 7. 

TÉLKPHOME, MICROPHGME, 
PHOlOPHOiME. 

1701. Avenarius, professeur à l'Uni- 
versité, Kiew. — Système de divisi- 
bilité de l'éclairage électrique au 
moyen des piles secondaires. 

1702. Jacobi(Wladimir), colonel du 
génie, Baskoff'peréoulok, n" 2, Saint- 
Pétersbourg. — Telekal transmetteur 
téléphonique de télégrammes (pho- 
nogrammes) à des distances consi- 
dérables (résistance 2000 unités 
Siemens). Télégraphe phonétique 
portatif militaire. — Contrôle des 
conduits télégraphiques aériens et 
sous-marins (câbles). 

1703. Vreden (Robert), docteur en 
médecine, à Saint-Pétersbourg, rue 
Zvenigorodskaya, n" 6. — a). Vingt 
modèles d'unnouvelappareil nommé 
phonophore (microphone d'une cons- 
truction spéciale) i 

b) Six postes phonophoriques 
pour applications diverses, pouvant 
transmettre la parole à une distance 
variant entre 10 et oOO kilomètres. 



CLASSE 8. 

LUMIÈRE ÉLECTRIQUE. 

1704. Dobrochotow-Maïkow 

(Alexis), à Moscou, boulevard Pe- 
trowsky, maison Wonsiatsky. — Lam- 
pes électriques et accessoires. 

1705. Gravier, Kuksz, Luedtke et 
Grether ,à Varsovie, rue Lezno^n" 25 . 
— Quatorze lampes à arcs vol- 
taïques, à déclanchement électro- 
magnétique différentiel. 

1706. Latchinoff (Dmitri), profes- 



RUSSIK. 151 



seur à l'inslitut du corps forostier 
deSainl-Pétersbourg à Saint-Péters- 
bourg. — Deux tableaux : ^f) Econo- 
misatenr de l'éclairag-e éleclriqiie. 
b) Fabrication des rétleclears para- 
boIi(|ues au moyen de la force cen- 
trifuge. 

1707. Tichomirow, chef d'atelier 
de M. L'ropkine et G* à Moscou, rue 
Kozitsky. — Deux bougies électriques 
en forme de spirale. 

CLASSE 9. 

MOTEURS ÉLECTRIQUES 
TRANSPORT DES FORCES. 

1708. Pirotsky (Théodore), capitaine 
d'artillerie. 

Un dessin: 

Coupe en travers de la voie d'un 
chemin de fer électrique. 

CLASSE II. 

ÉLECTRO-CHIMIE. 

1709. Etat-major {section topogra- 
phique.) 

a) Reproduction en relief et en 
creux de deux planches de la carte 

spécialedelaRussie. Échelle ^^^ ^ 

{une planche contenant la planimé- 
trie et l'autre le terrain.) 

b) Planches liéliographiques des 
cartes-minutes de la Finlande (échelle 

2 planches) et de la Bessara- 



42000' 
bie (échelle 



12600-0' ' Pl^"ci^«s-' 
Épreuves des planches exposées. 
1710. Expédition pour la confec- 
tion des papiers de l'Etat. 

Productions galvanoplastiques : 

Plat italien en cuivre, représen- 
tant le cheval de Troie. 

Bas-relief en fer, Michel-Ange, sur 
une plaque en cuivre. 

Bas-relief en cuivre de l'académi- 
cien Bruni, par Krïnsky. 

Plat en cuivre avec portrait de 
Dmitri Donskoï, fait en souvenir du 
cinq centième anniversaire de la ba- 
taille de Koulïkowo, modelé par 
Ch. Materne. 

Rondache en cuivre avec gravure 
du seizième siècle ; copie de l'ori- 



ginal qui se trouve au musée de 
Tsarskoé-Sélo. 

Rondache en fer avec dorure, de 
Henri II; copie de l'original (|ui se 
trouve au musée de Tsarskoé-Sélo. 

Débris d'une ancienne cuirasse 
italienne du seizième siècle, en fer; 
copie de l'original du musée de 
Tsarskoé-Sélo. 

Une assiette en cuivre modelée par 
Moine, recouverte de fer. 

Médaillon central d'une rondache 
le Paradis perdu, modelée par Morel 
Ladeuil, en cuivre recouverte de fer. 

Epaulière en cuivre avec dessin 
gravé; copie de l'original se trou- 
vant au musée de Tsarskoé-Sélo. 

Rondaches en fer; copies des ori- 
ginaux du musée de Tsarskoé-Sélo. 

Bas-relief en cuivre « Pouchkine », 
modelé par Ch. Materne. 

Bas-relief en fer de l'académicien 
W. Jacobi, inventeur de la galvano- 
plastie. 

Bas-relief en fer de M. P. Kol- 
schoubeï, président de la Société 
impériale polytechnique de Russie. 

Ornements d'une ancienne selle; 
copies des originaux du musée de 
Tsarskoé-Sélo. 

Deux reproductions hélio;:raphi- 
ques recouvertes d'or et de nickel, 
obtenues par M. G. Scamoiii. 

Poignard espagnol (main gauche), 
seizième siècle; copie de l'original 
du musée de Tsarskoé-Sélo. 

Douze stéréotypes en fer. 

Douze assiettes en fer. 

Bas-relief : la Musique et le chant, 
modelé par Thorvvaldsen. 

Batterie de fusil allemand à silex; 
copie de l'original du musée de Tsar- 
skoé-Sélo. 

Dix assiettes en cuivre. 

Epreuves de stéréotypes en ier. 

Quatre bourguignottes; copies en 
fer galvanique. 

Dix spécimens de dépôts galvani- 
ques : de fer, de nickel et de lai- 
ton, s. 20. 
1711. Kovako (Alexandre), lieute- 
nant-colonel, gérant d'une fabrique 
électro-galvanique, à Saint- Peter s- 
bourg. Perspective Ekateringows 
kaia, 55. 

l). Couronne de laurier ot feuille 



iZ-2 



EXPOSITION DKLECTRiCITK. 



de palmitM", recouvertes d'une cou- 
che d'arj,'ent mat. 

"2). Six objets, fer cl cuivre, re- 
couverts d'une ccjiche de nickel. 

o). Deux planches obtenues au 
moyen de l'héliogravure. 

CLASSE 15. 

APPAREIL* DIVERS. 

1712. Geissler (Nicolas), mécani- 
cien, à Saint-Pétersbourfj, rue Potch- 
tamskaija, \. — Sonnerie électri- 
que d'une nouvelle construction. 

1713. Ragosine, médecin à la Clini- 
que' des maladies mentales, àSaint- 
Pétershonrg, rue Kolokolnaya, 7. — 
Poligraphe électro-chimique pour 
obtenir les courbes de pulsation de 
respiration, etc. 

Deux tableaux : 

a). Dessin représentant le poly- 
graphe. 

h). Signal électrique. 

c). Appareil pour fermer les cou- 
rants constants et induits. 

Les appareils susmentionnés sont 
employés à la Clinique depuis le 
commencement de l'année 1879. 

Tableaux des tracés graphiques. 

1714. Slouguinow (Nicolas), mem- 
bre de la Société de physique de 
Saint-Pétersbourg. — Appareil pour 
démontrer les effets lumineux accom- 
pagnant l'éleclrolyse des liquides. 



GROUPE VI 

r.inLlOGRAPHlE, IIISTOÎP.E 

CLASSE 15. 

COLLECTIONS BIBLIOGUAPHIQLES d'oUVRAGES 
CO.NCERKANT LA SCIENCE ET l'iXDUSTRIE 
ÉLECTRIQUES, ETC., ETC. 

1715. Borgmann, Slouguinoff, 
Bobilew et Hesehus , membres 
Je la Société de physique de Saint- 
Pétersbourg. — Vingt -deux bro- 
chures concernant l'électricité. 

1716. Chwolson (Oreste), professeur 
( Privât- Docent), à l'Université de 
Saint-Pétersbourg;. — Onze brochu- 
res concernant l'électricité. 

1717. Crestin; Ferdinand), ingénieur 



mécanicien à la fabrique de cartou- 
ches métalliques de l'Etat, à Saint- 
Pétersbourg. — Quinze dessins d'ap- 
pareils divers. 
1718. Département des Télégra- 
phes. 

185G. Le têh\i;raphe électro-ma- 
gnétique, sa théorie et son organi- 
sation (1 vol.). 

1857. Les télégraphes électro- 
magnétiques, par B. Lampe (1 vol.). 

i859. Manuel pour l'étude de la 
théorie du télégraphe électro-magné- 
tique et son organisation, d'après le 
système Morse, par M. Parroth (1 vol.). 

1805. Les batteries galvaniques 
et les lois du courant électrique, 
par M. Parroth. 1"-' partie (1 vol.). 

1865. Les télégraphes. Description 
des appareils, par M. Parroth. IP par- 
tie (1 vol.). 

1870-1879. Les télégraphes. Or- 
ganisation des bureaux télégraphi- 
ques, par M. Parroth. IIP partie 
(1 vol.). 

1871. Statistique télégraphique 
de l'empire de lUissie (10 vol.) 

1872. Instruction aux inspecteurs 
des télégraphes (1 vol.). 

1872. Les télégraphes et leur ap- 
plication militaire, par le professeur 
Rekhnewsky (1 vol.), 

1874. Programme d'enseignement 
de la télégraphie pratique avec les 
appareils Morse dans les écoles de 
télégraphie (1 vol.). 

— Manuel des réparations ordi- 
naires et des interruptions acciden- 
telles des lignes télégraphiques, par 
B. Lampe (1 vol.). 

1874. Manuel explicatif du ser- 
vice des lignes télégraphiques et des 
interruptions accidentelles dans l'é- 
change entre les bureaux, par 
B. Lampe (1 vol.). 

1875. Instruction concernant la 
forme de l'enregistrement des télé- 
grammes (1 vol.). 

187C. Budget moyen des dépenses 
pour l'entretien des lignes télégra- 
phiques (1 vol.). 

1876. Statut télégraphique. 

1878. Statut temporaire des bu- 
reaux télégraphiques auxiliaires 
(1 vol.). 

1878. Organisation des lignes té- 
légraphiques aériennes, par Pins- 



RUSSIE. 



pecttHir des télégraphes N. Pissa- 
rewsky ( 1 vol.). 

— Unifés appliquées aux luesures 
électriques, par N. Pissarewskv 
(1 vol.). 

1878. L'appareil imprimeur Hu- 
ghes, dans son état actuel, par Wos- 
cressensky (1 vol.). 

— Mesure de la résistance et de 
l'isolation des fils télégraphi([ues 
A. -Nyberg (1 vol.). 

— Description des sigmux séma- 
phoriquos servant ;i conserver la sé- 
curité des câbles immergés dans les 
rivières navigables et les canaux 
(1 vol.). 

J878. histruction sur l'examen et 
la réception des lignes nouvellement 
construites (1 vol.). 

— Description d'un paratonnerre 
universel, electro-magnètique et au- 
tomatique, par le baron Th. Guer- 
varth (1 vol.). 

— Les télégraphes de Perse, par 
Zwirgsde (1 vol.). 

— Effets de l'électricité dans les 
conduits isolés, par >'. Pissarewskv 
(I vol.). 

— Statut de la caisse mutuelle 
d'emprunt et d'épargne des employés 
du ressort des télégraphes (1 vol.). 

— Conservation des poteaux télé- 
graphiques, d'après le système du 
baron Th. Guervarth (1 vol.). 

1879. Organisation des lignes té- 
légraphiques souterraines, par. \. Pis- 
sarewsky. 

— Nomenclature des localités où 
l'envoi des télégrammes s'effectue 
par estafette ou exprès (1 vol.). 

1880. Instructions aux inspecteurs 
des chemins de fer et aux chefs d'ar- 
rondissement des télégraphes pour 
la surveillance des télégraphes des 
chemins de fer (1 vol.). 

— Pièglement sur les lignes télé- 
graphiques des chemins de fer ( 1 vol.) 

— Règlement de la correspon- 
dance télégraphique intérieure ( 1 vo- 
lume.). 

— Manuel de télégraphie à l'usage 
des télégraphistes militaires, par 
Newiadomsky (1 vol.). 

— Les éléments à boules de Mei- 
dinger et leur usage (1 vol.). 

— Règlement à l'usage des capi- 



taines des transports à vapeur af- 
fectés au service télégraphique. 

— Câble télégraphique sous-ma- 
rin à travers la mer Caspienne. 

— Les éléirents galvaniques ap- 
pliqués à la téîégraphie, par .\. Pis- 
sarewsky (l vol.). 

1880. Tarif pour la correspon- 
dance internationale (1 vol.). 

— Règlement à suivre pendant le 
passage des bateaux sur les lieux 
où sont immergés les câbles sous- 
marins et fluviaux (1 vol.). 

1881. Tarif pour la correspon- 
dance intérieure (1 vol.). 

— Carte du réseau télégraphique 
de l'empire de Fiussie, Saint-Péters- 
bourg (1 vol.). 

1719. A Gravier, Kuksz, Luedtke 

et Grether, rue Lezno, !2.'>. Vcivî^ovie. 
— Vn mémoire imprimé sur la dis- 
tribution de l'électricité à domicile 
pour toutes espèces d'application, 
comprenant les matières suivantes : 
Description du matériel de pro- 
duction, des procédés de distribution 
à employer dans une ville, des 
moyens de régulation des courants 
suivant les circonstances et des 
appareils employés dans ce but : 
régulateur d'émission, récipient de 
distribution, courant et fil de retour 
régulateurs de consommations, ré- 
gulateur du courant pour un seul 
récepteur ou régulateur rhéomé- 
trique de la transformation des cou- 
rants en courants de tension ou de 
quantité, continus ou alternatifs, en 
faisant varier les deux facteurs E et 
I du produit El. Description d'une 
lampe à arc voltaïque avec régula- 
teur rhéométrique. 

1720. La rédaction du journal de 
la Société de physique de Saint- 
Pétersbourg. — Six livraisons de 
ce journal. 

1721. Latchinow (Dimitri), profes- 
seur à l'Institut du corps forestier, 
à Saint-Pétersbourg. 

o). Le travail électro-mécanique. 

b). Sur quelques propriétés de 
l'arc voltaïque. 

c). Dynamomètre optique. 

d). Machines dynamo-électriques 
sans fer. 

e). Fabrication des réflecteurs pa- 



iU 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



raboliques au moyen de la force cen- 
trifuge. 

f^ Econoniisateur de l'éclairage 
électrique. 

(j). L'éclairage à l'électricité des 
cavités du cor[)s humain. 

1722. Tchikolew (Vladimir), rédac- 
teur dn journ.il russe l'Electricité, à 
Saint-Pétersbourg. Perspective Kron- 
verskaya, 15. — Vingt-quatre uu- 
méros de ce journal. 

CLASSE 16. 

COLLrCTIO.NS RÉTROSPECTIVES d'aPPAREILS 
CONCER.\A.\T LES ÉTUDES PRIMITIVES, ET 
LES APPLICATIONS LE'< PLUS ANCIENNES 
DE l'électricité. 

1723. Département des Télégra- 
phes. 

Premier appareil électro-télégra- 
phique de l'année 1852, inventé on 
Russie par le baron Schilling de 
Kanstadt, né à Rêvai en 1785, mort 
à Saint-f'étersbourg en 1857. 

Sonnerie -réveil pour l'appareil 
Schilling. 

Appareil électro - télégraphique 
écrivant au crayon une ligne brisée 
sur une plaque" de porcelaine, in- 
venté en 1859 par M. Jacobi, acadé- 
micien russe. 

Appareil à aiguille de M. Jacobi, 
1845. 

Appareil à aiguille avec mouve- 
ment d'horlogerie, de M. Jacobi, 
1845. 

Appareil imprimeur de M. Jacobi, 
1850. Cet appareil consiste en deux 
parties, fonctionnant réciproque- 
ment, l'une à aiguille ou (ransmet- 
leur, l'autre imprimeur ou récep- 
teur. 

Appareil électro-chimique, in- 
venté par M. Jacobi en 1851, consis- 
tant en un simple mécanisme qui 
fait avancer une bande de papier 
placée entre une goupille en platine 
et un petit cylindre platiné. 

P.'i tiait photographique du baron 
Schilling, de Canstadl, premier in- 
venteur des télégraphes, né à Réval 
en 1785, mort à Saint-Pétersbourg 
en 1857. 

Portrait photographique de M. Ja- 
cobi, académicien russe, né le 21 sep- 



tembre 1801, mort le 27 février 1 874. 
N. B. Les brochures, concernant 
l'histoire de la découverte de la gal- 
vanoplastie, se trouvent aux vitrines 
de lExpédition Impériale pour la 
confection des papiers de l'Etat. 
1 724. Expédition pour la confec- 
tion des papiers de l'Etat. 

(Historique) 

(Premier essai galvanoplastique. 
septembre 1858, date de l'invention 
de la galvanoplastie). Bulletin scien- 
tifique de l'Académie des sciences de 
Saint-Pétersbourg, n° 4, page 592. 
Note présentée à l'Académie le 5/17 
octobre 1858. Publication dans le 
Journal des Débats le 1 1 février 1 859. 

Copie d'une planche (en relief) 
présentée le 5 octobre 1858 à l'Aca- 
démie des sciences de Saint-Péters- 
bourg (5 pouces de longueur sur 
5 1/2 pouces de largeur) ; copie de 
la planche reproduite en septem- 
bre 1859. 

Traduction du texte russe: 





VOLTÂ 
1800 


OERSTEDT 
1820 


Le 


sublime plane et protège le sublime. 
Gravure voltaîque. 






Jacobi. 



Copie authentique d'une planche 
gravée (1842), copie en relief. Texte 
présenté au roi de Prusse, Guil- 
laume IV, en 1842. 

Table votive. L'anode employé 
était en or argentifère fondu, tiré 
des mines de l'Oural. Original gravé 
sur platine. Poids de la planche re- 
çue en or : 200-500 grammes. 
Dimensions : 75 centimètres de lon- 
gueur et 10 de largeur. 

Quatre moules galvanoplastiques 
et deux copies galvanoplastiques des 
premiers temps de la galvanoplastie, 
1844-1847. 

Deux plaques gravées, produites 
par la galvanoplastie, servant de 
plaques aux télégraphes à cadran,. 
1845. 

Fragment d'une coquille de noix 
recouverte de cuivre galvanique,, 
ainsi qu'une feuille végétale recou- 



RUSSIE. 



135 



verte ogaleiilfenl de cuivre galvani- 
que. 

Gravures et reliefs galvanoplasli- 
ques. 

Planche reproduite d'un dessin à 
l'encre grasse (portrait de l'empe- 
reur Nicolas l*M 

Deux spécimens d'essais de plan- 
ches galvaiioplasliques en relief de- 
vant servir à l'imprimerie; une pla- 
que en relief reproduite par la gal- 
vanoplastie. 

Matrice d'une plaque authentique, 
écrite à l'encre grasse, par feu Maxi- 
milien de Leuchlenberg et repro- 
duite en ISil (galvanographie.l 

Reproduction d'un cadran gravé, 
servant de base à un galvanomètre 
pour indiijuer la déviation de l'ai- 
guille aimantée. j 



Articles et brochures: 

1). Jacobi. Die Galvanoplaslik, 
18-40, Pétersburg. 

2). Notice sur la galvanoplastie, 
r)0 avril 18-40. 

5). Procédé galvanique pour gra- 
ver des planches daguerrotypées. 
Extrait d'une lettre de M. Grove à 
M. Jacobi, lue le 8 octobre I 841. 

4). Ueber die Fortschritte und 
den gegenwartigen stand aer Galva- 
nographie, von tv., von Kobell, 
Saint-Pétersburg, Zeitung, 1846, 
nMl. 

5). Galvanographie, Saint-Péters- 
burg. Zeitung, 18-45, n" 9. 

('»). Fiir Galvanoplastiker. Saint- 
Pétersburg. Zeitung, 1844, n" 151. 



SUÈDE (ROYAUME DE) 



.NOTA. — Toute l'exposition du royaume de Suède se trouve au rez-de-chaussée du palais. 



GROUPE I 

PRODL'CTION DE L'ÉLECTRICITÉ 

CLASSE 2. 

PILES ET ACCESSOIRES. 

1725. Administration des Télégra- 
phes de Suède. — Pile galvanique, 
construction modifiée par .M. G. A. 
Xystrôm. 

GROUPE II 

TRA>"SMISSION PAR L'ÉLECTRICITÉ 

CLASSE 4. 

C.\BLES, FILS ET ACCESSOIRES. PAR-^TON- 

NEURES. 

1726. Administration des Télégra- 
phes de Suède. — Collection d'ou- 
tils divers pour la construction des 
lignes tèlégrajthiques. 

1727. Engstrôm (Edw.), négociant, 
Slocicholm. — '.rampons en ter pour 
monter aux poteaux télégraphiques 
(invention et construction de M. G. 
Forssberg.) 

1728. Société anonyme de Lessjô- 
fors. — Fils télégraphiques de fer 
galvanisé. 

1729. Société anonyme de Skul- 
tuna. — Fils de cuivre à grande con- 
ductibilité. 

GROUPE III 

ÉLECTROMÉTRIE 
CLASSE 5. 

APPAREILS SERVANT ADX MESfJRES ÉLEC- 
TRIQUES. 

1730. Lovén (Christian), professeur 
à l'école de médecine (Institut Ca- 
rolin), Stockholm. — Electrométre 



capillaire pour les recherches élec- 
tro-physiologiques ; construction 
simplifiée par lexposant; — Diapa- 
son chronoscopique directement ap- 
plicable aux appareils enregistreurs 
(myographes, etc.) 

1731. Thalén (Robert), professeur à 
l'Université d'Upsal. — Magnétomè- 
tre pour exploration de gisements 
de fer. 

1732. Université de Lund. — Gal- 
vanomètre, construit par M. le pro- 
fesseur Er. Edhind (Stockholm) ; — 
Appareil pour la détermination quan- 
titative de la chaleur dégagée dans 
les phénomènes de Peltier, construit 
par .M. le professeur Er. Ediund 
(Stockholm). 

GROUPE IV 

APPLICATIONS DE L'ÉLECTRICITÉ 
CLASSE G. 

TÉLÉGRAPHIE, SIOAUX. 

1733. Administration des Télé- 
graphes de Suède. —Tables à appa- 
reils translateurs, duplex et à grande 
vitesse; — Transmetteur construit 
par M. L. Carlander; — Table d'ex- 
périence pour éprouver les lignes 
aériennes à boussole des tangentes, 
galvanomètre différentiel et pont de 
Wheatsione, d'après M. C. A. IVy- 
strôm ; — Table d'expériences à bous- 
sole compensée ; Table d'expérien- 
ces à boussole non compensée 
d'après M. C. A. Nystrôm. 

1734. Administration de l'exploi- 
tation des chemins de fer de 
l'Etat. — Télégraphe imprimeur à 
courants inversés, construit par 
M. J. Stork, directeur des télégra- 
phes des chemins de fer de l'Etat ; 
— .Modèles de sémaphores à serru- 
res électro-magnétiques: — Disques- 



SUÈDE. 



137 



signaux à décninchoment électro- 
magnétique ; — Serrure électro-ma- 
gnétique pour sémaphores et dis- 
ques-signaux ; — Contact de pont 
ou ferme-courant pour ponts tour- 
nants. 

1735. Ericson(L. M.)etC°, mécani- 
ciens. StockJwlm. — .Appareil de tin- 
tement dans les clochers pour an- 
noncer les incendies ; — avertisseurs 
d'incendie pour poste de police, d'a- 
près .M. G. A. Nystrôm; — Boîte d'a- 
larme pour incendies. P>. C. e. 

1736. Génie militaire suédois. — 
Fourgon à tils et à matériaux divers 
pour télégraphie de campagne; — 
tente-station de télégraphe de cam- 
pagne. B. C. e. 

1737. Wennman (M.), directeurin- 
térimaire de l'école des élèves télé- 
graphistes de Stockholm. — Récep- 
teur à levier combiné pour l'écii- 
ture .Morse, fonctionnant en duplex, 
malgré l'inversion du courant; — 
relais pour le même but. 

CLASSE 7. 

TÉLÉPHONIE, MICROPHOME, PHOTOPHOME- 

1738. Ericson (L. M.) et C% méca- 
niciens, Stockholm. — Téléphone. 

1739. Lovén (Christian), professeur 
à l'école de médecine (Institut Caro- 
lin) , Stockholm. — Téléphone à mer- 
cure. 

CLASSE 12. 

INSTRUMENTS DE PRÉCISION, ÉLECTRO-AI- 
MANTS ET AIMANTS, BOUSSOLES. HORLO- 
GERIE ÉLECTRIQUE. 

1740. BIix(M. G.), docteur en méde- 
cine, Upsal. — Myographe. 

1741. Holmgren (Frithiof), profes- 
seur à l'Université d'Upsal. — Spiro- 
graphe. 

1742. Sôrensen(P. M.), mécanicien 
de l'Académie des sciences, Stock- 
holm. — Météorograph-e enregis- 
treur, système Theorell ; — enre- 
gistreur astronomique. 

CLASSE 13. 

APPAPEILS DIVERS. 

1743. Administration des Télé- 
graphes de Suède. — Collection de 
matériel d'enseignement ; — Appareil 



pour lignes artificielles, construit 
par M. u. A. Xystrôin. 

GROIPE V 

MÉCANIQUE GÉNÉRALE 
CLASSE 1-i. 

GÉNÉRATEURS, MOTEURS A VAPEUR, A GAZ 
ET HYDRAULIQUES, ET TRANSMISSIONS AP- 
PLICABLES AUX INDUSTRIES ÉLECTRIQUES. 

1744. Tegnander C. S. Ingénieur, 
à Gôtebonj. — .Machine à vapeur à 
grande vitesse, destinée à servir de 
moteur aux appareils producteurs 
de l'électricité. B. C. s. 

GROUPE VI 

BIBLIOGRAPHIE, HISTOIRE 



CLASSE 15. 

COLLECTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oUVRAGES 
CONCERNANT LA SCIENCE ET l'iNDUSTRIE 
ÉLECTRIQUES, PLANS, CARTES, ETC. 

1745. Administration de l'ex- 
ploitation des chemins de fer 
de l'Etat. — Collection de dessins 
d' .'pareils servant à la manœuvre 
électrique des ponts tournants. 

1746. Norstedt et Sôner, impri- 
meurs, Stockholm. — Collection com- 
plète des travaux scientifiques de M. 
le professeur Er. Edlund, insérésdans 
les mémoires et dans les bulletins 
des travaux de l'Académie royale 
des sciences de Suéde. 

CLASSE 16. 

COLLECTIONS RÉTROSPECTIVES d'aPPAREILS 

concernant les études primitives et 
les applications les plus anciennes de 
l'Électricité. 

1747. Administration des Télé- 
graphes de Suède. — Télégraphe 
électro-magnétique , construit par 
par MM. J.-F. von Heland et A.-L. 
Fahmehjelm, 1846 ; — Bêlais pour 
la télégraphie double, construit par 
M. le professeur Er. Edlund, 1854; 
— Manipulateur à conduite non inter- 
rompue pour la télégraphie double, 
construit par M. C. A. IS'ystrôm. (Mai 
1 855) ; — Commutateur construit par 
M.C.A. Nystrôm (été de 1856). 



SUISSE (CONFÉDÉRATION 



}iOT.\. — Toute l'exposition de la Confédération Suisse se trouve au rez-de-chaussée du palais 



GROUPE I 

PRODUCTION DE L'ÉLECTRICITÉ 

CLASSE 2. 

PILES ET ACCESSOIRES. 

1748. Guillemin (Etienne), lieute- 
nant-colonel du génie, Lausanne. — 
Pile destinée à la télégraphie mili- 
taire et à l'inflammation des mines. 
Amorces. 

CLASSE 5. 

M ACHLNES MAGNÉTO-ÉLECTRIQUES ET DYNAMO- 
ÉLECTRIQUES. 

1749. Bûrgin (Emile), Bâie, Suisse. 
— Machine dynamo-électrique à 
courant continu pour 4 lampes en 
série; machine dynamo-électrique à 
courants alternatifs, auto-excitatrice 
donnant 4 courants indépendants. 

GROUPE II 

TRANSMISSION PAR L'ÉLECTRICITÉ 



CLASSE 4. 

CABLES, FILS ET ACCESSOIRES, PARATON- 
NERRES. 

1750. Perrody (Esprit), Ge«èîJe, rue 
Chaponnière, 3. — Voie électrique 
souterraine pour chemins de fer ne 
faisant qu'un avec la traverse mé- 
tallique E. Perrody, la même voie 
indépendante des chemins de fer, 
pouvant s'appliquer partout ailleurs. 



GROUPE IV 

APPLICATIONS DE L'ÉLECTRICITÉ 

CLASSE 6. 

TÉLÉGRAPmE, SIGNAUX. 

1751. La Direction des télégraphes 
suisses, Berne. — Appareil à cou- 
leur pour courant de travail; appa- 
reil à couleur pour courant continu ; 
appareil à couleur avec système de 
rappel Rothen; station de voyage; 
relais à translation avec petit mani- 
pulateur; manipulateur ord.; mani- 
pulateur Duplex; boussole à 32 tours; 
boussole à 1 et 32 tours ; commu- 
tateur à 3 lames ; commutateur 
à iO lames; parafoudre à 2 lames; 
parafoudre pour \ fil; switch à 
translation pour stations intermé- 
diaires avec 1 ligne d'embranche- 
ment; sonnette d'alarme; rhéostat 
cylindrique à résistances variables- 
pile de il éléments charbon-zinc, 
complètement montés avec buffet; 
récepteur à pointe sèche; récepteur 
à pointe sèche à râteau. 

CLASSE 7. 

TÉLÉPHONIE, MICROPHONIE. 

1752. Amsier (Alfred), Schaffhouse, 
Suisse. — Microtéléphone à flamme 
pour la transmission des sons par 
des conducteurs de grande résistance 
électrique. 

1753. Société suisse de Télépho- 
nes. — Theiler (l^ichard), à Zurich, 
Suisse. — Stations téléphoniques 
complètes (système Theiler). 



1754. Hipp iMatthias), à Netifchâtel 
iS;//ssej. — Transmetteurs micro- 
phoniques (système Black.) Télé- 
phones. 

CLASSE 8. 

LDMIÈRE ÉLECTRIQUE. 

1755. Bflrgin (Emile), Bâle {Suisse). 
— Lampes électriques à suspension 
pouvant être disposées en série sur 
un même courant, brûlant pendant 
quatorze heures sans qu'on ait be- 
soin de changer les charbons. — 
Une lampe à point lumineux fixe 
avec réflecteur parabolique. 

CLASSE 9. 

MOTEURS ÉLECTRIQUES. TRANSPORT DES 
FORCES. 

1756. Biirpn, Bâle (Suisse). — Mo- 
teur électrique (système Bûrgin' . 

CLASSE 11. 

ÉLECTRO-CHIMIE. 

1757. Goppelsroeder (D' Frédéric), 
Mulhouse en Alsace. — Matières co- 
lorantes obtenues par voie électro- 
chimique. — Fibres textiles teintes 
avec ces colorants. — Appareils 
pour la production électro-chimique 
des colorants. 

CLASSE 12. 

INSTRUMENTS DE PRÉCISION, ÉLECTRO-AI- 
MANTS ET AIMANTS, BOUSSOLES. HORLO- 
GERIE ÉLECTRIQUE. 

758. Monnier (Denis), Genève. — 
Méthanométre automatique. — Ana- 
lyseur automatique du grisou. 

1759. Hasier (Gustave), Berne 
(Suisse). — Instruments météorolo- 
giques enregistreurs : barographe, 
thermographe, hygrographe, anemo- 
ombrographe et accessoires. Indica- 
teur du niveau de l'eau. 

1760. Hipp (Matthias), Neufchâtel 
(Suisse). — Régulateur astrono- 
mique sous pression constante. — 
Régulateur 1/2 seconde commandant 
des cadrans ordinaires. — Pendule 
1/2 seconde commandant électri- 
quement : Un chronographe à bande, 
un thermographe, un barographe. 
— Chronoscope pour la mesure des 



SUSSE. 139 

millièmes de seconde. — Appareil 
enregistreur des niveaux d'eau 
avec transmetteur. — Boussole dif- 
férentielle pour la mesure des forts 
courants. >'., e. X. E. 



CLASSE 15. 

APPAREILS DIVERS. 

1761. Brunnschweiler et fils (fa- 
brique de couleurs et d'encres), 
Sainl-Gcill [Suisse). — Couleurs pour 
appareils télégraphiques Morse et 
Hughes. 

1762. Btirgin (Emile), Bâle (Suisse). 
Machine pour l'enflammation des 
mines. Cet appareil est une petite 
macliine dynamo -électrique porta- 
tive, mais très puissante. Elle est 
adoptée par le gouvernement suisse 
pour le service militaire. 

1763. Golladon (Daniel), Genève. — 
Représentations plastiques des bles- 
sures faites aux arbres par la foudre. 

GROUPE VI- 

ninLIOGRAPHIE. HISTOIRE. 



CLASSE 15. 

COLLECTIONS BIBLIOGRAPHIQUES d'oUVRAGES 
CONCERNANT LA SCIENCE ET l'iNDUSTRIE 
ÉLECTRIQUES, PLANS, CARTES, ETC. 

1764. Le D-^ Goppelsroeder, Mul- 
house (Alsace). — Etudes électro- 
chimiques des dérivés du benzol. 

1765. Bureau International des 
Administrations télégraphiques, 
Berne (Suisse). — Publications 
administratives et scientifiques con- 
cernant la télégraphie: Cartes des 
réseaux. Nomenclature des bureaux. 
Statistique. Journal télégraphique. 
Actes des Conférences internatio- 
nales, etc. 

1766. Golladon (Daniel), Genève, 
— Mémoire sur les effets de la fou- 
dre sur les plantes ligneuses. Em- 
ploi des arbres comme paratonner- 
res, 1 872. — Contributions à l'é- 
tude de la grêle et des trombes as- 
pirantes, 1879. 



140 



EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 



CLASSE 10 



COLLECTIONS nETROSPECTIVES D APPAREILS 
CONCERNANT LES ÉTUDES PRIMITIVES ET LES 
APPLICATIONS LES PLUS ANCIENNES DE l'É- 
LECTRICITÉ. 

1767. Golladon (Daniel), Genève. — 
Galvanomètre (aimée 1826) pour 
courants d'élcclriciti atmosphéri- 



que. — Appareil employé dans une 
expérience électro-dynamique faite 
en collaboration avec Ampère (an- 
née 4827). 

1768. Hipp (Matthias) Neuchâtei 
[Suisse). — Télégraphe écrivant 
construit en 1849. Appareil Morse 
écrivant à l'encre construit en 1855. 



ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE 



SALLES DU PRETER ETAGE. 

Salle n' ]. Galerie de tableaux. Compagnie générale belge de lumière 
électrique, '27, rue Tronchet, à Paris (Lampe Soleil). 

Salle n° 2. Théâtre. Compagnie générale d'électricité, l'i, avenue de 
l'Opéra, à Paris (système Werdermann). 

Salle A. Salon du Président de la République. Compagnie générale d'élec- 
tricité, i2, avenue de ï Opéra, à Paris (système Reynierj. 

Salle n" ô. Salon (système Jamiii). — Salle à manger (système Werdermann). 
— Compagnie générale d'électricité, i2, avenue de l'Opéra, à Paris. 

Salle n" i. Vestibule. Cuisine. Salle de bain. Société générale d'électri- 
cité « Force et Lumière ), o, avenue de V Opéra, à Paris. 

Salles iX"'^ 5 et 0. Compagnie générale d'électricité, 12, avenue de l'Opéra, 
à Paris (système Jamin). 

Salle B. Compagnie générale d'électricité 12, avenue de l'Opéra, à Parif; 
(système Jablochkoff). 

Salle n° 7. Société générale d'électricité u Force et Lumière », 5, ave- 
nue de l'Opéra, à Paris. 

Salle n° 8. Anglo American Brush Electric Light Corporation Limi- 
ted, 74, Hatton garden, à Londres. 

Salle n'^ 9. M. de Méritons, 59, rue des Martyrs, à Paris. 

Salle n^ 10. MM. Sautter, L. Lemonnier et C'% 26, avenue de Suffren, 
à Paris. 

Salle n» 11. Compagnie générale 'd'électricité, 12. avenue de l'Opéra, 
à Paris (système Jablochkoff). 

Salles u" 12. Société espagnole d'électricité. 10, Rambla del Canalettas, 
à Barcelone. 

Salle n"15. MM. Siemens frères (M. G. Boistel, représentant, 8, rue Picot, 
à Paris). 

Salle n" [A. Compagnie parisienne d'éclairage par l'électricité, 
25, rue Dufrenoy, à Paris. 

Salle C. United States electric lighting C° (système Maxim), 120. Broad 
vmy, à New-York, et 15, avenue de l'Opéra, à Paris. 

Salle n" 15. M. Jaspar, 12, rue Jonfosse, à Liège. 

Salle nM6. M. Anatole Gérard, 8, passage Cottin, à Paris. 



14'i EXPOSITION DKLEGTRICITE. 

Salle II" il. The Bristish Electric Light C", Heddoti street, Régent street, 
à Londres. 

Salle n" 18. MM. Mignon et Rouart, 157, boulevard Voltaire, à Paris. 

Salle n° 19. Société Lyonnaise de constructions mécaniques et de 
lumière électrique, 19, rue de Grammont, à Paris. 

Salle 11" '■20. M. James Fyfe, 5'2, Queen Victoria street, à Londres. 

Salle n" 21. Swans Electric Light C° Limited, J5, Mosley street, New- 
castle-on-Tyne. 

Salle 11° '22. Anglo American Brush Electric Light Corporation Limi- 
ted, li, Hatton garden, Londres. 

Salle D. Swans Electric Light C°, Limited, 15 Mosley street, Newcastle- 
on-Tyne. 

Salles no^ 25 et 24. M. Thomas A. Edison, Menlo Parle, U. S. A. 

ESCALIERS. 

Grand escalier d'honneur. Pavillon Nord. 

Rez-de-chaussée : système Werdermann (Compagnie générale d'électri- 
cité, 12, avenue de VOpém, à Paris). 

Palier du 1^'' étage. M. Thomas A. Edison, Menlo Park; V. S. A. 

Escalier du Pavillon IS.-O. 

Rez-de-chaussée et palierdu l*'' étage. Système Jamin (Compagnie générale 
d'électricité, 12, avenue de V Opéra, à Paris). 

GRANDE NEF. 

Rez-de-chaussée. 

Motif central : groupe de fonte artistique disposé en fontaine jaillissante, 
fondu et mis en place par M. Antoine Durenne, 50, rue de la Verrerie. ^ — 
Décoration peinte de la tour du phare exécutée par MM. Rubé et Ghapron, 
décorateurs du théâtre national de l'Opéra. — Quatre lampadaires de fonte 
artistique à figures, placés au pourtour du bassin central fournis par 
M. Antoine Durenne. — L'escalier placé à l'extrémité ouest de la grande nef 
a été construit par M. Têtard, entrepreneur, 150, rue du Chevaleret, à Paris. 
— Serre d'expériences construite par MM. G. Sohier et C'% 121, rue La- 
fayette, à Paris. 

PREMIER ÉTAGE. 

Galerie de pourtour; côté Ouest. 

Tapisseries anciennes provenant de la collection de M. Braquenié. — Lam- 
padaires de bronze à figures, appareillés pour l'éclairage électrique, fournis 
par M. Barbedienne, fabricant de bronzes d'art, boulevard Poissonnière , 
à Paris. — Grands panneaux de faïence décorative provenant des ateliers de 
MM. Boulenger et C'', à Choisy-le-Roi. 

Les écussons décoratifs portant inscrits ù leur centre des noms d'électriciens 



^ 



ÉCLUllACE KLECTUIQUE. 143 

célèbres ont été peints jiar M. Lavastre jeune, décorateur du tliéàtro natio- 
nal de l'Opéra. 

SALLES DU L-- ÉTAGE 

Salon du Président de la République : 

Tentures décoratives fournies par MM. Duplan et Hamot, 75, rue de 
Richelieu, à Paris. 

Soubassement de papier peint fourni par MM. Gillou et fils, 5 et 7, pas- 
sage Charles-Dallery, à Paris. 

Cheminée monumentale, style renaissance, de M. J. Duval, tapissier décora- 
teur, 15 et 15, boulevard de la Sladeleine, 

Bronzes d'art appai-eillés pour l'éclairage électrique fournis par MM. Susse 
frères, 51, place de la Bourse, à Paris. 

Meubles fournis par : le Mobilier National (M. Williamson, administra- 
teur), par M\l. Duplan et Hamot, et par M. J. Duval. 

SALLE N» 1. 
Galerie de tableaux. 

Tableaux acquis par l'Etat et provenant de l'exposition des Beaux-Arts 
de 1881. j 

SALLE N« 2. 

Théâtre. 

Matériel de scène provenant des magasins du Mobilier National. 

Décor peint par MM. Rubé et Ghapron, décorateurs du théâtre natio nal 
de l'Opéra. 

Devanture d'avant-scène peinte par M. Lavastre jeune, décorateur du 
théâtre national de l'Opéra. 

Tenture des murs de la salle : Tapisseries anciennes provenant de la collec- 
tion de M. Braquenié. 

Maquette de décoration indiquant la disposition de l'éclairage d'une scèn c. 
de théâtre. — Exposition historique de l'éclairage des scènes de théâtre 
(MM. Garnier, membre de l'Institut, architecte de l'Opéra; Nuitter, archi- 
viste de l'Opéra, et Th. de Lajarthe, bibliothécaire de l'Opéra. | 

SALLE iV o. 
Salle à manger. 

Cheminée de faïence, genre Bernard Palissy, fournie par M. G. Pull, 
122, i-ue Blomet, à Paris. 

Papiers peints des murs fournis par M. Dumas (maison Barbedienne), 24 et 
26, rue Notre-Dame des Victoires, à Paris. 

Meubles et accessoires fournis par la Société anonyme du Palais Bonne nou- 
velle (La Ménagère, 20, boulevard Bonne-Nouvelle, M. P.-C. Drugé, adminis- 
trateur délégué). 



144 EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 

SALO^. 

Grande cheminée de marbre, avec son dessus, fournie par M. Parfonry, 
62, rue Saint-Sabin, à Paris. 

Soubassement de papier peint fourni par MM. Gillou et fils. 

Tentures des murs : Etoffes riches de tenture fournies par MM. Duplan et 
Hamot. 

Tapisseries modernes d'Aubusson, 2 panneaux : « La Citasse »* et « la Pêche » 
fournis par MM. Braquenié, et C'', 10, nœ Vivienne, à Paris. 

Toiles peintes en reproduction de vieilles tapisseries « la Toilette d'Andro- 
mède » et verdure Renaissance fournies par M. Salagnad, 10, rue Royale, 
à Paris. 

Tentures d'applique et meubles fournis par MM. Fleck frères (Magasins du 
Tapis roug-e, 65 et 67, fauhourcj Saint-Martin, à Paris). 

Coffre d'un piano à clavier électrique fourni par M. Baehr, 11, rue des Récol- 
lets, à Paris. 

SALLE N^^. 

Vestibule. 

Grande glace fournie par M. Chamouillet, rue Saint-Honoré^ 414, à Paris, 
Papier décoratif de tenture des murs fourni par M. Follot, 9, rue Becc aria, 
à Paris. 

Meubles provenant des magasins de MM. A Damon et C'^ (Ancienne mai- 
son Krieger et II. Racaull), 74, faubourg Saint- Antoine. 

Cuisine. 

Revêtement des murs : en carreaux de faïence décorative fournis par 
MM. Boulenger et C'*' de Choisy-le-Roi, en collaboration avec M. Adrien 
Bruneau, 22, rue des Petites-Ecuries. 

Mobilier, fourneau et ustensiles fournis par la Société anonyme du Palais 
Bonne nouvelle (La Ménagère, 20, boulevard Bonne-Nouvelle ; M. P. C. Drugé 
administrateur délégué). 

Salle de bain. 

Revêtement des mnrs : 

Faïences décoratives fournies par MM. Boulenger et C'', deChoisy-le-Roy, 
en collaboration avec M. Adrien Bruneau. 

Accessoires et mobilier fournis par la Société anonyme du Palais Bonne nou- 
velle (La Ménagère, M. P. C. Drugé, administrateur délégué). 

SALLES N»" 7, 8. 
Auditions téléphoniques. 

Tapisseries servant à la garniture extérieure et intérieure des salons d'audi- 
tion, fournies par M. L. Dalsème, 21, rue Saint-Marc, à Paris. 



J 



- ECLVIRAGi: F.Li:f JHIQl'E. 

SALLE N' 9. 

Bibliothèque. 

Bibliotlièque de bois .scuIpU', fournie par MM. Fleck i Magasins du Tnpis- 
Rouge, à Paris. — Corps de hihliollièque toui-ni pnr le Cercle de la Librairie, 
boulevard Saint-Germain, n" 117, // Paris. 

SALLE D 
Salle des séances du Congn's International des Électriciens et Jfx Conférences. 

Meubles, estiades, tribunes, rnurnis par MM. Lecœur et G' . enlrepre- 
ioiirs, !25, rue de Humboldt, à Pajiit. 

Tapisseries fournies par M. Bellenot. rue de Ihnn'-, .". 

Pourtours du i''^ étage, salles (re.r position du 1 " étage et grande nef. 

Sièges et bancs divers, fournis par MM. Fleck frères, (Magasins du Tapis- 
lîougei, la Société anonyme du Palais lionne-Nouvelle i Lia Ménagère, M. V. C. 
Drugé, administrateur délégué) et MM. Allez frères, I. rue Saint-Martin, 
à Pariii. 

Buste de la République, d'après M. Francia, scnipleur, Paris. 

Gares d'arrivée et de départ du tramway électrique. 

Machines à dater les billets en pointillé à jour fournies par M. E. Ravasse, 
onsiructeur, 203 et 205, rue Lafayrttc^ à Paris. 



iO 



TABLE DES MATIERES 



FRANCK. 



Aboilard. Cr. IV, cl. 6, p. 21 ; — gr. IV, cl. 7. p. 28, 

— gr. IV, cl. 13, p. 46. 
.Vcadémie d'aréostation météorologique, Gr. IV, cl. 15; 

p. 46. 
.\chaid. dir. de la Soc. Kouvelle d'einbragngp par 

réleclricilé, Gr. IV, cl. 6, p. 2l. 
.\lamagny et Oriol. Gr. II, cl. i, p. 16. 
.\ll.aret. Gr. IV, cl. 8, p. 29. 
\leiander. Gr. V, cl. 14, p. 5-2. 
Ansel'ue. Gr. VI. cl. 13, p. 57. 
ArliDcouit. (d") Gr. IV, cl. 6, p. 21. 
.Vimengaud aîné. Gr. IV, cl. 12, p. 40: — gr. VI, 

cl. lo, p. 3". 
Armeniiaud jeune. Gr. VI, cl. lo. p. 37. 
Arnould. Gr IV, cl. 8, p. 29; -^ gr. IV, cl. 10, p. 37. 
.\s>ocialion française pour l'avèuenieni des science>. 

Gr. VI, cl. 15, p. 37. 
Aunav(f),Gr. I, cl. 2, p 12. 
.Avoiron et Clément. Gr. IV. cl. 8, p. 29. 
Baillehache (de). Gr. IV, cl. 6, p.21 : — gr. IV, cl. X, 

p. 29. 
Ballal. Gr. 1, cl. 2, p. 12; — gr. 4, cl. 8, p. 29. 
Barbedienne. Gr. IV, cl. 8. p. 29. 
Barbier (Ern.-Fr.i. Gr. I, cl. 2, p. 12; -gi-. Il, cl. 4, 

p. 17; — gr. IV, cl. 12, p. 40; — gr. IV. cl. i3. 

p. 46. 
Barbier (Mathurin). Gr. I, cl. 2, p. 12. 
Barbier (Pa-cal). Gr. IV, cl. lô, p. 46. 
Barcellos (de). Gr. IV, cl. 8, p. 29. 
Bâcle. Gr. V, cl. 14, p. 52. 
Baillière. Gi. Vl.cl.lS, p. 37. 
Barda. Gr. IV, cl. 10, p. 37. 
Bardillon. Gr. IV, cl. 13, p. 47. 
Bariquand et fils. Gr. V, cl. 14, p. 52. 
Barluel et C". Gr. I, cl. 2, p. 12. 
Barrai. Gr. I. cl. 2, p. 12; — gr. IV, cl. lô, p. 47. 
Barrière et G". Gr. IV, cl. 6, p. 21 ; — gr. IV, cl. 12, 

p. 40. 
Baudet (Cloris). Gr. I, cl. 2, p. 12 ; — gr. I, cl. 3, 

p. 13; - gr. IV, cl. 8, p. 29; — gr. IV, cl. 9, 

p. 34; — gr. IV, cl 15, p. 47. 
Baudet (Cyrille). Gr. IV, cl. 13, p. 47. 
Bau.lry. Gr. VI, cl. 13, p. 37. 
Bau.lot. Gr. IV, cl. 6, p. 21. 
Iteau. Gr. VI, cl. 15, p. 57. 
Beau et Bertrnnd-Taillçl. Gr. IV, cl. 8, p. 29. 
Beaufils. Gr. I, cl. 2. p. 12; — gr. II, cl. 4, p. 17. 
Bédollière (de la'. Gr. IV, cl. 13, p. 47. 
P.ellei. Gr. IV, cl. 13, p. 47. 
Benoit. Gr. IV, cl. 12. p. 40. 

Bernard. Gr. IV, cl. 8, p. 29 ; — gr. IV, cl. 13, p. 47. 
Bertrand. Gr. VI, cl. l.H. p. 57. 
Bessand et Cie. Gr V, cl. 14, p. 32. 
Bjgeon. Gr. I, d. 3, p 13 ; - gr. III, cl. 3, p. 20 ; 

— gr. IV, d. 6, p. 21 ; — gr. IV, d. 7, p. 28; - 
ST. IV, cl. 9, p. 34. 

Biilaudot. Gr. I, d. 2, p. 12; - gr. IV, d. 11, p. 58; 

— gr. IV, d. 13, p. 47. 

Biloret et llora. Gr. I, cl. 1, p. 11 ; — gr. I, d. 2 
p. 12 ; — gr. I, cl. 3, p. 13; — g. II, cl. 4, 
p. 17; — gr. IV. cl.e, p.21; — gr. IV, cl. 8. p. 29 ; 

— gr. IV, cl. 9, p 34; — gr. IV, d. 10, p. 37 ; — 
gr. IV, d. 11, p. 38; — gr. IV, d. 12, p. 40; — 
çr. IV, d. 13, p. il. 



IV. 



IV. d. 



p. 22, 
p. 28 ; - gr. IV, 



Biron. Gr. IV, d. 6, p. 21. 

Bisson. Gr. IV, cl. 12, p. 40. 

Bizot. gr. I, d. 2, p. 12 ; — gr. IV. cl. 12, p. 40- — 

gr. VI, d. 15. p. 57. ' 

Blanc. Gr.IV, d. 6. p. 22. 
Blondeau. Gr. V, cl. 12, p. 41. 
Blondiot. Gr. VI, d. 15, p. 58. 
Blouzon. Gr. I, cl. 2, p. 12; — gr. IV, cl 8 n "H- — 

gr. VI, d. 14, p. 32. > , 1. ... 

Boileau père. Gr. II, d. 4, p. 17. 
Boivin. Gr. Il, d. 4, p. 17; — gr, 

— gr. IV, cl. 13. p. 47. 
Bonis (Mme). Gr. II, cl. 4, p. 17. 
Bonneau. Gr. IV. d. 13. p. 47. 
Boutemps. Gr IV, cl. 12, p. 41. 
Borel. Gr. VI, d. 15, p. 38. 
Borrel. Gr. I. cl. 4, p. 17 ; — gr 

— gr. IV, d. 12, p. 41. 
Boudet de P.iris. Gr. IV, 

d. 10. p. 37. 

Boudreaux,Gr. IV, cl. II. p. 38 

Boulet et C'V Gr. V, cl .14, p. 32. 

Bourdin. Gr. I, d. 2, p. 12 ; — gr. I. d. 3 n Ii- 
gr. IV cl. 8 p. 29;- gr. IV, d. 9, p. 34;'- gr.'lf, 
cl. 12, p. 4i ; D > 

Bouidin gr. IV, d. 13, p. 47. 

Bourgeois. Gr. V, cl. 14, p. 32. 

Bourseul. Gr. IV, cl. 7, p. 28. 

Breguet. Gr. I, cl. 1 p. 11 ; — gr. r. cl 2 p |-?- __ 
gr. I, cl.3, p. 15; — gr. II, cl. 4, p. 17; —-^r"" III 
cl. 5, p. 20; - gr. IV.^d.e, p. 22; - gr IV cl 7 
P- 2f . - gr. IV, cl 8, p. 29 ;ilgr. 'lV,cl9, p.' 34,1' 
gr. U, d. 10, p. 37; - gr. IV, d. 1. p. 38- — er 
IV, d. 12, p. 41;- gr. IV, d. 13, p.'^47 ^ 

Vl.d. 15. p.58:-ffr. VI d. 16, p. 61 ' 

Breguet (Ant.). Gr. VI. d. 13, p. 38- — c 
d. 16. p. 61. 'HO. i 

Brewer frères. Gr. I, cl. 2, p. 12; — Gr. IV 
p. 37. ' ' 

Brin frères. Gr. IV, d. 13, p 47 

Bunon. Gr. IV, cl. 10, p. 47. 

Brissc. Gr. VI, d. 15. p. 58. 

Bmss. Gr. V, d. 14. p. 53. 

Cadideux. G. IV, cl.6, p. 22: 

Cahen. Gr. IV, d. 13, p. 47. 

Clandre. Gr. VI. cl. 15, p. 38. 

Gallaud. Gr. 1, d. 2, p. 12; — gr. II, cl. 4 

Gance Gr. I, d. 3 p. 13; - gr. 4, d. 8. p. 30 ; - 

gr. IV, d. 9, p 33; - gr. IV, d. 12, p. 41 
Canson et Mongollier (Soc. anonyme des papeteries 

de Vidalon . gr. I, c . t-. |. '2'' 
Caron Gr. IV, cl 13, p. 41 ; -gr. IV. d. 15, p. 4^ 
Carpentier. Gr. d. I, p. 11 ; — gr. HI. d 5 n W 

gr. IV, cl. 6, p. 22; L gr." IV. d. 12. p il ^^ "" ' 
Carre (Edmond), gr. I, cl. 1, p. 11 ; — «r IV c 8 

p. 50. o • 1 , 

Carré (Ferdinand). Gr. I, cl. 1, p. II ; — «^r I cl « 

^'I^Tv^c..^î^p''4?:^''-^'--'^''='-^p-^' 

Carne Gr. II, cl. 4, p. 17. 
Casalonga. gr. VI, cl. 13, 
Cazésus. Gr. IV, cl. 6, p' 
Céfrey. Gr. IV, d. 6, p. 25 



— gr. 
r. VI. 
d. 10 



-gr. IV, cl. 12, p. 41. 



...58. 



TAIIIE HES MATIERES. 



Chahricr. Gr. IV, cl- 14, p. iT. 
ChaliL'ny et C.uyot-Sioiinest. Cr. V cl. !"■ 
ChanibiW. Gr. IV, cl. 6. p. -22; - gr. 

p. il. 
Clianierov. Gr. I. cl. ô. p. 15: — gr. IV, 

— gr. IV, cl. 9, p. 35. 
Changy (de), gr. IV, cl. 13, p. i8. 
Chaparl ei Seng. Gr. IV. cl. 6, p. 22. 
Chapuis. Gr. I. cl. 2, p. 12 ; — gr. IV, cl, 
Chapi.éc. Gr. II, cl. l.p. 17. 
Chari'ei.iier. Or. IV, cl. 13, p. -18. 
Chardin. Gr. IV, cl. 10, p. 37. 
Gharlol el C". Gr. II, cl. 4, p. 17. 
Charrièrc el C-. Gr. IV, cl. 12. p. il. 
Chaudron. Gr. IV, cl. 6, p. 2-2. 
Chauvin el Mariu-Darbel. Gr. II, cl. 4, P. 
Chenol. Gr. IV, cl. 13, p. 18. 



Chen.nip^;. Gr. IV. cl. 8, p. 50 
" "' ■ " IV, cl 



8, p. 30. 



IV, 



Choilci cl Rézarrt Gi 

Choiic !Dr.l. Gr. IV, cl. 6. 

Chrétien. Gr. IV, cl. 9, p. 33. 

i:hri>tollc el C'«. Gr. IV, cl. Il, p. 59; 

cl. 13, p. 18. 
Ghutaux. Gr. I. cl. 2, p. 13; — gr. IV, d. 6, p. 22; — 

Gr. IV, cl. 9, p. 35;— gr. IV, cLll, p.59;— gr.IV, 

cl. 12, p. 41. 



gr.IV, cl. 8, P. 30. 



Clémandol. Gr.IV. cl. 8, p. 30. 

Cler.'. Gr. IV, cl. 3, p. 

Collège de France. Gr. IV, cl.'12, p. il; — gr. VI, 

cl. 16, p. 62. 
Collet et C'". Gr. V, cl. 14, p.o3. 
Collin. Gr. 11, cl. 4, p. 17;- gr. IV, cl. 6, p. 22; — 

Gr. IV, cl. 12, p. 41 ; — gr. IV, cl. 15, p. 48. 
Conihelies (de). Gr. IV, cl. 6. p. 23; — gr. IV. cl. 7, 
p. 28; — gr. IV, cl. 10, p. 57; — gr. IV, cl. 12, 
p. 42; — gr. IV, cl. 15, p, 48. 
Compagnie anonyme des forges de Chàlillon et Com- 

meniiy. Gr. H, cl. 4, p 17. 

Compagnie des chemins de fer de l'Est. Gr. IV, cl. 6, 

p. 23. - Gr. IV. cl. 12, p.42. — gr. V, cl. 14, p. 53. 

Comp;ignie des clicmins de fer de Paris à Lyon et à la 

Mcdiierianée. Gr. 1, cl. 2, p. 15; — gr. IV, cl. 6, 

p 25; — gr. IV, cl. 7. p. 28 ; — gi-. IV, cl. 8, p. 30; — 

gr. IV, cl. 12, p. 42; — gr. IV, cl. 13, p. 48; — 

gr. VI, cl. 16, p. 62. 

Compagnie des clicmins de fer d'Orléans. Gr. lY, 

cl. 6, p. 23. 
Compagnie des chemins de fer de rOuesl. Gr. IV. 

cl. 6. p. 23. 
Con.pagnie des chemins de fer du Nord. Gr. IV, cl. 6, 

p.23;-gr IV, cl. 8, p 30. 
Compagnie des Moteurs à Caz, Gr. V, cl. 14, p. 53. 
Compagnie généiale d'éclairage électrique. Gr. I, 

cl. 5, p. 15; — gr. IV. cl. 8, p. 3'J. 

Compagnie parisienne d'éclairage par l'électricité 
(ancirnne alliance) Gr. I, cl. 5, p. 15; — gr. IV, 
cl. 8, p 30. 
Com|iagnic fr.meaise deCelluloïd. Gr. IV, cl. 13,p.48 
Cordier. Gr. V. r\. 14, p. 53. 
Coronat. Gr. !. cl. 2. p. 13. 
Cottens. Gr. IV, cl. 11, p. 39. 
(ourtol. Gr. 1, cl. 1. p. 11; —gr.IV, cl. 7.p.28;- 

tr. IV, cl. 11, p. 39; -gr.IV, cl. 13, p. 48. 
Crespin. Gr IV, cl. 6, p 23. 

Cro î-e. Gr. IV, cl. 6. p. 23 ; - gr. IV, cl. 7, p. 28. 
Dalifol cl C". Gr. IV, cl. 11, p. 59 ; - gr. IV, cl. 12, 

p. 4-2. 
Dalma-, (de), Gr. IV, cl. 15, p. 48. 
Damoiseau fi Pctitpont. Gr. I, cl. 3, p. 15. 
Dandi;:ny. Gr. IV, cl 8, p. 30; — gr. IV, cl. 9. 

p. 35;— gr. V. cl. 14, p. 13. 
Dehavcux. G. IV, cl. 6. p. 23; — gr. IV, cl. 13, p. 48. 
Debic. Gr. V, cl. H, p. .^ï. 
Dcbrun et Law. Gr. IV, cl. 12, p. 30; -gr. IV, cl. 12, 

p.42. 
Deffez, Gr. I, cl. 1. p. 11. ^ 

Déhérain Gr. IV, cl. 8, p. 51. 
belagarde. Gr. IV, cl. 11, p. 39. 
Delahaye. Gr. IV. cl. 6, p. 23. 
helamotle. Gr. IV. cl. 13, p. 48. 
Ile la r.r.che. Gr. IV, cl. 12. p. 42; -- gr. IV, 13, p.48. 
Delaiirier.Gr. I, cl 2, p. 15; — gr. I, cl,3, p. la; — 
-i: m, cl. 5, p.20; — tir.IV, cl. S, p.51;-gr.IV, 
cl. 8. p. 55; — gr. IV, cl. Il, p. Ô9; — gr. IV, 
cl. 15, p.48; 



D.laye. Gr IV, cl. 8, p. 51, salle 17. 

Dcleuil. Gr. I, cl. 2. ii. 13; — gr. Il, cl. 4, p. 17; — 

gr. IV, cl. 12, p. 42. 
Demilly. Gr. IV, cl. 11, p. 59. 
Denis. Gr. IV, cl. 12, p.42. 

DcM hiens. Gr. 111, cl. 5, p. 2(1 ; - «r. !V, cl. 6, 
p. -25; — gr. IV, cl 7, p. 28; — gr. IV, cl. 2, 
p 42;— gr. IV, cl. 13, p. 8. 
Deshayes. Gr. IV, cl. 12. ]'■ 12. 
Desruelles el Bourdoncle. Gr. I, cl. 2, p. 15; — 
gr. IV, cl. 6, p. 25; — gr. IV. cl. 8, p. 29; — 
gr. IV, cl. 9, p. 35; - gr. IV, cl. 10, p. 57; - 
gr. IV, cl. 15, p. 47. 
Dliamelincourl. Gr.IV, ci. 12, p. 42. 
Digney. Gr. I, cl. 2, p. 13; — gr. III, cl. 5, p. 20. 

- gr. IV, cl. 6, p 23. 
Oienst Gr. IV, cl. 12, p. 42. 
Doniange. Gr. V, cl. li, p. 55. 
Domoiit. Gr. V, cl. 14. p. .54. 
Donnay. Gr. V, cl. 14, p. 5'. 
Dopfeld. G. II, cl. 14, p. 54. 
borizon. Gr. IV, cl. 6, p. 25. 
Douce et C". Gr. I, cl. 2, p. 13; - gr. Il, ci. 4 

p 17;- gr. IV, cl. 6, p 25 
liouhet (Comte de Gr. IV, cl. 8, p. 31. 
Drault. Gr. IV, cl. 11. 
Dronier. Gr. IV, cl. 13, p. 48. 
Druclle. Gr. IV. cl. 13, p. 48. 
Imhois el C". Gr. V, ,1.14, p. 54. 
l'ul.os. Gr. 1, cl. 2, !.. 15; - gr. 1, cl. 5, p. 15; - 
Gr. IV, cl. 8, p. 31; — gr. IV, cl. 9. p. 5o; — 
gr. IV, cl. 10, p. 57 ; — gr. IV, cl. 12, p. 4H. 
Duhoscq. Gr. IV, cl. 8, p.3l; — gr. IV, cl. 12, p. 42. 
Duchesne-Fournet Gr. IV. cl. 8, p 51. 
Ducou.-so (frères) Gr. IV, cl. 6, p. 24. 
Ducretet el C". Gr I. cl. 1. p. 11 ; — gr. III, cl. .o, 
p. -0; — gr. IV. cl. 7. p 28; — !:r. IV, cl. 9, 
p 55; - gr. IV, cl. 10, p 57; — gr. IV, cl. 12, 
p. 42. 
DucTol. Gr. VI, cl. 1.J, p. 38. 
Dumont. Gr. V, cl. 14, p. 34. 
Dumoulin-Froment. Gr. IV, cl. 12, p. .42; — gr. VI, 

cl. 16, p. 62. 
Duue.iu. Gr. VI, cl. 16, p 62. 
Duuod Gr. VI, cl. 15, p. S8. 
Ecole d'horlogerie de Paris. Gr. IV, cl. 12, p. 42. 
électricien. Gr. IV, cl. 15, p.49;— gr. VI, cl. i:. 

p 49. 
tliaers.Gr. IV, cl 15, p. 49. 
Encausse et Canesie. Gr. IV. cl. 10, p. 47. 
Eugel. Gr. 1, cl. 2, i.. 15; — gr. IV, cl. S, p. 51. 
Eslienne. Gr. III, cl. .n, p. 20; — gr. IV, cl. 6, p. 24; 
-gr. IV, cl. 12, p. 42;— gr. IV. cl. 15, p. 49;- 
gr. VI, cl. 15 p. 59. 
Farcol (Emmanuel). Gr. V, cl. 14, p. 54. 
Farcot (Joseph) , Gr. V, cl. 14, p. 54. 
Felbcr. Gr.IV. cl. 15, p. 49. 
Félix. Gr. IV. cl. 9, p. 55. 
Feraud Gr. 1, cl. 2, p. 13. 
Feuquières. Gr. lY. cl, 11), p. 58; — gr. IV, cl. Il, 

Ferry et Millet Gr. V, cl. 14, p. ■^4. 

Firmin-Didot. Gr. VI, cl. l.i, p. 59. 

Flogny. Gr. IV, d. 9, p. 35. 

lolie. Gr. IV. cl. Il, p. 39. 

Fontaine. Gr. VI, cl. 15, p 59. 

Fontnnié. Gr. IV, cl. 10. p. 58. 

Foutenilles. Gr.Il, cl. 4, p. 17 ; - gr. IV, d. 6,p.24. 

Fossey. Gr. IV, cl. 13, p.49. 

Frcmont. Gr. IV, d. 15, p. 49. 

Frenais. Gr. IV, d 1, p. 59. 

Friou et Thierré. Gr. II, d. 4, p. 17; — gr. I, cl. 

2, p. 13. 
Cagei, Gauthier el C'. Gr. V, cl. 14, p. 34. 
Gagneau et C". Gr. XIV, d. 8, p. 51. 
Gaiffe. Gr. I, cl. 2, p. 15 ;— gr. I, d. 3, p. 15; - 

ar. III, cl. 5, p. 20 ; — gr. IV, d. (i, p. 24; — gr. 

iV, d. 7, p. "28 ; - gr. IV, d . 8, p. 51 ; — gr. IV, 

cl. 10, p. 38; — gr. IV, d. 11, p. 59; — gr. 

IV, .1. 12, p. 43; — gr. IV, d. 13, p. 49. 
Gallct. Gr. IV, cl. 12, p 43; 
Gâllet. gr.IV. d. 13, p. 49. 

Garnier. Gr. IV, d. 11, p 59; — gr. IV, d. 12, p. 4.5. 
Gary. Gr. IV, cl. 12, p. 43;- gr. IV, d. 13, p. 49. 
Gaulard. Gr. I, d. 2, p. 13 ; - gr. IV. d. 8, p. 51. 



i 



Gautier. Gr. IV, cl. 6, p. 24; 

Gautier. Gr. IV, 1 1. t», p. 55. 

Caulrvt. Gr. IV, cl. 6. p. ii. 

Geneste, Hoi-sclier et G". Gr. IV. il. 9, p. 33: — gr. 

V. cl. li, p. o4. 
Geoffrov. Gr. IV, cl. 6, p. 24: — gr. IV, cl. 15. 

p. 49." 
Georirer. Gr. V, cl. XIV, p. 51. 
GéraKl Gr. 1, cl. 3, p. 15; — gr. IV, c g, p. 31 : 
Gérard et (îcniiol. Gr. IV, cl. 15, p 49.'' .5 
Germ;un. Gr. IV, cl. 6, p. il: —si: IV, cl- q , p. 49. 
Germer Baillière et i'"'. Gr. VI, d. 15, p. o' 
Gerspaik, Gr. VI, cl. 15, p. 59. 
Gir.«rd. Gr. I, cl. % p. 13; — gr. IV. cl. 7, p. '28 ; 

— gr. IV, cl. li. p.lô. 

Giraud. Gr. I, cl. ."),p. 13: — çr. IV. cl. 8, p. 31 : 

— gr.lV.cl. i2. p. 45. 

Gire. Gr. I, cl. 3. p. 15: — gr. IV, cl. 9, p. 55: — 

gr. IV, cl. 13, p. 49. 
Gits. Gr. IV, cl. tî. p. -24. 

Gotierel. Gr. 1, cl. '2. p 13: — gr. IV. cl.8,p. 51. 
Godfi-ay Gr. IV, cl. 13, p 49. 
Cordes. Gr. IV. cl. 13. p. 49. 
Gramme. Gr. VI. cl 16. o 62. 
Gras. Gr.lV.cl. 6, p 24." 
Grassiet Beui G M, cl. 16, p. 21. 
Gravollet. G. IV, cl. 6, p. 24. 
Greil. Gr. IV, cl. 9, p. 35. 
Givnet,frèies. Gr. IV, cl. 9, p. 55 : — sr. IV, ,1. 

11. p. 59. 
Gressier. Gr. IV, cl 6, p. 24. 
Grin. Gr. IV, cl. i", p. 49 
Grivolas. Gr. IV, d. 15, p. 49. 
Grosïuen.iinl. Gr. IV, cl. 12, p. 45. 
Guébhard. Gr. IV, cl. 12, p. 45. 
Guérin. Gr. IV, cl. 6, p. 24: — gr. IV, cl. 10, p, 38: 

— gr. IV, < 1. 12. p. 43. 
Giiérot. Gr. 1. cl. 2, p 13. 
Guggeraos. Gr. IV, d 6. p. 24. 

Guichard. Gr. IV. cl. 8, p. 31 ; — gr. IV, cl. 9, 

p. 53; Gr IV, cl. 13, p 49. 
Guichard et Cie Gr. 1\, cl. 12. p. 43; — sr. IV, 

cl. 13, p. 49 ; — gr. Y, cl. 14, p. 54. 
Guiter. Gr IV, cl. 13. p 49. 
H;iche et Pépin Lehalleur. Gr. Il, cl. 4, p. 17. 
Hychelte et Cie. Gr. VI, d. 15. p. 39. 
Hamelle-Fleutelot..Gr. V, cl. 14, p. .54. 
Hartwii' vau Biema. Gr. V, cl. 14, p. 54. 
Hardy. Hayet et Li:;nereui. Gr. I, cl. 5, p. 16- — 

gr. II, cl. 4, P. 17. - Gr. 111, cl. 3, p. 20 — 

gr. IV, cl. 6. p. 24 : — gr. IV, cl. 12, p. 45 ; — 

sr. IV, cl. 15, p. 30. 
Heïnpel et Cie. ur. IV, cl. 12. p. 43. 
Heiiry. Gr. IV, cl 15, p. 50. 
Heuiy Lepaute fils. Gr. IV, cl, 8, p. 52 ; — gr. iV, 

cl. 12, p. 4i. 
Hequet. Gr. IV, cl. 6, p. 24. 
Herz. Gr IV. cl. IV, p. 23; — gr. IV, cl. 7, p. 28 

ST. IV, cl. 8, p. 51 ; — gr. IV, cl. 9. p. 35. 
flochge>and. Gr. V, cl. 14, p. 54. 
Hodel. Gr. Il, cl. 4, p. 18. 
Hospitalier. Gr. VI, cl. 15, p. 59. 
Hoolmann fr.'n s. Gr. IV, cl. 15, p. 50. 
Houz'au. Gr. VI, cl. 15, p. 39. 
Hubin. Gr. I, cl. 2, p. 13 ; — gr. II, cl. 4, 3 . . 
Huetz. tir. I, cl. 5, p. 13; — gr. IV, cl. 'J, p. 5!î. 
Huuiblot. Gr. 1. cl. 1, p. II. 
Humblot et Duforl. Gr. V, cl. 14, p. S-i. 
Huinblot et Terrai. Gr. IV, cl. 15, p. 5U. 
Huuebellf. Gr. II, cl. 4, p. 18. 
Huré. Gr. V, ci. 14, p. 55. 
Hurtu et Hautin. Gr. IV, cl. 8, i,. 31 ; — gr. IV, cl. 9, 

p. 36; — gr. V, cl. 14, p. 35. 
Hutchinson et Cie. Gi-. IV, cl. 13, p. 30. 
Iveruols. Gr. V, cl. 14. p. 33. 
Ikolraer,. Gr. VI, cl. 15, p. 39. 
JablochKoff. Gr. I, cl. 2, p. 18. 
Jacquemier. Gr. IV, cl. 6, p. 23 ; — gr. IV. cl. 12, 

p. 45. 
Ja.qtiz. Gr. III, cl. 3, p. 20; — gr. VI, cl 13, 

p. 39. 
Jam;uu. Gr. IV, cl. 12, p. 43. 
Jan-ianL Gr. H, cl. 4, p. 18 ; — gr. IV, cl. 6. p. 25; 

— gr. IV, cl. 8. p. 31 ; — gr. IV, cl. 13, p. -iO. 
Jean. Gr. .V c! 15, p. :0. 



f::.nBLE DES M.\TIEIIES. 
IV, cl. 9, p. 3o 



U) 



Jobert. Gr. VI, cl. 15. p. 59. 

Joly. Gr. IV, cl. 6, p. 23. 

Jordery. Gr. IV, cl. 6, p. 25. 

Jourdau. Gr. I, cl. II. p. 15. 

Journal « La lumière électrique ». Gr.VI, cl. 15, p. 63 

Journaux. Gr. IV. cl. 9. p. 36. 

Julien et Cie. Gr. V. .1. U, p. 55. 

Juzan.Gr. IV. cl. 9, p. 36 

Kalejkv. Gr. V, cl. U. p. 53. 

Kcru. 'Gr. IV, cl. 13, p. 50 ; — gr. V, cl. 14. p. 55. 

Labisrarre. Gr. IV, ci. 13, p. 50. 

Lacanau. Gr. IV, cl. 13, p. 30. 

Lagarde. Gr. IV, cl 4. p. 18 ; — gr. IV, cl. 12, p. 45. 

Lairréné (de). Gr. IV, d. 13, p. 50. 

Lapcunte. Gr. IV, d. 6, p. 25 ; — gr. IV, cl. 6, p. 28. 

La Kevu • scicntiliquc de la France et de l'étranger, 

Gr. VI, cl. 13, p. 3 '. 
Larnienjal. Gr. IV, d. 9, \>. 56. 
Lartiyue. Gr. IV, cl. 6, p. 25 ; — gr. VI, d. 15, 

p. 39. 
Lattuada. Gr. IV, cl. 12, p. 13. 
Laveissière et fils. Gr. H, d. 4, n. 18- 
Leblanc et Loiseau. Gr. IV, d. 6, p. 25. 
Le Bruu. Gr. IV, d. 10, p. 3-. 
Le Chippov Gr. IV, cl. 15. p. 30. 
Leclere. Gi. IV, d. 11, p. 59. 
L. yat. Gr. IV. cl 14. 

Le Goarant de Tri.melin. Gr. IV, cl. 12, p. 44. 
Legras. Gr. 1, cl. I, p. 11 ; — gr. I, cl. i, p. 15: — 

gr. 11, d. 4, p. 18; - gr. IV, cl. 15, p. 50. 
Leguav. Gr. 111, cl. 5, p. 20 ; — gr. IV, p. 12, p. 44 ; 

— gr. VI, d. 13, p. 39. 
L'Hote. Gr. IV, cl. 8, p. 52. 
Leiprnaiin. Gr. VI, d. 15, p. 60. 
Lemoiue. Gr. IV, cl. 12, p. 41. 

Leuczewski el C . Gr. Il, cl. 4, p. l8; — gr. Ill, 

cl. 5. p. 20; — gr. IV, d. 6, p 25; — gr. IX, d. 7, 

p. 2S; — gr. IV, cl. 8, p. 32; — gr. IV, d. 12, 

p. 44. 
L'eiard. Gr. IV, cl. 13, p. 30. 
Le Tdlier et VestraiL Gr. IV, d. 13, p. .50. 
Lelhuillier et Pinol. Gr. V, d. 14, p. 55. 
Lttourncau. Gr. IV, cl. 6, p. 25. 
Létrange et C''. Gr. 1, d. 2. p. 15 ; — gr. II, c). 4 

p. 18; — gr. IV, cl. 6, p. 25. 
Le Tuai. Gr. VI, cl. 15, p. 60. 
Le Vavas-eur et Ouadi. e. Gr. IV, cl. 15, p. 30. 
Lévy. Gr. V, d. 14, p. 55. 
Lidilcnlelder. Gr. Il, cl. 4, p. 18. 
Liebermanu. Gr. V, cl. 14, p. 55. 
Liébert. Gr IV, d. 8, p. 52. 
Liunnet. G:'. IV, cl. Il, p. 59. 
Loiseau. Gr. I, cl. 2, p. 13. 
Loiscau et Guichard. Gr. IV, cl. 12 p. 4i; — gr.IV 

cl. i-2, p. 4t 
Luizard. Gr. I, d. 1, p. U ; — gr. IV, cl. 12, p. 44, 
MaKiie et G" ^Sor. de l'Eiectrophone). Gr. I, cl. 2, 

p. 13; — gr. IV, cl. 6, p. 25; — gr. IV, d. 7. 

p. ■28. 
.Midl.é et Girard. Gr. IV, d. il, p. 39. 
Mu.lerou. Gr. iV, cl. 15, p. 51. 
.'.laiidroux. Gr. IV, d. 6, p. 25. 
M.,ngeiio; Gr. I, cl. 2, p. 14; — gr. Il, d. 4. p. l8; 

— gr. IV, cl. 6, p. 23; — gr. IV, cl. 7, 28 ; -- gr 
IV, d. 10, p. 58. 

Manufacture iNationale des Gotjelins, Gr. iV, cl. 8, 

p. 52. 
Mauteiet et Joly. Gr. IV, ci. 11, p. 59. 
llaicillac. Gr. III, d. 5, p. 21 ; — gr. IV, cl. 6, 

p. 25; — gr. VI, cl. 15. p. 60. 
.Massou. Gr. VI, d. IC p. 60. 

Mathieu. Gr. I, cl. 2, p. 14; — gr. IV, cl. 12, p. 44. 
.Matthry. Gr. IV, d. 13, p. 31. 
Maucomble. Gr. IX, cl. 9, p. Sa; — gr. IV, d. 11, 

p. 59. 
Ménagé. Gr. IV, cl. 11, p. 59. 
Mé .ier. Gr. II. cl. 4. p. 18. 
Meuu>ier. Gr. II, ci. 4, p. 18; — gr. IV, cl. 6, p. 25; 

— gr. IV, d. 13, p. 5i. 

Merca.lier. Gr. Ili, d. -j, p. 21; — gr. IV, cl. 7, 

p. 28; — gr. IV, d. 12, p. 44; — gr. IV, d. 13, 

p 60. 
Menlens (de), Gr. I, d. 3, p. 16 ; — gr. IV, d. 8, 

p. 52; - gr. IV, d. 9, p. 06; — gr. IV, d. 11, 

p. 59; — gr. IV, cl. 12, p. 44. 



TABLE DES MATIÈHES. 



Mever. Gr. IV, cl. G, p. 25. 

.Micliaels. Gr. I, cl. 2, p. U; - «r. IV, cl.O, p. 26- 

- ?r. IV, cl. 8, p. 52 ; - gr. IV, d. 9, p. 36. 
Mithel.Gr. V.cl.U, p. 56. 

Mildé lils.Gr. IV, cl. 6, p. 26. -Gr. IV, cl. 7, p. 28: 
— gr. IV, d. S, p. Ô2; gr. IV, Id. 12, p. U: 

-gr. IV, d. 13, p. 51. ' ' l* "' 

-Migniol etC'. Gr. V, d li. p. 33. 
-Mignon el Rouart. Gr. I, cl. 3, p. IG; — cr. IV 

d. 8. p. 32; - gr. IV, d. 11, p. 59; — gr. V, 

cl li. p. 55, ' . . o . 

.Ministère de l'agriculture et du conimerce. Gr. I. 

d. 2, p. 14;— gr. 111, c:. 5, p.p. 21 ; — gr. IV, 

d. 9, p. 36 ; - gr. VI, d. 16, p. 62. 
Ministère de l'Inslrucîfon pi.blique et des- heatix-arts. 

Gr. IV, d. 12, p. 44; — . r. VI, d. 15, p. 60: — 

gr. VI, cl. 15. p. 60. 
-Ministère delà Guerre. G. IV, cl. 6 p 26 : — gr IV 

cl. 8, p. 32 ; — gr. IV, d. 1.3. p. 51. 
Ministère de la Marine et des Colonies. Gr. 111 d. 5 

p. 21 ; — gr. IV, d. 6, p. 26; — gr. IV, d. 12, 

p. io; — gr. IV, d. 13, p. 51 ; — gr. VI, d. 13, 

p. 60 ; — gr. VI, d. 16. p. 62. 
Jlinisière de> Postes tl des Télégraphes. Gr. 1,(1.2, 

p. 14; — gr. II, d. 4, p. 18; — gr. III, cl. 5, 

p. 20; — gr. IV, d. 6, p. 26; — gr. IV, d. 7, 

p. 28 ;— gr. VI. d. 15, p. 60; — gr. VI, d. 16, 

p. 62. 
Ministère des Travaux publies. Gr. IV, cl. 8, p. 32; 

— gr. VI, cl. 15. p. 60. 

.Mirand Gis. Gr. IV, cl. 6,p. 26; — irr. IV, cl. 13, p. 51. 

Moniag II Gr. VI, cl. 13. p. 60. 

ilontclar. Gr. IV, cl. 13. p. 31. 

MoBlenat. Gr. IX, d. 13. p. 51. 

-Monti. Cr. IV, cl. G, p. 26. 

Mors. Gr I, d. 2. p. 14; — gr. II, cl. 4, p.18; — 

gr. IV, cl. 6, p. 26; — gr. IV, d. 7, p. 28; — 

gr. IV, d. 8, p. .32; — gr. IV, cl. 12, p. 45 ; — 

gr. IV, cl. 2.5, p. 51. 
Moselev. Gr. V, cl 14, p. .55. 
Moudiere fils. Gr. IV, d. 15, p. 51 ; — gr. V, d. 14, 

p. 5b 
Mouchel Gr. II, d. i. p. 2i'. 
Moiirlot. Gr. IV, cl. 13, p. 51. 
Muller et Roux. Gr. V, cl. 14. p. 36. 
-Nacler. Gr. IV, d. 6. p. 26. 
-Napoli. Gr. IV, cl. 6, p. 26; — gr. IV, d. 8, p. 52; 

— gr. IV, d. 12, p. -43: — gr. 5, d. 14, p. 36. 
Naudinet Schneider. Gr. IV, d. 15, p. 51. 
.Nctier et l'ilaid frères. Gr. IV, cl. 12, p. 45. 
Niaudel. Gr. VI, cl. 15, p. 60. 

Nodot. Gr. IV, cl. 12, p. 43. 

Koé. Gr. I, cl. 1, p. 11 ; — gr. I, d. 2, p. 14; — 

gr. m. d. 5, p. 21; gr.' IV, cl. 6, p. 26; — 

gr. IV, d. 12, p. 45. 
.Noël. Gr. IV. d. 6. p. 26; - gr. IV. d. 12, p. 43. 
Ollivier. Gr. IV, ci. 9, p. 3 6. 
OIsen. Gr. IV, d. 6, p. 26. 
Oréetfhagnoleau. Gr. IV, cl. 10. p. 38. 
Œschger, Meadach et C. Gr. II, cl. 4, p. 18. 
Olrv et Craiiiieniausce. Gr. V, d. 14, p. 56. 
Ossêlin. Gr. IV, cl. 10, p. 38. 
Papin. Gr. II, cl. 4, p. 18. 
Parent. Gr. IV, cl. 13, p. 51. 
Paris. Gr. II, cl. 4, p. 18; — gr. IV, d. 8, p. 32. 
Parod. Gr. Il, cl. 4, p. 18. 
Passaquay. Gr. IV, d. 6. p. 26. 
Patry. Gr. IV, d 12, p. 43. 
Pnyel. Gr. VI, cl. 15. p. 60. 
Pelletier. Gr. IV,d.6, p. 26;— gr. IV, d. 15, p. 51; 

— gr. VI, cl. 15, p. 60. 
Péiille. Gr. IV. d. 11, p. 40. 
Périn-Grados. Gr. II. cl. 4, p. 19 
Petit. Gr. IV, d. 8. p. 32. 
Petit. Gr. IV. d. 15. p. 31. 
Perrières- Gr. V. d. 14, p. 36. 
Pia. Cr. 1. d. 2, p. 14. 

Piat. Gr. V, cl. 14, p. 56; — gr. IV. d. 13, p. SI. 
Pilleuï et Qucsnot. Gr. 1. d. 3, p. 16; — gr. IV, 

d. 8. p. 33. 
Piller. Gr. V, d. 14, p. 56. 
Placide Pellereau le jeune. Gr. V. cl. 14, p. 36. 
Planté. Gr. I. d. 1, p. 12; — gr. I, cl. 2, p. 14; — 

gr. IV, d. 10, p. 58; ~ gr. IV, d. 13, p. 31 ; — 

gr. VI, d. 13, p. 60 



Porlcvin. Gr. IV, d. 8, p. 33. 

Posld-Vinay. Gr. III, d. 5, p. 21 ; — gr. IV, d G 

p. 27; — gr. IV, d. 7, p. 28;— lt. IV, d. 8, p. 33. 
Preisch. Gr. II, cl. 4, p. 19; 
Pulvermacher. Gr. IV, d. 10, p. 38. 
Puvilland frères. Gr. IV, . 1. 8, p. 55; — gr. IV. d. 9, 

p. 36;— gr. IV, d. l2, p. 43. 
lîadiguet. Gr. I, d. 3, p. 16; — gr. V, cl. 14, p. 
.36. 
Itaffard. Gr. IV, cl. 13, p. 51; — gr. V , d. 14. 

p. 56. 
P.ageot. Gr. IV, d. 8, p. 33. 
l'iàiivier. Gr. IV, d. 8, p. 33. 
Rattier et C'. Gr. II, d. 4, p. 10. 
Raull et Chassan. Gr. IV, cl. , p. 27. 
Redicr et C. Gr. IV, cl. 12, p. 43. 
Reguard. Gr. IV, d. 7. p. 28; — gr. IV, d. 8, p. 33. 
Rcnaudot et Magnii'y. Gr. IV. d. 11. p. 40. 
Reynicr. Gr. I, d. 2, p. 14; - i:v. IV. cl. 8, o 53; 

— gr. IV, cl. 9, p. 36 — gr. IV, cl. 12, p. 43. 
Rikkers. Gr. V, cl. 14, p. 56. 

Rose (Victor). Gr. IV. d. 11, p. 40. 

Rothschild. Gr. VI, cl. 15. p. 61. 

Rouiller et Arnoult. Gr. IV, cl. 13, p. 32. 

Rous. Gr. V, cl. 14, p. 36. 

nous.'^eau. Gr. VI, cl. 13, p. 61. 

Rouvier. Gr. IV, d. 6, p. 27. 

Sainte. Gr. 1, d. 2, p. 14; — gr. IV, d. 12, p. 45. 

Saniboiirg. Gr. IV, cl. 6, p. 27. 

Sanison. Gr. I, d. 2, p. 14. 

Sautter, Lemonnier et G'. Gr. I, d. 3, p. 16: — 

gr. IV, d. 8, p. 53; — sr. IV, d. 9, p. 36; — 

gr. IV, d. 11. p. 40; — gr. V, d. 14, p. oG; - 

gr. VI, d. 15, p. Gl. 
Sauvajon. Gr. IV, cl. 6, p. 27. 
Sazérat. Gr. IV, d. 6, p. 27. 
Schneiiier et C*. Gr. II, cl. 4, p. 19. 
Sdiert. Gr. IV, cl. 12, p. 45; — gr. VI, cl. 13, p. Gl. 
Seguy. Gr. IV, cl. 12, p. 4.5. 
Séliginann-Lui. Gr. IV, cl. 12, p. 43. 
Senlecq. Gr. 6, d. 15, p. 61. 
Serrin Gr. I. cl. 2, p. 14: —gr. IV, cl. 8, p. 35. 
Seure. Gr. IV, d. 10, p. 38; — gr. VI. cl. 13. p. 61. 
Siemeub frères. Gr. I, d. 3, p. 16; — gr. IV, cl. 8, 

p. 55; — gr. IV, d. 9, p. 56; — gr. IV, d. 11, 

p. 40; — gr. V, d. 14.p. 36. 
Sieur. Gr. IV, d. 6, p. 27. 
Simon Gr. V, d. 14, p. 56. 
Société anonyme de « âbles électriques, s\>lènie Rer- 

tiand. Bord et C". Gr. I, cl. 4, v. 19"; — gr. IV, 

d. 9. p. 36. 
Société anonyme de construclions mécaniques d'An- 

zin. Gr. V. d. 14, p. 56. 
Société anonyme des Hauts-Fourneaux, fonderie et 

forges de Franche-Comté. Gr. II, d. 4, p. 19. 
Société anoiivme des Hauts-Fourneaux et fonderie du 

Val-d'Usne. Gr. IV, cl. 8, p. 33 ; — gr. IV, d. lU 

p. 40. 
Société anonvme « le Nickel. » Gr. IV, d. 4, p. 19 ; 

— Gr. IV, "cl. 12, p. 45. 

Société centrale de construction de macnines. Gr. V, 

d. 14, p. 56. 
Société française de physique. Gr. VI, cl. 15, p. Gl ; 

gr. VI, cl. IC, p. 62. 
Snciété générale d'électricité (procédé Jabloclikofi). 

Gr. I, d. 3. p. 16 ; — gr. IV, d. 8, p. 55 ; — gr. 

VI, d. 15, p 61. 
Société générale des téléphones. Gr. IV, cl. 7, p. 29. 
Société générale pour la fabrication de la dynamite. 

Gr. IV, d. 13. p. 52 ; — gr. VI, d. 15, p. SI. 
Société des huiles minérales russes. Gr. V. cl. 14, \i. 

57. 
Siuir'té des moteurs à r.;iz. Gr. V, d. li. \i .57. 
Sdi ii'ti' (le statistique ae Paris. Gr. VI, cl. 15, p. 61 
^lu léié des usines électro-métallurgiques d'Auteuil 

Gr. IV, d. 11, p. 40. 
.Société Gramme. Gr. I, d. 3, p. 16 ; — gr. IV, cl. 8, 

p. 34 ; — gr. IV, d. 9, p. 36; — gr. IV, cl. 11, 

p. 40. 
Société « la force et la Lumière. » Gr. I, d. 2, p. 14 ; 

— gr. IV, d. 8, p. 34 ; — Gr. IV, d. 9, p. 36. 
Société Lyonnaise de constructions mécaniques et de 

lumière électrique. Gr. I, cl. 3, p 16; — gr. IV, 
cl. 8, p. 34; — gr. IV, d. 9, p- 36 ; — gr. IV, cL 
11. p. 40. 



i 



TAULE LIES MATlÉr.ES. 



^ iièle iialioiiale ilu lir des coiiiiuur.es Je France ot 

J'Alçérie. Gr. IV, cl. 13. p. 52. 
SKiéle nouvelle des forges et chiiUiers de la Médi- 

len-ée. Gr. IV, cl. 12, p. 45. 
Société parisienne de fonderie et laminage. Cr. II, 

cl. i. p. 19 ; — gr. IV, cl 8, p. 54. 
■- >cicté universelle dcleclricité Tommasi. Gr. I. cl. 

-'. p. U; — ur. IV, cl. 6. p. 27; — gr. IV, cl. 8, 

p. 54 ; — gr.^lV, cl. 15, p. 52. 
•^•lignac et G", société dVludci, et construclions 

'•leciriques. Gr. I, cl. 1, p. 12 ; — gr. 111- cl. 3. 

|i. 21 ; — gr. IV, cl. 6, p. 27 ; - gr. v, cl. 7, p. 29; 
- gr. 4, cl. 8, p. 54 ; - gr. IV. cl. 12. p. i^ ; - 

gr. 4, cl. 15, p. 52. 
-UKsser. Gr. IV, cl. 11, p. 40. 
■^lu-. Gr. IV, cl. 9, p. 56 ; — st. V, cl. 14. p. 57. 
Suisse. Gr. IV, cl. 8, p. 54. 
Sus,e (frères). Gr. IV, cl. 8, p. 34 
Taille (de la). Gr. II. cl. 4, p. 19 ; — gr. VI. cl. 15, 

p. 61. 
Taverdon. Gr. IV. cl. 9. p. 56. Gr. IV, cl. 2 Gr. V, 

cl. 14, Gr. II, cl. 4. 
Temple (du). Gr. V, cl. 14, p. 57. 
Terqueni. Gr. VI, cl. 15. p 61. 
Terrai. Gr IV, cl. 6, p. 27. 
The india rubber gutla-percha, and lelegraph works 

C« limited. Gr. Il, cl. 4, p. 19. 
Thiers. Gr. I. cl. 2. p. 14 ; — gr. IV, cl. 8, p. 54 ; - 



jr. VI, cl. 15. p. »\. 
Tis^andier. Gr. IV, cl. 9, p Z»>. 
Trêves. Gr. IV, d. 15. p. 52. 
TouinaJe. Gr. 1. cl. 2. p. 14. 
Trouillet. Gr. IV, cl. 8, p. 54. 
Trouvé. Gr. I, cl. 2. p. U ; — gr. I, cl. 5. p. !'• ; - 
r. III, cl. 5. p. 21 ; - gr. IV, cl. 6. p. 27 ; — gr. 
" ~ p. 29 : — gr. IV. cl. 9, p. 37 ; — gi'. IV, 



IV, cl 

cl. 10, 



;v. IV, cl. 12, p. 46;-gr. IV, 



M. 10. p. 

15, 1). M 

Varrall, Elwell cl Middlelon. Gr. V, cl. 14, p. ■>,. 
Tuquet. Gr. V, cl. 14, p. 5". 
Vaillant. Leclerc cl Gourdon, Gr. IV, cl. I.", p. ■>-• 
Vaiizelleetfils. Gr. IV, cl. 6. p. 27. 
Vavin. Gr. IV, cl. 15, p. 52. 
Vert. Gr. IV. cl. 10. p. 58. 
Vuird. Gr. VI, cl. l.j. p. 01. 
Videcoq. Gr. II, cl. 4, p. 19- 
Vigourous et Andriveau. Gr. IV, cl. W, y. 58. 
Ville de Paris. Gr. I, cl. 2, p. 14: - gr. II, cl. 4. 

p. 20; — gr. IV, cl. 6, p. 27 : — i:i. IV. cl.l2, p. 46. 
^Valcker. Gr. IV. cl. 7. p. 29. 
Wariion. Gr. 1, cl. 2, p. 14. 
Wcil. Gr. IV, cl. 11. p. 40. 
V,eû\. Gr. 1, cl. 2, p. 14. 
WtMJlcr et Montefiore-Lévy Or. II, cl. 4. p. iO 
WiUot. Gr. IV, cl. 6, p. 27. 
WoUÏ. Gr. IV. cl. 15, p. 32 



ALLEMAGNE (EMPIRE D' 



Eaenich (Wiihelinj. Gr. VI, cl. 15. p. 69. 

BarthtJ.-A.). Gr. VI, cl. 13, p. 69. 

Biïcbkopf (M.). Gr. VI, cl. 13. p. 69. 

Bodien (Cari). Gr. 1, cl. 5, p. 63. 

Olemens (D' Th. odor). Gr. VI, cl. 13, p. 70. 

Costenoble (Herm.). Gr. VI, cl. 15, p. 70. 

Cuypers (Wilhelini. Gr. IV, cl. 6, p. 65. 

Dellniann (J.). Gr. VI, cl. 16, p. 71. 

Direction dcr Altoiia-Rieler Eiàenbahngeseliscliaft, 

Gr. IV, cl. 6. p. 65. 
Direction der Thûriygschen Eisenbahn Gesellschaft. 

Gr. I, cl. 2, p. 65 : — gr. 6, cl. 16, p. 71. 
Direction des medicinisch-chinirgischen Fricdrich- 

Wilhelm Instiiiits zu Berlin. Gr. VI, cl. 13, p. 70. 
Du Jlont-Schauberg iM.). Gr. VI, cl. 15, p. 70. 
Dœrffel Paul). Gr. I, cl. 2, p. 65; — gr. IV, cl. 10, 

p. 67 ; 
Ei=enniann (Raphaël). Gr. IV, cl. 15, p. 68. 
Electro-technisclier Verein. Gr. VI, cl. 15, p. 70. 
Erdmagnetisches Observatorium und physikalisches. 

Institut der Univeisilàt. Gr. III, c. 5, p. 64; — 

gr. VI, cl. 10, p. 72. 
Erdmagnetisches Observatorium und Physikalisches 

Institut der Universitât (Gôttingen). Gr.' IV, cl. 15, 

p. 68 ; — gr. VI, cl. 15, 70 
Felten et Guillaume Cansweik gr. H, cl. 4, p. 6i. 
Fleisclimann (Emauuel). Gr. VI, cl. 13, p. 70. 
Friedlander et Sohn. Gr. VI, cl. 15, p. 70. 
Gasmotorenfabrik zu Deutz. Gr. V, cl. 14, p. 69. 
Gauernack et lîeinhoth. Gr. IV, cl. 10, p. 67. 
Geissler. Gr. IV, cl. 15, p. 68. 
Général-Direction der Gi'osshcrzoglich-Badischen 

Staatseisenbahnen. Gr. VI, cl. 15, p. 70. 
Gerzabeck. Zeiler et G". Gr. I. cl. 2, p. 63. 
Greh W)etC'". Gr. I,cl.5, p. 64;— gr. IV, cl. 7, p. 66 
Gurlt (AV). Gr. 1. cl, 3, p. 64; — gr. III, cl. 5, p. 64 : 

gi-. IV, cl. 6. p. 65. 
Hiipke iD' L.). Gr. VI, cl. 15, p. 70. 
Heilmaun-Ducommuu et Steinlen. Gr. I, cl. ô, 

p. 64: — gr. IV, cl. 8, p. 66 ; — gr. IV, d. 0, 

p. 67. 
Heinemann (A.). Gr. IV, cl. 15, p. 68. 
Hirscbwald (August). Gr. VI. cl. 15, p. 70. 
Horn (Wilhelm). Gr. I, cl. 5, p. 64 ; — gr. IV, cl. 8, 

p. 66. 
Instrumenten und Bandagen-Kabinet der Koniglichen 

Universitât (Berlin). Gr. IV, cl. 10, p. 67. 
Kyiserliche Gcneral-Diroclion der Eiseubahnen in 



Elsass-Lothringen. Gr. IV, cl. 6. p. 65; — gr. IV, 

cl. 7, p. 66; — gr. IV, cl. 8. p. 66, 
Kaiserliclies Torpedo-technisches Laboratorium(KJel). 

Gr. IV, cl. 15, p. 68. 
Kastner (Friedrich). Gr. VI, cl. 15, p. 70. 
Keiser et Schmidt. Gr. I, cl. 2, p. 65; — gr. III, 

cl. 5. p. 64: — gr IV, cl. 6, p. 63 : — s:r. IV. 

cl. 8, p. 66: — gr. IV, cl. 10, p. 67 : ~ gr. IV, 

cl. 15, p. 68. 
Kern's (J. U.). Gr. VI. cl. 13, p. 70. 
Kilzinger (W.). Gr. VI. cl. 13, p. 70. 
Klinkerfuss. Gr. IV, cl. 1.5, p. 68. 
Kohlraubch, et Eiigen Harimaun. Gr. III, cl.5, ii.'U; 

— gr. VI, cl. It), p. 72. 
Kôuigliche Akademie. Physikalisches Kabinet, r,r. 1, 

cl. 2. p. 63. 
Eôniglichc Akademie zu Munster, physikalischps Kaiji- 

net. Gr. IV, cl. 13, p. 68. 
Kônigliche .\kademie zu Miinsler. Gr. IV, cl. 1 1 , p. 67. 
Konigliche Ei^enbahn-Dil•ection (Berlin), Gr. IV, cl. 

6, p. 65. 
Kônigliche Eiseabahn-Direction (Elherfeld). Gr. IV, 

cl. 6, p. 65 ; gr. IV, cl. 15, p. 68. 
Kônigliche Eisenbahn-Direction (Fraukfurt am.Mjin), 

Gr. IV, cl. 6, p. 65. 
Konigliche Eisenbahn. Direction (Hannover), Gr. IV, 

cl. 6, p. 63 ; — gr. IV, cl. 15, p. 68. 
Koniglich Sachsisches Polytechnikum. Gr. I, ri. I, 

p. 65; — gr. III, cl. 1; p. 63 ; — gr. IV, cl. 7, 

p. 66; — gr. IV, cl. 10, p. 67; — gr. IV, cl. i". 

p. 69 ; — gr. 6, c. 16, p. 72. 
Laupp (H.). Gr. VI, cl. 13, p. 70. 
Mathematisch-physikalisches Institut der UniverjiLlt 

zu ilarburg. Gr. IV, cl. 15, p. 69 ; — gr. VI, cl. 16, 

p. 72. 
Meidinger (Dr H). Gr. I, cl. 2. p. 65; — gr. VI, 

cl. 15, p. 70. 
Meyer (Cail Gustav Prior). Gr. VI, cl. lo. p. 70. 
Mrchael (D', med. J.). Gr. IV, cl. 10, p. 67. 
Milchsack (D.) clC". Gr. IV, cl. 6, p. m. 
Minister der ôffentliclien Arbeilen (Berlin). Gr. IV, 

cl. 11. D. 68: — sr. IV, cl. 15, p. 69 ; — gr. VI, 

cl. 15, p. 70 ; — gr. VI, cl. 16, p. 72. 
îlitUer (E. Sundj et Sohn). Gr. VI, cl. 15, p. 70. 
Mûller (C.-H.-F.). Gr. IV, cl. 15, p. 69. 
Naglo (Gebruder). gr. I, cl. 5, p. 64; — gr. 5, cl. 5. 

p. 65; — gr. IV, cl. 6, p. 66 : — gr. IV, cl. 7, 

p. 06; — gr. IV, cl. 8. p. 07. 



102 



T.VMI.i: DES MAT! Kilts. 



Noril.li'iiL-Ll.c Alfiiicric (Uynibuuig). f;i-. IV. tl. 11, 

p. i;s. 

(ildoiilioiirg (W.). Gr. V(, cl. i:;. p. 71. 

l'.s^cT ^\Volf^ Gr. VI, ol. 15. p. 71. 

l'IivsiUiilisclie» Kahiucl (1er Hoclistlmlo (lîerliri). Gr. 

III, cl. o, p. 65; — gr. IV. cl. 8, p. 07 ; — s;r. VI, 

cl. ir., p. Tl. 
l'liv<ioiogisihes Instilui dcr Kôni^liciieii L"iiivei->it;ii, 

/.i liorliu. Gr. IV, cl. 10, p. 67; — sr. C, .1. I.i, 

p. 71. 
riivsrdiogisches InstitiU der Lniversilâl zu Rostock. 

Gr. IV, cl. 10, p. 67. 
l'.aphiicl (Ma\). Gr. IV, cl. 12. p. 68; — gr. IV. cl. 

ir>, I). 69. 
r.cichs-Poslaml. Gr. I, cl. 2. p. 65 — gr. Il, cl. t;, 

p. C>i:: — gr. III, cl. 5, j). (15; — ur. IV, cl. i, 

\>. 66: — gr. IV, cl. 7. p. 66: — gr. IV, cl. 1.",, 

p. 69: - gr. VI, cl. 15, p. 71 : — gr, VI, ci. 16, 

p. 7-2. 
Hpih' (G.). Gr. IV, cl. 15, p. C,9. 
Sclnniilt (G. Guslav.i.Gr. VI. cl. 15, p. 71. 
Schiiiill {D'Ed.J. Gr. VI. cl. 15, p. 71. 
Sclioiie, G. Hugo et Solin. Gr. IV, cl. 8, p. 67. 
.•^l'ii.as-Commission fur Reiclis uinl auswai-ti'jr Angr- 

legenheiteii (Bremen;. Gi. VI, cl. 16. p. 72. 



Siemens et WnUkr. G. 1. cl. 2, p. 65: - g 

p. 6i: — gr. Il, cl. i, p. 64: -- gr. ' 

p. 65: - gr IV, cl. 6, p. CG : — gr. 

p. 66: — gr. IV, cl. 8, p. 67 : — gr. 

ji. 67; - gr. IV, cl. 11, p. 68: — gr. 

p. 68 : - gr. IV, cl. 15, \k 69; — 

11, p. 69: - gr. VI, cl. 15, p. 71; 

cl. 16. p. 72. 
Springor (Julîus). Gr. VI, cl. 15, p. 71. 
Slôhrcr. (I)') Sohn. Gr. IV, cl. 10, p. 67 

cl. 15, p. 69; - gr. 6, cl. 15, p. 71. 
Leb-in- (Albreclii). Gr. I, cl. 2, p. 63; 

cl. 8, p. 66. 
Teubuer (B. G.). Gr. VI, cl. 13, p. 71. 
Tribout (Joseph). Gr. IV, cl. 13, p. 69. 
Tœpier. Gr. 1, cl. l,p. 63. 
Vicweg (FriedricliJ. Gr. VI, cl. 15, p. 71. 
Voigl II). F.).Gr. VI, cl. IS, p. 71. 
Vo-.-. (J. nobcrt). Gr. I, cl. 1, p. 63; 
\Veber fJ.-J.j. Gr. VI, cl. 15, p. 73. 
VVeidenianii (D' Gustav). Gr. III. cl. 3, p. 

IV, cl. 15, p. 69 ; — gr. VI. cl. 16, p. 73 
Wilk (Aiigu>t)..^Gr. I, cl. l,p. 63. 
Wiiihehuyiin et Sôhue. Gr. VI, cl. i;;, p. 7 
Wiitwcr cl Wetzer, Gr. IV, <1. 6, p. 6ii. 



r. 


,cl 


5 


m 


cl 


a' 


n 


, cl 




IV 


cl 


"9 


IV 


cl. 


12, 


gr. 


V, 


cl 




gr. 


VI 



AMERIQUE J)U NORD. 



Aiulrieu (Pierre). Gr. V, c 1. 14. p. 77. 

B^iilcv (1. F.) et Pu.skas. Gi . IV, cl. 6, p. 73 

l?;ill (Clinton M.). Gr. IV, cl. S, p. 76. 

l'.cll TAbisaudre Grahami, Tainler (Summen cl. 
Williams (Charles jeune). L'r. IV. cl. 6, p.' 75 : 
- gr. IV, .1. 7, p. 75. 

liouwill (W. G. A.). Gr. IV, cl. 13, p. 77. 

Burc.iu des Brevets des Etats-Uni.s d'Aiiiéiique. 
Gr. VI, cl. 15, p. 77. 

Ghavît <\<"). Gr. IV, cl. 8, p. 76. 

Gotii, jUy Bros and Me Tighc, Gr. IV, ( 1. 6, p. 75. 

Cuniuiiiig (George). Gr. IV, cl. 6, p. 75. 

Iiioii (Ch.). Gr. I. cl. 5. p. 7i. 

Do(l-.)i) (\Vil>oii P.). Gr. H. cl. 4, p. 74. 

Uolbear i.A. Emiiierson). Gr. IV, cl. 7, p- 75. 

EdiMin (Thomas A.). Gr. I, cl. 1, p. 74; - gr. I, cl. 
2. p. 74 ; — gr. 1. cl. 5, p. 74 : — gr. 11, cl. 4, 
p. 7i : — gr. III, cl. S, p. 75 ; — gr. IV, cl. 6, 
p. 75 ; — gr. IV, cl. 7, p. 76 ; — gr. IV. cl. 8, 
p. 76; — gr. IV, cl. 9. p. 76: — gr. IV, cl. 11, 
p. 76; — gr. IV. cl. 12, p. 76;— gr. IV, cl. 13, 



77 ; — gr. V, cl. 14, p. 77; — gr. IV, cl. 15, p. 

u ; - gr. VI, cl. 16, p. 77. 
EIdredge (J. Morgan). Gr. I, cl. 2, p. 74. 
Ei.'c'.ric Purifier Go. Gr. IV, cl. 15, p. 77. 
Electro-Dynainic Company. Gr. I, cl. 2, p. 74: — 

gr. IV, d. 9, p. 76. 
Elcilro Graphie Jlanufacturing Go. Gr. IV, cl. C p. 75. 
Grav (Eli~haj. Gr. IV, d. 6, p. 75. 
Hn^-c (lioberl;. Gr. IV, cl. 13, p. 77. 
Ilir.^h (Joseph SI.). Gr. I. cL 5, p. 74:— gr. Il, cl. 4, 



p. 74: — gr. IV, cl. 7. p. 76; — gr. IV, cl. 9, p- 

7;; ; gr. 4. cl. 11, p. 76. 
Hocisac Tunnel Tri Vitroglicerine Woik». Gr. Il, 

cl. 4, p. 74. 
Iluhbard (Charles W.). Gr. IV, cl. 6, p. 75. 
Kellogg (Milo G.). Gr. 1, cl. 5, p. 71 ; — gr. IV, d. 8, 

p. 76; 
Jla.sson Voiney (W.) etCo. Gr. V, cl. 14. p. 77. 
Michel» (John). Gr. VI, .1. la, p. 77. 
Partz (.\ugust). Gr. I, cl. 2, p. 74 : — gr. Il, cl. 4, 

p. 74 ; — gr. IV, d. 8. p. 76-; — gr. IV. cl. 12, p. 

77 ; — gr. IV, d. 13, p. 77. 
Philip. (William J.). Gr. il, d. 4, p. 75. 
Photo Hdevo Cu. Gr. IV, cl. Il, p. 76. 
Pond ludicatorCo. Gr. IV, cl. 6, p. 75. 
SdiuKiuscr (D' Theodorj, gr. I,' d. 2, p. 74. 
Scrrdl (Edw. W. Juniori. Gr. IV, cl. 7, p.76; — 

gr. IV, d. 13, p. 77. 
Siiiith>onian Institution, Gr. VI, cl 15, p. 77. 
blandard Electric Light Ce. Gr. I, cl. 5, p. 7i; — 

gr. IV, cl. 8, p. 76. 
United Stales Eleeliic Ligliting Company. Gr. 1, cl. 5. 

p. 74; — gr. IV, cl. 8, p. 76. 
United States Signal Office. Gr. I, cl. 2. p. 74: — 

i;r. IV, cl. 12, p. 77, 
Van der Weyde. Gr. IV, d. 8. p. 76. 
^\ .•blerii Electric .Mauufacturing C. Gr. IV. cl. 6, p. 75. 
VVesion Electric Light Go. Gr. I, d. 5, p. 74 ; — 

gr. IV, cl. 8, p. 76; — gr. IV, d. 9, p. 76. 
Wbite llous Mills. Gr. I, d. 3, p. 74; — gr. IV, d. 6. 

p. 7. ; — gr. IV, d. 8, p. 76;-gr. IV, d. 9, p. 76- 



AUTRICHE. 



.Administration de la sociclc autrichienne J. li. P. 

des chemins de fer de l'Etal. Gr. IV, d. 6, 

p. 79. 
Administration du chemin de fer de l'Iraoératrice 

Elisabeth. Gr. 1, d. 2, p. 78; - gr. IV, cl. 6. 

|.. 78. 
Administration du chemin de ter de liuschtchard à 

rnigu.;. Gr. I, cl. 2, p. 78; — gr. 2, d. 4, 

y. 78; — gr. 3, cl. 6, p. 78. 
A.^r-'i'iisirallon du chemin de fer de Lemberg à 

Czeinowit-. Gr. IV, d. 7, p. 79. 
Admiiiistraiion du chemin cle fer du Prince Héritier 

llodolphc. Gr. IV, d. 6, p, 79. 
Capijleri (Sigisinond). Gr. IV, cl. 12, p. 79. 



; Egger (B). Gr. IV. cl. 8, p. 7;i ; - gr. IV, cl. 12 
I p. 79; — gr. IV. d. 13, p. 80. 
I Geba (Joseph). Gr. IV, d. 12, p. 80; — gr. IV. 
cl. 13. p. 80. 
Gûldier {R.-}.). Gr. I, cl. 3, p. 78; — gr. IV, cl. 8, 
i p. 79. 

Graodfeld (A. E.). Gr. I, d. 2, p. 78; — gr. IV, 
d. 6, p. 79. 
' Koriier (Chades). Gr. IV, cl. 7, p. 79. 

Kiammer (Guillaume). Gr. I, cl. 3. p. 78. 
i -Mucli (Dr E.). Gr. I, d. 1, p. 78; - gr. IV, d. 12, 
p. 80. 
Ministère (I. R.) de la guerre. Gr. IV, d. 6, 
I p. 79; — gr. IV, cl. 13, p. 80; —gr. 6, cl. 15, p. 80. 



Ministère (1. R.) tlu commerce. Gr. IV 
Moliorwicz (Dr Julien,. Gr. IV, cl. 7, p. : 
l'iauiidler (Dr L.). Gr. IV, cl. 13, r- SU- 
l'ielle (Loiii~l el Krizik (François). Gr 

::r. I, cl. 3. p. 78. p. 79. 
Puluj il>r J.)Gr. IV, tl. IS, p. 80. 
Ilehicock (Gustave). Gr. 1, cl. *. p. 78. 



TABLE DtS .MATIERLS 
d. 0, p. 



IV. 



SchâlOer (Oitol. Gr. IV, cl. 6, p. 79; — ç 
cl. 7. p. TJ; -gr. IV, d. [■>. p. 80; — 
.1. 1.-. p. 80. 

Silluriiii.; illeuri'. Gr. IV, cl. 10. p. 7!). 

Tsciiinkel i.Vlfied-.411.ert). Gi-. IV, cl. 6. p. 7». 

Voii Waltenlioleii (Dr.). Gr. IV, cl. l±, p. 80. 

Zenuer (K.-W.). Gr. Il, cl. IV, p. 78. 



155 



BEJ.GIQIK 



AL.nléiiiie royale iie> sciemes, îles !itln'> et des 

h, mix-arts de Belgique. Gr. VI, cl. 1,), p. 89. 
AlminisirjtioM des TélégrapLos de l'Élai. Gr. 1, 

cl. '*. p. SI: — pr. 11, cl. L p. 82: — gr. III, cl. 5, 

p. ><5;-sr. IV, cl. 6. p. 83: — gr. IV. cl. 12, 

p. 86; — gr. VI, cl. 13. p. 90: - gr. VI, cl. 16, 

p 96. 
Annales des travaux publics de Belgique. Gr. VI, 

.1. 15. p. 90. 
tarlel (.Xlphonsel. Gr. VI, cl. 15, p. 90. 
Bauui iix (.lo>ephU Gr. VI, cl. l.j, p. 90. 
Ba.tilous Viclori. Gr. IV. cl. 1. p. 85. 
Basinm- (vlcxandre). Gr. VI, cl. 15, p. 90. 
Bède (Emile). Gr. IV, cl. 7, p. 83: — gr. VI, cl. 15, 

p. 9J. 
Béer ifrèrcs). Gr. V. cl 14, p. 89. 
Ber-,' (Henri). Gr. IV. cl. 7. p. 83. 
Blas (■..}. Gr. VI. cl. 15. p. 90. 
Bordiau (G.). Gr. IV, cl. 13, p. 88. 
Bran.l (Jose(.h). Gr.I, cl. 1, p. 81: — gr. I.cl. 2. 

p. 81: - gr. IV. cl. 6, p. 83: — gr. IV, cl. 12, 

p. 87; - gr. IV, cl. 16, p. 96; 
Brasseur (Léout et De Juer (Octave). Gr. IV. c!. 6. 

p. 85; — gr. IV, c. 7, p. 8o; — gr. IV. cl. 15. 

p. 88; — gr. VI. d. lo, n. 90. 
Buels (Edouard . Gr. VI, cl. 15, p. 90. 
Gail Haloi et C". Gr. V, cl. 14, p. 8J. 
Carel- (Alphonse et Gustave, frères). Gr. V. cl. li, 

p. 89). 
C.nssnrl de Fernemout. Gr. II, cl. 4. \>. SI. 
tasiado (G.J. Gr. IV. cl. 6. p. 85. 
Cerpeaus (J.). Gr. IV, cl. 6, p. 83- 
Cliarle M éonold) Gr. IV, cl. 6, p. 85. 
i.lù.-set (Emile). Gr. I. cl. 1. p. 81; - s. II. il. 4. 

p. S2; — ar. IV. cl. 6, p. 84. 
Couipajinie des Bronzes. Gr. IV, cl. II. p. 8t>. 
Comnasnic des télégraphistes de campamie. Ci-. IV, 

cl. 6, p. 84. 
Compagnie générale belge de lumière électrique 

Gr. I, cl. 5, p. 81; — gr. IV, cl. 8, p. S.j; — gr. IV, 

ci. 15, p. 88. 
liompagnie internationale des téléphones. Gr. III. 

el. 3, p. 85; — gr. IV, cl. 6, v. 84. 
(.lurtois (Richard). Gr. IV, cl.' 7, p. 85 : — gr IV 

cl. 15, p. 88. 
baussin.Gr. VI, cl. 15, p. 90. 
Iiawans (A.) et Orban (H.). Gr. II. cl. 4, p. 82. 
De Backer (Hector) et Desguin (P.). Gr. VI, cl. 15, 

p. 91. 
De Fuisseanx (Léon et Ferdinand, frères^. Gr, II, 

cl 4, p 8-2 
De Geyter (Georges). Gr. IV, cl. 9, p. 86; - gr. V, 

cl. 9. p. 86; — gr. V, cl. 14. p. 85. 
DehenMauIl-l'.ouillel (Florent). Gr. IV. cl. 12, p. 87. 
Delarge (F.). Gr. VI, cl. 15, p. 91. 
De Locht-Labyc (Léon;. Gr. IV, cl. 7, p. 85: — gr. 

VI, cl. 13. p. èi. 
Delsaulx (J.). Gr. IV, cl. 12, p. 87 ; — gr. VI, cl. 16, 

p. 90. 
lie .Naever G''. Gr. IV, cl. 6, p. 9i: — ;.r. V, cl. 14, 

p. 8Ï. 
Desguin (Pierre). Gr. IV, cl. 12, P. 87; — ar. VI, 

cl. 1.5. p. 91. 
De>pret i Victor). Gr. VI. cl. 13, p. 91. 
Devi^ier (A. J. A.). Gr. VI, cl. 15. p. 91. 
Deville Chatcl et C'«. Gr. V. cl. 14, p. 89. 
De Vos (M"" V- Charles). Gr. I, cL 2, p. 81; — 

gr. II, el. 4, p. 82; — gr. III, cl. 5, p. 85; — 

gr. IV. cl. 6, p. 84: - gr. lY, cl. 7, p. 85. 
De Wil.ie (Pro.-per). Gr. IV, cl. 11. p. 86. 
DHov (Charles, Gr. VI, cl. 16, p. 96. 
Docq (feu M. Adrien-Joseph). Gr. VI, cl. 13, p. îJi. 
Donnv (F.), Gr. IV, cl. 15, p.88. 



Dupont, (Chai les). Gr. IV, cl. 6. p. 84. 

Dupont {},. Gr. IV. cl. 8, p. 85. 

llnpont et Alker. Gr. IV, ch. 11. p. Siï. 

Dupont (Ileuri-Firinin). Gr. VI, cl. 13, p. 91. 

Evely (L. A. P. J.). Gr. IV. cl. 11, p. 86. 

Evrard (F.). Gr. VI, cl. 15, p. 91. 

Evrard (F.) et Davreux (P.). Gr. VI, cl. 15. p. 91 

Ketu (Ani.) et Deliège. Gr. V, cl. Il, p. 89. 

Flechet (Lambert) et C". Gr. II, 4, p. 82. 

Fondu (J.H.). Gr. IV, cl. 11, p. 86. 

Ceesl.ergen (Jean). Gr. IV. cl. 13, p. 88. 

Gérard ^Antoine-Joseph'. Gr. IV, cl. 7, p. 8o : — gr. 
IV. cl. 8, p. 83 ; — irr. IV, cl. 9, p. 86: — gr. IV. 
cl. 12, p. 87: — gr.ïV, cl. 15. p. 88; gr. VI, cl.15,- 
p. 91. 

Gibl.s (John).Gr. VI. cl. 15, p. 91. 

Giesiiers (Jean-Martin). Gi'. I. cl. 2, p. 81; — gr. IV, 
cl.9, p. 86. 

Gloe.-ener (M"' Anlonia . Gr. I, cl. 2, p. 81; — gr. I, 
cl. 5, p. 81; — gr II, el 4, p. 82: -- gr. 111, 
cl. 3, p. 85: — gr. IV, cl. 6, p. 84^ --gr. IV, 
cl. 9, p. 86; — gr. IV, cl. 10, p. 8i>. — gr. IV, 
cl. 12, p 87; - gr. VI, cl. 15, p. !»1; - gr. Vi, 
■ 16, p. "■ 



Gody (J.j. Gr. VI, p. 95. 
Uarzé (Emile). Gr. VI, cL li. 



. P- J-- 

nman-l>cvos(Désiréi. Gr. IV. cl. 6. p. 84. 
llûitstevn (L ) Gr. VI, il. 15, p. 92. 
Hubeit (R) et Dsrand (H.). Gr. IV, cl. 15. p. 88. 
Jaspar (Joseph). G. I, cl. 3. p. 81: — gr. Il, cl. 4, 

p. 82; — gr. IV, cl. 8, p. 95. 
Jowa (Jean-Frauço!S>. Gr II, cl. 4, p. 82. 
Laneasier (Albert). Gr. VI, cl. 13, p. 92. 
Le B.ul.Miiïé (Paul-Emile). Gr IV, cl. 12. p. S7. 
Le.herf (Gustave). Gr. IV, cl. Il, p. 86. 
Leduc (Frdéric), Gr. IV. cl. 6, p. 8i ; — irr. IV. el 7, 

p. 85. 
Li. Tiléphone. Gr. VI, cl. 15. p. 92. 
Libiii (François). Gr. IV. cl. 7. p. 85. 
I.ipi' ns (Polydore;. Gr. VI, cl. 16. p. 96. 
l.oppens (Aimé). Gr. IV. cl. 6. p. 84. 
l.ouyet (feu M.). Gr. VI, cl. 15. p. 92. 
.Maire (Jules). Gr. IV, cl. 11, p. 86. 
Maison des Josephitas. Gr. VI, cl. 16. p. 9iJ. 
.Marlens. Gr. VI, (1.15, p. 95. 
Martiny (J.-L.) et C". Gr. II, cl. 4. p. 82; - -r. IV. 

cl. 6, p. 85. 
îlazeman ^Guslave). Gr. VI. cl. 15, p. 92. 
Mouttliore-Levi (Georges). Gr. 4, cl. 4, p. 82; — 

gr. V, cl. 14, p. 89. 
Mourlon iCliarLs). Gr. VI, cl. 13, p. 92. 
Mouilou (Charles) et C". Gr. I, cl. 2. p. 81. 
iluller (Evrard). Gr.IV, cl. 6. p. 84;— gr. IV. cl.6. 

p. 8.J. gr. IV, CI. 9, p. 86. 
Musée royal de l'Industrie. Gr. VI. cl. 13, )). 92. 
.Musée royal de l'industrie à Bruzelles. Gr. IV, cl. 15, 

p. 88; — gr. VI, cl. 16, p. 96. 
ÎSavez I Auguste). Gr. VI, cl. 15, p. 92 et 95. 
.Neujean (Alexandre) et Delaino (Emile). Gr. IV, cl. Il, 

p. 86. 
Observatoire royal de Bruxelles. M. Houreau, direc- 
teur. Gr. IV, (I. 12, p. 87: - gr. VI. cl. 16, p 

96. 
Oliu et fils. Gr. IV, cl.6, p. 84. 
l'uvoux (Eugène) et C'°. G. II, cl. 4. p. 82. 
Petit (Louis). Gr. VI, cl. 15, p. 95 
Planche (Edouard, fils). Gr. I, cl. 2. p. 81; — gr. IV, 

d. 6, p. 84. 
Quetelet (feu M. .Adolphe). Gr. VI, cl. 15, p. 93. 
Quelelel (feu M. Eruest). Gr. Vi, cl. 13. p. 95. 
Riikem (Eugène). Gr. IV, d. 6. p. 84. 
Rau (Edouard). Gr. VI, cl. 15, p. 93. 
Revue universelle des mines, delà métallurgie, des 



154 



TABLE DES MATIERES. 



travaux publics, des sciences et tlcsail^, aii[ilii|iics 

à linduslrie. Gr. VI, cl. 15, p. 95. 
Richez el C'«. Gr. IV, cl. 6, p. 84. 
Rousseau (E.). Gr VI, cl. 15, p. 93. 
Sacré (Edmond). Gr. II, cl. A, p. 82. 
.Samuel (P.). Gr. VI, cl. l.ï, p. 93. 
S^hitioele (W. E.) et Mois. Gr. IV, cl. 13. p. 88. 
Schubart (Tliéodore). G. III, cl. 5, p. 83; — gr. IV, 

cl. 12, p. 87. 
Société anonyme de Grivegnée. G. II, cl. 4, p. 82. 
Société anonyme Janus. Gr. IV, cl. 7, p. 83. 
Société scientilique de Bruxelles. Gr. VI, cl. 15, p. 94. 
Sonizée (Léon). Gr. I, cl. 2, p. 81; — gr. 1, cl. 8, 

p. 86:- gr. VI, cl. 15, p. 94. 
Staes (Eugène). Gr. VI, cl. p. 94. 
Strens (feu M. Louis). Gr. VI, cl. 15, p. 94. 



VI. 



15, p. 95; 



Université de Louvain. G 

^T. VI, cl. m, p. se. 

iiiversiié libic de liruxelles. Gr. IV, cl. 12, [ 



Valerius (H.). Gr. VI, cl. 15, p. 91; 
p. 96. 



ïr. VI, cl. Itl, 



Van den Kerhove (rrospcr). Gr. IV,cl. 12, p. 88. 
.Gr. IV, cl." '■■ 



Vanderbiste (Edmond). Gr. IV, cl. 6, p. 84; 

cl. 9, p. 86:— gr. IV, cl. 15, p. 88. 
Vandevelde (Félix"). Gr. IV, cl. 11, p. 86. 
Van Gœthem Reallier et C'°. Gr. VI, cl. 15, p. 9i. 
Van Holsbeck (feu M. Henri). Gr. VI, cl. 15, p. 94 



Van Huile (Frédéric). Gr. H, cl. 4, p. 83; 

cl. 6, p. 84;-gr. VI, d. 7, p. 83. 
Van MuUem (Eugène). Gr. VI, cl. 13, p. 94. 
Vaa iNoorbeock (Edouard). Gr. VI, cl. 15, p. 91. 
Vcrsé-Spelmans (Ant.). Briehot et G'". Gr. V, cl. 

p. 89. 
Ville do Gand. Gr. II, cl. 4, p. 83; — gr. IV, cl 

p. 84 ;— gr. IV, cl. 7, p. 83 ; - gr. IV, cl. 1-2. p 
Waelpui (0.). Gr. H, cl. 4, p. 83. 
Welsch (Jacques-Alfred), (^.r. IV. cl. 6, p. 8i. 
Wery (Alexi?), gr. IV, cl. 7, p. 83. 



DANEMARK (ROYAUME DE). 



Direction des Télégraphes d'Etat. Gr. IV, cl. 6, p. 97; 

— gr. IV, cl. 16, p. 97. 
Jurgensein (Christophen-Peter). Gr. 1, cl. 2, p. 97. 



Lund (G.-F.). Gr. IV. cl. 6. p. 07; 
p. 97. 



ESPAGNE. 



Agil y Maeslrf cl D. de Cortazar. Gr. VI. cl. 13, 

p. 99. 
Bonnet (Henri). Gr. IV, cl. 6, p. 98; — gr. IV, cl. 7, 

p. 98. 
Cazorla (Alexis. Gr. IV. cl.6, p. 98; — gr. IV, cl. 12, 

p. 99 ; — gr. IV, cl. 15, p. 99. 
Direction générale des Postes et des Télégraphes. 

Gr. IV, cl. 6, p. 98. 
Echénique (Florencio). Gr. IV. cl. 6, p. 98. 
Fernandez Janer (.lean). Gr. IV, cl. 7, p. 98. 
Galante (Joseph). Gr. C, cl. 13, p. 99. 
La Orden (Louis). Gr. 6, cl. 8, p. 99. 
-Nicolau y Montaner (Adolphe), et Uervas Ausmendi 



5. (Julian). Gr. IV, cl. 13, p. 99. 

Orduna y Munoz (Charles). Gr. IV, cl. 6, p. OS; — 

gr. VI, cl. 13. p. 99. 
Perez Blancas. Gr. IV, cl. 6, p. 98; — gr. VI, d. 15, 

Piedras' v Macho (Victor). Gr. IV, cl. 6, p. 98. 

Roig y Torres. Gr. VI, cl. 15, p. 99. 

Societad Espanola de Eleclricitad. Gr. IV. d. f,, 

p. 98. 
Soriano y Ferrer. Gr. IV, cl. 7. p. 98.'^ 
Suavez Saavedra (Antonino). Gr. VI, cl. 15, p. 'XK 
Tende (Alexandre). Gr. IV, cl. 6, p. 98. 
Vigil (Primitivo). Gr. IV, cl. 13. p. 99. 



(iRANDE RRETAGNE ET IRLANDE (ROYAUME UNI DE). 



Admini;lr;itinn des télégraphes de la Grando- 

Bielagno. Gr. IV, cl. VI, p. 103 ; — gr. VI, d. 16, 

p. 108. 
Anglo-Americau Brush Electric Light Corporation, 

Limited. Gr. I, cl. 3, p. 100; — gr. IV, d. 8, 

p. 104; — gr. IV, d. 11, p. 106. 
Apps (.tlfred). Gr. I, d. 1. p. 1(|0. 
Ayrton (W.-E.) and Perry (J.). Gr. III, d. 5, p. 102; 

— gr. IV, d. 8, p. 104; — gr. IV. d. 12, p, 106; 

— tr. IV, d. 12, p, 106; — gr. IV, d. 13, p. 106; 
106. 

gr. III. 
•gr. IV. 



u. n 
1(1 C°. 



lakev Emmolt and G". Gr. I, cl. 5, p. 100 ; 

d 5, p. 102; — gr. IV, d. 6, p. i02; • 

cl. 7, p. 104. 
Bolton (Frank, lient, colonel). Gr. IV. cl. 6, p. 102. 
Bourne (Joseph) and Son. Gr. I, cl. 2, p. 100 — 

gr. II. cl. 4, p. 101. 
Bright (E.-B.). Gr. IV, d. 6, p. 102; — gr. IV, d. 8, 

p. 105; — gr. IV. d. 13, p. lOG. 
British Electric Light G" Limited. Gr. I, d. 3, p. 100; 

— gr. IV, d. S, p. 105 ; gr. IV, d. 11, p. 106. 
Brotherood (Pclcs). Gr. V, d. 14, p. 107. 
Gassell, Peter, Galpin and C°. Gr. VI, d. 15, p. 107. 
Clark (Latimer). gr. VI, d. 15, p. 107. 
Cohne (Sigismondj. Gr. IV, d. 8, p. 105. 
Cooke (Conrad-William). Gr. IV, d. 7, p. 

gr. IV, d. 12. p. 106; — gr. IV, cl. 12, p 

gr. VI, cl. 16, p. 107. 
Coxcter and .Son. Gr. I. cl. 2, p. 100 ; — gr 

p. 101; — gr. III, d. 5, p. 102. 
Crompton (R.-E.). Gr. I, cl. 5. p. IW ; — 

cl. 8, p. 103; — gr. V, cL 14, p. 107. 
Elliott tjrolhors. Gr. III, d. 5, p. 102; — gr. IV. 

cl. 6, p. 102. 
Emmolt (William-Thomas). Gr. Vi, d. 15. ]>. 107. 



104; 
106; 



I, d. 5, 



IV, 



Exchange Telegraph C° Limited. Gr. IV, d. 6, \>. 102. 
Fahrig (F.-E.). Gr. I, d. 2, p. 100; - i;r. IV, d. 8, 

p. i05. 
Foxcroft (William Mortimer). Gr. IV, cl. 6, p. 102; — 

gr. IV, d. 7, p. 104. 
Fvfe (James). Gr. IV, d. 8, p. 105. 
Gàrrat (R. C). Gr. IV, d. 10, p. 105. 
Hedges-Killingworth. Gr. IV, cl. 8, p. 103. 
Henley (W.-T.). Gr. I, d. 3, p. 101 : — gr. II, d. i, 

p. 101 ;— gr. IV, d. 12, p. 106 ; — gr. IV, cl. 12. 

p. 106. 
Iniliaj Rubber Gutta Percha et Telegraph Works 5" 

Limited. Gr. II, cl. 4, p. 101; — gr. III, d. 5, 

p. 102; — gr. IV, d. 6, p. 103; — gr. IV, d. 15, 

p. 106. 
Jolinson (Richard) and Nephew. Gr. II, cl. 4, p. 101; 

gr. IV, d. 7. p. 104. 
King's collège. Gr. VI, cl. 16, p. 108. 
Kitson and C'. Gr. V, cl, 14, p. 107. 
Laing (William). Gr. I, d. 3. p. 101 ; — gr. IV, d. 8, 

p. 105. 
Latimer, Clark, Muirliead and C». Gr. I, d. 2. p. 100; 

— gr. I, d. 5, p. 101; — gr. I. cl. 4, p. 101 ; — 

gr. III, cl. 5, p. 102; — gr. IV, cl. 6, p. 103; — 

Gr. IV, d. 7, p. 104; — gr. IX, d. 8, p. 105; — 

gr. IV, cl. 9, p. 105;— Gr. IV, d. 15, p. 106. 
Macmillan and C°. Gr. VI, d. 15, p. 107. 
xNowall (R.-S.) .nnd C». Gr. II, d. 4, p. 101 ; — gr. VI, 

cl. 13, p. 107. 
O'Lawlor (Louis de B.), Gr. IV, d. 6, p. 104 ; — 

gr. IV. d. 7, p. 104. 
Paterson (Edward). Gr. I, cl. 2, p. 100; — gr. 111, 

d. 5, p. 102; — gr. IV, d. 6, p. 105; — gr. 11, 

cl. 4, p. 101 ; — gr. IV. cl. 7, p. 104. 
Pulverniachor (J. L.). Gr. IV, d. 10, p. 105. 



i 



% 

el Jelfo 



Ransonu's, HimJ 

p. 107. 
Reid brolh.Mj. r.r. 11, cl. i, p. 101 ; — sr. IV, cl. 6, 

p. lOÔ. 
Robcy and (.". C.r. V. d. U, p. 107. 
Roval Inslitulion of Great liritaiii. Cr. VI, cl. 16, 

p. 110. 
Rudge (J. A.). Gr. IV, cl. 10, p. lOo. 
Rustless aud General Iron C*. Gr. II. cl. -l. p. 101. 
Sabel (Max). Gr. III, cl. 5. p. 102. 
Sabine (Robert). rC. I, cl. i, p. iOO;— gr. III, cl. 5. 
p. 102; — gr IV. cl. 6, p. KU; — gr. IV, cl. 11, 

p. 106; — gr. IV, cl. 2. p. 106; — irr. IV, cl. 13, 

p. 106. 
Sax (.lulii.s). Gr. IV, cl. 6, p. 104. 
Saxby et Farmer. Gr. IV, cl. 6. p. 104. 
Siemens brolhers and G' l.imiled. Gr. II, cl. 4, o. 101; 

— Gr. IV. ri. 6, p. 101; — sr. IV. .1. 8. p. 105. 
Smith (Frederick!.). Gr. V. cl. 14, p. 107. 
Society ol telegraph enginoers and electriciaus. 

Gr. VI, d. 15, p. 107. 



T.\BLE DES M.\T1ÈRES, 
V, d. 14. 



Voo 



Stiff Marnes), and Sons. Gr. 1, d. -2, p. 1(X) ; — ^r.2. 

d. 4, p. 101. 
Suhniarine Telegrapb C°. Gr. 11. d. 4, p. 101; — 

gr. VI, d. 16, p. 110. 
Swan (J. W.). Gr. IV, d. S, p. lOci. 
Teleerapli Conslruction ot maintenance C', Linii- 

le.'l. Gr. Il, d. 4, p. 101. 
Tho Grower-Bell Téléphone C<> Limited. Gr. IV, cl. 7, 

p. 104. 
The Sdentific Toy G». Gr. 1, d. % p. 100; — gr. IV, 

d. 7. p. 104; — gr. IV, d. S, n. 105; — gr. IV, 

d. 1-2, p. 106; — gr. IV, d. 15, p. 106. 
Tiiomson (sir William). Gr. III, d. 5. p. 102: — 

gr. IV, cl. 12. p. 106. 
Thomson Slcrn and C« Limited. Gr. V, d. 14, p. 1(17. 
NVallis ot Sicevens. Gr. V, cl. 14, p. 107. 
Weeb (Itrowne-Wolsoy). Gr. IV, d. 13, p. lOC,. 
Whiticross wire Goln;panv, Limited, cr. II, cl. 4, 

p. 102. 
Whitley (John). Gr. IV, d. 12, p. 106. 
Wollasson (Jame?). Gr. IV, d. 7, p. lOi. 



IIO.XGRIE (ROY.VUMK DE). 



f Anlolik (Charles). Gr. IV, d. 12, p. 111. 



Il Fn.hlich (J.). Gr. III. d. o. p. 111. 



ITALIE (IIOYAIME D') 



Antonmi\Daniel-.\ngc). Gr. 1, d. 11, p. 115. 
Arrighini (Ange). Gr. I, cl. 2, p. 112; — sv. I, d.ô, 

p. 112: — gr. I.d. 10. p. 114. 
.Eiaiti (Vincent). Gr. I, cl. 2. p. 112. 
Bandieri (Joseph). Gr. 1, d. 3, i). 113. 
Batocchi (Jian-Uaptiste). Gr. 1, cl. 4, p. 115. 
Barzano iLouis) et Baldinelli (Ferdinand). Gr. I, d. 

10, p. 114. 
Brignola (Josepli). Gr. I, cl. 4, p. 113. 
Brune (Edmond). Gr. 1, d. 6, p. 115. 
Cabinet de phvsique de l'Université de Naples. Gr. 1, 

cl. 15. p. 115. 
Caliinet de ph\>ique de l'Université de Turin. G. I, 

cl. 13, p. 115. 
Cabinet de phvsique du Musée de Florence. Gr. I, d. 

16. p. 116. ■ 
r.aliinet des anciens instruments d'astronomie et de 
physique du Musée de Florence. Gr. I, cl. 11, p. 
lit). 
Cabinet de physique de l'Université de Gênes. Gr I, 

d. 16, p. 116. 
Cabinet de physique de l'Université de Modcne. Gr. I, 

cl. 16, p. 118. 
Cabinet de pliy>ique de l'Université de Pise. Gr. I, 

cl. 16, p. 118. 
Cabinet de physique de l'Uuiversité de Turin. Gr. I, 

cl. 16, p. 118. 
Cabinet de physique du lycée de Vérone. Gr. I, cl. 

16, p. 118. . 
Cabinet de physique du Ivcée Volta. Gr. I, cl. 16, 

p. 119. 
Cadenazzi (Anselme). Gr. I, cl. 2, p. 112. 
Cardaielli (Fidèlei. Gr. I, cl. 6, p. 115. 
Casdii (Jean). Gr. I, d. 6. p. 113; — gr. I, d. 10, 

p. 114. 
Castelli (Basile). Gr. I, d. 4, p. 113; crr. I, d. 6, 

p. 115. 
Cavignato (Joseph). Gr. I, cl. 12, p. 115. 
•:. cchi (le Père Philippe). Gr. I, d. 12, p. 115. 
Crede (Joseph). Gr. I, cl. 12, p. 115. 
Lie Renzi (Henri,. Gr. I, d. 10, p. 114. 
[le Rossi (Michel-Etienne). Gr. I, d. 7, p. 114. 
Iionaggio. Gr. I, cl. 1, p. 112. 

Etablissement de l'Etat pour la fabrication des cartes- 
valeurs. Gr. I, d. 11, p. 115. 
Fautner (Pierre). Gr. I, cl. 1, p. 112; — gr. I, 

cl. 4, p. 1/5;— gr. I, d. 7, p. 114. 
Fornioni (Cesto). Gr. I, d. 1, p. 112 ; — gr. I, cl. 7, 
p. 114. 



Gnlfaielli (Iiinoceut). Gr. 1, cl. 3 i>. 112: — gr. 1, 

cl. 5, p. 115; — gr. I. d. G, p. 114; — gr. 1, 

d. 8, p. 114; — gr. I, d. 12, p. 115; — gr. 1 

cl. 13, p. 116. 
Ganelli (Eruesl). Gr. I, cl. 12. p. 115. 
Gerosa (Edouard et Emile). Gr. I, d. 6, p. rl5 : — 

ur. 1, cl. 12, p. 115. 
Ginori (Manufacture). Gr. I, cl. 2, p. 112; — gr. I, 

cl. 4, p. 115. 
Goiran (A.).Gr. I, d. 7, p. 114. 
Institut de physique de l'Université de Padoue. Gr. I. 

d. 16. p. 118. 
Institut de physique de l'Université de Pavi.'. Gr. I, 

d. 16. p. 118. 
Institut de phy>iqiie de l'Université rovale de Padoni'. 

Gr. I, cl. 16, p. 119. 
Institut de Milan. Gr. I, d. 16, p. 116. 
Institut Roval lopographique luililaiie. Gr. 1. il. 11, 

p. 1 15. 
Juli (Benoit). Gr. I, cl. 11. p. 115. 
Lalius (Charles) et Baldinelli (Ferdinand). Cr. I, d. 

10, p. 1141. 
Lycée Spallanzani. Gr. I, cl. 16, p. 118. 
Manni (François). Gr. I, cl. 4, p. 115. 
Manuelli (Jacques). Gr. I, d. 13, p. 116. 

Marcucci (Dominique). Gr. I, d. 7, p. 114. 

Movio (Latine). Gr. I. cl. 11, p. 115. 

Mucci (Dominique). Gr. I, cl. 10, ji. 114. 

Musna (Jean). Gr. 1, d. 2, p. 112;— gr. 1. d. 7, 

p. 114. 
Nigra (Joseph). Gr. I, d. 7, p. 114. 
Pacinotti (Antoine). Gr. 1, cl. 2, p. 112; — gr. I, 

d. 3, p. 112. 
Pierucci (Mariano). Gr. 1, cl. 5, p. 113. 
Ponci (Louis). Gr. I, cl. 2, p. 112. 
lîai'agni (Charles-Félix) et Guglielmini (Emilo-Aii- 

toine). Gr. I, d. 7, p. 114. 
Richard (Société céramique). Gr. I, cl. 2, p. 112: — 

gr. 1, d. 4, p. 113. 
Rosseti (François). Gr. 1, cl. 10 p. 114; — gr. I, d. 

13, p. 116. 
Scarpa (Joseph). Gr. I, cl. 5, p. 115. 
Schivardi (Plinius) et Baldinelli (Ferdinand). Gr. 1, cl. 

10, p. 113. 
Siccardi (comte Emile). Gr. 1, cl. 6, p. 114. 
Soniinati di Montbello (Jules). Gr. 1, cl. 6, p. 114. 
Suter (Jacques). Gr. I, cl. 12. p. 115. 
Turchiiii (Rapahël). Gr. 1, d. 8, p. 114. 



irx; 



TABLE DES MATIERES. 



JAPON. 

Jliiiiïlère lie- tnivaux piihlics. alllllillistI•;^tio^^^e^ télijgraphes. Gr. I, cl. 2, p. 1-2U ; — gr. II, cl. i, p. îiO. 

NORVÈGE (ROYAUME DE). 



Aiul.Tseii (0. M.).Gr. VI, cl. lo, p. 122. 
Bil)liothoi|ui' de l'Université de Chnstiiui;i. Gr. VI, 

cl. i;i, p. 125. 
B.jerktifcs(D'C. A.).Gr. IV, cl. 12, p. 121. 
G'od:i','er(Hains). Gr. IV. cl. 12, p. 121. 
Hansea (D.). Gr. VI, cl. Vi, p. 125. 
Le Dirccleur en chef des télégraphes de Norwêge. 

Gr. II, cl. i, p. 121;- gr. VI.Vl. 15, p. 123. 
Le Ministèr.; do la Marine de Xorwcge. Gr. IV, cl. 

12, p. 121 ; — gr. IV, cl. 13, p. 122. 
Lys'^àrd {Anua-Louise-Kcillianj. Gr. IV, cl. 7, p. 121. 



Mohn (H.). Gr. VI, cl. 15, p. 125. I 

Observatoire astronon.ique de Christiania. Gr. \ 

cl. 16, p. 123. 
OIsen (Christian Olberg Gran). Gr. IV. cl. 6, p. 121. 
Ottesen (Haos Realf). Gr. IV, cl. 7, p. 121. 
Petersen (P.). Gr. IV, cl. 11, p. 121. 
Pihl (Oleuf. A. L.). Gr. IV, cl. 12, p. 122. 
Schôyen (A.). Gr. VI, cl. 15, p. 123. 
Siéger iA).Gr. IV, cl. 10, p. 121. 
Tosirnp (J.i. Gr. IV, cl. 11, p. 121. 



PAYS-RAS (ROYALME DESj. 



Adinidi?tration des léléi; ru plies de l'Etat des Pavs-Bas 

Gr. VI, cl, 13, p. 129. 
Bosscha (Johannes). Gr. VI, cl. 13, p. 12.";. 
Cabinet de physique de la fondation Teylcr. Gr. VI, 

cl. 13, p. 12j ; — gr. VI, cl. 16, p. 123. 
Croonel C°. Gr. IV, cLl2, p. 12i. 
De Léon (Maurice i et C'. G. IV, cl. 13, p. 142. 
Dvckmcnlen ,V.-C.j. Gr. VI cl. 13, p. 123. 
.lacobs (W.-H. . Gr. V, cl. li, p. 129. 
Kaiser (Dr. P. J ). Gr. IV. cl. 12, p. 121 



MaTyt(\!bert).Gr. IV, cl. 8, p. 124. 

Mills Ml.-A.K Gr. IV, cl. 6, p. 124. 

MiraiidoUe (Christian). Gr. IV, cl. 124. 

Olland (H.i. Gr. IV, cl. 12, p. 124. 

Société néerlandaise du téléphone Bell. Gr. VI, cl. 13, 

p. 125. 
Steenbergen (I.-F.-F.). Gr. VI, cl. 13, p. 123. 
Van Kr>rkwijk (J. J.). Gr. VI, cl. 13, p. 123. 
Van Welteni (NicolaaS;. Gr. IV, cl. 7, p.l28; — gr. Vr 
cl. 12, p. 124. 



RUSSIE (EMPIRE DE). 



Avenarius. G.- IV, cl. 7, p. 150. 
Borgmaan (.leani. Gr. I, cl. 1, p. 127. 
Cnwolson (Oresle). Gr. VI, cl. 13, p. 132. 
Crestin (Ferdinand). Gr. VI, cl. 13, p. 132. 
Département des Télégraphes. Gr. I, el. 2, p. 127; — 

gr. 2, cl. 4, p. 128; — gr. IV, cl. 6, p. 150; — 

gr. VI, cl. 15, p. 152; — gr. VI,cl. 16, p. 13i. 
Dereviankine Ûean). Gr. IV, cl. 6, p. 130. 
Dob;ocliotow-Maikow (Alexis) Gr. IV, cl. 8, p. 130. 
Ltar-iiiaior (Section topographiqne). Gr. , cl. 11, 

p. 131. 
E.xpédition pour la confection des papiers de I Elat. 

Gr. IV. cl. 11. p. 151; — gr. VI, cl. 13, p. 134. 
Geivsler (Nicolas). Gr. IV. cl. 15, p. 132. 
Gravier. Kuksz, Luedtke et Greiher. Gr. I, cl. 3, 

p. 127; —gr. IV, cl. 8, p. 150; — gr. VI, cl. 13, 

p. 155. 
Jacohi aVindimir). Gr. IV, cl. 1, P. 130. 
Kovako (Alexandre,, Gr. IV. cl. 11, p. 151. 



IV, 



VI, 



La rédaction du journal de la société de physique de 

Saint-Pétersbourg. Gr. VI, cl. 15, p. 133. 
Latchinov (Dimitri). Gr. I, cl. 3, p. 12S; — gr. 

cl. 8, p. 150; — gr. VI, cl. 13, p. 133. 
Lermontow (Vladimir). Gr. III, cl. 5, p. 129. 
Ministère de la marine. Gr 1, cl. 5, p. 128. 
Pirotsky (Théodore). Gr. IV, cl. 9, p. 131. 
Porg iiann, Slouguiofl', Bobilew et Hesechus. Gr 

cl. 15, p. 152. 
R.igosine. Gr. IV, cl. 13, p. 152. 
Slouguinofr (Nicolas). Gr. III, cl. 5. p. 150; — gr. IV, 

cl. 13, p. 152. 
Stoletow. Gr. III, cl. .S. p. 130. 
Tcikolew (Vladimir). Gr. VI, cl. 15, p. 13t 
Ticho.nirow (Basile). Gr. I, cl. 1, p. 127 — . 

cl. 5, p. 130; — gr. IV, cl. 8 p 151. 
Twerilinow (Engène). Gr. 1, cl. 3, p. 128 
Vreden (Kobert). Gr. IV, cl. 7, p. 150. 
WaSbiliew (l)iinitri). Gr. 1, cl. 2, p. 127. 



SUÈDE (ROYAUME DE). 



Administration de l'exploiiation dos cliorains de 

fer de l'Etat. Gr. IV, c!. 6, p. 15!j ; — gr. VI, 

cl. 15, p. 157. 
Administration des télégraphes de Suède. Gr. I, cl. 

2, p. 156 ; — gr II, cl. -i, p. 156; — gr. IV, d. 

6. p. 156 ; — gr. IV, cl. 13, p. 157 ; — gr. VI, cl. 

16, p. 137. 
BIix(M.-G.). Gr.IV.cI. 12, p. 137. 
Engstrom (Ehv.). Gr. II, cl. 4, p. 156. 
Ericson fL.-.M.) etC°. Gr. IV, cl. 6. d. 157; — gr. 



137. 



Génie Militaire suédois. Gr. IV, cl. 6, p. 



Holmgren (Frithiof). Gr. IV, cl. 12, p. 137. 

Lovén (Ohristian). Gr. III, cl. 5, p. 156 ; — gr. i, cl. 

7, p. 157. 
Norstedt et Sôner. Gr. 6, cl. 15, p. 157. 
Société anonyme de Lessjôt'ùrs. Gr. II, cl. 4, p. 156. 
Société anonyme de Skultuna. Gr. II, cl. 4, p. 156. 
Siironsen (P.'M.)Gr. IV, cl. 12, p. 137. 
Thalen (Robert). Gr. 5, cl. 5, p. 136 
Tegnandor C. S. Gr. V, cl. 14, p. 137. 
Uiuver.>ité de Lund. Gr. III, cl. 5, p. 136. 
WeniiMian (M.).Gr. IV, cl 6, p. 137. 



i 



TADLE DES MATIÈRES. 



157 



;L ISSE iCCLN FÉDÉRATION) . 



A nisler (Alfred). Gr. IV. il. 7, p. 138. 

Bruiiiscliweiler el Cls, Gr. I\\ cl. 15, o. 159. 

Bureau inlenialiouyl des admiiiisti-alions télégraphi- 
ques. Gr. VI. cl. l.ï, p. 159. 

Bûrgin (Emile . Gr. 1, cl. 3. p. 158 ; — gr. IV. cl. 8. 
p. 159; - gr. IV, cl. 9, p. 159 ; — gr. IV, il. 15, 
p. 139. 

Colladon (Daniel). Gr. IV, cl. 13. p. 159; - gr. VI. 
.1. 15, p. 139;- sr. VI, cl. liî. p. 10. 

GoppelïFoeder (Dr. Frédéric). Gr. IV. cl. Il, p. 



159; — sr. 6, cl. 



, p. 159. 

Giiillemin (Etienne). C'.r. I, cl. 2, p. 138. 
Hasler (Gustave). Gr. i, cl. 1-2, p. 159. 
Hipp. ,Malhias).Gr. IV, cl. 7. p. ir.9; — 

1-2, p. 159; - gr. VI, cl. 16. p. 140. 
La Direction des lélégraphes suissci. Gr. 

p. 138. 
Monnier (Denis). Gr. IV, cl. 12, p. 139. 
Perrody (Esprit) Gr. II. cl. i, p. 158. 
Sociéiésui>se de téli-pliom.-. Gr. IV, il. 7; 



gr. IV, cl. 
IV. cl. 6, 



p. 158. 



bbh'i. - Imprimerie A. Lahure. nie de Flenrus, 9, i l\ 



L'EXPOSITION m M. ÉDlSON, 



Il se produit, à propos de l'exposition de .M. Edison, un fait particulièrement 
intéressant, que nous nous faisons un plaisir de signaler aux visiteurs de plus 
en plus nombreux, qui admirent chaque soir la lumière des lampes Edison bril- 
lant, lanlùl sur des chandeliers ou des supports isolés, tantôt au milieu des cris- 
taux resplendissants des lustres de la Société de Baccarat. Ce fait que nous 
tenons à signabr, c'est l'unanimilé de la presse française à conslater le légi- 
time succès de cet'e exposition, à reconnaître les ressources pratiques du 
système d'éclairage du savant américain, et à lui prédire un rapide et entier 
dèveloi'pement. 

Le Temps du 28 août, à l'occasion de la visite faite à l'exposition d'électri- 
cité par MM. Cochery, Léon Say et Gambelta, dans la soirée on les appareils 
d'éclairage ont fonctionné pour la première fois, s'exprime ainsi : 

(( L'éclairage électrique des grandes salles n'a pas beaucoup surpris les visi- 
teurs, déjà hai)itués à cette lumière sur les places publiques, sur les avenues, 
dans les hôtels et dans beaucoup d'autres endroits. Le grand attrait de la soirée 
était au fond des galeries, dans les vastes salles où, grâce au génie du solitaire 
deMenloPark. la lumière électrique s'est disciplinée, apaisant son éclat, prenant 
la forme, l'allure et presque la couleur du modeste bec ; c gaz. 

Les salles 24 et 25, occupées par l'exposition d'Edison, sont éclairées par ses 
lampes. Comme ce philosophe qui prouvait le mouvement en marchant, l'il- 
lustre physicien, au lieu d'engager des discussions avec ses collègues qui con- 
testaient le côté pratique de son invention, a marché aussi 11 a installé des 
lustres, établi des canalisations électriques le long des cimaises, suspendu ses 
lampes aux murs, construit des chandeliers portatifs et inondé de lumière ses 
contradicteurs. 

La contradiction n'est plus possible aujourd'hui. Edison, il est de toute jus- 
tice de le reconnaître, a réalisé l'éclairage domestique par l'èlectricilé. La ques- 
tion est sortie du domaine de l'expérience, des tâtonnements dans le cabinet du 
savant, pour entrer dans la pratique. Et ce n'est pas le moindre mérite de 
l'exposition d'Edison, d'accuser dans ses plus petits détails un caractère abso- 
lument industriel. Ses lampes, leurs accessoires, leurs genouillères semblables 
à celles des becs à gaz, tournant à volonté autour d'un pivot; lenrs commuta- 
tateurs, identiques aux robinets à gaz, s'ouvrant et se fermant avec la même 
facilité pour donner la lumière ou l'éteindre, leurs patères d'attache aux murs, 
tous ces objets, qui ont passé en grand nombre sous nos yeux, ont perdu l'aspect 
fini, soigné, des choses destinées à des essais pour revêtir celui plus rude et 
plus pratique d'une fabrication courante et économique. 

(Voir la suite page 159 d) 



159 b 



CLASSIFICATION DES PRODUITS 



Classo 

Groupe I ) Classo 

Classo 



.) Cl.' 



Groupe lï . 
(iroupo III 



Groupe IV 



Groupe V 



Groupe YI 



Classe 
Classe 
Classe 
Classo 
Classe 
Classe 
Classe 
Classe 
Classe 

Classe 
Classe 



Klcctiicilé slalique . 
Piles et. acccossoires. 



Machines magnéto- électriques et dynamo-élec- 
triques 



Câbles, (lis et accessoires, Paratonnerres. . 
Appareils servant aux mesures électriques. 

Télégraphie, signaux 

Téléphonie, Microphonie, Photophonic 

Lumière électrique» 

9 .... ! Moteurs électriques, Transport des forces . . 

10 ... ! Électricité médicale 



il .... Electro-chimie. 



12 . . . I histruments de précision. Électro-aimonts et ai- 
I niants. Boussole, horlogerie électrique 



Appareils divcr; 



Générateurs, Moteurs à vapeur, à gaz et hydrau- 
liques, et transmissions applicables aux indus- 



tries électriques. 



(Classe \\ 



Cliasse -!(> 



Collections bibliographiques d'ouvrages concer- 
nant la science et l'industrie électriques, plans, 
cartes, etc. 

Collections rétrospectives d'appareils concernant 

les études primitives et les applications les 

I plus anciennes de l'électricité 

































159 


c 


EXPOSES (Palais de l'Industrie). 




- 


1 




3 


f 


■é 

1 

J 






= 


1 


= 


z 


££ 


^ 


1 


J 




|ui-e 


page 


page 


page 


page 


page 


page 


page 


page 


page 


page 


page 


page 


page 


page 


page 




11 


6.- 


74 


78 


81 


)> 


») 


100 


» 


112 


)) 


» 


)) 


127 


» 


)) 




12 


67) 


74 


78 


81 


" 


1) 


100 


111 


112 


120 


" 


" 


127 


156 


158 




15 


65 


74 


78 


Si 


97 


., 


100 


111 


112 


)) 


)) 


)) 


127 


)) 


158 




16 


64 


74 


78 


82 


)) 


» 


loi 


)) 


115 


12(1 


121 


» 


128 


156 


158 




20 


64 


75 


» 


85 


» 


» 


l()2 


111 


115 


>' 


)) 


)) 


129 


156 


1) 




21 


65 


75 


78 


85 


97 


98 


102 


111 


115 


)) 


121 


124 


150 


156 


158 




28 


66 


75 


79 


85 


») 


98 


loi 


111 


114 


)) 


121 


124 


150 


157 


158 




29 


66 


76 


79 


85 


» 


98 


104 


111 


114 


)) 


» 


124 


150 


)) 


159 




54 


67 


76 


» 


86 


" 


» 


105 


111 


)) 


)) 


)> 


>) 


151 


)) 


159 




57 


67 


» 


79 


86 


H 


>) 


105 


)) 


114 


)) 


121 


'> 


" 


>' 


» 




58 


67 


76 


» 


><{i 


b 


» 


106 


» 


115 


)) 


121 


)) 


151 


)» 


159 




1 


68 


76 


79 


86 


)) 


99 


1(16 


111 


115 


» 


121 


124 


)) 


157 


159 




46 


68 


77 


80 


88 


97 


99 


1 06 


)) 


115 


•' 


122 


124 


152 


157 


159 




52 


69 


77 


» 


89 


)) 


)) 


107 


)) 


)) 


» 


» 


125 


\ 


157 


1 




1 57 


69 


77 


81) 


X9 


1) 


!I9 


107 


)) 


IKi 


» 


122 


125 


152 


157 


159 




., 


































''"• 


































61 


71 


77 


)) 


96 


97 


)» 


107 


» 


116 


» 


)) 


125 


154 


157 


)) 





K>9 <l EXI'OSITION DE M. EDISd.N. 

Et le Tempx, après un exposé détaillé du système Edison, une description 
miiiulicuse des canalisations et de la lampe, des régulateurs, compteurs, etc., 
conclut ainsi : « Nous avons donc raison de dire une dernière fois que, dans 
i>es moindres détails, l'éclairage électrique a reçu une solution industrielle. » 

Le Journal def. Drbals dans un article fort élogieux, constatant (jue rèclai- 
i-age des appartements élégants d'où le gaz est proscrit, appartient désormais 
à la lumière Edison, cite l'opinion actuelle de M. du Moncel. On se souvient 
que cet honorable savant fit une vive critique du système Edison quand la nou- 
velle de sa découverte nous vint d'Amérique. M. du Moncel vient de publier 
dans son journal Lumière électrique une longue analyse de ce système. Les 
Débats \ relèvent les considérations suivantes : 

ce Tous ces essais, dit M. du Moncel en parlant des tentatives faites jusqu'en 
1879 par divers physiciens, n'avaient que médiocrement réussi, pour ne pas 
dire plus, et, quand en 1879, on annonça la nouvelle lampe à charbon incan- 
descent de M. Edison, beaucoup de savants et moi-même en particulier doutè- 
rent de l'exactitude des allégations qui nous venaient d'Amérique. 

« Pourtant M. Edison ne se tint pas pour battu et malgré la vive opposition 
qu'on fit alors à ses lampes, malgré la polémique acerbe dont il fut l'objet, il 
ne cessa de les perfectionner au point de vue de la pratiquci et il est arrivé 
aujoui'd'hui aux lampes que nous voyons à l'Exposition et dont tout le monde 
peut admirer la parfaite fixité. » 

Et en terminant, .M. du Moncel déclare que « ce que les incrédules ont de 
mieux à faire maintenant, c'est de s'incliner devant les faits. » 

Le Journal des Débats ajoute : « Quand nous disons que le système Edison 
est en voie d'opérer une complète révolution dans nos habitudes, nous ne fai- 
sons que tirer une conclusion d'une série d'observations. Et celte conclusion 
s'affirme d'une façon bien plus puissante encore si on compare l'éclairage au 
gaz à l'éclairage par incandescence. Le gaz suivra la destinée -de toute chose 
ici-bas qui est combattue par une autre mieux organisée. 11 sera vaincu. C'est 
le sort des faibles ; c'est la loi éternelle du combat pour l'existence. « 

La République Française se livre aussi à un long examen du système Edison. 

« La grande nouveauté, dit-elle, que l'Exposition actuelle met dans une écla- 
tante lumière — nouveauté très inattendue, il faut le dire hautement, pour les 
hommes de science comme pour les honmies de pratique dans notre vieille 
Europe, — c'est la lampe à incandescence. Le succès incontestable du nouveau 
système surprend un peu les savants, de même ({ue sa souplesse émerveille les 
gens du monde parce que les principes sur lesquels il repose avaient plusieurs 
fois déjà tenté les inventeurs comme les physiciens et s'étaient toujours jus- 
qu'ici montrés stériles en résultats vraiment pratiques. Mais les deux grandes 
races anglo-saxonnes, les Etats-Unis et l'Angleterre, ont rivalisé d'efforts pour 
atteindre le but, et cette fois encore on a prouvé le progrès en marchant au nez 
des sceptiques. 

La République Française retrace ensuite les travaux d'Edison sur la lumière 
électrique en 1878 : 

« Sur ce terrain, fort exploité depuis plusieurs années déjà, dit-elle, Edison prit 
aussitôt le taureau par les cornes en se posant le problème dans toute son étendue 
et avec les plus extrêmes difficultés. C'est une solution complète qu'il poursuit : 
faire tout ce que fait le gaz — en fournissant une lumièi-e d'intensité constante, 
facilement inaiii^ble, capable de se placer partout en petites masses comme nos 



EXPOSITION DK M. tDlSON. 159 e 

becs de ^ai actuels coiu'espondant à huit ou seize bougies, c'est-à-dire uue ou 
deux carcels — mais le faire mieux que le gaz en donnant une lumière dé- 
pourvue de toute odeur, qui ne transforme pas les salons en fournoises et qui 
n'émet aucune vapeur nuisible à la santé de l'homme ni à celle des ameuble- 
ments ou des peintures délicates multipliées autour de nous. Voilà le programme 
comprenant à la fois la fixité et la divisibilité de la lumière électrique. Reste à 
voir jusqu'à quel point et à (|uel prix ce programme est réalisé. 

La République f'rança(.<i' entre alors dans les détails de la fabrication de la 
lampe, les examinant avec soin, au point de vue théorique et au point do vue 
pratique, puis elle conclut ainsi : 

« Nous avons tenu à raconter avec détail l'intéressante histoire de la lampe 
Edison parce qu'elle montre combien il faut d'efforts persévérants pour arriver 
aux résultats simples, c'est-à-dire vraiment pratiques, et parce qu'elle met 
aussi en évidence le caractère tout particulier de science industrielle aux États- 
Unis : l'union du capital et de rintelligence permettant de mener à bonne lin 
des recherches qui seraient impossibles chez nous. ». 

Complétons ces extraits par celui suivant du « Sun o de New-York en date 
du 7 août qui, en retraçant les développements qu'a pris déjà en Amérique l'ap- 
plication du système d'éclairage Edison, nous met à même de prévoir l'exten- 
sion considérable qu'il est appelé à prendre aussi bien en Erance que dans 
toutes les contrées du globe : 

« On dit que la valeur actuelle des actions et parts de .M. Edison dans les 
diverses Compagnies qui ont été formées pour exploiter sa lumière incandes- 
cente est de 4 à millions de dollars; mais les entreprises ne sont encore que 
dans un état préparatoire. Une organisation est élaborée et doime lieu à beau- 
coup de travaux. Il y a une Compagnie de la Lumière Électrique Edison pour 
le Nord et le Midi de l'Amérique. Une Compagnie Anglaise et une Compagnie 
Européenne. M. Egisto I'. Fabbri de la maison Drexel Morgan et C'*" est parti 
dernièrement pour l'étranger, dans l'intérêt de la Compagnie Anglaise qui doit 
exposer à Londres sous peu. La Compagnie Européenne va exposer à Paiis. Il 
y a des Compagnies distinctes pour la fabrication des lampes, des machines 
dynamo-électriques, et des tuyaux par lesquels le courant est transmis dans 
les rues et dans les maisons. Les ventes de la force motrice à New-York et de la 
lumière électrique Edison appartiennent à la Compagnie « Edison's Electric 
Light lUuminating Company » qui a été constituée en janvier 1881. 

Cette compagnie qui s'est d'abord adressée à toute la ville avant de poser ses 
fds, s'arrange en ce moment pour éclairer deux districts. Le plus grand progrès 
a été fait dans la partie inférieure de la ville bornée par Wall, Nassau, Spruce, 
Ferry Streets et Peck Slip, la East River formant la limite de l'est. La com- 
pagnie fait savoir que dans ce district elle a déjà posé ses fils dans 080 maisons 
pour l'introduction de la lumière et qu'elle a fait des traités avec environ 
1100 consommateurs. Elle occupe iO ouvriers en ce moment pour la pose de 
ses fils. Les traités déjà fails dans ce district nécessiteront 9000 becs de lumière 
de la force de 16 bougies et 4000 de la force de 8 bougies chaque. La Com- 
pagnie s'engage également à fournir de la force- vapeur jusqu'à o chevaux 
à toute personne qui en fera la demande et elle entend faire marcher à l'élec- 
tricité 617 monte-charges et 55 élévateurs dans ce district. Les fils ont été posés 
dans une grande imprimerie pour 647 foyers de lumière, une autre pour 
550 foyers. L'autorisation pour la pose des tuyaux de service dans les rues a 
été obtenue et la Edison Electric TubingCo. 65,^Vashinglon Street, fabrique un 

Voir la s.iite p;ij;e l,")9 h) 



IV.I / 





liOaLnja^ 



159 h EXPOSITION DE M. EDISOX. 

kilomètre de tuyaux chaque semaine. On aura besoin de 15 kilomètres de 
tuyaux dans ce distiict. Les tuyaux en fer qui transmettent rélectricité sont 
de deux pouces de diamètre contenant deux conducteurs en cuivre d'un pouce 
de largeur et d'un quart de ])0uce d'épaisseur séparés l'un de l'autre et de l'in- 
térieur du tuyau par une substance isolante. Des contrats ont été passés pour les 
travaux de terrassement dans les rues, et les maisons 255 et 257 Pearl Street 
ont été achetées pour installer la station centrale d'éclairage de ce district. 
Des traités ont été fails avec une maison de Philadelphie pour la construction 
et la livraison le 10 septembre de 12 machines à vapeur Porter, d'une force 
moyenne de 125 chevaux chaque. Ces machines avec leurs dynamos, génére- 
ront l'électricité pour ce district ; mais il est estimé qu'on n'aura jamais besoin 
de faire fonctionner plus de 8 de ces machines sauf quelquefois dans les après- 
midi d'hiver quand on aura besoin de la lumière et de la force en même 
temps. La compagnie s'attend à ce que, dans ce district, ses bénéfices de la vente 
de la force-vapeur seulement, donneront un dividende sur le capital employé 
indépendamment de l'argent reçu pour ventes de la lumière. Elle se propose 
de faire payer pour la lumière le même prix que les Compagnies du gaz, et elle 
fera ses comptes de la même manière, d'après la quantité d'électricité con- 
sommée enregistrée par des compteurs. 

La fabrique de lampes à Menlo-Park produit 1000 lampes par jour en ce 
moment. La durée moyenne d'une lampe est de 8 mois. Les consommateusr 
ne payeront lien pour les lampes. La Compagnie des lampes a fait l'acquisition 
de la grande fabrique de la Peters Manufactory Company à Newark et fait des 
installations qui doivent la mettre à même de fabriquer 10,000 lampes par 
jour. Cette Compagnie a passé un traité avec la Compagnie de la lumière 
Edison, pour la fourniture de lampes à un prix qui ne doit pas dépasser 35 cents 
par lampe. 

Le second disirict à éclairer est borné par Madison et Eighth Avenues 
Twenty fourlli Thirty fourth Streets. Dans ce district il y a 214 pompes pour 
puiser l'eau et la monter aux étages supérieurs; 2509 machines à coudre, 
et une force-vapeur totale de 1455 chevaux employée pour faire fonctionner 
les monte-charges et les élévateurs. La Compagnie va faire un contrat pour 
fournir des moteurs électriques pour faire tout cela. Si les machines sont prêtes 
à temps, la Compagnie espère pouvoir éclairer le district inférieur au mois 
d'octobre. Les constructions de Coerck Street, appartenant autrefois à The 
Eina Iron Works, ont été achetées et on y fait des installations en ce moment 
(pii vont coûter 250,000 dollars avec d^s machines pour la manufacture des 
dynamos, compteurs et moteurs. On y travaille jour et nuit aux appareils 
destinés aux deux districts à éclairer. Lu vente de machines séparées pour les 
hôtels et fabriques en dehors de la Cité se fait par la Compagnie sœur. Il y a 
un département spécial pour la marine et beaucoup de navires à vapeur sont 
déjà éclairés par la lumière Edison. La semaine dernière les fils ont été posés 
à la maison Durant llouse à Blue Mountain Lake, dans les .Adirondracks, et l'hôtel 
sera pourvu des machines pour la production de la lumière. La compagnie 
Edison de lumière électrique est propriétaire d'un brevet pour un chemin de 
fer électrique et on fait déjà des essais sur un chemin de fer d'un kilomètre de 
longueur à Menio Park. Aussitôt que la première station, à New-York, sera 
éclairée, une section de ce chemin de fer doit marcher à l'électricité en vertu 
d'arrangements déjà faits, afin de vérifier les résultats pratiques qu-'on peut 
attendre de l'invention. Les bureaux de la (compagnie Edison sont n" 05. Fifth 
Avenue. 



APPENDICE 



RENSEIGNEMENTS 

AÎNiNEXÉS AU CATALOGUE PAR l'ÉDITEUH 






L'EXPOSITION D'EDISON 



L'exposition d'Édison est certainement la plus importante, la plus nom- 
breuse et la plus variée de tout le palais de l'Industrie. Deux salles entières 
lui sont consacrées, ainsi qu'une partie du rez-de-chaussée où se trouvent les 
moteurs et les générateurs. 

Parlons d'abord du système d'éclairage électrique par incandescence. Il se 
compose essentiellement d'un générateur électrique fournissant un courant de 
haute tension, de conducteurs de haute conductibilité qui servent à distribuer 
l'énergie électrique à une certaine distance du générateur. En certains points 
des circuits, sont intercalés des appareils de grande résistance qui convertissent 
en chaleur et en lumière l'électricité produite par le moteur, là où on le désire. 
Enfin l'ensemble est complété par un système d'enregistrement quantitatif de 
l'énergie électrique convertie en lumière en un point donné. 

La source électrique est une machine dynamo-électrique qui, dans le but de 
permettre l'emploi de conducteurs de cuivre d'une section relativement faible, 
est construite pour fournir une force obctromotrice constante et égale à 1 1 volts. 

Sa résistance intérieure est de moins de j^ d'ohm. 

Les parties résistantes du circuit montées en dérivations sur les conducteurs 
principaux (on dit aussi en multiple arc ou en quantité) se composent de fila- 
ments de charbon de 12 centimètres do longueur. Leur section transversale est 
de 1 millimètre carré, mais les extrémités sont plus grosses. Ce renforcement 
des extrémités est solidement maintenu dans des emboîtements (soit à l'aide 
d'écrous, soit par galvanisation) et ces emboîtements sont fixés à des fils de 
platine scellés dans les globes qui les contient et où l'on a fait le vide. Telle 
est en substance la forme de la lampe d'Edison qui présente une certaine ana- 
logie avec un tube de Geissler, mais qui en diffère essentiellement en ce sens 
que, dans la lampe d'Edison, le courant traverse un conducteur de charbon 
continu, -tandis que dans le tube de Geissler, le circuit est interrompu et le 
courant doit traverser un gaz raréfié, d'une extrémité à l'autre. 

Edison est le premier qui ait fait usage, et ces brevets en font foi, d'un 
filament de charbon incandescent continu, avec une résistance supérieure à dix 
ohms, dans un vide maintenu par un globe de verre continu dans lequel on 
scelle les conducteurs métalliques. 

Le courant qui traverse les lampes peut être mesuré en permettant à une 
portion excessivement faible de ce courant de produire un dépôt de cuivre dans 
une cuve électrolytique, et de peser le métal. On peut ensuite calculer la quan- 
tité de courant totale qui a traversé le circuit par les lois bien connues de 
l'électrolyse. 

Voilà pour le principe. Quant à l'application, pour montrer la valeur pra- 
tique de son système d'éclairage électrique, Edison a envoyé d'Amérique au 

11 



162 EPXOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 

palais de l'Industrie, un ensemble d'appareils qui fonctionneront pendant toute 
la durée de l'Exposition. 

Ces appareils comprennent; une chaudière à vapeur pour un moteur de 
150 chevaux ; une machine dynamo-électrique à vapeur (steam-dynamo-électric- 
machine) se composant d'un moteur à vapeur à grande vitesse, parfaitement 
équilibré, tournant à 5G0 lours par minute et actionnant, à la même vitesse, 
une armature qui lui est directement attachée, et dont le poids dépasse trois 
tonnes et demie. Cette armature tourne dans un champ magnétique intense 
formé par trois électro-aimants puissants réunis pour n'en former qu'un seul à 
leurs exlréiiiités. L'armature se compose d'un gi-and nombre de barres isolées 
entre elles et isolées de l'axe; elles entourent un tambour composé de disques 
de cuivre et de fer. Chaque barre est fixée à deux disques de cuivre à chaque 
extrémité de l'axe et du groupe de disques de fer. Cette armature développe 
une énergie électrique équivalente à 120 chevaux et est mise en mouvement 
par le moteur à vapeur qui en développe 125, Elle doit alimenter mille lampes : 
sept cents serviront à l'éclairage du grand escalier du Palais, les trois cents 
autres seront réparties dans les deux salles consacrées à l'exposition d'Edison. 
C'est dans ces salles que l'on trouvera toutes les applications nécessaires pour 
démontrer que le système peut, à tous les points de vue, se substituer au gaz, 
aussi bien pour l'éclairage que pour la force motrice de la petite industrie, 
tours, machines à coudre, etc. 

A côté de la machine puissante de 120 chevaux s'en trouvent deux plus 
petites qui peuvent produire chacune une énergie électrique équivalente à un 
travail de quinze chevaux. L'une d'elles a une force électro-motrice de 
110 volts, la seconde qui doit fournir des lumières de huit bougies seulement 
pour la marine et les mmes, n'a que 55 volts de force électro-motrice. 

Disons maintenant quelques mots des salles d'exposition de M. Edison : elles 
renferment ses inventions les plus importantes, nous en énumérerons seulement 
quelques-unes : 

Le Microlasimètre, avec lequel, en 1878, il a pu mesurer lés changements 
les plus faibles de température. Cet appareil lui a permis de reconnaître des 
rayons calorifiques dans les rayons lumineux émis par la plupart des étoiles 
fixes : il a aussi démontré le premier la possibilité d'enregistrer les phases de 
mouvement produites par un rayon de lumière ondulatoire. 

h'Odoroscopc, est un appareil qui permet de rendre visible la présence de 
certaines huiles essentielles et des vapeurs d'hydrocarbure, et d'enregistrer 
leur action. 

Le Téléphonographe, instrument des plus curieux avec lequel on reproduit la 
voix humaine, un temps indéterminé après que les paroles ont été prononcées, 
à l'aide d'une machine placée à plusieurs kilomètres de celui qui a parlé. 

Le Webermètre, balance très délicate qui enregistre la quantité de courant 
qui a traversé un circuit pendant un temps donné. Les avantages de cet ins- 
trument seront très appréciés par les physiciens qui s'occupent des quantités 
électriques et connaissent la valeur du pont de Wheatstone et du galvanomètre 
de Thompson. Le Webermètre révèle et permet de mesurer un courant si faible 
qu'il ne déposerait que dix milligrammes de cuivre dans l'espace d'un siècle. 

VÉlectro-motographe et les nombreuses applications de son principe qui con- 
stituent un des plus beaux titres de gloire de ce génie inventif. 

Nous arrêterons ici cette rapide ènumération qui, pour être complète, de- 
manderait un volume. Il nous suffit d'avoir donné une vague idée des merveilles 
renfermées dans les salles 23 et 24 



LA LUMIERE EDISON 



L'exposition du système d'éclairage électrique de M. Edison au Palais de 
l'Industrie doit être envisagée à un point de vue tout particulier qui échappera 
à ceux qui visiteront le Palais par occasiDU, en passant, pour ainsi dire. 

Bien que le système soit présenté pour la première fois, il ne faut pas oublier 
qu'il n'est ni une expérience, ni un spectacle, m;^is un [dit accompli. 

Le succès du système d'éclairage électrique d'Édison, établi à Menlo-Park pai' 
l'éclairage d'un espace de un mille carré, a été suivi par son introduction dans 
la capitale des Etats-Unis, comme une lumière nouvelle se substituant au gaz 
pour lous les usages. On a déjà fait à New-York tous les travaux d'installation 
pour quinze mille lampes, et lorsque cette installation sera entièrement ter- 
minée, il y aura encore à faire plus de deux mille applications aux États-Unis 
et au Canada, car tout le monde veut cette lumière magnifique, économique et 
pratique. 

On sent bien qu'un pareil résultat n'a pu être obteim qu'au prix de grands 
sacrifices d'argent et une énorme dépense d'énergie. 

On peut voir dans le salon de M. Edison, dans sa collection de photographies, 
quelques-unes des fabriques qui construisent l'énorme matériel qu'exigent 
toutes ces installations. 

Voici par exemple la première fabrique de lampes établie à Menlo-Park ; elle 
occupe 150 personnes qui fabriquent 2000 lampes par jour. On y voit succes- 
sivement le soufflage du verre, la carbonisation, les pompes à vide, le montage 
des lampes et leur emballage. 

La partie la plus intéressante est certainement l'atelier des pompes où l'on 
fait le vide dans les lampes. Ce travail s'accomplit par plus de cinq cents chutes 
de mercure pur, travaillant par aspiration. Ce mercure est ensuite repris par 
(les pompes, élevé à un niveau supérieur, utilisé de nouveau et ainsi de suite. 

Cet atelier est séparé du reste de l'usine de Menlo-Park par une distance de 
plus d'un kilomètre. Les pompes à mercure sont mises en mouvement par des 
machines dynamo-électriques d'Edison recevant le courant, à l'aide de conduc- 
teurs, de deux autres générateurs électriques actionnés par le moteur à vapeur 
de l'usine. C'est là une application pratique de la force motrice à distance. 

Le laboratoire proprement dit se subdivise en sections respectivement consa- 
crées à la physique, la métallurgie, la chimie et la mécanique. Il n'y a pas dans 
le laboratoire moins de cent personnes occupées à réaliser pratiquement les 
expériences conçues par Edison. Une force motrice de 80 chevaux, disponible 
nuit et jour, sert au fonctionnement des machines. La bibliothèque d'Edison 
mérite aussi une mention toute spéciale. Elle renferme une collection complète 
des recueils de toutes les sociétés savantes, Comptes rendus de l'Académie des 
sciences. Annales de physique et de chimie, Annales de Poggendorff, Transac- 
tions et Proceedings of the Royal Society, de Londres, Silliman's journal, Il 
Nuovo Cimento, etc. 

Les ateliers d'Édison établis à New- York, Goorck-Street, occupent trois cents 
ouvriers munis des outils et des machines les plus perfectionnés; c'est le centre 



164 EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 

d'action actuel. C'est là que sont rassemblés tous les moteurs à vapeur, chau- 
dières, machines dynamo-électriques, etc., employés dans le système Edison; 
ces appareils sont fabriqués par des usines et des compagnies liées par contrat. 
C'est là où se font les éludes d'installations pour l'Angleterre et l'Amérique 
du Sud. 

On y essaye, lorsqu'elles arrivent, les machines de 125 chevaux de la compa- 
gnie Porter-Allen, avec lesquelles la Edison Illuminating C" doit éclairer 
New-York. 

L'Edison Tube Company de New-York fabrique actuellement, à raison de 
plusieurs kilomètres par jour, les conducteurs et les tubes qui doivent être 
placés dans les rues pour former les conducteurs principaux. 

L'exposition d'Edison au Palais de l'Industrie renferme des spécimens de 
toutes les matières et les machines fabriquées par tous les ateliers qui tra- 
vaillent pour les compagnies qui exploitent le système Edison. 

Un de ses représentants montrera le système complet en fonction. Ce système 
comprend une chaudière de 150 chevaux, système Babcock et Wilcox, un moteur 
de l'25 chevaux à grande vitesse, système Armington et Sims relié à une ma- 
chine dynamo-électrique de J'iU chevaux, des conducteurs, des tuyaux, des 
installations, des mesureurs de courant, et mille lampes qui éclaireront les 
salons d'Edison et le grand escalier d'honneur. 



L'ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE PAR INCANDESCENCE 
SYSTÈME MAXIiM 



Les appareils exposés par la United States Electric Lighting Company, 

(le New-York, propriétaire des brevets de M. Uiram-Maxim, se prêtent égale- 
ment bien à l'éclairage par arc voltaïque, par puissants foyers, et à l'éclairage 
divisé en foyers aussi petits qu'on le désire, par les lampes à incandescence. 

La lumière par arc voltaïque sera représentée par deux puissants projec- 
teurs de quarante mille bougies chacun (4000 becs Carcel), disposés sur le 
faite du Palais de l'Industrie. 

La lumière par incandescence, système Maxim, éclairera la salle d'honneur 
(salle G.) avec environ !200 lampes, dont G5 au plafond, et 10 appliques de 
lampes chacune, disposée tout autour de la salle. 11 faut ajouter à cet éclai- 
rage un certain nombre de lampes qui seront placées sur d'élégants candélabres 
de la maison Barbedienne. 

Enfin, une partie de la nef sera éclairée par 10 lampes à arc voltaïque, d'une 
puissance de 200 becs Carcel chacune, chiffre ordinaire de la lumière fournie 
par les régulateurs employés dans l'industrie. 

C'est certainement le système par incandescence qui attirera le plus l'atten- 
tion des visiteurs par sa beauté, sa fixité, et surtout par l'extrême division de 
la lumière, aussi lui consacrerons-nous quelques lignes pour en expliquer le 
.principe. 

Pour réaliser un éclairage électrique divisé pour les usages domestiques, il 
est de première importance d'obtenir V indépendance absolue des foyers, afin 
que l'on puisse éteindre et allumer à volonté un nombre quelconque de foyers 
sans influencer la lumière produite par tous les autres alimentés par la même 
source, ce qui nuirait à la fixité de l'éclairage et lui enlèverait sa plus belle 
qualité. Le système Maxim présente un ensemble de dispositions qui réalisent 
parfaitetnent ces conditions en réagissant sur la source électrique pour propor- 
tionner son débit à chaque instant au nombre de foyers en activité. La source 
électrique est une machine dynamo-électrique à courants continus avec induc- 
teurs verticaux et un anneau allongé. Les balais collecteurs de cette machine 
sont reliés aux conducteurs sur lesquels sont branchées les lampes en déri- 
vation. Les inducteurs de la machine génératrice sont alimentés par une ma- 
chine excitatrice que représente la figure ci-dessous. 

Pour régler le courant produit par la machine génératrice, il suffit d'aug- 
menter ou de diminuer la puissance de ses inducteurs ; pour cela il faut aug- 
menter ou diminuer la puissance du courant produit par l'excitatrice. Le 
moyen employé par M. Maxim consiste à faire tourner les balais autour du col- 
lecteur, de façon à les rapprocher ou à les éloigner des points neutres pour* 
affaiblir ou augmenter le courant produit par l'excitatrice. C'est ce que réalise 



i66 



EXPOSITION D'ELECTRICITE. 



automatiquement le régulateur placé sur la machine excitatrice, de la façon 
suivante : 

Un électro-aimant, à fil fin, placé sur la machine, en dérivation sur le cir- 
cuit principal, attire avec une force qui varie avec la puissance du courant une 




armature à laquelle est suspendu un cliquet à deux dents opposées qui reçoit 
un mouvement de va-et-vient, par une transmission intermédiaire prise sur 
l'axe même de la machine. Ce cliquet se meut entre deux roues dentées qu'il 
ne touche pas lorsque le courant qui traverse l'électro-aimant du régulateur 



NOTICES. 



167 



a sa valeur normale. Si, par rallumage de nouveaux foyers, le courant s'affai- 
blit, l'armature, moins fortement attirée et sollicitée par un ressort antago- 
niste, s'éloigne, soulevant le cliquet dont la dent supérieure s'engage dans la 
denture de la roue supérieure: ce mouvement est transmis par l'intermédiaire 
d'engrenages aux balais qui s'éloignent alors des points neutres, le courant de 
la machine excitatrice augmente, celui de la machine génératrice aussi. L'effet 
inverse se produit si, par suite de l'extinction d'une ou de plusieurs lampes, 
le courant était trop puissant. Un second électro-aimant, disposé sur le régu- 
lateur, à côlé du premier, joue le rôle de soupape de sûreté. La tension du res- 
sort antagoniste de l'armature de cet électro-aimant est réglée de telle manière, 
qu'elle obéisse seulement à un accroissement excessif de l'intensité du cou- 




rant, accroissement qui pourrait résulter, par exemple, de la rupture brusque 
et accidentelle d'un des conducteurs principaux. Dans ce cas, la queue de 
l'armature vient s'appliquer sur un contact en platine, les inducleurs]de la 
machine excitatrice sont placés en court circuit, le courant s'affaiblit et les 
lampes sont ainsi protégées contre l'action d'un courant trop intense qui aurait 
pu les détruire, jusqu'à ce qu'il soit remédié à l'accident. 

La lampe à incandescence Maxim représentée ci-contre se compose d'un mince 
filament de charbon fabriqué avec du papier-carton, et ayant la forme d'un M 
arrondi. Ce filament est renfermé dans un globe de verre de 5 centimètres de 
diamètre, dans lequel on fait le vide, puis on y laisse pénétrer des vapeurs de 
gazoline, on fait le vide de nouveau, et ainsi de suite jusqu'à ce que tout l'air 

1 

ait disparu et que la pression ne dépasse pas ■ . „^ „ „ d'atmosphère. La vapeur 



108 EXPOSITION D'ELECTRICITE. 

de gazoline dans laquelle se trouve le filament de charbon joue un rôle réno- 
vateur : des dépôts de carbone viennent s'attacher aux parties les plus minces 
du filament, et, par suite, les plus prêtes à faiblir, il en résulte que le fila- 
ment conserve son homogénéité. Les extrémités du filament sont reliées à deux 
fils de platine qui traversent le joint formé d'un émail spécial, c'est à ces fils 
que viennent se rattacher les conducteurs, par l'intermédiaire d'une monture 
et d'une clef analogue à un robinet de gaz, permettant d'allumer ou d'éteindre 
instantanément une lampe donnée. 

On trouvera, d'ailleurs, dans l'Électricien du l*' juillet 1881 et dans la Na- 
ture du 29 juillet, tous les détails de fonctionnement du système Maxim, dont 
nous ne pouvons donner ici qu'une idée générale. 

Tous les visiteurs du Palais de l'Industrie emporteront la conviction qu'il 
résout pratiquement le problème de la division de la lumière électrique. 

L'exploitation industrielle en Amérique est d'ailleurs un fait accompli depuis 
près d'une année, et les ateliers de la United States Electric Lighting Company 
n'occupent pas moins de quinze cents ouvriers pour la construction des ma- 
chines et des lampes, sans pouvoir suffire aux commandes. La pose des fils 
principaux est commencée dans New-York, et le système est en train d'y rece- 
voir un immense développement. L'exploitation est aussi commencée en Angle- 
terre et, avant la fin de l'Exposition, plusieurs éclairages fonctionneront d'une 
manière courante à Paris. Les bureaux de la United States Electric Lighting Com- 
pany sont installés, 25, avenue de l'Opéra. 



LE SYSTÈME WESTON 



Le système Weston, dont le dévoloppeinent est si grand en Amérique, 
contribuera à l'éclairage du Palais de l'industrie, où seront installés 4 foyers 
à arc voltaïque d'une puissance de 4000 cauiiles (400 becs Carcel), et 10 foyers 
plus petits de 2000 candies chacun. 

La machine Weston, dont la figure ci-dessons représente un des premiers 
modèles, est une machine dynamo-électrique à courants continus à laquelle 
l'inventeur s'est attaché à donner des qualités spéciales qui faisaient défaut aux 
machines antérieures. C'est ainsi que, pour éviter réchauffement de l'annea i, 
M. "NVeston l'a formé d'un grand nombre de disques de fer superposés, sépai es 
par des intervalles vides, les bobines sont enroulées dans des cannelures longi- 
tudinales et reliées à un collecteur à lames obliques. Grâce à ces dispositions, 
l'anneau joue le rôle d'un véritable ventilateur à force centrifuge eî l'anneau 
reste toujours froid par suite de la circulation lapide de l'air. Les lames 
obliques du collecteur assurent une grande régularité au courant parce que les 
balais sont toujours en contact avec deux lames et qu'il n'y a ainsi aucune 
interruption du circuit. 




La lampe Weston est fondée sur le principe différentiel, ce qui permet de 
disposer un nombre indéterminé de foyers sur un même circuit. Au Palais^ de 
l'hidustrie les dix foyers de 2000 candies seront alimentés par une seule 
machine Weston. La lampe Weston, dont on trouvera une description complète 
dans V Électricien d\i 1" août 1881, est d'une grande simplicité, ce qui assure 
son bon fonctionnement. Il n'y a en réalité que deux pièces mobiles : l'armature 
et le porte-charbon supérieur, sans aucun mouvement d'horlogerie. Aussi 
donne-t-elle une lumière d'une fixité remarquable, que d'autres systèmes 
peuvent peut-être atteindre, mais qu ils ne pourront certainement pas dépasser. 

La réputation des machines Weston n'est plus à faire en Amérique et il y en 
a actuellement plus de mille en service courant pour les usages galvanoplas- 
tiques ; elles commencent à être aussi très répandues en Angleterre. 

Quant aux lampes Weston, on les emploie actuellement pour l'éclairage élec- 
trique d'une partie de la Cité, à Londres. 



L'UNIFICATION DE L'HEURE 



11 n'exisie qu'un seul moyen d'arriver à l'unification de l'heure économique- 
ment et sûrement, c'est par le réglage électrique. M. Collin, successeur de 
n. II. Wagner, 118, rue Montmartre, s'en est occupé des premiers, comme le 
constatent ses brevets, dont le premier date de iS66; et il y a aussi des pre- 
miers réussi, ainsi que le prouvent les nombreuses installations de son système 
qu'il a faites on France et à l'élranger. 

M. Collin estime avec juste raison que, pour les besoins de la vie ordinaire, 
le réglage chaque seconde est inutile ; le public n'en a pas besoin d'une part, 
les horloges;, d'autre part, ne marquent p;is la seconde, et enfin le jeu des 
aiguilles ne permet pas de constater une différence de quelques secondes. Il 
est cependant désirable que le public puisse se procurer, dans quelques cas 
particuliers, l'heure exacte à la seconde. 

Voici comment toutes ces conditions se trouvent réalisées dans le système de 
M. Collin, déciit dans ses brochures de 1870 et 1880. 

L'Observatoire détermine aslronomiquemenl, à intervalles de temps ti'és 
rapprochés, l'heure exacte pour le méridien de Paris. Des horloges de très 
haute précision, placées dans les conditions les plus favorables et toujours sous 
les yeux des astronomes, conservent celte heure exacte, (le sont les Garde- 
Temps. 

Les Garde-Temps servent à régler des Régulateurs-types de précision qui, à leur 
four, régleront et maintieiidronl d'autres horloges, construites avec soin, 2)ar 
l'emploi de l'électricité. Ces horloges, réglées par les Régulateur s-tijpes, désignées 
sous le nom do Centres horaires, doimeront la seconde et sei'virdnl à régler les 
diverses horloges qui leur seront reliées électriquement. Ces Centi-es horaires 
seraient réglés toutes les heures. 

Les horloges réglées par les Centres horaires ne demandent l'emploi de l'élec- 
tricité que toutes les heures, toutes les six, douze ou vingt-quatre heures, 
suivant les cas. Dans ces conditions, il est facile d'emprunter, pour le service 
de l'unification de l'heure, les lignes télégraphiques existantes, sans nuire au 
service des dépêches. Le sysléaic de M. Collin réalise donc l'unification de 
riieure dans Paris, et, si on le veut, dans toute la France, par des moyens sûrs 
et peu coûteux. 

M. Collin insiste beaucoup sur le réglage des Centres horaires chaque heure, 
et non pas chaque seconde. 

Le réglage à chaque seconde, qui n'augmenterait pas de beaucoup la préci- 
sion, présenlerait par conire plusieurs inconvénients ; il demanderait 3600 fois 
plus de contacts dans le même temps, — et l'on sait que les contacts élec- 
triques demandent benucnup de soin et denlrelien pour bien l'onctionner, — il 
faudrait aussi établir des lignes spéciales, ce qui augmenterait beaucoup le 
prix d'installation et priverait plusieurs villes des bienfaits de l'unification 
de l'heure. Lu résumé, le système de M. Collin, dont on pourra étudier tous 
les détails en examinant les appareils exposés, en s'aidant des brochures expli- 
catives très claires qu'il a publiées sur ce sujet, réalise parfaitement, écono- 
miquement et sûrement, le problème de V unification de Vheure à Paris et dans 
toute la France. 



COLLIN 

S^ Je B.-U. WAGNER 

Horloger, Mécanicien 

Électricien 



lis. Rue Montmartre, 118 

PARIS 



Unification de l'heure 
dans les villes. 




HORLOGE 

anciennes et nouvelles. 



Candélabre avec horloge remise à l'heure. Cohtroleur de ronde. Alarme pour incendie et contrôleur de 
l'heure à laquelle a été donnée l'alarme. 



L'ECLAIRAGE ELECTRIQUE PAR INCANDESCENCE 
SYSTEME SWAN 



L'intérêt de l'éclairage électrique domestique se porto aujourd'hui tout (mi- 
tier du côté de riucaudescence. La lampe Swan, qui éclaire la salle du Cou- 
grès et la salle 21, les salles des téléphoues, le vestibule, la cuisine et la salle 
du Président de la République, au premier étage du Palais derindustrie, et au 
rez-de-cliaussé(,' le bureau do !a Commission biitanniquo et le Pavillon des Postes 
anglaises, réalise, à tous les points de vue, les conditions qu'on peut réclamer 
d'un éclairage parfait. 11 n'y a qu'à regarder pour s'en rendre compte, et 
nous n'avons pas grand mérite à en enregistrer par avance le succès complet. 

M. Joseph Swan, de i\evvcaslle-on-Tyne, l'inventeur do la lampe à incandes- 
ceiii'e qui porte son nom n'est pas un nouveau venu dans l'électricité. Il a fravé 
des premiers, il y a plus de vingt ans déjà, les sentiers baltus par tant de 
chercheurs. 

A l'époque où la pile était le seul générateur d'électricité connu, M, Swan 
avait construit une lampe à incandescence de ciiarbon de papier dans le vide 
qui ne donna pas tous les résultais attendus par suite de l'insuffisance de la 
source et l'imperfection du vide obtenu avec les appareils de cette époque. 

L'invention des machines dynamo-électriques a changé entièrement la ques- 
tion de face, et fait passer l'éclairage éloclr'i<iue du domaine de la science dans 
celui de l'industrie. La pompe de Sprengel a permis aussi la production du 
vide à un degré qui n'avait [las été atteint jusqu'alors. 

Dans ces conditions toutes nouvelles, il y avait lieu de reprendre le problème 
en nn'ttant à profit les ressources dont la science et l'industrie venaient d'être 
dotées, aussi M. Swan s'appliqua-t-il, dès l'année 1877, à perfectionner les 
anciens systèmes à incandescence de charbon et à faire disparaître leurs incon- 
vénients. Voici quels étaient ces inconvénients : 

Dans ces formes anciennes, les charbons étaient beaucoup trop gros, il fallait 
donc employer des courants puissants qui étaient, par ce fait, mal utilisés. Leur 
durée était d'autre part très limitée. Enfin, dernier inconvénient, le verre 
s'obscurcissait en très peu de temps par suite d'un dépôt très abondant de car- 
bone sur ses parois sous forme d'une fumée noire M. Swan a réussi à triom- 
pher complètement de ces trois graves inconvénients que présentait l'éclairage 
par incandescence de charbon. 

M. Swan est arrivé à fabriquer son charbon en filaments très fins d'une assez 
grande résistance, variant entre 50 et 100 ohms, et qui. traversés par un cou- 
rant dont l'intensité ne dépasse pas un weber, fournissent une lumière de 1^2 
à 25 bougies environ 1,5 à '2,5 bec Garcel). 

Pour augmenter la durée, il fallait empêcher les rentrées d'air si difficiles à 
éviter avec les systèmes aniérieurs dans lesquels les nombreux joints étaient 
une grande cause de perte. Les pompes ordinaires employées pour faire le vide 
étaient aussi bien insuffisantes. On ne s'inquiétait guère d'^ l'air renfermé dans 
les pores du charbon lui-même, et qui, lorsqu'il devenait chaud par le pas- 



172 b EXPOSITION D'Kl.Er.TRK'JTi:. 

sas^o du courant, se répandait dans le globe. Enfin, on ne s'était pas occupé 
non plus de rendre la résistance électrique des points de jonction moindre que 
celle du charbon incandesctnl lui même. 

Il fallait donc enir 'iirendre une série d'expériences sur l'incandescence du 
charbon dans un vide presque parfait, — un vide ans>i p.trfail que celui que 
M. Cronkes nous a ;ippris à produire, — pour savoir à quoi sen tenir sur les 
points délica's de la qneslion que nous venons d'énumérer. 

C'est dés le mois d octobre 1877 que M. Swan entreprit cette étude expéri- 
mentale avec M. Slearii. Il reconnut que pour produire un bon vide, il fallait 
foire paufter le courant pendant l'opération. 

l'our établir un bon contact entre le filament de charbon incandescent et les 
supports qui lui amènent le courant, il fallait augmenter la section aux points 
de fixation. 

La lampe à laquelle M. Swan est arrivé à la suite de ses nombreuses recher- 
ches, dont nous n'avons pu donner ici qu'un aperçu, se compose d'un mince 
filament de chaibon contourné en un tour de spirale et placé dans un globe où 
Ion a fait un vide presque parfait. Ce charbon, fabriqué avec un brislol parti- 
culier présente une très grande homogénéité, une grande élasticité, et durcit 
par l'usage, c'est-à-dire par le passage du courant. Sa finesse est excessive, et il 
ne paraît pas beaucoup plus gros qu'un cheveu. 

]\oiis n'avons à faire ici l'éloge de la beauté et de la fixité de la lumière. 
L'expérience parle ici pour nous. La salle des séances du Congrès international 
des électriciens et celle dn petit buffet du premier étage qui lui est contiguë 
sont éclairées par cette lumière agréable et douce, admirablement fixe, et 
indéfiniment divisée. 

Disons quelques mots de la nature des courants qui conviennent à la lampe 
Swan. La hmipe Swan fonctionne avec toute espèce de courants. Machines ma- 
«•néio et dynamo-électriques, couranis continus, redressés ou alternatifs, piles 
ou accumulateurs lui conviennent également bien. 

Elles fonctionnent avec les machines à courants alternatifs de M. de Méritens, 
les machines à courants continus Gramme et Siemens, les machines Biush, et 
les accumulateurs Faure. C'est là une qualité précieuse qui permet de les em- 
ployer avec la plupart des générateurs d'électricité déjà existants pour des ins- 
tallations antéjieures où l'on faisait usage de l'arc voltaïque. Le mode de liaison 
ou de montage des lampes varie avec la nature des courants que peuvent 
fournir les machines. 

Ainsi par exemple avec les machines Brush qui fournissent des courants dont 
la tension est relativement élevée, on arrive à alimenter cent soixante lampes 
disposées sur seize circuits parallèles sur chacun desquels sont place'es 
dix lampes en tension. Avec une machine à gros fil, il faut au contraire 
disposer toutes les lampes en dérivation (multiple arc). 

Dans cha(|ue cas, la nature de la machine doit servir de guide pour l'instal- 
lation des lampes, de manière à obtenir l'effet maximum. 

Depuis près d'une année déjà, les lampes à incandescence de M. Swan ont 
quitté le dou)aine de l'expérience pour passer dans celui de la pratique, et l'on 
n'en est plus à cempter le nombre des applications qu'elles ont déjà reçues en 
An^leteire. Les premières installations ont éié faites à Newcastle-on-Tyne, le 
pays de l'inventeur. Depuis, M. Spattiswoode, le président de la Société Royale 
de Londres, en a fait usage pour l'éclairage de son château de Comb-Bank. 

Sir W. Armstrong éclaire aussi sa résidence de Craigside dans des condi- 
lions particulières qu'il est intéressant de signaler. Le générateur électrique 



-NOTICKS. 175 c 

est une raathine dynamo-électrique de Siemens et le moteur une turbine de 
huit chevaux placée à près de 1500 mètres du château dans lequel sont disposées 
74 lampes. Malgré 1 énorme distance qui comporte un dèveloppenioi t de plus 
de trois kilomètres dt* lil, une force de huit chevaux est hirgement suflisante. 

La bibliothèiiue, de onze mètres de longueur sur sept de largeur est magnili- 
quement éclairée avec douze lampes. Huit suffisent pour la salle à manger, et 
quaranle-liuil éclairent la galerie de tableaux; l'ellet est alors comparable à 
la lumière du jour. Toutes les lampes sont montées en dérivation sur les con- 
ducteurs principaux venant de la machine. Sir W. Armstrong estime que chaque 
lampe a une puissance d'environ vingi-cinq bougies. 

Cette installation, dont Sir W. Armstrong témoigne la plus grande satisfaction 
montre bien que la divisibilité de la lumière électrique par l'incamlescence 
est aujourd'hui un fiit pratiquement accompli et que la lampe de M. Swan 
résoud le problème de l'éclairage domestique dans des conditions qu'on n'au- 
rait jamais osé Cî^péier ni [)rèvoir il y a seulement quelques années. 

Ses usages se multiplient chaque jour. L'Amirauté anglaise vient d'installer 
la lampe Swan sur son grand juirassé V lu flexible ; déjà les Compagnies mari- 
times adoptent ce mode d'éclairage : la C'« Inman pour ses nouveaux steamers 
City of Richmond, Citif of Rome, etc. — La C'^ Cunard pour la Servia, — la 
C' White Star pour \'Af<iotique, etc. 

M. Swan n'arrête pas là ses efforts : ces mois derniers il éclairait avec sa 
lampe de sûreté les mines de Plasiey (comté de Nottingham) et s'attirait les 
remerciements et les compliments de la Commission royale des Ingénieurs. 
Enfin nous abrégeons cette énumération en disant que l'usage de la lampe de 
S\van est facilement certifié par l'activité (|ui régne dans l'usine de Newcastle, 
où. plus de mille lampes sont fabriquées par semaine, sans que cependant 
lenr inventeur puisse satisfaire aux nombreuses demandes qui lui arrivent de 
toutes parts. 

Tous les visiteurs du Palais de l'Industrie emporteront la conviction que 
l'éclairage électrique par incandescence est l'éclairage de l'avenir et que la 
lampe Swan installée à l'Exposition par l'Ingénieur en chef M. Henrv Edmunds, 
et son fidèle compagnon, notre compatriote, M. Maurice Simon, en représente 
la forme la plus parfaite et la plus pi atique. 



Henry Edmunds, Ingénieur, salle n» 51, Palais rie V Industrie. 
Maurice Simon, Correspondant français, 85, rue Chariot, Pans. 



SIGNAUX ÉLECTRIQOES POUR CHEMINS DE FER 
SYSTEME SYKES PATENT LOCK ANR ItLOfiK 



!.o but dn rntle invention l'st (rempAchor, de rondro même impossible qu'un 
poinleur-îiiguillenr, à une station donnée, puisse laisser passer uu second train 
dans la section inlerniédiair-e entre lui et la station d'où émane le signal, celle- 
ci se trouvant à n'iniporle quelle distance, avant que le premier train ne soit 
entré dans la section suivante. 

O système a été adopté par la compagnie « London Cliatbam and Dover 
Haiiway, tlie metropolitan District (soutenain) RaiJway O » de Londres et plu- 
sieurs auties Compagnies anglaises de chemins de fer ; et actuellement 
MM. Puskas et Bailey, n" 19, rue d Argenteuil à Paris, en l'introduisant sur les 
principales places d'Europe, en font ressortir b's immenses avantages. 

Les inspecteurs du « Board of Trade » d'Angleterre le recommandent en di- 
sant que « se servir de cette invention, c'est rendre impossible tout accident 
par collision ». Les directeurs du chemin de fer « The Metropolitan District 
Railway » ajoutent : « C'est le meilleur appareil qui existe, car les signaux se 
ferment d'eux mêmes et présentent ainsi une double sécurité. Comme fonc- 
tionii(!ment l'appareil ne laisse rien à désirer et nous le recomniandons tout 
spécialement à l'attention générale ». 

M. lluddell de la compagnie « London Chatam and Dover » dit: « c'est le 
meilleur système pratique qu'on ait encore inventé pour empêcher les collisions 
sur les voies ferrées ». 

On peut voir fonctionner à la section américaine de l'Exposition interna- 
tioiuile, au rez-de-chaussée, à côté du bureau du Commissariat américain, les 
modèles de ce nouveau système. 



1 



PROMENADE 

A TRAVERS L'EXPOSITION 



Quand on pénètre dans le Palais de l'Industrie, actuellement ouvert aux 
merveilles contemporaines de l'Klectricité, on est saisi d'un profond étonne- 
nient en présence de l'extraordinaire abondance des objets qui s'y rencontrent, 
et de l'innombrable quantité des machines qui s'y agitent. 11 y a quelques an- 
nées seulement, il était à peine question des applications de rÉlectricité ; 
aujourd'hui elles apparaissent de toutes parts et contribuent déjà à augmenter 
les ressources de la science, de l'industrie, de la vie domestique ; elles se suc- 
cèdent si vite et en si grande abondance que les physiciens peuvent à peine 
en suivre les progrés. 

L'exposition internationale de l'Électricité ouvre une ère nouvelle dans 
l'histoire de la science. C'est le règne de l'Électricité qui s'annonce, à côté de 
celui de la vapeur; après les Watt et les Stephenson, nous saluons aujourd'hui 
les Gramme, les Siemens et les Jablochkoff, les Graham Bell et les Edison. 

Le Chemin de fer électrique. 

Nous pénétrons à l'entrée de la grande nef du Palais de l'Industrie commo- 
dément assis dans le wagon du chemin de fer électrique qui nous a conduit 
des chevaux de Marly (place de la Concorde) à la porte du Palais. On glisse 
mollement sur les rails de fer, sous l'action de la force produite à distance 
par une puissante machine dynamo-électrique, dont le courant est conduit 
jusqu'au wag^n par un câble métallique conducteur ^ 

Ce mode de transport est vraiment remarquable quand on songe que la force 
motrice est lointaine, que le wagon est entraîné sans qu'on puisse, en aucune 
façon, voir le moteur, ni même se douter qu'il existe. Le premier chemin de 
fer électrique a été construit par MM. Siemens et Halske dans l'enceinte de 
l'Exposition de Berlin en 1879. Les savants constructeurs ont, depuis cette 
époque, complété leur œuvre, qui avait d'abord commencé par être considérée 
comme une belle expérience d'électricité et un simple objet de curiosité scien- 
tifique ; ils ont su la rendre pratique. 

Assurément, ce système électrique est encore susceptible de nombreuses 
améliorations, de nombreux perfectionnements ; mais tel qu'il est maintenant, 

\. Les lecteurs qui désireraient avoir des renseignements précis sur le cliemin de fer élec- 
trique les trouveront dans le journal l'Électricien, Picvue générale d'électricité (25, avenue de 
l'Opéra). Dans le n» 5 du 13 juin 1881, une notice explicative très intéressante a paru sur ce 
sujet intéressant sous le titre : Let chemins de fer électriques à Bapt-lin et à Paris. 



174 EXPOSITION DELECTRIcrrÉ. 

tel qu'il se montre à l'exposition d'électricité, il peut être sûr d'un biillanl 
avenir, surtout pour son usage dans les grandes villes. 

La Section étrangère. 

Nous descendons du chemin de fer, et nous avons sous les yeux la section 
étrangère de l'exposition d'Klectiicité, qui occupe la moitié de la grande nel". 
Les États-Unis, l'Angleterre, l'Allemagne et la Belgique ont rempli une place 
considérable, et offrent aux visiteurs les produits multiples d'une science en 
complet développement. L'Autriche et la Hongrie, l'Italie, la Russie, la Suisse, 
les Pays-Bas, le Danemark, la Norvège, la Suéde et le Japon môme qui a 
exposé, tiennent aussi un rang important dans le domaine de l'Électricité. 

L'Exposition des Etats-Unis abonde en objets des plus remarquables, parmi 
lesquels brillent, au premier rang, ceux de M. Graham Bell et d'Édison. 
M. Graham Bell a envoyé d'Amérique de nombreux spécimens de ses appareils 
téléphoniques et radiophoniques, et des appareils télégraphiques d'un puissant 
intérêt. 

Le Phare électrique. 

En arrivant au milieu de la grande nef nous apercevons un phare monumen- 
tal, modèle de ceux que l'on installe sur les côtes de France et qui ne lance 
plus au loin les rayons de la lampe à huile, mais bien ceux de l'éclatante 
lumière électrique. Le phare domine une pièce d'eau où circule l'ingénieux 
canot électrique de M. G. Trouvé. 

A côté du phare nous visitons la serre oii M. P. -P. Dehérain exécute ses étu- 
des relatives à l'action exercée par la lumière électrique sur les végétaux. 

L'Exposition française. 

Toute la seconde partie de la grande salle du rez-de-chaussée est occupée 
par la France; c'est là dans la partie sud du Palais que nous voyons fonctionner 
la grande machine à vapeur de plus de 1000 chevaux qui le soir actionne 
toutes les machines dynamo-électriques alimentant les innombrables foyers de 
lumière. C'est là que nous admirons les expositions de la Ville de Paris, du 
Ministère des postes et des télégraphes, du Ministère de la guerre, des prin- 
cipales lignes de chemins de fer. C'est là que nous passons en revue les 
machines Gramme, celles de l'Alliance et de Siemens, les appareils d'éclairage 
Jablochkoff, les admirables applications de la galvanoplastie, de l'argenture et 
de la dorui-e faites par Christolle. 

Presse à plomb pour la fabrication des câbles électriques, 
système Berthoud, Borel et Gie. 

Signalons en passant l'ingénieuse machine de la Société anonyme des câbles 
électriques, système Berthoud, Borel et Cie, qui fonctionne sous les yeux même 
des visiteurs et qui permet de produire des câbles d'un nouveau genre donnant 
d'excellents résultats. 

Les câbles du système Berthoud, Borel et Cie, se distinguent des autres câbles 
électriques par la méthode d'isolement du fil conducteur. Le cuivre qui consti- 



PROMKNADE A TRAVERS L'EXPOSITION. 475 

ttie rârnr. est isolé au moyen de coton imbibé do paraffine et de résine. Une 
])resse bydranlique recouvre le câble ainsi formé, d'nne couche protectrice de 
plomb. C'est à cotte dernière opération que l'on assiste à l'Exposition. L'enve- 
loppe de plomb se forme d'une manière continue et entraîne le câble qui s'en- 
roule automatiquement sur la bobine destinée à le recevoir. 



Les Galeries du premier étage. 

Les f^aleries du premier étage ne nous offrent pas moins de curiosités ; 
nous allons continuer notre promenade en les traversant une à une. Commen- 
çons par les galeries du Pavillon Sud-Ouest. Leur contenu offre un véritable 
intérêt pratique. Les organisateurs ont installé là, une salle de théâtre et do 
conférences qui est éclairée le soir à la lumière électrique; puis s'ouvre une. 
galerie de tableaux dont les couleurs ne seront plus dénaturées par la lumière 
de la lampe à huile ou du gaz ; nous parcourons ensuite une salle à manger, 
un salon, une antichambre, une cuisine et une salle de bain, où se trouvent 
accumulées toutes les ressources que l'électricité peut fournir au confort et 
aux commodités de la vie, tels que sonneries électriques, signaux, allumoirs 
domestiques, etc. 

Les salles du Pavillon Nord-Ouest sont occupées par des kiosques où sont 
exhibés des jouets électriques. Parmi ceux-ci, nous avons remarqué la char- 
mante jardinière de MM. lloulmann frères, fabricants d'oiseaux-chanteurs méca- 
niques, et d'ingénieux oiseaux réveille-matin, dont les appareils sont vraiment 
délicieux. On visite plus loin les objets exposés par la société Jablochkoff ; puis 
dans la galerie qui s'étend le long des Champs-Elysées, on parcourt successi- 
vement les salles des appareils téléphoniques de l'électricité domestique, dos 
accessoires de la lumière électrique, et de la photographie de M. Liébert à la 
lumière électrique. 

Photographie à la lumière électrique de M. Liébert. 

Les beaux résultats obtenus par cet habile photographe sont aujourd'hui 
connus de tous, et les magnifiques épreuves, qu'il sait produire, donnent la 
preuve incontestable qu'en fait de photographie, la lumière électrique est 
supérieure au soleil. 

L'installation de M. Liébert à l'Exposition d'électricité est organisée dans les 
conditions les plus remarquables; un grand réflecteur parabolique concentre 
les rayons de la lumière électrique sur le modèle, mais par une disposition 
particulière cette lumière se trouve diffusée et le cliché est rapidement impres- 
sionné. Celte disposition est semblable à celle que M. Liébert a adoptée dans 
ses ateliers de la rue de Londres, où il produit une si grande quantité de 
clichés, qui fournissent des portraits d'art d'une rare perfection. 

Electricité médicale. — Télégraphie. — Salle du congrès. 

Nous continuons à passer en revue les salles de l'électricité médicale, des 
instruments de précision, de la télégraphie électrique et de ses accessoires, 
des piles électriques de l'horlogerie électrique, du Musée rétrospectif où se 
voient de vieux instruments de l'électricité primitive, des autographes des 



•176 



EXPOSITION D'ELECTRICITE. 



principaux fondateurs de la science électrique. A la suite de ces salies succes- 
sives, nous arrivons dans une autre salle d'appareils téléphoniques, puis dans 
la salle de lecture, qui précèdent la grande salle du congrès des Électri- 
ciens (Pavillon Nord-Est) où plus de trois cents personnes pourront trouver 
place. Cette salle est éclairée par 480 lampes incandescentes de M. Swan, qui 
donne aussi sa magnifique lumière au bureau du Commissaire britanique, aux 
portes anglaises, aux salles des téléphones, au vestibule, cuisine et salle de 
bains du Président de la République et au buffet de la salle 21. Dans cette salle 
sont les bureaux de M. Swan où ses ingénieurs et agents MM. Henri Edmund et 
Maurice Simon ont l'amabilité d'expliquer leur admirable lampe à la moindre 
requête des visiteurs. Enfin, deux pièces spéciales sont attribuées à l'Exposition 
spéciale d'Édison. 

— , — ' Porte 






Es 
Dl 



3^, 



Pi ig pondensal'^l 



ôûïçiïiê?Rheo3ÏS 
àvide|c>iarion 



Système tèlégraphiciue 
pour signes 



Idomesticiut 



d ^ t-élégraph 



Jélépho 



.éléphonique 



J 



Electro-Mote< 



graphe 



m Téléphone 
àhautevoie 



graphe 



quadruplex 



S^Stebe Islégrajphiquo 



et morse 



Wotjographe magnétique 
rs de ciffares 



Porte 



oooo 

Do 



Relais à 
expansion 



Appareils à mettre en évidence 
laforce éthérique 



Rela.s 
à charbon 




Relais 



4Relais 
graphiqi 



Presse 

fair 



Plumes 
|électriqu.es| 



dD Db 



T îlégraph 
,ut)graph 



D 



L'exposition de M. T. A. Edison (salles 24 et 25). 

En quittant la salle du congrès, nos yeux sont frappés d'un mouvement de 
courroies et de poulies. Ces reflets de candélabres en cristal, ces charmants 
aspects que nous offrent les tapisseries dont les murs sont revêtus, forment un 
encadrement délicieux autour d'innombrables machines, mises en mouvement 
par une force invisible. Nous nous arrêtons, enchantés de ce spectacle et nous 
regardons autour de nous. Aussitôt nous reconnaissons l'endroit où nous 
sommes et l'homme auquel nous devons ce spectacle : c'est un des plus illustres 
génies d'un grand pays qui a préparé cette exposition admirable aussi féconde 
pour l'esprit que pour les yeux. 



PROMENADE A TRAVERS LEXPÛSITIO. 177 

Nous demandons des explications à l'un des nombreux assistants qu'Edison 
a chargés d'opérer ces merveilles; il nous les fait toutes passer eu revue. Eu 
avançant tie quelques pas. nous nous trouvons au centre du système Edison. 
C'est de ce pouit que l'opérateur contrôle et distribue sa lumière et sa force. 
Notre guide louche une manivelle: en un instant, nous sonnnes ions plongés 
dans l'obscurité, ou ne voit plus briller qu'une simple lumière, pareille à celle 
que nous laissons sur notre table de travail. Cette lumière unique esl éteinte à 
son tour et rallumée en un instant. Un autre objet est touché : soudain un 
mur entier resplendit de feux, il en est de même d'un second, puis d'un 
troisième. Les candélabres projettent un éclat scintillant et cela se répèle une 
douzaine de fois dans une minute. 

Nous aimons à expérimenti'r et nous suivons l'exemple qui nous a èié donné. 



Fils.tuyaux.boites.etc 



Porte < 



Electre 
Oyiarnométre 



Répulauur 
[courant 



Résislafice 

(OIlS 

pes 



nourl 



îgpaphe 



quadr Mp!e 



Système de 
télégraphie cVi~ ' 



mliqu 
)nse 



_ Table | 
à imprimer! 



raépi..^^. jÉâ 



■# 



Arbre de couche 



\t 





Moteur 
électrique 








cinq chevaux 








(S 

CD 
§ 

n 

a. = 








Moteur 

pour 
machine 

àcc- dre 




L.vres. Plans 




Erev2t« etc etc 












tJe^I.I 
dojnestjique 


Moteur 
~ Pompe 














Télégraphe 
Duplex 


n\ 


Trieur 

agnétiqu 


, 


Pnrtc 















Nous touchons aussi à une manivelle et le bruit des mac^hines cesse; à notre 
volonté tout marche de nouveau comme auparavant : les machines à coudre 
reprennent leur mouvement, les pompes fonctionnent et les mouvements de va- 
et-vient recommencent. Cette conscience de la force est ravissante. On dirait 
que nous concevons de grandes idées et que ces idées se réalisent tout d'un coup. 

Telle est la voie dans laquelle M. Edison est entré, pour nous fournir le- 
moyens d'animer par l'électricité tous les instruments destinés à nos usages 
domestiques, ou à animer les outils de nos atc^liers. Pas de moulins à faire 
tourner; plus de fatigue du corps et de l'esprit pour les ouvriers de nos ville 
industrielles. Edison a imaginé les formes multiples des applications qui nous 
sont utiles. 

Une machine de la force d'un homme ou de î à 5 chevaux, à votre gré, peul 

12 



I7S KXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 

t'ire Ir ansportée dans vos demeures sans aucun danger pour votre santé, sans 
que par son foiictioniieincnt il résulte aucune fatigue pour vos membres. On 
n'est pas forcé d'être attentif, de dépenser son énergie personnelle à aider la 
machine, elle tonctionne toute seule. Nous pouvons n'utiliser que ce que nos 
besoins exigent et ne payer que la force que nous utilisons. 

Le soir nous voyons fonctionner la grande lumière électrique, portant le 
nom d'IMison, nous pouvons l'admii-er dans toute sa splendeur. 

Elle est produite par l'incandescence d'un vulgaire morceau de charbon 
et nous promt't assurément des résultats tout à fait surprenants. Nous pourrons 
désormais tenir dans nos mains un candélabre électrique à 16 branches. Chose 
merveilleuse, il nous est possible de faire briller sous l'eau cette ravissante 
lumière et d'appliquer le feu sans s'éteindre sur un bloc de glace. 

11 n'y a pas dans cette lumière électrique d'Edison, d'intermittence qui 
fatigue les yeux. Elle ne produit ni odeur désagréable, ni bruit; c'est de la 
lumière, simple, pure, aux reliefs d'or. 

Tel est le produit de la machine que nous avons vue à l'étage inférieur, 
tournant avec une vitesse de 300 tours par minute. Nous avons ici une trans- 
formation intéressante de la force en lumièi'e. 

Avec quelle netteté cette délicieuse lumière ne fait-elle pas ressortir toutes les 
couleurs des beaux tableaux qui ornent le premier salon d'Edison, tableaux qui 
ont été le plus bel ornement des salons de MM. Arnold et Trip et dont la 
valeur a été estimée à plus de 250 000 francs. Avec quelle perfection elle fait 
valoir les nuances si pures et si fraîches des tentures artistiques qui sont aussi 
exposées contre les murs et qui imitent avec une si parfaite fidélité les plus 
merveilleuses tapisseries des Gobelins et des autres fabriques les plus célèbres. 
Ces tentures, d'un mérite réel, sont bien dignes d'être signalées; elles ont été 
eintes par quelques-uns de nos grands artistes, et nous les avons déjà admirées 
précédemment dans la salle Melpoméne. Il y a Là un résultat obtenu considé- 
rable, et un avenir d'une importance capitale. 

Les deux salons d'Edison, à eux seuls, forment une exposition complète, et 
unique. Nous voyons fonctionner le télégraphe quadruplex, une des gloires du 
célèbre inventeur. Ce système merveilleux permet d'envoyer à la fois plusieurs 
dépêches par un seul et m.éme fil, et ces dépêches peuvent se croiser dans 
deux sens différents. 

Nous entendons fonctionner le téléphone à charbon d'Edison, qui est usité 
actuellement dans presque tous les pays du monde et qui est accompagné de 
modèles de toutes les formes de cet instrument, depuis la première expérience 
avec du charbon en fil jusqu'au transmetteur de charbon compact employé 
pour reproduire les sons de la voix humaine; tous ces appareils sont exposés 
dans une collection historique qui montre à quel point le sujet a été étudié par 
M. Edison. 

M. Edison a été le premier à se servir de cette propriété particulière du 
carbone pour varier la résistance d'un circuit télégraphique, et avant que 
personne n'ait abordé cette question, il l'avait déjà employé dans la construc- 
tion d'une grande variété d'instruments scientifiques et pratiques, parmi 
lesquels se trouvent le microlasimétre, le relai télégraphique et le rhéostat à 
charbon. 

Un voit aussi plusieurs formes de magnéto-téléphones, construits par 
M. Edison bien avant que cet inventeur ait exécuté ses premiers essais de 
téléphone parlant. Ces appareils déjà anciens étaient capables de transmettre 
un discours, mais à cause de la surdité dont il est atteint, M. Edison n'a pas 



PROMENADE A TR.\VERS L'EXPOSITION. 179 

entendu fonctioiner son premier insirument. Les faits relatifs à cet historique 
sont décrits tout au long dans un volume de source officielle qui se trouve 
dans la bibliothèque de M. Edi>on. 

Nous admirons dans les doux salons d'Fdison une innombrable quantité 
d'inventions ingénieuses et souvent étonnantes qui sont sorties de l'imagination 
féconde de ce puissant travailleur. 

Ici c'est le phonographe qui enregistre la parole humaine, la reproduit, 
et qui, par des dispositions toutes nouvelles, dont M. Edison semble seul avoir 
le secret, la transmet en outre à distance par le téléphone; plus loin c'est la 
plume électrique qui permet de reproduire une lettre, un dessin, à un 
nombre considérable d'exemplaires. 

Nous ne nous lassons point d'entendre l'électro-motographe d'Edison, la plus 
belle invention peut-être de cet incomparable inventeur, appareil étonnant qui 
permet de transmettre au loin la parole comme dans le téléphone, mais en la 
reproduisant avec son intensité naturelle. 

L'électro-monographe con!>iste en un cylindre de chaux, d'hydrate de potasse 
et d'une petite quantité d'acétate de mercure, ce cylindre tourne en friction- 
nant légèrement une lame de platine reliée à une membrane de mica; quand 
les courants ondulatoires provenant d'un transmetteur à charbon, arrivent 
dans ce récepteur, ils traduisent leur effet en augmentant ou en diminuant la 
résistance due au frottement du cylindre contre le métal, et déterminent des 
déplacements de la lame de mica, qui vibrera synchroniquement avec le cou- 
rant ondulatoire, et, par suite, synchroniquement aussi avec la lame du 
transmetteur. Le résultat obtenu est surprenant et ne manquera pas d'obtenir 
un très grand succès de la part des visiteurs. 

Ces appareils si nombreux, si remarquables sont groupés avec beaucoup de 
méthode dans les deux salons consacrésà Edison. Cette exposition a été organisée 
par les soins de plusieurs collaborateurs du célèbre physicien, parmi lesquels 
nous citerons l'un des plus sympathiques et des plus distingués, M. Otto 
A. Moses. Nous devons mentionner aussi le nom de M. Charles Batchelor, un 
physicien de grande valeur qui ne cesse de prêter le concours de son talent à 
M. Edison. 

En voyant toutes ces merveilles, on se demande quel est cet homme étonnant 
qui, en si peu d'années, a pu atteindre le point culminant du monde scienti- 
fique et de l'invention pratique? Son histoire ressemble à celle de Franklin et 
de Faraday; elle commence par lui car il ne compte pas d'aïeux. Ces trois 
hommes furent seuls les architectes de leurs édifices. 11 n'avaient hérité de 
leurs parents que leur lude constitution. 

Edison a été dans sa jeunesse simple petit porteur de journaux, il doit sa 
renommée et son influence actuelles à son indomptable énergie, qui lui a 
valu en Amérique le surnom de « Napoléon de l'invention )>. 

ThomasÂlva Edison n'a que 54 ans, mais ce n'est pas par son âge, c'est par 
ses travaux qu'il faut le mesurer; il fait en dix ans ce qui donnerait l'immor- 
talité à un seul travailleur ; nous devons donc juger sa force par la brièveté 
du temps qu'il a mis à produire de grands résultats. 

Sa jeunesse a été pleine de promesses; à l'âge de 12 ans, nous le voyons 
déjà capable de se suffire à lui-même et de s'instruire. Après avoir vendu des 
journaux, nous le voyons bientôt capable de les imprimer lui-même. 

Ce simple petit porteur ne tarde pas à s'efforcer d'abréger la durée de son 
travail, en créant un télégraphe dont il se trouvait être l'ingénieur, le direc- 
'•^nr et le propriétaire. 



IbO EXPOSITION D'ELECTRICITE. 

On voit, d'après ce récit, que riiomme se trouvait déjà dans l'enfant. 

Il n'y a rien de trop granl maintenant pour Edison; il peut fabriquer une 
lumière tout à fait pratique et facile à appliquer. Les premiers efforts de cet 
inventeur ont tous été précoces, et dès sa jeunesse les idées germaient dans 
son cerveau, comme dans un sol fertile. 

La nature, malheureusement, a enlevé à Edison un de nos sens les plus 
précieux : l'ouie. Le grand physicien est sourd ; mais s'il n'entend pas les 
sons matériels, il est doué d'une sorte d'intuition morale merveilleuse, qui 
multiplie en quelque sorte sa perspicacité et le met sans cesse en relation avec 
le monde intellectuel. 

M. Edison a longtemps été le directeur d'une nmltitude d'industries diverses 
(jui le mettaient à la tête de plusieurs centaines d'ouvriers qu'il commandait. 
Mais le véritable but de sa vie, la condition de son existence, c'était de créer, 
de produire, d'améliorer et de perfectionner. 

11 abandonna son établissement industriel de Nevvark, pour se retirer dans la 
campagne ; il emporta avec lui ses instruments, ses projets et par-dessus tout 
son génie et les ressources de sa féconde intelligence. 

Aujourd'hui M. Edison a fixé sa résidence à Menlo-Park, et c'est là qu'au 
milieu de son laboratoire où il est pourvu de tous les engins de la science 
moderne, il multiplie ses découvertes et ses travaux. 11 sème littéralement ses 
brevets sur le champ des inventions, et la plupart d'entre eux suffirait à faire 
la fortune d'un seul artisan. 

L'électricité est par-dessus tout la véritable passion de M. Edison ; c'est à 
l'électricité qu'il pense sans cesse, pour s'en servir comme d'un agent propre 
à enfanter les merveilleuses applications qu'il médite et qu'il réalise. 

Aérostat dirigeable électrique de M. Gaston Tissandier. 

C'est sur la galerie du premier étage du Palais que l'on peut voir le petit 
modèle d'aérostat dirigeable exposé par M. Gaston Tissandier qui, pour la pre- 
mière fois, a songé à appliquer les moteurs électriques et les piles secondaires 
de M. Gaston Planté ou leur perfectionnement, à la navigation aérienne. Le 
modèle exposé est le dixièaie du ballon ({ue M. Tissandier se propose de con- 
strun^e. Ce modèle de forme allongée, mesure i mètres de longueur sur l'^SO 
de diamètre au milieu. Quand il est gonflé d'hydrogène pur, ce petit aérostat à 
un excèdent de force ascensionnelle de 2 kilogr. 11 enlève son moteur électrique, 
fort habilement construit par M. Trouvé, et ses accumulateurs. Sous l'action 
d'une petite hélice servant de propulseur, sa vitesse dans un air calme peut 
atteindr<; 5 mètres à la seconde. M. Tissandier a calculé qu'un aérostat dix fois 
plus volumineux, construit sur le même principe, avec une machine dynamo- 
électrique de 5iJ0 kilogr. et 900 kilogr. de piles secondaires pourrait avoir une 
vitesse propre de 25 kilomètres à l'heure environ ce qui lui assurerait la direc- 
tion absolue dans l'atmosphère par les temps relativement calmes, et lui permet- 
ti-ait d'enlever plusieurs voyageurs. Un second aérostat du même genre, un 
peu monis allongé que le premier, est en outre exposé par M. Gaston Tissan- 
dier, dans la galerie du rez-de-chaussée. Ce petit modèle gonflé d'air est attelé 
à un manège et tourne sous l'action de l'hélice de propulsion. Nous ferons 
observer qu'un moteur dynamo-électi-ique offre de grands avantages au point de 
vue aéiostatique puisqu'il supprime les deux inconvénients de la machine à 
vapeu!' : le feu qui menace d'incendier l'aérostat et la combustion du charbon 
qui le déleste constamment. 



I 



F'P.OMENAnE V TRAVERS L'EXPOSITION. igl 



L'exposition de 1' Électricien 



Non loin de là. on s'arrête dovanl l'exposition de VÉlectricien, une des plus 
reniai quables publications spéciales qui ait paru depuis peu. Cette revue 
bebdomailaire compte déjà de nombreuses notices tecbniques qui ont attiré 
l'attention des savants compétents, tout en étant fort utiles aux spéci^ilistes. 

Nous avons feuilleté les livraisons de l Électricien et nous y avons remarqué 
notamment l'exposé des beaux travaux de .M. .Mercadier sur la Badiophonie. Les 
articles de M. A. Niaudet sur les Bureaux téléphoniques, de M. C.-M. Gariel sur 
la Formule dea pilea, de 51. E. Hospitalier sur la Division de la lumière élec- 
trique, de M. Fontaine sur les nouvelles machines Gramme, nous ont paru 
dignes d'être signalés ; ils indiquent nettement le caractère de cette Revue, 
qui s'occupe tout à la fois de la science pure et de la science appliquée. 

Les produits exposés par l'Électricien ne sont pas seulement relatifs à la 
publicité du journal. Les organisateurs de cette publication ont créé un Labo- 
ratoire de phijaique expérimentale où s'exécutent des travaux de recherche et 
des mesures précises des piles de différents systèmes, ce qui peut offrir un 
grand intérêt pratique- Le laboratoire de l'Électricien est situé rue du Renard, 
à Paris; il est muni de toutes les ressources de la science actuelle, et les 
expérimentateurs y ont le gaz et l'eau, la force motrice fournie par une ma- 
chine à gaz, l'électricité engendrée par une machine Gramme. Le laboratoire 
de r Électricien a exposé des piles secondaires de M. Gaston Planté, qu'il est 
actuellement outillé pour confecliomier dans d'excellentes conditions, des allu- 
moirs électriques et différents objets qui ne manqueront pas d'intéresser le 
visiteur. 

L'exposition de M. Collin. 

Parmi les plus utiles applications de lélectricité à la sécurité publique, 
nous mentionnerons le remarquable système de contrôleur d'alarme de 
M. Collin, en usage au grand Opéra, à la Gaité et dans d'autres établissements 
financiers. 

Dans ce système, dés que le veilleur s'aperçoit d'un incendie, il doit abattre 
le bouton de l'alarme, et aussitôt au poste ou chez le concierge, une aiguille 
indicatrice montre sur un cadran de quel lieu l'alarme a été donnée, l'atten- 
tion étant attirée par la sonnerie d'un timbre électrique qui ne cesse que 
lorsqu'on remet l'aiguille à zéro. Ce système a ce grand avantage que, quel 
que soit le nombre de boites de repère, un seul fil suftlt pour les réunir tous 
au cadran indicateur. On comprend aussitôt qu'il peut être employé avec de 
grands avantages dans les Théâtres, les établissements publics, les filatures et 
autres, et même chez les particulieis, par l'emploi d'un seul fil. mais on 
apprécie plus encore ces avantages pour les villes, cela évitant des dépenses 
considérables. Cela est, comme on le voit, très pratique et très ingénieux. 

M. Collin a exposé des hoi loges, et dans le nombre, des systèmes qui se 
rattachent à ses études sur l'unification de l'heure par l'électricité, il 
présente en outre des modèles de paratonnerre, et les si utiles et si ingénieux 
contrôleurs de ronde que tant d'industries utilisent actuellement avec tant de 
profit. 



182 EXPOSITION D'ELECTRICITE. 

L'Exposition de M. A. Borrel, élève et successeur de J. Wagner 
neveu, 47, rue des Petits-Ckamp);, à Paris. 

Dans la salle 19 Horlogerie, nous avons remarqué les appareils de remise à 
l'heure électrique des horloges publiques, les cadrans récepteurs, les signaux et 
avertisseurs électriques, ainsi que les paratonnerres de la maison J. Wagner 
(Borel, successeur), dont les principaux produits figurent dans le Pavillon de 
la Ville de Paris, j^es nombreux appareils de la maison Wagner, sont employés 
aujourd'hui dans un très grand nombre d'établissements publics, où l'on peut 
s'assurer qu'ils fonctionnent dans les conditions les plus satisfaisants, 

L'éclairage électrique. 

Si, pendant le jour, l'Exposition d'électricité offre au visiteur un intérêt de 
premier ordre et un attrait peu commun, quand vient la nuit, les merveilles 
qu'elle recèle réservent un spectacle tout à l'ail inouï, qui tient véritablement 
du prodige. Des milliers de foyers étincellent, et des torrents d'électricité 
faisant jaillir l'arc voltaïque ou produisant la lumière par incandescence, inon- 
dent de lumière le Palais tout entier. Jamais pareille expérience d'éclairage 
électrique n'aura été produite dans un espace si restreint, et par un si grand 
nombre de procédés dilférents. 

Les salles successive-; sont éclairées par les appareils électriques portant 
les noms suivants : Werdermann, lampes-soleil; Keynier, Jamin, Force et 
lumière, .[ahlochkoff. Société espagnole d'Électricité, lampes d'incandescence 
Maxim, Jaspar, Gérard, Mignon et Rouart ; Britisch Electric Ughting, Lontin et 
C*% Fyfe, Swan, Brush, Edison. 

L'éclairage électrique par incandescence, système Maxim. 
The United States Electric Lighting Company. 

Parmi les nombreux systèmes d'éclairage électrique par incandescence, nous 
avons remarqué celui de M. Maxim, qui paraît résoudre d'une façon complète 
le problème de l'éclairage domestique. Ce système remarquable qui éclaire 
le soir la grande salle d'honneur du premier étage comprend un grand nom- 
bre de foyers séparés, qui sont élégamment groupés les uns à côté des autres 
et forment un charmant plafond lumineux. La lumière électrique, obtenue, 
est d'une fixité parfaite puisqu'elle est produite par l'incandescence d'un 
mince conducteur de charbon contenu dans un petit ballon de verre. L'œil 
est agréablement impressionné et n'a pas à être incommodé par les intermit- 
tences et les irrégularités de rayonnement, si fatigantes et si désagréables. 
L'éclairage électrique par incandescence système Maxim est exploité par 
une grande Compagnie américaine, The United States Electric Lighting 6'", 
qui a déjà obtenu un grand succès aux États-Unis et en Angleterre. Cette 
Compagnie ne tardera pas à installer dans plusieurs points de la capitale 
l'éclairage que le promeneur à l'Exposition d'électricité peut apprécier dès à 
présent, en voyant les résultats qu'il produit dans la grande salle d'honneur 
du premier étage. Le plafond lummeux, comme le visiteur peut s'en assurer, 
brille d'un éclat remarquable, elles appliques dont les murs sont garnis, riva- 



^ PROMENADE A TRAVERS LEXPOSITION. 185 

lisent do lurait're avec celle qui tombe des parties supérieures de la salle *. 

La lampe à incandescence, système Maxim, présente do grands avantages; elle 
s'allume et s'éteint à volonté, instantanénionl, par la manœuvre d'un simple 
commutateur, sa puissance peut être faciloment graduée, dopuis la simple 
veilleuse jusqu'à son éclat maximum; la lumière est d'une fixité absolue; 
enfin, l'incandescence pure réalise la uivision presque indéfinie de la lumière 
électrique. 

La lumière électrique, système Maxim, est adoptée déjà par plusieurs éta- 
blissements anglais et américains. L'Union League Club, de New York, en fait 
depuis quelques mois usage pour éclairer sa galerie île tableaux, et les résultats 
obtenus no laissent absolument rien à désirer; ce beau système d'éclairage 
est comolet, il se présente avec ses machines spéciales, avec son régulateur, 
avec sa lampe, et rien ne s'oppose plus à son avenir et à son développement. 

Le système Maxim a été présenté an public anglais pour la première fois le 
27 mai 1881, par M. de Kabath de New-York, qui a organisé à l'Exposition la 
belle installation de The United States Electrique Lighting C". L'éclairage par 
incandescence Maxim, forme aujourd'hui un système tout à fait complet qui 
comprend quatre parties distinctes complètement étudiées et fonciionnanl dans 
les conditions les plus favorables : 1° La machine génératrice qui alimente les 
foyers; 2" la machine excitatrice qui alimente les inducteurs de la machine 
génératrice ; 5° le régulateur : A" la lampe à incandescence. 

Les machines dynamo-électriques du système Maxim, produisent le courant 
nécessaire à alimenter les nombreux foyers qui brillent à l'Exposition. 

La machine excitatrice porte, à sa partie supérieure, un mécanisme extrê- 
mement ingénieux et sensible, destiné à régler, automatiquement, le courant 
fourni par les machines productrices, suivant les besoins de l'éclairage, c'est- 
à-dire suivant la quantité de foyers allumés. Ce résultat est obtenu de la ma- 
nière suivante : un électro-aimant à fil fin placé sur la machine, en déviation 
sur le courant principal, attire avec une force qui varie avec la puissance du 
courant une armature à laquelle est suspendu un cliquet à deux dents opposées 
et lequel reçoit, par une transmission intermédiaire prise sur l'axe même de la 
machine, un mouvement de va-et-vient. Ce cliquet se meut entre deux roues 
dentées qu'il ne touche pas lorsque le courant a sa valeur normale. Le courant 
vient-il à diminuer parce qu'on allume de nouveaux foyers, l'armature, moins 
fortement attirée et sollicitée par un ressort antagoniste, s'éloigne, soulevant le 
cliquet dont la dent supérieure s'engage dans la denture de la roue supérieure ; 
ce mouvement est transmis, par l'intermédiaire d'engrenages, aux porte-balais 
qui sont disposés pour pouvoir tourner autour du collecteur, et de manière 
que les balais puissent se rapprocher ou s'éloigner des points maxima ou neu- 
tres ; lorsque les balais se rapprochent des points maxima, l'intensité du courant 
de la machine excitatrice augmente aussi en proportion l'intensité du courant 
engendré; si, au contraire, le courant est trop intense, par suite de l'extinction 
d'un certain nombre de foyers, l'armature étant plus fortement attirée descend 
avec le cliquet qui lui est attaché, et la dent inférieure de celui-ci, s'engageant 
dans la denture de la roue inférieure, fait tourner, par l'intermédiaire des 
mêmes engrenages, les porte-balais et les balais en sens inverse, les rappro- 
chant des points neutres et les éloignant des points maxima. La puissance du 
courant de l'excitatrice diminue et, par suite, l'intensité du courant produit. 

i. Pour plus de détails sur l'éclairage Maxim, consultez le journal l'Électricien, n» 6 du 
1" juillet 1881, page 263, et la Nature du 30 juillet 1881. 



IS4 EXPOSITION DKLECTOICITK. 

Le rAguIiiteur Maxim est (rune paiHiite sensibilité, ce qui a été démontré 
lorsque les (50 foyers que peut maintenir une machine ; ces foyers ont été suc- 
cessivement éteints jusqu'à ce qu'il n'en reste plus qu'un, les foyers restants 
demeurant, pendant cette extinction progressive, toujours- à la môme intensité. 

La lampe iMaxim se compose d'un filament de charbon provenant de papier 
carton calciné, a la f<irme d'une M à angles arrondis; elle est contenue dans un 
globe de verre d'environ 5 centimètres de diamètre, et dans lequel on fait le 
vide partiel. On laisse ensuite pénétrer des vapeurs de gazoline dans le globe, 
on fait le vide de nouveau et ainsi de suite jusqu'à ce qu'on ait obtenu un vide 
presque parfait avec une quantité ti'és faible de gazoline dont la pression ne 

dépasse pas rTTTTTTTfT. d'atmosphère. 

Un commutateur très ingénieux, lixé sur chaque lampe, permet d'introduire 
la lampe en circuit ou de la supprimer, c'est-à-dire de l'allumer ou de l'étein- 
dre. L'existence ou durée de la lampe varie entre 000 à 900 heures. Lorsqu'une 
lampe est hors de service, elle peut êire enlevée de son support et remplacée 
par une neuve aussi facilement que s'il s'agissait de mettre une bougie dans 
un chandelier, ou de l'en enlever. La lampe hors d'usage à encore une certaine 
valeur. La lampe neuve vaut actuellement 7 fr. 50, mais elle pourra se vendre 
par de 1 fr. 50 à 2 francs tout en laissant un certain bénéfice. 

Toutes les lampes sont disposées en dérivation, chacune d'elles est parfaite- 
ment indépendante des autres. 

Tout cet ensemble fonctionne régulièrement au Palais de l'Industrie, il con- 
stitue assurément l'un des systèmes d'éclairage électrique les plus remar- 
quables et les plus complets. Son succès à Paris nous paraît assuré. 

Photographie électrique de Pierre Petit. 

Parmi les applications les plus remarquables de la lumière électrique, il 
faut citer celles qu'on sait en faire aujourd'hui pour exécuter des clichés pho- 
tographiques quand la lumière solaire fait défaut, et pour produire des agran- 
dissements de portraits photographiijues dans des conditions toutes spéciale 
comme sait les exécuter aujourd'hui avec tant d'habileté le célèbre photo- 
graphe Pierre Petit. Cet opérateur èmèrite a exposé de nombreux spécimens 
des procédés d'agrandissements photographiques qu'il exploite sous le nom de 
Linographie, et qui sont bien dignes de fixer l'attention du visiteur. La lino- 
graphie s'exécute à l'aide de la lumière électrique, sa place était donc indiquée 
dans le palais de l'Industrie. Les avantages de ce procédé sont considérables ; 
ils ont déjà été mis en évidence par un appréciateur dont nous n'aurons qu'à 
reproduire les expressions. La linographie met en évidence les lignes, imprime 
le mouvement de la vie au jeu des lumières et des ombres et laisse à la pers- 
pective ses exactes proportions. 

Quant à l'image obtenue, sa solidité est certaine. Une toile pareille à celle 
qu'emploient les peintres garantit la durée du tableau. Les moyens de confec- 
tion n'en conservent pas moins leur rapidité qu'explique parfaitement la puis- 
sance des appareils mis eu œuvre. 

Gomme application au portrait, la linographie fait tous les jours ses preuves 
à l'exposition de l'avenue de l'Opéra, n" 65, et dans les ateliers de Pierre Petit- 
place Cadet. Comme adaptation aux reproductions de tout genre, elle offre un 
champ d'expériences à peu près sans limites. On conçoit qu'avec de tels avan- 
tages le procédé d'importation récente puisse prétendre obtenir une place 



PROMENAPE A TRAVERS L'EXPOSITION. 18r> 

importante dan? l#doinaine de la photographie et de l'art. La linographio offre 
toutes les qualités requises pour devenir un excellent engin de vulgarisation. 
Nous n'insisterons pas davantage sur une invention que le promeneur à 
l'exposition saura certainement apprécier à sa juste valeur. Les portraits expo- 
sés exécutés de grandeur naturelle sont pour la plupart de véritables objets d'art. 

Les Téléphones. 

Pendant que les lumières resplendissent le soir, les téléphones fonctionnent, 
et la foule se précipite dans les salles où, l'oreille appliquée au récepteur, on 
entend, transmis par un simple fd métallique, les ch.mteurs de lOpéra ou les 
artistes de la Comédie Française. L'imagination des auteurs des Mille et une 
Ai/ifs n'avait pas osé rêver un si prodigieux résultat qui sera une des gloires de 
rÉlectricité moderne. 

Les salles des téléphones sont au nombre de quatre : dans deux d'entre elles, 
on entend la musique de l'opéra, et dans les deux autres, la représentation du 
Theàtie-Français, Celte organisation, dont les résultats sent prodigieux, a été 
faite par M. Clément Ader, sous les auspices de la Société des téléphones, de 
son savant directeur, M. Lartigue, et de M. Breguet, constructeur des ap- 
pareils. Un ne saurait trop applaudir à cette installation dont le succès sera 
considérable. 

Le Lustre chantant (pyrophone Kastner). 

Un savant distingué, M. Frédéric Kastner, à la fois physicien et musicien, a 
exposé un bien remarquable appareil musical, destiné à produire les effets les 
plus surprenants, au milieu des orchestres de nos grands théâtres lyriques, 
ainsi que dans les concerts et les cathédiales. Cet instrument, qui a été désigné 
sous le nom de pyrophone, a conduit en même temps l'auteur à étudier la 
corrélation qui existe entre le son et l'électricité. 

xNous croyons devoir expliquer sommairement par quelle série de considéra- 
tions théoriques M. F. Kastner a été conduit à la découverte de ce système 
ingénieux. C'est en effet à la science pure, aux lois de l'acoustique que nous 
devons nous adresser pour rechercher l'origine de ce mécanisme. M. F. Kastner, 
après de nombreuses expériences sur les flammes chantantes, poussant ses 
recherches pour les compléter du côté des lois de l'interférence, a découvert 
un des plus intéressants théorèmes d'acoustique, qui était resté ignoré jus- 
qu'à ces derniers temps. 

Des savants allemands, anglais et français s'étaient déjà beaucoup préoc- 
cupés des flammes chantantes. Mais aucun n'avait encore songé à étudier les 
effets produits par deux ou plusieurs flammes conjuguées, comme l'a fait 
M. Kastner. Un mémoire présenté à l'Académie des sciences à la date du 
17 mars 1875, contient les expéiiences et les calculs à l'aide desquels 
M. F. Kastner a pu formuler sa nouvelle loi. 

Rien n'est plus agréable que le concert produit par les flammes qui brûlent 
dans des tubes de crislal. Dès qu'elles sont écartées, elles vibrent; dès qu'elles 
sont rapprochées, le son cesse de se produire. L'exécutant, placé devant le 
clavier, frappe les touches, et les sons successifs se produisent, de même que 
dans le piano, de même que dans l'orgue. Mais ce qu'il y a de particulière- 
ment remarquable, c'est le timbre exceptionnel des sons qui sortent du pyro- 
phone. Quand l'instrument fonctionne entre des mains habiles, on entend une 



186 



EXPOSITION D'ELECTRICITE. 



musique suave et délicieuse ; les sons obtenus, d'une pureté et d'une délica- 
tesse extraordinaires, rappelent à s'y méprendre les voix humaines. 

La Pédale magique. 

C'est encore comme moteur de petites machines dynamo-électriques Siemens 
ou de petites machines Trouvé que peut être signalée la célèbre pédale magique 
exposée par M. D. Bâcle. Comme on a pu le dire sans exagération, la pédale 
magique est, dans son genre, un chef-d'œuvre de perfection, grâce à son 
double encliquetage élastique et silencieux, ainsi qu'à la suppression absolue 
du point mort, elle utilise complètement les plus petits efforts que font les 
pieds, et laisse aux mains toute leur liberté d'action. 

L'indicateur visuel électrique de Ghester A. Pond et le transmetteur 
de J. U. Mackensie. 

Ces appareils, bien peu connus, offrent un intérêt de premier ordre : ils peu- 
vent servir pour la transmission instantanée de signaux par un seul fil, dans un 
circuit qui comprendrait mille stations et même plus. On comprend quelles 
ressources ils offrent aux lignes télégraphiques et téléphoniques et de quels 
usages ils peuvent être pour les alarmes d'incendies, avertissements en cas de 
vols, indicateurs d'hôtels, etc., etc. 

M. Mackensie, l'inventeur du transmetteur, se trouve généralement prés des 
appareils. 11 se fera toujours un plaisir de montrer et d'expliquer le principe 
et le mode de fonctionnement des mécanismes. 



Exposition de M. Boivin. 

La fréquence des incendies qui ont exercé tant de dégâts dans ces derniers 
temps, déuiontre l'importance que peuvent offrir des appareils d'avertissement 
bien combinés pour fonctionner dans des conditions sûres. 

M. Boivin expose entre autres, un appareil d'alarme en cas d'incendie qui 
est dans ce dernier cas. Cet appareil sert en même temps de contrôleur de 
ronde. Nous allons en donner la description. 





L'appareil imprimeur et indicateur (fig. 1) est relié à un nombre déterminé 
de commutateurs à rouage {i\g. 2) surmonté d'un thermomètre et d'une lettre 

1. Arsène Boivin (brevetés, g. d. g.), 16, rue de l'Abbaye, Paris, fournisseur du nouvel 
Opéra, de divers Ministères et administrations de l'État, de la Préfecture de la Seine et de la 
Ville de Péris, premier prix à l'Exposition de Melbourne (Australie), 1880-1881, 20 médailles 
dans différentes Expositions. 



I 



PROMENADE A TRAVERS L'EXPOSITION. 487 

correspondant au tableau indicateur dudit appareil, et fonctionne de la façon 
suivante : 

Service du contrôle de ronde. — 1" L'employé chargé de la ronde ouvre la 
boite vitrée renfermant le commutateur à rouage (fig. 2) et pousse l'aiguille A 
sur le mot co.ntrole, presse ensuite sur le boulon placé au milieu ; cette pres- 
sion a pour but de dégager le commutateur communiquant à l'appareil récep- 
teur (fig. 1), lequel imprime la lettre du bouton sur lequel l'employé a pressé, 
et l'heure de son passage; ensuite il doit pour pouvoir fermer la boîte ramener 
l'aiguille sur le mot alarme. 

Signaïuv d'alarme. — 2° Les signaux d'alarme sont transmis de la même 
façon que pour le service de ronde, c'est-à-dire qu'en pressant sur le même 
bouton l'appareil imprimeur donne l'indication et l'heure ; de plus il fait 
fonctionner en même temps une ou plusieurs sonneries d'alarme. 

Les mêmes signaux d'alarme peuvent être transmis par le même commuta- 
teur au moyen du thermomètre mis en communication par l'incendie même. 

La disposition de ces appareils offre des avantages qui seront très appré- 
ciés des Directeurs d'usines, de manufactures, de grands magasins, de théâ- 
tres, etc, car ils permettent : 1" de supprimer les appareils portatifs pour 
contrôle de ronde; 2° de surveiller à distance l'employé chargé de la ronde en 
consultant l'appreil récepteur; 5" enfin de s'assurer du bon fonctionnement 
des appareils électriques en cas d'incendie puisqu'ils servent journellement 
de contrôleur de ronde. 

M. Boivin ne s'est pas borné à placer cet avertisseur sous les yeux du 
visiteur. 11 a exposé d'ingénieux systèmes de sonnerie électrique et différents 
appareils placés dans la salle de Théâtre. 

Un modèle d'appartement avec appareils électriques. Exposition de 
M. A. Damon et Gie (maison Krieger). 

Nous avons déjà mentionné l'appartement organisé dans les galeries du 
premier étage; il y a là tous les systèmes imaginal)les de lumières électriques, 
d'avertisseurs, de sonneries, de tableaux d'appel, d'allumoirs domestiques, etc. 

Four bien exposer ces objets précieux de la vie pratique, il fallait les placer 
dans un véritable appartement. Cet appartement a été meublé avec beaucoup 
d'art. 

MM. A. Damon et Cie ont exposé dans l'antichambre de cet appartement quel- 
ques meubles remarquables exécutés avec un fini parfait et un goût exquis. 
11 y a là un grand buffet en noyer sculpté style Henri 11, qui sera certainement 
apprécié par les connaisseurs. Les crédences Henri 11 en noyer sculpté, sont 
aussi très dignes d'être signalées. MM. Damon et Cie exposent en outre : un 
porte chapeaux noyer sculpté Renaissance, une banquette-coffre à dossier, une 
table d'antichambre avec un fauteuH d'huissier, deux fauteuils d'antichambre, 
huit chaises du même style. Ajoutons à cette liste une cheminée Renaissance 
en noyer sculpté, un petit bahut en noyer et nous aurons terminé l'énumération 
de la belle exposition de la maison Krieger. 

H. Beau et M. Bertrand Taillet, entrepreneurs d'éclairage. 

Ces Messieurs ont succédé à MM. Melon Qt Lecoq. Leur maison, bien 

1. MM. A. Damon et C'= (maison Krieger), ameublements de tous styles, 74 et îô, faubourg 
Saint-Antoine, Paris. 



ISS KXPOSmOiS D'KLECTRiniTK. 

connut', a osé s'occuper d'édairago oleclrique dès que parut la bougie -labloch- 
koff. Seule h Paris elle a ajoulé à l'entreprise d'éclairage par le gaz l'éclairage 
électrique. 

Leur exposition Uiontre qu'on peut mettre d'accord la théorie et le goût. 

Le générateur Collet. 

Les machines magnéto-électriques et dynamo-électriques fonctionnent, comme 
on le sait, sous l'action des moteurs à vapeur ou de moteurs à gaz. Tout ce qui 
touche aux perl'ectionnements de ces moteurs intéresse donc aussi les progrés 
de l'électricité dynamique. 

Les générateurs à vapeur système Collet qui fonctionnent dans le Palais de 
l'Industrie, nous ont paru très dignes d'être recommandés. Ils offrent dans la 
pratique des avantages très sérieux que nous allons signaler succinctement. Les 
générateurs Collet tiennent un emplacement réduit au minimum, l'explosion en 
est impossible par la raison que toutes les parties exposées au feu sont des 
tubes de petite dimension La circulation de l'eau dans ces tubes est tellement 
active qu'il ne peut s'y former de dépôts, même avec les eaux les plus chargées 
de sels calcaires. Nous ajouterons enfin que l'installation des générateurs 
Collet est autorisée dans toute habitation jusqu'à 25 mètres carrés de surface 
de chauffe (40 chevaux). Voilà plus qu'il n'en faut pour contribuer à généra- 
liser l'emploi d'un appareil essentiellement ingénieux et bien construit qui a 
déjà reçu la médaille d'argent en 1879, à Paris, et la médaille de vermeil à 
Tours, cette année. 



NOTICES 



h'Eleclricite statique se prête peu aux applications iiulustriolles, aussi ii'esl- 
il pas étonnant qu'elle n'occupe qu'une place restreinte dans le Palais de 
TExposition. Nous pouvons cependant signaler comme un progrès accompli les 
bouteilles de Leyde et les condensateurs exposés par Edison . Pour augmenter 
la capacité des bouteilles de Leyde et des condensateurs, le célèbre inventeur 
y a fait le vide. Outre l'augmentation considérable de capacité électrique, on 
gagne d'avoir une plus faible décharge résiduelle après la décharge, par suite 
de la faible épaisseur du verre, et comme le vide est très sec, la décharge lente 
ou silencieuse est de ce fait très diminuée. 



Passons tout de suite à l'Électricité dynamique, et, suivant l'ordre du cata- 
logue, examinons d'abord les appareils de production de l'électricité. 

Edison expose une pile à craie fotidée sur le principe de son électro-moto- 
graphe dont nous parlerons plus loin et une pile à gravité. 

Pour tous ceux qui craignent les manipulations longues et ennuyeuses du 
montage d'une pile au bichromate de potasse, nous mentionnerons le sel 
chromique de M. Ed. Loiseau, Ô5 et 57, rue de Seine, à Paris, qui permet 
d'obtenir à froid et instantanément une dissolution acidulée. Ce sel, facilement 
transportable, se livre dans des flacons tout préparés, correspondant au volume 
de solution qu'on veut obtenir, 

Nous signalerons tout particulièrement les 
piles thermo-électriques construites par M. Gus- 
tave Rebicek de Prague (Brevets Noé-Piebi- 
cek). Ces piles ont une force électro-motrice 
supérieure à celle de tous les éléments thermo- 
électriques connus, et toutes les imitations qui 
en ont été faites jus(|u'ici n'ont pu atteindre 
leur puissance. Une pile de vingt éléments a 
une force électro-motrice égale à un élément 
Bunsen. 11 suffit d'une lampe à esprit-de-vin 
ou d'un bec Bunsen pour la mettre en acti- 
vité. 




Les machines magnéto-électriques et dynamo-électriques sont très nombreuses 
à l'Exposition; il n'y a là rien de très surprenant si l'on songe que, depuis 
quelques années, toute l'activité des électriciens et des inventeurs s'est portée 
du côté des applications industrielles. Toutes ces machines trouveront naturel- 
lement leur place à la description des systèmes spéciaux qu'elles alimentent, 
éclairage électrique, transmission de force, etc. Le nom d'Edison revient en- 



^90 EXPOSITION D'ÉLECTRICITÉ. 

core ù ce sujet sous notre plume pour faire remarquer que le générateur élec- 
trique le plus puissant actuellement connu est celui qu'expose l'inventeur 
américain, car il ne transforme pas moins de 120 clievaux-vapeur en électricité. 
Signalons aussi une nouvelle machine d'FAlison dont la construction est basée 
sur m\ principe nouveau. C'est la machine dynamo-électrique disque. Le principe 
consiste dans l'emploi, comme conducteurs, de lames minces de cuivre, et dans 
la subdivision et l'isolation de l'armature et des conducteurs par des feuilles de 
mica. On réduit ainsi la résistance intérieure à un minimum, et l'on peut pro- 
duire un courant beaucoup plus intense sans craindre de chauffer la machine 
et de compromettre son isolement. 

Après les machines, les conducteurs. Edison expose des spécimens de tuyaux 
et de boîtes de service employés dans le système de canalisation de l'électricité 
pour l'éclairage électrique par incandescence. 

MM. Laveissière et fils, .58, rue de la Verrerie, à Paris, dont la magnifique 
installation à l'Exposition de 1878 est encore présente à la mémoire de tous, 
exposent des fils conducteurs de cuivre de haute conductibilité garantie, et de 
toutes dimensions, ainsi que des enveloppes de câbles en plomb et en cuivre 
jaune. 

La maison Lavaissière qui possède deux usines, l'une à Saint-Denis (Seine), 
l'autre à Deville-les-Rouen (Seine-Inférieure), fabrique aussi du zinc en feuille 
de tout spécimen pour piles électriques et des feuilles d'étain de toute épais- 
seur pour condensateurs. 

Nous devons mentionner aussi une fabrication qui prend chaque jour une 
importance pins grande dans les applications de l'électricité : nous voulons 
parler du plomb en lymes de toute épaisseur et en fils de tous diamètres pour 
piles secondaires; il faut au plomb de ces piles une grande pureté et une 
grande homogénéité, deux qualités qui sont la caractéristique de tous les pro- 
duits fabriqués par la maison Laveissière. 

Les appareils servant aux mesures électriques sont très nombreux. A vrai 
dire, la plupart d'entre eux sont des appareils de recherches scientifiques peu 
employés jusqu'ici dans la pratique courante. La série exposée par Edison 
comprend d'abord tout un ensemble d'appareil pour mesurer la résistance élec- 
trique des lampes. Avant de quitter l'atelier, on inscrit sur chaque lampe la 
tension en volts qui lui est nécessaire pour produire exactement un foyer équi- 
valent à 16 bougies {candie-standard). Comme tous les charbons sont de 
mômes dimensions, fabriqués avec les mêmes matières et carbonisés par le 
même procédé, les variations sont à peine sensibles. 

Ces mesures de résistance des lampes se feront régulièrement à l'Exposition 
en même temps que les mesures photométriques et calorimétriques pour tous 
ceux qui s'intéressent particulièrement à la question. 

Sous le nom de Fluide-Bridge, Edison expose un appareil qui a pour effet 
de placer dans un circuit une résistance plus ou moins grande pour égaliser 
le courant. 11 fonctionne comme un pont de Wheatstone. 

Après les appareils ((ui produisent l'électricité et ceux qui la mesurent 
vieiment tout naturellement ceux qui l'appliquent, et parmi ceux-là, les plus 
répandus et ceux qui, jusqu'ici, rendent le plus de services sont les télégraphes 
et les signaux. 



NOTICES. 191 

The Pond Indicator Company of Europe, Thomas Alva Edison 
Président, New- York. 

Cotte Compagnie est la seule propriétaire de Y Indicateur visuel électrique 
de iM. Ghester H. Pond et du transmetteur de M. J.-U. Mackenzie, qu'elle 
est aussi la seule à fabriquer. Le but de ces appareils est de transmettre 
histayitanement sur un seul fil desservant un millier de stations, ou un plus 
grand nombre, si l'on veut, les signaux télégraphiques, téléphoniques, les 
signaux d'alarme en cas d'incendie, ou de vols, etc. 

Les inventeurs ont souvent essayé, avec plus ou moins de succès, de créer 
un télégraphe ou indicateur automatique, qui puisse donner avec sûreté et 
rapidité un signal quelconque sur un certain nombre de signaux déterminés à 
l'avance. 

11 fallait aussi qu'un appareil de cette nature pût être manœuvré par dos 
personnes inexpérimentées, sans qu'il y eût à craindre ni erreur ni con- 
fusion. 

Jusqu'ici ce résultat n'avait été qu'incomplètement atteint par le système 
d'alarme télégraphique pour incendie de M. Gamewell, si répandu aux Etats- 
Unis, le pays où les questions de cette nature préoccupent le plus l'opinion 
publique, et où les appareils pratiques se développent avec une si merveilleuse 
rapidité. 

La Compagnie, propriétaire des brevets Gamewell s'est empressée d'acquérir 
le droit de faire usage de YlmUcateiir visuel de Pond, et elle le substitue 
rapidement à tous les autres systèmes employés jusqu'ici. C'est la meilleure 
recommandation qu'on en puisse faire. 

L'indicateur visuel de Pond et le transmetteur Mackenzie sont susceptibles 
d'un très grand nombre d'applications. Il serait trop long d'en donner une 
liste complète, nous nous bornerons à signaler les principales : 

1° Les signaux téléphoniques et toutes les formes de signaux télégraphiques : 

2" Les alarmes et avertissements en cas d'incendie ; 

3" Les appels en cas de vol ; 

4° Les indicateurs d'hôtels; 

5° La télégraphie par signaux pour villes, par quartiers, et plusieurs autres 
applications importantes, etc., etc. 

Les appareils fonctioiment aussi bien en circuit ouvert, comme c'est l'habi- 
tude en France, qu'à circuit fermé, comme on les emploie généralement en 
Amérique. Ils sont durables, solides, compacts, de très petites dimensions, et 
ne sont sujets à aucun dérangement. .Aucun point n'est oxydable par les rup- 
tures et les fermetures de circuit, et il n'y a aucun ressort à monter ; les mou- 
vements sont toujours positifs et ponctuels; le mécanisme aussi simple qu'in- 
génieux est réglé par l'action d'un seul électro-aimant. 

On peut d'ailleurs voir à l'Exposition d'électricité les différentes applications 
de Ylndicateur de Pond et du transmetteur de Mackenzie en service courant et 
en fonctionnement régulier. M. J.-U. Mackenzie se fait toujours un plaisir 
d'expliquer le fonctionnement du système dans tous ses détails. On pourra 
obtenir également des renseignements en s'adressant au D'" Otto, A. Moses, 
dans les salons d'Edison au Palais de flndustrie, et à M. F. Mora, chez 
M. P. Bebin, 41, rue de la Victoire, à Paris 

Parmi les nombreux appareils télégraphiques exposés par Edison, duplex, 



192 EXPOSITION D'ELECTRICITE 

quadruplex, télégraphe domestique, chimique, etc., son relais à motographe 
attire plus particulièrement l'attention. Ce relais, fondé sur le même principe 
que celui du récepteur du téléphone parlant à haute voix [Loud-speaking télé- 
phone), permet la transmission de messages télégraphiques par des courants 
de ligne si faibles qu'ils seraient sans action sur les électro-aimants ordinaires. 
Cet appareil fonctionne à travers une résistance composée d'une douzaine de 
personnes formant une chaîne en se donnant la main, ce qui représente plu- 
sieurs milliers d'ohms. Ce relais permet donc la transmission directe et sans 
interruption du circuit sur une ligne de plusieurs milliers de kilomètres. 

Tassons maintenant de la télégraphie à la téléphonie, cette merveille du génie 
humain. 

La Société générale des téléphones expose les différents types d'appareils 
qu'elle exploite et dont elle possède les brevets, transmetteurs Edison et Ader, 
récepteurs Phelps et Ader, etc., ainsi que les divers appareils qui ne sont pas 
encore passés dans la pratique, mais qui sont à l'étude et qui ont servi à créer 
ou à perfectioimer les types adoptés. 

Un certain nombre de postes téléphoniques répartis dans le Palais sont mis 
à la disposition du public. Ils correspondent tous avec un spécimen de bureau 
central établi dans l'exposition et par conséquent entre eux. 

De plus, moyennant un abonnement spécial, les exposants peuvent faire 
installer, à l'emplacement qu'ils occupent, un téléphone en correspondance 
avec le bureau central de la Société et par suite avec tout le réseau parisien. 

La Société expose aussi le plan des réseaux de province qu'elle exploite. 

Enlin, ce qui sera le « great attraction » et le grand succès de l'Exposition, la 
Société expose un système téléphonique exécuté par M. Clément Ader, ingénieur 
de la Société, et par M. Breguet, qui permet de faire entendre, dans quatre salles 
aménagées à cet effet par le commissariat général, les représentations de l'Opéra 
et du Théâtre-Français. C'est là une expérience des plus curieuses et des plus 
saisissantes, qui n'avait jamais été réalisée jusqu'ici, tout au moins d'une façon 
courante, et qui mettra bien en évidence toutes les quahtés du téléphone et les 
services qu'il peut rendre, lorsque les appareils sont bien combinés et bien 
exécutés. 

Il n'est pas nécessaire de s'étendre bien longuement sur les téléphones 
d'Edison. On sait que le célèbre inventeur a imagmé le premier téléphone à 
charbon. Le Loud-speaking téléphone, qui parle assez fort pour être entendu 
dans une salle tout entière aura à l'Exposition un grand et légitime succès que 
nous enregistrons à l'avance. 11 nous faut aussi mentionner le téléphonographe, 
combinaison du téléphone et du phonographe, qui permet de reproduire après 
un temps quelconcpie, les paroles prononcées par un interlocuteur placé à 
plusieurs kilomètres de di&tance. 

Le pyrophone électrique de M. Frédéric Kasiner Ji'est pas une curiosité 
moindie que les nombreux téléphones disséminés dans le Palais de l'Industrie. 
Après de nombreuses expériences sur les flammes chantantes, M. Fr. Kastner a 
découvert un intéressant théorème d'acoustique ainsi formulé dans un mémoire 
présenté à l'Académie des sciences de Paris, le 17 mars 187-5 : 

« Si dans un tube dt; verre ou d'autre matière, on introduit deux ou plusieurs 
« flammes de grandeur convenable et qu'on les place au tiers de la longueur 
« du tube, comptée à partir de la base, ces flammes vibrent à l'unisson. Le 



NOTICES. 195 

et phéiionitMie ctntinue de se produire tant que les flammes restent écartées, 
« mais le son cesse aussitôt que les flannnes sont mises en contact. » 

La découverte de ce principe, que .M. V. Kaslner rattache aux lois de l'inter- 
férence et à sa théorie des vibrations, l'a conduit à l'invention d'un instru- 
ment de musique qu'il a fait breveter pour tous les pays sous le nom de pi/ro- 
phune. Possédant un timbre sut (jeneri^ d'un charme pénétrant qui se rapproche 
de la voix humaine, une étendue (chromatique) qui peut dépasser trois octaves, 
un clavier conmie celui de l'orgue ou du piano, cet instrument a vivement 
excité l'intérêt du public dans des concerts et dans des séances scientifiques 
qui ont eu lieu df^puis 187Ô, tant en France qu'en Augleterre.et en Allemagne. 
L'une des photographies exposées le représente dans la grande salle des con- 
certs de la Maison de conversation, à Haden-Baden, où il obtint le plus brillant 
succès en 1879 et 188(1, jouant tantôt seul, tantôt marié avec les voix ou joint 
à l'orchestre. Moyennant l'application qu'il a faite de l'électricité au pyrophone, 
l'inventeur est parvenu à convertir des appareils à gaz d'éclairage, tels que 
lustres, lampadaires, appliques, rampes de théâtre en instruments chantants 
Le lustre-pyrophone électrique, dont on voit une photographie coloriée à 
l'Exposition, a treize becs garnis de quatre tubes et donne par conséquent treize 
notes. Il est orné de feuillages et de baies lumineuses qui, non moins que le 
charme de ses sons et la façon mystérieuse dont ils se produisent, en rendent 
l'effet magique. Quant au pyrophone proprement dit, c'est le premier instru- 
ment véritablement musical et d'un usage pratique qu'on ait pu obtenir au 
moyen des flammes dans des tuyaux. Comme l'a dit avec raison un savant 
physicien, le pyrophone, à le bien considérer, est une application très iuo-é- 
nieuse et toute charmante de la théorie des vibrations qui a été exposée par 
M. Frédéric ^iistner dans le volume les Flammes chantantes (Paris, Dentu, 
5« édition, 1875). Les vues nouvelles et hardies de cette théorie, où il est 
question pour la première fois de l'analyse de l'électricité comme d'une hypo- 
thèse admissible, sont déjà en partie justifiées par les progrés de la science 
et par de merveilleuses découvertes faites récemment, notamment par celle du 
phénomène qui a donné naissance au photophone. 

(Pour plus de détails, voir les publications et les photographies exposées.) 

Nous voici dans la classe la plus importante de l'exposition, celle de la 
Lumière électi'ùiue. Les systèmes à arc voltaïque sont nombreux et présentent un 
très réel intérêt, mais la curiosité publique se portera surtout vers Vincan- 
descence qui a l'attrait de la nouveauté d'abord, puis celui d'une lumière remar- 
quablement belle, fixe et extrêmement divisée. 

Un système de production, de régulation, de canalisation et de répartition 
de la lumière électrique, comporte une installation importante. Voyez par 
exemple le ^ système Edison. La machine dynamo-électrique qui transforme 
120 chevaux de force en électricité ne pèse pas moins de 15 000 kiloo-rammes 
avec sa plaque de fondation, son moteur, son armature d'un mètre de diamètre 
ses électro-aimants, etc. Mettez-en à peu près autant pour la chaudière, les 
transmissions et les accessoires. Voilà pour la production du courant à l'usine 
centrale. Ajoutez à cela les conducteurs principaux, les conducteurs dérivés 
chez les particuliers, les lampes, etc., et vous aurez une installation entièrement 
comparable à celle du gaz. 

Signalons enfin le compteur de la consommation de lumière, analoo-ue au 
compteur de la distribution de gaz qui enregistre mécaniquement, à l'aide 
d'un mécanisme convenablement combiné, la quantité de cuivre déposée dans 

13 



1<»4 EXPOSITION DÉLECTRlCITll 

un circuit dérivé sur le courant principal, et lui en empruntant une quantité 
infiniment petite. 

L'électricité ainsi canalisée et amenée dans les maisons et utilisée non seu- 
lement pour l'éclairage électrique, mois encore pour les autres usages. Dans 
l'exposition, elle fera lonctionner une pompe, une machine à coudre, un éven- 
tail domestique, etc. 

Un autre système d'éclairage électrique qui intéressera aussi très vivement les 
visiteurs du Palais de l'Industrie est celui de M. Hiram-Maxim, exposé par 
la United States Electric Lighting Company de New-York. C'est ce système 
qui doit éclairer le salon d'honneur (salle C) avec deux cents lampes d'une 
puissance moyenne de 25 bougies chacune. Nous renvoyons le lecteur à la no- 
tice spéciale que nous publions sur ce système qui sera sans contredit l'un des 
plus grands succès de l'Exposition, aussi bien auprès du public, qui sera attiré 
surtout par la beauté de la lumière, qu'auprès des spécialistes et des gens 
compétents qui s'intéresseront surtout au système ingénieux de distribution et 



Arrivons maintenant à V électro-chimie. 

L'exposition de clichés galvanoplastiques de MM. Boudreaux, père et fils, 
27, rue Monsieur-le-Prince, à Paris, se recommande à plus d'un titre à l'atten- 
tion des visiteurs de l'exposition du Palais de l'Industrie. M. Boudreaux, père, 
fut un des premiers, dès 4847, à appliquer la galvanoplastie à la typographie. 
Les clichés qui sortaient de son atelier en 1849, étaient fort recherchés ; ils 
donnèrent à leur auteur une réputation d'habileté qui, depuis, ne s'est jamais 
démentie. Les perfectionnements nouveaux, tels que le moulage à la cire, 
remplaçant le moulage à la gutta-percha, la substitution de la cuve à décom- 
position à l'appareil simple formé d'une pile Daniell, dont le moule constituait 
l'électrode positive, etc., donnèrent des moulages plus beaux et un dépôt plus 
rapide. MM. Boudreaux les ont les premiers mis en œuvre, au fur et à mesure 
qu'ils se sont produits. Ils songent aussi à employer les machines dynamo- 
électriques dans des conditions toutes spéciales, en leur adjoignant des accu- 
mulateurs emmagasinant pendant toute la journée l'énergie électrique néces- 
saire au travail pendant la nuit, pour permettre les arrêts de la machine sans 
celui du travail. 

Mais le progrès le plus important qui ait été réalisé depuis quelques années 
est sans contredit le dépôt de nickel sur les moules galvanoplastiques ordinaires 
à toute épaisseur, et l'application du procédé à la fabrication des clichés typo- 
graphiques. 

On sait que pour la chromotypographie, il fautaciérer les clichés de cuivre 
que les couleurs mettraient rapidement hors de service sans une couche pro- 
tectrice. Dés l'apparition du nickelage, MM. Boudreaux substituèrent le nickel à 
l'acier pour cette opération, mais ce dépôt sur le cliché d'une couche préser- 
vatrice un peu épaisse, l'empâte un peu, et lui fait perdre de sa finesse. 

Le remède était à côté du mal, il suffisait de faire directement des clichés de 
nickel. 

Malgré toutes les facilités que présente aujourd'hui le nickelage, il fallut 
plusieurs années de recherches patientes et laborieuses pour arriver à déposer 
sur un moule en cire ou en gutta-percha une couche de nickel solide et com- 
pact dont l'épaisseur soit illimitée. Les difficultés sont aujourd'hui entièrement 
surmontées et le succès est venu couronner tous ces efforts. On peut s'en rendre 
compte en jetant un coup-d'œil sur la collection de clichAs et de moulages en 



NOTICES. 195 

nickel exposé par MM. Boudrcanx. Pour quelques-uns, l'épaisseur dopasse un 
millimètre. 

Les avantages que présente le nickel sur le cuivre comme cliché typographi- 
que sont très nombreux : le nickel est aussi dur que l'acier, aussi inoxydable 
que l'argent et moins sujet que lui à se sulfurer, il est plus tenace que le fer, 
aussi infusible que le manganèse, et enfin, il est d'un prix relativement peu 
élevé. 

Un cliché de nickel ne coûte aujourd'hui que le double d'un cliché en cui- 
vre, mais il se prête à un tirage dix fois plus considérable, son inoxydabilité 
permet de l'employer avec des encres de couleur qui attaquent le cuivre et se 
salissent à son contact, tandis que le nickel conserve toute sa fraîcheur. 

Les clichés typographiques en nickel sont donc indispensables pour les tirages 
en couleur et k un grand nombre d'exemplaires, timbres-poste, billets de ban- 
que, titres d'actions ou d'obligations, ouvrages à grand tirage, etc. 

La taille-douce emploiera aussi le nickel pour transformer une planche de 
cuivre en une planche de nickel d'une dureté égale à celle de l'acier. 

Enfin, le nickel galvanoplastique de MM. Boudreaux servira avec succès à la 
reproduction d'oeuvres d'art. 11 suffit de deux ou trois dixièmes de millimètre 
d'épaisseur pour donner un modelage d'une résistance égale à un dépôt de 
cuivre d'un millimètre. La densité des deux métaux étant à peu près sembla- 
ble, une reproduction en nickel sera trois fois plus légère, à résistance égale, 
qu'une reproduction en cuivre. 

On pourra d'ailleurs épaissir le premier dépôt de nickel par une couche de 
cuivre, au lieu de nickeler le cuivre, comme on le faisait jusqu'ici, ce qui 
enlève toujours de la finesse aux reproductions. MM. Boudreaux viennent donc 
de réaliser un progrès important dans les procédés galvanoplastiques : l'art et 
l'industrie sauront en faire leur profit. 

La Société Norddeutsche Affinerie, établie à Hambourg depuis 1875, à 
établi dans ses usines une section spéciale pour le traitement des métaux par 
l'électrolyse. On retire électriquement des cuivres bruts contenant de l'argent 
et de l'or, un cuivre d'une pureté presque absolue, tout en recueillant la tota- 
lité du métal précieux. Six machines Gramme consacrées à cette opération, 
permettent d'obtenir annuellement 550 tonnes de cuivre. Un nouveau procédé 
fondé, comme le premier, sur l'électrolyse permet de retirer de l'or fin à un 
titre de ^~~^ d'un alliage renfermant toute sorte d'autres métaux. La produc- 
tion d'or fin par ce procédé s'est élevée en 1880 à douze-cents kilogrammes. 

Parmi les instruments de précision, qui forment une classe importante de 
l'Exposition se placent en première ligne les horloges électriques et les ques- 
tions qui s'y rattachent. 

Parmi ces questions, l'unification de l'heure dans les villes est surtout à 
l'ordre du jour : M. Gollin, 118. ?'ae Montmartre, dont le premier brevet sur 
la question, bientôt suivi de dix autres, date de 1866, s'en est occupé avec 
un succès ratifié d'ailleurs par la croix de chevalier de la Légion d'honneur 
qui lui a été accordée à l'Exposition universelle de 1878, principalement pour 
ses travaux en horlogerie électrique ainsi que pour ses horloges publiques. 

Les appareils de M. CoUin sont établis sur un grand nombre d'établissements 
pubHcs de la ville de Paris et chez des particuliers. Citons entre autres les 
korloges et les pendules de l'Ecole polytechnique, du lycée Charlemagne; 
lycée Fontanes; collège Rollin; collège Chaptal; caserne de la Cité ; hôpital de 



19^> EXPOSITION D'ÉLECTRICnÉ. 

la Charité: Mairies du 1V% VI% VIl% VIII^, XVI'' arrondissements: églises de la 
Trinité, de Saint-Philippo-du-Roule, de Noire-Dame, Bonne-Nouvelle, Saint- 
François-Xavier, Saint-Germain-l'Auxerrois. 

Signalons Besançon et Uoubaix parmi les grandes villes de province dans 
lesquelles le système CoUin est établi. 

A Roubaix, l'unificalion de l'heure se fait sur toutes les horloges de la ville, 
mais les industriels empruntent les fils de la ville pour effectuer la remise à 
l'heure des horloges de leurs établissements. Le chemin de fer de l'Est en fait 
en ce moment l'application. M. Collin expose aussi, avec son système de re- 
mise à l'heure, un candélabre grand modèle à double cadran éclairé à la 
lumière électrique. Le socle porto l'horloge réglée électriquement et la plaque 
de conirôle avec système d'alarme en tout semblable au système établi au 
Grand-Opéra. Vn contrôleur horaire sert à indiquer l'heure à laquelle l'alarme 
a été donnée. 

M, A. Lemoine, 7, rue Blanche, à Paris, expose dans la salle XI une 
intéressante collection de pendules électriques d'appartement qui se distinguent 
surtout par la simplicité de leur mécanisme. Les unes dites Papilionomes, se 
règlent automatiquement par la réaction de l'air, les autres dites Astéronomes, 
impriment au balancier, à intervalles déterminés, l'impulsion qui lui permet 
de continuer indéfiniment son mouvement. Il est facile d'adjoindre à ces 
pendules une sonnerie sans ressort ni barillet, fonctionnant sans dérangement 
possible. Ce système évite toutes réparations et tout réglage ; on n'a jamais 
besoin de remonter la pendule; il suffit de changer la pile à intervalles très 
éloignés, ce qui est une opération des plus simples. M. Lemoine a su réunir dans 
ses appareils l'élégance, la simplicité, le bon fonctionnent et la commodité. 

La classe 15 est consacrée aux appareils divers^ la multiplicité et la variété 
de ces appareils lui donnent un intérêt particulier. Voyons-en quelques-uns. \ 

Le trieur magnétique d'Edison, sépare les poussières magnétique, de fer qui 
ont une certaine valeur des gangues et du quartz. Cette séparation permet de 
travailler les minerais avec profit et d'en retirer l'or et le fer qui ne pouvaient 
pas l'être par les procédés anciens de triage fondés seulement sur la différence 
de densité de la gangue, du quartz et du minerai. 

Sous la désignation de Système atmodi/namique de sécurité, les inventeurs, 
MM. Gérard et Germot, 7, rue du Bac, Paris, exposent un ensemble d'aver- 
tisseurs automatiques d'incendie. Ces appareils, dont le principe repose sur des 
lois physiques bien connues, sont destinés à prévenir les incendies, la com- 
bustion lente ou spontanée, les échauffements d'organes mécaniques de pro- 
pulsion et autres, etc.; en un mot toute surélévation anormale de tempéra- 
ture. C'est le danger lui-même qui se dénonce en appelant dès le début les 
secours destinés à enrayer sa marche en désignant le point menacé. 

L'appareil consiste en un simple thermomètre à air dans lequel une ingé- 
nieuse disposition d'aiguilles mobiles et réglables à volonté permet de donner 
Talarme à des températures différentes pour un même lieu, quel que soit l'écart 
de la température et sans qu'il soit nécessaire de toucher l'appareil. Ce résultat 
est obtenu à l'aide d'un nouvel avertisseur placé dans le circuit du thermo- 
mètre à air, de telle sorte que la fermeture du circuit fasse fonctionner une 
sonnerie d'appel et localise le point menacé. 



^ NOTICES. 197 

L'avertisseur de MM. Gérard et Germot diffère des autres appareils du même 
genre en ce que toutes ses pièces sont rigides, ce qui en assure indéfiniment 
le bon fonctionnement. Cette qualité est précieuse pour la navigation, car elle 
permet l'application d'un système préventif d'incendie et celui de tout autre 
système électrique. 

Nous devons signaler aussi la boîte d'alarme d'incendie dans les villes 
combinée par les mêmes inventeurs. Cette boîte ne peut être ouverte qu'à 
l'aide d'une clef numérotée, qui, une fois introduite dans la serrure, ne peut 
plus en être retirée qu'en se servant d'une clef spéciale dont les inspecteurs 
sont seuls dépositaires. On évite par ce moyen les fausses alarmes et l'abus, car 
on sait chaque fois par qui le signal a été donné. Une fois la boîte ouverte, un 
simple commutateur ferme le circuit et actionne l'avertisseur du poste des 
pompiers. Une sonnerie placée dans la boite d'alarme et fonctionnant en même 
temps que celle du poste indique à celui qui a donné l'alarme que son signal 
a été entendu. 

M. Léon Somzée, ingénieur à Bruxelles expose une intéressante collection 
d'appareils divers pour mines: 1" Des lampes avertissantes du grisou, fondées 
sur l'augmentation de température produite par la présence de ce gaz ; cette 
augmentation réagit sur un appareil de dilatation qui ferme le circuit d'une 
ou plusieurs sonneries; 2" une lampe indicatrice avec thermoscope dont la 
variation de résistance électrique, lors de l'élévation de température, fournit 
des indications galvanométiiques ; 5" un appareil fondé sur la différence 
d'absorption de la chaleur rayonnante, par le gaz ; l'appareil fournit un 
courant thermo-électrique proportionnel à la quantité de grisou mélangé à 
l'air; 4° un avertisseur basé sur l'emploi de la force mécanique d'un courant 
d'osmose ; 5° un avertisseur électro-chimique. 6° Des lampes à flamme chan- 
tante ; 1'^ des thermomètres électriques à maxima et à minima, pour mines. 

M. Somzée expose aussi une nouvelle pile voltaïque, une pile accumulatrice 
et les dessins d'un système d'éclairage mixte, tenant à la fois de l'arc voltaïque 
et de l'incandescence. 

L'outillage joue un rôle important dans la fabrication des instruments déli- 
cats. C'est ce qui donne de l'intérêt aux appareils exposés par M. P. Huré, 8, 
me Fontaine-au-Roi, ci-devant, 57, quai de Yalmy. Voici par exemple une 
machine à reproduire, tailler et affûter les fraises de toutes formes, si utile 
pour façonner mécaniquement et avec précision les pièces délicates ; une 
machine à fraiser universelle, fonctionnant horizontaleuîent ou verticalement 
à volonté, un nouveau mandrin universel à serrage concentrique, dit le Fran- 
çais, bien supérieur au mandrin américain, et enfin une collection d'outils de 
précision et de fraises de toutes formes et de toutes dimensions. 

La mécanique générale forme le cinquième groupe de l'Exposition : elle com- 
prend les générateurs et moteurs à vapeur, à gaz et hydrauliques, et les trans- 
missions applicables aux industries électriques. 

Procédons du petit au grand, et signalons tout d'abord la pédale magique de 
M. D. Bâcle, 46, rue du Bac, à Paris. 

Les services qu'elle rend chaque jour pour les machines à coudre sont trop 
connus pour que nous y insistions ; les électriciens peuvent en tirer aussi un 
grand profit. Un sait combien la machine Gramme petit modèle est utile dans les 



198 EXPOSITION DÉLECTUICITÉ. 

laboratoires pour des expériences de courte durée. Au lieu de la manœuvrer 
péniblement avec une pédale ordinaire, il est bien plus commode de la mettre 
en action par la pédale magique. On s'assure ainsi que la machine ne peut 
tourner en sens inverse, — condition importante pour ne pas abîmer les balais, 
— la manœuvre est facilitée, les moindres efforts se trouvent intégralement 
utilisés et la manœuvre du générateur électrique laisse aux deux mains toute 
leur indépendance, ce qui est si nécessaire dans les expériences. 

Comme opposition, nous pouvons signaler la machine à vapeur (système 
Armington) exposé Edison pour actionner sa grande machine dynamo-élec- 
trique de 120 chevaux alimentée par une chaudière du système Babcock- 
Wilcox, la plus grosse et la plus puissante machine actionnant un seul géné- 
rateur électrique. 

La Société centrale de construction de machines, plus connue sous 
le nom de ses administrateurs directeurs, MM.Weyher et Richemond,50, route 
d'Aubervilliers, à Pantin (Seine), à mis gracieusement et à litre purement 
gratuit à la disposition du syndicat, pour les besoins de l'Exposition, une ma- 
chine à vapeur fixe à condensation, du système dit Compeund et de la force de 
150 chevaux, installée vers le milieu de la grande nef. 

Toutes les précautions ont été prises dans l'étude et l'exécution de ce moteur 
pour arriver à une utilisation aussi parfaite que possible du travail de la 
vapeur. 

Des double-enveloppes remplies de vapeur et garanties elles-mêmes contre 
le refroidissement extérieur entourent les deux pistons et le réservoir inter- 
médiaire. 

La détente variable du petit cylindre est conduite par le régulateur à com- 
pensateur système Dents, le seul qui, à notre connaissance, maintienne une vitesse 
parfaitement régulière, quelles que soient les variations de la résistance ou de 
la pression, condition essentielle dans presque toutes les industries et absolu- 
ment nécessaire pour la production de la lumière électrique. 

En un mot, cette machine se fait remarquer par la bonne combinaison de 
tous ses organes autant que par la solidité des pièces et le fini apporté à leur 
exécution. 

Aussi, comme résultat, les constructeurs sont arrivés à réaliser avec ce type 
de moteur, une consommation de charbon inférieure à celle des meilleures 
machines construites jusqu'à ce jour. 

La maison Hermann Lachapelle (J. Boulet etCie successeurs), qui expose 
la magnifique machine à vapeur Compound classée sous le nP 775 et fournit 
à l'administration une partie de la force motrice employée pour le fonctionne- 
ment des appareils, a puissamment contribué au développement des applications 
industrielles de l'électricité par le concours intelligent qu'elle a prêté aux 
inventeurs et aux électriciens. Elle est connue du reste par les services qu'elle 
rend à l'industrie et à l'agriculture avec ses machines verticales, si faciles à 
placer et à conduire; ses machines horizontales locomobiles, fixes ou demi- 
fixes, d'un service si sûr et si économique ; ses pompes d'irrigations, ses ap- 
pareils de submersion des vignes phylloxérées, ses moulins en fonte d'un 
seul morceau, ses batteuses de grande et moyenne exploitation; enfin ses ap- 
pareils mécaniques entièrement argentés, pour la fabrication des boissons 
gazeuzes, une des plus anciennes spécialités de la maison, sont universelle- 



NOTICES, 199 

ment appréciés %t ont obtenu les pins hautes récompenses dans toutes les 
expositions. 

L'une des exigences les plus absolues des machines électriques est celle de 
pouvoir tourner très régulièrement à des vitesses souvent considérables. Pour 
satisfaire à cette condition MM. Varrall Elwell et Middleton, ingénienrs 
mécaniciens, 1, avenue Trudaine, Paris^ construisent un type spécial de ma- 
chine à vapeur à grande vitesse; elle est à double effet, les pièces de mou- 
vement sont toutes parfaitement équilibrées de façon à pouvoir marcher sans 
chocs et sans vibrations ; le graissage est très efficace et le régulateur de 
vitesse présente une grande sensibilité. 

M. W. A. Buss, ingénieur, 1, rue Desaix, avenue de Suffren, Paris, (mé- 
daille d'argent à l'Exposition de 1878), expose deux appareils brevetés de son 
invention qui se complètent l'un l'autre : un tacliymètre ou indicateur de vi- 
tesse qui permet de connaître à chaque instant la vitesse de rotation de la ma- 
chine à laquelle il est appliqué, et un régulateur dit Régulateur-cosinus qui 
maintient très efficacement cette vitesse constante. Ces appareils sont adoptés 
par la Marine et les différentes Sociétés d'Électricité et de Construction méca- 
niques, où ils rendent les plus grands services. 

Bien qu'ils soient des nouveaux venus dans l'industrie, ils ont déjà valu à 
leur inventeur la Médaille d'ai'gent à l'Exposition Universelle de Paris en 1878 
et la Médaille d'argent à l'Exposition de Melbourne en 1881. 

La collection bibliographique d'ouvrages concernant la science et l'industrie 
électriques, présente à la fois un intérêt historique et un intérêt d'actualité. 

Feuilletez par exemple la collection de dessins et photographies exposés par 
Edison, vous y trouverez l'historique de ses inventions et de ses succès, à 
côté des dessins représentant des appareils qu'il est plus simple d'aller voir 
en nature, dans les salles 25 et 24, se trouvent les vues du vaste laboratoire de 
Menlo-Park et de ses dépendances, des ateliers'de New-York, etc. C'est instruc- 
tif et intéressant comme un voyage. 

A côté des ouvrages antiques, que renferme la bibliothèque en nombre 
respectable, se trouvent quelques brochures de M. Frédéric Kastner, 
dont nous ne saurions trop recommander la lecture. M. Kastner a réuni là en 
quelques pages sous le titre de Les flammes chantantes. Théorie des vibrations 
et considérations sur Vélectricité, des vues et des idées très élevées sur la 
théorie des forces de la nature réunies dans une chaîne non interrompue qui va 
de l'infini supérieur à l'infini inférieur, et les embrasse toutes entre ces deux 
limites. Il laudra lire aussi la Description du lustre chantant et Y Application du 
gaz d'éclairage au pyrophone pour comprendre toutes les difficultés des études 
auxquelles l'auteur s'est livré avant de pouvoir doter la science et la musique 
de cet instrument à la fois étrange et charmant qu'on appelle le pi/rophone. 



EXPOSITION INTERNATIONALE D'ELECTRICITE 

PARIS 



CATALOGUE OFFICIEL 

DE 

L'EXPOSITION 



M. Lahure adjudicataire du catalogue officiel de Vex- 
positioji internatioJiale d'électricité, et seul concession- 
jiaiî'e de la voite dans V intérieur du palais de l'Industrie^ 
a PJionneur d'informer MM. les exposants et les visi- 
teurs., qu'un de ses représetitarits se tiendra à leur dispo- 
siton pour tous renseignements relatifs à la publicité., à 
la vente, aux impressions de toutes natures., etc. 

Le bureau du représeritant de M. Lahm^e est situé au 
rCy-de-chaussée à droite., près du bureau télégraphique 
(entrée principale sur les Champs-Élj'sées). 



ÉDITEUR 



PARIS — g. Rue de Fleurus — PARIS j 

I 



201 



THE UNITED STATES ELECTRIC LIGIITING C" 

Office, Equitable Building, 120 Broadway 
City Factory, Sixth Avenue and Twenty-Fifth Street 



TRUSTEES 

CHARLES R. FLIXT, MARCELLUS IIARTLEY, ANSON PHELPS STOKES, 

LOUIS FITZGER.^XD, ROBERT B. AlINTURN, S. D. SCHUYLER, 

D. WILLIS JAMES, HENRY B. HYDE, THOMAS H. HUBRARD, 

D. C. WILCOX, D. B. HATCH, L. E. CURTIS. 

G. R. WILLIAMSON. 



CHARLES R. FLINT, Président. 

MARCELLUS HARTLEY, Vice-Président. 

ANSON PHELPS STOKES, Vice -Président. 

L. E. CURTIS, Sec'y G. R. "WILLIAMSON, Treas 



S. D. ScHOYLER, Directeur, Professor Moses G. Farmer, Ingénieur Conseil 
HiRAU. S. Maxim, Ingénieur-Mécanicien et Électricien. 



Bureaux à Paris : 25, Avenue de l'Opéra. 



Machines dynamo-électriques. 

Lampes à arc voltaique et à incandescence. 

Régulateurs de courants, mesureurs de courants, moteurs électriques et 
autres appareils destinés à l'éclairage électrique et à la transmission électrique 
de la force à distance. 

Concessionnaire unique aux États-Unis des brevets Farmer, Maxim, Heiheh, 
Nichols, etc. 



Extrait d'une lettre du professeur Farmer du 19 mars 1881. 

« Je suis très satisfait du rendement des lampes à incandescence système 
Maxim, lorsqu'on les fait traverser par des courants puissants. 

Elles fournissent une lumière de 880 candies (90 becs Carcel) avec une 
intensité de 5,6 webers; il suffit de 0,8 de weber pour les maintenir légèrement 
rouges dans l'obscurité. 

La résistance tombe de 30,2 ohms à moins de 14 ohms, au point où l'in- 
candescence est la plus brillante. 

Lorsque la lampe fournit 880 candies, la puissance lumineuse atteint 1500 
candies par cheval-vapeur ; le rendement est alors supérieur à celui de l'arc 
voltaïque. » 

U 



— 20 J 



FABRIQUE [NEWARK N. J. U. S. A. 



WESWI UECimC IIMI CHPHÏ 

5, Tribune Building New-York 

Bureaux à Paris ^ 25^ Avenue de V Opéra 




GÉNÉRATEUR ÉLECTRIQUE 

Le grand succès qu'ont eu les machines pour produire la lumière électrique de 
M. Weston et ses lampes qui sont répandues en très grand nombre dans le commerce, 
démontrent suffisamment notre habileté à produire la lumière électrique d'une manière 
pratique et à meilleur compte que tout autre système. 

Nos générateurs sont les plus simples, les plus compacts et les plus puissants qu'on 
ait encore inventés et donnent une lumière de qualité parfaite et d'une fixité absolue. 

Quant à la dépense de force motrice, des expériences scientifiques ont démontré 
qu'elle était deux fois plus faible que celle exigée par les meilleures machines con- 
struites en Amérique. 

Nous revendiquons comme principaux avantages de la lumière Weston : 

Qu'elle peut être produite à beaucoup meilleur compte que toute autre lumière arti- 
ficielle. 

Elle n'est pas dangereuse, son introduction étant généralement suivie par une réduc- 
tion dans les primes d'assurance. 

Elle ne vicie point l'atmosphère et n'élève pas la température. 

Malgré sa puissance et sa difl'usion elle ne fatigue pas les yeux comme le font la plu- 
part des lumières électriques en usage. 

La lumière Weston éclaire toutes les parties d'une chambre, ce qui permet un meil- 
leur contrôle du travail. 

Le générateur marchera presque toujours avec le moteur ordinaire, économisant 
ainsi les frais élevés d'un moteur spécial. 

Elle est très compacte, bien disposée et marche sans bruit. 

On peut la placer immédiatement en fonction par l'ingénieur ou un contremaître in- 
telligent. 

L'amortissement est moindre que pour toute autre machine. 

Le succès qu'ont eu les machines galvanoplastiques de M. Weston (on en emploie plus 
de mille en Amérique et en Europe) prouve suffisamment notre habileté à exécuter les 
commandes qui nous sont confiées. Nous fournissons des devis pour les installations de 
toute nature sur demande. Nos clients savent qu'ils seront protégés dans l'emploi de 
ces machines. 



205 



L'ÉLECTRICIEN 

REVUE GÉNÉRALE D'ÉLECTRICITÉ 



COMITE DE REDACTION 
MM. E. MERCADIER, C. M. GARIEL, A. NIAUDET, D' DEICYON, GASTON TISSANDIER 



SECRÉTAIRE DE LA RÉDACTION : E- HOSPITALIFR 



L'ÉLECTRICIEN, Revue Générale d'Électricité, paraît le 1" et le 15 de chaque 
mois. Chaque numéro comprend 48 pages d'impression, il est illustré de nombreuses 
figures dans le texte, de planches hors texte et de suppléments quand le sujet ou 
l'abondance des matières l'exigent. 



PniX DE L ABONNEMENT ANNUEL 

France SO fr. 

Union postale, première série S» 

— deuxième série 30 

RÉDACTION : 25, Avenue de l'Opéra. 
.\dministration : G. Masson, 120, boulevard Saint-Germain 



COMPAGNIE FRANÇAISE DES MOTEURS A GAZ 

société anonyme 

Capital : 12,000,000 dé francs 

15, Avenue de l'Opéra, Paris. 



« S o - i..! 



09 3 



ë o 

ç e 



O » - > B bs 

H .2 » e .2 « 

H u ^ « g -5 

O 5 ..- O J "5 

« ^ « 



£ « 



■ ^ O TS — 

>^o y - s - 
^ o • • « 

tfl (S M 73 £• 




-S-B 3 2 2. 

îHilis 
fïl'M 

» e » « g 1 
» 3 S ~ 



g.-"'© 
il. 

s 

o 



S S g. 3 i 

3 B a » H 



l3-g3§ 



MOTEUR OTTO MONTE SUR SOCLE EN FONTE. 

De l'année 1877 (date de l'invention) au 31 décembre 1880, soit 
en 4 ans environ, il a été vendu, tant en France qu'à l'Etranger, 
5245 moteurs à gaz, système Otto, de 1/2 à 50 chevaux de force, 
représentant 16 189 chevaux-vapeur. 

Envoi franco, sur demande, de Tarifs et Prospectus. 



im ilSONS i MÊ (F IMD Fk» 

H. BEAU 

Ancien élève de l'École polytechnique, 

ET 

M. BERTRAND-TAILLET 

SUCCESSEURS 
Rue iiaiiit-Beniiif ^^O 

PARIS 



FABRICANTS D'APPAREILS ET ENTREPRENEURS D'ÉCLAIRAGE 

rOUR VILLES, THÉÂTRES, USLNES , MAGASINS, MAISONS d'hABITATION 

Fournisseurs de la Société générale d'électricité (procédé Jablochkoff), des Sociétés 
Siemens frères, Lontin et €'<= et des autres Sociétés électriciennes. 



PRIEIPALES lîiSTAlLATlOMS FAITES POUR L'ÉLECTRICITÉ 

sous LA DIRECTION DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE D'ÉLECTRICITÉ 

(procédé jablochkoff) 

Magasins du Louvre. | Hôtel Continental à Paris. 

Avenue et pla^e de l'Opéra. 1 Salons de Peinturel 879-1 880. 

Théâtre Beliecour à Lyon. ' Port du Havre. 



OBJETS EXPOSÉS 

SALON d'iIONEUR 

1 lustre et 2 appliques, style Renaissance, (bougie Jamin). 

SALON DU PRÉSIDENT 

1 suspension, style Louis XVI, (lampe Werdcrmann). 

SALLE DE THEATRE 

2 lustres et les appareils de la scène, (lampe Werdermann). 

ANTICHAMBRE 

\ lanterne (bougie Jablocbkoff ) . 



— 205 — 



iirTiii 



pu 

ir m 



PARIS 
FOURNISSEÏRS DES] GOUVERNEMENTS FRANÇAIS ET ÉTRANGERS 

ET DES CHEMINS DE FER 



CÂBLES SOUTERRAINS ET SOUS-MARINS ISOLÉS 
AU CAOUTCHOUC ET A LA GUTTA-PERCHA. 

CABLES POUR'iTÉLÉPHONES,lTORPILLES, LUMIÈRE ÉLECTRIQUE 

ET 

TÉLÉGRAPfflE MILITAIRE 



FILS POUR SONNERIES ÉLECTRIQUES 



RANSOMES, HEAD & JEFFERIES 

Orwell Works IPSWIGH, & LONDON, 9, Gracechurch street 

(ANGLETERRE) 

INGÉNIEURS CONSTRUCTEURS DE 

MACHINES A VAPEUR 
AVEC RÉGULATEUR A DÉTENTE AUTOMATIQUE 

ADAPTÉES SPÉCIALEMENT POUR FAIRE FONCTIONNER LES MACHINES DYNAMO-ÉLECTRIQUES 
ET PRODUISANT UNE MARCHE PARFAITEMENT RÉGULIÈRE 




LOCOMOBILE 



MACHINE MI-FIXE 



Ransomes Head et Jefferies ont fourni la machine à vapeur pour Téclairage 
électrique à Londres sur le Thames Embankment et plusieurs autres moteurs 
pour faire fonctionner les machines dynamo-électriques de tout système; ils 
ont aussi construit des machines pour la Société générale d'électricité, la Com- 
pagnie générale d'électricité, la Société Indienne d'électricité, le chemin de 
fer du Great Eastern, le British Electric Light G», etc. etc. 





MACHINE VERTICALE MACHINE HORIZONTALE 

Outre la grande régularité de marche, chose essentielle pour les éclai- 
rages électriques, les machines de cette maison sont d'une grande renommée 
à cause de leur économie de combustible et de leur stabilité et durabilité. 

POUR LES RENSEIGNEMENTS 

S'adresser au Représentant à VExposition internationale d'électricité 

ou à la Fabrique à Ipswich 

Envoi franco de |irospectus 

Agents pour la France : ^IM. E. DECKER et MOT, Paris 

BOULEVARD DE LA VILLETTE, 168 



{ 



PILES LECLANCHE 



BREVETEES S. G. D. G. 



J^ 



I e: 



CIIIMISTE-ELKCTRICIEN 
9, rue Fromentin, 9 

SEUL F\l]l\ICANT EN FRANCE ET DANS LES COLONIES 

MÉDAILLES 

AUX EXPOSITIONS 

De Piris 1867 et 1S78 
DE VIENNE 1873 



APPLICATIONS GENERALES 

PE 

LÉLECTRICITÉ 



ACOUSTIQUE — TELECr.APHIE 
TÉLÉPHONIE 




ADOPTEES 

PAIt LES 

Principaux Clieniins de fer 

ET LES 

C'ES TÉLÉPHONIQUES 

De la France et de l'Étranger 

ET PAR LES 

GOUVERNEMENTS 

de là France, 

de rAngletcrre, de l'Anlriche, 

de la Belgique, de l'Espagne, de la Grète, 

de la Hollande, de rila'ie, 

do Portugal, de Russie, 

de Suèili'.et Norvège, de la Turquie, 

des Élats-Unis, du Brésil, etc. 



Commission. — Exportation 

NOUVEAUX ELEMENTS AGGLOMÉRÉS A PLAQUES MOBILES 

(ricini>cs suivant quautitL's) 



DÉTAIL DES ÉLÉMENTS. 


ÉLÉMEM .N° -2 

(1 PLAQUE AGGLUSIÉRÉe) 


ÉLÉMENT N* 1 

(2 PLAQUES AGGLOMÉnÉES) 


ÉLÉMEKT DISQUE 

(3 PLAQUES agglomérées) 


Plaques agglomérées 250 gr. 
(l-2oX4âx25V) 

Charlion nionlë, tête à écrou. 

Isolateur porcelaine et ron- 
delles d'attache 

Zinc élire et amalgamé . , . 

Sel ammoniac pur 

Vase en verre paralTiné. . . . 

ÉLÉMENT complet à plaques 
agglomérées mobiles. . . . 


1 fr. » 

1 23 

2o 
4a 
20 
(50 


2fr. » 
1 23 

» •'>3 
50 
30 

70 


3 fr. » 
1 23 

» 23 
50 

» 50 
70 


5 fr. 73 


3 fr. » 


G fr. » 



ELEMENT MEDICAL, verre cylintlriquc, liaul. KO, diain. 53"" 1 fr. 7; 

PETIT ELEMENT, ^"i fermeture hermétique pour postes de secours et pour sonneries ordinaires. 4 ; 

ELEMENT CHOPE, à une ou deux plaques agglomérées, verre cylindrique, haut. UO, diam, 70"°", 
emplové pour le service des trains de vovaseurs sur les lignes de Paris-Lyon-Méditerranée 
et du Nord ' ." S , 

ELEMENT POUR TORPILLES ou ALLURflOlRS, verre cylindrique, haut. 140, diam. 73°°, zinc 

à gr.mde surface, deux plaques agglomérées , 6 i 

ELEMENT TORPILLE, bouchage hermétique à couvercle 8 > 

ELEMENT TORPILLE, bouchage hermétique à 5 écrous (seul élément adopté par la Marine 

française pour l'explosion des torpilles) 10 ) 

ELEMENT AGGLOMERE, 2 plaques grand modèle, 180 X 70 X 2o"- (o'O gr.). (Employé concur- 
remment avec l'élément à 3 plaques ordinaires pour l'horlogerie électrique) . . ." 9 j 

ELEMENT à 2 grandes plaques, zinc à grande surface pour effets intermittents d'intensité ... 10 > 

ELEMENT à 5 plaques ordinaires, zinc à granile surface pour effets intermittents d'intensité. . 6 7; 

ELEMENTS POUR L'ARMEE ET LA MARINE, vases cubiques caoutchouc durci, de 4 fr. 50 à 3 i 

ANCIENS ELEMENTS à vases poreux, mêmes prix que ci-de?sus. 

SEL AMMONIAC, pur, le kilogramme, 2 fr. 30.— Par quantités 2 i 

PLAQUES AGGLOMEREES de rechange, prix suivant dimension. 
L'épaisseur des plaques peut varier à la volonté des clients. 

ALLUMOIR ELECTRIQUE POLR LE GAZ, fonctionnant avec 2 éléments Torpille, breveté 

S. G. D. G., prix net. 13 i 

Les frais d' emballage et de transport sont à la charge de l'acquéreur. 

Les éléments LECLANCHE devront porter, sous peine d'être déclarés contrefaits, Tin^ 
scription suivante : PILE LECLAXCnÉ, les initiales P. L. ou la marque de fa- 
brique E. B. — Paris. 
M. E. BARBIER traitera de gré à gré pour la vente en gros, pour l'entretien des piles en service, 

ainsi que pour les installations de sonneries électriques et de lignes télégraphiques. 

Tarifs spéciaux : Appareils télégrapfaiques, Paratonnerres, Porte-voix 

Sonneries et aeeessoires, 

Horlogerie électrique, Téléphones, etc., envoyés sur demande 




(AUTORISEE PAR LE GOUVERNEMENT IMPERIAL] 

Sous la raison sociale : V. J. RAGOSINE et G^' 

Capital de la Société : 3 :>00 OOO Roubles argent (Fr. 14 OOO OOO) 



Administration centrale à Moscou 

Petrovskaïa-Linia, n" 47 



SUCCURSALE A PARIS, H, RUE DE LA TOUR-DES-DAMES 



USINES 

à Balabna 

gouT' de ^ijDi-Nowgorod 

etàConstantinow 

goui' de Jaroslaw 



Par décret en date du 4 avril 18<S0, en 
suite du Rapport du département du Commerce 
el des Manufactures, et eu égard à la produc- 
tion considérable des Usines pour la t'abîication 
d'Huiles à graisser de notre Société et aux 
mérites de leurs produits, S. Ex. M. le Ministre 
des Finances du gouvernement impérial de 
Russie a bien voulu nous accorder le droH 
d'employer les Armes de l'État sur nos pro- 
duits el enseignes. 



MAISONS 

à Moscou 

Nijni-Nowgorod 

Londres 

Paris 



OLÉONAPHTES 

HUILES MINÉRALES A LUBRIFIER 

ET POUR APPLICATIONS INDUSTRIELLES 



Les Oléonaphtes sent des Huiles minérales pures, d'une viscosité plus 
grande que celle des huiles animales ou végétales employées pour les grais- 
sages. — Elles se recommandent à l'attention des consommateurs par les pro- 
priétés suivantes : 

Elles sont garanties chimiquement neutres et n'ont par conséquent aucune 
action sur les métaux, fer, cuivre, bronze, plomb, etc. 

Elles ne forment jamais de cambouis et ne sèchent pas. 

Elles sont sans odeur et incomjélables à 24 degrés centigrades au-dessous de 
zéro. 

Elles ne sont pas inflammables et supportent une température de 352 degrés 
sans se rectifier. 

Elles procurent le graissage le plus économique, le plus régulier et conser- 
vent les machines et mouvements en parfait état et sans usure. 

Les ordres et demandes doivent être adressés à MM. V. J. Ragosine et C" 
11, rue de la Tour-des-Dames, Paris. 

Échantillons, prix courants et renseignements adressés franco sur demande. 



FABRIOIE DE SOIERIES ÉLECTRIQEES ET DE TÉLÉPHONES 

G.WEHR 



ricetin, d'etprès J^JEULtlLi, Stettioiis 
corrip>lètes et^^ec micarop» lxora.es 
bre-vetés et téléplxorxes er^ ceto-u-t- 

CitlOTJlC. 

T^ils des -télég-retplxes. 



F'ils de ^jjL±±GL-jpGX'cJ:xGL et de soie. 

I^ils cirés et g-ouidrorixaês. 

lE^iles cono-I^lètes. 

GlxarlDoris p>o-cir p>iles. 

HVEettérietuix: d'isolettiorx. 



Son.r:Leries 
jDOTJ-r metisons, fetlDriqijLes, etc. 

GROS. — DETAIL. - EXPORTATION- 



— '110 




m 



i 



m 






Cq 



eu 



PIERRE PETIT 



Opère lui-même 




tous les portraifs sur toile, grandeur naturelle, 
d'après une simple carte 

PHOTOGRAPHIE 

27-29-31, Place Cadet, 27-29-31 
FAR,IS 



•<1 



Les couleurs sont trouvées 


en 


Linographie 


Les couleurs sont trouvées 


en 


Linograplîie 


Les couleurs sont trouvées 


en 


Linographie 


Les couleurs sont trouvées 


en 


Linographie 


Les couleurs sont trouvées 


en 


Linographie 



Les couleurs sont trouvées en Linographie 



SPÉCIALITÉ DE 



i 



ï.\ 



HORIZONTALES ET VERTICALES 

De 1 à 50 chevaux 

Machines à vapeur verticales de 1 à 30 chevaux 



Toutes 

ces 

machines 

sont prêtes 

à livrer 



c^ 




Envoi 

franco 

de tous les 

Prospectus 

détaillés 



eO 



Machines horizontales 

à flamme directe 
de 3 à 30 chevaux 



Machines horizontales 

à retour de tlamme 
6 à 50 chevaux 




Machines à vapeur horizontales fixes de 3 à 50 chevaux 



materiel 

d'entrepreneurs 

excavateurs 

TREUILS 
PLA>S INCLINÉS 




POJTPES 

roUR ÉPUISEMENTS 

ET SUBMERSIONS 

MOULINS 

BATTEUSES 



Maison J. HERMANN-LACHAPELLE 

J- BOULET ET C'= SUCCESSEURS 
144,^ Faubourg-Poissonnière, 144, à PARIS 



212 





iiuiiiiiOF 

New-York : THOMAS ALYA EDISON, président 

Paris : Agent, F. -G. Giiimoraes, 41, rue de la Victoire 

INDICATEUR ÉLECTRIQUE VISUEL 

DE CHESTER H POND. 

ET 

TRANSMETTEUR ÉLECTRIQUE 

DE J. U. MACKEIXZIE 

pour signaux instantanés sur un seul fil et dans un circuit 
de MILLE STATIONS ou plus, 

A l'usage 

des Télégraphes, Téléphones, 

Signaux d'incendie, Appels en cas de vol, Indicateurs d'Hôtel, 

et plusieurs autres applications importantes. 

(Voir SECTION DES ÉTATS-UNIS. — PROIÏIENADE A TRAVERS L'EXPOSITION 
et NOTICES.) 

Photo-Relievo Company 

NEW-YORK 

PARIS : REPRÉSENTÉ PAR OTTO A MOSES 

35, Avenue de l'Opéra, 55 
et par F.-G. Guimoraes, 41, rue de la Victoire 

Spécimens de photographie en relief 

ET DE BAS-RELIEFS EN BRONZE, ARGENT ET PLATINE 

OBTENUS PAR L' ACTION 

DE LA LUMIÈRE ET DE L'ÉLECTRICITÉ. 



Par ce procédé, dans lequel la lumière et l'électricité sont les principaux agents, 
la simple photographie d'une personne ou d'un objet peut être reproduite, en toutes 
grandeurs, en bas-relief, de bronze ou de papier, de manière à rivaliser en beauté 
et finesse, avec les plus belles productions de l'antiquité, et tout en leur conservant 
l'harmonie et la vie. 



!15 — 



i. mmi mmm it e 



26, AVENUE DE SUFFREN.— PARIS. 



SEULS CONCESSIONNAIRES EN FRANCE 
DE LUMIÈRES MULTIPLES 

DANS UN MÊME CIRCUIT DE COURANTS CONTINUS 



TRAVAUX PUBLICS : 

Phares électriques. — Éclairage des ponts et chaussées 
par les machines fixes ou locomoMles. 

MARINE : 

Projecteurs lenticulaires. — Projecteurs Mangin. 
Machines Gramme depuis 1 cheval jusqu'à 15 chevaux. 

GUERRE : 

Appareils photoélectriques pour la défense 
et T attaque des places. 

INDUSTRIES DIVERSES : 

Eclairage des ateliers de mécanique. — Dispositions spéciales 
pour les 'tissages, les filatures, les teintureries, etc. 

LAMPES DE GRAMME 
CRAYONS ÉLECTRIQUES, NUS ET MÉTALLISÉS. 



/ 



— '214 - 



OLRY ET GRANDDEMANGE 

Paris, 83, rue Saint-Maur, Paris 

KOUIiNISSEUaS DE LA VILLE DE TARIS ET DES ARSENAUX DE l'ÉTAT 



Spécialité de Machines hapeur fixes, mi-fixes, locomobiles.— Elévalions d'eau.— InslallalioBS d'usines. — Transmissions. 
Magasins de machines. — Paliers. — Manchons, etc. 

^#— 

LOCOMOBILES ÉCONOMiaUES 

Depuis 6 chevaux jusqu'à 40 chevaux. 




lYlACHINES A VAPEUR ECONOWIiaUES 

A CONDENSATION ET SANS CONDENSATION 

Depuis 6 chevauxl jusqu'à 40 chevaux. 




NOUVELLES MACHINES A VAPEUR ECONOMIQUES 

A DÉTENTE VARIABLE PAU LE RÉGULATEUR (bREV. S. G. D. G.). 
Depuis 20 chevaux jusqu'à 80 chevaux. 



215 — 



DESSIN — GRAVURE — CLICHAGE 



fiirii itii 

Dessinateur- Graveur 
PARIS — 35, Boulevard des Capucines- 35 — PARIS 




ATELIERS DE DESSINS ET GRAVURES SUR BOIS 

LITHOGRAPHIE. — AUTOGRAPHIE. — CHROMO-LITHOGRAPHIE 
APPLIQUÉS AUX ARTS, AUX SCIENCES ET A l'iNDUSTRIE 

Dessins au lavis à Veffet pour Exposition et Musée.— Aquarelles industrielles, vues d'Usines 



GRAVURE CHIMIQUE, PHOTOGRAVURE. PHOTOLITHOGRftPHIE 



Librairie HACHETTE et C'% boul. Saint-Germain, 79, Paris 



LE MONDE PHYSIQUE 

NOTIONS ÉLÉMENTAIRES DE PHYSIQUE TERRESTRE ET CÉLESTE 

PAR AMÉDÉE GUILLEMIN 

3 beaux volumes in-8 jésus illustrés de plus de lOOO gravures insérées 
dans le texte et de planches en couleur tirées à part 

CONDITIONS ET MODE DE PUBLICATION : 

Le Monde physique de M. Amédée Guillemin se composera d'environ 150 livraisons, soit trois 
beaux volumes grand in-S". Chacun de ces volumes, comprenant une ou plusieurs parties de la 
science ])liysi(]ue, formera un tout complet et se vendra séparément. 

Chaque livraison, composé de 16 pages et d'une couverture, sera illustrée, en général, d'une 
planche tirée dans le texte ou hors du texte et de plusieurs figures. 

Le premier volume contenant : la pesanteur, la gravitation universelle, le son, est en 
vente. I vol. avec 5 planches en couleur, 23 planches en noir et 445 figures insérées dans le 
texte. Broché, 25 francs. Relié, 52 francs. 

Le deuxième volume : la lumicre et la chaleur, est en cours de publication. 

Le troisième volume : le maqnétisme et l'électricité, est en préparation. 

Il paraît régulièrement une livraison chaque semaine, depuis le 12 juin 1880. 



BIBLIOTHÈQUE DES MERVEILLES 

PUBLIÉE SOUS LA DIRECTION DE M. EDOUARD CHARTON 
Format in- 16, à 2 fr. 25 c. le volame 

La reliure en percaline bleue avec tranches rouges se paye en sus 1 fr. 25 c. 



Baille fj.) : Les merveilles de l'électricité; 

5" édition. 1 vol. avec 71 gravures d'après 

Jahandier. 
Cazin (A.) : La chaleur; 5" édition. 1 vol. 

avec 92 gravures d'après Jahandier et une 

planche en couleur. 
Les forces phystques; 2° édition. 1 vol. 

avec 58 gravures d'après A. Jahandier. 
L'étincelle électrique, 1 vol. avec 76 

grav. d'après B. Bonnafoux et Jahandier. 
Du Monoel (le comte) : Le téléphone, le mi- 
crophone et le j}honographe; 2" édition. 

1 vol. avec 67 gravures, par Bonnafoux. 
La lumicre électrique. 1 volume avec 

70 gravures. 

Autres publications consacrées à la physique 



Fonvielle (W. de) : Les merveilles du monde 

invisible; 4*= édit. 1 vol. avec 120 grav. 
Éclairs et tonnoTe; 3" édition. 1 vol. 

avec 39 grav. d'après E. Bayard et H. Clerget. 
moitessier : L'air; 1 vol. avec 93 gravures 

d'après B. Bonnafoux, Jahandier, etc. 

La lumicre; 1 vol avec 121 gravures. 

Radau (R.) : L'acoustique; 2° édit. 1 vol. avec 

116 grav. d'après Lœschin, Jahandier, etc. 
Le magnétisme. 1 vol. avec 104 grav. 

d'après Bonnafoux, Jahandier, etc. 
Ternant(A.-L.) : Les télégraphes. 1 vol. avec 

192 çrav. d'après E. Chàuvet, Ferdinandus, 

C. Gilbert et Th. \Yeber. 



Angot. ancien professeur au lycée Fontanos : 
Traité de physique élémentaire, rédigé 
conformément aux programmes de l'ensei- 
gnement scientifique dans les lycées et col- 
lèges et aux programmes du baccalauréat 
es sciences. 1 vol. grand in-8, avec 486 figu- 
res dans le texte. 8 fr. 
Relié en percaline, 9 fr. 

Notions élémentaires de physique, ré- 
digées conformément aux programmes de 
1S80, à l'usage des classes de troisième, se- 
conde, rhétorique et philosophie 3 vol. in- 
16, avec figures dans le texte, cart. 6 fr. 

Boutet de Monvel, professeur de physique et 
de chimie au lycée Charlcmagne : Notions 
élémentaires de physique, rédigées confor- 
mément aux programmes de 1880, à l'usage 
des classes de troisième, seconde et rhéto- 
rique, 5 vol. in-16, avec figures dans le 
texte, cartonnés 6 fr. 

Gossin, proviseur du lycée de Lille : Cours 
élémentaire de physique, à l'usage des élè- 



ves de l'enseignement spécial. 4 vol. in-16, 
avec des figures dans le texte, cart. 12 fr. 

Hoefer: Histoire' de la physique et de la chi- 
mie, depuis les temps les plus reculés jus- 
qu'à nos jours. 1 vol. in-16, 4 fr. 

Privat-Deschanel, proviseur du lycée de Van- 
ves : Traité élémentaire de physique, à 
l'usage des aspirants au baccalauréat es scien- 
ces et aux écoles du gouvernement. 1 fort 
vol. grand-in-8, avec 719 fig. dans le texte 
et 5 planches en couleur tirées à part, 10 fr. 

Premières notions de physique, rédigées 

conformément aux programmes de 1880, à 
l'usage de la classe de sixièrne. 1 vol. in-16, 
avec figures, cart. 2 fr. 50 

Privat-Deschanel et Pichot : Notions élé- 
mentaires de physique, contenant les ma- 
tières indiquées pour les programmes de 
1880, à l'usage des classes de troisième, se- 
conde, rhétorique et philosophie. 1 vol. in- 
16, avec 491 ligures dans le texte, 5 fr. 



— 217 — 

FIRMIN-DlDGjJ et C'% Imprimeurs de l'Institut, 56, rue Jacob, 56 
BECQUEREL (Edm.), de l'Institut 

LA LUMIÈRE 

SES CAUSES ET SES EFFETS 

2 vol. grand in-8° raisin, avec figures. — 10 fr. 



BECQUEREL père, de l'Institut 

TRAITÉ D'ÉLECTRICITÉ ET DE MGNÉTISME 

ET DE LEURS RAPPORTS AVEC LES PHÉKOMÈNES .NATURELS 

7 vol. in-8% et Atlas. — 80 fr. 

DES FORCES PHYSICO-CHIMIQUES 

ET DE LEUR INTERVESTION DANS LA PRODUCTION DES PHÉNOMÈNES NATURELS 

1 vol. gr in 8° avec Atlas in-4°. ' — 15 fr. 

TRAITÉ DE PHYSIQUE 

DANS SES RAPPORTS AVEC LA CHllHE ET LES SCIENCES NATURELLES 

2 vol. in-S" et Atlas inséré dans les volumes. — 10 fr. 

ÉLÉMENTS D'ÉLECTRO-CHIIIE 

APPLIQUÉE AUX SCIENCES NATURELLES ET AUX ARTS 

1 vol in-8°. — 8 fr. 

TRAITÉ COMPLET DE MAGNÉTISME 

1 vol. in-8% avec 18 planches. — 10 fr. 



BECQUEREL père et Edm. BECQUEREL, de l'Institut 

TRAITÉ D'ÉLECTRICITÉ ET DE MAGITISME 

AVEC LEURS APPLICATIONS AUX SCIENCES PHYSIQUES, AUX ARTS ET A l'iNDUSTRIE 

3 vol. in-8°, avec gravures. — 24 fr. 

RÉSUMÉ DE L'HISTOIRE DE L'ÉLECTRICITÉ 

ET DU MAGNÉTISME 

ItES APPLICATIONS DE CES SCIENCES A LA CHIMIE, AUX SCIENCES NATURELLES ET AUX ARTS 

1 vol. in-8°. — 6 fr. 
Dans cet ouvrage Télectricité et le magnétisme sont traités sous le point fi- 
vue chronologique, didactique et philosophique, sans Tintermédiaire d'aucune de 
gure, ni d'aucune formule algébrique, et sans description d'appareils. 



'218 — 

LIBRAIRIE J.-B. BAILLIÈRE et FILS 

19, rue llautefciiille, près du boulevard Saint-Germain, à Taris. 



TRAITÉ EXPÉRIMENTAL 

D'ÉLECTRICITÉ 

ET DE MAGNÉTISME 

Par J. E. H. GORDON, secrétaire-adjoint de « the British association » 

TRADUIT DE l'aNGLAIS ET ANiN'OTÉ 

Par M. J. RÂYNAUD, professeur à l'École supérieure de Télégraphie 

PRÉCÉDÉ d'une USTRODUCTIOIN 

Par M. A. CORNU, membre de l'Institut (Académie des sciences), professeur de physique 
à l'École polytechnique. 

2 vol. in-8 de 700 pages chacun, avec 58 planches noires et coloriées 
et 371 figures intercalées dans le texte 7^o fr. 



Traité d'électricité théorique et appliquée, 
par A. De la Rive, prol'esseur de l'Académie 
de Genève. 5 vol. in-8, avec 447 fig. 27 IV. 

De rélectrisation localisée, cl de son appli- 
cation à la pathologie et à la thérapeutique, 
par le docteur G.-B. Duciienne (de Boulogne). 
Troisième édition, l vol . in-8, avec 255 fig. 
et 5 pi. noires et coloriées. 18 fr. 

Physiologie des mouvements, démontrée à 
l'aide de l'expérinientalion électrique, par le 
D' G.-B. Duciienne (de Boulogne). 1 vol. 
in-8, avec 101 li-ures, 14 fr. 

Mécanisme de la physionomie humaine, ou 
niialyse éloclro-physiolngique de rcxpression 
des passions, par "le D' G -B. Duchënne (de 
Boulogne). Deuxième édilion. 1 vol. in-8, 
avec y planches photographiées représentant 
144 figures. 20 fr. 

Principes d'électrothérapie, par le docteur 
GïON, professeur à l'académie de Saint-Pé- 
tershourg. 1 vol. in-8, avec ligures. 4 fr. 

Manuel d'électrothérapie. Exposé des appli- 
cations médicales el chirurgicales de l'élec- 
tricité, par le 1)^ \ug. Tripier. 1 vol. in-18 
Jésus, avec 100 fig. 6 tr. 

Galvanothérapie, ou de l'application du cou- 
rant galanique constant au traitement des 
maladies nerveuses et musculaires, par le 
docteur Remak. 1 vol. in-8. 7 fr. 



Des couleurs et de leurs applications aux arts 
industriels, par E. Chevreul, directeur des 
teintures à la manufacture des Gobelins. 
membre de l'Institut. 1 vol. grand in-4, avec 
27 planches coloriées. Cartonné. 55 fr. 

Des couleurs au point de vue physique, 
physiologique, artistique et industriel, par 
E. Brucke, professeur à l'université de 
Vienne. 1 vol. in-18 jésus, avec46 fig. 4 fr 

Traité du microscope et des injections, par 

Ch. lioBiN, professeur à la faculté de Paris, 
membre de l'Institut, sénateur. Beuxièm. 
édition. 1 vol. in-8, avec 317 fig. et 5 pi. 
Cart. 20 fr. 

Les secrets de la science, de l'industrie et 
de l'économie domestique. Recettes, for- 
nudcs, et procédés d'une utilité g 'nérale et 
d'une application journalière, par le D' IIé- 
RAUD. 1 vol. in-18 Jésus, avec 205 figures 
cart. 6 fr. 

Manipulations de physique, par H. Buignet, 
professeur à l'École de phaimacie. 1 vol. 
in-8, avec 265 lig. et 1 pi. col. Cart. 16 fr. 

La photographie appliquée aux recherches 
micrographiipies, par A. Moitessier, profes- 
seur à la Faculté de Montpellier. 1 vol. 
in-18 Jésus, avec 41 figures et 3 planches 
photographiques. 7 fr. 



— i>19 — 



I 



ARMENGAUD JEUNE 

Ingénieur ciTil. ancien élève de l'Ecole polytechnique, membre du comité de l;i Société des Ingé- 
nieurs civils de France, membre du jury à l'Exposiliou de 1878, membre <lu comité tedmique 
d'électricité. 

23, BOULEVARD DE STRASBOURG, PARIS 



CABINET FONDE EN 1836 

POUR l'obtemio> des 

BREVETS D'INVENTION 

EN FRANCE ET A L'ÉTRANGER 

CONSULTATIONS TECHNIQUES ET LÉGALES 

Ëlude spéciale des applications de réieciricilé 



Ouvrages de M. AR ME IVG A L'D Jeune 

f'iiiidr manuel de / iiiveiileur et "/m fabriranl, ~' édition. Prix : 4 fr. 
L'Ouvrier mécnnicien, guide de mécanique pratique, 10' édition. Prix : 4 l'r. 
Formulaire de l'ingénieur, carnet usuel des agenls-voyers, architectes et directeurs de ir;iv:iiix. 
>■ édition. Prix : broché, 4 fr.; en carnet, 5 l'r. 
\olires sur le pholophone, le lélvphone et les réseaux téléphoniques. 



.£L^ 



I 



^ 



1 




A. OEHLRICH ET C'^ 



FABRIQUE D'HIILES DE NAPHTE 

HUILES MINERALES RUSSES A GRAISSER 

Dépôt général pour la France, chez M. Auguste GOERGER 

43, BOULEVARD DE STRASBOURG, PARIS 

1?IE(0)®TSnî^^ ©AE^Sf'STL^ EfHWl'miSi ni" 2MS®M©]lîLAIBîygO 



— 220 — 



PLUME UNIVERSELLE 

DE 

D. LEONARD! ET C°., A BIRMINGHAM 



BREVETÉE EN ANGLETERRE ET EN FRANCE, ETC. 




Cette Plume fabriquée d'après un nouveau système avec ime petite boule à la pointe, 
surpasse tout ce qui a été inventé en plumes d'acier. Elle n'est pas seulement la plume du 
présent mais aussi la plume de l'avenir. 

Elle convient à toutes les mains, même aux personnes habituées à écrire avec des 
plumes d'oie. Sa supériorité se manifeste et en l'essayant on l'approuve ; une fois adoptée 
on ne l'abandonnera jamais. 

Elle possède la particularité d'élancer l'écriture en transformant les mauvaises en bonnes. 

Cette plume glisse sur le papier avec une rapidité étonnante et l'on croirait qu'elle fait les 
mouvements elle-même. Elle ne crache jamais et évite ainsi toute espèce de griffonnage. 

Elle se distingue par une élasticité extraordinaire, étant fabriquée d'acier de première 
qualité cémentée et carbonisée elle ne rouille pas. 

Elle se prêle avec la plus grande facilité à tous les genres d'écriture, et journellement 
il y a des éloges de cette plume par des Illustrations . 

Cette plume se fabrique de quatre grosseurs : 



EXTRA-FINE. 


FINE. 


MOYENNE. 


GROSSE. 


No. 1345. 


1346. 


1347. 


1348. 


pour Calligraphie 
» Dessin 
» Aulographie 


pour Commerce 
» Comptabilité 
» Études 
» Lycées 


pour Administration 
» Rédaction 
» Musique 
» Papier timbré 


pour Banque 
» Signature 
» Sténographie 



BOITE EN MÉTAL 




BREVETÉE. 



Afm d'éviter les contrefaçons, les Plumes Universelles véritables sont toujours dans de 
boîtes en métal brevetées et doivent porter le nom D. LEOrVARDT ET C». 
Prix de la Boite de 144 plumes .... 3 fr. 50 
,) )) )) de 72 -. .... 2fr. 



CES PLUMES SE VENDENT AU MAGASIN : 

A LA PLUME UNIVERSELLE, 9, GALERIE VIVIENNE, 

(côté de la RLE DES PETITS CHAMPS, PARIs). 

Envoi franco pour toute la France contre mandat ou timbre-poste. 
Avoir bien soin d'indiquer le N° de la plume. 

Adresser les commandes à M. E. Maucomblk, 9, galerie Yivienne. 

N. B. — X«es plumes dorées, prix, I franc a douzaine. 



02J 



Enireprise Générale de toutes les fournitures nécessaires 
§ aux Compagnies de Téléphones 

o 

•<L> 



MOURLON k C 



lE 



o 

I— • 
O 






o 

P4 






^f'izZ^ faMcaîion en Belgique de la Pile Leclanché 



GENERATEUR INEXPLOSIBLE 

Système A. COLLET et C". — Breveté S. G. D. G. 



MEDAILLE D'ARGENT, EXPOSITIOX A PARIS IS79. 



Emplacement réduit. — Vaporisation considérable. — Explosion impossible. 

mise en pression immédiate. 

Installation permise dans tonte habitation jnsqn'à 50 chevaux. — Vapeur sèche, etc. 



APPLICATIONS : — USINES A VAPEUR, SUCRERIES, CHAUFFAGE, LAVOIRS, ETC. 

Spécialité pour application à l'Électricité. 

PARIS, 20, RUE GRAMMONT, 20. PARIS. 



PLOMB, ZINC, CUIVRE, ETAIN 

BRUTS, LAMINÉS ET EN TUYAUX 

FONDERIES ET LAMINOIRS DE PARIS, ROUELLES ET HARFLEUR 

Ancienne Maison Eug. HUBIN 

FÉLIX HUBIN 



RECOMPENSES : 
EUG. HUBIN 

PARIS, 1844, Médaille de Bronze, 
PARIS. 1867, Médaille d'Argent, 
LE HAVRE, 1868, Diplôœe d'honneur, 
1469, Légion d'honneur. 

FÉLIX HUBIN 
PARIS, 1878, Médaille d'Or. 



14, rue de Turenne, 14 
PARIS 
Sncenrsale an Ha'rre, 11 S, rue Jules Lecesne. 

La Maison a exposé seulejrwnt les articles employé* pour l'électricité. 



2'22 



LE CRÉDIT VIAGER 

COMPAGNIE ANONYME D'ASSURANCES SUR LA VIE 

Fondée par décret du 29 Mars 1854, sous le contrôle du Gouvernemenl 



Fonds do garantie : 30000000 de francs 
216 000 000 tl'A.)=;«iixr*aricoi=; réalisées. - 40 000000 payo 



PRINCIPALES OPÉRATIONS 

Rente»* viagères produisant 12, 15 et 18 0,0 d'iiilén'ts du capital versé. 

Capitaux payal>les au décès ou A écliéanec fixe donnant droit à un intérêt de ô 0/0 
sur toutes les primes payées et à 5 0/0 dans les bénéfices de la Compagnie. 

Xia dernière répartition a donné, intérêt et participation compris, 
5 fr. 40 0/0 sur toutes les sommes versées. 

Dotation des Enfants à des conditions spéciales. 



IMMEUBLES DE LA COMPAGNIE 

Hôtel Continental, rue Castiglione, n" 1-3, rue Monthabor, n*19, rue Ronget-de-l'lsle, n" 2, et riMi 
de Rivoli, n"' 234-256-238. Ce vaste immeuble est d'une superficie de 6400 nièires do«t 5300 
sont occupés par les constructions ; 

Maison rue de Rivoli, n" 182, rue de rEcbelle, n" 2, et rue Saint-Honoré, n" 167 ; 

Maison rue de Richelieu, n" 92, et rue Saint-Marc, n" 21 : 

Maison rue Drouot, n* 2, et boulevard Montmartre, n" 22: 

Maison place des Victoires, n" 4 ; 

Maison boulevard des Datignolles, n" 36 : 

Ferme de Champigny (Côte-d'Or), 233 hectares; 

Maison et Terrains a Toulon (Var) ; 

Maison à Chartres, rue des Capucins, n" 49: 

Maisons et terrains à Enghien-les-Bafins, 



EXEMPLES : 
-A. l'â.g-e <3.e ^ving-t-cirxq: etns 

I - Moyennant fr. 368 par an, la Compagnie paye lOOOOfr. au décès du souscripteur, 
à la personne désignée par lui : Pendant sa vie il reçoit d'abord 3 0/0 par an de toutes les 
sommes versées par lui, puis sa part dans la répartition des bénéfices de la Société. 

%.— Moyennant fr. 578 par an, la Compagnie paye lOOOO fr.au souscripteur du 
contrat s'il existe au bout de vingt ans, et, dans îe cas de sa mort prématurée, elle paye 
immédiatement ladite somme de 10000 fr. à ses héritiers; comme dans le précédent 
exemple, le souscripteur reçoit pendant toute la durée du contrat, d'abord 3 0/0 par an de 
[toutes les sommes versées par lui, puis sa part dans la répartition des bénélices de U 
Société. 

POUR RENSEIGNEMENTS : 

S'adresser: 92, me de Richelieu, en r Hôtel de la Compagnie 



I 



GRILLAGES 

EN FILS DE FER GALVANISÉS 



GRILLAGES 



TOUS METAUX 




ENTOURAGES 



MACHINES 



VOLIÈRES, FAISANDERIES, POULERIES, ETC. 

40 à 50 « o de RABAIS 

Clôtures de Chasses, i mètre de haut, le mètre, » 45 

W STEWART ET C° 

12, Boulevaurt Poissonnière, Paris. 

NOTA. — La maison se chargre de la construction des Volières, Faisanderies, Poulaillers, Chenils, 
Kiosques, etc. Grilles légères pour clôtures de Parcs, de Chevreuils. — Sur demande, envoi 
franco de Catalogles et Re.nseig.nemems. 

DRIJ6É) Pierre-Casimir, administrateur-délégué de la Société anonyme du Palais Bonne-Souvelte 
(CAPITAL : « eoo OOO rB 



A LA MÉNAGÈRE 

50, BOl-VEVARD BONSE-NODVELLE, A PARIS (ATELIERS, 68, RCE DU RENDEZ-VOOS)^ - 

[HORS CLASSE) 

I* Exposition an Pavillon présidentiel. 

Meubles et mobilier de salle à manger | Meubles ustensiles et batterie de cuisine 

Appareils et accessoires de salle de bains et d'hydrothérapie 

t' Exposition de Bancs, Sièges de jardins et de parcs. 

NOTA. — L'Établissement de la Ménagère occupe seul la totalité du J^alais Bonne-Nouvelle et de ses 

agrandissementsi II comprend 51 rayons de vente réunissant l'ensemble des articles de Ménage, 

Chauffage, Eclairage, Jardin, Ecuries," voyage, hydrothérapie, etc. 

Au t étage est une Exposition spéciale permanente de Mobilier Complet installé en appartement. 

Prix-fixe marqué sur chaque objet. 

Médailles d'or. — Diplômes d'honnenr. — Graad PriJi. 



DRUGÉ, Pierre-Casirnir, dir^^cteur de l'établissement 
DU DOCK DU CAMPEMENT ET DES ARTICLES DE VOYAGE 

1.4, BOCLEVARD POISSOSIÈRE (MAISOS DU TOST DE FEIl), A PARIS. 

•bjets exposés t Tentes de Campement et de Jardin. — Articles de voyage. 

NOTA. — L'Établissement du Dock du Campement réunit l'ensemble des articles de Voyage, CaiB|(«nieut. 
Chasse et Gymnastique, tous marqués à Prix fixe, en chiffres connus. 



— 224 — 



LA GRANDE COMPAGNIE 

DASSURANCES 



INCENDIE - CHOMAGE - ACCIDENTS 



SOCIÉTÉ ANONYME 



Siège social : 2, rue Drouot, PARIS 



CONSEIL D'ADMINISTRATION 



MM. 



le duc DECAZES, G. 0. ^, Président. 
le yicomtede BUTTLER, >^, inspecteur des 

finances. 
CAMPENON, ^, ancien magistrat à la Cour 

de Paris. 
CHERPIN, sénateur. 
G. CLÉMENT-SIIVION, ^, ancien procureur 

général, 
le comte GÉDÉON DE CLERMONT-TON- 

NERRE, propriétaire, 
le vicomte DE COURCY, 0. ^, propriétaire. 
Uirecteur : M. 



MM. DARNIS, 0. ^, ancien premier président 
de la Cour de Metz. 

PAUL FABRE, 0. ^. trésorier -payeur 
général. 

le comte DE MATHAREL, 0. ^, ancien 
inspecteur général des finances. 

MEYNIER, 0. iff:, ancien inspecteur général 
des forêts. 

MONNET, ifif, sénateur. 

LÉON RENAULT, 0. ^, député. 

VALFREY, 0. ^, ancien directeur au mi- 
nistère des aflaires étrangères. 

l. NlYERT. 



INCENDIE 

Réduction de 25 % sur les Primes 

DES MAISONS, MOBILIERS ET MARCHANDISES 
FiTEHENT DES PRIMES PAR VERSEMENTS TRIMESTRIELS 



CHOMAGE 

Moyennant un pourcentage de la prime 
Incendie, la Compagnie garantit un 
supplément proportionnel d'indemnité 
pour privation du jouissance ou inter- 
ruption de travail. 



ACCIDENTS 

La Compagnie assure les personnes 
et les choses contre tous les accidents, 
et délivre des Polices de sarantle 

pour les mandataires et employés. 



S'adresser à Paris, à la Direction, 2,- rue Drouot. 
En province, aux Agents généraux de la GRANDE 
COMPAGNIE. 



^ — 225 — 



A. LAHURE, Imprimeur-Editeur 

9, RUE DE FLEURUS, 9 

ANNUAIRE 

COMMENÇANTS 

INDICATEUR 

DES 

FABRICANTS, MARCHAIS EN GROS ET EN DÉTAIL 

Commissionnaires en Marchandises 

ET ENTREPRENEURS 

du département de la Seine 



DIX-NEUVIÈME ANNÉE 



Prix : 5 Francs 
L'ANNUAIRE DES COMMERÇANTS 

Paraît chaque année en Janvier 



ASSURANCES CONTRE LES MALADIES 
ET CO NTRE LES ACC IDENTS 

RENTE VIAGÈRE en cas d'incapacité permanente de travail par maladie 
ou accident. 

INDEMNITÉ QUOTIDIENNE en cas d'incapacité temporaire de travail. 

ASSURANCES CONTRE LES ACCIDENTS DE TOUTE NATURE 
Prospectus et renseignements à la CAISSE GÉNÉRALE DES FA- 
MILLES, rue de la Paix, 4, Paris, dans tous les bureaux de quartier et 
agences de la Société Générale et dans les Agences particulières de la 
Compagnie. 



PARIS 



CH. MAGNIER 



RELIEUR ET DOREUR 



Médaille D'Argent lÔ'jô 



'^!f- 



RELIURES SIMPLES, RICHES ET ARTISTIQUES 

Pour le Commerce et les Bibliothèques 
RELIURES SPÉCIALES 

POUR 

Albums, Ouvrages d'Architecture, Albums de publicité 
CARTONNAGE DE LUXE 

POUR 

LIVRES DE PRIX ET JD'ÉTRENNES 



— 227 — 






^ 
^ 




COMPAGNIE D'ASSyRANCES SUR LA \1E 

LUCERNE, Zurcherstrasse, kl, Y. I. \ PARIS, k, boulevard des Italiem 



MM. 



CONSEIL D'ADMINISTRATION 

le comte SCHERER, Président de l'Association du Pius-Verein, Président] 

FRESNEAIJ. sénateur, Vice-Prcsideiit; 

le colonel BELL, membre du gouvernement de Lucerne; 

le comte de SURY de BUSSY, svndic de Soleure; 

le comte OLIVIER de CUEYIGNÉ; 

le comte de GAUTIER de SAINT-PAULET, ancien magistrat; 

de LAUNAY', insénieur; 

le prince de LUCINGE-FAUCIGNY, ancien député; 

le comte de LA VIEFVILLE. 

Directeur général : M. le comte de GAUTIER de SAINT-PAULET 



Sa ifeic'rotion est une Société populaire qui se propose les deux buts suivants : 

1* Donner au travailleur les moyens de se créer par ses épargnes un patrimoine dont il 
puisse disposer, soit par actes entre vifs, soit par testament. 

2° Diviser un capital social de dix millions en actions assez petites pour qu elles deviennent 
accessibles à toutes les bourses, et faire ainsi de l'assuré, l'actionnaire de la Compagnie. Il 
participera donc aux bénéfices que produisent les Compagnies d'Assurances dont la prospé- 
rité grandit de plus en plus. Ces succès s'expliquent par l'étendue de mieux en mieux com- 
prise des avantages qu'elles procurent. 

L'assurance sur la vie est en elfel une opération sûre, exacte, mathématique, dont le ré- 
sultat est certain ; c'est de plus un contrat de toute moralité. 

S'il est très important, pour celui qui veut s'assurer, de bien choisir la Compagnie avec 
laquelle il va traiter, £a îiiixaùan se place au rang des Sociétés dont l'honorabilité est 
indiscutable; les noms des hommes qui en ont accepté le patronage et la direction com- 
mandent la conflance. Son titre seul indique son but, une alliance de plus en plus étroite 
entre l'assureur et l'assuré, une production certaine qui doit profiter à l'œuvre conçue et 
réalisée. 

Sa iiitTaùon fait toutes les opérations d'assurances sur la vie usitées; de plus elle crée 
une branche spéciale au Clergé avec des combinaisons multiples et adaptées à tous les rangs 
de la hiérarchie ecclésiastique; caisse d^s vicaires et caisse de prévoyance pour les prêtres 
desservants et pour les Religieux des deux sexes ; par décision de l'assemblée générale des 
actionnaires, 15 pour 100 sur les bénéfices nets sont versés à cette dernière caisse afin 
d'augmenter l'importance des pensions fournies. 

Le succès de Sa Ifbiration est aujourd'hui rendu certain par l'accueil que lui ont fait les 
capitalistes qui ont présidé à sa formation et par le patronage dont l'honorent de hautes et 
puissantes personnalités. 



m 
■m 
m 

i 
i 

■M 



■M 

m 

fi 

m 
<,>■ 
<•: 

■<■•:•• 



TEINTURES MURALES 

EN RELIEF 
ET IMPERMÉABLES 



LINCRIJSTA-WALTON 



8, Place Vendôme, 8 



PARIS 



DÉCORATION - ARCHITECTURE 

ORNEMENTATION 



Le Bureau du Représentant de M. Lahure 
Adjudicataire du Catalogue officiel à l'Exposition 
internationale d'Electricité est décoré avec la 

LINCRUSTA-WALTON 



^i^liS^iwili^ 




BELLOIR 



PARIS — 36, rue de la Victoire, 56 — PARIS 



MAISON FONDÉE PAR BELLOIR PERE 




ET CONTI.M'EE PAR SES FILS 



Ci-devant: Place de la Bastille, 




TAPISSIERS EBENISTES DECORATEURS 



FOURNISSEURS 

DE l'hOTEL de ville, DES MINISTÈRES DE LA MARLNE, 

DE l'intérieur, du COMMERCE, 

DE l'iNSTRUCTIOIS PUBLIQUE, DES BEAUX-ARTS, ETC. 

DES COURS ET TRIBUNAUX, 

DE LA COUR DE CASSATION, DE LA COUR DES COMPTES, DE l'aRCHEVÈCEIÉ, 

DES THEATRES DE l'oPÉRA, l'oPÉRA-COMIQUE 

i^^j DU VAUDEVILLE, DU THEATRE DE MONACO, ETC. 



DÉCORATEURS 

Des Fêtes du Gouvernement et de lu ville de Paris 

Location pour Bals, Soire'es, Concerts, Théâtres provisoires, Tentures, Velours, 

Soie, Fantaisie, Tapis, 

Treillages, Statues, Bronzes, Fleurs, etc. 



FRANCE -ÉTRANGER 



is>m.% 



^^Ë 



imm^mm^m^^^m 



SOCIÉTÉ ANOJNYx\IE 

CIBLES IlLKCTRlOllES 

SYSTÈME BERTHOUD BOREL ET C'^ 
CAPITAL 3 MILLIONS DE FRANCS 

Siège Social : jj, boulevard Haussmanu 

USINES A PARIS-GRENELLE 

El' A CORTAILLOD, CANTON' DE NEUFCHATEL (SIUSSE) 

Brevets en France et à l'étranger 




:-'.-. 5^^â^fc»Ei1! 



Presse à plomb pour la fabrication des câbles électriques. — Câbles 
sans induction pour la télcpiionie, brevetés s. g. d. g. en France et à 
l'étranger. — • Câbles pour la téléphonie. — Câbles pour la lumière 
électrique et transmission de force. — Câbles sous-marins. — Fils pour 
sonnerie électrique. 

rOM)EXSATEURS ÉLECTRIQUES. — MOTEURS ÉLECTRIQUES 



à 

1 

I 
1 

i 

i 



i 

LPi 



1 
I 

m 
m 



m 

Llrj 

i 

i 

m 

i 



n 

H 

t^ 



4 

- 



n 



ri- 






\ \ y v-.>:-'y/.yy:^vjg'J&j«<.-.v^,V..V^ x; 






IMPRIMERIE GÉNÉRALE 

. LAH U R E 

9, RUE DE FLEURUS, PARIS 

Succursales : 

104, RUE RICHELIEU ET BOULEVARD MONTMARTRE. 8 



IMPRESSIONS 

Administratives et Commerciales 

en toutes langues 



TRAVAUX DE I.l XE 



JOURNAUX 

Publications illustrées 



PROSPECTUS 

Impressions pour Maisons de Banque 



Actions et OMîgations 



Affiches en couleurs — Ghromotypographie 



f^ mi^ 



^«^{î0 






Ç'tî^'Ml'J?'; 



LA LINCRUSTA-WALTOIN 




8, Place Vendôme, 8 



a LINCRUSTA-WALTON n'en 
est plus à faire ses preuves. Cette 
matière décorative inaltérable à l'hu- 
midité, garantissant du froid et delà 
chaleur, est du plus grand secours comme tenture 
d'appartement. 

Elle peut recevoir les plus riches ornementations; 
imiter à ravir les cuirs estampés, le bois sculpté, les 
toiles peintes, etc., etc. 

On en fait aussi des moulures, des corniches-, des 
reliures, etc. Ses applications sont en un mot des 
plus multiples et conviennent à l'architecture, aussi 
bien qu'aux industries les plus variées. 

La LINCRUSTA-WALTON est appelée au suc- 
cès le plus réel parce que ses services sont des plus 
utiles et peuvent se résumer en ces mots : Hygiène, 



Propreté, Économie, Élégance. 



pi 



Bureau de vente et d'exposition, 8, Place Vendôme. Paris 




MPRIMEIUK *. LAHUBE, BUK llB FLEIIRUS, 0. » PAIII 



LUMIÈRE ÉLECTRIQUE 

SWAN 



SALLES D. 21, 7 ET 4, AU PREMIER ÉTAGE 
COMMISSION ET POSTES BRITANNIQUES 



Ingénieur : M. HENRY EDMONDS. 

CoRREspo>DAM FR.4iNÇAis : M. MAURICE SIMON, 85, rue Chariot, 
à Pans. 



Bobine de M. Gh. Dion, de Montréal, (Canada). 

Nouvelle bobine formée d'un ruban métallique contourné sur lui-même en 
spirale non circulaire. La grande section de cette bobine représente une figure 
elliptique très aplatie dans le sens de son plus grand diamètre, forme qui 
permet de l'adapter instantanément à tout noyau ou à toute armature mobile 
de quelque forme qu'elle soit. 

Autre bobine formée aussi d'un ruban métallique, en forme de spirale cir- 
culaire comme le filet d'une vis. et pouvant s'appliquer sur un noyau rond. 

L'effet résultant de l'emploi de ces bobines est : 

l'' Une plus grande production d'électricité que par les anciennes méthodes, 
conséquemment une économie considérable dans l'application pratique ; 

2° Diminution importante du prix de revient des bobines ou des armatures 
mobiles. 

Brevets à vendre. Charles Dion, à Montréal (Canada) et à Paris, 8, rue Du- 
phot, hôtel Burgundy. 

Rédaction et Administration, rue de Fleurus, 9 



GUTENBÈRG - JO URN AL 

ORGANE PRATIQUE DE LA TYPOGRAPHIE 

DE LA LITHOGRAPHIE, DE LA PAPETERIE, DE LA GRAVURE 

ET DES ARTS QUI s'y RATTACHENT 

HEBDOMADAIRE 
125 faretncs p>etr etro. 



la» JLJJudJR.lJJG)JbIaJuu 

FABRICANT D'APPAREILS ÉLECTRIQUES 

BREVETÉ EN FRANCE S. G. D. G. ET A L'ÉTRANGER 

8 bis, avenue Percier, et 56, rue de la Boëtie, Paris 

Spécialité do Piles sèches de tout genre et de tous modèles. 

Allumeurs électriques des becs de gaz évitant tout danger d'incendie. 

Allumoirs électriques d'appartement, supprimant l'emploi des allumettes. 

Piles secondaires rendues sèches et portatives. 

Moteurs magnéto-électriques et dynamo-électriques 

applicables à la traction des véhicules, à la rotation des tours, 

des machines à coudre, et à tous emplois industriels. 

Installation de sonneries électriques, de services téléphoniques et télégraphiques 

d'éclairage électrique et d'allumage automatique à distance 

pour théâtres, gares de chemins de fer, appartements, magasins 

et monuments publics. 

Appareils transmettant à distance l'indication de mouvements de tous sens 
et de toute nature. 



A. LAHURE, IMPRIMEUR-ÉDITEUR, RUE DE FLEURUS, 9, PARIS 



LES QUESTIONS D'ASSURANCES DE 1878 A 1881 

Par V. Senès, avocut, membre correspondant de Tlnslitut des actuaires de Londres 
] fort vol. in-8. Prix : 5 fr. 



RAPPORTS SUR LES ETUDES 

DE LA COMMISSION INTERNATIONALE D'EXPLORATION 

DE L'ISTHME AMÉRICAIN 

Par Lucien N.-B. Wyse, Armand Reclus et P. Sosa, accompagnés de cartes, de profils 
et d'un tableau synoptique. 1 vol. grand in-4 de 300 pages. Prix : lO fr. 



CHEMIN DE FER MÉTROPOLITAIN DE CONSTANTINOPLE 

Ou chemin de fer souterrain de Galata à Péra, dit tunnel de (;onstantinople. 

Projet d'une nouvelle ville et d'un nouveau port de commerce, par Eugène Henri Gavand, 

Ingénieur civil. 1 volume grand in-folio. Prix : 70 fr. 



ESSAI D'UN VOCABULAIRE ÉTYMOLOGIQUE DU PATOIS DE PLANCHER-LES-MINES 

(Haute-Saône) 

Par le docteur Victor Poulet, lauréat de l'Institut et de l'Académie de médecine 

1 vol. in-12, broché : 3 fr. 60 



TRAITÉ D'APICULTURE PRATIQUE 

Par P. Ch. D'Hubert. 1 volume in-8, broché, 4 fr. 



LA PROPRIÉTÉ LITTERAIRE ET ARTISTIQUE 
DU DROIT DES AUTEURS ET DES ARTISTES SUR LEURS ŒUVRES 

Par G. A. Lebret, docteur en droit. 1 volume in-8, 2 fr. 



COMPAGNIE ELECTRO - DYNAMIQUE 

W. W. GRISGOM, Président 

121, SOUTH THIRD STREET, A PHILADELPHIE 
et Section des États-Unis d'Amérique 

EXPOSITION INTERNATIONALE D'ELECTRICITE 

'0. R. HEAP, agent 
MOTEURS A DOUBLE INDUCTION 

POUR MACHINES A COUDRE, ETG. 

avec batteries automatiques, petits, puissants, ayant un maximum de 
force de deux-tiers de cheval-vapeur, s'adaptant à toutes les machines 
à coudre, parfaitement sans danger et très économiques. Ces moteurs 
perfectionnés, pesant à peine 1 kilog. 140 grammes, évitent à la femme 
tous les dangers et les inconvénients du travail de la pédale. Un éven- 
tail peut être adapté au moteur et fournir une brise délicieuse dans les 
temps chauds. 

Prix, à Philadelphie, du moteur et de la batterie, prête à fonctionner, 
renfermée dans une jolie caisse, avec pédale et attachements pour la 
machine à coudre : 

25 DOLLARS = (25 FRANCS 

Pour tous renseignements, s'adresser à l'agent à Paris 
€. R. HEAP 

SECTION DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE 

EXPOSITION INTERNATIONALE D'ÉLECTRICITÉ 

PARIS 



^/ 



lîiVivTfPji